Lac Karatchaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac Karatchaï
Image illustrative de l'article Lac Karatchaï
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Géographie
Coordonnées 55° 40′ 42″ N 60° 47′ 59″ E / 55.67833, 60.7997255° 40′ 42″ Nord 60° 47′ 59″ Est / 55.67833, 60.79972  
Type Lac naturel
Hydrographie
Alimentation rivière Tetcha
Émissaire(s) rivière Micheliak

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Tcheliabinsk

(Voir situation sur carte : Oblast de Tcheliabinsk)
Lac Karatchaï

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Lac Karatchaï

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
Lac Karatchaï

Le lac Karatchaï (en russe : Карача́й) est un lac du sud de l'Oural, dans l'ouest de la Russie. À partir de 1951[1], l'Union soviétique utilise le Karatchaï pour stocker des déchets radioactifs de Maïak, l'usine de stockage et de retraitement située près de la ville proche d'Oziorsk (alors appelée Tcheliabinsk-40).

Statut actuel[modifier | modifier le code]

Selon un rapport de l'institut Worldwatch sur les déchets nucléaires, le Karatchaï est l'endroit le plus pollué sur terre[2]. Le lac a accumulé 4,44 EBq (exabecquerels, soit 4,44×1018 Bq) de radioactivité[3], dont 3,6 Ebq de 137Cs et 0,74 Ebq de 90Sr[1]. En comparaison, la catastrophe de Tchernobyl a relâché 5 à 12 Ebq de radioactivité, mais les radiations n'étaient pas concentrées en un seul endroit.

Le niveau de radiation dans la région près du lieu où les effluents radioactifs sont rejetés dans le lac est de 155 C/kg (Coulomb par kilogramme, qui est une unité de d'exposition) par heure en 1990 selon le Natural Resources Defense Council[4],[5], plus que la dose létale suffisante pour tuer un humain en une heure.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lac commence à s'assécher au début des années 1960, sa surface passe de 0,5 km2 en 1951[1] à 0,15 km2 en 1993[6]. En 1968, à la suite d'une période de sécheresse dans la région, le vent emporte des poussières radioactives du lac et irradie un demi-million de personnes avec une dose de 185 PBq (= 185×1015 Bq)[3].

Environ 10 000 blocs de béton creux sont jetés dans le lac entre 1978 et 1986 pour empêcher les sédiments de remonter[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Lake Karachay
  2. (en) Lenssen, "Nuclear Waste: The Problem that Won't Go Away", Worldwatch Institute, Washington, D.C., 1991: 15.
  3. a et b (en) Chelyabinsk-65
  4. (en)[PDF]NRDC (Nuclear Program Staff Publication) nuc_01009302a_112b.pdf
  5. (en) Wise Nc; Soviet Weapons Plant Pollution
  6. (en) http://www.seattle.battelle.org/RussReg/ResourceCenter/MayakChemicalCombine-RussiaPlutonium.htm
  7. (en)"To help prevent such lethal airborne contamination, Russian engineers have been gradually covering Lake Karachay with stones and concrete blocks, a controversial remediation method." - http://www.ehponline.org/docs/2001/109-4/focus.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]