Perly-Certoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Perly-Certoux
Blason de Perly-Certoux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Maire Fernand Savigny
NPA 1258
N° OFS 6632
Démographie
Gentilé Perlysiens, Certousiens ou Perly-Certousiens
Population 3 059 hab. (31 décembre 2013)
Densité 1 209 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 00″ N 6° 05′ 00″ E / 46.150021, 6.0833146° 09′ 00″ Nord 6° 05′ 00″ Est / 46.150021, 6.08331  
Altitude 425 m (min. : 407 m) (max. : 452 m)
Superficie 253 ha = 2,53 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Perly-Certoux

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Perly-Certoux

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Perly-Certoux
Liens
Site web www.perly-certoux.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Perly-Certoux est une commune suisse du canton de Genève.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une villa gallo-romaine de taille importante existait en ce lieu entre la fin du Ier siècle et le IVe siècle. Il s'agirait d'une « luxueuse maison de maître ». Perly viendrait de Perliacus, romain propriétaire de la villa. Il n'y a pas d'autres traces d'occupation avant le XIe siècle[3],[4].

Avant la Réforme, les villages Perly et Certoux étaient sous la juridiction de la seigneurerie de Ternier, proche de Saint-Julien. Les armoiries de la commune sont empruntées à celles des sires de Ternier.

Après la période d'occupation bernoise et le retour à la Savoie en 1601, les deux villages dépendent de Saint-Julien, administrativement et aussi concernant la paroisse catholique. Suite aux guerres napoléoniennes, Perly et Certoux sont rattachés au nouveau canton de Genève en 1815, au sein de la commune de Compesières, qui comprend aussi Bardonnex et Plan-les-Ouates. La commune de Perly-Certoux est issue de la division de Compesières en 1821.

Traditions[modifier | modifier le code]

La commune célèbre le Feuillu, une fête printanière[5],[6].

Elle célèbre aussi à Certoux les Failles, à une date autour du Premier dimanche de carême, tradition consistant à brûler des perches enrobées de paille, de sarments et de roseaux le soir à l'apparition de la première étoile, au lieu-dit « le couvert de Certoux », auparavant près du cimetière. Cette coutume se nomme les brandons ailleurs en Suisse romande[7].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à la frontière avec la France. Son principal cours d'eau est la rivière de l'Aire.

La commune de Perly-Certoux est située sur l'axe Genève-Saint-Julien-en-Genevois, en frontière du territoire français, à proximité de l'autoroute de contournement de Genève. Une zone de commerce et d'artisanat s'est développée sur cet axe urbanisé, parallèlement à la zone d'habitation.

Mais la commune de Perly-Certoux participe aussi au paysage genevois des communes rurales et se situe, au nord-ouest, sur une importante pénétrante de verdure comprenant l'Aire, ses parties boisées et sa plaine agricole et maraîchère.

S'ils comprennent quelques exploitations agricoles ou viticoles, le village de Certoux et l'ancien village de Perly sont essentiellement résidentiels.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Perly-Certoux mesure 2,53 km2[2]. 26,7 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 69,8 % à des surfaces agricoles, 3,1 % à des surfaces boisées et 0,4 % à des surfaces improductives.

La commune comprend les localités de Perly et Certoux. Elle est limitrophe de Confignon, Plan-les-Ouates, Bardonnex, Bernex, ainsi que de la commune française de Saint-Julien-en-Genevois en Haute-Savoie.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Perly-Certoux compte 3 059 habitants fin 2013[1]. Sa densité de population atteint 1 209,1 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Perly-Certoux entre 1850 et 2008[8] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la statistique.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Patrick Gilliéron Lopreno, Perly-Certoux redécouvre son passé gallo-romain, La Tribune de Genève, 19 avril 2010.
  4. Jean-Marc Courvoisier, Un peu d'histoire, sur le site communal.
  5. Commune de Perly-Certoux : procès-verbal de la séance du conseil municipal du 18 octobre 2007, Calendrier des manifestations communales, p.7
  6. Jean-Marc Membrez, « Perly-Certoux » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 30.11.2009.
  7. Éric Eigenmann, Jeux profanes genevois: les Alouilles, les Failles, le Feuillu, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 931.
  8. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)

Sur les autres projets Wikimedia :