Léman (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léman (homonymie).

Département du Léman

17981814

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le sud de l'empire français. Le département du Léman est situé au Nord.

Informations générales
Statut Ancien département de la république, du Consulat et du Premier Empire français
Chef-lieu Genève
Histoire et événements
1798 Annexion de la république de Genève et création
1814 Disparition et réintégration à la Suisse
Préfets
(1er) 1798-1799 Félix Desportes
(Der) 1810-1814 Guillaume Capelle

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le département du Léman est un ancien département français, existant entre 1798 et 1813. Son chef-lieu était Genève.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le département est créé par la loi du 8 fructidor an VI (25 août 1798).

De 1791 à 1793, le département du Léman fournit un bataillons de volontaires nationaux.

Le département réunit la République de Genève, annexée à la France, le pays de Gex, détaché du département de l'Ain, ainsi que la partie nord du département du Mont-Blanc (Bonneville, Cluses, Thonon), soit les cantons suivants : Gex, Ferney-Voltaire, Thoiry, Collonges, Arbusigny, La Roche-sur-Foron, Thorens, Viuz-en-Sallaz, Bonneville, Cluses, Taninges, Samoëns, Carouge, Viry, Chaumont, Frangy, Cruseilles, Annemasse, Bonne, Reignier, Thonon, Évian, Le Biot, Notre-Dame d'Abondance, Lullin, Bons en Chablais, Douvaine, lesquels sont respectivement détachés des départements de l'Ain et du Mont-Blanc.

Le 28 pluviôse an VIII (17 février 1800), le massif du Mont-Blanc passe au département du Léman mais le département du Mont-Blanc garde son nom faute d'une solution satisfaisante. Sont ainsi transférés : les cantons de Chamonix, de Saint-Gervais (aujourd'hui Saint-Gervais-les-Bains), de Megève, de Flumet et de Sallanches.

En 1800, le département est divisé en trois arrondissements, celui de Genève en étant la préfecture et ceux de Bonneville et Thonon les sous-préfectures.

En 1813, Genève reprend son indépendance pour rejoindre la Suisse le 31 décembre 1815. Le nouveau département du Mont-Blanc ne comprend plus que la partie occidentale du duché de Savoie (avec Chambéry et Annecy).

Après les Cent-Jours, le duché de Savoie fut recouvré par le royaume de Sardaigne (moins les parties distraites au profit de Genève). Le Pays de Gex revint à l'Ain sauf 6 communes annexées par Genève.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Genève sous l'influence du département du Léman[modifier | modifier le code]

À Genève, l'annexion est bénéfique du point de vue de l'économie du marché, mais elle l'est moins pour les activités d'exportation, d'horlogerie, de l'Indiennerie (production d'étoffes en coton peintes ou imprimées) et de la banque[1]. Ces crises sont provoquées par le blocus continental napoléonien dont le but est de ruiner le Royaume-Uni.

Tout ne marche pas bien dans la Genève annexée ; l’oppression se fait de plus en plus forte et les Genevois redoutent que l’indépendance perdue de la République ne soit bientôt plus qu’un souvenir dont les générations futures n’auront d’écho que par ce que leurs parents leur raconteront à ce sujet. De plus, l’annexion mit fin au régime corporatif et une période de crise et de chômage s’en suivi[2]. À la suite de cette annexion, les Genevois bénéficient du statut de « français né ». Ceux qui désiraient se retirer de la Confédération avaient une année pour quitter le territoire avec leur mobilier et trois ans pour débarrasser tous leurs biens.

Liste des préfets du Léman[modifier | modifier le code]

Liste des préfets napoléoniens (Drapeau de l'Empire français Consulat et Premier Empire)
Période Identité Fonction précédente Observation
1798 1799 Nicolas Félix Desportes[3] 1er Maire de la commune de Montmartre (1790)
Ministre plénipotentiaire près le Duc des Deux-Ponts, puis à Genève, à Cassel
Commissaire du gouvernement du Directoire
Préfet du Haut-Rhin (1802-1813)
Représentant à la Chambre des Cent-Jours
1799 1800 François-Jérôme Philippe[3] Chef de division au ministère de la Guerre Commissaire du gouvernement du Directoire
Membre du Conseil des Anciens (Léman)
Commissaire du gouvernement consulaire au tribunal de Thonon
2 mars 1800 1802 Ange Marie d'Eymar Député aux États généraux de 1789
Député à l’Assemblée constituante (1789-1791)
10 décembre 1802 1810 Claude-Ignace Brugière, baron de Barante[4] 1er Préfet de l'Aude
30 novembre 1810 fin 1813 Guillaume Capelle Préfet de la Méditerranée (1810) Préfet de l'Ain (première Restauration)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Étienne Léon Lamothe-Langon, Biographie des préfets : depuis l'organisation des préfectures (3 mars 1800) jusqu'à ce jour, Les Marchands de Nouveautés,‎ 1826 (ISBN 9780543921741, lire en ligne) ;
  • Pierre-Henry, Histoire des préfets - Cent cinquante ans d'administration provinciale 1800-1950, Nouvelles Editions latines (lire en ligne) ;
  • Préfets ayant exercé un mandat parlementaire :
  • Officiers généraux devenus préfets :
    • Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition]  ;(Wikisource) ;
    • Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français, depuis le onzième siècle jusqu'en 1820, L'auteur,‎ 1821 (lire en ligne) ;
  • Récipiendaires de l'Ordre de la Légion d'honneur :
    • A Lievyns, Jean Maurice Verdot et Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur : Biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, Bureau de l'administration,‎ 1844, 2e éd. (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Bertrand, Survol de l'histoire de Genève, Ed. Labor et Fides, imprimerie Typopress SA, p. 95.
  2. Pierre Bertrand, Survol de l'histoire de Genève, Ed. Labor et Fides imprimerie Typopress SA, p. 95.
  3. a et b André André Palluel-Guillard, L'aigle et la croix : Genève et la Savoie, 1798-1815, Éditions Cabedita,‎ 1999, 662 p. (ISBN 9782882952608, lire en ligne)
  4. Père de Prosper de Barante

Articles connexes[modifier | modifier le code]