Collonge-Bellerive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collonge-Bellerive
Blason de Collonge-Bellerive
Héraldique
Vue de la mairie de Collonge-Bellerive
Vue de la mairie de Collonge-Bellerive
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Maire Francine De Planta
NPA 1222 (Vésenaz)
1245 (Colonge-Bellerive)
N° OFS 6616
Démographie
Gentilé Collongeois, Belleriviens
Population 7 526 hab. (30 novembre 2011)
Densité 1 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 06″ N 6° 12′ 10″ E / 46.251574, 6.202641 ()46° 15′ 06″ Nord 6° 12′ 10″ Est / 46.251574, 6.202641 ()  
Altitude 414 m (min. : 374 m) (max. : 473 m)
Superficie 612 ha = 6,12 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Collonge-Bellerive

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Collonge-Bellerive

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Collonge-Bellerive
Liens
Site web www.collonge-bellerive.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Collonge-Bellerive est une commune suisse du canton de Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Collonge-Bellerive mesure 6,12 km2[2]. 58,4 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 37,0 % à des surfaces agricoles, 4,1 % à des surfaces boisées et 0,5 % à des surfaces improductives.

La commune comprend les localités de Bellerive, Collonge, Vésenaz, La Capite, La Pallanterie et Saint-Maurice. Elle est limitrophe de Corsier, Meinier, Choulex et Cologny.

Histoire[modifier | modifier le code]

Enserrée entre le Chablais et les possessions territoriales de la République de Genève, cette région limitrophe du Faucigny causa bien du tourment aux autorités genevoises, tout au long de son histoire.

Si l'on peut affirmer que l'église de Collonge existe au moins depuis 1153, la paroisse, quant à elle, est certainement plus ancienne. Jusqu'à la Réforme, elle dépendait du prieuré de Saint-Jean-hors-les-murs.

Vers la fin de la guerre d'indépendance de Genève, le territoire de Collonge-Bellerive posa de nouveaux problèmes politiques à sa voisine, dus à la présence des Bernois qui entendaient y maintenir leur souveraineté. Collonge-Bellerive revint à la Savoie pour finalement être cédée à Genève par le traité de Turin du 16 mars 1816.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Collonge-Bellerive compte 7 526 habitants fin 2009[1]. Sa densité de population atteint 1 229,7 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Collonge-Bellerive entre 1850 et 2008[3] :

Économie[modifier | modifier le code]

La commune, après un passé voué à l'agriculture, a aujourd'hui une vocation essentiellement résidentielle. On y compte toutefois de nombreuses entreprises artisanales, des commerces et des professions libérales.

Curiosités[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle de la Pointe-à-la-Bise est l'une des plus anciennes réserves naturelles du canton[réf. nécessaire], elle fut classée par le Conseil d'État en 1933. Depuis les temps les plus anciens, les habitants de Collonge et de Vésenaz y avaient leurs pâturages communs, et c'est sous la dénomination de «communaux» que la Bise apparaît dans les premiers documents qui nous sont parvenus: des reconnaissances féodales passées en 1432 en faveur de l'Abbaye de Bellerive qui possédait des terres environnantes.

Monuments[modifier | modifier le code]

Le site palafittique Bellerive I est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il est également inscrit dans la liste des biens culturels d'importance nationale, tout comme le château de Bellerive et la villa-chalet du prince Essling. Enfin, la ferme Rivollet (qui accueille actuellement la mairie) et la maison forte de Vésenaz sont inscrits comme biens culturels d'importance régionale.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Ces armes sont celles de la famille de Plonjon, seigneurs de Bellerive. La seigneurie de Bellerive appartient à la famille Plonjon de 1565 à 1666. Elle donna plusieurs magistrats à la république de Genève. Le syndic Louis Plonjon fut un des membres du parti des Eidguenots du temps de Berthelier

Sports[modifier | modifier le code]

  • FC Saint-Paul, football
  • Tennis Club de Collonge-Bellerive(TCCB)
  • Karaté Club de Collonge-Bellerive(KCCB)
  • Club d'Aviron Vésenaz (CAV)
  • Judo Club de Collonge-Bellerive(JCCB)
  • Collonge-Bellerive Wake Sport Center
  • La Californienne, Club de Pétanque
  • Basket-Ball
  • Club de l'Etrier
  • Club Nautique de la Baie de Corsier
  • Gymnastique GSF
  • Gymnastique des Aînés
  • Cerfs-Volistes (ACK Kinkikite)
  • Manège de la Pallenterie
  • Yacht Club de Corsier-Port

Ports[modifier | modifier le code]

  • Port de Bellerive
  • Port de la Gouille
  • Port de la Savonnière

Personnalités[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1816 1850 1900 1950 1990 2000 2007
512 803 950 1'830 4'769 6'344 7'346
source Wikipedia de

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante du canton de Genève, selon l'origine et le sexe, par commune, en novembre 2011 », sur Office cantonal de la statistique (OCSTAT), République et Canton de Genève (consulté le 15 décembre 2011).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)

Sur les autres projets Wikimedia :