Avusy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avusy
Blason de Avusy
Héraldique
Vue de la campagne dans la région d'Avusy
Vue de la campagne dans la région d'Avusy
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Maire René Jemmely
NPA 1285
N° OFS 6604
Démographie
Gentilé avusien, ne
Population 1 428 hab. (30 novembre 2011)
Densité 275 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 00″ N 5° 59′ 30″ E / 46.150017, 5.991646 ()46° 09′ 00″ Nord 5° 59′ 30″ Est / 46.150017, 5.991646 ()  
Altitude 420 m (min. : 360 m) (max. : 447 m)
Superficie 519 ha = 5,19 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Avusy

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Avusy

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Avusy
Liens
Site web www.avusy.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Avusy est une commune suisse du canton de Genève composée de trois villages : Avusy, Sézegnin et Athenaz

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Avusy mesure 5,19 km2[2]. 21,8 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 68,6 % à des surfaces agricoles, 8,9 % à des surfaces boisées et 0,8 % à des surfaces improductives.

La commune est constituée de cinq localités : Avusy, Athenaz, Champlong, Eaumorte, Sézegnin ; elle compte également quelques habitations dans le hameau d'Eaumorte. Située près de la pointe ouest de la Suisse, Avusy est entourée de Chancy, Avully, Cartigny, Laconnex et Soral. Au sud, elle est frontalière du département français de la Haute-Savoie sur plusieurs kilomètres et jouxte alors la commune de Viry.

Historiquement, la commune d'Avusy est vouée à l'agriculture. Aujourd'hui encore, elle reste attachée à cette vocation.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chancy Avully Laconnex Rose des vents
Chancy N Laconnex
O    Avusy    E
S
Chancy France Soral

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 20 juin 1302, le nom d'Avusy apparaît pour la première fois, au moment du partage des terres situées entre Mont-de-Sion, Salève et Rhône.

Lors de l'attaque de 1602 de la Savoie contre Genève (L'Escalade), il est dit que le village de Sézegnin envoya un renfort de trois ou quatre hommes qui seraient arrivés en ville seulement après la fin des combats. D'où une expression genevoise qui nomme « renfort de Sézegnin » une aide modeste et arrivant (peut-être volontairement) trop tard[3].

Après le traité de Turin, en 1754, Avusy reste savoyarde. Les villages d'Avusy, Athenaz et Sézegnin sont alors autorisés à se réunir en une seule paroisse.

En 1815, Genève devenue suisse reçoit six communes de la France et 14 communes du Royaume de Sardaigne, dont Avusy. C'est alors qu'est constituée la commune d'Avusy-Laconnex-Soral. Les gens d'Avusy obtiendront la séparation et formeront la commune actuelle en 1848.

La commune célèbre le Feuillu, une fête printanière[4].

Une nécropole de plus de 700 tombes a été découverte sur à Sézegnin, ont été étudiées dans une thèse de doctorat. Ces tombes ont aujourd'hui disparues dans l'agrandissement de la gravière au bord de la Laire[5]. Il s'agit d'un site burgonde datant du Ve siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Avusy possède 1 428 habitants fin 2009[1]. Sa densité de population atteint 275,1 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Avusy entre 1850 et 2008[6] :

Armoiries[modifier | modifier le code]

« D’or à la bande échiquetée de deux tires d’argent et de gueules ».

Il y a quatorze carrés : 7 blancs et 7 rouges.

Elles ont été adoptées en 1924. Elles ont été reprises des armes de la famille de la Grave, seigneurs des lieux. On leur fit toutefois subir une légère modification, d’où leur présentation actuelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante du canton de Genève, selon l'origine et le sexe, par commune, en novembre 2011 », sur Office cantonal de la statistique (OCSTAT), République et Canton de Genève (consulté en 15 décembre 2011).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Gustave Dusseillez, « Le renfort de Sézegnin, nouvelle histoire », in Almanach du Vieux Genève, Genève, 37(1962), p. 25-28.
    Alain Boujon, Communes genevoises à tous les vents, Genève, Albopresse, 1986 .
  4. http://www.avusy.ch/pics/commun/cms/externLink/71_Bullcommjuin00.pdf Bulletin d'informations, juin 2000, n°13, VIVE LE FEUILLU, p.12
  5. Nouvelles d'Onex-Bernex-Confignon-Plan-les-Ouates-Lancy-Champagne, n°368, octobre 2012, par Sophie Kurer, p.4
  6. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]