Huelgoat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Le Huelgoat redirige ici.
Huelgoat
La ville vue du lac.
La ville vue du lac.
Blason de Huelgoat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Châteaulin
Canton Huelgoat (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes des Monts d'Arrée
Maire
Mandat
Benoît Michel
2014-2020
Code postal 29690
Code commune 29081
Démographie
Gentilé Huelgoatains
Population
municipale
1 605 hab. (2011)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 54″ N 3° 44′ 37″ O / 48.365, -3.743611 ()48° 21′ 54″ Nord 3° 44′ 37″ Ouest / 48.365, -3.743611 ()  
Altitude 175 m (min. : 92 m) (max. : 267 m)
Superficie 14,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Huelgoat

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Huelgoat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Huelgoat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Huelgoat

Huelgoat, ou Le Huelgoat [lə yɛlgwat], est une commune française dans le département du Finistère en région Bretagne. Huelgoat est un chef-lieu de canton, et est aussi membre de la communauté de communes des Monts d'Arrée[1] ainsi que du parc naturel régional d'Armorique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au sein du vaste synclinorium complexe que forme l'intérieur de la Bretagne occidentale, la région d'Huelgoat forme un affleurement granitique dû à l'érosion des anciens terrains sédimentaires qui le recouvrait. Géologiquement, le granite à cordiérite caractéristique de la région du Huelgoat[2] est une roche plutonique : du magma est remonté jusqu'à trois ou quatre kilomètres de profondeur où il s'est refroidi à travers les couches (roches sédimentaires) dévoniennes qui ont cristallisé dans le cadre d'un métamorphisme de contact[3] (schistes à cristaux d'andalousite) entraînant des minéralisations post-magmatiques de sulfures d'argent, de plomb et d'autres métaux, d'où les exploitations minières des siècles passés[4].

Les couches sédimentaires recouvrant le granite à l'ère secondaire et à l'ère tertiaire ont été érodées, permettant au granite de se rapprocher de la surface puis d'affleurer tout en subissant des pressions moindres, donc en se dilatant, d'où la formation de diaclases permettant à l'eau de s'infiltrer dans ces fissures de la roche. Au Miocène et au Pliocène (ère tertiaire), facilitée par le climat tropical humide qui régnait alors dans la région, l'eau a altéré le granite le long des diaclases provoquant une arénisation (= formation d'arène granitique) alors que le reste du granite restait non attaqué (désagrégation du granite en boule). Au Quaternaire, lors des époques glaciaires froides et humides, des coulées de boue (coulées de solifluxion) ont emporté la majeure partie de l'arène granitique; seuls les blocs de granite sain sont restés en place, entraînant la formation des chaos granitiques qui font tout le pittoresque de la région[4].

« On ne parle pas de Huelgoat sans parler de ses rochers. Ah ! il y en a ! de toutes les tailles, de toutes les formes. Dans la forêt, dans les champs, dans les prés, dans les rivières; sur les hauteurs, dans la vallée; isolés, par tas ! À tous les pas, on les rencontre. (...) La légende dit que ce semis titanesque est l'œuvre de Gargantua. »

— A. Nora, La vie au patronage, Organisation catholique des œuvres de jeunesse[5]

Le chaos rocheux de la vallée du Fao (ou "Rivière d'Argent"), menacé au XIXe siècle sous l'action des tailleurs de pierre, a été sauvegardé sous la pression de la population locale, à partir de 1895. « On voit à St Guinec une pierre de 18 à 20 pieds de diamètre : l'eau de pluie, sans cesse agitée par le vent, l'a creusée à 8 pouces de profondeur sur une largeur de 4 pieds : l'eau renfermée dans le bassin guérit toute espèce de maux., les maladies de la peau sur-tout : on la boit, on s'en lave, on voudrait s'y baigner. Le tronc qui l'avoisine, était toujours rempli. »[6] Le rocher de Saint-Guinec sur la commune du Huelgoat aujourd'hui fut rayé des cartes par les carriers dans les années d'après guerre[7]. Même la « Roche tremblante » a failli disparaître[8] sous l'action des carriers[9]. Elle tremble vraiment, la grosse pierre de Huelgoat. Cette masse de 137 tonnes située en pleine forêt vacille facilement. Un indice : le point de contact est bas[10].

Exploité depuis le XVe siècle, c'est surtout dans la seconde moitié du XIXe et la première moitié du XXe siècle que se développe l'exploitation du granite[11]. L’exploitation des rochers granitiques du Huelgoat, pour les travaux du canal de Nantes à Brest, fut la cause, en 1825, d’un sérieux litige entre la municipalité de cette commune et les entrepreneurs chargés de l’ouvrage[12].

Dans les années 1930, environ 150 tailleurs de pierre (« piker mein ») travaillaient dans les carrières du Huelgoat, une partie des carriers étant d'origine italienne[13]. Vers 1970, c'était encore la principale activité économique de la ville. La carrière de Coat-Guinec reste la principale exploitation encore en activité[14].

La forêt d'Huelgoat est une forêt domaniale vaste de 1147 hectares qui s'est développée pour l'essentiel sur des terrains granitiques entre 80 et 210 mètres d'altitude, en bonne partie sur les versants en pente assez forte de la Rivière d'Argent et de ses affluents. Elle est un reste de l'antique forêt de Brocéliande. Sa composition était traditionnellement formée de chênes (35 %), de hêtres (25 %), de pins sylvestres (40 %)[15]. Cette forêt a été gravement sinistrée par l'ouragan de 1987 qui a renversé ou cassé 900 000 m3 de bois. Dans la zone touristique de la forêt, 90 % des peuplements ont été détruits. Les sites ont été nettoyés et replantés[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Huelgoat est noté Huelquoet ou Huelcoyt en 1288, Uhelgoit en 1338, Chastel du Helquoit en 1373, Huelgoet en 1391 et Uhelgoet en 1540, avant que la graphie Huelgoat ne devienne définitive[17].

Le nom de la commune provient des mots bretons uhel qui signifie haut, et koat, muté en goat, qui signifie forêt. Huelgoat signifie donc « le bois d'en haut ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire de la commune[18] :

Les origines[modifier | modifier le code]

L'ancien gué sur la Rivière d'Argent
Le plan du camp d'Artus
Porte naturelle du Camp d'Artus (passage étroit entre deux rochers)
Monument commémoratif en l'honneur des résistants fusillés en 1944

Située au cœur de l'Armorique, la commune de Huelgoat ne dispose pas de preuves éclatantes d'une histoire de la plus haute époque. Très peu de recherches et de fouilles archéologiques ne sont intervenues pour éclairer le passé de la ville, sauf pour le camp d'Artus, fouillé en 1938 par Sir Christopher Wheeler.

Le camp d'Artus[modifier | modifier le code]

Le « camp d'Artus », oppidum celtique de type murus gallicus[19], fut le plus important camp gaulois, vaste de 30 hectares, des Osismes, peuple gaulois. Il était situé à proximité immédiate de voies de communication importantes, créées ou réaménagées à la période romaine (voies gauloises puis romaines Carhaix (Vorgium)-L'Aber-Vrac'h (Tolente) et Carhaix (Vorgium)-Landerneau-Brest (Gesocribate). Le rempart principal est de type murus gallicus tel que l'a décrit Jules César dans De bello gallico, VII, 23. Une première phase d'occupation a concerné un camp exceptionnellement étendu, vaste d'une trentaine d'hectares. Dans un deuxième temps, la surface du camp a été réduite à sa partie nord où le rempart a été surélevé pour atteindre, voire dépasser, 4 mètres de hauteur.

L'ossature du rempart principal est constituée par des poutres entrecroisées rendues solidaires à l'aide de tiges de fer. Ces poutres sont enfouies dans une masse de terre qui est maintenue, côté extérieur, par un mur de pierres dans lequel s'encastrent les poutres transversales, comme l'a décrit Jules César: "Tous les murs gaulois sont à peu près formés de cette façon: des poutres se croisant perpendiculairement sont posées (...) sur toute la longueur du mur. Elles sont séparées par un espace de 2 pieds. Elles sont rendues solidaires entre elles et recouvertes par une masse de terre[20]". Un réseau avancé de défenses complétait la protection du camp : talus, fossés, tours, portes étroites, ponts en bois, etc..

Ce fut probablement le camp principal des Osismes qui s'étaient ligués avec les Vénètes, les Coriosolites, les Namnètes, les Redones et d'autre peuples gaulois face à l'invasion romaine. Il a pu servir lors de cette invasion entre 56 et 51 avant JC. Il est donc nettement antérieur au légendaire roi Arthur dont il porte à tort le nom[21].

Le camp d'Artus continua à être occupé aux débuts de l'époque gallo-romaine, ce qui laisse penser que le territoire de Huelgoat fut fréquenté par les légions romaines, puis devint au Haut Moyen Âge une place-forte appelée château d'Artus, fortifiée par les comtes du Poher. La cité aurait été entourée alors de murailles[17].

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Huelgoat fut carrefour entre an hent-meur ("la grande route", axe Lorient-Roscoff) et an hent ahes ("le chemin d'Ahes") [Ahès est un nom ancien de Carhaix], axe ouest-est vers le centre de la Bretagne.

Beaucoup plus tard, la partie nord du camp d'Artus fut réutilisée pour la construction d'une motte féodale.

Les "Gestes des saints de Redon", rédigés vers 869, rapportent la présence de deux ermites, Gerfred et Fidweten, dans les solitudes boisées de « Silva Wenoc », lieu identifié par les historiens comme étant le village de Coat-Guinec, dans l'actuelle commune du Huelgoat[22].

Au cours du Moyen Âge et des siècles qui suivirent, Huelgoat fait partie du territoire des Ducs de Bretagne puis du Royaume de France, partageant les aléas de ces états. Huelgoat fut longtemps un simple hameau de Plouenez (ou Ploumenez, la « paroisse de la montage ») avant d'être une simple trève de la paroisse de Berrien. Le duc de Bretagne Jean II (1235-1309) fit construire un moulin (le moulin du chaos est construit en 1339 et est possession ducale, puis royale[23]) et une prison au Huelgoat[24].

Huelgoat est depuis longtemps un lieu réputé pour ses foires et marchés. Dès 1250 environ, les ducs de Bretagne transférèrent à cet endroit les droits de foire détenus jusqu'alors par les moines de l'abbaye du Relec, ce qui provoqua l'essor de la localité: "Huelgoat e m'eus guelet e coal, ha goude-se e prad. Breman velan anezhi eur guer vrao a varc'had" ("J'ai vu Huelgoat en forêt, plus tard en prairie, je le vois maintenant devenu une belle ville de marché" (paroles attribuées à Isaac Laquedem (Juif errant) qui serait passé à trois reprises au Huelgoat).

L'existence d'un château au Huelgoat au XIVe siècle est attestée par plusieurs documents : par exemple en 1373 le connétable Bertrand Duguesclin rend une ordonnance nommant Guillaume de Kermartin gouverneur du dit château[25] et autorise l'installation d'une garnison de 20 lances au chasteau de Huelcoît[18]. Huelgoat a même été un temps siège de sénéchaussée puisque celle-ci est supprimée par le roi Charles IX par des Lettres patentes données à Blois le 29 mars 1564[26], en même temps que celle de Landeleau au bénéfice de la juridiction de Châteauneuf-du-Faou, des audiences (plaids généraux) se tenant toutefois dans les trois lieux jusqu'en 1790. La cité semble avoir connu un certain déclin aux XVIe et XVIIe siècles.

La forêt du Huelgoat était à l'époque très étendue : dans une ordonnance rendue le 12 mai 1545, le roi François Ier dit que « "la coupe en sera faite en cinquante fois différentes" »[27].

En 1640, une épidémie sévit au Huelgoat ; les officiers de justice ordonnent au sergent de ville « "de faire tuer dans les vingt-quatre heures les chiens, pourceaux, et de nettoyer les rues, à peine de 100 livres d'amende" »[28].

Du XVIIe siècle à la Révolution française[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini (XVIIIe siècle) de la région d'Huelgoat

La commune est également connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675[29]. Dom Michel Le Nobletz (1557-1652), célèbre prédicateur, écrit que Huelgoat est « une citadelle d'enfer ».

Les mines de plomb argentifère[modifier | modifier le code]

Minerai de galène trouvé au Huelgoat
Article détaillé : Poullaouen.

Les mines de plomb argentifère d'Huelgoat, Locmaria-Berrien et Poullaouen ont été exploitées probablement dès l'âge du bronze, puis par les Romains[30], mais surtout à partir du XVe siècle, même si la première concession minière accordée aux "Mines de Basse-Bretagne" date de seulement 1729[31]. L'étang ou lac du Huelgoat, vaste de 15 hectares, fut créé dès le XVIe siècle pour servir de retenue d'eau pour les besoins de la mine de Locmaria-Berrien par un allemand originaire de Saxe, Koenig. La digue a été renforcée entre 1720 et 1724[32], la compagnie minière devient aussi propriétaire du moulin du chaos. Ces mines ont surtout été exploitées entre 1750 et 1867, l'apogée se situant à la fin du XVIIIe siècle (1791 est l'année du record de production, le nombre des employés est d'environ 800, même si Cambry[33], à tort, estime leur nombre à 2 400 personnes). L'exploitation minière cesse à la fin du XIXe siècle[34]. Les carrières de granite deviennent alors la principale activité minière.

Les foires et marchés[modifier | modifier le code]

Vers 1780, Louis Ogée[27] en recense dix foires dans l'année : « Il y a foire le lendemain de la Purification,le premier jeudi de carême, le lendemain de l'Assomption, le jour Saint-Marc, les 19 mai, 25 juin, 9 septembre, 28 octobre, 21 novembre et le lendemain de l'Annonciation ». Elles étaient encore réputées dans la seconde moitié du XIXe et au début du XXe siècles[35]. Des halles existaient encore sur la place centrale du bourg en 1889[36]. Les transports étaient pourtant difficiles: John Kemp écrit en 1859 que "la malle impériale mettait deux heures" pour parcourir les 18 km séparant Huelgoat de Carhaix et que, de plus, le Huelgoat n'étant pas alors sur la route principale, "nous avons dû marcher avec nos sacs, après avoir quitté la malle-poste, sur une lande désolée et ventée[37]".

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Huelgoat aux XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

La commune du Huelgoat est créée en 1790, accédant en même temps au statut de chef-lieu de canton, en dépit des protestations de Berrien, et devient siège de paroisse par la loi du 12 septembre 1791[38], Berrien en devenant une simple succursale avant d'en être totalement détachée en 1801.

Le monde rural des environs du Huelgoat[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Plonéis a étudié la vie rurale dans le canton du Huelgoat[39]. Pendant l'Entre-Deux-Guerres et encore dans l'immédiat Après-Deuxième Guerre mondiale, Huelgoat garde un rôle commercial important et est aussi, grâce à ses écoles, un ilot de francisation dans un environnement rural encore bretonnant :

« Huelgoat était considérée comme une petite ville. Il était de bon ton de parler français. Alors que dans les petits bourgs autour, on parlait breton. Les enfants de Scrignac ou d'ailleurs avaient déjà appris à parler français à l'école primaire. À Huelgoat, ça faisait paysan, ça faisait ploc de parler breton. On entendait parler breton uniquement le jour de la foire[40]. »

L'âge d'or du tourisme huelgoatin[modifier | modifier le code]

Affiche touristique représentant Huelgoat dans la décennie 1920
L'Hôtel de France au Huelgoat vers 1920

La pauvreté est longtemps restée très grande. En témoigne cette description d'une chaumière huelgoataine vers 1895 faite par la comédienne Gabriela Zapolska : « Nous arrivons dans un petit hameau aux petites maisons basses, construites en pierres naturelles et couvertes d'un toit de chaume. Leurs fenêtres minuscules laissent à peine entrer le jour. […] Madame ne parle pas français. […] Cette bretonne est très laide avec son costume noir et ses sabots remplis de paille, avec ses bas troués et sa coiffe. […] »[29]. En 1888, une épidémie de variole hémorragique touche tout le canton du Huelgoat.

Au XXe siècle, le tourisme devient l'activité principale. Malgré le handicap d'une médiocre desserte ferroviaire, la gare du Réseau Breton (la ligne ferroviaire à voie métrique Carhaix-Morlaix est inaugurée en décembre 1890[41]) se trouvant à Locmaria-Berrien, à 7 kilomètres de la ville (« Il faut une demi-heure de voiture et de poussière »[42] pour y parvenir), Huelgoat devient fin XIXe – début XXe siècles le « Fontainebleau breton », par analogie au chaos de Fontainebleau. Des hôtels de luxe[29] s'ouvrent : l'hôtel de France en 1906, l'hôtel d'Angleterre[43] en 1908, l'hôtel de Bretagne, etc., attirant artistes et poètes, mais aussi une clientèle plutôt fortunée. L'affiche La Bretagne pittoresque[44] éditée par les Chemins de fer de l'État entre 1920 et 1930, et représentant Huelgoat, illustre cet « âge d'or » du tourisme huelgoatin.

André Mori écrit en 1885 : Huelgoat « est une colonie anglaise. On n'y rencontre que clergymens boutonnés, touristes en culottes et en bas de laine, babies vêtus de rouge et vieilles ladies munies d'albums. (...) La vie est d'un incroyable bon marché : de là l'invasion anglaise »[45]. André Hallays confirme vers 1910 : « Huelgoat est une colonie anglaise »[46].

Le syndicat d'initiative du Huelgoat est créé dès 1923. Huelgoat possède alors autant d'hôtels que Camaret.

Luttes politiques et rivalités scolaires du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au milieu du XIXe siècle, le centre de la Bretagne et tout particulièrement la région du Huelgoat , constituaient un « bloc d'analphabétisme »[47]; en 1860 on dénombre environ 60 % d'analphabètes en Haute-Bretagne, mais 73 % en Basse-Bretagne. « Très clairement, à cette époque, on n'attache aucune importance à l'école. D'une part, parce que l'école enseigne dans une langue étrangère, le français, et d'autre part, parce que malgré certaines évolutions du monde agricole dès 1850, les enfants sont censés reproduire les activités des parents, censés reprendre la ferme »[48]. « L'usage quasi-exclusif de la langue bretonne, la pauvreté des campagnes, la grande taille des communes, la voirie déficiente » furent longtemps défavorables à un essor de la scolarisation. « Avec un demi-siècle de retard sur certaines régions de France, le Centre-Bretagne frémit. Mais nombreux sont encore en 1900 ceux qui ne savent, pour n'être jamais allé à l'école ou pour ne la fréquenter que très épisodiquement, ni lire, ni écrire, ni compter »[49]. Même si la citation qui précède concerne en fait la région de Pontivy, elle est valable aussi pour la région du Huelgoat. L'essor de l'école républicaine au XXe siècle, illustré par des exemples tels que ceux du Huelgoat, de La Feuillée, de Scaër, etc.. n'en est que plus remarquable.

En 1874, un rapport de l'inspecteur primaire atteste de l'existence d'une école communale de filles (70 inscrites), concurrente de l'école libre également existante. La concurrence entre les deux écoles était rude : un rapport de l'inspecteur primaire de la circonscription de Châteaulin en date du 3 octobre 1897, évoquant une lettre de Mme Pouliquen, alors directrice de l'école publique de filles d'Huelgoat dit :

« Je savais déjà que, sur un mot d'ordre parti de Saint-Brieuc, les congréganistes avaient utilisé les vacances pour enlever le plus d'élèves possible aux écoles publiques : avances, cajoleries,menaces, terreur, influence du clergé et action des dévotes, tout a été mis en place dans ce but. (...) Nous n'avons donc, il me semble, à user d'aucun ménagement avec ces ennemis[50]. »

La concurrence entre l'école laïque et l'école religieuse était alors impitoyable. Paradoxalement, il semblerait que cette rivalité des établissements scolaires ait engendré une émulation fructueuse, finalement favorable à l'essor éducatif.

Les locaux étaient précaires ; lors de sa session d'août 1880, un rapport du Conseil général du Finistère écrit :

« La commune d'Huelgoat ne possède actuellement qu'une maison d'école de garçons qui se trouve dans un état de délabrement complet et menace ruine. L'école des filles se tient dans une chambre louée à cet effet et qui peut être à chaque instant retenue par son propriétaire qui n'a pas voulu passer de bail avec la commune. »

Ce n'est qu'en 1910 qu'une école publique des filles, disposant de six classes, est enfin construite au lieu-dit "le Pouly". L'école des garçons avait été construite bien avant. Mais les locaux de la nouvelle école des filles, qui comprennent un internat de 80 pensionnaires, laissent à désirer : l'école est dépourvue d'eau courante (« l'accès à l'eau est à 500 mètres avec accès très pénible, (...) les deux dortoirs sans communication avec la maison d'habitation » de la directrice[51], « leur distribution est si mal conçue qu'il faut traverser une cour et un préau pour aller de ce logement à l'escalier de chaque dortoir »)[52]. En 1911, l'école publique des filles accueille 390 élèves, contre 39 quelques années avant ; en 1920, l'école accueille 286 filles et 24 garçons. L'inspecteur écrit dans son rapport cette année-là : « Mme Pouliquen combat énergiquement la concurrence de l'école privée »[50].

Les deux écoles publiques du Huelgoat sont lors de véritables « séminaires laïques », particulièrement l'école des filles sous la direction de Louise Priser qui en est la directrice entre 1955 et 1973 :

« Pour nous l'école, c'était l'ascenseur social, même si l'ascenseur n'est pas monté très haut. (...) Les filles des communes voisines venaient en sixième au pensionnat. Au Cours complémentaire, il y avait une sixième, une cinquième, une quatrième, une troisième et une troisième spéciale pour préparer les concours administratifs, notamment le concours de l'École normale. Seules celles susceptibles de réussir se présentaient. Ce qui engendrait un taux de réussite extraordinaire évidemment. Mais il faut dire que nous étions studieuses ! À la fin de la troisième, on passait le BEPC. Certaines restaient ensuite en troisième spéciale où elles préparaient l'École normale ou le concours des postes? C'était la "prépa" de l'époque[53]. »

Comme les communes voisines, Huelgoat est un fief successivement républicain, laïque, radical, socialiste, communiste dans la seconde moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle. Dans Tableau politique de la France de l'Ouest, André Siegfried note par exemple que pour l'année scolaire 1911-1912, 14 % des filles seulement sont scolarisées à l'école privée au Huelgoat contre 77 % à Plabennec dans le Léon voisin[54]. Dans la première moitié du XXe siècle, les polémiques furent souvent vives et les manifestations nombreuses opposant « blancs » et « rouges », « cléricaux » et « laïcs » : l'expulsion du curé du Huelgoat de son presbytère le 22 juin 1907 provoqua de violentes protestations, le fuite du curé et de son vicaire et la paroisse se trouva sans prêtres[29]. La représentation de la pièce de théâtre à tonalité anticléricale issue du roman d'Yves Le Febvre La terre des prêtres[55] en fut un autre exemple mémorable, cette représentation théâtrale itinérante étant surnommée « Tournée des Sans-Dieu » par l'hebdomadaire Le Courrier du Finistère, propriété de l'évêché[56], qui décrit les vives manifestations et contre-manifestations qui eurent lieu à Huelgoat en cette occasion.

Huelgoat au cœur de la « renaissance bretonne »[modifier | modifier le code]

Charrette sur la place centrale du Huelgoat pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Résistants de la région pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Char américain au Huelgoat en 1944.

Dès 1921, Huelgoat organise des « fêtes bretonnes » : le maréchal Foch honore de sa présence la première édition[57], à laquelle participe aussi le ministre des travaux publics Yves Le Trocquer dont la réception est ainsi décrite :

« C'est dans cet aimable cadre que se sont déroulées les grandes fêtes bretonnes auxquelles ont participé les gars et les jeunes filles de Haute et de Basse Cornouaille, de Bigoudénie, du Bas et du Haut Léon, du pays de Tréguier, et une foule immense de curieux et de touristes. (...) Dès l'aube, le vallon, la cité et la montagne furent en joie, choses et gens comme remplis d'allégresse, avec ronflement des binious et aux accents stridents et étranges des bombardes. Jamais ministre ne connut de plus gracieuse ni de plus somptueuse réception (...). Précédé des joueurs de binious et de bombardes, et du cortège splendide des gars et des jeunes filles en costume breton, et encadré des robustes cavaliers chevauchant leurs réputés bidets bretons fleuris et enrubannés, le ministre entra parmi les acclamations et suivi par une foule qui dansait, électrisée, par les gniengniengnien des binious, dans la bonne ville de Huelgoat[58]. »

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les Huelgoatins morts pour la France[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts du Huelgoat porte les noms de 150 personnes mortes pour la France dont 95 pendant la Première Guerre mondiale, 53 pendant la Seconde Guerre mondiale, une pendant la guerre de Corée et une pendant la guerre d'Algérie[59].

Huelgoat et la Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les troupes allemandes, venant de Morlaix, occupent Huelgoat le 20 juin 1940: Dans Huelgoat même, du côté allemand, se trouve un bataillon d'infanterie (deux compagnies à l'école libre des filles, une à l'école publique des filles, une disséminée en ville et à l'hôtel du Lac), appuyé dans le village de Kervinaouet, dominant la ville à 1 500 mètres [de distance], par une batterie de cinq canons de 77[60]. L'école publique des filles est partiellement transformée en prison, des barreaux fixés aux fenêtres.

Un important maquis FTP, animé au début par Fernand Jacq jusqu'à son arrestation en novembre 1941, se développe aux alentours d'Huelgoat, y compris dans des communes comme Berrien et Poullaouen. « En 1943, la plupart des jeunes et des moins jeunes étaient résistants, et s'ils n'étaient pas résistants, ils soutenaient la résistance »[61]. Le général Ramcke lui-même, le chef des parachutistes allemands basés à Brest, a écrit : « Le point névralgique était près d'Huelgoat. Il y avait là dans les forêts épaisses, un des plus grands maquis de Bretagne »[62]. Trois résistants, Pierre Ruelen, Jean Volant et Émile Berthou, sont fusillés par les Allemands dans la forêt d'Huelgoat le 4 juillet 1944.

Huelgoat est libéré le 5 août 1944 vers 15 heures, à la suite des combats entre l'avant-garde américaine et des unités de la 3ème division allemande de parchutistes, qui occupaient le bourg. Huit soldats américains sont tués pendant les combats. Battus après avoir perdu une cinquantaine de morts et 150 prisonniers, les Allemands survivants se cachent dans la forêt du Huelgoat et, vers 17 heures, s'infiltrent dans le bourg jusqu'à l'Hôtel de France, abattant sa propriétaire, Mme Dilasser , tuent ensuite trois personnes (Mme Liziour, sa fille et son fils) dans un commerce voisin, puis le maire Jean-François Le Dilasser. Un autre groupe d'Allemands tue un gendarme en retraite, Cosquer, et Marie Le Boulch[63], institutrice, tuée dans la cour de l'Hôtel de France. Cinq autres personnes sont tuées par d'autres Allemands : deux facteurs en retraite, Le Scanf (80 ans) et Mouzer ; un retraité de la marine, Henri Cabioch, deux femmes, Mme Rouiller et Melle Le Gall. En tout, quatorze Huelgoatains ont été sauvagement abattus par les soldats nazis ce jour-là[64].

La libération du Huelgoat par les troupes américaines est ainsi racontée :

« Le 5 août 1944, vers 15 heures, le premier char entre dans la ville. Passant la chicane de la Rue des Cieux à hauteur de la chapelle, le premier char Sherman du 68ème tank bataillon guidé par quelques FFI continue sa marche. Au carrefour, il tourne à gauche, canonne la kommandantur et mitraille une traction avant. Les chars et les half-tracks transportant l'infanterie du 44ème bataillon investissent la ville[65]. »

Le 8 août 1944, le corps de Georges Le Scraigne, tué par les Allemands d'une balle dans la tête, est découvert sous un tas de paille dans le village de Kervinaouet[66].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 605 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
977 898 900 929 1 037 1 171 1 156 1 200 1 215
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 176 1 203 1 277 1 240 1 327 1 184 1 401 1 324 1 413
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 600 1 874 2 134 1 996 2 207 2 331 2 283 2 431 2 363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 057 2 456 2 230 2 026 1 742 1 687 1 622 1 602 1 605
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[67] puis Insee à partir de 2004[68].)
Histogramme de l'évolution démographique


L'indépendance communale acquise tardivement (Huelgoat n'était antérieurement qu'une trève de la paroisse de Berrien) et la promotion immédiate au statut de chef-lieu de canton ont favorisé la croissance démographique continue de la commune tout au long du XIXe siècle et même, si l'on excepte le déclin temporaire dû à la Première Guerre mondiale, jusqu'en 1931, année d'un premier maximum démographique. La population a plus que doublé en un siècle. Le rôle administratif de la ville, son attractivité commerciale, y compris les foires et marchés, son essor touristique, expliquent cette augmentation de population.

De 1931 à 1968, la population évolue en dents de scie, reste presque stable globalement, le maximum absolu étant toutefois atteint en 1968 avec 2 456 habitants. Depuis 1968, le déclin économique de la ville qui a perdu l'essentiel de son attractivité commerciale et touristique s'accompagne d'un net déclin démographique continu, Huelgoat perdant 834 habitants en 41 ans, soit plus du tiers de sa population (-34 %). Entre 1999 et 2007[69] le taux de natalité est de 6,8 pour mille alors que le taux de mortalité est de 29 pour mille, d'où un très important déficit naturel qui va croissant (-2,2 % l'an entre 1999 et 2006). De 1998 à 2007, Huelgoat a connu en 10 ans 108 naissances pour 478 décès! L'existence d'un important établissement hébergeant des personnes âgées perturbe toutefois les statistiques et explique aussi pour partie que 47,7 % des femmes et 31,9 % des hommes habitant la commune soient en 2007[69] âgés de 65 ans et plus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Blason du Huelgoat :
De gueules au cerf passant d'or, au chef ondé de sinople soutenu aussi d'or, chargé d'une moucheture d'hermine accostée de deux carpes posées en face et affrontées, le tout aussi d'or.
Officiel : déposé en préfecture le 24 août 1977. Blason présenté sur le site de l'office de tourisme de la commune[70].
Concepteur : Bernard Le Brun

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1809 après 1809 Olivier Féjean   Notaire
avant 1853 après 1865 Jean-Marie Le Citol   Nommé par le gouvernement impérial de Napoléon III.
vers 1888 vers 1893 Le Gall   Reçoit les palmes académiques en 1891
  1910 Féjean Républicain  
1910 1912 Hyacinthe Bergot Divers droite Notaire
1912 1919      
1919 1925 Louis Lallouët SFIO puis PCF à partir de 1920 Premier maire communiste de Bretagne
1929 1935 Corentin Le Floch Socialiste « indépendant » Assureur
1935 1944 Jean-François-Marie Le Dilasser Radical et républicain Conseiller général de 1919 à 1937. Assassiné par les nazis en 1944
mai 1945 mars 1983 Alphonse Penven PCF Agriculteur. Député du Finistère (1956-1958)[71] - Conseiller général du Canton de Huelgoat (1945-1982)
mars1983 mars 1989 Joseph Guillou Divers droite  
mars 1989 mars 2001 Robert Cleuziou PCF  
mars 2001 mars 2008 Irène Dissez DVD Première femme maire d'Huelgoat
mars 2008 en cours Corentin Garrec App PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Tourisme et Patrimoine[modifier | modifier le code]

La vocation touristique de Huelgoat ne date pas d'hier ; les Anglais, les premiers, y viennent nombreux au début du siècle dernier, attirés par la beauté naturelle du site[réf. souhaitée] : forêt légendaire, dernier vestige occidental, peut-être, de l'antique Brocéliande, chaos de rochers fantastiques, lieux archéologiques, lac, rivières poissonneuses[réf. souhaitée], etc.

Charles Le Goffic (1863-1932), dans Croc d'Argent[72], roman d'Huelgoat et de sa forêt, écrit :

« (...) Huelgoat! Sources, ruisseaux, torrents, forêts sacrées, (...) Huelgoat! Huelgoat! Sur la bruyère desséchée,

Lorsque le vent d'hiver menait sa chevauchée,
Tout l'horizon, de Lopéret à Ruguellou,
Se rebroussait comme une immense peau de loup.
(...) Huelgoat! Le Camp Romain, le Chaos, les menhirs..
J'entends bruire en moi l'essaim des souvenirs,
J'évoque saint Herbot au pied de sa cascade, (...)
Huelgoat! Le soir descend sur la forêt. Tout bruit
S'est tu.(...) »

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

  • La chapelle Notre-Dame-des-Cieux[73] (en breton : Itron Varia an Neñvoù). Cette église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 12 novembre 1914[74].
  • L'église Saint-Yves de Huelgoat (elle date de 1591 mais a connu deux restaurations, l'une au XIXe siècle après qu'elle fut dévastée par la foudre[75] et en 1953[17]). Cette église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 28 octobre 1926[76].
  • Le moulin du chaos[24].
  • La place Aristide Briand, ancienne place du marché[18].
  • le camp d'Artus, ancienne forteresse gauloise (l'oppidum et son mur enceinte sont encore très visibles).
  • le menhir de Kerampaulven, au nord la ville.
  • le menhir de Kerlescun, au sud de la ville.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • La forêt du Huelgoat, plantée principalement de chênes et de hêtres s'étend sur environ 1 000 hectares ; forêt domaniale, elle a longtemps abrité des sabotiers[77] mais elle a été ravagée par l'ouragan d'octobre 1987 et abrite un remarquable chaos granitique dans la vallée de la Rivière d'Argent principalement et une série de sites naturels étranges ayant souvent fait naître légendes et contes :
    • la roche tremblante ;
    • le ménage de la Vierge ;
    • la grotte du diable (ancienne cache de Marion du Faouët) ;
    • la mare aux sangliers ;
    • la grotte d'Artus ;
    • le gouffre ;
    • le chaos ;
    • la mare aux fées.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • L'arboretum du Poërop[78], ancien jardin thérapeutique de l'hôpital, s'est transformé, sous l'action de son ancien directeur Jean Merret, en un arboretum paysager de 22 hectares abritant arbustes et arbres menacés des cinq continents.

Le lac, d'une superficie de 15 hectares, se déverse dans la Rivière d'Argent (qui doit son nom aux anciennes mines), alimentant le Moulin du Chaos et le chaos granitique. Un canal long de trois kilomètres achemine une partie de l'eau jusqu'aux anciennes mines et alimente un ouvrage d'EDF[79].

Légendes[modifier | modifier le code]

  • La légende de sainte Victoire, ancienne patronne du Huelgoat : un bas-relief lui est consacré dans la chapelle Notre-Dame des Cieux et elle était encore vénérée lors du pardon de 1857[73]. (Un dragon vivait dans une grotte et empestait mortellement les environs ; il fut chassé grâce à sainte Victoire. Après son martyre, elle fut enterrée dans un tombeau dans cette même grotte du dragon.)
  • La légende du Gargantua huelgoatin n'est qu'un plagiat d'une légende léonarde racontée par Paul Sébillot[80], écrit pour enjoliver les publications touristiques de la Belle Époque.
Vue panoramique du chaos de rochers
  • Le Chaos du moulin serait l'œuvre de Gargantua : le géant irascible aurait jeté là des blocs de pierre pour se venger du mauvais accueil des habitants du Huelgoat ; un peu plus en aval, le « trou du diable » s'enfonce sous les rochers dans le bruit assourdissant de la rivière d'Argent ; plus loin le « gouffre de Dahut » est profond d'une dizaine de mètres : c'est là que la fille du roi Gradlon précipitait ses amants d'une nuit, ce gouffre étant relié par des souterrains à la ville d'Ys. Autre référence à la légende arthurienne : la « grotte d'Arthus » où le roi Arthur et quelques chevaliers fidèles seraient enterrés.
  • Le chaos du Huelgoat: une autre légende explique ainsi l'origine du chaos du Huelgoat: il résulterait d'une dispute entre les habitants des deux villages de Plouyé et du Huelgoat, les populations des deux villages se seraient battues à coups de pierres géantes, et faute de force suffisante, ces pierres seraint retombées à mi-chemin, d'où le chaos.
  • La légende de la grotte du diable: un révolutionnaire de Berrien s'y serait réfugié pour échapper aux Chouans et aurait allumé un grand feu pour échapper au froid. Il aurait porté un chapeau orné de plumes rouges et tenu une fourche à la main lorsque les Chouans pénétrèrent dans la grotte. Ceux-ci auraient cru à l'apparition du diable et auraient pris la fuite en criant "Au diable!...".

Événements[modifier | modifier le code]

  • En mai le départ du semi-marathon Huelgoat-Carhaix[81] est donné au bord du lac.
  • Foire et pardon de Notre-Dame des Cieux traditionnellement le premier dimanche d'août. Tombé en désuétude, la foire reste néanmoins présente.
  • Le troisième week-end du mois de septembre a lieu la concentration nationale de VTT les Roc'h des Monts d'Arré.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Stèle en mémoire de Victor Segalen au-dessus du gouffre à l'emplacement de son décès
  • Victor Segalen (1878-1919), médecin de marine, grand voyageur, écrivain et poète, est décédé le 21 mai 1919 dans la forêt du Huelgoat, tenant son Shakespeare à la main, sur un promontoire surplombant le gouffre. Il est enterré au cimetière d'Huelgoat. Au-dessus du gouffre se trouve une stèle commémorative à l'emplacement où il est décédé.
  • Paul Sérusier (1864-1927) a séjourné au Huelgoat en 1892 et 1893 où il a peint plusieurs tableaux dont Louise ou la servante bretonne (représentant sa servante Louise Garrec), Jeune bretonne à la cruche, L'incantation ou le bois sacré, etc. D'autres tableaux, peints ailleurs, sont d'inspiration huelgoataine comme Rochers dans la forêt d'Huelgoat, Bretons dans la forêt d'Huelgoat, etc.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Plaque commémorative rappelant l'ascendance de Jack Kerouac.
  • Jack Kerouac, descendant d'un émigré de la région Urbain-François Le Bihan de Kervoach, fils du notaire royal François-Joachim Le Bihan sieur de Kervoac, notaire royal à Huelgoat (1666-1727)[82], né à Huelgoat[83].
  • Henri Pierre Ponthier de Chamaillard, né au Huelgoat en 1822, député du Finistère entre 1871 et 1876.
  • Fernand Jacq[84], né à Granville (Manche) en 1908, surnommé « le médecin des pauvres » avant la seconde guerre mondiale, membre du parti communiste, conseiller municipal d'Huelgoat à partir de 1935, fut un résistant actif, l'un des organisateurs des premiers réseaux F.T.P. (Francs-Tireurs et Partisans) dans le Finistère ; il fut arrêté le 3 juillet 1941, détenu à Châteaubriant au camp de Choisel et fusillé par les Allemands, en représailles de l'exécution à Nantes du Feldkommandant Hotz en 1941 par des résistants communistes, le 15 décembre 1941 à l'âge de 32 ans dans une clairière du bois de Blisière[85] à Juigné-des-Moutiers près de Châteaubriant. Militant de la langue bretonne, il dispensa, durant sa captivité, des cours de breton pour les autres otages du camp et mis en place une chorale bretonne. Le chant patriotique breton "Bro gozh" fut entonné par ses camarades otages, avec L'Internationale en breton, lors de son exécution.
  • Alphonse Penven, originaire du village de Coatmocun, ancien député du Finistère, membre du Parti communiste, a été maire du Huelgoat de 1945 à 1983.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Le Scraigne, Ma vie au Huelgoat, Emgleo Breizh,‎ 2002 (ISBN 2908463431)
    L'auteur raconte la vie rurale traditionnelle dans le hameau de Kervinaoued au Huelgoat.
  • René Delaporte, La sénéchaussée de Châteauneuf-du-Faou, Huelgoat et Landeleau et les juridictions seigneuriales du ressort, Pedone,‎ 1905 (lire en ligne)
  • Éliane Faucont-Dumont et Georges Cadiou, Huelgoat et les Monts d'Arrée, les rebelles de la montagne, Saint-Cyr-sur-Loire, éditions Alan Sutton, 2008.
  • Louis Priser, Le temps des jonquilles, Huelgoat, éditions Louis Priser, 1995.
  • Visite de Lavoisier aux mines de plomb argentifère de Poullaouen et Huelgoat.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs films ont été tournés au Huelgoat. Parmi eux :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. site de la communauté de communes des Monts d'Arrée
  2. http://espace-svt.ac-rennes.fr/photo/huelgoat/huelgoat2.htm
  3. http://espace-svt.ac-rennes.fr/applic/huelgoat/l-huel/l-hue-1.htm
  4. a et b http://pickland.chez-alice.fr/granite.htm
  5. A. Nora, "La vie au patronage, Organisation catholique des œuvres de jeunesse", no 7, année 1929, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5704585r.r=Saint-Herbot.langFR
  6. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère : l'état de ce département en 1794 et 1795, Société archéologique du Finistère,‎ 1999
  7. http://pickland.chez-alice.fr/scorie.htm
  8. http://pickland.chez-alice.fr/koz3.htm#Anatole
  9. http://pagesperso-orange.fr/an-uhelgoad/rochtramblante.htm"
  10. GEO no 400 de juin 2012 p. 142
  11. http://fr.topic-topos.com/carriere-de-granit-huelgoat
  12. Louis Chauris, "Le granite du Huelgoat et le canal de Nantes à Brest", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CXXIX, 2001
  13. (Le Scraigne 2002)
  14. http://www.lambert-granit.com/sorodec.htm
  15. Adolphe Laurent Joanne, Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies, Pais, 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k733913.r=Plouy%C3%A9.langFR
  16. Panneau d'information de l'Office national des forêts à l'entrée de la zone touristique
  17. a, b et c Roger Frey, « Huelgoat », sur http://www.infobretagne.com, Infobretagne (consulté le 15 avril 2010)
  18. a, b et c Jacques Thepaut, « Huelgoat (histoire de la ville et du canton) » (consulté le 15 avril 2010)
  19. Pickland, « LE CAMP D'ARTUS (Kastell -Artus) l'oppidum, Le Capitole des Osismes » (consulté le 15 avril 2010)
  20. Jules César, "De bello gallico", VII, 23"
  21. Michel Le Goffic, "Panneau d'information touristique implanté à proximité du site"
  22. Bernard Tanguy, « De l'Armorique à la Bretagne : l'émigration bretonne et ses conséquences », Kreiz Breizh, no 7,‎ 3e trimestre 2003
  23. Lena Gourmelen, "A la conquête de l'eau, usages et représentations", revue Kreiz Breizh" no 2, 2e semestre 2001
  24. a et b Pickland, « Le moulin du chaos » (consulté le 15 avril 2010)
  25. (Delaporte 1905, p. 28), [lire en ligne]
  26. (Delaporte 1905, p. 35), [lire en ligne]
  27. a et b Louis Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la Bretagne, Rennes, Molliex,‎ 1843
  28. (Delaporte 1905, p. 207), [lire en ligne]
  29. a, b, c et d Éliane Faucon-Dumont et Cadiou, Huelgoat et les Monts d'Arrée : les rebelles de la montagne, 37540-Saint-Cyr-sur-Loire, éditions Alan Sutton,‎ 2008 (ISBN 978-2-84910-738-6)
  30. Edmond Monange, « Les mines de Poullaouen et Huelgoat », Kreiz Breizh, no 11,‎ 3e trimestre 2004
  31. Edmond Monange, Une entreprise industrielle au XVIIIe siècle : les mines de Poullaouen et du Huelgoat, thèse de doctorat de 3e cycle, UBO, 1972
  32. Le bourg avant 1865, lithographie de Sabatier d’après un dessin de Félix Benoist (dans La Bretagne Contemporaine, Nantes, 1865)
  33. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère ou l'état de ce département en 1794 et 1795, Société archéologique du Finistère, 1999
  34. Site de l'Association de Sauvegarde de l'Ancienne Mine, consulté le 15 avril 2010.
  35. Vue du bourg depuis le nord, carte postale autour de 1900 (A.D. Finistère, 2 Fi 81)
  36. B. Girard, La Bretagne maritime, 1889
  37. John Kemp, "Chasse et pêche en Basse Bretagne", 1859, Les Éditions du bout du monde, réédition de 1986
  38. Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale, tome 12, Éditeur, Imprimerie nationale (Paris), 1791, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f434.image.pagination.r=kergloff.langFR
  39. Jean-Marie Plonéis, "Une autre lecture de l’histoire du monde rural. Le canton de Huelgoat, au cœur des monts d’Arrée", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CXIII, 1984
  40. Yvette Hourmant, dans "L'école des filles (1910-1920), 100 ans d'utopie", par Françoise Livinec et Chloé Batissou, Françoise Livinec éditions, 2010 [ISBN 978-2-9530112-9-6]
  41. "Journal des chemins de fer" no 5808, 3 janvier 1891, page 667
  42. Henry Calais, La Dépêche de Brest, article du 12 juin 1908.
  43. Ancien Hôtel d'Angleterre, rue du Docteur Jacq.
  44. http://fr.topic-topos.com/la-bretagne-pittoresque-huelgoat
  45. André Mori, Journal des débats politiques et littéraires n° du 24 septembre 1885
  46. André Hallays, À travers la France : de Bretagne en Saintonge, Librairie Perrin,‎ 1914, 2e éd.
  47. Expression de Michel Lagrée, citée par Jean Ollivro dans « Le tournant éducatif breton », revue « Ar Men » no 46, mai-juin 2005
  48. Jean Ollivro dans "Le tournant éducatif breton", revue "Ar Men" no 46, mai-juin 2005
  49. André Quintric, "Le développement de la scolarisation et la vie des écoliers en centre Bretagne au XIXe siècle, l'exemple de la région de Pontivy", ministère de l'Éducation nationale, CRDP, Rennes, 1998
  50. a et b Cité par Françoise Livinec et Chloé Batissou, "L'école des filles (1910-1920), 100 ans d'utopie", Françoise Livinec éditions, 2010 [ISBN 978-2-9530112-9-6]
  51. Lettre de Mme Pouliquen, directrice de l'école publique des filles du Huelgoat en date du 8 juillet 1911, citée par Françoise Livinec et Chloé Batissou, "L'école des filles (1910-1920), 100 ans d'utopie", Françoise Livinec éditions, 2010 [ISBN 978-2-9530112-9-6]
  52. Lettre de l'Inspecteur d'Académie de Rennes, en résidence à Quimper, au Préfet du Finistère, en date du 19, citée par Françoise Livinec et Chloé Batissou, "L'école des filles (1910-1920), 100 ans d'utopie", Françoise Livinec éditions, 2010 [ISBN 978-2-9530112-9-6]
  53. Témoignage d'Yvette Hourmant, élève à l'école publique des filles d'Huelgoat entre 1948 et 1957, cité par Françoise Livinec et Chloé Batissou, "L'école des filles (1910-1920), 100 ans d'utopie", Françoise Livinec éditions, 2010 [ISBN 978-2-9530112-9-6]
  54. André Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest, 1913, réédité Bibliothèque idéale des Sciences humaines, éditeur Sciences humaines, 2009
  55. Yves Le Febvre, La Terre des prêtres, Le Guilvinec, éditions Le Signor,‎ 1980, 2e éd.
  56. Le Courrier du Finistère, 24 novembre 1934
  57. « Les fêtes bretonnes du Huelgoat », L'Illustration, numéro|4099, 1921
  58. Le Petit Journal, n° du 2 septembre 1921. Le texte complet de l'article, illustré d'une photo, est consultable http://le-cercle-histo.over-blog.fr/article-la-renaissance-des-coutumes-bretonnes-huelgoat-finistere-1921-70901867.html
  59. http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29081&pays=France&dpt=29&idsource=34459&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  60. D'après Auguste Jézéquel, président du Comité Local de Libération, dans le "Bulletin municipal", numéro spécial, "août 1944"
  61. Témoignage de Jean-Marie Le Scraigne, cité dans Françoise Livinec et Chloé Batissou, "L'école des filles (1910-1920), 100 ans d'utopie", Françoise Livinec éditions, 2010 [ISBN 978-2-9530112-9-6]
  62. Cité par Éliane Faucont-Dumont et Georges Cadiou, "Huelgoat et les Monts d'Arrée. Les rebelles de la montagne", Saint-Cyr-sur-Loire, éditions Alan Sutton, 2008
  63. Née le 9 août 1913 à Scrignac
  64. Éric Rondel, "Crimes nazis en Bretagne (Septembre 1941 - Août 1944), Astoure éditions, 2012, [ISBN 978-2-36428-032-8]
  65. "L'arrivée des Américains au Huelgoat", d'après les souvenirs de Bill Zimmer, lettre à Georges Cadiou, cité dans "Huelgoat Infos", Bulletin municipal, numéro spécial "août 1944"
  66. Éric Rondel, "Crimes nazis en Bretagne (Septembre 1941 - Août 1944), Astoure éditions, 2012, [ISBN 978-2-36428-032-8]
  67. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  68. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  69. a et b Recensement 2007 sur le site de l'Insee
  70. Site de l'office de tourisme de Huelgoat
  71. http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/biographies/IVRepublique/penven-alphonse-francois-03111913.asp
  72. Charles Le Goffic, Croc d'Argent, Paris, Hatier,‎ 1922
  73. a et b http://kergranit.free.fr/Textes/Le%20Huelgoat.htm
  74. « Notice no PA00090006 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  75. http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/article-15427452.html
  76. « Notice no PA00090007 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  77. Sabotiers dans la forêt de Huelgoat, photographie de la fin du XIXe siècle (fonds Villard, SDAP Quimper)
  78. Site de l'arboretum
  79. http://luxton.mark.neuf.fr/lake.htm
  80. Pierre Sébillot, Gargantua dans les traditions populaires,‎ 1883
  81. Courses Huelgoat-Carhaix
  82. http://www.genealogie.org/famille/kirouac/Notre_ancetre.htm
  83. Hervé Quéméner et Patricia Dagier, Jack Kerouac, Breton d'Amérique, Le Télégramme Eds,‎ 2009, 208 p. (ISBN 2848332166)
  84. http://pagesperso-orange.fr/memoiredeguerre/biogr/jacq.htm
  85. http://chouannerie.chez-alice.fr/Deportation_44/Images/z_resistance_07_blisiere.jpg