Plouvorn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plouvorn
Mairie de Plouvorn.
Mairie de Plouvorn.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Plouzévédé
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Landivisiau
Maire
Mandat
François Palut
2014-2020
Code postal 29420
Code commune 29210
Démographie
Gentilé Plouvornéen, Plouvornéenne
Population
municipale
2 794 hab. (2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ N 4° 02′ O / 48.58, -4.03 ()48° 35′ Nord 4° 02′ Ouest / 48.58, -4.03 ()  
Superficie 35,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plouvorn

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plouvorn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plouvorn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plouvorn
Liens
Site web Site de la commune

Plouvorn [pluvɔʁn] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rose des vents Trézilidé Mespaul Plouénan Rose des vents
Plouzévédé N Taulé
O    PLOUVORN    E
S
Plougourvest Landivisiau Guiclan, Saint-Thégonnec

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des tumuli de l'âge du bronze ont été découverts à Plouvorn, dont le tumulus de Kernonen, ainsi que des vestiges gallo-romains et des mottes féodales[1]. À la fin du XVe siècle, la paroisse, avec ses deux trèves, Mespaul et Sainte-Catherine, compte quarante-deux familles nobles. La paroisse primitive dépend de l'évêché de Léon.

La commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675. Au XVIIe siècle, la seigneurie de Penhoët, sise en Saint-Thégonnec, s'étendait alors sur huit paroisses : Plouvorn, Saint-Thégonnec, Taulé, Plougar, Guiclan, Pleyber-Christ, Plounéour-Ménez et Commana[2].

Le 21 août 1795, la municipalité, constituée en 1790, demande aux représentants du peuple « d'accorder l'église paroissiale aux citoyens Abgrall et Corre, prêtres catholiques, apostoliques et romains, attendu qu'ils sont suivis par plus de 2500 individus, et au citoyen Ouroual, ancien curé constitutionnel, la chapelle de Lambader, attendu qu'il n'est suivi pour cet effet (le culte) que d'environ 50 individus »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 750 2 623 3 241 2 802 3 182 3 499 3 549 3 572 3 370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 135 3 065 3 256 3 210 3 311 3 191 3 161 3 130 3 088
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 020 3 015 2 982 2 746 2 802 2 785 2 723 2 572 2 548
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 630 2 619 2 525 2 700 2 584 2 573 2 697 2 753 2 755
2011 - - - - - - - -
2 794 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Pierre (XVIIe siècle) qui remplace un édifice élevé aux XIVe et XVe siècles. Elle est restaurée au XIXe siècle. L'édifice, qui porte la date de 1865 sur des murs et 1666 sur un contrefort, comprend une nef de six travées avec bas-côtés, précédée d'un clocher, un transept et un chœur accosté de deux chapelles communiquant avec le transept. Le clocher à double galerie et les fonts baptismaux datent de 1709 et proviennent de l'ancien édifice. De 1860 à 1865, l'église est agrandie selon les plans d'Édouard Puyo, architecte à Morlaix. Des baies sont alors percées et le mur est rehaussé.
  • Chapelle Notre-Dame de Lambader. Placée en bordure d'une ancienne voie romaine et fréquentée au Moyen Âge par les pèlerins du Tro Breiz, la chapelle tire peut-être son nom de saint Patern, ancien évêque de Vannes (Lann-Patern en breton, le "monastère de Saint-Patern" en français) et l'un des Sept saints fondateurs de la Bretagne. Le chevalier Guillaume du Penhoat aurait fait le vœu d'édifier une chapelle à cet endroit à la suite de son retour miraculeux de la septième croisade en 1248, mais la chapelle actuelle est plus tardive, construite entre 1432 et 1440. Construction gothique, calquée sur la chapelle Notre-Dame du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon (29) (hauteur du clocher: 57 mètres). La flèche octogonale est flanquée de 4 clochetons de 10 m avec à sa base une galerie à balustrade quadrilobée et le clocher culmine à plus de 57 mètres. Le jubé, autrefois polychrome, est une véritable dentelle de bois et date des environs de 1410-1420 (restauré en 1877) ; de sa tribune au décor Renaissance et à laquelle on accède par un escalier à vis se faisaient les lectures pieuses ; il porte, tournées vers le chœur, les statues des douze apôtres. Les statues qui ornent la chapelle sont récentes pour la plupart et datent du début du XXe siècle, œuvres de Denis Derrien, sculpteur à Saint-Pol-de-Léon. La "Vierge de Lambader", en bois polychrome, date de la première moitié du XVIe siècle; quatre statues en kersanton représentent saint Patern, saint Gouesnou, saint Divy et saint Goulven. Une fontaine avec une pietà est située en contrebas du mur sud de la chapelle. Une autre fontaine se trouve à 300 mètres, dénommée Feunteun Wenn, "fontaine de dévotion". Les vitraux, qui datent de 1931 à 1945 et sont l'œuvre de L. Balmet, de Grenoble, représentent pour la plupart représentent les 15 mystères du Rosaire, les 5 mystères joyeux, les 5 mystères douloureux et les 5 mystères glorieux. Le calvaire du placître date du XVIe siècle, mais a été remanié au XIXe siècle. La chapelle a été classée monument historique par liste en 1840. Le Pardon est célébré traditionnellement le lundi de Pentecôte[6].
  • Chapelle Saint-Trémeur (XVIe siècle), transférée en 1796 dans la cour du château de Keruzoret. Il s'agit aujourd'hui d'un édifice moderne à plan rectangulaire. La statue de saint Trémeur est céphalophore car le saint a eu la tête tranchée par son père Conomor, considéré comme le Barbe-Bleue breton.
  • Chapelle Sainte-Anne (XVIIe siècle), dépendante du manoir de Tromeur. Au XVIIe siècle, le seigneur de Ternant, alors propriétaire du manoir, ruiné par une servante, découvre la chapelle pour en vendre les ardoises. Endommagée par les révolutionnaires, elle est entretenue grâce aux offrandes des fidèles en 1810. Le pape Grégoire XVI accorde en 1842 une indulgence plénière aux prêtres célébrant la messe dans la chapelle. Restée propriété privée, elle accueille un pardon le 26 juillet, jour de la saint Anne.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Châteaux et manoirs[modifier | modifier le code]

  • Château de Keruzoret (XVIIe siècle), attestée en 1400, comme propriété des Coatudavel, puis en 1440, comme propriété des Kersaintgilly. Il est partiellement reconstruit en 1669 et restauré au XXe siècle. Il fait place à un ancien manoir attesté en 1440. Dans la chapelle sont peints plusieurs écussons offrant les armoiries des familles Kersaintgily et leurs alliances. En 1910, Armaury Audren de Kerdrel, maire de Plouvorn de 1880 à 1921, fait appel à l'architecte parisien Henri Parent pour rénover l'ancien manoir.
  • Château de Troërin (XVIIe siècle), qui fait place à un ancien manoir attesté dès 1413, reconstruit par Charles de Troërin en 1653. Corentine de Troërin, devenue Mme de la Tullaye, hérite de ce manoir en 1768. Sa fille Henriette et son mari, Charles de Réals, bâtissent à sa place en 1815 le château à deux étages qui existe désormais, en conservant l'aile de Charles de Troërin. La façade du bâtiment, de style XVIIIe siècle, est en schiste du pays
  • Manoir du Tromeur, comportant la chapelle Sainte-Anne, un moulin et un étang.

Enseignement et structures de loisirs[modifier | modifier le code]

  • École Notre Dame de Lambader
  • Centre de loisirs et Centre Aéré
  • Bibliothèque et Cyberespace

Sports[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2013, 93 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 29% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [10].

Animations[modifier | modifier le code]

  • Festival Gouel Bro Leon, rassemblement des bagadoù et cercles celtiques les 15 et 16 juin 2013 au plan d'eau, défilés et animations sous chapiteau.
  • Son et lumière, fin juillet ou début août, retraçant la vie dans la campagne léonarde du Moyen Âge à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette animation proposée par l'association Avel Lambader sur deux jours se déroule près de la chapelle Notre-Dame de Lambader dans un cadre de verdure, avec à la fin du spectacle un feu d'artifice « embrasant » la chapelle. Après avoir joué le spectacle son et lumière « Mémoires de terres » durant six ans, il est remplacé par un spectacle journalier : en 2009 l'animation interactive s'intitule « Le secret des chiffonniers » et en 2010 « Le livre secret »[11].
  • Association de danse bretonne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. topic-topos.com, Histoire de Plouvorn
  2. Arthur de La Borderie, "La vicomté ou principauté du Léon", Revue de Bretagne et de Vendée, 1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f114.image.r=Roche.langFR
  3. Henri Pérennès, Notices sur les paroisses du diocèse de Quimper et de Léon, 1935, p. 130, lire en ligne
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. D'après les notices d'information se trouvant dans la chapelle
  7. Site officiel de l'AGP
  8. Site du club de Handball
  9. Site du cyclo-club
  10. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  11. Plouvorn. Lambader remet le couvert, dans Le Télégramme, 16 juillet 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mikael Madeg, Légendes du canton de Plouzévédé : de Cléder à Plouvorn, Embann. Kêredol, 2011, 186 p.
  • Le petit train Rosporden-Plouescat, Annick Fleitour, Editions Ressac, Quimper, 2001. Historique de la petite ligne de chemin de fer à voie étroite qui desservait Plouvorn de 1912 à 1935
  • Madeleine de Menou, Pierre Deville, Marcel Floc'h, Plouvorn: recherches autour d'une commune rurale : au pays de Léon, 1997, Mairie de Plouvorn, 291 p.
  • Henri Pérennès, Plouvorn : Monographie de la paroisse, 1943, 83 p.
  • Kristian Gallic, Plouvorn chemins de notre mémoire (Henchoù gallic), 1999
  • Michel de Mauny, Plouvorn : chapelle Notre-Dame de Lambader dans Société d'émulation des Côtes d'Armor. Bulletins et mémoires ; Histoire et Archéologie, Vol. 119, du 1990 (04/1991)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :