Locmélar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Locmélar
Mairie de Locmélar.
Mairie de Locmélar.
Blason de Locmélar
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Sizun
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Landivisiau
Maire
Mandat
Pierre-Yves Moal
2014-2020
Code postal 29400
Code commune 29131
Démographie
Gentilé Locmélarien, Locmélarienne
Population
municipale
438 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ N 4° 04′ O / 48.45, -4.07 ()48° 27′ Nord 4° 04′ Ouest / 48.45, -4.07 ()  
Altitude Min. 47 m – Max. 191 m
Superficie 15,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Locmélar

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Locmélar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Locmélar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Locmélar
L'église datant du XVIe siècle.

Locmélar [lɔkmelaʁ] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

La fondation de Locmélar et le culte de saint Mélar sont probablement consécutifs au miracle raconté dans la Vita S. Melori, découverte à Meaux par Dom Plaine et provenant de l'abbaye Notre-Dame de Châge. Selon ce récit légendaire, après le décès du jeune saint mis à mort au château de Beuzit, près de Lanmeur, sa tête fut transportée à la cathédrale de Quimper comme relique, mais les habitants de la Domnonée (Léon actuel) ne cessant de la réclamer, il fut convenu que "Cornouaillais et Domnonéens, nu-pieds, se rendraient sur la montagne d'Arez à la limite des deux provinces, les uns avec le corps, les autres avec la tête, afin de mettre en face ces deux reliques vénérables, pendant que tout le peuple prierait Dieu de déclarer par un miracle où serait conservé la totalité des saintes reliques"[1]. Et la tête d'elle-même se mit à rejoindre le corps...

Locmélar fut longtemps une simple trève de Sizun. C'est le 4 décembre 1612 que le recteur de Sizun de l'époque, messire Hervé Urien, annonce aux tréviens de Locmélar, que "vu leur requête, il avait demandé et obtenu de l'Ordinaire l'octroi d'un fonds baptismal et sacraire"[1]. En 1671, les tréviens obtiennent qu'une (un tibia) des reliques de saint Mélar soit transférée de l'église de Lanmeur en celle de Locmélar[2]. Des cloches sont la même année installées dans l'église.

La vie rurale traditionnelle[modifier | modifier le code]

En décembre 1783, "une louve enragée blessa six personnes à Locmélar, dont deux dangereusement, et quatre autres à Ploudiry. Des bœufs qu'elle alla ensuite attaquer la tuèrent à coups de cornes"[1].

Selon des statistiques agricoles publiées en 1849 et concernant selon les productions des années comprises entre 1836 et 1846, la totalité de la population communale en 1836, soit 1041 personnes, est considérée comme agricole. La répartition de l'occupation des terres est alors la suivante : 509 ha de terres arables, 788 ha de landes et bruyères, 73 ha de bois, taillis et plantations, 106 ha de prairies naturelles ; la commune possédait alors 4 moulins en activité. Les paysans de Locmelar cultivaient à l'époque 102 ha d'avoine, 51 ha de froment, 51 ha d'orge, 53 ha de seigle, 61 ha de sarrasin, 5 ha de lin, 4 ha de chanvre, 10 ha de navets, betteraves, carottes et choux (dont 8 ha de navets), 25 ha de trèfle, 23 ha de pommes de terre, 735 ha d'ajoncs d'Europe, 153 ha restant en jachère, et élevaient 60 chevaux, 174 bovins (dont 120 vaches), 45 porcs, 47 ovins (7 béliers, 22 moutons, 12 brebis, 6 agneaux), 4 caprins (1 bouc et 3 chèvres), 197 poules et 31 coqs, et possédaient 88 ruches à miel[3].

Locmélar est érigé en succursale en 1808 et est alors peuplée de 1100 âmes[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Blason de Locmélar.
Parti, au premier de gueules au pied de profil d'or, au second d'or à la main dextre appaumée de gueules; le tout sommé d'un chef d'hermine chargé d'une truite d'azur.
Approuvé en conseil municipal en 1985, déposé en préfecture le 27 novembre 1985. Le blason est présenté sur le site officiel de la mairie[4]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2008 Henri THERIN    
         
         
         
2008 2014 Roger Kerambloc'h    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
883 810 929 943 1 039 1 041 1 094 1 123 1 178
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 101 1 085 1 142 1 050 1 067 1 051 1 075 1 054 975
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
978 975 977 781 764 682 651 572 512
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
470 445 356 349 455 469 450 426 428
2011 - - - - - - - -
438 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commentaire: En augmentation continue pendant la première moitié du XIXe siècle ( + 203 habitants entre 1793 et 1851 soit + 23 % en 58 ans), le maximum démographique étant atteint en 1851 avec 1178 habitants, la population stagne dans la seconde moitié du XIXe siècle évoluant à peine d'un recensement à l'autre. Le XXe siècle est par contre une période de déclin démographique spectaculaire, surtout à partir de la Première Guerre mondiale : entre 1911 et 1982, Locmélar perd 628 habitants soit presque les deux-tiers de sa population (- 64,2 % en 71 ans) atteignant son minimum démographique en 1982 avec seulement 349 habitants. Les deux dernières décennies du XXe siècle, depuis 1982, montrent une modeste reprise démographique, mais le déclin reprend dans la première décennie du XXIe siècle.

Entre 1998 et 2007, Locmélar a enregistré 65 naissances et 45 décès[7], donc un excédent naturel de 20 habitants en 10 ans liée à l'installation d'assez nombreux jeunes couples dans la commune pendant les deux dernières décennies du XXe siècle. La densité de population est de 28 habitants par km² en 2010.

Monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Locmélar est riche d'une église classée, faisant partie du circuit des enclos paroissiaux. Bâtie sur la base d'une chapelle dont on a conservé le clocher, elle a été entièrement restaurée.

Son saint patron, saint Mélar, était fils de Sulliau, roi du Léon (partie nord du Finistère). La légende dit que son frère Rivod, afin de prendre le trône, lui a coupé une main et un pied, et qu'une main en argent et un pied en or lui ont poussé. Plus tard, Rivod est parvenu à ses fins, et Mélar est devenu saint.

L'église présente des éléments très récemment restaurés dont le porche méridional (1654) classique avec ses colonnes baguées de style Renaissance et ses lanternons. La porte sous le clocher est datée de 1577, la cuve baptismale de 1612, la porte latérale sud de 1619, celle du nord de 1649 et le porche de 1664. Il abrite à l'intérieur des niches les statues des apôtres. Les retables dédiés à saint Mélar, à la Vierge ou à saint Hervé. Le retable du maître-autel est du XVIIe siècle : des panneaux en bas-relief retracent l'histoire de saint Mélar[8]. L'enclos paroissial de Locmélar est un exemple de dévotion populaire toute empreinte de simplicité et de ferveur. Le calvaire à double console en kersantite et granit (XVIe siècle).

Événements[modifier | modifier le code]

La commune s'anime chaque 1er dimanche d'octobre du pardon voué à Saint Mélar. Avant la messe se déroule une procession en costume breton.

Une kermesse est organisée tous les ans par l'école primaire publique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Pondaven et Abgrall, Notices sur les paroisses du diocèse de Quimper et de Léon, 1924
  2. Archives départementales du Finistère", 103 G 8, citées par Pondaven et Abgrall, "Notices sur les paroisses du diocèse de Quimper et de Léon", 1924
  3. Jean-Marie Éléouet, " Statistique agricole générale de l'arrondissement de Morlaix", imprimerie de J.-B. Lefournier aîné (Brest), 1849, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1257176/f2.image.r=bovins.langFR
  4. Site officiel de la mairie de Locmélar
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. http://recensement.insee.fr/chiffresCles.action?zoneSearchField=&codeZone=29131-COM&idTheme=3&rechercher=Rechercher
  8. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle... et le catalogue de la pluspart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches... (5e éd.)", 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f534.image.r=Ploun%C3%A9venter.langFR

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :