Arthur de La Borderie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borderie.
Arthur Le Moyne de La Borderie, carte postale F. Château

Louis-Arthur Le Moyne de La Borderie, ( à Vitré - à Vitré) est un historien de langue française, considéré comme le père de l'historiographie bretonne. La Borderie est une terre située dans la commune d'Étrelles[1]. Il a été aussi un homme politique, conseiller général, puis député d'Ille-et-Vilaine (circonscription de Vitré).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de droit à l'université de Rennes[2] il entre à l’École des chartes. Il en sort premier en 1852 et travaille de 1853 à 1859 aux Archives départementales de Nantes. Membre fondateur de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine[3], dont il est le président de 1863 à 1890, ses travaux innombrables sur le passé lointain de la Bretagne le feront saluer comme historien de la Nation bretonne.

Il met au jour et étudie de très nombreux documents anciens du Moyen Âge et des époques suivantes, mais semble le plus souvent vouloir gommer systématiquement l'influence franque et française sur les institutions bretonnes. Sans le savoir, il crée une version de l'Histoire de Bretagne qui sera utilisée par le futur mouvement régionaliste, puis séparatiste breton qui éclôt vers la fin de sa vie.

Il anime la recherche dans beaucoup de domaines et suscite par son influence et son exemple de nombreuses vocations. Il est le directeur de la revue historique Revue de Bretagne et Vendée (publiée de 1867 à 1900) qu'il a fondée à l'âge de 25 ans[4].

L'homme politique[modifier | modifier le code]

Il est élu conseiller général d’Ille-et-Vilaine de 1864 à 1871 puis, la même année, député de Vitré, jusqu'en 1876. À ce titre, il est le rapporteur de la Commission d’enquête parlementaire rédigé en 1872 et publié en 1874 sur les actes du gouvernement de la défense nationale, en particulier sur le camp de Conlie où une cinquantaine de milliers de soldats bretons furent retenus et abandonnés dans des conditions inhumaines en 1871[5].

Il siège à droite comme catholique et monarchiste, ne manquant jamais l'occasion de critiquer les principes républicains. C'est pourquoi, en 1875, il vote contre l'amendement Wallon qui confirme la forme républicaine des institutions, mais ne prend pas part au vote sur les lois constitutionnelles qui s'ensuit. Il ne se représente pas en 1876[6].

En 1873, il reconstitue l'Association bretonne qui avait été dissoute par le gouvernement de Napoléon III en 1859 comme politiquement suspecte.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Louis II de La Trémoille|Louis De La Trémoille et la guerre de Bretagne en 1488, d’après des documents nouveaux et inédits, Champion, 1877.
  • Correspondance historique des Bénédictins bretons et autres documents historiques associés. Relatifs à leurs travaux sur l’Histoire de Bretagne. Publiés avec notes et introductions par Arthur de la Borderie, Champion, 1880.
  • Chronique De Jean De Saint-Paul Chambellan du Duc François II de Bretagne, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1881.
  • Complot breton de MCCCCXCII [1492]. Documents inédits, publiés avec des notes et introduction par… Archives de Bretagne. II. Recueil d'actes, de chroniques et de documents rares et inédits, publié par la Société des Bibliophiles Bretons et de l'Histoire de Bretagne, 1884.
  • La Révolte du Papier Timbré advenue en Bretagne en 1675, Prud’homme., Saint-Brieuc, 1884, réédité dans Les Bonnets Rouges, Union Générale d'Éditions (collection 10/18), Paris, 1975 (voir Révolte du papier timbré|Révolte des Bonnets Rouges).
  • Recueil d'actes inédits des ducs et Princes de Bretagne. (XIe, XIIe & XIIIe siècles), Rennes, Imprimerie Ch. Catel, 1888.
  • Cartulaire de l'abbaye Saint-Guénolé de Landévennec|abbaye de Landévennec, avec notes et variantes, Imprimerie de Ch. Catel, 1888.
  • Une illustration rennaise - Alexandre Duval, de l’académie Française et son théâtre, H. Caillière, Rennes, 1893.
  • Histoire Municipale de la ville de Tréguier - Documents inédits du XVIe et du XVIIe siècle, publiés avec notes et introduction. J. Plihon & L. Hervé, Rennes, 1894.
  • Œuvres Nouvelles Des Forges Maillard, Nantes, Societe des Bibliophiles Bretons, 1888(avec René Kerviler).
  • Jean Meschinot, sa vie et ses œuvres, ses satires contre Louis XI. Champion, 1896.
  • Nouveau Recueil d'actes inédits des Ducs et Princes de Bretagne (XIIIe & XIVe siècles), Rennes, Prost, 1902.
  • Histoire de Bretagne, Plihon, Honnay et Vatar, Rennes, 1905-1914 (6 vol.). Réédition Joseph Floch Imprimeur Éditeur à Mayenne, 1975.
  • Histoire de Bretagne, Plihon, Honnay, impr. Vatar, Rennes, 1896-1914 (6 vol.). Volume 1, Volume 2, Volume 3, Volume 4, Volume 5, Volume 6 consultables sur la bibliothèque numérique de l'Université Rennes 2.
  • Étude historique sur les neuf barons de Bretagne, Plihon et Hervé, Rennes, 1895. Consultable sur la bibliothèque numérique de l'Université Rennes 2
  • Saint Paterne, premier évêque de Vannes : sa légende, son histoire, Lafolye, Vannes, 1892. Consultable sur la bibliothèque numérique de l'Université Rennes 2

Une grande partie de sa bibliothèque se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque de Rennes Métropole.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, Bibliothèque de Rennes Métropole, Arthur de La Borderie, 1827-1901, Rennes, 2001
  2. Ch. Joret, « Notice sur la vie et les travaux de M. de la Borderie  », Bibliothèque de l'école des chartes, 1902, volume 63, numéro 63, p. 177-219
  3. bulletins disponible sur Gallica
  4. disponible sur Gallica
  5. Le camp de Conlie et l'armée de Bretagne sur www.archive.org
  6. Jean Pascal. Dictionnaire des députés bretons de 1789 à 1983. PUF, 1983.(ISBN 2-13-038265-7)