Victor Cherbuliez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Victor Cherbuliez

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Victor Cherbuliez
photographié par Eugène Pirou

Autres noms G. Valbert. pour ses chroniques politiques
Activités écrivain français
Naissance 19 juillet 1829
Genève
Décès 1er juillet 1899
Combs-la-Ville
Langue d'écriture français
Genres romancier, auteur dramatique, essayiste et critique littéraire
Distinctions membre de l'Académie française

Victor Cherbuliez, né à Genève le 19 juillet 1829 et mort à Combs-la-Ville le 1er juillet 1899, est un romancier, auteur dramatique, essayiste et critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille française réfugiée en Suisse à la suite de la révocation de l’Édit de Nantes, il redevient français en 1880 par le bénéfice du droit de « grande naturalisation[1] ». Il est élu membre de l'Académie française le 18 décembre de l'année suivante.

Il est l'auteur d'une trentaine de romans, dont la plupart sont aujourd'hui oubliés. Il a également publié des œuvres critiques et des chroniques politiques[2] dans la Revue des deux Mondes.

Victor Cherbuliez possédait, si l'on en croit Amiel, un certain talent oratoire : « Je sors de la leçon d'ouverture de Victor Cherbuliez, abasourdi d'admiration. Je me suis convaincu en même temps de mon incapacité radicale à jamais rien faire de semblable, pour l'habileté, la grâce, la netteté, la fécondité, la mesure, la solidité et la finesse. Si c'est une lecture, c'est exquis; si c'est une récitation, c'est admirable; si c'est une improvisation, c'est prodigieux, étourdissant, écrasant pour nous autres[3]. »

Victor Cherbuliez mourut en 1899 et fut inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans
  • Le Comte Kostia, 1863
  • L'Aventure de Ladislas Bolski, 1865
  • Le Roman d'une honnête femme, 1866
  • Prosper Randoce, 1874
  • Miss Rovel, 1875
  • Le Fiancé de Mlle Saint-Maur, 1876
  • Le Grand Œuvre, 1876
  • Samuel Brohl et Cie, 1877
  • L'Idée de Jean Têterol, 1878
  • Meta Holdenis, 1873
  • Amours fragiles, 1880
  • Noirs et Rouges, 1881
  • La Revanche de Joseph Noire, 1882
  • Paule Méré, 1881
  • La Ferme du Choquard, 1883
  • Olivier Maugant, 1885
  • La Bête, 1887
Contient : Le Roi Apépi. Les Inconséquences de M. Drommel. Le Bel Edwards.
  • La Vocation du comte Ghislain, 1888
  • Une gageure, 1890
  • Le Secret du précepteur, 1893
  • Après fortune faite, 1896
  • Jacquine Vanesse, 1898
Ouvrages littérairers et politiques
  • À propos d'un cheval, causeries athéniennes, 1860
  • L'Allemagne politique depuis la paix de Prague (1866-1870), 1870
  • Études de littérature et d'art : études sur l'Allemagne : lettres sur le salon de 1872, 1873
  • L'Espagne politique, 1868-1873, 1874
  • Hommes et Choses d'Allemagne, croquis politiques, 1877
  • Hommes et Choses du temps présent, 1883
  • Profils étrangers : Hegel et sa correspondance, le prince de Bismarck et M. Moritz Busch, 1889
  • L'Idéal romanesque en France, de 1610 à 1816, 1911
Adaptations théâtrales

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ordonnance du 14 juin 1814.
  2. Ses chroniques politiques étaient signées G. Valbert.
  3. Amiel, Journal, 9 janvier 1861.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :