Paul-Gabriel d’Haussonville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haussonville (homonymie).
Paul-Gabriel d’Haussonville en 1914

Paul-Gabriel Othenin de Cléron, comte d'Haussonville, né à Gurcy-le-Châtel (Seine-et-Marne) le 21 septembre 1843 et mort à Paris le 1er septembre 1924, est un homme politique français, avocat, essayiste et historien de la littérature.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'académicien Joseph Othenin d'Haussonville, il épouse en 1865 Pauline d'Harcourt.

En 1871, il siège au centre-droit de l'Assemblée nationale où il représente le département de Seine-et-Marne. Il ne fut pas réélu à la Chambre des Députés mais fut le bras droit de son oncle maternel, le duc de Broglie, lors de la crise du 16 mai 1877.

Son ouvrage intitulé Les établissements pénitentiaires en France et aux colonies (1875) fut couronné par l'Académie française, où il fut élu le 26 janvier 1888 au fauteuil no 27. En 1894, avec François Coppée, il fut le parrain du romancier Paul Bourget, élu au fauteuil 33. Il est également l'auteur d'un ouvrage de référence sur Le salon de Mme Necker (1882), dont il était le descendant. En 1904, il fut élu à l'Académie des sciences morales et politiques.

En 1891, quand Édouard Bocher démissionna de l'administration des biens de la famille d'Orléans, le comte d'Haussonville fut nommé représentant accrédité du comte de Paris en France. Il chercha à renforcer le parti orléaniste en recrutant parmi la petite noblesse les membres des comités locaux monarchistes. Il créa de nouveaux organes orléanistes et organisa des tournées de conférences pour mettre l'accent sur les principes modernes et démocratiques du comte de Paris. Mais la mort de ce dernier en 1894 anéantit ces efforts.

À Paris, après 1900, les d'Haussonville résident rue de Constantine dans le même immeuble que la comtesse Robert de Fitz-James.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Armes des Cléron d'Haussonville.
  • Sainte-Beuve, sa vie et ses œuvres (1875)
  • Les Établissements pénitentiaires en France et aux colonies (1875) Texte en ligne
  • L'Enfance à Paris (1879) [1]
  • Études biographiques et littéraires. George Sand, Prescott, Michelet, Lord Brougham (1879)
  • Le Salon de Madame Necker, d'après des documents tirés des archives de Coppet (1882, 2 vol.)
  • À travers les États-Unis : notes et impressions (1883)
  • La Vie et les salaires à Paris (1883) Texte en ligne
  • Études biographiques et littéraires. Prosper Mérimée, Hugh Elliot (1885)
  • Ma jeunesse, 1814-1830, souvenirs (1885) Texte en ligne
  • Études sociales. Misère et remèdes (1886)
  • Madame de La Fayette (1891) Texte en ligne
  • Mme Ackermann : d'après des lettres et des papiers inédits (1892)
  • Études sociales. Socialisme et charité (1895) Texte en ligne
  • Le Comte de Paris : souvenirs personnels (1895)
  • Lacordaire (1895)
  • La Duchesse de Bourgogne et l’alliance savoyarde sous Louis XIV (1898-1903, 4 vol.) Texte en ligne 1 2 3 4
  • Salaires et misères de femmes (1900)
  • Le Comte de Paris, souvenirs personnels (1901) Texte en ligne
  • Assistance publique et bienfaisance privée (1901)
  • Avec Gabriel Hanotaux, Souvenirs de Mme de Maintenon (1902-1904, 3 vol.)
  • Varia (1904)
  • Mon journal pendant la guerre (1870-1871) (1905) Texte en ligne
  • Après la séparation, suivi du texte de la loi concernant la séparation des Églises et de l'État (1906)
  • À l’Académie française et autour de l’Académie (1907)
  • Le Travail des femmes à domicile (1909)
  • La Baronne de Staël et la duchesse de Duras (1910)
  • Femmes d’autrefois. Hommes d’aujourd’hui (1912) Texte en ligne
  • Paris charitable et bienfaisant (1912) Texte en ligne
  • Ombres françaises et visions anglaises (1913)
  • À Metz (1919)
  • Madame de Staël et Monsieur Necker d'après leur correspondance inédite (1925)
  • Madame de Staël et l'Allemagne (1928)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Paul-Gabriel d’Haussonville Suivi par
Elme-Marie Caro
Fauteuil 27 de l’Académie française
1888-1924
Auguste de La Force