Ernest Lavisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernest Lavisse

alt=Description de l'image Ernest Lavisse.jpg.


Biographie
Naissance 17 décembre 1842
Le Nouvion-en-Thiérache (Aisne)
Décès 18 août 1922
Paris
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation École normale supérieure
Titres Professeur des universités
Directeur de l’École normale supérieure
membre de l'Académie française
Approche histoire de la Prusse (histoire positiviste)
Travaux * Thèse de doctorat, La Marche de Brandebourg sous la monarchie ascanienne
  • Études sur l’histoire de Prusse (1879)
  • Trois empereurs d’Allemagne, Guillaume Ier, Frederic III, Guillaume II (1888)
  • Histoire de France des origines à 1919 (sous la direction de)

Ernest Lavisse, né au Nouvion-en-Thiérache le 17 décembre 1842 et mort à Paris le 18 août 1922, est un historien français, fondateur de l'histoire positiviste. Chantre du « roman national[1] » au service de l'histoire et de son enseignement, il a contribué à répandre des images et une mythologie qui sont restées gravées dans la mémoire de générations d'écoliers. Ainsi la phrase inscrite dans le fameux petit manuel d'histoire et rapportée par Michel Vernus [2] :

« Tu dois aimer la France, parce que la Nature l'a faite belle, et parce que l'Histoire l'a faite grande. »

Il est enterré au Nouvion-en-Thiérache[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils d’un modeste boutiquier, Lavisse, boursier, intègre l’École normale supérieure en 1862 après avoir songé à entrer à l’École militaire de Saint-Cyr. Il est reçu deuxième, après Gabriel Monod, à l’agrégation d’histoire en 1865.

Un proche de Victor Duruy[modifier | modifier le code]

Présenté au ministre de l'Instruction publique et historien Victor Duruy, Lavisse devient son secrétaire de cabinet de 1865 à 1868 puis est nommé précepteur adjoint du prince impérial Louis-Napoléon (1868) sur recommandation de Duruy[4] et membre de son cabinet (directeur sans titre) en 1869[5]. La défaite de 1870 touche au plus profond de lui-même ce protégé du régime.

Séjour en Allemagne[modifier | modifier le code]

Décidé à œuvrer pour sa patrie vaincue, Lavisse, muni d’un modeste viatique, part étudier le fonctionnement du système universitaire de l’Allemagne victorieuse. Durant trois années, il étudie sur place l’histoire et les origines de la Prusse, thème qui restera sa spécialité. L’une de ses deux thèses, la Marche de Brandebourg sous la monarchie ascanienne préfigure ainsi ses œuvres futures les plus originales : Études sur l’histoire de Prusse (1879), Trois empereurs d’Allemagne, Guillaume Ier, Frederic III, Guillaume II (1888), et enfin deux ouvrages sur Frédéric le Grand en 1891 et 1893: La Jeunesse du Grand Frederic et Le Grand Fréderic avant l’avènement.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

De retour d’Allemagne en 1875, Lavisse se rallie par degrés au régime républicain, jusqu’à y adhérer tout à fait lors de la crise du 16 mai 1877. Suppléant de Fustel de Coulanges à la Sorbonne en 1880 puis professeur adjoint en 1883, il succède à Henri Wallon à la chaire d’histoire moderne cinq ans plus tard.

En juin 1888, il participe en Italie aux grandes fêtes de Bologne, organisées pour les 800 ans de la plus ancienne université d'Europe. Il accompagne à cette occasion la délégation étudiante parisienne qui fonde à Bologne la Faluche.

Professeur talentueux et orateur hors pair, capable de subjuguer par la force de son discours les auditoires les plus divers, Lavisse n’atteint pas cependant la dimension théorique d’un Leopold von Ranke.

Personnage phare de la Troisième République, membre de l’Académie française en 1892, directeur de la Revue de Paris en 1894, instituteur national, surtout lorsqu’il devient, en 1904, directeur de l’École normale supérieure, Lavisse mène durant toute sa carrière la régénération du système universitaire et scolaire du régime.

Un conseiller ministériel[modifier | modifier le code]

Conseiller de plusieurs ministres de l'Instruction publique, c'est à ce titre qu'il est à l'origine en 1886 du Diplôme d'études supérieures et est le promoteur en 1894 de la réforme de l'agrégation d'histoire[6]. Sa politique se révèle d’ailleurs plus patriotique que républicaine, comme les conservateurs s’en rendront compte très vite. Ernest Lavisse, le général Pau et Louis-Emile Bertin seront, avant la guerre de 1914, les cofondateurs de La Ligue Française[7]. Ernest Lavisse, le général Paul Pau seront les Présidents d'honneur de La Ligue Française sous la Présidence de Louis-Emile Bertin. Fort de cette posture institutionnelle reconnue et incontournable, pendant la Première Guerre mondiale, il présida le Comité d'études, chargé par Aristide Briand en février 1917 de travailler à l'élaboration des buts de guerre de la France.

Charlemagne cause avec un instituteur et des élèves. dans le 3e chapitre de Histoire de France, cours élémentaire, 1913.

L'«instituteur national»[modifier | modifier le code]

Durant deux décennies, il dirige la publication des célèbres ouvrages collectifs qui portent son nom : Histoire de France illustrée depuis les origines jusqu’à la Révolution, 1900-1912, et l’Histoire contemporaine de la France, 1920-1922.

Ses ouvrages, parmi lesquels les nombreux « manuels Lavisse », accompagnent la formation de multiples générations de professeurs, d’instituteurs et d’élèves. Ils vont faire naître, phénomène nouveau, une véritable culture historique populaire en France. Toutefois, bon nombre de clichés y trouvent aussi leurs sources, Lavisse étant souvent plus soucieux d’une reconstruction systématique de l’Ancien Régime en fonction de l’avènement de la République que d’une stricte recherche de la vérité historique.

Son manuel le « Petit Lavisse » pour les écoliers français, à l'instar du Tour de la France par deux enfants, est imprimé à plusieurs millions d'exemplaires, depuis 1884 (année de sa première édition) jusqu'aux années 1950. Il est destiné à inculquer le sentiment patriotique aux jeunes français (avec ses valeurs de la République, de la colonisation conçue comme un devoir civilisateur), voire à leur donner un esprit revanchard ou belliciste suite à la défaite de 1870[8].

Une bibliothèque en Sorbonne porte aujourd'hui son nom.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Œuvres d'Ernest Lavisse.
  • Étude sur l’histoire de la Prusse (1879)
  • Essai sur l'Allemagne impériale (1881)
  • Trois Empereurs d’Allemagne (1888)
  • La Jeunesse du Grand Frédéric (1891)
  • Le Grand Frédéric avant l’avènement (1893)
  • Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution (1901)

C’est vers 1885, que Lavisse jugea nécessaire d’écrire une nouvelle histoire de France, destinée à fortifier la toute jeune démocratie et à communiquer aux Français de la République qui se construit alors « l’amour de la patrie », cet amour qui, selon lui, avait fait la force de l’Allemagne victorieuse de 1870. Il confia aux meilleurs spécialistes de l’époque le soin de rédiger les différents volumes et il se réserva les deux tomes consacrés à Louis XIV. « Erudit, c’est ce que je suis le moins ! ». La synthèse avant tout : écrivain, Lavisse a le don des formules, dans un style vigoureux, coloré et dans son Louis XIV, il rassembla et mis au point les connaissances des historiens concernant la période afin de proposer aux lecteurs une exposition claire, logique, rationnelle, capable d’emporter l’adhésion. Au-delà de la personne du roi, Lavisse écrivit aussi une histoire de la France au temps de Louis XIV, comportant une étude de la société, un récit des événements, des tableaux, des portraits – celui du Roi Soleil, notamment, est un chef-d’œuvre : « Ce « moi » qui domina tout un siècle et lui donna sa marque, est le produit d’une longue histoire. En Louis XIV, la race des Capétiens et la race des Habsbourg, nobles, antiques et lasses, ont donné une dernière fleur, superbe et grave. Il était le petit-fils d’Henri IV, mais aussi de Philippe II, l’arrière-petit-fils d’Antoine de Bourbon, mais aussi de Charles-Quint. Il était de France, mais d’Espagne tout autant et même davantage… » Le livre est centré sur la puissance de l’État : le « gouvernement économique », le « gouvernement politique », le « gouvernement de la société », le « gouvernement de l’intelligence », le « gouvernement de la religion ». Et Lavisse ne peut s’empêcher d’admirer le souci de centralisation et le « sens de l’État » qui animent la politique de Colbert. Ce n’est pas le moindre des paradoxes : le grand architecte d’une histoire de France quasi officielle, transforme Louis XIV en archétype de "roi de gloire", pilote d’une monarchie "administrative" qui préfigure, par bien de ses aspects et de ses maîtres d'œuvre, la République bourgeoise et travailleuse qui s’édifie alors. Ce modèle a été reproduit, diffusé, vulgarisé à des millions d'exemplaires (dans le « Petit Lavisse », formule condensée de la « grande » histoire de France), et sur tous les tons dans tous les manuels des écoliers et des lycéens... jusqu'à nos jours.

  • Histoire de la France contemporaine depuis la Révolution jusqu'à la paix de 1919 (1920-1922)
  • Instruction morale et civique, ou Philosophie pratique psychologique, logique, morale... : à l'usage des écoles normales primaires, des lycées et collèges de jeunes filles, des élèves de l'enseignement spécial et des candidats au baccalauréat ès sciences TexteDisponibleIci

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lavisse, instituteur national » comme le surnomme Pierre Nora dans ses Lieux de mémoire.
  2. Préface de « École et Instituteurs dans le Jura. Au temps de Jules Ferry » Cabedita, collection Archives vivantes, Yen sur Morges (CH) 2002
  3. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi,‎ 2011, 385 p. (ISBN 9782749121697, lire en ligne), p. 14.
  4. Claude Lelièvre, Les rois de France. Enfants chéris de la Républiquej, Bartillat,‎ 1999, p. 261
  5. Émile Coornaert, Destins de Clio en France depuis 1800, Éditions de l'Atelier,‎ 1977, p. 58
  6. Olivier Dumoulin, « Les noces de l'histoire et de la géographie », Espaces Temps, vol. 66,‎ 199, p. 7 (DOI 10.3406/espat.1998.4034)
  7. Numéros de La Ligue française disponibles dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF
  8. Raymond Perrin, Un siècle de fictions pour les 8 à 15 ans: (1901-2000), à travers les romans, les contes, les albums et les publications pour la jeunesse, Éditions L'Harmattan,‎ 2003 (lire en ligne), p. 54

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :