Paul Hazard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul et Hazard.

Paul Hazard

Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Hazard

Autres noms Paul de Saint-Maurice
Activités Écrivain, historien, essayiste, académicien français
Naissance
Noordpeene, Nord
Décès (à 65 ans)
Paris
Langue d'écriture Français
Genres essai

Paul Hazard, né à Noordpeene le 30 avril 1878 et mort à Paris le 12 avril 1944, est un historien et essayiste français, membre de l'Académie française[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père et son grand-père sont instituteurs à Noordpeene, en Flandre française. Paul fréquente l'école du village et passe son certificat d'études à Arnèke. Il fait des études classiques au lycée d'Armentières qui porte aujourd'hui son nom. Normalien, agrégé de lettres, il devient en 1925 titulaire de la chaire d'histoire des littératures comparées de l'Europe méridionale et de l'Amérique latine au Collège de France. Partisan convaincu de l'enseignement du flamand, il aime sa Flandre natale.

Avant la guerre, il est Président du jury du Prix Jeunesse, fondé par Michel Bourrelier.

Son ouvrage majeur est La Crise de la conscience européenne : 1680-1715, paru en 1935.

Le 11 janvier 1940, il est élu membre de l'Académie française, le dernier avant l'invasion allemande. Il n'y sera jamais reçu. L'Occupation et ses soucis ruinent sa santé. Il meurt à Paris le 12 avril 1944, peu de temps avant la Libération.

Citation[modifier | modifier le code]

« Qu'est-ce-que l'Europe ? Une pensée qui ne se contente jamais, sans pitié pour elle-même, elle ne cesse jamais de poursuivre deux quêtes : l'une vers le bonheur, l'autre qui lui est plus indispensable encore et plus chère, vers la vérité. À peine a-t-elle trouvé un état qui réponde à cette double exigence, elle s'aperçoit, elle sait qu'elle ne tient encore d'une prise incertaine que le provisoire, que le relatif et elle recommence la recherche désespérée qui fait sa gloire et son tourment. »

— Paul Hazard, La Crise de la conscience européenne.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. « Notice biographique », sur l’Académie française (consulté le 15 juillet 2013).


Précédé par Paul Hazard Suivi par
Georges Goyau
Fauteuil 11 de l’Académie française
1940-1944
Maurice Garçon