Biocarburant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un biocarburant est un carburant produit à partir de matériaux organiques non fossiles, provenant de la biomasse et qui vient en complément ou en substitution du combustible fossile. Il existe actuellement deux filières principales :

D'autres formes moins développées, voire simplement au stade de la recherche, existent aussi : carburant gazeux (biogaz carburant, dihydrogène), carburant solide, etc.

La consommation mondiale de biocarburants a atteint 58,8 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) en 2011 (41,6 Mtep de bioéthanol et 17,2 Mtep de biodiesel), soit 3,1 % de la consommation mondiale des transports routiers.

En Europe[1], depuis juillet 2011, pour être certifié « durable » un biocarburant doit répondre à des « normes de durabilité[2], via 7 mécanismes ou initiatives[3] ». La consommation européenne a été de 14,4 Mtep en 2012, en hausse de 2,9 %.

La canne à sucre peut être utilisée pour produire des agrocarburants. Sa culture est source de changement d'affectation des sols (CAS)

Dénomination[modifier | modifier le code]

La langue anglaise ne possède qu'un seul terme, biofuel, qui peut être également retrouvé dans des textes francophones.

Plusieurs expressions concurrentes coexistent en langue française :

Biocarburant 
L’expression « biocarburant » (formée du grec bios, vie, vivant et de « carburant » [4]) indique que ce carburant est obtenu à partir de matière organique (biomasse), par opposition aux carburants issus de ressources fossiles. L'appellation « biocarburant » a été promue par les industriels de la filière[5] et certains scientifiques. Biocarburant est la dénomination retenue en 2003 par le Parlement européen[6].
Agrocarburant 
L'expression « agrocarburant » (du latin ager, le champ)», plus récente (2004)[7], indique que le carburant est obtenu à partir de produits issus de l'agriculture. Elle est privilégiée par certains scientifiques, une partie de la classe politique française (à sensibilité écologiste) et des médias qui estiment que le préfixe « bio » est associé en France au mode de production de l'agriculture biologique[8] et soupçonnent les industriels de la filière de profiter de l'image positive de celle-ci. Depuis le 17 mai 2013 c'est ce terme "d'agrocarburant" qui a été retenu par les parlementaires français pour transposer les différentes directives européennes[9]. En 2007, l'association Bio Suisse demande dans un communiqué de presse à l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) de modifier les textes de lois et l'usage en Suisse pour que ne soit plus utilisé que le terme agrocarburant[10]. « Agrocarburant » est le plus souvent utilisé pour marquer la provenance agricole de ces produits, et la différence avec les produits issus de l'agriculture bio.
Nécrocarburant 
Certains courants écologistes recourent à l'expression « Nécrocarburant » pour dénoncer les risques écologiques et sociaux posés par le développement des agrocarburants[11].
Carburant végétal 
Cette expression est utilisée par l'Association pour le Développement des Carburants Agricoles (ADECA), une association dédiée au développement de ce type de carburant[12].
Carburant vert 
Dénomination appliquée parfois à des carburants contenant une fraction de biocarburant.

Première et deuxième générations[modifier | modifier le code]

On distingue aussi les biocarburants de première et de seconde génération. Plusieurs définitions complémentaires coexistent. La distinction entre un biocarburant de première génération et un biocarburant de seconde génération devrait cependant s'affiner (ou se confirmer) avec le temps. Parmi ces définitions, on compte celles qui distinguent les carburants issus de produits alimentaires des carburants issus de source ligno-cellulosique (bois, feuilles, pailleetc.).
Une autre définition repose sur les moyens utilisés pour produire le carburant avec des processus techniques relativement simples ou à partir de techniques avancées. Une troisième définition distingue les cultures agricoles à vocation générique[Note 1] ou strictement énergétique.

Certains experts[Lesquels ?] du monde agricole et scientifique estiment que la première génération de biocarburants (ou agrocarburants) repose sur l'utilisation des organes de réserve des cultures : les graines des céréales ou des oléagineux[Note 2]. Ces organes de réserves étant également utilisés pour l'alimentation humaine, la production de biocarburants se fait au détriment de la production alimentaire. Les biocarburants issus des graisses animales ou des huiles usagées transformées en biodiesel pourraient aussi entrer dans cette catégorie puisque leurs productions utilisent un procédé identique à celui servant à transformer les huiles végétales (transestérification). [13][réf. insuffisante]

Cette même définition indique que les biocarburants de seconde génération n'utilisent plus les organes de réserve des plantes mais les plantes entières. Ce qui est valorisé est la lignocellulose des plantes qui est contenue dans toutes les cellules végétales. Il est alors possible de valoriser les pailles, les tiges, les feuilles, les déchets verts (taille des arbres, etc) ou même des plantes dédiées, à croissance rapide (miscanthus). Pour cette raison, certains considèrent que la production de biocarburants de deuxième génération nuit moins aux productions à visée alimentaire.

La Commission européenne souhaite définir les biocarburants de seconde génération à la suite de l’évaluation à mi-parcours de sa politique de biocarburants[14]. Les critères pouvant être pris en compte sont les suivants : les matières premières utilisées, les technologies utilisées ou encore la capacité à lutter contre les émissions de gaz à effet de serre…

Pour l'Office fédéral de l'agriculture suisse, les biocarburants de seconde génération sont issus « des sous-produits et déchets agricoles ou encore des plantes qui ne servent pas à l’alimentation humaine »[15]. Pour Jean-Louis Borloo, ex-ministre de l’Écologie : « La position de la France est claire : cap sur la deuxième génération de biocarburants » et « pause sur de nouvelles capacités de production d’origine agricole » [16].

Approche historique[modifier | modifier le code]

À la naissance de l'industrie automobile, le pétrole et ses dérivés n'étaient pas encore très utilisés ; c'est donc très naturellement que les motoristes se tournaient, entre autres, vers ce qu'on n'appelait pas encore des biocarburants : Nikolaus Otto, inventeur du moteur à combustion interne, avait conçu celui-ci pour fonctionner avec de l'éthanol. Rudolf Diesel, inventeur du moteur portant son nom, faisait tourner ses machines à l'huile d'arachide. Entre 1911 et 1912, il déclarait que « le moteur Diesel peut être alimenté avec des huiles végétales et sera en mesure de contribuer fortement au développement de l'agriculture des pays qui l'utiliseront », prédisant que « l'utilisation d'huiles végétales comme combustible liquide pour moteurs peut sembler insignifiante aujourd'hui », mais que « ces huiles deviendront bientôt aussi importantes que le pétrole et le goudron de charbon »[17]. La Ford T (produite de 1903 à 1926) roulait avec de l'alcool. Henry Ford écrivait en 1906 dans un article de presse « Il y a de l'essence dans toute matière végétale qui peut être fermentée »[réf. nécessaire].

Le 28 février 1923, les efforts d'Edouard Barthe pour la promotion d'un carburant national à base d'alcool de grains sont entérinés par la loi.

Lors des deux guerres mondiales, les gazogènes sont rapidement apparus pour parer au manque de gazole ou d'essence.

Au milieu du XXe siècle, le pétrole abondant et bon marché explique un désintérêt des industriels pour les biocarburants. Le premier et second choc pétrolier (1973 et 1979) les rendirent à nouveau attractifs, pour des questions stratégiques (sécurité d'un approvisionnement en énergie) et économique (réduction de la facture pétrolière, développement d'une industrie nationale dans un contexte de chômage croissant). De nombreuses études furent ainsi menées à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Le Brésil engagea un vaste programme de production d'éthanol à partir de canne à sucre, et de conversion de son parc automobile à cette énergie (programme Proalcool, décret-loi du 14 novembre 1975, renforcé en 1979)[18]. Aux États-Unis, les travaux du NREL (National Renewable Energy Laboratory, US Department of Energy, DOE) sur les énergies renouvelables ont commencé dans les années 1970 dans le contexte du pic pétrolier américain. Il est alors apparu indispensable au gouvernement américain de se tourner vers des sources pétrolières étrangères ou de développer d’autres carburants.

Le contre-choc pétrolier de 1986 (baisse des prix du pétrole), et le lobbying des multinationales pétrolières[réf. nécessaire] ont fait chuter l'enthousiasme pour les biocarburants. Cependant, durant les années 1980, l'IFP (Institut Français du Pétrole) se penche sur la transformation des huiles végétales en esters méthylique d'huiles végétale (biodiesel). Les tests réalisés révèlent la possibilité d'utiliser du biodiesel en mélange avec le gazole[19]. La mise en place de jachères agricoles dans le cadre de la Politique agricole commune de 1992 est alors perçue par certains comme une occasion pour développer ce type de production. Une première unité industrielle de production de biodiesel est ainsi mise en place à Compiègne en 1992. [réf. à confirmer][20],[21],[22].

Mais en 2000, une nouvelle hausse du prix du pétrole, la menace du pic pétrolier, la nécessité de lutter contre l'effet de serre (respect des engagements du protocole de Kyoto en 1997), les menaces sur la sécurité d'approvisionnement et enfin et surtout la surproduction agricole ont conduit les gouvernements à multiplier les discours et les promesses d'aides pour le secteur des biocarburants, la filière bénéficiant d’un régime fiscal particulier avec les États qui financent la majeure partie de leur surcoût d’utilisation. Les USA lancent un grand programme de production d'éthanol de maïs. La Commission européenne souhaite que les pays membres incluent au moins 5,75 % de biocarburants dans l'essence, et, à cet effet, les directives adoptées autorisent les subventions et détaxations, ainsi que l'utilisation des jachères à des fins de production d'agrocarburant[23]. Enfin, la Suède vise une indépendance énergétique dès 2020.

En avril 2007, un rapport de l'ONU n'arrive pas à quantifier les avantages et inconvénients de ces produits. Il propose aux décideurs d'encourager leur production et utilisation durable ainsi que d'autres bioénergies[pas clair], en cherchant à maximiser les bénéfices pour les pauvres et pour l'environnement tout en développant la recherche et le développement pour des usages d'intérêt public[24],[25]. Deux projets de directives européennes sont en cours d'examen en 2007 ; sur la qualité des biocarburants et sur leur promotion.

En 2007, les demandes de subvention à l’Europe ont porté sur 2,84 millions d’ha, alors que le dispositif d’aide de la PAC a été prévu (en 2004) pour 2 millions d’ha consacrés aux agrocarburants. Seuls 70 % de l'aire pourra donc être subventionnée (45 € par ha - alors qu’on en cultivait 1,23 million d’ha). Cette subvention pourrait être remise en question par la commissaire européenne à l’agriculture Mariann Fischer Boel car d'après une étude intitulée le « Bilan de santé de la PAC », le prix du pétrole (100 USD le baril en janvier 2008) ne justifierait plus cette aide[26]. Le dernier écobilan effectué en France a été réalisé par PWC (consultants) en 2002. À la suite du Grenelle de l'Environnement (en octobre 2007), le gouvernement français en a commandé un nouveau à l'Ademe.

La révision de la Politique agricole commune appelée Bilan de Santé de la PAC, intervenue en 2008, a supprimé l'aide aux cultures énergétiques de 45 € par ha, en 2010.

Technique[modifier | modifier le code]

Filières de première génération[modifier | modifier le code]

Pour utiliser ces carburants dans les moteurs, deux approches sont possibles :

  • Soit on cherche à adapter l'agrocarburant (par transformation chimique pour obtenir du biodiesel par exemple) aux moteurs actuels, conçus pour fonctionner avec des dérivés du pétrole ; c’est la stratégie actuellement dominante mais elle n’a pas le meilleur bilan énergétique ni environnemental.
  • Soit on cherche à adapter le moteur au biocarburant naturel, non transformé chimiquement. Plusieurs sociétés se sont spécialisées dans ces adaptations. La substitution peut être totale ou partielle. Le moteur Elsbett fonctionne par exemple entièrement à l’huile végétale pure. Cette stratégie permet une production locale et plus décentralisée des carburants, mais nécessite la construction d'une filière entièrement nouvelle.

Filière huile[modifier | modifier le code]

De nombreuses espèces végétales sont oléifères comme le palmier à huile, le tournesol, le colza, le jatropha ou le ricin. Les rendements à l'hectare varient d'une espèce à l'autre. L'huile est extraite par pressage (écrasement) à froid, à chaud, voire (pour un coût plus élevé) avec un solvant organique.

Deux grandes voies d'utilisation sont ouvertes :

  • L'huile végétale brute (HVB, ou HVP) peut être utilisée directement, dans les moteurs diesels, pure ou en mélange, mais, notamment à cause de sa viscosité relativement élevée, l'utilisation d'une fraction d'huile importante nécessite l'usage d'un moteur adapté.
  • Le biodiesel (aussi appelé en France diester), obtenu par la transformation des triglycérides qui constituent les huiles végétales ; la transestérification de ces huiles, avec du méthanol ou de l'éthanol, produit des Esters d'Huile Végétale, respectivement méthyliques (EMHV) et éthyliques (EEHV), dont les molécules plus petites peuvent alors être utilisées comme carburant (sans soufre, non toxique et hautement biodégradable) dans les moteurs à allumage par compression.

Filière alcool[modifier | modifier le code]

La fermentation éthanolique en allemand.

De nombreuses espèces végétales sont cultivées pour leur sucre : c'est le cas par exemple de la canne à sucre, de la betterave sucrière, du maïs, du blé ou encore dernièrement de l'ulve.

  • L'éthyl-tertio-butyl-éther (ETBE) est un dérivé (un éther) de l'éthanol. Il est obtenu par réaction entre l'éthanol et l'isobutène et est utilisé comme additif à hauteur de 15 % à l'essence en remplacement du plomb. L'isobutène est obtenu lors du raffinage du pétrole.
  • Le méthanol (ou « alcool de bois »), obtenu à partir du méthane[35] est aussi utilisable, en remplacement partiel (sous certaines conditions) de l'essence, comme additif dans le gazole, ou, à terme, pour certains types de piles à combustible. Le méthanol est cependant très toxique pour l'homme.

Autres filières[modifier | modifier le code]

Filière gaz[modifier | modifier le code]

La fermentation méthanique ou méthanisation
  • Le biométhane est le principal constituant du biogaz issu de la fermentation méthanique (ou méthanisation) de matières organiques animales ou végétales riches en sucres (amidon, cellulose, plus difficilement les résidus ligneux) par des micro-organismes méthanogènes qui vivent dans des milieux anaérobies. Les principales sources sont les boues des stations d'épuration, les lisiers d'élevages, les effluents des industries agroalimentaires[36] et les déchets ménagers. Les gaz issus de la fermentation sont composés de 65 % de méthane, 34 % de CO2 et 1 % d'autres gaz dont le sulfure d'hydrogène et le diazote. Le méthane est un gaz pouvant se substituer au gaz naturel (ce dernier est composé de plus de 95 % de méthane). Il peut être utilisé soit dans des moteurs à allumage commandé (technologie moteurs à essence) soit dans des moteurs dits dual-fuel. Il s'agit de moteurs diesel alimentés en majorité par du méthane ou biogaz et pour lesquels la combustion est assurée par un léger apport de biodiesel/huile ou gazole. Lorsqu'il est produit à petite ou moyenne échelle, le méthane est difficile à stocker. Il doit être donc être exploité sur place, en alimentation d'un groupe électrogène par exemple.
    Une autre possibilité qui est développée en Europe et aux États-Unis est son épuration aux normes du gaz naturel, pour qu'il puisse être injecté dans les réseaux de gaz naturel et ainsi s'y substituer en petite partie pour les utilisations traditionnelles qui en sont faites. Le rendement énergétique de cette filière biocarburant est actuellement bien meilleur que les autres et le rendement est techniquement plus simple, mais elle est très peu médiatisée en France.
  • Un gaz naturel de synthèse issu du bois : fin juin 2009, a été inaugurée une centrale de production d'un gaz naturel de synthèse (GNS) obtenu à partir de copeaux de bois par un procédé appelé méthanation. Ce gaz bio, très prometteur, est de meilleure qualité que le gaz naturel fossile (il est constitué à 98 % de méthane).
  • le dihydrogène (bio-hydrogène) : le reformage du bio-méthane permet de produire du dihydrogène. Ce dernier peut également être produit par voie bactérienne ou microalgale[37],[38],[39],[40].

Filière charbon de bois (biocarburant solide)[modifier | modifier le code]

Le charbon de bois est obtenu par pyrolyse du bois, de la paille ou d'autres matières organiques. Un ingénieur indien a développé un procédé permettant de pyrolyser les feuilles de cannes à sucre, feuilles qui ne sont presque jamais valorisées actuellement.

Autres[modifier | modifier le code]

Filières de deuxième génération[modifier | modifier le code]

D'intenses recherches sont en cours afin de transformer la lignine et la cellulose des végétaux (paille, bois, déchets divers) en alcool ou en gaz (filière lignocellulosique-biocombustible), au risque de priver les sols d'une source de matières organiques utile à leur régénération.
Le tube digestif des termites abrite des bactéries capables de transformer efficacement et économiquement certains déchets de bois en sucres pour la production d'éthanol.

De nouvelles filières purement énergétiques, aux meilleurs rendements [réf. nécessaire] et plus intéressantes sur le plan environnemental [réf. nécessaire] émergent progressivement ; on parle alors d'éthanol cellulosique.

  • La transformation de la lignine et de la cellulose (du bois, de la paille) en alcool ou en gaz (filière lignocellulosique-biocombustible[42],[43] ) fait l'objet d'intenses recherches dans le monde entier. Les technologies de la transformation de la cellulose (la macromolécule la plus commune sur terre) sont complexes, allant de la dégradation enzymatique à la gazéification. Des entreprises canadiennes (comme Iogen[44] ), américaines (Broin Co.) et deux universités suédoises (Usine pilote d'Örnsköldsvik[45] ) passent actuellement à la phase de production industrielle d'éthanol cellulosique. Un problème est que l'utilisation des pailles prive encore les sols agricoles de la matière organique dont ils manquent déjà.
  • En France, le PROJET FUTUROL a été lancé en 2008, avec pour ambition de constituer une véritable filière éthanol deuxième génération. Les axes majeurs de ce projet servent de fils conducteurs à la R&D s'appuyant sur une installation pilote puis sur un prototype : une filière et un procédé « durables » permettant d’obtenir les meilleurs bilans énergétiques et GES possibles, sur l’ensemble du processus, du champ à la roue ; un pilote flexible (multi matières premières) ; un procédé économiquement pertinent (innovations et optimisations de procédés)[47].
  • Selon le directeur du Programme des Nations unies pour l'Environnement, les termites possèdent des bactéries capables de transformer « de manière efficace et économique les déchets de bois en sucres pour la production d'éthanol »[48]. Les enzymes trouvées dans le tube digestif des termites et produites par ces bactéries symbiotiques sont en effet capables de convertir le bois en sucre en 24 heures[49]. Le potentiel de la filière cellulosique est énorme et les technologies évoluent rapidement.
  • La fermentation des sucres (provenant directement de plantes comme la canne à sucre, de la betterave sucrière, de l'hydrolyse de l'amidon du blé, du maïs, ou encore de l'hydrolyse de la cellulose présente dans le bois ainsi que les tiges et les feuilles de tous types de végétaux) en éthanol génère de grandes quantités de CO2 (à concentration élevée) qui peuvent nourrir les microalgues. La production de 50 litres d'éthanol par fermentation alcoolique s'accompagne de la production de 15 litres de CO2. En ce qui concerne la filière huile, les tourteaux obtenus après extraction de l'huile végétale (Jatropha curcas, karanj, saijan, tournesol, colza etc.) peuvent servir à produire du biogaz (méthane). Le méthane peut alimenter une centrale thermique (production d'électricité) et le CO2 libéré peut aussi nourrir les microalgues. Le bilan carbone global et le caractère durable de la filière dépendent donc de la source de CO2 utilisée. Le couplage filière éthanol cellulosique - filière microalgue est une voie d'avenir dans la perspective d'un développement durable. À noter que la croissance des microalgues est bien entendu possible dans les conditions atmosphériques actuelles (concentration en CO2 de 380ppm), mais les rendements sont alors beaucoup plus faibles.
  • Ulva lactuca, la laitue de mer ou ulve est en ce moment à l'essai au Danemark. À l’Université d’Aarhus, Michael Bo Rasmussen est déjà passé aux tests. L’idée d’utiliser la côte paraît intéressante dans ce pays[50].
Fruits de Jatropha curcas
  • Jatropha curcas. Il existe des plantes qui poussent en zone aride. C'est le cas par exemple de Jatropha curcas, qui produit en moyenne 400 à 500 litres d'huile par hectare et par an[51]. Sa culture (réalisée de manière éco-responsable) permet idéalement de lutter contre la désertification. À l'occasion du Biofuel Summit 2007[52] qui s'est tenu à Madrid, Winfried Rijssenbeek (de l'entreprise RR Energy qui a investi dans les biocarburants)[53] a fait la promotion des qualités de cette euphorbiacée : « Cette plante, qui produit des graines oléagineuses, est une alternative intéressante aux palmiers à huile et au soja pour le sud. En premier lieu parce qu'elle n'est pas comestible et donc n'entre pas en concurrence avec le secteur alimentaire. Autre avantage, Jatropha curcas peut être cultivée sur des sols difficiles, impropres aux autres cultures et permet de lutter contre la désertification »[54]. Mais ces plantes sont des êtres vivants comme les autres et ne font pas de miracles : sans apports d'eau réguliers, les rendements sont extrêmement faibles, non rentables. Cette conclusion logique a été confirmée, par exemple, par des expériences, il y a plusieurs années, en zone aride, avec la variété mexicaine de Jatropha curcas, par des ingénieurs agronomes mexicains[réf. nécessaire]. Or l'eau est une ressource précieuse en zone aride…
  • Pongamia pinnata (ou Karanj) est un arbre à croissance rapide, fixateur d'azote, très résistant à la sécheresse, qui pousse en plein soleil, sur des sols difficiles, même sur des sols salés, et producteur d'huile. L'Inde, qui souhaite mélanger 20 % de biocarburants dans les carburants traditionnels en 2017[55], encourage actuellement fortement la plantation de cet arbre (ainsi que de l'arbuste Jatropha curcas) dans les zones impropres aux cultures traditionnelles, ceci dans l'optique de produire de l'huile végétale. Les rendements moyens sont, d'après certains auteurs et dans les meilleurs conditions, de 5 tonnes de graines/ha/an (1,7 tonne d'huile et 5,3 tonnes de cakes) la dixième année.

La polyculture (association de plusieurs espèces) est de loin préférable d'un point de vue environnemental aux monocultures. On peut ainsi envisager de planter des forêts où se mélangent Mahua, Saijan, Karanj ainsi que d'autres essences utiles aux populations locales.

Le bilan énergétique, ainsi que le bilan carbone, est en général meilleur quand on adapte le moteur à l'huile végétale pure (moteur Elsbett, par exemple) plutôt que d'adapter l'huile végétale (transformation chimique en biodiesel, processus lourd) à des moteurs conçus pour fonctionner avec des dérivés du pétrole.

Une équipe de l'université du Wisconsin dirigée par James Dumesic a exposé en juin 2007 dans la revue Nature un nouveau procédé de transformation de l'amidon afin de produire un nouveau carburant liquide, le diméthylfurane[56]. Ses propriétés semblent plus avantageuses que celles de l'éthanol.

Application dans l'aviation[modifier | modifier le code]

Des biocarburants dits de deuxième génération sont développés pour se substituer, au moins partiellement, au kérosène. Un premier vol d'essais a eu lieu le 30 décembre 2008 sur un Boeing 747-400 d'Air New Zealand dont un des réacteurs RB 211 a été alimenté avec 50 % de Jet-A1 et 50 % de carburant à base de Jatropha curcas. Il a été suivi d'un autre le 7 janvier 2009 sur un Boeing 737-800 de Continental Airlines dont un des moteurs CFM56-7B a été alimenté par un mélange de moitié de kérosène traditionnel et pour moitié d'huiles de jatropha et d'algues. À chaque fois, les mélanges se sont comportés sans altérer le fonctionnement des moteurs, sinon une légère baisse de consommation de 1 à 2 %. Un troisième essai est prévu le 30 janvier 2009 avec un Boeing 747-300 de Japan Airlines équipé de moteurs Pratt & Wittney JT9D, dont un alimenté avec un mélange de 50 % de kérosène et 50 % de cameline (« lin bâtard »), de jatropha et d'algues. L'objectif est d'obtenir la certification de ces mélanges en 2010 et de biocarburants purs en 2013. Le carburant à base de jatropha présente un point d'éclair à 46°, contre 38° pour le Jet-A1, avec une énergie de 44,3 MJ/kg (contre 42,8 MJ/kg pour le Jet-A1), son principal avantage étant d'émettre 75 % de gaz carbonique de moins que le kérosène sur l'ensemble de son cycle de vie (incluant le CO2 absorbé par les plantes dans leur croissance), pour un prix de revient de 80 $ le baril[57].

Filière de troisième génération[modifier | modifier le code]

Il existe environ 100 000 espèces de diatomées (microalgues) connues dans le monde — plus de 400 nouveaux taxons sont décrits chaque année. Certaines espèces sont particulièrement riches en huile.

Les biocarburants à partir d'algues, algocarburant, sont dits de « troisième génération »[58].

C'est probablement à partir des cultures de microalgues[59],[60],[61],[62],[63] (dont cyanophycées), d'un point de vue théorique 30 à 100 fois plus efficaces que les oléagineux terrestres d'après certains auteurs (10 à 20 fois plus qu'avec le colza ou le tournesol selon le CEA qui à Cadarache (« Héliobiotec[64] » et sa ‘banque’ de microalgues et de cyanobactéries) cherche depuis le début des années 2000 à sélectionner les organismes les plus prometteurs[65]), que des biocarburants pourront être produits avec les meilleurs rendements, rendant ainsi envisageable une production de masse (par exemple pour l'aviation), sans déforestation massive ni concurrence avec les cultures alimentaires. Pour obtenir un rendement optimal en huile, la croissance des microalgues doit s'effectuer avec une concentration en CO2 d'environ 13 %. Ceci est possible à un coût très faible grâce à un couplage avec une source de CO2, par exemple une centrale thermique au charbon, au gaz naturel, au biogaz, ou une unité de fermentation alcoolique, ou encore une cimenterie. La culture de microalgues dans des bassins ouverts est aussi expérimentée dans des fermes d'algues au Nouveau-Mexique et dans le désert du Néguev[66].

Cependant, d'importants défis subsistent :

  • À 10 euros le litre (soit 2 060 dollars le baril), taxes non comprises, selon l'équipe Shamash[67] et selon Seed Science Ltd[68], l'huile de microalgue est très loin d'être compétitive sur le marché.
  • La combustion du carburant micro-algal dans un moteur thermique, comme avec n'importe quel carburant, s'accompagne de pertes très importantes (80 % de pertes en cycle d'usage ordinaire).
  • La culture de micro-algues nécessite de très importants apports en engrais et en substances chimiques afin d'inhiber la croissance des bactéries et autres micro-organismes qui ont tendance à envahir les bioréacteurs ou les bassins.
  • Certaines équipes qui travaillent sur le sujet utilisent des OGM. Que se passera-t-il si ces organismes sont libérés dans l'environnement ?
  • Aucune étude d'impact environnemental de ces cultures n'a été réalisée à ce jour.
  • Le rendement de conversion de l'énergie solaire en biomasse par les microalgues est meilleur qu'avec les cultures terrestres mais reste très faible, de l'ordre de 1,5 %, soit 10 fois moins que le rendement de conversion de l'énergie solaire en électricité via le solaire photovoltaïque ou le solaire thermodynamique (15 %). Comme souligné dans le rapport « Agrocarburants et Environnement » publié fin 2008 par le ministère de l’Écologie, « les agrocarburants se situent dans la zone des rendements les plus faibles. Ils sont de fait limités par le rendement de la photosynthèse, qui est très faible (<1 %). La troisième génération, utilisant des algues, restera largement moins efficace que les solutions « électriques » quelles qu'elles soient, notamment l'utilisation de l'énergie solaire » [69].

Bilan et analyses[modifier | modifier le code]

Statistiques de production et consommation[modifier | modifier le code]

Monde[modifier | modifier le code]

En 2010, environ 43 % de la consommation mondiale de pétrole ont été consommés dans le secteur des transports routiers : essence et gazole, représentant un total d'environ 1,77 Gtep. La filière biocarburants actuelle correspond à environ 57 Mtep, soit 3,1 % de la consommation mondiale des transports routiers ; le bioéthanol en représente environ 75 % et le biodiesel 25 %[70].

Consommation d'éthanol carburant en Mtep[70]
Continent 2009 2010 2011
Europe 2,35 2,87 2,98
Amérique du Nord 20,74 25,07 25,77
Amérique latine 11,48 12,49 10,83
Asie-Pacifique 1,48 1,75 1,94
Afrique 0,05 0,07 0,05
Monde 36,04 42,25 41,57

Le bioéthanol est majoritairement consommé en Amérique du Nord et en Amérique latine, notamment aux États-Unis (24,6 Mtep) et au Brésil (10,5 Mtep). En Europe, l'Allemagne reste de loin le premier consommateur (0,79 Mtep), suivie de la France et du Royaume-Uni. Ces consommations s’appuient sur des réglementations rendant obligatoire leur incorporation dans les carburants.

Les plus gros consommateurs en sont aussi les principaux producteurs, à savoir les États-Unis : près de 26,7 Mtep, et le Brésil : 11,1 Mtep en 2011.

Taux d'incorporation de l'éthanol carburant (%)[70]
Continent 2009 2010 2011
Europe 2,4 3,0 3,3
Amérique du Nord 4,5 5,4 5,6
Amérique latine 17,0 17,7 14,9
Asie-Pacifique 0,6 0,7 0,8
Afrique 0,2 0,2 0,1
Monde 3,7 4,3 4,2

L'Amérique latine, et principalement le Brésil, détient toujours de loin le taux d'incorporation le plus élevé via notamment une flotte importante de véhicules adaptés (FlexFuel Vehicle). Pour la première fois depuis au moins 2005, le Brésil a vu en 2011 son taux d'incorporation d’éthanol reculer, du fait d'une mauvaise saison de récolte de la canne à sucre. En 2011, on peut également noter un ralentissement de la progression des taux d’incorporation en Europe (cette tendance est similaire en 2012) et en Amérique du Nord par rapport aux périodes précédentes.

Consommation de biodiesel carburant EMHV en Mtep[70]
Continent 2009 2010 2011
Europe 9,36 10,72 10,84
Amérique du Nord 1,01 0,75 2,68
Amérique latine 1,23 2,47 2,94
Asie-Pacifique 0,68 0,82 0,73
Afrique 0 0 0
Monde 12,28 14,76 17,20

Le biodiesel EMHV est produit et consommé majoritairement en Europe (principalement à partir de colza), où la consommation a faiblement augmenté entre 2010 et 2011, mais connaît une inversion de tendance en 2012, par comparaison aux années précédentes. Le Royaume-Uni, la Pologne (en 2012) et, dans une moindre mesure, l'Allemagne et l'Italie, sont les principaux pays touchés par cette évolution. L'Espagne, et dans une moindre mesure la France, continuent quant à elles leur progression.

la production de biodiesel EMHV en Amérique latine (essentiellement à base de soja), elle est largement dominée par l'Argentine et le Brésil : 89 % de la production en 2010, et plus de 97 % en 2011. Son augmentation est liée à une augmentation conséquente de la production en Argentine : + 25 % entre 2010 et 2011 (contre + 11 % au Brésil) avec une orientation forte vers l’exportation.

En 2011, la consommation et la production d'HVO (huiles végétales hydrogénées ou Hydrotreated Vegetables Oils - HVO) dans le monde sont encore faibles en comparaison de celles du biodiesel EMHV (moins de 1 Mtep consommées et produites). La production d’HVO ne concerne encore que peu de pays : les Pays-Bas, Singapour et la Finlande.

Taux d'incorporation du biodiesel carburant (%)[70]
Continent 2009 2010 2011
Europe 4,8 5,4 5,4
Amérique du Nord 0,5 0,4 1,4
Amérique latine 2,1 4,2 4,9
Asie-Pacifique 0,2 0,2 0,2
Afrique 0 0 0
Monde 1,0 1,2 1,4

En Europe, 2011 est la première année pour laquelle le taux d'incorporation effectif du biodiesel EMHV n’a pas augmenté. Cela peut s'expliquer par des perspectives à la baisse décidée ou annoncée dans les objectifs nationaux et européens de taux d'incorporation d'énergies renouvelables dans les transports. En effet, le projet de la Commission européenne de plafonnement des biocarburants de 1re génération (G1) entre 5 et 7 % ne constitue pas un contexte très favorable au développement de la filière en Europe. À l'échelle européenne, le premier consommateur de biodiesel est devenu, en 2012, la France (2,3 Mtep) juste devant l'Allemagne (2,2 Mtep), suivies de l'Espagne (1,7 Mtep) et de l'Italie (1,3 Mtep). La Pologne reste depuis 2011 devant le Royaume-Uni, respectivement 5e et 6e consommateurs européens.

Les États-Unis sont, depuis 2010, exportateur net de bioéthanol. En 2011, les exportations d'éthanol américain ont d'ailleurs atteint des records, du fait de mauvaises récoltes de canne à sucre au Brésil. Ainsi, le Brésil a été destinataire d'un tiers des exportations d'éthanol américain et les États-Unis sont devenus 1er exportateur de bioéthanol en 2011. En 2012, le Brésil a instauré une taxe spécifique à l'importation d'éthanol des États-Unis, de façon à assurer le retour vers une valorisation prioritaire de la production locale d'éthanol. En 2012, les États-Unis et le Brésil sont quasiment au même niveau d’exportation, mais en 2013 la situation s’est rétablie et le Brésil domine à nouveau le marché de l’exportation de bioéthanol.

L'Europe importe majoritairement du biodiesel, malgré des capacités de production non exploitées ; ces importations proviennent notamment d’Argentine (plus de 50 %), d'Indonésie (39 %) et des États-Unis (moins de 5 %). Elles sont liées essentiellement aux prix cassés pratiqués par les pays exportateurs (principalement vers l’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas), comme l'Argentine et l'Indonésie. En effet, ces deux pays ont mis en place un système de taxes différentielles à l’exportation sur le biodiesel, entre 2010 et 2012, de 10 à 15 % inférieures à celles sur les matières premières correspondantes à la production de ce biodiesel. Ces pratiques ont abouti à des contentieux internationaux et la Commission européenne a institué en mai 2013, pour une durée de six mois, un droit anti-dumping, confirmé mi-novembre 2013. Le Conseil européen a également imposé début 2013 une taxe anti-dumping (62,9 €/t) sur les importations d’éthanol en provenance des États-Unis (0,6 Mt en 2012).

L'Amérique du Nord dispose de loin de la plus grosse capacité de production d'éthanol G1 dans le monde (43 Mt/an pour 211 usines en fonctionnement), à partir d'unités de production ayant des capacités moyennes bien plus élevées qu'en Amérique latine (22 Mt/an, 346 usines), où le nombre d'unités est nettement supérieur. La zone Asie-Pacifique dispose du plus grand nombre d'unités biodiesel (209 usines, 15 Mt/an), mais de capacité moyenne moins importante qu'en Europe (206 usines, 16 Mt/an). Environ 250 unités de production existantes dans le monde sont à l'arrêt. La moitié de ces unités est située aux États-Unis. Dans le monde, il existerait encore actuellement environ 350 projets d'unités de production de biodiesel et d’éthanol G1, en construction ou en projet, dont environ deux tiers se situeraient dans la zone Asie-Pacifique, où les politiques d’incitation aux filières G1 sont encore actives ; très peu d'unités sont prévues sur le continent européen.

Les biocarburants G2, à savoir principalement l'éthanol lignocellulosique (éthanol G2) et le BtL (biodiesel/biojet G2), sont des biocarburants issus de biomasse agricole non alimentaire ou de biomasse forestière/d’industrie du bois. Les unités existantes sont surtout des unités pilotes et des démonstrateurs, mais en 2013 une unité américaine et une italienne ont effectué leur démarrage commercial ; plusieurs autres doivent démarrer en 2014. Les biocarburants avancés issus de biomasse algale qualifiés G3 sont quant à eux toujours en phase de R&D.

La part des surfaces de production agricole dédiée à la production de biocarburants est en progression : les surfaces de soja et de palme ont observé les plus nettes hausses, en passant respectivement de 9,4 % à 13,7 %, et de 5,8 % à 8 % des surfaces totales en culture entre 2009 et 2011. Aux États-Unis, le maïs dédié à l'éthanol représente 40 % des surfaces totales cultivées en maïs. Au Brésil, la part des surfaces dédiées à l'éthanol dans la canne à sucre est en baisse en 2011 : -17 %. En Europe, la production de biodiesel mobilise 5,5 millions d'hectares, soit 62,4 % des surfaces cultivées en colza, contre 8,2 Mha, soit 24,3 % au niveau mondial. En France, la proportion de surfaces cultivées en colza et tournesol en vue d'une transformation énergétique atteint 65 % (presque 1,5 million d’hectares), et est probablement proche d’avoir atteint sa limite. Cette saturation à l’échelle européenne favorise le développement rapide de l’utilisation d’huiles usagées et de graisses animales[70].

Europe[modifier | modifier le code]

En 2012, malgré un contexte politique incertain, la consommation de biocarburants a progressé de 2,9 %, atteignant 14,4 Mtep ; le taux d'incorporation des biocarburants dans les transports de l'Union européenne a été de 4,7 %[71].

Consommation de biocarburants destinés au transport dans l'Union Européenne en 2011 (ktep)[71]
Pays Bioéthanol Biodiesel Autres* Total
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 795 2 144 18 2 957
Drapeau de la France France 392 2 035 0 2 427
Drapeau de l'Espagne Espagne 227 1 474 0 1 701
Drapeau de l'Italie Italie 115 1 286 0 1 401
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 327 729 0 1 056
Drapeau de la Pologne Pologne 153 860 0 1 013
Drapeau de la Suède Suède 214 227 64 505
Drapeau de l'Autriche Autriche 67 412 14 492
Drapeau de la Belgique Belgique 48 273 0 321
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 149 172 0 321
Drapeau du Portugal Portugal 5 310 0 315
Drapeau de la République tchèque République tchèque 59 241 0 300
Drapeau de la Finlande Finlande 97 102 0 199
Roumanie Roumanie 48 139 10 196
Drapeau de la Hongrie Hongrie 54 110 0 164
Drapeau du Danemark Danemark 50 82 0 132
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 25 98 0 123
Drapeau de la Grèce Grèce 0 103 0 103
Total UE27 2 882 11 019 106 14 007
* huiles végétales utilisées pures ; biogaz carburant pour la Suède.

Bilan économique et intérêt géostratégique des biocarburants[modifier | modifier le code]

Les biocarburants représentent

  • une source supplémentaire de carburant, favorable à l'indépendance énergétique et, éventuellement, substitut au pétrole qui se raréfie
  • un débouché agricole et une activité agro-industrielle nouvelle, séduisante en période de crise économique
Évolution de la part importée dans la consommation totale de pétrole aux USA.

Les différentes filières d'agrocarburants peuvent stimuler l'activité agricole. Les récentes périodes de relative surproduction de produits agricoles et de baisse des prix ont conduit les milieux agricoles à promouvoir et demander des mesures gouvernementales en faveur de cette production. Cette stimulation dépend des conditions sur le marché des produits agricoles : en sens inverse, la fin de la période de prix anormalement bas a été un signal très négatif pour les agrocarburants.

Coût pour le consommateur[modifier | modifier le code]

Selon un rapport de la Cour des comptes présenté le 24 janvier 2012, la politique d'aide aux agrocarburants serait supportée essentiellement par les consommateurs. Entre 2005 et 2010, ceux-ci auraient « déboursé 3 milliards d'euros de plus » pour inclure dans leur consommation environ 2,5 % de carburant d'origine végétale[72].

Possibilité de remplacement des énergies fossiles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : dépendance au pétrole.

En théorie, les biocarburants sont techniquement capables de produire la totalité de l'énergie consommée par l'humanité. Un calcul rapide le montre : la consommation mondiale d'énergie aujourd'hui est de l'ordre de 400 exajoules, soit 1014 kWh (source : Agence Internationale de l'Energie pour 2007). La productivité la plus élevée pour un biocarburant de première génération est celle du palmier à huile, qui atteint 5 000 L/ha/an, avec une densité d'énergie de 10 kWh/L. Il faudrait donc 20 millions de kilomètres carrés de palmier à huile pour assurer notre autonomie énergétique. C'est beaucoup (deux fois et demie le Brésil), mais en aucun cas impossible. D'autant plus que dans le futur des progrès très importants sont attendus de la recherche : conversion en carburant de la totalité de la plante (deuxième génération) ; production en réacteurs pour ne pas consommer de terres agricoles (troisième génération) ; augmentation du rendement de la photosynthèse par enrichissement de l'air en dioxyde de carbone... En fait la limite est le rendement de conversion de l'énergie solaire en biomasse par la photosynthèse, qui est de l'ordre de 2 % sans enrichissement de l'air en dioxyde de carbone. Si on récupérait la totalité de cette énergie, il suffirait de moins d'un million de kilomètres carrés pour assurer l'autonomie énergétique de la planète, soit seulement deux fois la France.

Une grande partie de la production pétrolière a lieu dans des pays dont il serait imprudent de dépendre excessivement : Irak, Nigeria, Iran,... et les trois principales crises pétrolières sont le fruit d'une crise politique. En outre, on sait que le pétrole s'épuise. Les biocarburants permettent aux pays qui les produisent de devenir moins dépendants sur le plan énergétique[73],[74]. À l'échelle locale, la production et l'autoconsommation d'agrocarburants (huile végétale carburant par exemple) permettent une autonomie énergétique des agriculteurs.

En 2003, le biologiste Jeffrey Dukes[75] a calculé que les énergies fossiles brûlées en un an (1997) provenaient d’une masse de matière organique préhistorique qui représentait plus de 400 fois l'énergie qui à l'inverse se fixe et s'accumule naturellement dans le même temps sur la planète[76],[77]. L'interprétation de ce résultat est que la nature non gérée (forêt primaire) accumule le carbone avec une extrême lenteur, alors que la culture de plantes énergétiques fournit de grandes quantités de carbone renouvelable évitant de rejeter du carbone fossile. Dans le même article, Dukes estime que le remplacement des carburants fossiles par une combustion de végétaux actuels correspondrait au moins à 22 % de la production végétale terrestre (y compris des végétaux marins), augmentant ainsi de 50 % l'appropriation de cette ressource par l'homme.

Dans le cas de la France, par exemple, Jean-Marc Jancovici calcule que, compte tenu des consommations intermédiaires par l'activité agricole et pour les productions actuellement maîtrisées (colza, betterave, etc.), la production des 50 Mtep actuellement utilisés pour les transports sous forme de biocarburants nécessiterait une surface agricole supérieure à la surface totale du pays[78] (sachant que la surface agricole utile en représente environ la moitié, et décroît). Il en conclut que « les biocarburants sont donc un intéressant problème de politique agricole, mais un élément négligeable d'une politique énergétique »[79].

Ces analyses présentent évidemment des limites, et on peut espérer que les progrès des biocarburants, notamment le passage à la seconde et surtout la troisième génération, augmentent la production nette par unité de surface (variétés de végétaux moins exigeantes en consommations intermédiaires, plus productives, sur une période plus longue de l'année, etc. ; les algocarburants, notamment, ne nécessitent ni eau douce ni terre cultivable) ou que la valorisation des coproduits suffise à justifier la culture, mais en l'état actuel les agrocarburants ne peuvent être qu'un appoint.

Il ne faut pas en conclure que ces raisons s'opposent définitivement aux biocarburants ; un monde fonctionnant aux énergies renouvelables devrait consommer bien moins et de façon plus efficace, ce qui leur laisse une place. Des études prenant en compte d'autres cultures et d'autres modes de production agricoles ont conclu que la bioénergie pourrait assurer une part significative de nos besoins en déplacement. Les conditions nécessaires à ce scénario seraient des mesures importantes d'efficacité énergétique et un passage vers une agriculture locale peu consommatrice d'énergie[80].

Une étude publiée par l'International Council on Clean Transportation le 26 février 2014 estime le potentiel technique de production de biocarburants à partir de déchets urbains, agricoles et forestiers en Europe à 16 % des carburants routiers consommés en Europe en 2030 et les économies d'émissions de gaz à effet de serre peuvent atteindre 60% sur l'ensemble du cycle de vie[81].

Bilan environnemental[modifier | modifier le code]

En Europe, depuis juillet 2011 à travers la Directive sur les Energies Renouvelables[82] transposée en droit français[83], les biocarburants pour être certifiés durables devront répondre à des « normes de durabilité[2],[3] » contrôlées, soit par les États membres, soit dans le cadre de mécanismes volontaires soumis à l’approbation de la Commission européenne, au nombre de 7 en octobre 2011[84] ; ISCC[Note 3], Bonsucro EU[Note 4], RTRS EU RED[Note 5], RSB EU RED[Note 6], 2BSvs[Note 7], RSBA[Note 8] et Greenergy[Note 9],[2].

Le bilan environnemental des biocarburants comporte généralement trois aspects principaux :

  • le bilan d'économie réelles d'énergie fossile et de réduction des gaz à effet de serre (GES), ces deux questions, bien que distinctes, étant très liées ; En Europe, pour être dit durable, « les émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble de la chaîne de production doivent être inférieures d'au moins 35 % à celles de la chaîne de production des combustibles fossiles. Ce seuil sera relevé progressivement »[2] et les régimes ou mécanismes reconnus et leurs rapports d'évaluation seront publiés sur la plateforme Transparency [85] ;
  • les impacts environnementaux des cultures (eau, sol, déforestation, destruction d'habitats dont tourbières et zones humides, végétaux non indigènes, biodiversité...) ;
  • la pollution due aux moteurs lors du remplacement de carburant pétrolier par un biocarburant.

Bilan carbone, économies énergétiques et émission de gaz à effet de serre[modifier | modifier le code]

La combustion (et, dans une moindre mesure, la production) des carburants participe aux émissions massives de gaz à effet de serre (GES) et contribue au réchauffement climatique[86].

Le carbone émis lors de la combustion de biocarburants (filière huile ou filière éthanol) provient de plantes (palme, colza, maïs, blé, bois, …) qui l'ont fixé via la photosynthèse. Le bilan carbone peut sembler neutre et le recours à cette énergie permet d'éviter des émissions supplémentaires de gaz à effet de serre.

Mais la production de ces biocarburants requiert un travail humain, donc une consommation de carburant et éventuellement d'autres produits, dont l'usage produit aussi des GES. Ainsi, il faudrait environ 1 tonne d'équivalent pétrole pour arriver à produire 3 tonnes d'équivalent diester[87]. Pour mesurer le gain en termes d'émission de GES, il s'agit de faire le bilan énergétique de la production d'agrocarburants.

Selon un sondage réalisé en 2007 par l’UICN et la Banque mondiale auprès d’experts et de décideurs du secteur climatique, les biocarburants de première génération sont au 18e rang (avec 21 %) des technologies pouvant diminuer les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, alors que les biocarburants de seconde génération sont au 7e rang (avec 43 %)[88].

Dans une étude[89] publiée dans Nature resources research, les chercheurs David Pimentel et Tad Patzek concluent « qu'il n'y a aucun bénéfice énergétique à utiliser la biomasse des plantes pour fabriquer du carburant », au terme d'un calcul tendant à montrer que l'énergie globale nécessaire à la production d'éthanol à partir de maïs, à la production du bois et à celle de biodiesel à partir de soja ou de tournesol est pour chacun de ces cas supérieure de 27 à 118 % à l'énergie produite. Il est donné pour cela des quantités d'énergie dépensées à la fabrication et lors du conditionnement, transport et épandage des pesticides et des engrais, à la fabrication des outils agricoles, au drainage, à l'irrigation ainsi que l'énergie dépensée par les travailleurs eux-mêmes en dehors de leur travail. Cette étude a été néanmoins dénoncée comme fortement biaisée par les hypothèses prises et l'interprétation des résultats. Les postes de dépenses énergétiques sont par exemple non vérifiables ou s'appuient sur des techniques obsolètes[90]. D'autre part, il faut tenir compte dans le calcul des émissions de CO2 par les carburants fossiles du bilan énergétique de leur extraction, de leur transport et de leur raffinage.

En France, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et le Réseau Action Climat ont publié des études sur l'intérêt des agrocarburants pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L'ADEME a réalisé une synthèse des différentes études, en normalisant les résultats. La conclusion du rapport de synthèse de 2006 est :

« Alors que les résultats publiés sont radicalement différents et donnent lieu à des conclusions opposées, les résultats normalisés permettent de tirer une conclusion commune aux trois études : l’éthanol et le biodiesel permettent tous deux de réduire la dépendance aux énergies non renouvelables par rapport aux carburants fossiles. En ce qui concerne les GES, les indicateurs publiés soulignent les mêmes bénéfices des agrocarburants par rapport aux carburants fossiles »[91].

La valorisation effective des coproduits (par la filière éthanol cellulosique ou par méthanisation par exemple) permettra d'améliorer considérablement ce bilan. Les conclusions d'un rapport du Department for Transport britannique vont dans le même sens[92], tout en soulignant cependant l'impact environnemental non négligeable du développement des filières classiques en zone tropicale. Ces impacts peuvent, selon l'ONG Via Campesina, conduire à rendre les agrocarburants pires que le pétrole qu'ils remplacent[93].

Cependant, une étude récente de P.J. Crutzen[94] prétend que l'usage des agrocarburants issus des cultures de colza et de maïs pourrait en fait augmenter l'effet de serre[95],[96]. Selon ces auteurs, l'augmentation des émissions de protoxyde d'azote, dus à l'usage d'engrais azotés pour la production d'agrocarburants à partir de ces cultures, pourrait avoir un effet plus défavorable sur l'effet de serre que la réduction de la production de CO2 à cause de la persistance du protoxyde d'azote dans l'atmosphère[Note 10]. Selon Crutzen, les émissions de protoxyde d'azote auraient été sous-estimées jusqu'à présent. D'après les auteurs de cette étude, la production d'huile de palme ou d'éthanol cellulosique basé sur des plantes pérennes semblent ainsi plus adaptée à un objectif de réduction des gaz à effets de serre[97][réf. insuffisante].

Selon le Réseau Action Climat, dans une étude publiée en mai 2006[98], les résultats de la filière éthanol présentent une économie énergétique limitée, très relative pour l'ETBE, voire négative pour l'éthanol de blé, et permettent quelques économies de GES. Toujours selon la même étude, la filière oléagineuse est plus intéressante, surtout en ce qui concerne l'huile pure. Le bilan énergétique ainsi que le bilan carbone seraient bien meilleurs quand on adapte le moteur à l'huile végétale pure (moteur Elsbett, par exemple) plutôt que d'adapter l'huile végétale (transformation chimique en biodiesel, processus lourd) à des moteurs conçus pour fonctionner avec des dérivés du pétrole, à plus forte raison si l'on préfère des plantes pérennes implantées dans des zones où elles n'entrent pas en concurrence avec d'autres. Des plantes qui peuvent se développer en zone aride comme Jatropha curcas, Pongamia pinnata ou Madhuca longifolia pourraient présenter de bien meilleurs résultats.

Économie énergétique et Indicateur d'émission de GES[99], dans l’hypothèse où les coproduits sont efficacement valorisés en alimentation animale.
IES= Indicateur effet de serre; EE=Efficacité énergétique
Essence classique

[100]

Éthanol de blé Éthanol de maïs Éthanol de betteraves ETBE Ester méthylique

d'huile de colza (EMHV)

Huile brute de colza
  • EE = 0,87
  • IES= 85,9 g éq CO2/MJ.
  • EE = 1,35
  • IES environ 47 g eq CO2/MJ
  • EE = 0,98
  • IES environ 65 g éq CO2/MJ
  • EE = 1,25
  • IES environ 59 g éq CO2/MJ
  • EE = 0,93
  • IES de 75,2 g éq CO2/MJ
  • EE = 2,23
  • IES environ 25,8 g éq CO2/MJ
  • EE =3,80
  • IES de 4 à 10,5 g éq CO2/MJ contre 79,3 pour le gazole
IES comparé à l'essence ordinaire : 55 % 76 % 69 % 88 % 33 % 9 %
Économie énergétique et Indicateur d'émission de GES[99], sans la valorisation des coproduits
IES= Indicateur effet de serre; EE=Efficacité énergétique
Éthanol de blé Éthanol de betteraves Ester méthylique

d'huile de colza (EMHV)

Huile brute de colza
  • EE = 1,06
  • IES 79,1 à 97,2 g éq CO2/MJ
  • EE = 1,14
  • IES 67,0 à76,6 g éq CO2/MJ
  • EE = 1,66
  • 49,6 à 63,2 g éq CO2/MJ
  • EE = 1,88
  • IES 51,2 à 69,8 g éq CO2/MJ contre 79,3 pour le gazole

IES comparé à l'essence ordinaire :

98 %

83 %

71 %

76 %

L'utilité des agrocarburants dépend ainsi de façon importante

  • de la filière choisie (huile ou éthanol) et
  • de la valorisation effective des coproduits, d'où l'importance de leur trouver des débouchés, notamment pour les tourteaux de colza et de tournesol[101].

Selon le ministère de l'industrie[102],[103], deux principaux agrocarburants sont utilisés à l'heure actuelle : l'ETBE (éthyle tertio butyle éther, à partir de l'éthanol) pour les véhicules essence (90 % de la consommation d'agrocarburants en France) et l'EMHV (biodiesel ou Diester) pour les véhicules diesel. Côté éthanol, l'ETBE reçoit la préférence du ministère par rapport à l'E85, plus riche (85 %) en éthanol : Au plan technique, l'ETBE est la meilleure façon d'incorporer de l'éthanol au carburant, grâce à son indice d'octane élevé autant qu'à sa faible volatilité. Cette conclusion technique fait l'objet d'un consensus dans les milieux professionnels[102]. Ce qui amène le Réseau Action Climat à dire : « Le plan gouvernemental ambitieux et coûteux qui prévoit de remplacer 7 % des carburants pétroliers par des agrocarburants d’ici 2010 diminuerait les émissions de GES des transports routiers de moins de 7 % (alors que les transports routiers en France ont vu leurs émissions de GES augmenter de 23 % depuis 1990) »[104].

Par souci de transparence, la commission européenne, a aussi proposé en octobre 2012, un affichage des valeurs de CAS indirects (conformément à deux directives européennes[105]), et une limitation de la contribution des biocarburants de première génération à l'atteinte des objectifs d'incorporation d'énergies renouvelables dans les transports, tout en encourageant des biocarburants de seconde génération (à partir de biomasse non -alimentaires telles que déchets agroalimentaires dont les émissions totales restent bien inférieures à celles des combustibles fossiles et n'interfèrent pas ou peu avec la production alimentaire mondiale (il existe un risque de priver les sols de matière organique naturelle)[106].

Le CGDD a publié en 2013 [106] un nouveau document qui prend cette fois en compte les conséquences du développement des biocarburants sur l'affectation des sols et notamment sur les changements d'affectation des sols (CAS), qui peuvent générer d'importantes émissions de GES ou détruire des puits de carbone importants et affecter la biodiversité, dans des proportions qui ont fait l'objet de débats scientifiques et politiques de 2009 à 2012. Cette étude confirme que les CAS indirects sont encouragés par les mécanismes de marché]] et qu'ils ont une importance qui a été confirmée en France en 2012 par au moins deux études (ACV conséquentielles, modèles économiques), confirmant les études[107],[108],[109] et premières conclusions de la Commission européenne (CE) sur le "mauvais" bilan des agrocarburants, mais ils ne sont pas encore pris en compte par la méthodologie européenne de calcul des émissions de gaz à effet de serre des biocarburants [110].

Impacts sur la forêt, la biodiversité, la ressource eau et les sols[modifier | modifier le code]

Le développement exponentiel des cultures de palmier à huile en Malaisie et en Indonésie et la destruction corrélative des forêts constituent une grave menace pour l'orang-outan, une espèce au bord de l'extinction.

Une part majeure des agrocarburants sont cultivés sur des zones spécifiquement déforestées pour de nouvelles mises en culture, en particulier pour l'éthanol au Brésil ou la production de palmiers à huile Asie du Sud-Est. Une étude récente (« A calculation of the EU bioenergy land footprint »[111]) de l'Université de Vienne, basée sur les données mondiales[112] et européennes[113] disponibles, ainsi que sur des modèles prospectifs[114] a confirmé en 2014 des travaux antérieurs de la DG environnement[115] montrant que les agrocarburants utilisés en Europe accélèrent : « L'empreinte mondiale provoquée par la demande européenne en bioénergie équivalait en 2010 à la taille de la Suède » ; et la déforestation croît dans le monde à cause de la demande européenne en agrocarburants, avec une situation qui empire « D'ici 2030, l'utilisation de biocarburants en Europe devrait entraîner la destruction de 70,2 millions d'hectares d'espaces naturels » [116]. Ces carburants importés en Europe proviennent principalement d'Amérique du sud et d'Asie, mais aussi en moindres quantité des États-Unis (« les exportations de granulés de bois américains ont presque doublé (en 2013) pour atteindre près de 3 millions de tonnes ; 98 % de ces exportations ont été livrées en Europe »[116], Une enquête du Wall Street Journal ayant montré en 2013 qu'il existe aux États-Unis des États dépourvus de réglementation pour la production de pellets, où des coupes rases illégales, dont en zone humide sont destinées à alimenter la filière biomasse/pellets en Europe [117]), de l'Inde et du Sud de l'Amérique du Sud. Si cette stratégie se poursuit, en 2030, elle causera la destruction de 70,2 millions d'hectares de forêts ( "trois fois la taille du Royaume-Uni")[116] ; selon l'Institut pour une politique européenne de l'environnement (IEEP), l'International Institute for Sustainability Analysis and Strategy, l'Institut européen des forêts et Joanneum Research la demande prévue en biomasse ligneuse dépassera l'« approvisionnement durable » avant 2030. Pour l'Europe, l'IEEP a conclu que seuls 1,3 million d'hectares de terres en Europe peuvent être consacrés aux cultures énergétiques sans devoir déplacer la production alimentaire ou endommager des habitats patrimoniaux précieux.

La production d'agrocarburants demande en outre les moyens de la production agricole ou agrosylvicole intensive en termes d'engrais et de pesticides. Dans une étude[118] parue dans Bioscience, les chercheurs Marcelo Dias de Oliveira et al. (université d'État de Washington) concluent que la filière éthanol à partir de canne à sucre réduit la biodiversité et augmente l'érosion du sol.

Dukes estime que le remplacement des carburants fossiles par une combustion de végétaux actuels correspondrait au moins à 22 % de la production végétale terrestre (y compris des végétaux marins), augmentant ainsi de 50 % l'appropriation de cette ressource par l'homme, et pourrait compromettre la survie des autres espèces qui en dépendent[119].

Tyler Volk, professeur du Earth Systems Group du département de biologie de l'université de New York, estime que « la production massive d'éthanol pourrait augmenter la pression sur les terres cultivables, faire monter les prix de la nourriture et accélérer la déforestation»[120].

Le caractère durable de la production des agrocarburants peut être mis à mal si elle est réalisée de manière non durable : épuisement des sols, pollution des eaux et destruction de milieux naturels pour cette production[121]. Selon les estimations de Les amis de la Terre, la plantation de palmiers à huile a été responsable de 87 % de la déforestation en Malaisie entre 1985 et 2000. 4 millions d’hectares de forêts ont ainsi été détruits à Sumatra et Bornéo. 6 millions d’hectares en Malaisie et 16,5 millions en Indonésie sont voués à disparaître. Selon certains écologistes, la menace est sérieuse[122]. Dans le cas des arbres « La combustion d'un arbre afin de produire de la bioénergie sous la forme de granulés ou de copeaux libère tout le carbone absorbé par l'arbre au cours de sa vie. Du coup, l'environnement est capable de combler stocker moins de CO2 jusqu'à ce qu'un arbre soit replanté et arrive totalement à maturation »[116]

D'après le Global Canopy Programme[123], regroupant les leaders scientifiques sur le sujet des forêts tropicales, la déforestation est l'un des principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre. Avec 25 % des émissions totales, elle n'est devancée que par l'énergie, mais se place bien au-dessus des transports (14 %).

Plusieurs articles récents[124],[125],[126] dénoncent dans les agrocarburants un mirage qui ferait perdre de vue l'essentiel : stopper la déforestation et diminuer la consommation de carburant. Un danger est que la production d'agrocarburants ne fasse qu'accompagner une consommation croissante de carburant, les législations se bornant à en faciliter l'approvisionnement sans intégrer de critères de soutenabilité (« Jasmin Battista, membre du cabinet du commissaire chargé de l'énergie, Günther Oettinger, a confirmé que la mise en place de critères pour évaluer le développement durable serait reportée à l'après-2020.Les États producteurs de biomasse, dont la Finlande et la Suède, sont réputés pour s'être farouchement opposés à des règles strictes pour comptabiliser l'émission de carbone ».

Biocarburants et qualité de l'air[modifier | modifier le code]

La combustion du bioéthanol produit davantage d'aldéhydes que l'essence, mais ceux du bioéthanol sont moins toxiques (acétaldéhydes contre formaldéhydes pour l'essence). Selon Mark Jacobson[127] de l'université Stanford, la combustion de l'éthanol entraîne la formation d'oxydes d'azote et de composés organiques volatils (COV) qui réagissent pour former de l'ozone, principal responsable de la formation du smog. « Une hausse même modeste de l'ozone dans l'atmosphère peut être à l'origine d'une augmentation des cas d'asthme, d'un affaiblissement du système immunitaire. Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de 800 000 personnes meurent annuellement dans le monde à cause de l'ozone et de la pollution atmosphérique. »[128] - « Au final, l'incidence des cancers liés à l'E85 serait similaire à ceux liés à l'essence. Par ailleurs, dans certaines régions du pays, l'utilisation du E85 aurait pour conséquence d'augmenter la concentration en ozone, un parfait ingrédient du brouillard ».

Une étude publiée début 2013 par des chercheurs de l'université de Lancaster montre également que la production d'énergie à partir de la biomasse ligneuse émet davantage d'isoprène que les plantes traditionnelles. Or cette molécule combinée avec d'autres polluants atmosphériques (tel que l'oxyde d'azote), produit de l'ozone, polluant de l'air dangereux pour la santé[129].

Bilan socio-économique[modifier | modifier le code]

À l'exception des algocarburants, la production d'agrocarburants augmente la demande de produits agricoles, avec deux effets principaux :

  • déplacement éventuel de la production, de l'alimentation vers l'industrie, dont certains estiment (voir infra) que cela pourrait provoquer une hausse des prix alimentaires, voire une pénurie alimentaire, avec des conséquences sociales ;
  • augmentation de la demande de terres cultivées : hausse des prix, mise en culture de désert (pour les espèces oléagineuses envisagées dans ces zones), déforestation, …

Concurrence avec la production alimentaire[modifier | modifier le code]

Certains comme Jean Ziegler, ancien rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation, considèrent que toute production agricole doit, par principe, être alimentaire, pour maintenir des prix les plus bas possible, au risque sinon de graves conséquences sociales[130]. En proposant à l’ONU un moratoire de cinq ans sur la production des biocarburants, il avait affirmé que « consacrer des terres agricoles fertiles à la production de denrées alimentaires qui seront ensuite brûlées pour fabriquer du biocarburant constitue un crime contre l’humanité ».

Utilisation de terre arable[modifier | modifier le code]

En plus de la réduction actuelle des terres arables disponibles, la perspective de voir de nouvelles terres victimes de déforestation (avec les risques d'érosion mentionnés ci-dessus) ou des terres actuelles soustraites à la production alimentaire pour la production d'agrocarburants suscite des oppositions.

C'était pourtant un des buts de la production de biocarburants : trouver un débouché pour une production qui ne trouvait pas place sur un marché agricole déprimé, en termes de prix. Mais « l'image des montagnes de beurre, de viande et de céréales stockées sans espoir de trouver acheteur » appartient au passé. et la Commission européenne a décidé la suppression des quotas et des jachères de la politique agricole commune[réf. souhaitée].

En général, le développement de l'activité agricole, au détriment des espaces naturels, pose des problèmes environnementaux. Par exemple en Indonésie, pour le développement de la production de l'huile de palme pour l'industrie agro-alimentaire et la chimie organique, les forêts millénaires (tourbières) sont brulées (brulant parfois pendant des mois) pour être transformée en terres agricoles (les sols de l’Indonésie concentrent 60 % de la tourbe mondiale). En tenant compte de ces rejets, l'Indonésie serait devenue le troisième émetteur de carbone après les États-unis et la Chine[131].

La demande en agrocarburants participerait à la colonisation humaine massive de l'ensemble des espaces de l'espace. Pour autant, les biocarburants ne sont pas le principal moteur de cette évolution et leur abandon ne suffirait pas à la prévenir.

Hausse des prix agricoles[modifier | modifier le code]

Après une longue période de baisse, le prix des aliments a fortement augmenté, et les biocarburants ont été accusés d'en être la cause.

Par exemple, le prix de la tortilla, aliment de base en Amérique latine, a flambé au Mexique : le gouvernement mexicain en avait fait porter le blâme sur les exportations du maïs vers les USA où il est utilisé pour produire de l'éthanol[132], [133], [134],[135],[136], même si la hausse des prix de la tortilla mexicaine reste principalement imputable au contexte économique et politique (position monopolistique du principal producteur de tortillas au Mexique et libération des prix, préalablement fixés par l'État)[137].

Les biocarburants ont pu jouer un rôle ; c'était d'ailleurs un des buts de cette politique que de d'offrir un débouché agricole à des productions et, ainsi, maintenir les prix. Néanmoins l'enchaînement des causes est plus compliqué et fait jouer bien d'autres facteurs.

Par exemple, selon un rapport[138] de la Banque mondiale sur l'évolution des prix alimentaires entre 2002 et 2008, près de 75 % de leurs hausses serait imputable aux mouvements financiers spéculatifs utilisant les politiques de soutien aux agrocarburants dans l'Union Européenne et aux États-Unis. Ces opérations financières ont effrayé bon nombre de pays en développement qui ont alors interdit les exportations de produits alimentaires, entraînant par la suite une escalade des prix. Le reste de la hausse est principalement imputable à la hausse des prix du pétrole[réf. nécessaire].

Se fondant sur le fait que le programme de développement des agrocarburants au Brésil n'a pas entraîné de hausse des prix, ce rapport recommande la suppression des politiques d'aides aux agrocarburants ainsi que celle des barrières douanières empêchant l'importation d'agrocarburants d'Afrique et d'Amérique du Sud comme moyen de conjuguer culture des agrocarburants et stabilité des prix agricoles mondiaux.

Stephan Tangermann, directeur de l’agriculture à l’OCDE tempère cette analyse car il estime qu'il est « très difficile de mesurer le pourcentage de tous les facteurs sur la hausse des prix » cependant il précise que « Ce qui est sûr, c’est que 60 % de la hausse [Nota : on parle ici de quantité, et non de prix] de la demande mondiale en céréales et huiles végétales entre 2005 et 2007 [période sur laquelle les prix ont explosé, ndlr] était due aux biocarburants »[139].

Cette hausse peut se répercuter sur le prix d'autres produits agricoles. Les experts de la Deutsche Bank estiment que cela sera le cas pour la viande bovine (le bétail est nourri au maïs). En Allemagne, où 16 % des surfaces de cultures sont actuellement destinées à la production d'agrocarburants, le prix du malt à doublé en 2006, entraînant une hausse du prix de la bière[140],[141].

Conséquences de la hausse des prix agricoles[modifier | modifier le code]

Le prix des aliments est un paramètre spécialement important dans les pays pauvres, et leurs dirigeants veulent que ces prix restent les plus bas possibles. « Les ministres de l'Économie et des Finances des pays africains, réunis à Addis-Abeba les 28, 29 et 30 mars, n'ont pu que constater que « l'augmentation des prix mondiaux des produits alimentaires présente une menace significative pour la croissance, la paix et la sécurité en Afrique », précise ainsi Courrier international.

Une des conséquences de la hausse des prix mondiaux de l'alimentaire est prévisible : une instabilité sociale et politique croissante dans les pays aux populations pauvres (l'alimentaire formant déjà et de loin le premier poste du budget de ces ménages). Des émeutes de la faim ont déjà éclaté en Haïti[142] et dans plusieurs pays d'Afrique (Sénégal, Égypte, Côte d'Ivoire, Cameroun, Burkina Faso...).

Ces émeutes de la faim, annoncées dès 2006, sont amenées à se multiplier, faisant porter sur le développement des agrocarburants un prix géostratégique certain[143],[144].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Utilisables pour remplir des besoins alimentaires, industriels ou énergétiques.
  2. Colza, tournesol, jatropha, les racines de la betterave, les fruits du palmier à huile. Ces organes de réserves des plantes stockent le sucre (betterave et canne à sucre), l'amidon (blé, maïs), ou l'huile (colza, tournesol, palme, jatropha).
  3. ISCC (mécanisme financé par des fonds publics allemands pour tous les types de biocarburants).
  4. Bonsucro EU (initiative pour les biocarburants à base de sucre de canne, principalement axé sur le Brésil)
  5. RTRS EU RED (initiative pour les biocarburants à base de soja, principalement axé sur l'Argentine et le Brésil)
  6. RSB EU RED (initiative concernant tous les types de biocarburants)
  7. 2BSvs (mécanisme mis au point par des producteurs français et couvrant tous les types de biocarburants)
  8. RBSA (mécanisme mis en place par la société Abengoa pour sa chaîne d'approvisionnement)
  9. Greenergy (mécanisme mis en place par la société Greenergy pour l'éthanol brésilien obtenu à partir de sucre de canne)
  10. Ce gaz possède, sur une durée de cent ans, un pouvoir réchauffant égal à 296 fois celui du CO2.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Directive n° 2009/28/CE du Parlement européen et du Conseil. », sur EUR-Lex,‎ 23 avril 2009 (consulté le 31 juillet 2012) : « Seule fait foi la version imprimée de la législation européenne telle que publiée dans les éditions papier du Journal officiel de l'Union européenne. »
  2. a, b, c et d M. Günther Oettinger ; Communiqué européen Les premiers mécanismes de durabilité pour les biocarburants à l'échelon de l'UE sont approuvés
  3. a et b Memo: Certification schemes for biofuels, en anglais, ref : MEMO/11/522, publié : 2011-07-19
  4. Définitions lexicographiques et étymologiques de « carburant » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  5. Cf. la présentation de l'Association pour le Développement des Carburants Agricoles (ADECA) sur le site www. biocarburant. com (site consulté en avril 2008 ; en 2009, ce même site est fiché comme hébergeant des malwares, la consultation en est donc déconseillée). extrait : « L’ADECA a été créée en juillet 1985 afin de promouvoir l’éthanol carburant en ... date la promotion des deux types de biocarburants, bioéthanol et Diester, ... »
  6. « DIRECTIVE 2003/30/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 8 mai 2003 visant à promouvoir l'utilisation de biocarburants ou autres carburants renouvelables dans les transports », sur EUR-Lex,‎ 8 mai 2003 : « a)«biocarburant», un combustible liquide ou gazeux utilisé pour le transport et produit à partir de la biomasse; b) «biomasse», la fraction biodégradable des produits, déchets et résidus provenant de l'agriculture (y compris les substances végétales et animales), de la sylviculture et de ses industries connexes, ainsi que la fraction biodégradable des déchets industriels et municipaux », p. Journal officiel n° L 123 du 17/05/2003 p. 0042 - 0046
  7. « Les sénateurs remplacent le mot « biocarburants » par « agrocarburants  » », sur www.electron-economy.org (consulté le 29 juin 2010)
  8. « Centre national des ressources textuelles et lexicales », sur www.cnrtl.fr (consulté le 29 juin 2010)
  9. http://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2013/05/17/les-biocarburants-s-appelleront-desormais-des-agrocarburants_3295536_3244.html
  10. [PDF]« Communiqué de presse « Biocarburants » : l’OFAG doit réagir contre les abus. Les carburants agricoles sont des agrocarburants », sur bioconsommacteurs.ch,‎ 18 juin 2007 (consulté le 23 mars 2009) : « Bio Suisse demande donc à l’OFAG de reprendre au nom de la Confédération la nouvelle dénomination utilisée dans le titre pour les carburants issus de l’agriculture. Que ce soit dans les règlements d’importation, les taxes sur les huiles minérales, à l’OMC etc. : partout, oralement et par écrit, la Confédération ne doit plus parler que d’«agrocarburants». »
  11. Nécrocarburants : Borloo et Bussereau persistent et signent !, Jean-Louis Roumégas et Anne Souyris pour le parti des Verts, le 23 avril 2008
  12. [PDF]« FESTIVAL ALIMENTERRE 2007 à l’Entrepôt, Manger ou conduire, il faut choisir ? »,‎ mai novembre (consulté le 5 avril 2009) : « Au Grenelle de l’Environnement, on a entendu des attaques systématiques contre les agrocarburants, accusés de provoquer des famines et de coûter cher. D’ailleurs, on parle plutôt de « biocarburant », car ils sont extraits de la biomasse : on ne dira pas sylvicarburants pour les produits à base de bois. »
  13. Voir illustration sur le site energies-renouvelables (EurObserv'ER) août 2009
  14. Energy - New and Renewable Energies - Intelligent Energy for Europe
  15. Office fédéral de l’agriculture OFAG, Secteur Économie et affaires sociales, « Document thématique 3 : Biocarburants », sur OFAG, Département fédéral de l’économie DFE,‎ 10 mars 2009 (consulté le 20 mars 2009), p. 4
  16. Propos de Jean-Louis Borloo, dans La France met le cap sur les biocarburants de 2e génération sur enviro2b.
  17. Gaïa, Rudolf Diesel
  18. « Le Programme Proalcool Au Brésil de Bernard BRET », sur fig-st-die.education.fr (consulté le 29 juin 2010)
  19. Daniel Ballerini - Le Plein de biocarburants ? Enjeux et réalités - IFP Publications
  20. Daniel Ballerini - Le Plein de biocarburants ? Enjeux et réalités - IFP Publications. page 83
  21. Daniel Ballerini, avec la collaboration de Nathalie Alazard-Toux - Les Biocarburants - État des lieux, perspectives et enjeux du développement - IFP Publications. pages 3 et 4
  22. Fadéla Benabadji - Biocarburants, questions - Réponses - Editions ETAI. pages 91 à 94
  23. Biocarburant E10 : du vert à la pompe des stations-service, sur le site developpementdurable.com
  24. (en)[PDF] Le rapport d'UN-Energy Sustainable Bioenergy : A Framework for Decision Makers, Mats Karlsson et alii, avril 2007, 64 pages.
  25. Un rapport de l'ONU pèse le pour et le contre des biocarburants, 10 mai 2007, sur le site CORDIS nouvelles
  26. Revue Environnement et stratégie, n° 233, 24 oct 2007, page 1
  27. une Gram positive anaérobie
  28. Revival of butanol production by Clostridia, Marco Siemerink, Laboratoire de microbiologie (département d'agrotechnologie et sciences alimentaires), Wageningen, Pays-bas (une illustration des voies métaboliques de Clostridium acetobutylicum conduisant à la formation de butanol est accessible depuis cette page)
  29. La fermentation acétonobutylique. Synthèse bibliographique et orientations actuelles, Oil & Gas Science and Technology - Rev. IFP, Vol. 37 (1982), No. 3, pp. 389-401
  30. Butanol, Veille technologique Internationale, 16 avril 2007
  31. Butanol Production from Corn Fiber Xylan Using Clostridium acetobutylicum, Nasib Qureshi et al., Biotechnol. Prog., 22 (3), 673 -680, 2006.
  32. (en) Clostridium acetobutylicum, Wikipédia (anglais)
  33. schéma des voies métaboliques de Clostridium acetobutylicum, sur le site ftns.wau.nl
  34. BP et DuPont annoncent un partenariat pour développer des agrocarburants avancés
  35. Synthèse industrielle du méthanol, Société française de chimie
  36. Le groupe laitier allemand Müllermilch a annoncé en 2007 qu’il se lançait dans la production de bio-éthanol à partir de résidus du lait. A plus petite échelle et avant lui, l'abbaye de Tamié : « L'Abbaye de Tamié » (consulté le 13 février 2009) : « Le lactosérum est traité dans une station de méthanisation produisant le gaz nécessaire au chauffage de l'eau sanitaire de l'Abbaye : 70 personnes ».
  37. Hydrogen economy, Princeton university, 2004
  38. Production d'hydrogène à partir de sucres, Technisch Weekblad, 30 septembre 2006
  39. Sur la piste de l'hydrogène, Catherine Pagan, Le Journal du CNRS, avril-mai 2003
  40. De l'eau, du soleil et des algues, Nicolas de la Casinière, Libération, 15 novembre 2006
  41. La filière Fischer-Tropsch : des carburants à partir de gaz, de charbon ou de biomasse, IFP
  42. [PDF]La filière lignocellulosique-biocombustible, ADEME
  43. From Grass to Gas - On the road to energy independence, how soon will cellulosic ethanol be a factor?, USDA, Rural Development, septembre 2006
  44. Iogen, Canada
  45. La Suède, pionnière du carburant vert
  46. « Biodiesel, -une production bacterienne 3 fois plus rentable », sur futura-sciences.com
  47. « Projet Futurol : Lancement du projet de Recherche et Développement de bioéthanol de 2ème génération », sur IFP,‎ avril Septembre (consulté le 17 mars 2009) : « Communiqués de presse »
  48. Un biocarburant fabriqué grâce aux termites, Enerzine, mars 2007
  49. Termites may hold the secret to the production of cellulosic ethanol, Diversa, harnessing the power of enzymes
  50. De la laitue de mer pour faire du bioéthanol?, svt.967, France, 2007
  51. (en) « Resetting global expectations from agricultural biofuels », sur www.iop.org (consulté le 29 juin 2010)
  52. (en) Biofuel summit, Sommet Biocarburants 2007, Madrid
  53. RR Energy
  54. Des biocarburants pas si écologiques, Le Vif - L'Express, Belgique, 2007
  55. L’Inde veut 20 % de biocarburants en 2017
  56. Hervé Morin, « Un agrocarburant alternatif à l'éthanol proposé par une équipe américaine », dans Le Monde du 23/06/2007, [lire en ligne]
  57. « Les biocarburants s'envolent », Air & Cosmos, n°2155, 16 janvier 2009
  58. [PDF]« Les énergies renouvelables marines - page 10 », sur wwz.ifremer.fr (consulté le 29 juin 2010)
  59. Programme de recherche français Shamash, « Production de biocarburants lipidiques par des microalgues »
  60. (en)[PDF]Chisti Yusuf, Biodiesel from microalgae, Biotechnology Advances (2007)
  61. Un carburant à base d'huile d'algue, Biofutur n°255, mai 2005
  62. Biocarburant : les algues sont-elles la solution ?, Association Oléocène
  63. (en)[PDF]« A Look Back at the U.S. Department of Energy’s Aquatic Species Program: Biodiesel from Algae », National Renewable Energy Laboratory, juillet 1998
  64. Plate-forme HélioBiotec, hébergée par le Laboratoire de Bioénergétique et Biotechnologie des Bactéries et Microalgues (LB3M, unité mixte de recherche CEA-CNRS-Université d'Aix-Marseille)
  65. Frédéric Douard / Bioénergie promotion Biocarburants de 3e génération, la plate-forme HélioBiotec au CEA de Cadarache, 10 novembre 2011
  66. article de Pierre Le Hir, paru dans l'édition de Le Monde du 22 octobre 2008
  67. « Des microalgues pour faire rouler les voitures », sur www.lefigaro.fr (consulté le 2 juillet 2010)
  68. (en) « A Sober Look at Biofuels From Algae », sur www.biodieselmagazine.com (consulté le 2 juillet 2010)
  69. [PDF]« Site du ministère de l'écologie, de l'énergie et du développement durable et de la mer », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le 2 juillet 2010)
  70. a, b, c, d, e et f Panorama 2014 : Tour d'horizon des filières biocarburants dans le monde, site IFP consulté le 11 mai 2014.
  71. a et b Baromètre biocarburants 2013, site d'Observ'ER consulté le 12 mai 2014.
  72. Agrocarburants : un cocktail qui coûte très cher à la pompe, Angela Bolis, Le Monde.fr, 25 janvier 2012
  73. (en)[PDF]Biofuels for Transport: An International Perspective, Agence Internationale de l'énergie, 2004
  74. Oil Market Report, Agence Internationale de l'Energie, 2007
  75. Jeffrey Dukes, University of Massachusetts
  76. (en)[PDF]Dukes, J.S. 2003. Burning buried sunshine: human consumption of ancient solar energy. Climatic Change, 61(1-2): 31-44.
  77. L'ensoleillement enseveli, interview de Jeffrey Dukes.
  78. Que pouvons-nous espérer des biocarburants ?, Jean-Marc Jancovici
  79. Libération, 27 septembre 2006, page 4. Source : Ademe, Manicore
  80. Bent Sorensen, Renewable Energy 3rd Edition, Academic Press
  81. (en)Wasted: Europe's untapped resource, site de l'ICCT consulté le 11 mai 2014.
  82. Directive 2009/28
  83. Ordonnance 2011-1105 du 16 septembre 2011
  84. (en) Communiqué (en anglais) de la Commission sur les schémas approuvés durables
  85. Plate forme Transparency
  86. Bilan du réchauffement climatique 2007, GIEC-IPCC 2007
  87. Bruno Parmentier, éd. La Découverte, 2009, Nourrir l'humanité: Les grands problèmes de l'agriculture mondiale au XXIe siècle, p. 99. (ISBN 9782707157027)
  88. (en)[PDF] Climate Décision Maker Survey, Conférence de Bali, 10 décembre 2007.
  89. (en)[PDF]Ethanol Production Using Corn, Switchgrass, and Wood; Biodiesel Production Using Soybean and Sunflower, David Pimentel and Tad W. Patzek, Natural Resources Research, Vol. 14, No. 1, mars 2005
  90. [PDF]Bilan énergétique et émissions de GES des carburants et biocarburants conventionnels - Convergences et divergences entre les principales études reconnues, ADEME, juillet 2006, p. 18
  91. [PDF]Bilan énergétique et émissions de GES des carburants et biocarburants conventionnels - Convergences et divergences entre les principales études reconnues, ADEME, juillet 2006
  92. Department for Transport - Renewable Transport Fuel Obligation (RTFO) feasibility report
  93. Les agro carburants industriels ne contribuent à résoudre ni la crise agricole, ni la crise climatique, communiqué de Via Campesina sur les agrocarburants, 23 février 2007
  94. et. al (P.J. Crutzen, spécialiste des oxydes d'azote et de la couche d'ozone, a reçu le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur ces sujets)
  95. voir l'article et sa discussion en ligne sur N2O release from agro-biofuel production negates global warming reduction by replacing fossil fuels P. J. Crutzen et al., Atmos. Chem. Phys. Discuss., 2007, 7, 11191
  96. voir aussi Biofuels could boost global warming, finds study pour une présentation simple de cet article sur le site de chemistryworld
  97. Les arguments pour et contre cette thèse sont disponibles dans les deux références précédentes[Lesquelles ?]
  98. Note sur les biocarburants du RAC-F , sur le site rac-f.org
  99. a et b EDEN 2006, Patrick Sadones, Agro INA.PG 83
  100. ADEME-DIREM 2002
  101. [PDF]Biocarburants, synthèse EDEN 2007
  102. a et b « Les filières biocarburants engagées en France. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  103. [PDF]Les Brochures de l'IFP
  104. [PDF]Note RAC-F sur les biocarburants janvier 2007
  105. Directive 2009/28/CE (Énergies renouvelables) ; Directive 2009/30/CE (Qualité des carburants), toutes deux incluses dans « paquet Climat – Énergie » adopté par l'Union européenne en décembre 2008 ; précisant : « « La Commission présente, le 31 décembre 2010 au plus tard, au Parlement européen et au Conseil, un rapport sur l’impact du changement indirect d’affectation des sols sur les émissions de gaz à effet de serre et sur les moyens de réduire cet impact au minimum. Ce rapport s’accompagne, le cas échéant, d’une proposition s’appuyant sur les meilleures preuves scientifiques disponibles, contenant une méthodologie concrète à appliquer aux émissions découlant des changements survenus dans les stocks de carbone en raison de changements indirects d’affectation des sols [...] » (directive 2009/28/CE, article 19-6 ; directive 2009/30/CE, article 7, point 6) »
  106. a et b CGDD (2013), Bilan carbone des biocarburants :vers une prise en compte des changements indirects d'affectation des sols, par Antonin Vergez (CGDD) ; Pascal Blanquet (DGEC) et Olivier de Guibert (DGEC) sous la direction de Xavier Bonnet ; mars 2013 ; CGDD, Service de l’économie, de l’évaluation et de l'intégration du développement durable ; Coll. Etudes & documents n° 79 Mars 2013, PDF, 18 pages
  107. Commission européenne (2011), Étude IFPRI
  108. Commission européenne, Étude JRC Étude
  109. Commission européenne (2012), étude
  110. Méthodologie définie à l’annexe V de la directive 2009/28/CE
  111. de Schutter L & Giljum S (2014) A calculation of the EU Bioenergy land footprint Discussion paper on land use related to EU bioenergy targets for 2020 and an outlook for 2030 ; ] ; Institute for the Environment and Regional Development, Université de Vienne, mars 2014, PDF, 39 pages
  112. Alexandratos, N. and J. Bruinsma, 2012. World agriculture towards 2030/2050: the 2012 revision. 12. Rome : FAO
  113. AEBIOM (2013) European Bioenergy Outlook 2013. Statistical Report. Brussels: AEBIOM
  114. Beurskens L. and M. Hekkenberg, 2011 Renewable Energy Projections (2005-2020) as Published in the National Renewable Energy Action Plans of the European Member States. ECN/EEA.
  115. ex : VITO, CICERO, and IIASA (2013) The impact of EU consumption on deforestation: Comprehensive analysis of the impact of EU consumption on deforestation. 2013-063. Brussels: DG Environment
  116. a, b, c et d Actu Environnement, avec Euractiv (2014), Les agrocarburants utilisés en Europe accélèrent bel et bien la déforestation ; Rubrique : ressources naturelles, mis en ligne : 06 juin 2014
  117. Scheck J & Dugan IJ (2013) Europe's Green-Fuel Search Turns to America's Forests, 27 mai 2013
  118. Dias de Oliveira M. E., Vaughan B. E. & Rykiel E. J. Bioscience, 55. 593 - 602 (2005)
  119. (en)[PDF]Dukes, J.S. 2003. Burning buried sunshine: human consumption of ancient solar energy. Climatic Change, 61(1-2): 31-44
  120. Les producteurs de biocarburants jettent les bases d'un marché mondial, Philippe Bolopion, Le Monde, 3 mars 2007
  121. Ces forêts qu'on assassine, Emmanuelle Grundmann, préface de Jane Goodall, Paris, Ed. Calmann-Lévy, 2007 (ISBN 978-2-7021-3769-7)
  122. Biocarburants : pires que des énergies fossiles, George Monbiot, The Guardian, 4 mars 2006
  123. The GCP VivoCarbon Initiative
  124. « Les biocarburants sont pire que le pétrole qu'ils sont censés remplacer durablement », George Monbiot, The Guardian, mardi 6 décembre 2005
  125. Deforestation: The hidden cause of global warming - The Independent 14.05.07
  126. Les Amis de la terre : Biocarburants : pires que des énergies fossiles !
  127. (en) Effects of Ethanol (E85) versus Gasoline Vehicles on Cancer and Mortality in the United States, Department of Civil and Environmental Engineering, Stanford University, Stanford, Californie
  128. Les biocarburants polluent aussi, par Stéphane Lauer, Le Monde, le 24 avril 2007.
  129. La production d'agrocarburants menace la qualité de l'air en Europe, Audrey Garric, Le Monde.fr, 8 janvier 2013
  130. Biocarburants - L’arnaque Courrier international, hebdo n° 864, 24 mai 2007
  131. Hors-série Le Monde diplomatique L'atlas environnement, p. 37
  132. Mexique, le maïs nourrit la grogne, Babette Stern, Libération, 18 janvier 2007
  133. (es)Los biocombustibles : un nuevo y serio problema para el mundo, María Josefina Arce, Radio Habana Cuba, 10 mai 2007
  134. (es)Tragedia social y ecológica : Producción de biocombustibles agrícolas en América, Miguel A. Altieri (Professeur d'agroécologie, Université de Berkeley, Californie) et Elizabeth Bravo (réseau pour une Amérique latine sans OGM, Quito, Équateur), 2007
  135. (es)Calentamiento global y el efecto tortilla, José Carlos Zamora, El Periódico de Guatemala, 2 mai 2007
  136. (es)Banco central mexicano urge a renovar acuerdo sobre tortilla, Agence Reuters, 18 avril 2007
  137. (en)A Culinary and Cultural Staple in Crisis, article publié dans le Washington Post.
  138. (en)[PDF]A Note on Rising Food Prices, Donald Mitchell, juillet 2008[PDF]
  139. Crise alimentaire : la Banque mondiale accable les biocarburants, article de Laureen Ortiz paru dans Libération, 5 juillet 2008.
  140. - Le prix de la bière augmente à cause des biocarburants, Les Échos, 19 avril 2007
  141. Les biocarburants dopent les cours des céréales, Enviro2B, 4 mai 2007
  142. Haïti : les « émeutes de la faim » gagnent les rues de Port-au-Prince, article de Jean-Michel Caroit, paru dans Le Monde le 9 avril 2004
  143. AFRIQUE • Les émeutes contre la vie chère se multiplient, revue de presse de Anne Collet publié sur le site internet de Courrier international.
  144. Quand le prix du riz peut semer la zizanie, Le Devoir publié le 9 avril 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la locomotion terrestre, tome 1, L’illustration
  • Jean-Michel Valantin, Écologie et gouvernance mondiale, édition Autrement, collection Frontières, septembre 2007
  • Pierre Jacquet, Rajendra K. Pachauri & Laurence Tubiana, Regards sur la Terre 2009, l'annuel du développement durable - La gouvernance du développement durable, Presses de Sciences Po, février 2009
  • Fondation Nicolas Hulot et Réseau Action Climat-France, Agrocarburants : cartographie des enjeux, septembre 2008
  • Fabrice Nicolino, La faim, la bagnole, le blé et nous : une dénonciation des biocarburants, Fayard, 1er octobre 2007. 178 p. (ISBN 978-2213634623)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Biocarburants dans le monde 
Biocarburants aux États-Unis, Biocarburants dans l'Union européenne
Biocarburants 
Huile végétale carburant, biogaz, biogaz carburant, Bioéthanol, Biodiesel, Gazogène
Bases scientifiques 
Biomasse, méthanisation
Aspects énergétiques 
Cogénération, Automobile hybride, Véhicule propre, Polycarburant, moteur Elsbett
Impact environnemental des cultures destinées à la production d'agrocarburants 
Déforestation, Dystrophisation, Nécrocarburant

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • EFOA
  • Produire des biocarburants, Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), France
  • PNRB, Programme national de recherche sur les bioénergies, France
  • (en) IEA Bioenergy, Site d'information de l'Agence internationale de l'énergie sur les bioénergies