Crédit-carbone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un crédit-carbone est une unité correspondant à une tonne d'équivalent CO2 (dioxyde de carbone) sur les marchés du carbone (Marché des permis d'émission)

Le marché du carbone concerne en effet plusieurs types de gaz à effet de serre, et pas seulement le dioxyde de carbone : on peut transposer tout type d'émission de gaz à effet de serre en équivalent CO2. Sachant que chaque type de gaz à effet de serre possède un pouvoir de réchauffement plus ou moins important, afin de connaître l'équivalence d'une tonne de GES en crédits carbone il faut appliquer au gaz en question un quotient spécifique pour convertir la tonne en tonne d'équivalent CO2.

Selon le gaz considéré (ex : CO2, CH4, NOx)[modifier | modifier le code]

  • Le dioxyde de carbone (CO2) est présent dans l'atmosphère dans une proportion approximativement égale à 0,0375 % en volume, soit 375 ppmv (parties par million en volume). Mais elle augmente rapidement, d'environ 2 ppmv/an, de par les activités humaines de consommation des combustibles fossiles : charbon, pétrole, gaz naturel.

Arbres et forêts[modifier | modifier le code]

La forêt, y compris urbaine ou périurbaine peut ainsi être incluse, de même que l'arbre urbain[1] dans le marché du carbone apparu à la fin du XXe siècle, suite au Protocole de Kyoto, comme l'une des solutions proposées par les économistes au problème du gaspillage d'énergie et de l'émission croissante de gaz à effet de serre[1].

Le cas de l'aviation[modifier | modifier le code]

L'aviation internationale reste épargnée par les écotaxes et obligations concernant le climat, mais le mécanisme de marché mondial du carbone pourrait bientôt fixer un prix international, pour les émissions de carbone des transports aériens internationaux

Une directive européenne (2003/87/CE) impose [2] qu'en Europe, le produit de la mise aux enchères des quotas pour l’aviation serve à lutter contre le changement climatique, dont en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en finançant l'adaptation au changement climatique ; dans l’Union européenne et les pays tiers (pays en développement notamment). Cet argent doit aussi « financer des travaux de recherche et développement sur la mitigation et l’adaptation », en particulier dans l’aéronautique et le transport aérien (transports à faibles émissions). Il doit aussi couvrir les « coûts de gestion du système communautaire » et contribuer au Fonds mondial pour la promotion de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, et à des mesures visant à éviter la déforestation. Les États-membres doivent informer la Commission européenne de la manière dont ils ont utilisé le produit de la mise aux enchères des quotas aviation Cf. Mécanisme pour la surveillance et la déclaration des émissions de gaz à effet de serre et pour la déclaration, au niveau national et au niveau de l’Union, avec des rapports publics permettant à la Commission de publier des données agrégées pour l'Union « sous une forme aisément accessible »[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Neelam C. Poudyal, Jacek P. Siry, J.M. Bowker, Quality of urban forest carbon credits Urban Forestry & Urban Greening Volume 10, Issue 3, 2011, Pages 223-230 doi:10.1016/j.ufug.2011.05.005
  2. article 3 quinquies de la directive 2003/87/CE
  3. Eur-Lex (2013), Décision n°377/2013/UE du 24 avril 2013 dérogeant temporairement à la directive 2003/87/CE établissant un système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre dans la Communauté européenne, voir déclaration de la commission en fin de texte