Durabilité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le concept général. Pour le développement durable, voir développement durable. Pour les homonymes, voir soutenabilité.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir durabilité (homonymie).

Le terme durabilité (ou soutenabilité) est un néologisme utilisé depuis les années 1990 pour désigner la configuration de la société humaine qui lui permette d'assurer sa pérennité. Cette organisation humaine repose sur le maintien d'un environnement vivable, sur le développement économique à l'échelle planétaire, et, selon les points de vue, sur une organisation sociale équitable. La période de transition vers la durabilité peut se faire par le développement durable.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Une manière, parmi d'autres de représenter les concepts du développement durable : Gérer, restaurer, protéger des ressources plus ou moins renouvelables...

La durabilité est, parlant d'une chose, la qualité de ce qui dure longtemps[1]. En droit, c'est la période d'utilisation d'un bien[citation nécessaire]. Dans le domaine de la sûreté de fonctionnement, c'est l'aptitude d'un bien à accomplir une fonction jusqu'à ce qu'un état limite soit atteint[2], ce qu'on appelle couramment la solidité d'un objet ou d'un équipement, par opposition à l'obsolescence.

Les termes de durabilité, appliqué à l'environnement naturel, et celui de développement durable, avec le sens de pérennité des ressources, se sont imposés dans les années 1990.

En 1987, le Rapport Brundtland définissait le développement durable comme l'objectif de développement compatible avec les besoins des générations futures. Il doit inclure trois piliers : économique, environnemental, et d'équité sociale.

Un autre terme est également employé dans ce sens : le néologisme « soutenabilité », construit sur un mot anglais (sustainability). On parle quelquefois de « développement soutenable ».

La première apparition du concept de soutenabilité date de 1346, dans l'Ordonnance de Brunoy, édictée par Philippe VI de Valois[3],[4] pour préserver les ressources forestières. Le terme nachhaltig, que l'on traduit actuellement en français par durable, a été utilisé dans ce contexte pour la première fois en langue allemande en 1713 par Hans Carl von Carlowitz dans son livre Sylvicultura oeconomica, oder haußwirthliche Nachricht und Naturmäßige Anweisung zur wilden Baum-Zucht, premier traité allemand complet sur l'économie forestière.

Origine du problème[modifier | modifier le code]

Équilibre environnemental[modifier | modifier le code]

Les questions environnementales et d'accès aux ressources naturelles constituent depuis les années 1970, avec les chocs pétroliers et la pollution, une préoccupation croissante des sociétés occidentales.

On observe en effet que, selon les études d'experts en écologie, l'empreinte écologique de l'humanité dépasse depuis le milieu des années 1970 la capacité de la Terre à régénérer de nouvelles ressources naturelles, et à absorber les déchets de toutes sortes de l'activité économique. Le phénomène de changement climatique n'est que l'un des aspects de ce problème, dont l'origine est en partie une tendance à une plus grande concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Les ressources halieutiques et l'énergie sont les deux domaines où l'épuisement des ressources est le plus à craindre[5].

C'est donc surtout le problème environnemental qui apparaît aujourd'hui au grand jour dans les sociétés occidentales contemporaines.

Équité sociale[modifier | modifier le code]

Dans les pays développés, on s'est rendu compte dans la deuxième moitié du XIXe siècle, lors de la Révolution industrielle, de la nécessité de veiller au respect des intérêts des employés dans les entreprises, avec les syndicats de salariés, le droit de grève,... D'où des expressions communément employées comme « économique et social », « capital / travail », qui ont fortement marqué les esprits et les institutions.

Les inégalités sur les aspects sociaux existent cependant :

Recherche de nouveaux modèles économiques durables[modifier | modifier le code]

Durabilité faible / forte[modifier | modifier le code]

Devant la difficulté d'intégrer la contrainte environnementale dans le fonctionnement global de l'économie, on a vu apparaître deux paradigmes écologiques[6] :

  • La durabilité faible
Dans cette hypothèse, compatible avec les économistes néoclassiques, et défendue par Hartwick (1977), il y a substitution entre capital artificiel (richesse créée) et capital naturel (ressource naturelle). On parle aussi de substituabilité.
Cette conception de la durabilité est celle qui prévaut dans beaucoup d'organisations internationales (Nations unies, Banque mondiale, WBCSD), mais aussi, selon des chercheurs tels que S. Baker, J. Barry, et C. Rootes, dans l'Union européenne[7].
L'indicateur proposé par la Commission Stiglitz, l'épargne nette ajustée, rend interchangeables les trois formes de capital : « économique » (issu de la production), « humain » (abordé via les seules dépenses d’éducation), « naturel » (limitant les dommages écologiques aux seuls aspects climatiques)[8]. Cet indicateur se place donc dans un modèle de durabilité faible.
  • La durabilité forte
Cette hypothèse est défendue par Herman Daly (1990). Selon lui, seuls les flux matériels de l’économie qui remplissent les trois conditions suivantes peuvent être considérés comme durables sur le plan matériel et énergétique [9]:
  • le rythme de consommation des ressources renouvelables ne doit pas excéder le rythme de régénération de ces mêmes ressources ;
  • le rythme de consommation des ressources non renouvelables ne doit pas excéder le rythme auquel des substituts renouvelables et durables peuvent être développés ;
  • le rythme d’émission de pollution ne doit pas excéder la capacité de l’environnement à absorber et assimiler cette pollution.
Dans cette hypothèse, le stock de capital naturel ne doit pas baisser. Daly soutient que capital naturel et capital artificiel sont complémentaires et non substituables.

Notion de « capital naturel »[modifier | modifier le code]

Afin d'avoir une visibilité globale du point de vue économique, certains experts ont donc parlé de « capital naturel », qui devrait compléter d'autres formes de capital.

Pour les Physiocrates, la terre était la seule source de richesse. Ce point de vue les distingue de leurs successeurs de l'école classique, qui ne distingue que les facteurs de production capital et travail.

Du point de vue de l'histoire de la pensée économique, il semble que l'omission des aspects environnementaux se soit produite au XIXe siècle, lorsque les économistes ont laissé de côté le facteur de production « terre et sous-sol ».

En effet, dans la théorie économique néoclassique, le capital peut être accru par l'investissement. Or, la terre est alors considérée comme immuable, l'action de l'homme sur l'environnement négligeable et les contraintes d'approvisionnement de matières premières étaient alors ignorées. Le capital naturel est aujourd'hui une composante du capital dans la théorie néoclassique.

Toutefois, cette expression de capital naturel dénature la conception initiale de facteur de production des économistes classiques.

Prise en compte de la nécessité de durabilité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : développement durable.

Nouveaux concepts environnementaux[modifier | modifier le code]

Sous d'autres termes, les préoccupations environnementales, qui étaient représentées par le facteur de production terre et sous-sol, est en train de revenir depuis les années 1970 dans les débats d'experts :

La difficulté s'accroît lorsqu'il s'agit d'intégrer concrètement ces préoccupations dans la gestion publique et dans celle des entreprises.

Réduction de l'émission de gaz à effet de serre[modifier | modifier le code]

La prise en compte des questions environnementales du point de vue de l'émission de gaz à effet de serre est prévue dans le Protocole de Kyoto. Des quota d'émission de gaz à effet de serre sont inscrits dans le protocole, mais ne sont pas respectés par tous les pays.

Cependant, on se heurte à deux écueils principaux :

  • les gaz à effet de serre ne représentent qu'une partie du pilier environnemental, soit quelques indicateurs de développement durable dans le GRI ;
  • ces quotas ne prennent pas en compte le pilier social ;
  • ils prennent en compte la dimension économique avec un croisement incomplet avec le pilier environnemental.

Il est donc difficile de généraliser cet outil à tous les aspects de la vie économique, d'autant plus que les services sont aujourd'hui majoritaires dans les économies contemporaines.

Création d'indicateurs[modifier | modifier le code]

La prise en compte des trois piliers du développement durable se fait à travers différents indicateurs de gestion :

  • la norme ISO 14000 pour l'environnement ;
  • le standard SA 8000 pour les fournisseurs ;
  • la spécification OHSAS 18001 pour l'hygiène, la santé, et la sécurité au travail.

Les entreprises emploient également des batteries d'indicateurs s'inspirant du Global Reporting Initiative (GRI) du Global Compact, qui regroupe les trois piliers et la gouvernance.

Modèle Pression-État-Réponse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pression-État-Réponse.

Il existe également le modèle PER de l'OCDE, qui a l'avantage, pour chaque Indicateur environnemental, de distinguer la Pression, l'État, et la Réponse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Petit Larousse, définition de "durable"
  2. Norme NF X60-500 Octobre 1988 Terminologie relative à la fiabilité - Maintenabilité - Disponibilité
  3. Anne Jégou, Thèse de doctorat de géographie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2011, Territoires, acteurs, enjeux des dynamiques de durabilité urbaine: le cas de la métropole parisienne, p. 35
  4. Vincent Clément, ENS LSH et DGESCO, 2004, Le développement durable: un concept géographique?, publication en ligne à caractère scientifique pour le partage du savoir et pour la formation en géographie
  5. Home OCDE :Thèmes
  6. Viewpoint : weak versus strong sustainability
  7. Institut européen des hautes études internationales, Plamena Halacheva, Vers une nouvelle politique de développement durable de l'Union européenne ? Le défi régional, p. 16, année universitaire 2006/2007
  8. Article paru le 24 juin 2009, par le collectif FAIR (Forum pour d'autres indicateurs de richesse)
  9. Herman Daly, « Institutions for a Steady-State Economy » [Institutions pour une économie stable], dans Steady State Economics, Island Press (en), Washington DC, 1991.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le développement durable, des enjeux stratégiques pour l'entreprise, Geneviève Férone, Charles-Henri d'Arcimoles, Pascal Bello, Najib Sassenou, éditions d'Organisation. Février 2002.
  • Guide du territoire durable, l'Agenda territorial pour les collectivités locales et leurs partenaires, Jean-Marc Lorach, Étienne de Quatrebarbes, Village mondial, 2002.
  • La génération future a-t-elle un avenir ? Christian de Perthuis. Belin. 2003.
  • Atlas mondial du développement durable

Liens externes[modifier | modifier le code]