Biocapacité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La biocapacité d’une zone biologiquement productive (appelée aussi zone bioproductive) donnée désigne sa capacité à produire une offre continue en ressources renouvelables et à absorber les déchets découlant de leur consommation, notamment la séquestration du dioxyde de carbone[1].

Résultats[modifier | modifier le code]

Si l'empreinte écologique (demande) d'une zone dépasse sa biocapacité (offre), cette zone est en dépassement écologique et n'est pas utilisée de manière durable. C'est le cas de la France[2] et de la plupart des pays développés.

En 2007, l'empreinte écologique de l'humanité atteignait 18 milliards d'hag, soit 2,7 hag (hectares globaux[3]) par personne, alors que la biocapacité de la Terre n'était que de 11,9 milliards d'hag, ou 1,8 hag par personne, soit une surexploitation écologique de 50 %. Il faudrait donc un an et demi pour régénérer les ressources consommées par l'homme en 2007 et absorber le CO2 produit[4].

C'est dans les années 1980 que l'empreinte écologique de l'humanité a dépassé la biocapacité de la Terre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Glossaire de GreenFacts
  2. Empreinte écologique en France, sur le site du WWF
  3. Notion d'hectare moyennement productif (forêts très productives, mers moins productives).
  4. Rapport Planète vivante 2010 du WWF, partie 1, p. 36

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]