Isolation thermique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir isolation.
Isolation thermique dans le bâtiment. Ici les bâtiments sont isolés par l'extérieur afin de limiter les ponts thermiques.

L’isolation thermique désigne l'ensemble des techniques mises en œuvre pour limiter les transferts de chaleur entre un milieu chaud et un milieu froid. L'isolation thermique est utilisé dans nombreux domaines incluant notamment : le bâtiment (maintien d'une température de confort à l'intérieur des habitations), l'industrie, l'automobile, et le textile.

Échanges de chaleur[modifier | modifier le code]

Isolation thermique de tuyauteries dans une chaufferie.

Un échange de chaleur se produit entre deux milieux lorsqu'il existe une différence de température entre ces deux milieux. La chaleur se propage d'un milieu chaud vers le milieu froid par l’intermédiaire de la conduction, le rayonnement, la convection, et la présence simultanée de deux à trois des phénomènes ci-dessus.

Le but de l'isolation thermique est donc de diminuer les échanges de chaleur entre un corps froid et un corps chaud. Elle peut avoir pour but de garder la chaleur présente dans un volume comme pour une maison, elle peut aussi avoir pour but de garder le froid dans un volume comme pour un réfrigérateur. Cela passe par l'interposition d'un système dédié entre le milieu chaud et le milieu froid. Il s'agit le plus souvent de matériaux choisis à cet effet généralement appelés isolants thermiques. Il peut aussi s'agir de flux d'air entre ces deux milieux.

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Pertes thermiques d'un bâtiment.

L'isolation d'un bâtiment permet de diminuer les échanges de chaleur entre l'intérieur du bâtiment et l'environnement extérieur, et ainsi diminuer les besoins de chauffage et, le cas échéant, de climatisation. Cette isolation doit être pensée en fonction des contraintes climatiques du lieu dans lequel se situe le bâtiment. L'isolation thermique est le principe de base de la maison passive. Elle emprisonne la chaleur à l'intérieur en hiver et garde la maison fraîche en été. Une meilleure isolation réduit la consommation; or une réduction de la consommation électrique implique une réduction des émissions de GES (gaz à effet de serre), il s'agit donc d'un bon début dans la lutte contre le réchauffement climatique.

La lutte contre le gaspillage d’énergie passe par l’isolation thermique des bâtiments chauffés. En France, et dans de nombreux pays, elle fait l’objet de réglementations. En France, l’isolation des nouveaux logements est obligatoire mais c’est aussi un moyen efficace de réduire les dépenses de chauffage et de climatisation tout en améliorant le confort. Elle est encouragée par les pouvoirs publics, par exemple par le programme Isolto (Région Nord-Pas-de-Calais). La RT2012 impose désormais à la construction ou à la rénovation d'avoir des indices d'isolations et d'étanchéités élevés et d'humidités basses. Ces indices varient selon la région (climat, hauteur). Des indices comme le diagnostic performance thermique (DPE)[1],[2], qui doit être inférieur à 50, ont été créé pour classer l'isolation des bâtiments en catégories. La RT207 prévoit un indice DPE à la construction en dessous de zéro, les bâtiments nouveaux devront être énergétiquement parlant autonomes.

Expertise thermique[modifier | modifier le code]

Indice DPE d'un bâtiment.

Une expertise thermique indique la qualité d'isolation d'une maison. Elle permet aussi de juger quelles solutions sont les plus adaptées afin d'améliorer les performances énergétiques et quelle est la rentabilité visée par ces changements.

Isolation des canalisations[modifier | modifier le code]

Exemple de coquille de laine de roche.

Les tuyauteries d’eau chaude doivent être isolées par mesure d’économie et celles d’eau froide pour éviter la condensation et la formation de givre. Les écoulements (gouttières, égouts, évacuations des eaux usées et des eaux vannes) ne doivent pas être oubliés. Pour les tuyaux de faible diamètre (10 à 30 mm), il existe des gaines cylindriques (« manchons ») en mousse qui se découpent facilement et peuvent se poser sur des canalisations en place.

Les robinets et autres accessoires peuvent être emmaillotés dans de la laine isolante maintenue par un film mince de polyéthylène et du ruban adhésif. Bien repérer à l’aide d’une étiquette visible la position et le rôle du robinet, ce peut être capital en cas de problème ou lors des opérations de maintenance.

Les regards extérieurs abritant des vannes (voire le compteur de chantier) doivent être isolés avec du polystyrène expansé s’ils ne sont pas suffisamment enterrés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]