Efficacité énergétique (thermodynamique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la notion thermodynamique. Pour la notion de droit et d'économie, voir Efficacité énergétique (économie).

En physique et ingénierie mécanique, l'efficacité énergétique (ou efficacité thermodynamique) est un nombre sans dimension, qui est le rapport entre ce qui peut être récupéré utilement de la machine sur ce qui a été dépensé pour la faire fonctionner.

Cette notion est souvent confondue avec une définition du rendement thermodynamique, pour des systèmes dont l'efficacité énergétique théorique maximale est inférieure à un, comme les moteurs dithermes ou les moteurs électriques[1]. Toutefois, il est déconseillé d'utiliser le terme de rendement à la place de l'expression efficacité énergétique pour des machines[2] dont l'efficacité énergétique théorique maximale est supérieure à un, comme les systèmes disposant d'un cycle récepteur de la chaleur ambiante, telle une pompe à chaleur.

En économie, le terme d’efficacité énergétique est utilisé de manière synonyme de l’efficience énergétique, qui consiste à réduire les consommations d’énergie, à service rendu égal.

Définition thermodynamique[modifier | modifier le code]

L'efficacité énergétique d'un système est définie comme le rapport entre l'énergie utile en sortie de ce système, et l'énergie fournie par les utilisateurs en entrée de ce système :  \mathrm{Efficacit\acute{e} \acute{E}nerg\acute{e}tique} = { \mathrm{\acute{E}nergie Utile En Sortie} \over \mathrm{\acute{E}nergie Fournie En Entr\acute{e}e}}

Derrière la simplicité apparente de cette définition, se cache la subtilité de son utilisation. La définition du système et particulièrement de ses frontières, de ses entrées et de ses sorties, peut changer fondamentalement les résultats, comme on peut le constater dans les exemples suivants.

L'expression « efficacité énergétique » peut également se rapporter à l'utilisation de techniques ou de pratiques pour réduire l'utilisation d'énergie.

Lien avec le rendement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : rendement (physique).

Pour un processus donné, on peut, d'une part, calculer son efficacité énergétique théorique, à partir des divers modèles thermodynamiques disponibles, et, d'autre part, on peut effectuer des mesures sur le processus tel qu'il est réalisé. Le rapport entre les efficacités mesurées et théoriques est alors appelé par certains auteurs rendement « effectif » (ou « industriel »)[3].

 \mathrm{Rendement\ effectif} = { \mathrm{Efficacit\acute{e} \acute{E}nerg\acute{e}tique Mesur\acute{e}e} \over \mathrm{Efficacit\acute{e} \acute{E}nerg\acute{e}tique Th\acute{e}orique}} = { \mathrm{\acute{E}nergie Utile En Sortie Mesur\acute{e}e} \over \mathrm{\acute{E}nergie Utile En Sortie Th\acute{e}orique}}

car l'énergie en entrée est prise à la même valeur en théorie et en pratique.

Le deuxième principe de la thermodynamique nous assure que dans le processus réel, il y a toujours de l'énergie qui n'atteint pas la sortie utile du processus du fait des irréversibilités. L'énergie utile en sortie mesurée, et par conséquent l'efficacité énergétique mesurée, sont toujours inférieures à leurs correspondants théoriques.

Par conséquent, le rendement effectif est toujours inférieur à 1 (ou à 100 %), puisqu'il a été défini avec la plus grande valeur au dénominateur du rapport. Le seul processus dont le rendement peut être égal à 1 est le chauffage d'un volume fermé : toutes les irréversibilités se transforment en chaleur et sont ainsi utiles.

Si un rendement effectif est déterminé comme supérieur à 1 et que les mesures sont répétitivement justes, alors la seule explication est que le calcul de l'efficacité théorique est faux.

Exemples d'utilisation[modifier | modifier le code]

  • dans le cas d'un moteur, il s'agit de :

 \mathrm{Efficacit\acute{e}} (Noté:η(ETA)) = { W \over \mathrm{\acute{e}nergie}}

W est la quantité utile de travail produite par le système (en joules), et l'énergie est la quantité d'énergie (aussi en joules) utilisée pour faire fonctionner le système.

Une efficacité supérieure ou égale à 1 (100 %) est impossible pour un moteur à combustion utilisé pour le mouvement : il y a toujours des pertes thermiques vers le milieu ambiant, c'est ce que l'on peut quantifier dans l'étude du Cycle de Carnot. Par exemple, l'efficacité de Carnot entre 300°K et 900°K est de 1 - (300/900) soit 2/3, signifiant 1/3 de pertes thermodynamiques dans le cas idéal d'un moteur parfait.

Toutefois, pour un moteur utilisé en cogénération, par exemple pour chauffer le bâtiment qui l'abrite, alors ses pertes thermiques deviennent utiles, et on peut quasiment atteindre 100 % d'efficacité, mis à part les pertes des gaz d'échappement.

Il existe des technologies de moteur qui ne sont pas soumis à la fatalité des pertes du cycle de Carnot : pour un moteur basé sur de l'air comprimé, par exemple, le moteur devient plus froid que l'air ambiant. Ce moteur absorbe de l'énergie thermique ambiante et la restitue sous forme de travail supplémentaire. L'efficacité théorique est donc supérieure à 1[réf. nécessaire], puisque le travail produit peut être supérieur à l'énergie fournie dans le réservoir d'air comprimé[4].

 \mathrm{Efficacit\acute{e}} = { Q \over \mathrm{\acute{e}nergie}}

Q est la chaleur utile échangée par le système (en joules), et l'énergie est la quantité d'énergie (aussi en joules) utilisée pour faire fonctionner le système. Dans le cas d'un réfrigérateur, la chaleur utile est celle qui sert à refroidir les aliments, dans le cas d'une pompe à chaleur c'est celle qui sert à chauffer l'intérieur de la maison.

  • importance du choix du système analysé

L'analyse de l'efficacité d'une étape de transformation permet d'en optimiser la mise en œuvre, en choisissant par exemple les meilleures conditions locales, comme le choix des températures de fonctionnement pour un moteur thermique ou une pompe à chaleur.

Toutefois, il faut souvent considérer une filière dans sa globalité pour faire des choix technologiques ou politiques : pour le transport par exemple, on parle de l'efficacité énergétique de la source d'énergie primaire à la roue. Combien d'énergie a été dépensée pour amener du carburant à une voiture ?

Il faut aussi savoir si les matériels utilisés font partie du système analysé ou bien en constituent une entrée : on parle alors de l'analyse du cycle de vie complet sous l'aspect énergétique, ce qui fait intervenir ce que l'on appelle l'énergie grise.

Par exemple, si l'on considère le système constitué par un panneau photovoltaïque, son efficacité énergétique est infinie, car aucun utilisateur ne lui fournit d'énergie en entrée, la lumière du soleil étant dans le milieu ambiant au même titre que la chaleur ambiante pour une pompe à chaleur, et se transforme d'ailleurs en chaleur pour la majeure partie.

En général, pour une installation photovoltaïque, on utilise le système formé à partir de la décision de sa construction. On regarde alors l'énergie pour la fabrication et l'installation comme une entrée du système. En 2009, on considérait que des panneaux installés en France produisaient en moins de 3 ans autant d'énergie qu'il en avait fallu pour les construire et les installer, tandis qu'ils produiront pendant plus de 30 ans.

Leur efficacité énergétique peut donc être estimée à plus de 1000 %[5]. Ces chiffres se sont améliorés depuis, avec les progrès dans leur fabrication.

Pour comparer avec d'autres sources d'énergie, il faut appliquer la même analyse en cycle de vie.

Exemples d’efficacités énergétiques de conversion[modifier | modifier le code]

Ces exemples sont utiles pour comparer des technologies. Toutefois, il faut bien comprendre la différence qui peut intervenir avec l'efficacité énergétique selon le contexte d'utilisation.

Par exemple, l'efficacité de conversion d'une cellule solaire peut être de 20 % pour les cellules monocristallines actuelles, et ce serait aussi l'efficacité énergétique si on utilise cette cellule éclairée par une ampoule électrique pour un système d'isolation galvanique.

Mais si on utilise cette cellule sous la lumière solaire, alors l'énergie fournie par les utilisateurs au système est nulle, et conséquemment l'efficacité énergétique d'utilisation du système est infinie.

Processus de conversion Efficacité énergétique de conversion
Génération électrique
Turbine à gaz jusqu'à 40 %
Turbine à gaz plus Turbine à vapeur (Cycle combiné) jusqu'à 60 %
Turbine hydraulique jusqu'à 90 % (atteint en pratique)
Éolienne jusqu'à 59 % (limite théorique)
Cellule photovoltaïque 6 % à 40 % (selon la technologie, 15 % le plus souvent, 85 % - 90 % limite théorique)
Pile à combustible jusqu’à 85 %
Production d'électricité mondiale 2008 Production brute 39 %, Production nette 33 %[6].
Machine/Moteur
Moteur à combustion 10-50 %[7]
Moteur électrique 30-60 % (petits < 10 W) ; 50-90 % (entre 10 et 200 W) ; 70 - 99,99 % (plus de 200 W)
Processus naturel
Photosynthèse jusqu’à 6 %[8]
Muscle 14 % - 27 %
Appareils domestiques
Réfrigérateur domestique bas de gamme ~ 20 % ; haut de gamme ~ 40 - 50 %[réf. nécessaire]
Lampe à incandescence classique 0,7 - 5,1 %[9][réf. insuffisante], 5-10 %
Diode électroluminescente 4,2 - 14,9 %[9], jusqu’à 35 %[10]
Tube fluorescent 8,0 - 15,6 %[9], 28 %[11]
Lampe à vapeur de sodium 15,0 - 29,0 %[9], 40,5 %[11]
Lampe métal halide 9,5 - 17,0 %[9], 24 %[11]
Alimentation à découpage Actuellement jusqu’à 95 % en pratique
Chauffe-eau 90-95 %
Radiateur électrique 100 % (toute l’énergie est convertie en chaleur)
Pompe à chaleur 300 % à 500 % selon les températures réelles, le maximum théorique étant de l'ordre de 1500 %, le minimum théorique étant supérieur à 100 %[12]
Autres
Arme à feu ~30 %
Électrolyse de l'eau 50 % - 70 % (80 % - 94 % maximum théorique)

Législation[modifier | modifier le code]

Europe : En 2012, un nouveau projet de directive (d'une centaine de page) vise à remplacer deux directives sur les services énergétiques et la cogénération[13]. Sous réserve de modifications (en septembre 2012 par le parlement européen qui devait la valider), elle consolide l'objectif de 2007 de diminuer de 20 % la consommation européenne primaire d'énergie par rapport aux prévisions (soit ne pas dépasser 1 474 millions de tep d'énergie primaire ou 1 078 Mtep en énergie finale)[13].
Selon ce projet, chaque État doit élaborer un plan pour l'efficacité énergétique sur un même modèle (permettant une comparaison entre États), avec des objectifs à atteindre en 2014, 2017 et 2020, incluant une feuille de route à long terme pour la rénovation des bâtiments (art. 3A et 4), avec à court terme une rénovation de 3 % par an des bâtiments publics des autorités nationales centrales[13]. Si en 2014 la Commission européenne observe des dérives par rapport à l'objectif, des objectifs et mesures contraignantes seront prises (art. 1, 3 et 19 de la directive). Les marchés publics (19 % du PIB européen) doivent donner l'exemple en achetant des produits écocertifiés et plus verts[13]. Cet article (art. 5) sera sans doute revu en 2015 après la réforme de la législation européenne encadrant les marchés publics qui doit prendre en compte le cycle de vie des produits et services dans les calculs et appels d'offres. Les fournisseurs d'énergie auront obligation via les certificats blancs de contribuer à cet effort ( 3/4 du potentiel d'économies d'énergie) (art. 6)[13]. Des audits énergétiques seront obligatoires dans les grandes entreprises (art. 7)[13]. Les consommateurs seront mieux associés à la conception des plans (via ONG de consommateurs) et mieux informés (art. 8 & 8A), notamment par des compteurs en temps réel et des factures plus claires et plus fréquentes. Le potentiel de Cogénération doit être évalué avant 2015, par État, et la cogénération sera prioritaire sur les réseaux, mais après le renouvelable, avec analyses coûts-bénéfice par projet de centrale (avec exemptions possible dont pour le nucléaire) (art. 10). L'efficience des réseaux d'électricité et gaz doit être améliorée[13]. L'article 13 impose des démarches de certification et compétence (personnel qualifié pour les audits, service, installation, gestion…)[13].

Les États devraient à partir de sa date de publication disposer de 18 mois pour appliquer la directive. L'article 13A prévoit une plate-forme européenne d'information sur les moyens d'améliorer l'efficacité énergétique et les États doivent encourager la création (art. 14) de « sociétés de services énergétiques », dont auprès des PME, avec des contrats-modèles, en s'assurant que les distributeurs et fournisseurs d'énergie ne fassent pas obstacle[13]. L'article 15A propose la création de fonds dédiés, éventuellement à partir des enchères de quota sur le marché du carbone pour financer la rénovation de bâtiments, avec les institutions financières européennes. Et un gel des enchères de quotas pourrait être décidé pour « doper » le marché du carbone[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Olivier et Hubert Gié, Thermodynamique 1re et 2e année, Paris, Lavoisier Tec&Doc,‎ 1998, p. 276
  2. Stéphane Olivier et Hubert Gié, Thermodynamique 1re et 2e année, Paris, Lavoisier Tec&Doc,‎ 1998, p. 279
  3. Élie Lévy, Dictionnaire de physique, Paris, Presses universitaires de France,‎ janvier 1988, 1e éd., 892 p. (ISBN 2-13-039311-X), p. 684
  4. Énergie pneumatique#Efficacit.C3.A9 .C3.A9nerg.C3.A9tique d.27un moteur .C3.A0 air comprim.C3.A9, Les moteurs à air comprimé ont une efficacité théorique supérieure à 100 %
  5. [1], Analyse du cycle de vie de panneaux photovoltaïques en 2009
  6. IEC/OECD 2008 Production énergétique mondiale, consulté le 8 juin 2011.
  7. « Motivations pour la promotion de diesels propres » [PDF], US Department Of Energy,‎ 2006.
  8. (en) Miyamoto K, « Chapter 1 - Biological energy production », Renewable biological systems for alternative sustainable energy production (FAO Agricultural Services Bulletin - 128), Food and Agriculture Organization of the United Nations (consulté le 4 janvier 2009).
  9. a, b, c, d et e Rendement lumineux#efficacité lumineuse.[réf. insuffisante]
  10. (en) « Cree's blue LED has quantum efficiency of 35 % », compoundsemiconductor.net,‎ 2003.
  11. a, b et c (en) « Light Pollution Handbook », Springer,‎ 2004.
  12. Article Pompe à chaleur, section Coefficient de performance d’une pompe à chaleur.
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Enerpress, 20 juin 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]