Production décentralisée (énergie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aussi appelé production distribuée (calque de l'anglais), la production décentralisée est la production d'énergie électrique à l'aide d'installations de petite capacité raccordées au réseau électrique à des niveaux de tension peu élevée : basse ou moyenne tension.

grille de production locale, Sendai, Japon

Exemple de production décentralisée[modifier | modifier le code]

Eolienne urbaine de 2m de diamètre, puissance 1,75 kWh à 14 m/s, Saint-Sébastien (Espagne), 2010. Spécialement développée pour obtenir un très faible niveau sonore. Hauteur du mât : 5,5 m, vitesse de démarrage : 2,5 m/s, durée de vie : 20 ans, conforme au code de l'urbanisme espagnol.

Bien que la dénomination ne fasse pas référence à l'énergie primaire du générateur, la production décentralisée est fréquemment associée ou parfois confondue avec certains type de production électrique, notamment :

Elle se distingue de la production dite centralisée réalisée au moyen de grosses centrales thermiques (nucléaires ou conventionnelles) ou hydraulique.

Limites de raccordement[modifier | modifier le code]

En France, l'article 4 de l'arrêté du 17 mars 2003[1] fixe les puissances limites de référence pour chaque niveau de tension :

  • BT monophasé pour une production inférieure à 18 kVA.
  • BT triphasée pour une production inférieure à 250 kVA.
  • HTA pour une production inférieure à 12 MW[2].
  • HTB au delà.

Les conditions techniques d'accès au réseau électrique sont encadrées par un référentiel technique, établi par les gestionnaires de réseau, concerté avec les parties prenantes et soumis à la Commission de régulation de l'énergie, avant publication.

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

L'efficacité de la production décentralisée est directement dépendante de l'évolution des réseaux de transport d'énergie intelligents de type Smart grid, capables de gérer la variété et la variabilité des sources.
En l'état actuel de la technique, la production décentralisée présente, par rapport à la production centralisée, les caractéristiques suivantes [réf. nécessaire]:

Piscine municipale de Woking. Il s'agit de la première utilisation d'une pile à hydrogène en système de cogénération (chaleur + électricité). Une pile à combustible est similaire à une batterie, si ce n'est que c'est un carburant qui est introduit dans la cellule pour produire de l'électricité et de la chaleur par un procédé électro-chimique ne produisant que de l'eau pure en sortie. La technologie des piles à combustible génère de l'électricité (50 % plus que l'équivalent classique) sans brûler le carburant. Cette pile à combustible prend en charge le chauffage de la piscine et le systèmes électriques et d'éclairage du parc de Woking.

Avantages[modifier | modifier le code]

  • possibilité d'alimenter en électricité des sites de consommation très éloignés du réseau existant, et dont les consommations ne justifient pas des installations de production de forte puissance.
  • valorisation de sources d'énergie primaire fatale (solaire, éolien) ou dérivée (chaleur produite à d'autres fins)
  • autonomie partielle du système local en cas d'incident majeur sur le réseau[3].

Inconvénients[modifier | modifier le code]

  • participation faible ou nulle au réglage de la fréquence et de la tension du réseau électrique
  • faible capacité à participer à la reconstitution du réseau, risque d'îlotage non maîtrisé
  • pour certaines énergies comme l'éolien ou le solaire, forte intermittence, faible prévisibilité, commandabilité faible ou nulle.

Aspects économiques et financiers[modifier | modifier le code]

Les énergies décentralisées sont bien adaptées pour approvisionner les sites difficilement raccordables au réseau (sites isolés en montagne, îles...). Cependant, en l'état actuel de la technique, ces modes de production ont une rentabilité plus faible que les équipements de grande taille, pour les zones bien interconnectées au réseau[réf. nécessaire].

Pour celles de ces énergies qui s'appuient sur une énergie primaire renouvelable (éolien, solaire, hydraulique), les gouvernements de la plupart des pays développés mettent en place des dispositifs d'aide dont le coût est supporté par les usagers du système électrique[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 17 mars 2003
  2. Limite, pouvant de façon dérogatoire, si le réseau le permet, être portée à 17 MW avec l'accord du GRD concerné
  3. Au Royaume-Uni, la première expérience de communauté autonome énergétiquement fut mise en oeuvre en 1991 au Woking Borough Council. Ce quartier de la ville de Woking, qui s'est doté de sa propre grille de transport est parvenu à une indépendance complète par rapport au réseau national. Source: (en) Paul Brown, « Woking shines in providing renewable energy », The Guardian, Londres,‎ 26 janv. 2004 (lire en ligne)
  4. Obligation d'achat

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • L'ADER (Suisse) - Association pour le Développement des Energies renouvelables