Plan de relance économique des États-Unis de 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Plan de relance économique des États-Unis de 2009 est un programme mis en place par le gouvernement des États-Unis dans le but de relancer l'économie américaine suite à la crise économique de 2008-2009 qui affecte, entre autres, le système financier américain[1]. Le plan a été accepté par la Chambre des représentants des États-Unis et le Sénat des États-Unis après une série de débats, chacune des chambres ayant proposé son propre plan. Elles se sont entendues pour un programme qui coûtera environ 789 milliards USD. Le plan est mis en vigueur pour principalement tenter de « créer ou sauver trois à quatre millions d'emplois »[1].

Le 18 mars 2009, pour contrer les effets de la récession aux États-Unis, la Fed a décidé d'acquérir pour 300 milliards USD d'obligations du département du Trésor des États-Unis, pour 750 milliards USD de mortgage-backed securities (MBS) et d'acquérir des dettes de Fannie Mae et Freddie Mac pour 100 milliards USD[2]. Ces opérations ont, entre autres, pour but d'augmenter la liquidité sur les marchés de l'emprunt.

Ce plan a été accompagné par des mesures protectionnistes, visant à réserver les financements d'infrastructures publiques à des projets utilisant des biens manufacturés produits aux États-Unis, le Buy American provision.

Les différents volets[modifier | modifier le code]

  • Allègements fiscaux fédéraux : 288 milliards de dollars US
  • Allègements fiscaux locaux : 144 milliards de dollars US
  • Infrastructure et science : 111 milliards de dollars US
  • Protection sociale : 81 milliards de dollars US
  • Santé : 59 milliards de dollars US
  • Enseignement et formation : 53 milliards de dollars US
  • Énergie : 43 milliards de dollars US
  • Autres : 8 milliards de dollars US

Recherche scientifique[modifier | modifier le code]

La NASA est l'une des agences qui reçoit des fonds additionnels.

Total : 8,9 milliards de dollars US

Transports[modifier | modifier le code]

Le 16 avril 2009, le président américain Barack Obama a officiellement dévoilé un plan de 13 milliards USD destiné à financer la mise en place de différents corridors ferroviaires pour le transport de passagers par TGV[3].

Logement[modifier | modifier le code]

Le 18 février 2009, le président des États-Unis Barack Obama a annoncé la mise en place d'un plan visant spécifiquement les propriétaires de résidence. Il a pour objectif d'éviter à au moins sept millions de propriétaires américains la saisie de leur résidence. Ce plan dit immobilier est en sus de ceux annoncés précédemment. Il est initialement pourvu d'une enveloppe de 75 milliards USD, mais elle pourrait augmenter jusqu'à plusieurs centaines de milliards[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b AFP, « Principales dispositions du plan de relance », Le Devoir,‎ 14 février 2009 (lire en ligne)
  2. (en) Personnel de rédaction, « A test of will », The Economist,‎ 18 mars 2009 (lire en ligne)
  3. Louis-Gilles Francoeur, « Un plan de 13 milliards - TGV: Obama intègre Montréal à son projet de réseau », Le Devoir,‎ 17 avril 2009 (lire en ligne)
  4. AFP, « Obama injecte 75 milliards dans le secteur immobilier », Le Devoir,‎ 19 février 2009 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :