Limnologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac Léman ou lac de Genève (Suisse)
Lac de Grand-Lieu (France), qui fait partie des systèmes lacustres peu profond dits « plans d’eau pelliculaires » (shallow lakes pour les anglophones), réagissant plus fortement et rapidement aux changements environnementaux

La limnologie est la « science des eaux superficielles continentales ou intérieures » (eau douce ou salée, stagnante ou mouvante, dans les lacs, rivières, marécages...).
À l'origine la limnologie était définie comme l'« océanographie des lacs ».
Elle est généralement classée comme une subdivision de l'hydrologie qui appartient au domaine de la géographie.

Le terme « limnologie » trouve sa racine dans le grec λίμνη = limne (lac) et λόγος = logos (étude). François-Alphonse Forel (1841-1912) en fut le précurseur avec son étude du lac Léman.

Définition[modifier | modifier le code]

Cette définition en étend son domaine de compétence aux eaux courantes, ce qui a l'avantage de rendre compte de la solidarité du réseau hydrographique de surface.

La limnologie fait intervenir, au même titre que l'hydrologie, des études physico-chimiques et biologiques[1]. À cet égard, l'étude des variations saisonnières de la stratification thermique des eaux est d'un intérêt primordial pour la qualité biologique des milieux. Cela tient en particulier à l’anomalie dilatométrique de l'eau, qui se traduit par une inversion des strates chaudes/froide lorsqu'il gèle à la surface d'un lac ou d'une mer.

Importance[modifier | modifier le code]

Selon la convention de Ramsar, la limnologie est désormais un des critères d'identification des zones humides d'importance internationale[2].

Organisation de la recherche[modifier | modifier le code]

Un grand nombre d'universités, instituts scientifiques et laboratoire publics travaillent sur ce thème dans le monde.
Les chercheurs peuvent adhérer à la Société Internationale de Limnologie (SIL), et en France à l'Association française de limnologie (AFL).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B. Dussart, Limnologie – L'étude des eaux continentales, Paris, Gauthier-Villars,‎ 1966 (réimpr. 1992, éd. Boubée), 678 p..
  • Dussart B., 2004, « Limnologie ». Encyclopaedia Universalis, CD-ROM Version 10
  • Goldman C.R. & Horne A.J., 1983, Limnology. Mc Graw-Hill, 465 p.
  • Hutchinson G. E., 1957, A treatise on limnology. Volume 1. Geography, physics and chemistry. New York, John Wiley and Sons, 1015 p.
  • Lemmin U., 1995, “Limnologie physique” in Pourriot R. & Meybeck M., 1995, Ed, Limnologie générale. Paris, Masson, 956 p. : 60-114
  • Pourriot R. & Meybeck M., 1995, Ed, Limnologie générale. Paris, Masson, 956 p.
  • Laurent Touchart, Limnologie physique et dynamique : Une géographie des lacs et des étangs, L'Harmattan,‎ 2002, 395 p. (ISBN 2-7475-3463-4)
  • Welch P. S., 1952, Limnology. 2e édition, New York, Mc Graw-Hill, 538 p.
  • Wetzel R. G., 1983, Limnology. Philadelphia, Saunder College Publishing, 858 p.
  • Wetzel R.G., 2001, Limnology. Lake and river ecosystems. San Diego, Academic Press, 3e édition, 1006 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de la recherche agronomique, « définition de la limnologie » (consulté le 9 mars 2008)
  2. convention de Ramsar, « Le Manuel de la Convention de Ramsar - paragraphe 4.3 - Sites inscrits » (consulté le 9 mars 2008)