Philippe Latombe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Philippe Latombe
Illustration.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(5 ans, 5 mois et 3 jours)
Élection 18 juin 2017
Réélection 19 juin 2022
Circonscription 1re de la Vendée
Législature XVe et XVIe (Cinquième République)
Groupe politique MoDem
Prédécesseur Alain Lebœuf
Biographie
Nom de naissance Philippe Alcibiade Marie-Joseph Latombe[1]
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique MoDem
Diplômé de Université de Rennes-I
Université de Nantes
Audencia
Cnam
Profession Cadre bancaire

Philippe Latombe, né le à Paris (France), est un homme politique français.

Membre du Mouvement démocrate (MoDem), il est élu député de la première circonscription de la Vendée (Challans et La Roche-sur-Yon) en 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Philippe Latombe est diplômé d’un master en économie et en droit des affaires.

Il débute ensuite une carrière d’auditeur financier chez Deloitte Touche Tohmatsu Audit à Nantes avant de rejoindre le Crédit agricole Atlantique-Vendée. De à , il est responsable du service recouvrement et contentieux.

Il est également délégué syndical au sein de la Confédération française de l’encadrement-Confédération générale des cadres (CFE-CGC).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

À l’élection présidentielle de 1995, il fait campagne pour Jacques Chirac[2].

À Nantes, aux élections municipales de 2014, Philippe Latombe est à la quatrième place de la liste « La chance pour Nantes », conduite par Sophie Van Goethem (divers droite)[3],[4]. Ne réunissant que 5,6 % des voix au premier tour, la liste appelle à voter pour la liste de Laurence Garnier (Union pour un mouvement populaire, Union des démocrates et indépendants et Parti chrétien-démocrate)[5].

En binôme avec Armelle Michelot-Peltier, Latombe se présente aux élections départementales dans le canton de Nantes-4 en , sous la bannière « La chance pour Nantes »[6]. Le tandem réunit 5 % des voix au premier tour.

Philippe Latombe est de nouveau candidat aux élections régionales de , où il apparaît en douzième place sur la liste Debout la France de Sophie Van Goethem dans la Loire-Atlantique[7].

En 2017, il adhère au Mouvement démocrate (MoDem)[réf. nécessaire].

Député (2017-2022)[modifier | modifier le code]

À la suite de l’élection à la présidence de la République d’Emmanuel Macron, il est investi dans la première circonscription de la Vendée aux élections législatives[8],[9], dans le cadre d'un accord conclu entre le MoDem et La République en marche[10]. Il arrive en tête du premier tour et est élu face au député sortant Alain Lebœuf (Les Républicains)[11],[12]. Philippe Latombe a alors pour suppléant Alexandre Huvet [13] qui deviendra président de la communauté de communes Challans Gois et premier adjoint du maire de Challans, Rémi Pascreau, lequel s'était présenté contre le candidat soutenu par le maire sortant, mais qui a depuis rejoint le parti Les Républicains[14].

À l'Assemblée nationale, Philippe Latombe est membre de la commission des Lois[15].

Philippe Latombe est auteur d’une proposition de loi relative à la garde alternée des enfants fin 2017[16]. En mai 2021, il est responsable du groupe MoDem sur la loi de sortie de l’état d’urgence sanitaire : celui-ci vote contre l’article créant un passe sanitaire, conduisant au rejet de l'article et à « une crise inédite au sein de la majorité » selon Libération[17].

Polémique[modifier | modifier le code]

En septembre 2021, dans un communiqué de presse, le député a dénoncé une « prière de rue musulmane » qui se serait découlée à Challans. Cependant, d'après le parquet des Sables, cette prière n'a jamais eu lieu. Il n'y a donc pas eu « d’infraction, ni de provocation, ni d’outrage ». Il s'agissait en réalité de personnes rentrant de boîte de nuit. Rémy Pascreau, maire de Challans, déclarera que la dénonciation du député est « regrettable. [...] On a l’impression de rentrer en précampagne pour les législatives ». L'information de Philippe Latombe sera reprise par des sites d'extrême droite[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Philippe Latombe », Who’s Who, 2017 [lire en ligne].
  2. Clémence Holleville, « Ph. Latombe, candidat LREM dans la 1re », Ouest-France,‎ .
  3. « Les soixante-cinq noms d’Une chance pour Nantes », Ouest-France,‎ .
  4. Philippe Gambert, « Sophie Van Goethem, l’indépendante », Ouest-France,‎ .
  5. « Droite nantaise : Van Goethem appelle à voter Garnier », Ouest-France,‎ .
  6. Y. T., « “Citoyens excédés des partis” », Ouest-France,‎ .
  7. « Les candidats Debout la France Loire-Atlantique », Ouest-France,‎ .
  8. David Dupré et Laura Jarry, « Les candidats d’En marche sont connus », Ouest-France,‎ .
  9. Maxime Ferrer, Mathilde Damgé, Pierre Breteau, Laura Motet, Sophie Dupont, Vincent Nouvet, Jérémie Baruch, Maxime Vaudano, Anne-Aël Durand, Adrien Sénécat, Maxime Delrue et Eléa Pommiers, « Législatives : l’auberge espagnole des candidats de La République en marche », Le Monde,‎ .
  10. Michel Urvoy, « La fâcherie de Bayrou peut lui rapporter gros », Ouest-France,‎ .
  11. Philippe Écalle, « La Roche nord : “l’effet Macron” menace d’emporter Alain Lebœuf », Ouest-France,‎ .
  12. Philippe Écalle, « La Roche-Nord : Ph. Latombe fait chuter A. Lebœuf », Ouest-France,‎ .
  13. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/la-roche-sur-yon-85000/vendee-legislatives-philippe-latombe-candidat-lrem-dans-la-1re-5014871
  14. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/challans-85300/elections-departementales-en-vendee-nadia-rabreau-et-remi-pascreau-candidats-a-challans-bd362d4a-a8b8-11eb-a2f9-f7b5d2c81d6b
  15. http://www2.assemblee-nationale.fr/instances/resume/OMC_PO746629/legislature/15
  16. Catherine Mallaval, « Divorce : la garde alternée des enfants va-t-elle devenir la solution numéro 1 ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  17. Jean-Baptiste Daoulas, « Petit couac sur le pass sanitaire et grosse crise de couple entre le Modem et LREM », sur liberation.fr, (consulté le ).
  18. Guillaume ROBELET, « Une « prière de rue » à Challans ? Quand un député s’emballe », (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]