La Bernardière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Bernardière
La Bernardière
Une réplique de la grotte de Lourdes.(photo présentant celle située dans le quartier St Nicolas à Montaigu)
Blason de La Bernardière
Blason
La Bernardière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Mortagne-sur-Sèvre
Intercommunalité Terres-de-Montaigu, communauté de communes Montaigu-Rocheservière
Maire
Mandat
Claude Durand
2014-2020
Code postal 85610
Code commune 85021
Démographie
Gentilé Bernardin
Population
municipale
1 796 hab. (2016 en augmentation de 5,58 % par rapport à 2011)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 02″ nord, 1° 15′ 53″ ouest
Altitude 54 m
Min. 33 m
Max. 76 m
Superficie 14,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
La Bernardière

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
La Bernardière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bernardière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bernardière
Liens
Site web Site officiel

La Bernardière est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. La Bernardière faisait partie, sous le régime du royaume de France, de l'évêché de Nantes et des marches avantagères de la Bretagne sur le Poitou.

Ses habitants sont les Bernardins[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de La Bernardière s’étend sur 1 480 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 54 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 33 et 76 mètres[2],[3].

La Bernardière est située au nord du département de la Vendée, à 5 km au sud de Clisson (Loire-Atlantique), 10 km au nord-est de Montaigu (Vendée) et 35 km à l'ouest de Cholet (Maine-et-Loire).

Les communes limitrophes sont Cugand, La Bruffière, Treize-Septiers et Saint-Hilaire-de-Loulay en Vendée, Saint-Hilaire-de-Clisson en Loire-Atlantique.

La commune est traversée par quelques petits ruisseaux. Le principal est le Mingot qui sert de limite à la paroisse entre Cugand, passe auprès du bourg de la Bernardière et va se jeter dans la Sèvre-Nantaise.

Liste des hameaux de la Bernardière[modifier | modifier le code]

La Croupillière, la Haute-Antrie, la Basse-Antrie, la Brunelière, la Chailloire, la Grande-Couperie, la Petite-Couperie, la Croix-Verte, la Droutière, la Fuzellerie , la Grande-Haye, la Petite-Haye, la Logerie, l'Émérière, la Noue, l'Oulerie, la Pénissière-de-la-Cour, la Pénissière-Vinet, les Plessis, les Portes, le Racinet, la Rouvraie et le Tacret.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En poitevin, la commune est appelée La Brnardére[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la Révolution, sous le royaume de France, La Bernardière appartient aux marches Bretagne-Poitou, au sein desquelles elle est à l'avantage de la Bretagne. Elle appartenait également au diocèse de Nantes. Sa paroisse dépend ensuite entièrement du diocèse de Luçon.

Autrefois, on l´appelait la Bernardière-en-Forêts, mais depuis longtemps les bois ont disparu, et le terrain est divisé en champs nombreux, tous entourés de haies du sein desquelles s'élèvent une multitude de chênes que l'on ébranche tous les cinq ans pour faire du bois de chauffage[5].

En 1832, la commune, précisément le manoir de La Pénissière, fut le théâtre d'un des derniers combats du mouvement dirigé par la duchesse de Berry, la « Petite chouannerie »[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Taillé d'argent et de gueules, à l'arbre de l'un dans l'autre brochant sur le tout, accompagné de deux châteaux du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Claude Durand[Note 1],[7] Divers droite retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

En 1999, le taux de chômage était de 7,8 %. Le revenu moyen par ménage, quant à lui, était de 14 017  / an[8]. La Bernardière dispose de sa propre zone artisanale : le Tacret, située sur l´axe Clisson-Montaigu. Cette ZA compte une vingtaine d´entreprises.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2016, la commune comptait 1 796 habitants[Note 2], en augmentation de 5,58 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
3579559359289991 0961 1161 0931 086
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 0841 0711 0541 0401 0311 0141 0611 0451 032
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 0321 034948921922878870881863
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
8417891 0601 1091 1721 4911 5351 5781 757
2016 - - - - - - - -
1 796--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,6 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 26,8 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 10,3 %) ;
  • 49,9 % de femmes (0 à 14 ans = 26,4 %, 15 à 29 ans = 21,1 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 17,6 %, plus de 60 ans = 10,9 %).
Pyramide des âges à La Bernardière en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,1 
3,0 
75 à 89 ans
4,1 
7,3 
60 à 74 ans
6,7 
19,0 
45 à 59 ans
17,6 
26,8 
30 à 44 ans
24,0 
18,2 
15 à 29 ans
21,1 
25,6 
0 à 14 ans
26,4 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le manoir de la Pénissière
  • Église Saint-Blaise

Sports[modifier | modifier le code]

Union Sportive Bernardière Cugand : football

Association Basket Cugand Bernardière : basket

Tennis de Table Club Bernadière : tennis de table

Vie Locale[modifier | modifier le code]

La Bernardière dispose d'une salle municipale La Doline, de deux terrains de football, le stade du Vivier composé de plusieurs terrains de football et d'un terrain de tennis, et possède une salle de sport, une bibliothèque municipale et une ADMR (aide à domicile en milieu rural). On retrouve dans cette commune une boulangerie, un tapissier-décorateur et une coiffeuse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des communes de Vendée, Editions Ouest-France, Rennes, 1991 (ouvrage rédigé par les correspondants d'Ouest-France en Vendée).
  2. « Commune 23376 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  3. « La Bernardière », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  4. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 39.
  5. La Bernardière de son origine à nos jours
  6. Détail des combats de la Pénissierre
  7. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  8. La Bernardière sur le site L´Internaute
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. " « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :