Nouans-les-Fontaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouans (homonymie).

Nouans-les-Fontaines
Nouans-les-Fontaines
Panorama général depuis le nord.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Loches
Intercommunalité Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Éric Moreau
2014-2020
Code postal 37460
Code commune 37173
Démographie
Gentilé Nouanais
Population
municipale
759 hab. (2016 en diminution de 4,29 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 13″ nord, 1° 17′ 57″ est
Altitude Min. 101 m
Max. 162 m
Superficie 63,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Nouans-les-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Nouans-les-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nouans-les-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nouans-les-Fontaines

Nouans-les-Fontaines (prononcé /nu.ɑ̃ le fɔ̃.tɛn/) est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre-Val de Loire.

Les vestiges préhistoriques de Nouans-les-Fontaines sont très nombreux, traduisant la présence humaine sur le territoire depuis le Paléolithique. La période protohistorique est également bien documentée, avec de multiples preuves d'une importante activité sidérurgique. Au XVIe siècle, le territoire paroissial est soumis aux influences opposées des protestants et des ligueurs. À l'été 1944, le retrait des forces d'occupation s'accompagne de combats pendant lesquels plusieurs habitants, participants ou otages, sont tués. Pendant tout le XXe siècle, la population de la commune baisse fortement, avec une perte de près de 50 % de ses habitants sur cette période. Ce phénomène se ralentit mais ne cesse pas pour autant, en 2016, Nouans-les-Fontaines compte 759 habitants. Plusieurs entreprises maintiennent cependant leur activité dans la commune, notamment le premier fabricant européen d'équipements pour salles de sport. Nouans-les-Fontaines reste néanmoins une commune agricole, bien que ce secteur d'activité tende à perdre de son importance dans l'économie communale.

Le patrimoine culturel de Nouans-les-Fontaines est surtout représenté par son église, monument historique inscrit qui abrite un tableau figurant une Pietà, attribuée avec beaucoup de vraisemblance à Jean Fouquet, ainsi que deux statues, ces trois objets étant protégés au titre des monuments historiques. Plusieurs châteaux et manoirs des XVe et XVIe siècles, souvent très remaniés au XIXe siècle, et une ancienne tuilerie comptent également parmi les édifices remarquables de la commune.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Nouans-les-Fontaines est une vaste commune d'Indre-et-Loire couvrant 6 331 hectares, située à 7 kilomètres d'Écueillé (Indre) et à 15 kilomètres de Noyers-sur-Cher (Loir-et-Cher).

La cité nouanaise, limitrophe avec les départements de l'Indre et du Loir-et-Cher, est localisée au sein du canton de Loches subdivision administrative de l'arrondissement lochois, à l'extrémité est-sud-est du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire[Insee 1].

Par ailleurs, la localité tourangelle est rattachée au bassin de vie de Loches ainsi qu'à la zone d'emploi de Saint-Aignan, ville située dans le département de Loir-et-Cher[Insee 1].

Loches, qui se trouve être le bureau centralisateur et le chef-lieu d'arrondissement dont Nouans-les-Fontaines dépend, est distante de 22,9 km en direction de l'ouest[Insee 1],[1]. En outre, la petite cité d'Indre-et-Loire se place à 54,5 km en direction du sud-ouest et « à vol d'oiseau » de Tours, siège du conseil départemental d'Indre-et-Loire[2].

Communes limitrophes de Nouans-les-Fontaines
Orbigny Châteauvieux (Loir-et-Cher) Faverolles
(Indre)
Villeloin-Coulangé Nouans-les-Fontaines Luçay-le-Mâle (Indre)
Loché-sur-Indrois Villedômain Écueillé
(Indre)

Les frontières de Nouans-les-Fontaines sont délimitées, dans le « sens des aiguilles d'une montre », par la commune de Châteauvieux, située à 12,4 km du centre-bourg en direction du nord-nord-ouest ; par le village de Faverolles, localisé à 9,2 km en direction de l'est-nord-est ; par celle de Luçay-le-Mâle, située à 10,7 km en direction de l'est ; par la commune d'Écueillé, localisée à 6,8 km en direction du sud-est ; par celle de Villedômain, située à 9,7 km en direction du sud ; par le village de Loché-sur-Indrois, localisé à 7,8 km en direction du sud-ouest ; par la commune de Villeloin-Coulangé, située à 5,6 km en direction de l'ouest ; et enfin par le bourg d'Orbigny, localisé à 9,5 km en axe nord-nord-ouest[4],[5]. Toutes les distances en kilomètres sont exprimées « à vol d'oiseau » de chef-lieu communal à chef-lieu communal[4],[5].

Géologie et topographie[modifier | modifier le code]

Carte géologique simplifiée de Nouans-les-Fontaines[6].
  • Bourg
  • Limites communales
  • C3c : tuffeau jaune turonien
  • C3cR : argiles à silex roussâtres
  • C4-6S : argiles à silex blanches
  • eC : formations éocènes détritiques
  • LP : limons des plateaux quaternaires
  • Fz : alluvions fluviatiles
  • Faille

L'histoire géologique de Nouans-les-Fontaines, située dans la partie méridionale du Bassin parisien, est marquée par les épisodes successifs d'avancées et de retraits marins qui déposent des formations calcaires ou argileuses à partir du Jurassique inférieur, mais surtout crayeuses au cours du Crétacé, sur un socle briovérien. Les terrains affleurants les plus anciens datent du Crétacé supérieur. Le tuffeau jaune de Touraine (C3c) déposé au Turonien n'affleure que dans les vallées des cours d'eau où il est mis au jour par l'érosion fluviale, mais il est le plus souvent dégradé, notamment à l'est et au sud, en argiles à silex roussâtres (C3cR). Des argiles blanches à silex sénoniennes (C4-6S) constituent la formation affleurante dominante de la commune. Elles sont masquées par de rares placages de sables grossiers éocènes (eC) mais surtout par des dépôts, sur les plateaux, de limons éoliens (LP) quaternaires ; ces dépôts limoneux sont de faible épaisseur mais concernent une grande superficie au nord et à l'est. Des alluvions récentes (Fz) ont été déposées dans les vallées de la Tourmente, rivière qui traverse la commune, et de ses affluents. La présence d'une faille orientée du nord-nord-ouest au sud-sud-est avec un rejet vertical de 15 à 20 m pourrait être la conséquence superficielle du jeu d'une faille plus profonde, affectant le socle de l'extrême fin du Précambrien ; elle partage le territoire en deux moitiés sensiblement égales[7],[8].

Les argiles à silex et les limons, en raison de leur très faible granulométrie, donnent des sols lourds, battants, à tendance hydromorphe et par conséquent difficiles à travailler, ce qui limite fortement leurs qualités agronomiques[7].

Le territoire communal se présente sous la forme d'un plateau allongé du nord au sud, plus élevé à l'est, au niveau des forêts de Brouard et de la Tonne, s'abaissant progressivement vers l'ouest et la vallée de la Tourmente[7]. Le point culminant (162 m) se trouve à l'est du chef-lieu communal au lieu-dit « Bellevue », en limite de Luçay-le-Mâle, alors que le point le plus bas (101 m) est situé dans la vallée de la Tourmente, là où la rivière entre sur le territoire de Villeloin-Coulangé. Toute la partie est de Nouans-les-Fontaines est constituée d'un anticlinal sur la crête duquel court la limite communale. La forme particulière du territoire, avec une excroissance au sud-ouest, est probablement due à la volonté du propriétaire de Cloffy, lors de la création de la commune, de voir ses terres rattachées à Nouans et donc à la Touraine, alors que son domaine aurait dû dépendre d'Écueillé et du Berry[7].

Hydrographie et hydrologie[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un petit ruisseau coulant entre deux berges herbeuses.
Le ruisseau de Saint-Martin à Nouans.
Photographie en noir et blanc d'un pont franchissant une rivière.
La Tourmente traversant Nouans.

Le territoire communal est arrosé par la rivière Tourmente qui prend sa source à Heugnes (Indre). Elle reçoit le tribut de plusieurs ruisseaux, issus de sources qui ont donné son nom à la commune. Le plus important d'entre eux est le ruisseau de Saint-Martin sur lequel est bâti le chef-lieu communal. Les ruisseaux de l'Issard, de la Jubardière et du Réau — cours d'eau qui se développe d'est en ouest sur une longueur de 8 km[Note 1] —, sont également inventoriés sur le territoire communal[11],[12],[13],[14]. Ce réseau hydrographique est particulièrement dense sur la rive droite de la Tourmente, les ruisseaux provenant en majorité des hauteurs des forêts de Brouard et de la Tonne. La Tourmente rejoint ensuite le cours de l'Indrois au niveau de Villeloin-Coulangé[7].

Les données hydrologiques concernant le régime de la Tourmente sont relevées à la station de « Villeloin-Coulangé/Coulangé », établissement d'observation opérant depuis le [15]. Sur une période d'observation de 40 ans (1966 à 2016), la rivière, dont le bassin atteint une surface totale de 109 km2, présente un débit moyen mensuel compris entre un minimum de 0,213 m3/s au mois d'août et un maximum de 1,370 m3/s au mois de février[16]. Pour cette même période considérée, le module du cours d'eau varie de 0,390 m3/s en quinquennale sèche jusqu'à 0,830 m3/s en quinquennale humide, la valeur médiane atteignant 0,640 m3/s[16].

Un lac de réserve, la Jubelière, a été aménagé dans la partie est de la commune en 1990. Cette étendue d'eau artificielle, qui recouvre une surface de 27 ha et peut contenir un volume total de 82 000 m3 d'eau, est alimenté par le ruisseau éponyme et délimité en amont par deux digues de 230 et 260 m[17],[18].

Neuf zones humides[Note 2] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « l'étang de la Jubardière et la vallée du Ruisseau de la Jubardière », « les étangs de la Ménardière », « l'étang du Carroi de la Clarté », « l'étang du Parc », « la vallée du Ruisseau de l'Issard à la Grosse Pierre », « l'étang du Liagout », « les étangs du Plessis et de la Tonne », « l'étang de la Péchaudière » et « l'étang de Lambinet »[19],[20].

Paysages naturels[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un paysage de grands champs avec une forêt à l'arrière-plan.
Les bois de Luçay à l'est de Nouans-les-Fontaines.

La commune est située dans la région naturelle de la Gâtine de Loches[21]. Jusqu'à la fin des années 1970 prédomine un paysage de bocage rythmé par des haies et des bosquets. La partie est du territoire communal se singularise alors par un parcellaire dessiné par des chemins rayonnants à partir du centre-bourg, recoupés par des chemins concentriques, disposition déjà nettement visible sur le cadastre napoléonien. Le remembrement opéré à partir de 1978 bouleverse cette topographie pour donner naissance à de grands champs où la pratique du drainage à grande échelle facilite les conditions d'exploitation à des fins agricoles[22].

Toute la frontière est de la commune, correspondant à la crête de l'anticlinal, est occupée par une succession de massifs boisés avec, du nord au sud la forêt de Brouard puis celle de la Tonne et les bois de Luçay[7],[23]. Cette zone limitrophe s'insère dans l'interfluve compris entre le bassin versant du Cher à l'est et celui de l'Indre à l'ouest[23].

Climat[modifier | modifier le code]

L'ensemble du département d'Indre-et-Loire est soumis à un climat tempéré océanique dit dégradé[24], caractérisé par des températures clémentes, même en hiver. Aucun mois n'est véritablement sec, les précipitations mensuelles moyennes étant toujours supérieures à 40 mm. En outre, les légers reliefs du sud-est du département comme les forêts de Brouard et de la Tonne sont suffisants pour offrir un obstacle aux masses d'air atlantiques, et la pluviométrie du sud-est de l'Indre-et-Loire est un peu plus importante que celle enregistrée dans le reste de la Touraine[25].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier et ferroviaire[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'un croisement de route et de maisons.
Carrefour des routes de Luçay-le-Mâle et d'Écueillé.
Photographie en noir et blanc d'une route et d'un établissement postal.
Route traversant la commune de Nouans.

La D 975 qui, sous différentes appellations, relie Blois à la vallée de la Dordogne, via Saint-Aignan et Châtillon-sur-Indre, traverse le territoire de Nouans-les-Fontaines sous forme d'une ligne droite presque parfaite longue de plus de 11 km et passe par le chef-lieu communal. Ce dernier est le centre d'un réseau de routes en étoile qui conduisent vers Orbigny ou Écueillé (D 11/81), ou vers Loches ou Luçay-le-Mâle (D 760). Cette situation favorise le désenclavement du territoire[26].

Aucune ligne de transports en commun routier ne dessert Nouans-les-Fontaines. Les points d'accès les plus proches sont Genillé (ligne TC) , Écueillé (ligne S) ou Couffy (ligne 5) du réseau Rémi[27].

La commune n'est desservie par aucune ligne ferroviaire[28],[29]. Les gares TER les plus proches sont celles de Loches, de Luçay-le-Mâle et de Valençay[28],[30].

Chemins et sentiers[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est aménagé d'un circuit de randonnée pédestre qui s'étend sur une longueur de 14 km. Ce circuit débute dans le centre-bourg, à la place Saint-Martin, puis passe le mont Frioux, la fontaine Saint-Martin et traverse la forêt de la Tonne[14]. Un second circuit, appelé les « Sur les terres de la Piéta de Nouans », forme une boucle qui se développe sur une longueur de 12 km[17].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous donne quelques chiffres-clés ayant pour objectif de comparer l'état du logement à Nouans-les-Fontaines et celui de l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2014[Insee 2],[Insee 3] :

Le logement à Nouans-les-Fontaines en 2014.
Nouans-les-Fontaines Indre-et-Loire
Part des résidences principales (en %) 72,0 87,7
Part des logements vacants (en %) 15,4 7,9
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 80,8 59,1

Par rapport au contexte général de l'immobilier en Indre-et-Loire, la proportion, moins importante, des résidences principales et des logements vacants, profite à la part des résidences secondaires dont le taux s'élève à 12,6 % du parc d'habitations à Nouans-les-Fontaines contre 4,4 % au niveau départemental[Insee 2],[Insee 3]. En revanche, 80,8 % des occupants de ces résidences principales en sont propriétaires, alors que ce taux s'élève à 59,1 % pour l'ensemble du département[Insee 2],[Insee 3].

D'autre part, 179 résidences principales ont été bâties à Nouans-les-Fontaines depuis 1946, ce qui représente une proportion d'environ 49,3 % du parc immobilier concernant ce type de logement. Entre 1971 et 1990, 126 logements se sont construits, puis 55 depuis 1991[Insee 2]. Enfin, en 2014, sur l'ensemble des habitations répertoriées au sein du territoire communal, 98,3 % d'entre elles se révèlent être des maisons individuelles[Insee 2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Carte en couleur représentant les étapes de développent du bâti d'un bourg.
Développement urbain de Nouans-les-Fontaines.
  • situation en 1950
  • extensions 1950-2016
Photographie en noir et blanc du centre-ville d'une commune et ses habitants.
Ancien panorama du centre-bourg de Nouans.

La partie la plus ancienne du bourg s'est construite autour de l'église, probablement à partir d'un enclos médiéval sur la rive gauche du ruisseau de Saint-Martin[31]. Un autre pôle urbain s'est ensuite bâti sur la rive droite, le bourg de Flandres. Puis, petit à petit, les constructions s'éloignent du centre, le long des voies de communication, routes et chemins.

Un premier lotissement est construit au milieu des années 1970 au sud du bourg, un autre, à l'ouest, à la fin des années 1980[26].

Sur la période comprise entre 1959 et le milieu des années 2010, les photographies aériennes de la commune réalisées par l'IGN montrent que l'urbanisation s'est également développée au sud-est (quartier de la Buissonnière) et à l'est du centre-bourg, ainsi que le long de la rue des Dames de Touraine, au nord-ouest[32],[33].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La liste suivante, établie d'après le Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine (Jacques-Xavier Carré de Busserolle, 1882), a pour objectif de récapituler, de manière non exhaustive, l'ensemble des lieux-dits, hameaux et écarts appartenant au territoire communal[34],[35] :

  • Aubrière (l')
  • Belle-étoile (la)
  • Bezaudière (la)
  • Billaudrie (la)
  • Billette (la)
  • Blavetin
  • Bodinière (la)
  • Bois-Prêtre (le)
  • Bordebure (la)[36]
  • Bourbonnerie (la)
  • Bourde (la)
  • Bois-Mortier (le)
  • Brosse (la)
  • Brosses (les)
  • Carrois (les)
  • Charpraie (la)
  • Chêne-Auger (le)
  • Cleoffy
  • Cormerat
  • Coutellerie (la)
  • Ébatés (les)
  • Ferraudière (la)
  • Forêt (la)
  • Fouennerie (la)
  • Freurie (la)
  • Grandes Michelleries (les)
  • Grand Village (le)
  • Grenouillère (la)
  • Hauts-Bourdiers (les)
  • Hardrie (la)
  • Issart
  • Juberdière (la)
  • Laitière (la)
  • Lambinet
  • Lechaloup
  • Lalen
  • Loustière
  • Louzillé
  • Mère (la)
  • Papinière (la)
  • Pauvardière (la)
  • Péchaudière (la)
  • Petites Michelleries (les)
  • Planche (la)
  • Plessis (le)
  • Richerie (la)
  • Rimaunière (la)
  • Rivière (la)
  • Rochas
  • Sabardière (la)
  • Tonne (la)
  • Tuilerie de Luçay (la)
  • Tuffeau (le)
  • Vaufrioux
  • Viaudière (la)[Note 3]
  • Viennerie (la)
  • Village-aux-Vaches (le)
  • Village-Buisson (le)

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

L'arrachage de nombreuses haies lors du remembrement combiné avec la présence de sols imperméables et l'existence des pentes fortes sur la vallée de la Tourmente augmente le risque de crue de cette rivière en cas de précipitations fortes et soudaines[7].

La presque totalité du territoire communal de Nouans-les-Fontaines est exposée à un aléa moyen face à un risque lié au gonflement-retrait des argiles. Dans la vallée de la Tourmente et de ses affluents, ce risque est « faible » ou « a priori nul »[39]. Ce risque, lié à la nature argilo-siliceuse des sols, expose les fondations des bâtiments à une fragilisation après des périodes de sécheresse prolongée[40].

Nouans-les-Fontaines se trouve en zone de sismicité faible de niveau 2 sur une échelle de 1 à 5, selon la cartographie établie par le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[41]. Les chroniques mentionnent plusieurs séismes notables dans le sud-est de la Touraine dont l'un, survenu le , « […] d’une intensité de V à VI ébranla une grande partie de la Touraine et fit se détacher des pierres du château de Montrésor »[42]. Le plus récent tremblement de terre mentionné dans cette partie du département s'est produit le  ; l'épicentre de ce séisme d'une magnitude de 3,7, initialement localisé dans la région de Châteauroux[43],[44], semblait être en fait situé sur le territoire de Loché-sur-Indrois[45].

La commune n'est située dans le périmètre d'aucun plan de prévention des risques, qu'ils soient naturels ou technologiques[46].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes successives attestées de la dénomination de la paroisse puis de la commune[Note 4],[34] :


Extrait de la carte de César-François Cassini représentant le territoire de Nouans-les-Fontaines dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.
Nouans-les-Fontaines sur la carte de Cassini.

L'une des premières mentions du lieu, sous la forme Noentus, est présente dans un document royal daté de 845 et émis par Charles II[53]. Nouans-les-Fontaines apparaît sous le nom Novientum dans un acte de Charles le Simple en 903. L'origine la plus probable de ce toponyme est une composition du gaulois Novio- « nouveau » et du suffixe également d'origine gauloise -ento[54] : Noviento(um) est donc un « nouveau lieu » ou un « nouvel édifice », créé sur des terres récemment défrichées[55]. Au milieu du XIIe siècle, en 1150, le nom de la localité tourangelle se présente sous les formes Noviento[54],[53] et Novientus[56].

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le nom de la localité tourangelle apparaît sous la forme Nouan[57]. En l'an II du calendrier républicain (1793 du calendrier grégorien), ce toponyme est conservé[58]. Le déterminant « les-Fontaines » est ajouté par décret du pour différencier les communes nommées « Nouan ». Il rappelle les nombreuses sources présentes sur le territoire[55].

Par ailleurs, concernant la micro-toponymie locale, l'existence de lieu-dits tels que la « Billaudière » et la « Billette », noms dont la racine celtique « Bil- » signifie littéralement « hauteur », indique la très probable présence de sites topographiquement élevés[59]. L'activité agricole se retrouve dans des toponymes comme « le Cherpré », « le Village-aux-Vaches », alors que le boisement ancien est évoqué par « la Buissonnière » ou « le Village-Buisson », alors que le Champ Bleu ou la Minée évoquent les anciennes activités sidérurgiques du sud du territoire[7]. Le toponyme l'Idée, au sud de la commune, pourrait être une dénomination ironique signifiant que la création d'une nouvelle ferme agricole sur ces terrains médiocres n'était justement pas « une bonne idée »[60]. La « Bordebure », nom d'un lieu-dit composé de « Borde », terme issu du francique borda et signifiant « maison », et de « -bure », mot décliné du latin burrus et signifiant « brun foncé », ou « roux » ou encore « rouge », fait référence, dans le cas de Nouans, à un établissement d'accueil, une hôtellerie. Ce toponyme, mentionné en 1352, est associé à la présence d'un ancien chemin, le Columniacu (« domaine aux grandes colonnes »), un itinéraire qui se déploie entre Villeloin-Coulangé et Nouans[36].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a livré des outils et des pièces d'armement attribués aux périodes paléolithique et néolithique[61],[62]. Une meule, d'aspect trapézoïdale, et constituée d'une plaque fabriquée à partir de silex datés du Turonien, a notamment été mise en évidence au lieu-dit « Les Ébattés »[61]. Une deuxième meule a été recueillie sur le site de « La Pauvredilière ». La pièce lithique retrouvée à La Pauvredilière mesure 34 cm de long et ses deux faces présentent chacune une forme concave[63]. À environ 800 m en axe sud des Ébattés, des pointes de flèche, pourvues de deux ailerons et d'une sorte de tige, ont été signalées lors d'opérations archéologiques[62].

Le site de Cloffy a également fourni, bien que sous forme fragmentée, une autre meule fabriquée au moyen d'un grès de couleur brune et présentant des agglomérats à caractère ferrugineux[61].

Photographie en couleurs de plusieurs pierres polies disposées en éventail.
Exemples de haches polies en fibrolite datant du néolithique[Note 5].

Par ailleurs, situé à 300 m en axe sud de l'« Idée », un gisement a délivré différentes pièces d'outillage, dont notamment une pierre à aiguiser en granite rose[62]. Ces artefacts, lors de leur découverte, étaient associés à des haches, certaines conçues en silex, et d'autres fabriquées à partir de jaspe[62]. Enfin, d'autres objets lithiques, telles que des haches polies faites de fibrolite, viennent compléter l'inventaire des pièces attribuables à cette période[64]. L'ensemble de ces artefacts indiquent une très probable occupation humaine du territoire nouanais au cours de l'époque néolithique[64],[61], apparemment concentrée sur les versants des vallons[65].

Ce sont au total 124 sites et découvertes relatifs à cette période qui ont été inventoriés par Gérard Cordier sur l'ensemble du territoire de la commune[66].

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Sites paléosidérurgiques de Nouans-les-Fontaines[Note 6],[67].
Les sites et toponymes évoquant l'activité sidérurgique figurent en rouge ou en rose bordé de rouge (enceintes).

Plusieurs enceintes protohistoriques associées à des ateliers d'extraction et de traitement du minerai sidérurgique, datant de l'âge du fer, sont recensées dans un périmètre réduit sur le territoire communal[68],[69],[70]. Ces constructions quadrangulaires, qui possèdent une longueur comprise entre 60 et 140 m pour une largeur allant de 55 à 155 m (soit un rapport d'environ 1,4), sont formées d'un fossé doublé d'un talus composé de terre et dont chaque angle est augmenté d'une petite éminence circulaire ; en outre, ces enclos de fortifiés disposent, pour la plupart, d'au moins un accès[71].

L'une de ces structures, dont le plan se présente sous l'aspect d'un trapèze, a été mise en évidence dans les années 1970 par des clichés réalisés au moyen de prospections aériennes[72],[73]. La photographie de ce site montre des contours, probablement des fossés, de couleur vert sombre ; ils apparaissent blancs sur un cliché de l'IGN en 1974, probablement en raison de la résurgence d'argile ou de calcaire[72]. Les fouilles effectués sur l'un de ces gisements, situé au lieu-dit de « l'Idée », ont notamment permis de dégager un four à réduction directe muni d'une plaque confectionnée à partir d'argile et de rognons de silex[69],[70]. Bien que ces pièces archéologiques aient été attribuées à l'époque laténienne (second âge du fer) par Gérard Cordier en raison de leurs fortes similarités avec les bas-fourneaux retrouvés dans la région du Siegerland ou ceux mis au jour dans le Jura bernois, cette datation demeure, en l'absence d'éléments matériels suffisants, peu ou pas assez fiable[69],[73]. En revanche, le toponyme Champ bleu, site ayant livré des traces d'exploitations minières, indique une ancienne activité sidérurgique[73]. Les scories retrouvées sur place sont, en raison de l'imperfection des techniques d'extraction du fer de l'époque, encore fortement métallisées et elles sont même, au XIXe siècle, récupérées pour être à nouveau utilisées dans des forges à Luçay-le-Mâle[49].

Antiquité[modifier | modifier le code]

La période antique, par contre, est assez mal documentée. Au cours de l'époque gallo-romaine, plus précisément au Haut-Empire, bien qu'il soit localisé à la frontière du territoire biturige, le site de Nouans, fait a priori partie intégrante de la civitas des Turones[70].

Une tombe gallo-romaine, dite « à épée », pouvant s'apparenter aux sépultures qui appartiennent au groupe de « Fléré », aurait été mise en évidence au hameau de Mazère[70]. Le mobilier inséré dans la sépulture, de type « aristocratique », se compose notamment d'une épée, la probable présence d'un casque ayant été également signalée[70]. Selon son découvreur, l'abbé Bourderioux, cette pièce d'armure présenterait de fortes similitudes avec le casque d'Agris[70]. Cependant, en l'absence de matériel archéologique suffisamment conséquent, d'études, d'analyses et de publications abouties, les découvertes effectuées au sein de cette tombe ne peuvent être interprétées avec certitude[70]. Des fragments de tegulae, indices de constructions antiques, ont également été trouvés à proximité[74].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Quelques sarcophages d'époque mérovingienne ont sans doute été mis au jour, mais perdus[26]. Lors de leur découverte, à la fin des années 1930, ces cercueils datés du Haut Moyen Âge, mis en évidence à l'ouest du centre-bourg, sont apparus, pour nombre d'entre eux, sous la forme d'une simple sépulture plate, certains isolés et d'autres regroupés[75] ; cet éparpillement laisse supposer, selon Gérard Cordier, l'existence d'une nécropole[75]. Néanmoins, en raison d'une quasi-absence de fouilles approfondies et programmées, ces tombeaux mérovingiens n'ont révélé que peu d'indices concernant leur viatique, leur disposition spatiale, leur conception artisanale, mais également les défunts auxquels ils étaient destinés[75]. Il est possible que ces sépultures soient liées à la présence d'un premier édifice cultuel à proximité[76].

Une motte castrale, située au nord du bourg, est mentionnée dans un cartulaire du début du XIIIe siècle[77]. À la même époque, les sources historiques évoquent quelques aménagements ou constructions à Nouans-les-Fontaines : l'église en 1200, un four en 1216 et une voie en 1126[78]. Les textes évoquent également un enclos autour de l'église, limité par des fossés disparus au XIXe siècle et peut-être partiellement bâti ou incluant le cimetière médiéval[31]. L'église puis cet enclos structurent le village qui se construit autour d'eux[76]. L'existence de la paroisse est d'ailleurs attestée dès l'an 1100[79].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La Réforme protestante s'implante en Touraine au XVIe siècle, avec une communauté forte d'environ 2 000 fidèles à Tours, recrutés notamment parmi les artisans du textile, et accompagnés par deux ou trois pasteurs[80]. Alors qu'à Tours, la réaction antiprotestante est brutale dès 1561, l'édit d'Amboise de 1563, qui prévoit une certaine liberté de conscience, protège le culte privé dans les localités sans église. D'autres îlots protestants tourangeaux subsistent, notamment au sud de la Loire, à Chinon et l'Île Bouchard, également à Montoire, ainsi qu'à Vendôme, ville dans laquelle Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret ont implanté le culte protestant. L'influence des protestants à Nouans quant à elle est forte, pendant les guerres de Religion. La ligue catholique s'y implante à son tour, se livrant à des pillages et des saccages[81], les ligueurs s'installant au château de Cloffy[82].

Présenté à l'occasion des États généraux de 1789, le cahier de doléances du tiers état pour la paroisse de Nouans reprend des demandes communément exprimées dans ce type de document : simplification du système d'imposition et suppression de la plupart des privilèges, pour une gestion de la nation plus rigoureuse et plus juste[83]. Vers la fin du XVIIIe siècle, dans les années 1795-1796, alors que l'arrondissement de Loches est en proie à des conflits à caractère politique opposant les partisans du royalisme à ceux enclins au courant républicain, la commune de Nouans, alors fief du « curé bleu Goupy », se révèle favorable à la Première République[84].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Dessin représentant le plan d'une commune.
Plan d'assemblage cadastral de Nouans au début des années 1830.

Les premiers remaniements et assemblages cadastraux de la commune sont réalisés au début des années 1830[52]. En , alors que se déroule le second plébiscite, qui permet à Napoléon III d'asseoir sa légitimité, l'ancien président, élu empereur, recueille la quasi-unanimité des suffrages de la commune : 273 des 275 votants (pour un total de 317 inscrits), se prononcent favorablement[85].

La gare de Nouans-les-Fontaines.

En 1902, la ligne ferroviaire Ligueil-Loches-Écueillé est mise en chantier. Le chemin de fer à voie métrique, concédé à la compagnie des chemins de fer départementaux passe par Nouans-les-Fontaines où une gare est construite. L'inauguration du tronçon est de la ligne a lieu en 1907 ; la gare d'Écueillé accueille déjà le chemin de fer du Blanc-Argent, ce qui devrait augmenter le trafic sur la ligne nouvelle[86] mais les prévisions ne sont pas atteintes et la ligne ferme en 1949, comme la plupart des autres lignes départementales[87].

Photographie en couleur d'un monument commémoratif.
Monument aux morts.

La Première Guerre mondiale fait 72 victimes dans les rangs des conscrits nouanais[88]. Entre 1940 et le , durant l'occupation allemande, Nouans-les-Fontaines, qui se trouve à quelques dizaines de kilomètres de la ligne de démarcation, fait partie des 57 communes de la zone libre lochoise[89]. Lors de la Guerre de 1939-45, ce sont 14 personnes qui meurent, certaines à Nouans-les-Fontaines même[88], pendant l'été 1944 : alors que les Allemands cherchent à quitter la région même s'ils tiennent encore plusieurs places importantes comme Loches, de violents combats les opposent aux maquis locaux[Note 7]. Le , à Nouans, à la ferme des Lambinet, sept civils et un garde-chasse font l'objet d'une arrestation puis d'une exécution par les troupes allemandes[91],[90]. Le matin du 29 août, ils exécutent six habitants d'une ferme lors d'une opération de représailles. L'après-midi du même jour, un autre groupe de soldats allemands incendie plusieurs fermes et tue un otage au sud de Nouans[92]. Nouans-les-Fontaines est l'une des dernières villes de la partie sud-est de l'Indre-et-Loire à se voir libérée par les forces alliées[91]. Deux autres soldats originaires de la commune meurent ultérieurement, l'un en Indochine, l'autre en Algérie[88].

Le plan cadastral de Nouans fait l'objet d'une rénovation en 1954[93]. En octobre 2013, un projet d'implantation de 6 éoliennes pour une puissance globale de 12 mégawatts est lancé sur le territoire de la commune[Note 8]. Des études d'impact environnemental sont réalisées en 2014[95] et, en , le projet fait l'objet d'une enquête publique[96]. De nombreuses oppositions se manifestent[97] et, le , le préfet de région annonce le rejet du projet en raison de son impact négatif sur le paysage[98].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un bâtiment portant l'inscription « HOTEL DE VILLE» en façade et décoré de drapeaux.
Hôtel de ville de Nouans.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Nouans-les-Fontaines est, depuis le redécoupage cantonal de 2014, l'une des 29 communes qui composent le canton de Loches[99]. Elle est également rattachée à l'arrondissement de Loches[100] et à la 3e circonscription de l'Indre-et-Loire[101].

Depuis le et la suppression du tribunal d'instance de Loches, le tribunal d'instance de Tours est compétent pour l'ensemble du département. Toutes les juridictions intéressant Nouans-les-Fontaines sont ainsi regroupées à Tours, à l'exception du tribunal administratif et de la cour d'appel qui siègent à Orléans[102], préfecture de la région Centre-Val de Loire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Nouans-les-Fontaines faisait partie, jusqu'au , de la communauté de communes de Montrésor (CCM)[103] qui exerçait ses compétences dans les dix communes constituant l'ancien canton de Montrésor. Depuis le , la commune est intégrée à la nouvelle communauté de communes Loches Sud Touraine qui reprend les mêmes attributions dans un périmètre géographique élargi à 68 communes[104].

Le syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (SIEIL), fondé en 1937, assure le contrôle et la coordination de l'ensemble des concessionnaires opérant sur l'Indre-et-Loire dans le domaine de la distribution de gaz et d'électricité ; il intervient également sur le renforcement des réseaux de distribution d'électricité[105]. Pour toutes les communes d'Indre-et-Loire, Tours exceptée, l'adhésion au service « Électricité » du SIEIL à titre individuel est rendue obligatoire par arrêté préfectoral en date du [106]. Nouans-les-Fontaines a également choisi de bénéficier du service « Gaz » du SIEIL[107].

Le syndicat mixte Touraine propre regroupe plusieurs communautés de communes ou syndicats mixtes intercommunaux d'Indre-et-Loire. Il a pour rôle de favoriser et fédérer les actions en matière de réduction et de valorisation des déchets ménagers. Nouans-les-Fontaines y est rattachée, au travers de l'adhésion collective de la communauté de communes dont elle fait partie[108].

Nouans est concernée par le périmètre de gestion des eaux du « SAGE Cher aval », une zone qui s'étend sur 148 communes et recouvre une superficie d'environ 2 400 km2[109].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle la plus récente[modifier | modifier le code]

En 2017, au deuxième tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron (En marche !), élu, a obtenu 58,81 % des voix et Marine Le Pen (FN), 41,19 %. Le taux de participation s'est élevé à 81,22 %[110].

Élection municipale la plus récente[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 15[111].

Lors des élections municipales de 2014, les quinze conseillers municipaux ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 74,76 %[112].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1792 avril 1794 Antoine Augé   Tailleur
Les données manquantes sont à compléter.
octobre 1802 10 mars 1803[Note 9] Jean-Marie Durand   Équarisseur, propriétaire foncier
novembre 1803 avril 1816 Louis Mardelle   Marchand meunier
mai 1816 juillet 1846 Hyacinthe L'Huillier Delamardelle   Propriétaire foncier
juillet 1846 avril 1859 Valentin Loiseau   Propriétaire foncier
avril 1859 mai 1884 Jules Bernardeau   Propriétaire foncier
mai 1884 25 septembre 1894[Note 10] Hermand Bigault   Négociant, meunier
novembre 1894 mai 1925 Louis Bigot RG Meunier, conseiller général d'Indre-et-Loire en 1910[113].
mai 1925 juin 1933 Auguste Simon   Agriculteur
juillet 1933 mai 1953 Albert Blanchet SFIO Bourrelier
mai 1953 mars 1971 René Jourdain   Chef d'entreprise
mars 1971 mars 2008 Maurice Bourdin[114]   Chef d'entreprise
mars 2008 mars 2014 Bernard Martineau   Agriculteur
mars 2014 En cours Éric Moreau DVD Agriculteur

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Eau potable et assainissement[modifier | modifier le code]

Quatre forages exploitant les nappes du Cénomanien ou du Turonien assurent l'alimentation en eau potable de Nouans-les-Fontaines et des neuf autres communes de l'ancienne communauté de communes de Montrésor dans le cadre d'un dispositif entièrement mutualisé. En 2015, 5 700 foyers sont raccordés à ce réseau sur le territoire des dix communes couvertes[115].

L'assainissement des eaux usées de Nouans-les-Fontaines repose, de manière collective, sur une station d'épuration par lagunage naturel d'une capacité de 720 EH (équivalent-habitant), avec rejet des eaux épurées dans la Tourmente[116] en aval du bourg.

Déchets ménagers[modifier | modifier le code]

Le traitement et la collecte des déchets ménagers sont pris en charge par la communauté de communes qui confie cette mission à une entreprise privée. Déchets ménagers et recyclables sont collectés en porte-à-porte de manière hebdomadaire ; une déchèterie est installée dans la commune ; des conteneurs fixes collectent verre et papiers[117].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau qui suit détaille l'évolution de la capacité d'autofinancement (CAF), un des indicateurs des finances locales de Nouans-les-Fontaines, sur une période de onze ans[118] :

Capacité d'autofinancement (CAF) à Nouans-les-Fontaines de 2006 à 2016
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 500 à 2 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé (FPU).
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Nouans-les-Fontaines 95 116 66 97 103 160 155 120 104 131 139
Moyenne de la strate 161 167 166 162 173 194 194 187 188 180 186

CAF de Nouans-les-Fontaines CAF moyenne de la strate
Ordonnées du graphique : valeurs de la CAF exprimées en €/habitant.

Sur la période considérée (entre 2005 et 2016), la capacité d'autofinancement de la commune[Note 11] demeure strictement et largement inférieure à la valeur moyenne de la strate[118]. Le « résultat comptable »[Note 12], très variable selon les années, est régulièrement inférieur à celui de la strate[118]. Enfin, le fonds de roulement[Note 13], toujours positif, évolue autour de la moyenne de la strate[118],[Note 14].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Nouans-les-Fontaines sont les Nouanais[55].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les premières informations précises sur la population de la paroisse de Nouans datent de 1605, avec les registres paroissiaux des baptêmes. En 1691, la population de la paroisse est de 228 feux[122].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[123]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[124].

En 2016, la commune comptait 759 habitants[Note 15], en diminution de 4,29 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0071 0191 1231 1651 1971 1551 0011 1071 140
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1591 2391 2991 3191 3131 4101 4451 4761 462
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5191 5291 4411 3071 3231 3471 3331 2791 251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1581 015872879828789790793759
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[125] puis Insee à partir de 2006[126].)
Histogramme de l'évolution démographique
Soldes de variation annuelle de la population de Nouans-les-Fontaines
exprimés en pourcentages[Insee 4].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2009 2009 - 2014
Taux de variation annuel de la population Baisse - 2,2 % Augmentation + 0,1 % Baisse - 0,7 % Baisse - 0,5 % Stagnation 0,0 % Baisse - 0,2 %
Solde naturel - 0,1 % - 0,5 % - 0,6 % - 0,1 % - 0,3 % - 0,7 %
Solde migratoire - 2,1 % + 0,6 % - 0,2 % - 0,3 % + 0,3 % + 0,5 %

Lors du dernier recensement statistique effectué par l'Insee au , la population municipale de Nouans-les-Fontaines était de 770 habitants[Insee 5], accusant ainsi une baisse de 11 habitants par rapport au recensement précédent[Insee 6]. Hormis une légère augmentation de son solde naturel, entre 1975 et 1982, résultant essentiellement du solde migratoire de la commune, cet indicateur statistique a globalement diminué depuis 1968[Insee 4]. Par ailleurs la commune a perdu une trentaine d'habitants entre 2012 et 2017 ; le maire pointe du doigt les règles immobilières prescrites par l'architecte des bâtiments de France, qui rendent les bâtiments du centre-ville moins attractifs en raison du surcoût imposé à leurs aménagements par la proximité de l'église (monument historique)[127].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Nouans-les-Fontaines en 2014 (valeurs en pourcentage)[Insee 7],[Note 16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
1,8 
10,6 
75 à 89 ans
14,3 
25,5 
60 à 74 ans
21,2 
21,2 
45 à 59 ans
24,0 
14,9 
30 à 44 ans
15,6 
11,7 
15 à 29 ans
11,3 
15,2 
0 à 14 ans
11,8 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2014 (valeurs en pourcentage)[Insee 8],[Note 16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
1,9 
7,5 
75 à 89 ans
10,3 
15,3 
60 à 74 ans
16,1 
19,9 
45 à 59 ans
19,2 
19,0 
30 à 44 ans
17,9 
18,8 
15 à 29 ans
17,9 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

La population nouanaise est globalement plus âgée que la moyenne départementale. Les habitants âgés de moins de 45 ans représentent 42,9 % de la population communale[Insee 9], alors qu'ils sont 54,3 % au niveau départemental[Note 17].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc de bâtiments entourés d'une clôture.
Anciens bâtiments de l'école de Nouans.

Dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal avec sa voisine Orbigny, Nouans-les-Fontaines accueille, pour l'année scolaire 2016-2017, les enfants des deux communes scolarisés dans l'école maternelle. L'autre commune du regroupement accueille les élèves de l'école élémentaire[128]. Un dispositif de transport scolaire est mis en place entre les deux chefs-lieux communaux.

La carte scolaire pour la rentrée 2016 prévoit la scolarisation des étudiants de Nouans-les-Fontaines dans le collège de Montrésor et le lycée de Loches[129]. Le transport scolaire, distinct de celui organisé pour les élèves du cycle élémentaire, est assuré entre les différentes communes concernées.

Vie culturelle et sportive[modifier | modifier le code]

Équipements collectifs[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un long bâtiment aux murs blancs et à la toiture d'ardoises avec de larges baies vitrées.
Salle polyvalente.

La commune possède, depuis le milieu des années 1960, une piscine découverte[130]. C'est la troisième commune du département à se doter d'un tel équipement. Un court de tennis et un gymnase sont également à la disposition des habitants[26]. Un stade municipal, à découvert, est également implanté sur le territoire communal. Ouvert en 1982, ce complexe sportif, long de 110 m pour 60 de large et une surface d'évolution de 51 878 m2, est destiné à la pratique du football et du football en salle[131],[132]. Cette installation sportive est munie de vestiaires et aménagée d'un parking comportant 28 places[132],[131].

La commune dispose par ailleurs d'une salle polyvalente[133].

Tissu associatif[modifier | modifier le code]

Le site net1901.org recense 32 associations loi 1901 ayant leur siège à Nouans-les-Fontaines. Elles interviennent dans le domaine du sport, de la culture ou de l'activité sociale[134].

Foires, marchés et événements culturels ou sportifs[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose actuellement d'aucun marché régulier[135]. En revanche, une foire, la « foire aux brochettes », est traditionnellement organisée à Nouans. La 55e édition de ce rendez-vous culturel s'est déroulée en 2015[136],[137].

Plusieurs expositions temporaires se tiennent au long de l'année à la Maison Jean Fouquet et dans les locaux du musée archéologique « Le Temps d'une rencontre »[138],[139].

Des concours hippiques, organisés par l'association « Nouans Jump », se déroulent régulièrement au domaine du Moulin Neuf, un complexe équestre qui possède des écuries et des aménagements permettant l'élevage des chevaux[140],[141],[142],[143].

Santé et services d'urgence[modifier | modifier le code]

Centre des pompiers.

Aucun médecin généraliste n'est installé à Nouans-les-Fontaines, les plus proches exerçant à Montrésor ou Écueillé. L'hôpital le plus proche est, en 2017, le centre hospitalier de Châtillon-sur-Indre[144].

Un centre de première intervention des sapeurs pompiers est implanté à Nouans-les-Fontaines[145].

Médias et numérique[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest consacre quelques pages de son édition Indre-et-Loire, Touraine Est, à l’actualité du canton de Loches. La chaîne de télévision TV Tours Val de Loire et la station de radio France Bleu Touraine relaient les informations locales.

La commune ne possède pas en 2017 de réseau à haut débit par fibre optique[146].

Cultes[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un bâtiment religieux
L'église Saint-Martin.

Le territoire de Nouans-les-Fontaines est rattaché à la paroisse de Montrésor au sein du doyenné de Loches, lui-même partie de l'archidiocèse de Tours, au même titre que six autres doyennés[147]. En 2017, l'église Saint-Martin de Nouans-les-Fontaines est l'un des lieux de culte catholique de cette paroisse où des offices sont célébrés[148].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2015, le revenu fiscal médian par ménage est de 28 076 €, alors que la moyenne départementale s'établit à 32 011 € et que celle de la France métropolitaine est de 32 409 €[Insee 10]. Pour l'année 2013, le revenu disponible par ménage était de 18 463 €[Insee 11], tandis que la moyenne au niveau départemental s'élevait à 20 403 €[Insee 12].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Ensemble des données entrepreunariales et salariales[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant a pour objectif de détailler le nombre d'entreprises implantées en 2014 à Nouans-les-Fontaines selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[Insee 13] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 88 100 68 17 2 1 0
Agriculture, sylviculture et pêche 30 34,1 23 7 0 0 0
Industrie 5 5,7 1 1 2 1 0
Construction 1 1,1 0 1 0 0 0
Commerce, transports, services divers 44 50,0 38 6 0 0 0
dont commerce et réparation automobile 15 17,0 13 2 0 0 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 8 9,1 6 2 0 0 0
Champ : ensemble des activités.

En 2016, 7 nouveaux établissements ont été crées, dont 85,7 % dans le domaine des services[Insee 14]. Par ailleurs, concernant l'exercice 2015, sur l'ensemble des 88 structures entrepreunariales implantées au sein du territoire communal, 62,5 % appartiennent à la sphère dite productive[Insee 15]. Les emplois satisfaisant les besoins locaux demeurent fortement minoritaires puisque leur part est de 20,5 % sur l'ensemble des postes salariés[Insee 15].

Malgré tout, la fragilité globale de son économie communale vaut à Nouans-les-Fontaines d'être classée en zone de revitalisation rurale par arrêté du [149].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous a pour but de présenter, en données chiffrées et répertoriées sur une période de 22 ans, une synthèse des principales caractéristiques des exploitations agricoles de Nouans-les-Fontaines[150] :

Photographie en noir et blanc d'un espace agricole pour bétail entouré par des bâtiments en arrière-plan et une haie de buissons au premier plan.
Pâturages et bétail à Nouans-les-Fontaines.
Évolution de l'agriculture à Nouans-les-Fontaines (37)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 71 43 29
Équivalent Unité de travail annuel 93 53 41
Surface agricole utile (SAU) (ha) 3 784 3 460 3 363
Cheptel (nombre de têtes) 1 760 1 535 2 040
Terres labourables (ha) 3 371 3 304 3 209
Cultures permanentes (ha) 8 2 Non renseigné[Note 18]
Surface toujours en herbe (ha) 400 151 154
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 24,79 80,47 115,97

Les données relevées sur la période de référence mettent en évidence que le nombre des exploitations agricoles, passant de 71 en 1988 à 29 en 2010, diminue fortement au profit d'une importante augmentation de leur surface moyenne[150]. A contrario, le cheptel, bien qu'il ait été marqué par une baisse en 2000, progresse malgré tout d'environ 15,9 % sur 22 ans[150]. Par ailleurs, les dernières observations réalisées par le Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt en 2000 et 2010, montrent que le secteur agricole de la commune s'oriente vers la polyculture et le polyélevage[150].

Industrie, commerce et services[modifier | modifier le code]

L'emplacement de Nouans-les-Fontaines, au carrefour de plusieurs voies au trafic important et à mi-chemin entre les pôles de Saint-Aignan-sur-Cher et Châtillon-sur-Indre, est un élément favorable à l'implantation et au développement d'une économie locale forte[26].

Une entreprise fabricant des équipements pour salles de sport[151] — qui est le leader européen dans ce domaine —[152] est, avec 52 salariés en 2016, le plus gros employeur de main d'œuvre de la commune mais d'autres entreprises, fabriquant de mobilier[153],[154], carrossier automobile[155], coopérative agricole, fabricant de tuyaux en PVC[156], aménageur paysager[157], grossiste dans le domaine de l'agroalimentaire[158], ont également un poids non négligeable dans l'économie de la commune[159].

Nouans-les-Fontaines propose à ses habitants plusieurs commerces de proximité : épicerie et produits locaux[160], boulangerie-pâtisserie, café et pizzeria. Une agence postale est ouverte dans la commune[161].

Aucun établissement ou structure touristique de type hôtel, camping, ou hébergement collectif n'a été recensé sur le territoire communal en 2018[Insee 16]. Les services de plusieurs gîtes ruraux[162] et chambres d'hôtes[163] sont toutefois proposés à Nouans-les-Fontaines.

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux suivants révèlent les chiffres-clés de l'emploi à Nouans-les-Fontaines et leur évolution de 2009 à 2014[Insee 17],[Insee 18] :

Structure de la population active de Nouans-les-Fontaines (37)
entre 2009 et 2014.
Nouans-les-Fontaines 2009 Nouans-les-Fontaines 2014 Évolution
Population de 15 à 64 ans 470 448 Baisse - 4,68 %
Actifs (en %) 71,9 78,2 Augmentation + 8,76 %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 62,6 69,9 Augmentation + 12,89 %
Chômeurs (en %) 9,3 9,0 Baisse - 3,2 %
Évolution de l'emploi à Nouans-les-Fontaines (37) en 2009 et 2014.
Nouans-les-Fontaines 2009 Nouans-les-Fontaines 2014 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 191 188 Baisse - 1,57 %
Indicateur de concentration d'emploi 64,6 59,9 Baisse - 7,27 %

Sur la période considérée, tout comme il demeure inférieur à celui de l'échelon métropolitain[Insee 19], le taux de chômage au niveau communal évolue à l'opposé de celui de l'échelon régional (qui est en forte hausse), passant de 9,3 % en 2009 à 9,0 % en 2014, accusant ainsi une baisse de 3,2 % sur 5 ans[Insee 17],[Insee 20]. Toutefois, la population active se révèle en forte croissance, puisqu'elle présente un taux de 71,9 % en 2009, pour s'élever à un niveau de 78,2 % en 2014, soit une augmentation de 8,76 %[Insee 17].

En 2014, seuls 109 des 315 actifs dotés d'un emploi et résidant à Nouans-les-Fontaines travaillent dans la commune elle-même[Insee 21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une église dont le clocher est revêtu d'ardoises.
L'église Saint-Martin.

L'église Saint-Martin de Nouans-les-Fontaines est un édifice gothique du XIIIe siècle repris au XVe siècle. Il est inscrit au titre des monuments historiques[164].

Elle contient une peinture sur bois, probable panneau d'un retable attribué au peintre tourangeau Jean Fouquet, dit la pietà de Nouans, découverte en 1931. Cette œuvre constitue le seul retable connu de l'artiste. Il a été peint dans la deuxième moitié du XVe siècle. Le commanditaire, représenté en surplis blanc à droite pourrait être Jacques Jouvenel des Ursins, archevêque de Reims[165].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bâtiments[modifier | modifier le code]
Ancienne carte postale de Nouans-les-Fontaines représentant le château de Cloffy.
Le château de Cloffy.

Le château de Cloffy, situé dans le sud-est de Nouans, à environ 2,3 km de la commune d'Écueillé[166], dont le domaine a été antérieurement désigné sous le nom de « Cleoffy », se présente comme une ancienne demeure seigneuriale du XVIe siècle reconstruite au XIXe siècle[82]. Le château de Cloffy a appartenu à la famille L'Huillier de la Mardelle au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle[167],[168],[169]. En 1590, alors que se déroulent, dans l'ensemble du Lochois, les événements liés à la 8e guerre de religion, l'édifice en plein tombe aux mains des ligueurs[82],[166]. Le château nouanais est cependant rapidement repris par les habitants de la commune appuyés par les unités stationnées de Loches et de Beaulieu[166]. De l'édifice primitif subsiste une tour pourvue de créneaux attenante au logis moderne du début du XIXe siècle[81]. Un porche également crénelé et toujours en place séparait, au XIVe siècle, les possessions des moines de Villeloin du seigneur de Montrésor, qui se partageaient les bois de Cloffy[170]. Enfin, une fuie, datée du XVIe siècle, est incorporée aux communs[171],[56].

Ancienne photographie ou carte postale figurant l'actuel châteu du Plessis et son domaine, à Nouans-les-Fontaine.
Vue d'ensemble du château du Plessis et de son domaine.

Le château du Plessis, qui a été précédé d'une première bâtisse, a été construit sur un ancien fief dont il est fait mention dès 1209 — « Plessiacus in Parochia de Noento [...] Hebergamentum de Plessio »[172]. Le domaine du Plessis et son ancien logis, dont l'ensemble est, au début du XIIIe siècle, pourvu d'une enceinte fortifiée, ont été successivement la propriété d'Hélie d'Argy, jusqu'en 1217, puis celle de Geoffroy de Murcens, jusqu'en 1226[172],[173]. À partir de cette date, ce fief, ayant fait l'objet d'une cession de bien, relève désormais de l'abbaye de Villeloin-Coulangé[172],[173]. Dans la seconde moitié du XIVe siècle, en 1359, alors que se déroulent les événements afférant à la Guerre de Cent Ans, le domaine nouanais, à cette époque connu sous le nom de « Plessis-l'Abbé », fait l'objet d'une invasion par les troupes anglaises occasionnant ainsi le ravage de ses structures fortifiées[172]. Le Plessis, dont l'occupation par les unités Britanniques se prolonge sur une durée d'environ 2 ans, se voit libéré par les troupes de Pierre de Palluau[172]. Ultérieurement, sous la révolution française, l'ancien château de Plessis et ses dépendances, qui appartenaient jusqu'alors à l'abbaye de Villeloin, sont cédés au titre de biens nationaux en application du décret voté au 2 novembre 1789[172]. Le château, sous sa forme actuelle, aurait été érigé vers la fin du XIXe siècle[174]. Hormis son corps de logis, le domaine, dont la surface se développe sur une surface totale d'environ 286 ha, dispose de plusieurs autres bâtiments[174]. L'ensemble de ces annexes, principalement destinées à l'élevage de chevaux et à l'activité agricole, est constitué de deux fermes sur les quatre ayant antérieurement existé, d'une écurie et d'un haras[174].

Le fief de la Sabardière est connu dès 1324 au travers d'une mention dans une charte émise par Geoffroy de Palluau, seigneur de Montrésor ; le fief appartient alors à un seigneur local connu sous le nom de Perrot Sabart[175],[176]. Une enceinte en terre semble être le seul vestige du château médiéval[177]. Au XVe siècle, un château vaste est construit, longtemps propriété de la famille de Maussabré, mais il fait place au XIXe siècle à un édifice plus modeste. Il ne reste du premier logis seigneurial qu'une tourelle d'escalier polygonale incluse dans les constructions récentes. Une tour-porche massive, qui contrôlait l'entrée du château, subsiste également mais elle a perdu le pont-levis qui permettait de franchir les douves, comblées[175]. Son rez-de-chaussée conserve cependant la trace d'une porte charretière et d'une poterne[178].

Trois tuileries ont fonctionné au XIXe siècle, exploitant l'argile extraite localement en bordure des forêts au sud-est du territoire, mais toutes ont cessé leur activité au plus tard en 1910. Deux d'entre elles sont portées à l'inventaire général du patrimoine culturel mais il n'en subsiste qu'une, en mauvais état[179],[180],[181].

Un lavoir, situé au nord-ouest du centre-bourg, est également inventorié sur le territoire communal[182],[183]. Le plan de projet de construction du bassin public de Nouans-les-Fontaines est réalisé en 1921[183].

Musées[modifier | modifier le code]

Un immeuble, appelé maison Jean Fouquet, a été racheté par la municipalité, puis a fait l'objet d'un réaménagement afin d'accueillir une exposition permanente consacrée au peintre Jean Fouquet. Cet établissement muséographique a été inauguré en 2008[184],[185].

Un musée, appelé « Le Temps d'une rencontre », est consacré aux fouilles et découvertes archéologiques réalisées sur le territoire de Nouans et des communes alentour est implanté rue du Lavoir. Il abrite une exposition permanente essentiellement orientée sur les travaux de recherche de Gérard Cordier et les artefacts préhistoriques, tels que des racloirs, des percuteurs, des nucléus ou encore des haches polies[186].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Nouans-les-Fontaines ne dispose pas de zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[187], ni d'aire protégée[188].

L'Inpn a inventorié 822 espèces et infra-espèces sur le territoire communal[189]. Sur cet ensemble faunique et floristique, 322 espèces bénéficient d'un statut de protection légale postérieur à 1950[190] et 37 sont répertoriées en tant qu'espèces menacées[191].

Parmi les taxons aviaires ayant été observés et recensés sur son territoire, la commune compte le Phragmite des joncs, la Rousserolle effarvatte, le Chevalier guignette, la Mésange à longue queue (ou Orite à longue queue), l'Alouette des champs, le Martinet noir, la Grande Aigrette, le Pipit des arbres, l'Héron cendré, le Fuligule milouin, l'Œdicnème criard, le Circaète Jean-le-Blanc, le Grimpereau des jardins, le Chardonneret élégant, le Busard Saint-Martin, le Grosbec casse-noyaux et la Linotte mélodieuse[189].

La Salamandre tachetée, le Lézard à deux bandes (ou Lézard à deux raies) et le Lézard vivipare font partie des taxons amphibiens nichant sur le territoire communal[189].

Nouans-les-Fontaines abrite plusieurs insectes dont l'Æschne bleue, l'Æschne paisible, le Cordulégastre annelé, le Flambé et le Pennipatte bleuâtre[189].

Le cerf élaphe, le sanglier, et le chevreuil font partie de la faune mammalienne observée sur le territoire communal[189].

Les eaux de Nouans abritent des taxons de poissons tels que la carpe à la lune, la Perche soleil et la Loche franche, ainsi qu'une espèce appartenant à la super-classe des agnates, la Lamproie de Planer[189].

La biodiversité floristique de la commune est représentée par des herbacées telles que l'orchis incarnat, l'épipactis des marais, le gaillet glauque, l'ononis pusilla — nom vernaculaire : bugrane naine ou ononis de Colonna —, l'aigremoine eupatoire, le calament népéta ou encore le bugle de Genève ; et des essences arbustives, dont l'érable sycomore, le bouleau pubescent et le charme[189].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage des fromages sainte-maure-de-touraine et Valençay, ces deux produits bénéficiant d'une appellation d'origine protégée (AOP) au niveau européen et d'une appellation d'origine contrôlée (AOC) au niveau national[192].

Rillettes de Tours, volailles du Berry et 120 types de vins tranquilles ou effervescents, tels que les val-de-loire blanc, Allier rouge ou Allier rosé, bénéficient d'une indication géographique protégée (IGP) s'ils sont produits sur le territoire de Nouans-les-Fontaines[192].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monument aux morts d'Amboise par Camille Garand
  • Jean Fouquet (v. 1420-v. 1480), peintre et enlumineur, est très probablement l'auteur de la Pietà de Nouans[193],[194].
  • Camille Garand (1879-1979), sculpteur et statuaire formé à l'École nationale supérieure des beaux-arts, est né à Nouans-les-Fontaines[195],[196] dont il a réalisé en 1921 le monument aux morts[197], ainsi qu'en 1924 celui d'Amboise[198].
  • Les L'Huillier de la Mardelle sont une famille nobiliaire et propriétaires du château de Cloffy[168],[167],[169] dont l'un des membres, Hyacinthe L'Huillier de la Mardelle, a été maire de Nouans au début du XIXe siècle[199].
  • Martin de Tours (316-397), évêque et saint, aurait possiblement séjourné à Nouans, au hameau du Bois des Prêtres[38] et de nombreux toponymes évoquent son souvenir : le vocable de l'église communale, l'hydronyme du principal ruisseau (le ruisseau Saint Martin), ainsi que le nom de la fontaine[200],[Note 19], située au lieu-dit de La Vaudière, source où le saint se serait rendu[38].
  • Les Maussabré sont une famille de chevaliers et d'ecclésiastes installée à Nouans-les-Fontaines du XIVe jusqu'au XVIIIe siècle et propriétaire du château de la Sabardière[202],[203],[204].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Briais (ill. Denise Labouyrie), Vagabondages en Val d'Indrois, Monts, Séria, , 127 p. (ISSN 1151-3012). 
  • Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. : Mémoires de la Société archéologique de Touraine., t. IV, Tours, Société archéologique de Touraine, , 433 p. (lire en ligne), pages 391 à 394. 
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 967 p. (ISBN 2 85443 136 7). 
  • Jean-Luc Flohic (dir.), Patrimoine des communes de France, t. 2, Flohic, , 1406 p. (ISBN 2-84234-115-5). .
  • Élisabeth Lorans, Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle - territoires, habitats et paysages, Tours, Publication de l'Université de Tours, , 289 p. (ISBN 2-86906-092-0). 
  • Robert Ranjard, La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, , 9e éd. (1re éd. 1930), 733 p. (ISBN 2 855 54017 8).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Réau est tributaire du Saint Martin[9]. En outre, le Réau prend sa source à la fontaine Saint Martin, située à 3,2 km du centre-bourg[10].
  2. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  3. Le toponyme du lieu-dit La Viaudière, lieu-dit marqué par la présence d'une fontaine, est également connu sous les termes La Vaudière et de La Veaudière[37],[38].
  4. Cette liste, non exhaustive, vise à illustrer l'évolution toponymique et les premières mentions des paroisses.
  5. Artefacts conservés au musée des antiquités nationales, à Saint-Germain-en-Laye
  6. L'une de ces enceintes, bien que rattachée à ce groupe, se trouve, au sud, dans la commune de Villedômain.
  7. Le , à proximité du centre de Nouans, une unité de corps franc venue de Clion fait l'assaut d'un véhicule allemand[90].
  8. Le projet d'implantation du parc éolien s'inscrit sur quatre lieux-dits : le Marchais de Lèches, Les Hauts de Pauvardière, Le Parc de Villeloin, Le Champ bleu et La Fontaine blanche[94].
  9. Jean-Marie Durand décède en cours de mandat le .
  10. Hermand Bigault décède en cours de mandat le .
  11. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus, c'est-à-dire le CAF - remboursements de dettes, s'ajoute aux recettes d’investissement — autrement dit : les dotations, subventions, plus-values de cession — pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[119].
  12. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement[120].
  13. Le « fonds de roulement », différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[121].
  14. Ces commentaires, qui ne reposent pas sur une analyse statistique des données présentées, n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  15. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  16. a et b En raison des valeurs arrondies à la première décimale fournies par l'Insee, les totaux peuvent apparaître inexacts.
  17. Ces commentaires, ne résultant pas d'une analyse statistique des données présentées, n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  18. Donnée soumise au secret statistique.
  19. Jean-Mary Couderc estime que la fontaine Saint Martin est reliée au vocable de l'église paroissiale, laquelle y aurait peut-être possédé des terrains[201].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Commune de Nouans-les-Fontaines (37173) - commune actuelle : Géographie », (consulté le 25 avril 2017).
  2. a b c d et e « Chiffres clés - Logement en 2014 à Nouans-les-Fontaines » (consulté le 23 juillet 2017).
  3. a b et c « Chiffres clés - Logement en 2014 en Indre-et-Loire » (consulté le 23 juillet 2017).
  4. a et b « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le 23 mai 2017).
  5. « Populations légales 2015 - Commune de Nouans-les-Fontaines (37173) », (consulté le 7 juin 2018).
  6. « Populations légales en vigueur à compter du . Recensement de la population - Arrondissements - cantons - communes. : Indre-et-Loire (37). » [PDF], (consulté le 23 mai 2017), pages 10 à 16.
  7. « Population par sexe et âge à Nouans-les-Fontaines en 2014 » (consulté le 20 juillet 2017).
  8. « Population par sexe et âge en Indre-et-Loire en 2014 » (consulté le 20 juillet 2017).
  9. « Commune de Nouans-les-Fontaines (37173) : POP T0 - Population par grandes tranches d'âges » (consulté le 7 juin 2018).
  10. « Fichier FILO_DEC_COM Revenus déclarés par communes en 2015 » (consulté le 8 décembre 2018).
  11. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2013 » (consulté le 1er mai 2017).
  12. « REV T3 - Distribution des revenus disponibles de l'année 2013 en Indre-et-Loire » (consulté le 1er mai 2017).
  13. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Nouans-les-Fontaines (37) au 31 décembre 2014 » (consulté le 7 juin 2018).
  14. « DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2015 à Nouans-les-Fontaines (37) » (consulté le 7 juin 2018).
  15. a et b « CEN T3 - Établissements selon les sphères de l'économie au à Nouans-les-Fontaines (37) » (consulté le 7 juin 2018).
  16. « Tourisme en 2018 - Commune de Nouans-les-Fontaines (37173) » (consulté le 7 juin 2018).
  17. a b et c « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 23 juillet 2017).
  18. « EMP T5 - Emploi et activité. » (consulté le 27 avril 2017).
  19. « Taux de chômage localisé par région - France métropolitaine : séries chronologiques », (consulté le 21 juillet 2017).
  20. « Taux de chômage localisé par région - Centre-Val de Loire : séries chronologiques », (consulté le 21 juillet 2017).
  21. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone » (consulté le 21 juillet 2017).
  • Autres références :
  1. « Orthodromie entre Loches et Nouans-les-Fontaines », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 avril 2017).
  2. « Orthodromie entre Tours et Nouans-les-Fontaines », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 avril 2017).
  3. « Relation : Nouans-les-Fontaines (172443) », sur le site du géoportail openstreetmap, (consulté le 25 avril 2017).
  4. a et b « Recherche par proximité », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 avril 2017).
  5. a et b « Nouans-les-Fontaines », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 avril 2017).
  6. « Carte géologique de Nouans-les-Fontaines », sur Géoportail (consulté le 15 mai 2017).
  7. a b c d e f g h et i Couderc 1987, p. 582.
  8. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Châtillon sur Indre » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 15 mai 2015), p. 6-9, 18-20 et 23-25.
  9. « Les écoliers nettoient la nature », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juin 2018).
  10. Pierre Audin, « Les fontaines martiniennes en Touraine », dans Collectif, XVIe centenaire de la mort de Saint Martin, vol. LXIII, t. 2, Société archéologique de Touraine, coll. « Mémoires de la Société archéologique de Touraine », (présentation en ligne), p. 167.
  11. « L'Issard à Nouans-les-Fontaines », sur le site de l'observatoire national des étiages (ONDE), eaufrance (consulté le 12 juin 2018).
  12. « La Jubardière à Nouans-les-Fontaines », sur le site de l'observatoire national des étiages, eaufrance (consulté le 12 juin 2018).
  13. « Fiche cours d'eau - Le Réau (K7416500) », sur le site du Sandre (consulté le 12 juin 2018).
  14. a et b « Fiche rando Nouans-les-Fontaines - Circuit 14 km » [PDF], sur le site du Comité Départemental de la Fédération Française de la Randonnée d'Indre-et-Loire (CDRP37), Fédération française de la randonnée pédestre - Comité départemental du tourisme d'Indre-et-Loire (consulté le 11 juin 2018).
  15. « Présentation de la station hydrométrique : La Tourmente à Villeloin-Coulangé (Coulangé) - Fiche-Station », sur le site Banque Hydro - eaufrance, (consulté le 15 juillet 2017).
  16. a et b « Présentation de la station hydrométrique : La Tourmente à Villeloin-Coulangé (Coulangé) - Synthèse », sur site de la Banque Hydro - eaufrance, (consulté le 15 juillet 2017).
  17. a et b « Sur les terres de la Piéta de Nouans - Nouans-les-Fontaines. » [PDF], sur le site du comité départemental du tourisme en Touraine (consulté le 12 juin 2018).
  18. Préfecture de l'Indre-et-Loire - Direction départementale des territoires - Service de l'eau et des ressources naturelles, « Arrêté modificatif instituant des réserves permanentes de pêche dans le département d'Indre-et-Loire », Recueil des actes administratifs, nos 37-2018-0001,‎ , p. 33 (lire en ligne [PDF], consulté le 12 juin 2018).
  19. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  20. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  21. « Les Gâtines de Sud-Touraine » [PDF], sur le site de l'Atlas Indre-et-Loire (DREAL Centre-Vel de Loire), p. 283.
  22. Couderc 1987, p. 582-583.
  23. a et b Caroline Pinoteau et Francesca Di Pietro, « Association de formes et de dynamiques dans le bassin-versant de l’Aubrière (Indre-et-Loire) », Études rurales, nos 167 et 168,‎ , p. 18 et 26, figure 2 (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2017).
  24. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le 15 avril 2017).
  25. Pierre Leveel, Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, , 991 p. (ISBN 978-2-85443-157-5), p. 20.
  26. a b c d et e Couderc 1987, p. 583.
  27. « Accueil », sur remi-centrevaldeloire.fr (consulté le 10 juin 2018).
  28. a et b « Votre réseau Centre-Val de Loire » [PDF], sur le site du TER Sncf (consulté le 12 juin 2018).
  29. « Rechercher une gare - Nouans-les-Fontaines : aucun résultat trouvé », sur le site TER Sncf (consulté le 12 juin 2018).
  30. « Nouans-les-Fontaines », sur la base de données GeoNames (consulté le 12 juin 2018).
  31. a et b Lorans 1996, p. 188 et 193.
  32. « 37460 Nouans-les-Fontaines - Comparer : Photographies aériennes historiques 1950-1965 (1959) - Photographies aériennes (2014) », sur le site Remonter le temps, Ign (consulté le 11 juin 2018).
  33. « Carte Nouans-les-Fontaines », sur la base de données Géoportail (consulté le 11 juin 2018).
  34. a et b Carré de Busserolle 1882, p. 391.
  35. Carré de Busserolle 1882, p. 392.
  36. a et b Stéphane Gendron, « Le nom de lieu Bordebure en Indre-et-Loire », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 43,‎ , p. 865 à 874 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2018).
  37. Denis Jeanson, « Véard-Veauvy : Veaudière. Variante : Vaudière », sur le site du dictionnaire de la toponymie de la région Centre-Val de Loire (consulté le 12 juin 2018).
  38. a b et c Antoine Selosse, Martine Campangne, Christophe Bonté (dir.) et al., « Azay-sur-Cher Prieuré Saint-Jean-du-Grais », dans Antoine Selosse, Martine Campangne et Christophe Bonté (directeur d'ouvrage), Les chemins de randonnée culturels Saint Martin : le chemin de l’Été de la Saint Martin., Tours, Conseil départemental d'Indre-et-Loire - Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours, (1re éd. novembre 2014), 88 p. (lire en ligne [PDF]), p. 83.
  39. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Nouans-les-Fontaines », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 20 juillet 2017).
  40. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 20 juillet 2017).
  41. « Nouveau zonage sismique en Indre-et-Loire » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 15 juillet 2017).
  42. Jean-Mary Couderc, La Touraine insolite : série 3, Chambray-lès-Tours, CLD, , 237 p. (ISBN 2 85443 287 8), p. 11-18.
  43. Bernard Briais, « Tremblements de terre en Touraine », Le magazine de la Touraine, no 89,‎ , p. 63.
  44. Bureau central sismologique français, « Note préliminaire : séisme du 3 octobre 1999 à Châteauroux » [PDF], sur franceseisme.fr : le site du réseau national de surveillance sismique (consulté le 21 juillet 2017).
  45. « Séisme du 3 octobre 1999 ; nord nord-ouest de Châteauroux (Indre) », sur Le Bureau Central Sismologique Français (consulté le 21 juillet 2017).
  46. « Arrêté préfectoral [...] sur les risques naturels et technologiques majeurs dans la commune de Nouans-les-Fontaines » [PDF], sur le site des Services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 20 juillet 2017).
  47. a et b Aniédée de la Ponce, « Recueil de documents destinés à faciliter la rédaction d'une géographie ecclésiastique et politique de l'ancienne province de Touraine depuis le IVe siècle jusqu'à la fin du XIIIe siècle », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. IX,‎ , page 280 (lire en ligne, consulté le 13 juin 2018).
  48. Émile Mabille, « Notice sur les divisions territoriales et la topographie de l'ancienne province de Touraine : III - Époques mérovingienne et carolingienne », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 25,‎ , page 241 (DOI https://doi.org/10.3406/bec.1864.445931).
  49. a et b Briais 2001, p. 107.
  50. Lydiane Gueit-Montchal et Jean-Baptiste Legoff, « La Généalogie », Les samedis des Archives, Archives départementales d'Indre-et-Loire,‎ , page 53 (lire en ligne [PDF], consulté le 10 juin 2018).
  51. « Plans parcellaires communaux - Nouans-les-Fontaines », sur le site des Archives départementales d'Indre-et-Loire (consulté le 30 juillet 2017).
  52. a et b « Cadastre - Nouans-Les-Fontaines », sur le site des Archives départementales d'Indre-et-Loire (consulté le 30 juillet 2017).
  53. a et b Ernest Nègre, chap. X « Habitations », dans Toponymie générale de la France : Formations préceltiques, celtiques, romanes., vol. 1, Genève, Librairie Droz, , 704 p. (lire en ligne), page 146.
  54. a et b Stéphane Gendron, « Toponymie en Chinonais : Que devons-nous aux gaulois et à leurs ancêtres ? », Bulletins de la Société des amis du vieux Chinon, t. IX, no 9,‎ , page 1004 (lire en ligne, consulté le 4 mai 2017).
  55. a b et c Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 168.
  56. a et b Daniel Delattre, Emmanuel Delattre et Nathalie Delattre-Arnould, Le dictionnaire de l'Indre et Loire : Toutes les communes, hier et aujourd'hui - L'identité et le patrimoine de toutes les communes de l'Indre et Loire, Delattre, , 176 p., page 108.
  57. César-François Cassini, « Nouans-les-Fontaines (37 3 15 173) - carte », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 24 avril 2017).
  58. « Nouans-les-Fontaines - Notice communale », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 24 avril 2017).
  59. Pierre Audin, « Les toponymes antiques des hauteurs en Touraine (Indre-et-Loire) », Bulletins de la Société archéologique de Touraine, Tours, t. 41,‎ , page 75 (lire en ligne, consulté le 18 mai 2017).
  60. Pierre Gillardot, « L'habitat en Sologne », Mémoires de l'Académie d'Orléans, t. XVI,‎ , p. 114 (lire en ligne).
  61. a b c et d Gérard Cordier, « Matériel néolithique tourangeau de mouture et de broyage. / Neolithic crushing and grinding equipment from Touraine . », Revue archéologique du centre de la France, t. 30,‎ , pages 56 et 57 (figures et croquis) (DOI 10.3406/racf.1991.2645).
  62. a b c et d Collectif, « Communications », Bulletins de la Société archéologique de Touraine, t. 30, no 6,‎ , page 90 (lire en ligne, consulté le 22 mai 2017).
  63. Denis Marquet, « Le néolithique ancien, moyen et récent », dans La Préhistoire en Touraine, Presses universitaires François-Rabelais, , 363 p. (lire en ligne), page 180, figure 240.
  64. a et b Charles-Tanguy Le Roux et Gérard Cordier, « Étude pétrographique des haches polies de Touraine. », Bulletin de la Société préhistorique française. Études et travaux, t. 71, no 1,‎ , page 337, figure 2 (DOI 10.3406/bspf.1974.8272).
  65. Jimmy Bonnard et Frédéric Gaultier, « Les traces d'occupation humaine à Nouans-les-Fontaines », le Val de l'Indre, no 19,‎ , p. 7 (ISSN 1151-3012).
  66. Jimmy Bonnard et Frédéric Gaultier, « Les traces d'occupation humaine à Nouans-les-Fontaines », le Val de l'Indre, no 19,‎ , p. 6 (ISSN 1151-3012).
  67. Michel Provost, Carte archéologique de la Gaule - l'Indre-et Loire-37, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, , 141 p. (ISBN 2 87754 002 2), p. 35.
  68. Jean-Claude Marquet, « X. De la Préhistoire à l'Histoire : les âges des métaux », dans Jean-Claude Marquet (direction d'ouvrage) et al., La Préhistoire en Touraine, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, , 363 p. (ISBN 9782869064263), page 311.
  69. a b et c Béatrice Marsollier, « La métallurgie du fer de la Protohistoire à la période moderne », dans Élizabeth Zorado-Rio (directrice d'ouvrage) et al., Atlas archéologique de la Touraine, vol. 53, Tours, (lire en ligne [PDF]), pages 1 et 6 ; carte 3.
  70. a b c d e f et g Alain Ferdière (dir.), Anne Villard (dir.) et al., « Les sépultures du groupe « Fléré » en Berry », dans La tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocratiques de la cité des Bituriges. En Berry au début de l'époque gallo-romaine : le fer, le vin, le pouvoir et la mort., vol. 7, Tours, Fédération pour l'édition de la Revue archéologique du centre de la France, , 320 p. (lire en ligne), pages 207, 219 et 283.
  71. Gérard Cordier, « Recherches d'histoire et d'archéologie du Chinonais : Enceintes quadrangulaires en terre de Sainte-Maure et de Bourgueil », Bulletins de la Société des amis du Vieux Chinon, Chinon, t. 8, no 7,‎ , pages 910 à 913 (lire en ligne, consulté le 21 mai 2017).
  72. a et b Jacques Dubois et Charles Léva, « Archéologie aérienne en Touraine (France). », Revue archéologique de Picardie., no Numéro spécial 17 (dossier : Actes du colloque international d'archéologie aérienne Amiens, 15 - 18 octobre 1992. Hommage à Roger Agache pour 35 ans de prospections aériennes dans le Nord de la France),‎ , page 361 (DOI 10.3406/pica.1999.2123).
  73. a b et c Gérard Cordier, « Toponymie paléosidérurgique de la Touraine », Norois, no 119,‎ , pages 422 à 432 (DOI 10.3406/noroi.1983.4132).
  74. Jacques Boussard, Carte archéologique de la Gaule : l'Indre-et-Loire, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, , 140 p., p. 20.
  75. a b et c Gérard Cordier, « I. Étude archéologique. », Gallia, CNRS éditions, t. 32, no fascicule 1,‎ , pages 185, 186 et 191 (DOI 10.3406/galia.1974.2659).
  76. a et b Lorans 1996, p. 181.
  77. Pierre Audin, « La Touraine de l’an mil : inventaire des sources historiques et archéologiques », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, La Simarre, t. LXIX,‎ , p. 53.
  78. Lorans 1996, p. 132, 202 et 220.
  79. Lorans 1996, p. 152.
  80. Henri Dubief & Jacques Poujol (dir.), La France protestante : Histoire et lieux de mémoire, La Cause-Les éditions de Paris/Max Chaleil, 2005, 2017, 454 p., p. 404. .
  81. a et b Couderc 1987, p. 584.
  82. a b et c Alfred Boulay de la Meurthe, « Pièces justificatives : Loches au XVe siècle », dans Histoire des guerres de religion à Loches et en Touraine, vol. I, t. 45, Société archéologique de Touraine, , 570 p. (lire en ligne), pages 474, 475 et 476.
  83. Jean-Michel Gorry et Denis Jeanson, Cahiers de doléances en Indre-et-Loire, t. 2, Denis Jeanson, , 632 p. (ISBN 2-90890-402-0), p. 503-505.
  84. Bernard Plongeron, « L'Église constitutionnelle d'Indre-et-Loire », dans Bernard Plongreon et al., Actes du 93e Congrès national des sociétés savantes : Tours, 1968. Section d'histoire moderne et contemporaine. L'Alimentation et ses problèmes, vol. 3, Paris, Bibliothèque nationale de France, , 506 p. (lire en ligne), p. 189.
  85. Pierre Rouillé-Courbe, « Canton de Montrésor », dans Pierre Rouillé-Courbe,  : réception de S.A.I. Le prince Louis-Napoléon dans le département d'Indre-et-Loire., (lire en ligne), page 114.
  86. Alain de Dieuleveult et Pierre Edom, Petits trains de Touraine, Le Mans, Éd. Cénomane, , 150 p. (ISBN 2-905-59623-6), p. 33.
  87. Frédéric Gaultier et Michaël Beigneux, Montrésor se raconte, Montrésor, Association Montrésor se raconte, , 169 p. (ISBN 2-85443-411-0), p. 143.
  88. a b et c « Nouans-les-Fontaines, monument aux morts (Relevé n° 1722) », sur Mémorial GenWeb (consulté le 15 juillet 2017).
  89. Robert Vivier, chap. 3.1 « L'occupation : La ligne de démarcation », dans Robert Vivier, Jack Vivier et Jean Ollier, Touraine 39-45 : histoire de l'Indre-et-Loire durant la 2e Guerre mondiale, Chambray-lès-Tours, CLD, (lire en ligne), pages 54 et 55.
  90. a et b Robert Vivier, chap. 6.7 « La libération du sud de la Loire (partie est) », dans Robert Vivier, Jack Vivier et Jean Ollier, Touraine 39-45 : histoire de l'Indre-et-Loire durant la 2e Guerre mondiale, Chambray-lès-Tours, CLD, , pages 322, 329 et 330.
  91. a et b Robert Vivier, chap. 6.3 « Août 1944 : représailles et massacres », dans Robert Vivier, Jack Vivier et Jean Ollier, Touraine 39-45 : histoire de l'Indre-et-Loire durant la 2e Guerre mondiale, Chambray-lès-Tours, CLD, , page 268.
  92. Bernard Briais, Le Lochois pendant la guerre 1939-1945, Chambray-lès-Tours, CLD, , 191 p., p. 154-155.
  93. Jean-Michel Robinet (dir.), Hélène Taillemite et Catherine Leclerc, Cadastres et remembrements 1791-1976 : Répertoire numérique de la sous-série 3P, Chambray-lès-Tours, Archives départementales d'Indre-et-Loire - Conseil départemental d'Indre-et-Loire, (lire en ligne [PDF]), pages 36, 73 et 331 à 336.
  94. « Nouans-les-Fontaines : six éoliennes à l’horizon », La Renaissance lochoise,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2018).
  95. Jacques Lucberelli, « Avis de l'Autorité environnementale - Déclaration de projet portant mise en comptabilité du plan d'occupation des sols de Nouans-les-Fontaines (37) » [PDF], sur le site du Conseil départemental d'Indre-et-Loire, Tours, (consulté le 10 juin 2018).
  96. Xavier Roche-Bayard, « Le parc de six éoliennes à l'appréciation des habitants », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2018).
  97. Xavier Roche-Bayard, « Nouans : avis défavorable au parc éolien », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  98. Pierre Calmeilles, « Il n'y aura pas d'éoliennes à Nouans-les-Fontaines », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  99. Décret no 2014-179 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département d'Indre-et-Loire.
  100. « Les nouveaux arrondissements », sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le 15 juillet 2017).
  101. « Les circonscriptions législatives d'Indre-et-Loire » (consulté le 15 juillet 2017).
  102. « Les juridictions », sur le site du conseil départemental de l'accès aux droits d'Indre-et-Loire, (consulté le 15 juillet 2017).
  103. « La communauté de communes », sur le site de Montrésor (consulté le 22 juillet 2017).
  104. « Les 68 communes », sur Loches Sud Touraine (consulté le 22 juillet 2017).
  105. « Électricité : activités », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 22 juillet 2017).
  106. « Présentation », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 22 juillet 2017).
  107. « Gaz », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 22 juillet 2017).
  108. « Les missions », sur le site de Touraine Propre (consulté le 22 juillet 2017).
  109. « Sage Cher aval » [PDF], sur le site gesteau, Établissement public Loire, (consulté le 11 juin 2018).
  110. « Commune de Nouans-les-Fontaines - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 9 mai 2017).
  111. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  112. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 15 juillet 2017).
  113. Conseil général d'Indre-et-Loire, « Liste des membres du Conseil général d'Indre-et-Loire dans l'ordre des cantons qu'il représentent », dans Rapports et délibérations du Conseil général d'Indre-et-Loire, (lire en ligne).
  114. « L'audacieux créateur de Nouansport », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  115. « Communauté de communes de Montrésor / eau potable », sur le site de Services Eau France (consulté le 16 juillet 2017).
  116. « Communauté des communes de Montrésor - assainissement collectif », sur le portail de l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 18 juillet 2017).
  117. « Collecte de vos déchets ménagers », sur le site de Loches Sud Touraine (consulté le 16 juillet 2017).
  118. a b c et d « Les comptes de communes : Nouans-les-Fontaines - Indre-et-Loire », sur le site des Finances publiques (consulté le 7 juin 2018).
  119. « Mémento financier et fiscal du maire » [PDF], sur site du ministère du Budget et des Finances, (consulté le 1er mai 2017), p. 34.
  120. « Mémento financier et fiscal du maire » [PDF], sur site du ministère du Budget et des Finances, (consulté le 1er mai 2017), p. 38.
  121. « Mémento financier et fiscal du maire », sur site du ministère du Budget et des Finances, (consulté le 1er mai 2017), p. 36.
  122. Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire, Paris, CNRS, , 480 p. (ISBN 978-2-222-03681-4), p. 341.
  123. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  124. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  125. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  126. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  127. Simon Soubieux, « Nouans-les-Fontaines : le centre-bourg à l'agonie à cause des restrictions des Bâtiments de France », publications de France Bleu Touraine,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2018).
  128. « Vie scolaire », sur le site d'Orbigny (consulté le 29 mars 2017).
  129. « Zones de recrutement des collèges et des lycées - département d'Indre-et-Loire » [PDF], sur le site de l'académie d'Orléans-Tours (consulté le 29 mars 2017), p. 22.
  130. Flohic 2001, p. 1001.
  131. a et b « Équipements sports Nouans-les-Fontaines : Stade Municipal », sur le site Gralon (consulté le 19 juillet 2017).
  132. a et b « Stade Municipal Nouans-les-Fontaines », sur le site gymnase.fr (consulté le 21 juillet).
  133. « La foire aux brochettes », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  134. « Associations de la ville de Nouans-les-Fontaines », sur le site net1901.org (consulté le 7 juin 2017).
  135. « L'officiel des foires et marchés en Indre-et-Loire : 93 marchés réguliers », sur site de l'Officiel des foires et marchés (consulté le 26 juillet 2017).
  136. Collectif, « Plusieurs couacs à la Foire aux brochettes », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2017).
  137. Collectif, « Une année d'animations satisfaisante », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2017).
  138. « Nouans-les-Fontaines », sur le site Tous voisins (consulté le 26 juillet 2017).
  139. « Le temps d'un rencontre - archéologie », sur le site musée.com (consulté le 26 juillet 2017).
  140. Collectif, « Concours hippique au Moulin neuf », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juillet 2017).
  141. Collectif, « Deuxième étoile pour Nouans Jump », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juillet 2017).
  142. « L'association Nouans Jump du Domaine du Moulin Neuf à Nouans-les-Fontaines », sur le site équestre événements - Domaine du Moulin Neuf (consulté le 30 juillet 2017).
  143. « Écuries événements », sur le site écuries événements - Domaine du Mouli Neuf (consulté le 30 juillet 2017).
  144. « page d'accueil », sur le site du Centre hospitalier de Châtillon-sur-Indre (consulté le 2 mai 2017).
  145. « Les centres d'incendie et de secours d'Indre-et-Loire », sur le site du SDIS 37 (consulté le 10 juin 2018).
  146. « Couverture internet de Nouans-les-Fontaines », sur Ariase (consulté le 20 février 2018).
  147. « Le doyenné de Loches », sur le site de l'archidiocèse de Tours (consulté le 15 juillet 2017).
  148. « Paroisse de Montrésor » (consulté le 15 juillet 2017).
  149. « Arrêté du 16 mars 2017 constatant le classement de communes en zone de revitalisation rurale », sur Legifrance.gouv.fr (consulté le 8 juin 2018).
  150. a b c et d « Recensement agricole 2010 : Données générales des exploitations ayant leur siège dans Nouans-les-Fontaines commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 3 mai 2017).
  151. « Nouansport », sur le site de l'annuaire Kompass (consulté le 9 juin 2018).
  152. Christophe Meunier, Géographie - Professeur des écoles - Oral, admission - CRPE 2017, Dunod, , 256 p. (ISBN 978-2-10075-579-0, lire en ligne), p. 91.
  153. Stéphane Frachet, « Les lits relevables d'Arlitec à la conquête d'espace », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  154. « ARLITEC », sur le site de l'annuaire Kompass (consulté le 9 juin 2018).
  155. « Carrosserie Peinture Bourdin Fonteneau », sur le site de l'annuaire Kompass (consulté le 9 juin 2018).
  156. « Plastiques Renforcés du Centre (P.R.C.) », sur le site du Kompass (consulté le 9 juin 2018).
  157. « Entreprise Dos Santos et Fils », sur le site de l'annuaire Kompass (consulté le 9 juin 2018).
  158. « SARL Lourme », sur le site de l'annuaire Kompass (consulté le 9 juin 2018).
  159. « Entreprises à Nouans-les-Fontaines », sur le site du Kompass (consulté le 9 juin 2018).
  160. « Changement de février propriétaire à l'épicerie », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  161. « Agence postale de Noauns-les-Fontaines », sur le site de La Poste (consulté le 21 juillet 2017).
  162. « Location de vacances Nouans-les-Fontaines », sur le site des Gîtes de France (consulté le 8 juin 2018).
  163. « Chambres d'hôtes Nouans les Fontaines », sur www.chambres-hotes.fr (consulté le 8 juin 2018).
  164. Notice no PA00097897, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  165. Pierre-Gilles Girault, « Jean Fouquet, Pietà de Nouans », Dossier de l'Art, no 193,‎ , p. 26-27.
  166. a b et c J.-P. Marcou Dufour, « Arrondissement de Loches », dans Dictionnaire historique, géographique, biographique et administratif des 3 arrondissements communaux d'Indre et Loire, Letourmy, (lire en ligne), pages 212 et 213.
  167. a et b André Montoux, « La Grière à Faye-La-Vineuse », Bulletins de la Société archéologique de Touraine, t. 42,‎ , page 322 (lire en ligne, consulté le 22 mai 2017).
  168. a et b Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Armorial général de la Touraine ; précédé d'une notice sur les ordonnances, édits, déclarations et règlements relatifs aux armoiries avant 1789, t. 18, Société archéologique de Touraine, 1866-1867 (lire en ligne), page 576.
  169. a et b Armand La Fare, « Indre-et-Loire », dans Armand La Fare, Annuaire des châteaux et des départements : 40 000 noms & adresses de l'aristocratie, du high life, de la colonie étrangère, du monde politique, de la magistrature, de l'armée, du clergé, des sciences, lettres et beaux-arts, de tous les propriétaires des châteaux de France, etc. etc., avec notices descriptives, anecdotiques & illustrations, (lire en ligne), page 1071.
  170. Flohic 2001, p. 999.
  171. Briais 2001, p. 109.
  172. a b c d e et f Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, Société archéologique de Touraine, , 440 p. (lire en ligne), page 92.
  173. a et b Charles Loizeau de Grandmaison, Archives ecclésiastiques antérieures à 1790 : inventaire sommaire de la série H - Clergé régulier - H1 987, Archives départementales de Tours, , 358 p. (lire en ligne [PDF]), page 238.
  174. a b et c « L'histoire du Plessis », sur le site du Haras naturel du Plessis (consulté le 25 mai 2017).
  175. a et b Flohic 2001, p. 1000.
  176. Denis Jeanson, « Sabard-Sabineau : Sabardière. Sabard, nom de personne d’origine française. », sur Le site du Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 7 juin 2018).
  177. Henri Viot, « Compte-rendu des séances », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXVII,‎ , p. 141 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  178. Briais 2001, p. 110.
  179. Jacques Thomas, « Fours à chaux, tuileries et briqueteries du Lochois », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLV,‎ , p. 574 (lire en ligne).
  180. Notice no IA37001601, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  181. Notice no IA37001602, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  182. « Lavoirs de l'Indre-et-Loire (37) », sur le site lavoir.org, Association des lavoirs de France (consulté le 19 juin 2018), p. 10.
  183. a et b Hervé Lamy et Michaël Beigneux, « Commune de Nouans-les-Fontaines », dans Hervé Lamy et Michaël Beigneux, Dossiers d'administration communale (1800-1940) - Répertoire numérique de la sous-série 2 O, Chambray-lès-Tours, Archives départementales d'Indre-et-Loire - Conseil général d'Indre-et-Loire, (lire en ligne [PDF]), pages 443 à 448.
  184. « Musée Jean Fouquet » [PDF], sur le site phi3 - équipements publics (consulté le 24 juillet 2017).
  185. Collectif, « Nouans-les-Fontaines », La Nouvelle République du Centre Ouest,‎ (lire en ligne).
  186. « Le temps d'une rencontre », sur le site du musée Le Temps d'une rencontre (consulté le 26 juillet 2017).
  187. « Liste des ZNIEFF - Commune de Nouans-les-Fontaines », sur la base de données de l'Inpn, Museum national d'histoire naturelle (consulté le 14 juin 2018).
  188. « Liste des espaces protégés et gérés - Commune de Nouans-les-Fontaines », sur la base de données de l'Inpn, Museum national d'histoire naturelle (consulté le 14 juin 2018).
  189. a b c d e f et g « Liste des espèces recensés - commune de Nouans-les-Fontaines - 822 taxons terminaux (espèces et infra-espèces) », sur la base données de l'Inpn, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 14 juin 2018), p. 1-83.
  190. « Liste des espèces protégées recensées postérieurement à 1950 - commune de Nouans-les-Fontaines », sur la base données de l'Inpn, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 14 juin 2018).
  191. « Liste des espèces menacées - commune de Nouans-les-Fontaines », sur la base données de l'Inpn, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 14 juin 2018).
  192. a et b « Commune : Nouans-les-Fontaines (37) - liste des produits », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité, Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation (consulté le 24 juin 2018), p. 1-7.
  193. Jean-Bernard de Vaivre, « Miniatures inédites de Jean Fouquet et la Piéta de Nouans. », Bulletin Monumental, t. 144, no 2,‎ , p. 133-143 (DOI https://doi.org/10.3406/bulmo.1986.2799).
  194. Jean Pierrard, « La grâce de Fouquet », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juin 2018).
  195. Conseil départemental d'Indre-et-Loire, chap. IV « Instruction publique, sciences et arts », dans Conseil général d'Indre-et-Loire, Rapports et délibérations du Conseil général d'Indre-et-Loire, (lire en ligne), pages 197 à 199.
  196. « Mémoire de pierres : les monuments aux morts de la Grande Guerre en Pays Loire Touraine » [PDF], sur le site du Pays d’art et d’histoire Loire Touraine (consulté le 16 juillet 2017).
  197. « Les monuments aux morts sculptés en France : Indre-et-Loire. Nouans-les-Fontaines », sur monumentsauxmorts.fr (consulté le 7 juin 2018).
  198. « Les monuments aux morts sculptés en France : Indre-et-Loire. Amboise », sur monumentsauxmorts.fr (consulté le 10 juin 2018).
  199. État français, « Bulletin des lois no 102 », Bulletin des lois de la République française,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juin 2018).
  200. Denis Jeanson, « Ruisseau suivi d'un nom de saint ou de sainte : Saint-Martin », sur le site du dictionnaire de la toponymie du Centre-Val de Loire (consulté le 13 juin 2018).
  201. Jean-Mary Couderc, « Les Toponymes "Saint-Martin" dans nos campagnes », dans Collectif, XVIe centenaire de la mort de Saint Martin, vol. 62, Tours, Société archéologique de Touraine, coll. « Mémoires de la Société archéologique de Touraine », (lire en ligne [PDF]), page 6.
  202. A. Philippon, « Séance du 28 octobre 1948 », Bulletins de la Société archéologique de Touraine,‎ , page 383 (lire en ligne, consulté le 10 juin 2018).
  203. Brigitte Maillard, « En Touraine au XVIIIe siècle : Vie et mort d’un gentilhomme campagnard », dans Brigitte Gaillard, Vivre en Touraine au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753525948, DOI 10.4000/books.pur.9232).
  204. Antoine Millet, « Séance du 24 novembre 1875 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. III,‎ , p. 346 (lire en ligne, consulté le 10 juin 2018).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 22 juillet 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 22 juillet 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.