Lacerta bilineata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lézard vert occidental, Lézard à deux bandes

Lacerta bilineata
Description de cette image, également commentée ci-après

Lacerta bilineata, un mâle et une femelle, accompagnés d'un lézard des murailles

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Scincomorpha
Famille Lacertidae
Genre Lacerta

Nom binominal

Lacerta bilineata
Daudin, 1802

Synonymes

  • Lacerta chloronota Rafinesque, 1810
  • Lacerta viridis fejervaryi Vasvári, 1926
  • Lacerta viridis chlorosecunda Taddei, 1950

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Lacerta bilineata est une espèce de sauriens de la famille des Lacertidae[1]. En français elle est nommée Lézard vert occidental ou Lézard à deux bandes.

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution

Cette espèce se rencontre dans le Nord de l'Espagne, en France, à Jersey, à Guernesey, dans l'Ouest de l'Allemagne, dans le Sud de la Suisse, à Monaco, en Italie, à Saint-Marin et en Croatie[1].

Elle a été introduite au Kansas aux États-Unis[2].

Description[modifier | modifier le code]

Lacerta bilineata
Accouplement
Lacerta bilineata
Lacerta bilineata
Jeune lézard vert en position de défense

Tout comme son proche cousin Lacerta viridis, Lacerta bilineata a une teinte de fond verte mouchetée de noir. Le ventre est vert/jaune vif, sans taches. On peut également y voir des teintes de bleu sur la gorge, notamment chez le mâle adulte, même si cette coloration peut être aussi présente chez la femelle.

Atteignant en moyenne 30 cm de longueur totale (dont les 2/3 pour la queue). Le dimorphisme sexuel est important. Outre la coloration bleu vif sur la gorge et les côtés de la tête en période de reproduction chez le mâle, les femelles se distingueraient :

  • D'après certains auteurs, par généralement deux lignes blanches sur les côtés du dos et parfois sur les flancs et les juvéniles ne posséderaient pas la robe verte caractéristique mais une coloration dorsale marron (plus ou moins claire) et le ventre ainsi que les flancs vert clair.
  • D'après d'autres observateurs, ce seraient les individus subadultes qui présentent ces deux bandes blanches bien marquées sur le dos et la queue, ce qui vaut à l'espèce son nom vernaculaire : lézard à deux bandes. Cette spécificité permet de la distinguer de Lacerta viridis.

Selon certaines croyances populaires le lézard vert serait hargneux et agressif, ne lâchant plus le doigt mordu. Il est vrai que le lézard vert peut mordre, mais uniquement pour se défendre s’il est capturé. Il pince assez fort mais n’est pas venimeux et finit toujours par lâcher prise. Il s’agit d’un animal protégé par la loi en France (arrêté du 19/11/07), il est donc interdit de le tuer, mutiler ou capturer (y compris un animal déjà mort)[3].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (28 janvier 2014)[4] :

  • Lacerta bilineata bilineata Daudin, 1802
  • Lacerta bilineata chloronota Rafinesque, 1810
  • Lacerta bilineata chlorosecunda Taddei, 1950
  • Lacerta bilineata fejervaryi Vasvári, 1926
  • Lacerta bilineata indet Elbing, 2001

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite sous son nom actuel Lacerta bilineata puis considérée comme synonyme de Lacertus viridis. Cette synonymie est levée par Rykena en 1991[5]. Elle est ensuite considérée comme une sous-espèce de Lacerta viridis[6], avant d'être rétablie comme espèce de plein rang par Amann et al. en 1997[7].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Daudin, 1802 : Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Reptiles; ouvrage faisant suit à l'Histoire naturelle générale et particulière, composée par Leclerc de Buffon; et rédigee par C.S. Sonnini, membre de plusieurs sociétés savantes. vol. 4, F. Dufart, Paris, p. 1-397 (texte intégral).
  • Elbing, 2001 : Fortpflanzungsbiologie und Populationsökologie der Smaragdeidechse (Lacerta viridis, Laurenti, 1768) in ihren brandenburgischen Reliktvorkommen. PhD thesis, Universität Bremen, Germany.
  • Rafinesque, 1810 : Caratteri di alcuni nuovi generi e nuove specie di animali e plante della Sicilia. Sanfilippo, Palermo, (texte intégral).
  • Taddei, 1950 : La lacerta (Lacerta) in Italia. Commentationes Pontificiae Academiae Scientiarum, vol. 14, no 5, p. 197-219.
  • Vasvári, 1926 : Contributions to the knowledge of the form-group of Lacerta viridis Laur. Allattani Kozlemenyek, vol. 23, p. 34-66.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bogaerts, 2000 : Beobachtungen einer Paarung zwischen zwei Weibchen von Lacerta bilineata DAUDIN, 1802. Die Eidechse, vol. 11, no 2, p. 63-64.
  • Böhme, Fritz, Kotenko, Dzukic, Ljubisavljevic, Tzankov & Berendonk, 2007 : Phylogeography and cryptic variation within the Lacerta viridis complex (Lacertidae, Reptilia). Zoologica Scripta, vol. 36, no 2, p. 119–131 (texte intégral).
  • Bruner, Costantini, Fanfani & Dell'Omo, 2005 : Morphological variation and sexual dimorphism of the cephalic scales in Lacerta bilineata. Acta Zoologica, vol. 86, p. 245-254 (texte intégral).
  • Dieckmann, 2001 : Vermehrung von Lacerta bilineata bilineata im Freilandterrarium. Die Eidechse, vol. 12, no 3, p. 80-83.
  • Lantermann & Lantermann, 2007 : Westliche Smaragdeidechsen (Lacerta bilineata) an der Atlantikküste in der Bretagne. Reptilia (Münster), vol. 12, no 2, p. 40-42.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Gubanyi, 2000 : A breeding colony of western Green Lacertas (Lacerta bilineata) confirmed in southwestern Topeka (Kansas). Transactions of the Kansas Academy of Science, vol. 103, no 3/4, p. 191-192.
  3. Fiche sur le lézard vert occidental sur Nature Midi-Pyrénées
  4. Reptarium Reptile Database, consulté le 28 janvier 2014
  5. Rykena, 1991 : Kreuzungsexperimente zur Prüfung der Artgrenzen im Genus Lacerta sensu stricto. Mitteilungen des Zoologischen Museum Berlin, vol. 67, no , p. 55–68.
  6. Engelmann, Fritzsche, Günther & Obst, 1993 : Lurche und Kriechtiere Europas. Neumann Verlag, Radebeul, Germany), p. 1-440.
  7. Amann, Rykena, Joger, Nettmann, Veith, 1997 : Zur artlichen Trennung von Lacerta bilineata Daudin, 1802 und L. viridis (Laurenti, 1768). Salamandra, vol. 33, no 4, p. 255-268.