Villeloin-Coulangé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».

Villeloin-Coulangé
Villeloin-Coulangé
Ancienne abbaye Saint-Sauveur
à Villeloin-Coulangé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Loches
Intercommunalité Communauté de communes Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Maryse Garnier
2014-2020
Code postal 37460
Code commune 37277
Démographie
Gentilé Villaloupéens
Population
municipale
615 hab. (2016 en diminution de 4,8 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 29″ nord, 1° 13′ 27″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 144 m
Superficie 34,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeloin-Coulangé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeloin-Coulangé
Liens
Site web villeloin-coulange.fr

Villeloin-Coulangé (prononcé [viləlwɛ̃kulɑ̃ʒe]) est une commune française de la région Centre-Val de Loire située dans le département d'Indre-et-Loire, au sud-est de Tours. D'une superficie de 3 452 hectares, la commune fait partie de la communauté de communes Loches Sud Touraine dans le canton de Loches. En 2014, elle comptait 647 habitants, répartis entre le bourg et l'ensemble des hameaux. Ses habitants sont appelés les Villaloupéens.

Petit village agricole de la région historique de Touraine, le bourg est niché au creux de la vallée de l'Indrois, à l'est de Loches. Cette région est particulièrement réputée pour ses forêts, ainsi que ses nombreux châteaux, abbayes et prieurés.

Le village prend son essor dès le Haut Moyen Âge, au IXe siècle, avec la fondation d'une abbaye bénédictine. En raison de son importance territoriale et son influence, les communautés villageoises de Villeloin, Coulangé et des paroisses voisines développent une relation quasi symbiotique avec la communauté monastique. L'abbaye disparaît à la Révolution française.

La commune de Villeloin-Coulangé a été créée en 1831 par réunion des anciennes communes de Coulangé et de Villeloin. Elle a accueilli jusqu'à 1 060 habitants au début du XXe siècle avant de connaître un déclin démographique (essentiellement lié à l'exode rural) jusqu'en 1990 ; depuis cette date, la population augmente à nouveau, semble-t-il en raison de la rurbanisation.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Villeloin-Coulangé dans le département d'Indre-et-Loire.

Localisation[modifier | modifier le code]

Villeloin-Coulangé est située au sud-est du département d'Indre-et-Loire et fait partie de la région historique de Touraine. Les communes limitrophes sont : Beaumont-Village, Orbigny, Nouans-les-Fontaines, Loché-sur-Indrois, Chemillé-sur-Indrois, ainsi que Montrésor, l'un des plus beaux villages de France.

Communes limitrophes de Villeloin-Coulangé
Montrésor Beaumont-Village Orbigny
Chemillé-sur-Indrois Villeloin-Coulangé
Loché-sur-Indrois Nouans-les-Fontaines

Topographie, géologie, relief[modifier | modifier le code]

Carte géologique de la commune de Villeloin-Coulangé

La commune est située à 19 km à l'est de Loches et à 66 km au sud-est de Tours (17,5 et 49,5 km respectivement en distances orthodromiques)[1].

Le territoire communal est situé sur un sous-sol de limon des plateaux (Quaternaire) sur les hauteurs, et près des vallées de série sableuse, sable et argiles à spongiaires, altérites siliceuses locales et sommitales. Au bord des cours d'eau, on trouve le tuffeau jaune de Touraine (Turonien supérieur)[2].

Climat[modifier | modifier le code]

La Touraine se caractérise par un climat tempéré océanique dégradé. Les températures moyennes sont comprises entre 4,2 °C et 18,9 °C. Les hivers sont doux (min. 1,6 °C / max. 11,3 °C) et pluvieux. Les étés connaissent en général chaque année au moins un épisode caniculaire de quelques jours même s'ils sont beaux et doux (min. 10,8 °C / max. 24,6 °C) le reste du temps. Les précipitations sont de 683,7 mm sur l'année. Les chutes de neige y sont rares, il tombe quelques flocons, en moyenne 11 jours par an.

Le tableau suivant donne les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station de Tours-Saint Symphorien recueillies sur la période 1965 - 1990 :

Relevés météorologiques de la station de Tours-St Symphorien 1965-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,6 2 3,3 5 8,4 11,4 13,1 12,9 10,8 7,9 3,8 1,6 6,9
Température moyenne (°C) 4,2 5,1 7,3 9,6 13,2 16,5 18,9 18,6 16,1 12,3 7,1 4,8 11,2
Température maximale moyenne (°C) 6,9 8,2 11,3 14,3 18,1 21,7 24,6 24,3 21,4 16,7 10,5 7,4 15,4
Précipitations (mm) 63,3 61,6 54,3 51,4 67,5 47,5 53 40,9 54,3 61 63 65,9 683,7
Humidité relative (%) 87 84 79 74 77 75 72 73 77 84 87 89 80
Source : Infoclimat[3]


Relevés météorologiques de la station de Tours-Saint Symphorien
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Record de froid (°C)
date du record
−17,4
1987
−14,2
1963
−10,3
2005
−3,4
1974
−0,6
1957
2,6
1969
4,3
1965
4,8
1986
0,9
1956
−2,8
1950
−9
1956
−18,5
1964
−18,5
1964
Record de chaleur (°C)
date du record
16,9
1975
21
1958
26,4
1955
29,3
1949
32,1
1953
38,9
2019
40,8
2019
39,8
2003
34,8
1953
29
1985
22,6
1955
18,9
1953
39,8
2003
Nombre de jours avec gel 10,6 9,1 6,7 2 0,1 0 0 0 0 0,5 6,2 10,2 45,3
Record de vent (km/h)
date du record
104
1990
122
1990
112
1988
79
1985
119
1988
86
1987
104
1983
83
1986
83
1988
104
1987
104
1957
101
1990
122
1990
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
25
1978
25,9
1988
33,8
1980
23,7
1978
31,5
1971
58
1970
51,2
1977
35,5
1965
41,4
1965
44
1966
31
1965
34,9
1976
58
1970
Source : Infoclimat[3]


Hydrographie et hydrologie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Indrois et Tourmente (affluent de l'Indrois).
Carte hydrographique de commune de Villeloin-Coulangé

Villeloin-Coulangé est située dans le bassin hydrographique de la Loire.

Le cours d'eau principal, l’Indrois, est une rivière moyennement abondante. Son débit a été observé durant une période de 31 ans (1977-2007), à Genillé, localité du département d'Indre-et-Loire, située à une quinzaine de kilomètres de son confluent avec l'Indre[4],[5]. En aval de la commune le bassin versant de la rivière couvre 396 km2, c'est-à-dire plus de 85 % du total de 450 km2. Le module de la rivière à Genillé est de 2,29 m3/s.

C'est sur le territoire de la commune que se situe le confluent entre l'Indrois et son affluent, la Tourmente. Le module de la Tourmente à Villeloin est de 0,64 m3/s. Un débit moyen record de 4,96 m3/s a été atteint en février 1977[6]. Deux autres ruisseaux traversent la commune : la Juberdière et la Roche. Il y existe de nombreux gués et petits ouvrages bâtis : ponts, moulins, lavoirs, abreuvoirs, fontaines, puits.

Quatre zones humides[Note 1] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de la Tourmente », « la vallée de l'Indrois du Ruisseau de Roche à Montrésor », « l'étang de La Pinottière » et « la vallée du Ruisseau de Roche »[7],[8].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Espaces naturels protégés[modifier | modifier le code]

Carte des zones classées ZNIEFF sur la commune de Villeloin-Coulangé

La commune intègre une partie d'une ZNIEFF de type II, c'est-à-dire un grand ensemble naturel riche et peu modifié, offrant des potentialités biologiques importantes.

Les deux zones de la commune se trouvent autour du prieuré de Grandmont Villiers à l'ouest de la commune. Elles font partie de la zone ZNIEFF numéro 240031220 - Massif Forestier de Loches. Cette ZNIEFF de type II comprend l’ensemble du massif forestier de Loches. La présence de la forêt (occupation du sol, physionomie de la végétation) et donc la présence du cortège entomologique forestier a été le critère de délimitation de cette zone[9].

La forêt de Loches constitue l’un des massifs forestiers remarquables d’Indre-et-Loire. Ce massif comprend des parcelles forestières âgées. Il présente un fort intérêt à différents points de vue[9] :

Transports[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare de Villeloin
Ancienne gare (1906), située dans le bourg du village.
un arrêt de bus avec un mur en pierre derrière
Arrêt d'autobus dans le bourg

Transports en commun[modifier | modifier le code]

L'accès le plus proche au réseau régional (TER Centre-Val de Loire) est à la gare de Loches, soit à 19 km ; on y accède à la ligne 31 (ToursLoches) (trains ou bus en fonction des horaires), à la ligne 38 (ChâteaurouxLochesTours) ou à la ligne 06 (ToursChâteaurouxLimoges)[10].

La commune a accueilli deux gares du début du XXe siècle jusqu'en 1953. Le chemin de fer d'intérêt départemental de Ligueil à Châteauroux via Loches avait été inauguré en 1907-1908. L'une de ces gares, qui date de 1906, propriété de la commune de Villeloin-Coulangé, est située dans le bourg. L'autre gare est située dans le hameau de Villebaslin, sur la route de Loché-sur-Indrois.

En dehors du transport des élèves des écoles, des collégiens (au collège de Montrésor), des lycées (aux lycées de Loches), le réseau départemental Fil Vert assure dans la commune le dispositif « Fil Vert à la demande » de Montrésor : ce transport à la demande permet aux habitants de la communauté de communes, qui cofinancent l'opération, d'être emmenés de point d'arrêt à point d'arrêt entre les communes concernées et Loches. Les personnes handicapées titulaires d'une carte d'invalidité de plus de 80 % peuvent être prises en charge à domicile[11].

Transport automobile[modifier | modifier le code]

La route départementale D760 est la route principale qui traverse la commune et ses deux principaux villages : Villeloin et Coulangé. Elle traverse l'Indre-et-Loire de part en part, de L'Île-Bouchard à Nouans-les-Fontaines. L'ancien nom de cette route était le chemin de grande communication no 36 qui allait de Saumur à Bourges[12], elle s'est ensuite appelée route nationale 760.

Les deux embranchements autoroutiers les plus proches, vers l'A85, sont distants de trente kilomètres : la sortie Sortie 12 Saint-Romain-sur-Cher en direction de Vierzon et de l'A71, et la sortie Sortie 11 Bléré en direction de Tours et de l'A10.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

vue aérienne des maison du bourg du village de Villeloin
Vue aérienne du bourg depuis l'est
vue aérienne des maison du bourg du village de Villeloin
Vue aérienne du bourg depuis le nord-ouest

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Village rural assez éloigné des centres urbains, mais à moins de 3 heures de l'Île-de-France, Villeloin-Coulangé comprend un nombre important de résidences secondaires. En 2007, elles représentaient 17,90 % de l'ensemble des logements (60 pour un parc de logements de 336 unités), alors que la moyenne du département d'Indre-et-Loire était de 4,5 %. L'éloignement de toute agglomération et la quasi-absence de transports collectifs expliquent que 87,4 % des foyers possèdent au moins un véhicule, et 34,3 % au moins deux[13].

En 2006 l'habitat est quasi exclusivement composé de maisons (96,7 %) quand la moyenne départementale est de 63,4 %. Seuls 9 logements sont des appartements. Les logements sont majoritairement situés dans des bâtiments anciens (66,4 %) datant d'avant 1949. Très peu (5,3 %) ont été construits après 1989. Les habitants de la commune sont principalement propriétaires de leur logement (74 %). La proportion de locataires est de 22 %, dont près de la moitié occupent des logements sociaux (10,6 % du total)[14].

Le bourg est collecté par un réseau d'assainissement collectif. Tous les hameaux et les maisons isolées sont soumis à l'obligation de disposer d'un assainissement autonome, bien que certains terrains soient peu adaptés à cette technique. Le réseau électrique appartient au Syndicat intercommunal d’énergie d’Indre-et-Loire. Géré par ERDF, il dessert l'ensemble des zones urbanisées.

Le bourg[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villeloin (ancienne commune).

Le bourg de Villeloin concentre la majorité de l'habitat de la commune. Celui-ci correspond à l'ancienne commune de Villeloin qui ne faisait que 12 hectares avant sa fusion avec la commune de Coulangé. On y trouve tous les commerces du village (épicerie, bar-tabac, coiffeur, poste), mais aussi l'ensemble des acteurs médicaux (pharmacie, médecin, dentiste, pédicure, orthophoniste) et la seule usine de la commune.

Deux quartiers datent des années 1990 : « Les Baraquins », ce quartier situé à la sortie du village vers l'est regroupe un lotissement et la maison de retraite ; « La Garenne », petit lotissement implanté sur les bords de l'Indrois à l'ouest du village.

Les hameaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coulangé.

Les hameaux présentent les caractéristiques d'un habitat rural dispersé. Ils s'organisent principalement le long d'anciens axes de circulation. Ainsi, Coulangé, le plus important, est situé sur la route de Nouans-les-Fontaines. Villebaslin est sur la route de Loché-sur-Indrois. Chassenolles, la Bouquetière, la Brenellière et le Village du Puits sont sur la route de Beaumont-Village. la Donnerie et la Challerie sont sur la route de Chemillé-sur-Indrois. Montiange et la Place sont sur la route qui relie l'ancien village de Coulangé à Loché-sur-Indrois. Seuls les Tremblaires, Villiers, les Bruyères et la Noctière sont plus isolés et éloignés.

Depuis la fin du XXe siècle, les hameaux de la commune connaissent un phénomène de rurbanisation, lié à l'établissement de populations d'origine anglo-saxonne (Anglais, Écossais et Australiens) ou française, et travaillant dans les bassins d'emploi de Loches, voire de Tours.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'après un mythe, le nom de Villa Lupae serait lié à une dame Louve, veuve d'Eudore, vice-consul de Tours. Elle se retire dans une de ses propriétés (ou villa) ; elle y fonde un monastère d'hommes en l'honneur du Sauveur du monde et nomme un abbé pour diriger les religieux. Ce lieu conserve le nom de sa fondatrice, Villa Lupae > Villeloin[15].

La forme Villa Lupae est mentionnée en 850 dans le cartulaire de Cormery à l'occasion de la fondation du monastère de Villeloin[16]. On trouve ensuite Villa Loens et Villeloen au XIIe siècle, Villalupe, Villaloem, Ville Lupantium, Villa Lupensis en 1200 (Chartes de Villeloin) et Villeloing en 1394 dans la charte de Geofroy de Palluau[17]. Il s'agit d'une formation médiévale en Ville- au sens ancien de « domaine rural, village », suivi des noms de femmes germaniques Lupa[18] ou Leuwa[19].

Le nom de la paroisse de Coulangé est mentionné dès 859 sous la forme Columniaco dans le cartulaire de Cormery, ensuite Colungeaiacum en 1150 (Charte d'Engebaud, archevêque de Tours), Colengeium en 1200, Colenge en 1246, Collengeio en 1277 (chartes de l'abbaye de Villeloin), Coulanges en 1385 (ordonnances des rois de France), Sanctus Sulpilius de Collegio (pouillé des abbayes de France), et enfin Coulangé sur la carte de Cassini[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Le territoire communal conserve des vestiges néolithiques sur deux sites. Sur celui du Village des Champs, on trouva une meule faite d'une table de silex turonien paraissant retaillée sur une grande partie du pourtour qui fut utilisée sur toute sa surface[21] et sur celui de la Motte un éclat laminaire à crête repris en nucléus[22].

On trouve aussi à La Motte un tumulus de l'âge du bronze. La légende locale dit que cette butte de terre a été formée par le géant Gargantua s'arrêtant là pour secouer la boue de ses sabots[23].

Des bâtiments gallo-romains ont également été repérés sur la rive sud de l'Indrois, sur laquelle sont régulièrement découvertes des briques, des céramiques, voire des traces de fondation[24].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

copie d'une gravure du XVIIe siècle représentant l'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin
Abbaye de Villeloin - Plan de l'ancienne abbaye au XVIIe siècle - plan Monasticon Gallicanum.

Le bourg de Villeloin s'est développé autour d'une abbaye bénédictine fondée en 850. Le chevalier Mainard se proposait de fonder un monastère, « in pago videlicet Turonico, super fluvium cui nomen est Andrisco in loco qui dicitur, rustico vocàbulo, Villalupa. » (phrase en latin issue du Cartulaire de Cormery dont voici une traduction : « à savoir, en Touraine dans le village, près de la rivière, dont le nom est Andrisco au lieu que l'on dit, dont le nom rustique était Villalupa. »)[25]. On voit par un diplôme de l'empereur Louis que, du temps de Charles II le Chauve et du sien, les frères Mainard et Mainerius donnèrent à Audacher, abbé de Cormery, un lieu nommé Villeloin afin qu'il y fît construire un nouveau monastère en l'honneur du Saint Sauveur. Mais ce ne fut pas Louis le Pieux qui le fit, puisque Charles le Chauve lui survécut. Cette charte peut donc être considérée comme apocryphe. Mainard et Mainerius néanmoins furent bien réellement les fondateurs de Villeloin, et ce fut bien l'abbé Audacher qui présida à sa construction. Elle eut lieu sous le règne de Charles II, roi des Francs qui, en 850, lui donna son approbation et la plaça sous l'autorité de l'abbaye de Cormery (tenue par des bénédictins là aussi). La basilique, une fois achevée, fut consacrée par l'archevêque Hérard, en 859, lequel décida, du consentement d'Audacher, qu'il y aurait au moins vingt moines dans ce monastère. De même que Cormery dépendait de Saint-Martin, Villeloin fut dans la dépendance de Cormery, et ce furent les abbés de Cormery qui le dirigèrent d'abord[26].

En 965, les moines de Villeloin supplièrent l'abbé Guido (abbé de Cormery) de leur permettre d'élire eux-mêmes leur abbé, ce qu'il leur accorda, et ils élurent Huncbertus qui reçut la consécration de l'archevêque Hardouin[27].

Après 1060, Foulques, comte d'Anjou, donna à Villeloin des coutumes. En 1156, le pape Adrien IV confirma leurs possessions ; le pape Innocent IV les confirma à son tour en 1253[27].

En 1301, le roi Philippe le Bel, approuva le diplôme de Charles le Chauve. Le 11 août 1301, lors de son voyage à Loches Philippe le Bel séjourna dans l'abbaye : « Plus tard, entre à Villeloin un cortège brillant et nombreux, qui en part le lendemain, et traverse la forêt pour se rendre à Loches ; c'est le roi Philippe le Bel, accompagné de sa royale épouse, Jeanne de Navarre, comtesse de Champagne, de Bric et de Bigorre, fille d'Henri Ier, roi de Navarre. Le prince et la princesse restent huit jours à Loches et s'en retournent par Villeloin. »[26].

On connaît également les importantes donations qui servirent de base économique à la vie de la communauté, notamment celle du domaine de La Béraudière faite en 1335 par Ingelger d'Amboise. Une belle grange aux dîmes existe encore, hors des limites de l'abbaye représentée sur la gravure du XVIIe siècle[28].

Pendant la Guerre de Cent Ans, Villeloin, comme de nombreuses villes, souffre de la guerre. Les Anglais s'en emparent en 1360 et y installent une importante garnison qui rayonne dans tout le pays. En 1361, les moines réussissent à racheter leur couvent aux occupants contre l'importante somme de 9 000 florins d'or. La majeure partie de cette rançon a été versée par Gautier de Châteauchallons, proche du comte d'Auxerre. Il s'agit donc d'une intervention politique royale. Cette pratique de rachat de bâtiment et de prisonniers était courante à l'époque[28].

Les bâtiments du monastère sont dévastés en 1412 par les troupes anglaises[Note 2],[29]. La même année, les religieux obtiennent du roi Charles VI que le guet et la garde de l'abbaye soient assurés par les habitants qui remplissaient jusqu'alors ces charges au profit de Loches[28].

Au début du XVe siècle, les édifices sont en très mauvais état. Des reconstructions commencent à partir de 1417, mais c'est surtout après la Guerre de Cent ans, en 1464, que sont reprises les fortifications qui vont servir pendant les guerres de religion[28].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Article connexe : Michel de Marolles.

En 1664, Michel de Marolles, abbé de Villeloin, réunit dans sa bibliothèque de véritables merveilles. Il fit peindre 150 blasons des principales villes et sommités d'Europe[Note 3]. Il recueillit 123 400 estampes (dont plus de 200 Rembrandt) et plus de 400 grands volumes[30].

En 1667, du consentement de l'abbé de Marolles, des religieux de la congrégation de Saint-Maur entrèrent dans ce couvent pour y établir la réforme, qui ne s'effectua réellement qu'au 1er janvier 1669[27].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le départ en 1790 des quatre derniers bénédictins de l'abbaye (Emmanuel Charpentier, le prieur, Maurice Vallère, François Lecoq et Jean-Louis de Maussabré, les moines[27]) laissa le champ libre aux divers acquéreurs de biens nationaux. Chacun d'entre eux, pour se clore des voisins, éleva des murs avec des matériaux de bâtiments en démolition. L'église fut détruite peu de temps après la Révolution[31].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Villeloin et Coulangé.

Sur les autres projets Wikimedia :

Villeloin était enclavée dans la commune de Coulangé. Le , elles furent réunies par ordre du roi Louis Philippe, pour devenir la commune de Villeloin-Coulangé. Cette fusion a été officialisée par une lettre du roi Louis Philippe conservée par les archives communales.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1902, la laiterie Paillaud s'installa dans une partie de l'ancienne abbaye : le cloître et le réfectoire des hôtes. En 1921, le sol de l'ancienne salle capitulaire fut fouillé. On y trouva notamment des crosses abbatiales[31].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Bernard Beguin, Daniel Charreau et Gérard Charreau, trois jeunes de la commune de Villeloin-Coulangé avaient rejoint le maquis Césario de l’ORA sous la direction du lieutenant Bretegnier qui participa aux combats d’août 1944 pour libérer la zone rurale autour de la ville de Loches (Indre-et-Loire). Le dimanche , la mairie a rendu hommage au maquis Césario en baptisant une des places du village « Place du Maquis Césario »[32].

Dans les années 1980, Villeloin-Coulangé a abrité l'une des planques du groupe terroriste action directe. La découverte de cette planque a pour origine un billet de train Orléans - Saint-Pierre-des-Corps trouvé dans les poches de Georges Cipriani lors de son arrestation en 1987 dans le Loiret. Les gendarmes avaient alors opéré des contrôles dans les agences immobilières, puis auprès de nombreux propriétaires auxquels les loyers n'avaient pas été payés depuis février. Ils entrèrent ainsi en contact avec les époux Robin (un menuisier de la région), qui percevaient leur loyer en argent liquide à Villeloin-Coulangé. Georges Cipriani et Joëlle Aubron passaient un bon nombre de week-ends dans cette maison depuis octobre 1985. Le long du pavillon surmonté d'un toit de tuile rouge, Joëlle Aubron avait planté des tomates et elle en faisait des conserves soigneusement rangées dans le cellier. La jeune femme et Cipriani se montraient discrets, malgré un va-et-vient de camionnettes perceptible par les voisins certaines nuits. Un hasard sans doute : la résidence secondaire de Georges Besse était située à une trentaine de kilomètres de là, à Betz-le-Château. Cette fois, ce n'était pas une dénonciation, comme à Vitry-aux-Loges, mais un travail en profondeur des gendarmes d'Indre-et-Loire qui avait permis la découverte de la planque[33].

« Joëlle Aubron, échappée de la bonne bourgeoisie et appliquée, dans les moments tranquilles, à surveiller ses chaudrons de confitures. Elle aussi, en compagnie de Georges Cipriani, avait choisi un coin retiré pour abriter ses rêves de feu et de sang : une ferme louée à Villeloin-Coulange, dans l'Indre-et-Loire[34]. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les résultats électoraux de l'élection présidentielle de 2007 illustrent l'ancrage à droite de l'électorat. Au premier tour, totalisant 15,89 % des suffrages, contre 25,87 % au niveau national, Ségolène Royal se place bien derrière Nicolas Sarkozy lequel rassemble localement 30,81 % des électeurs (31,18 % en moyenne nationale) et François Bayrou avec 19,56 % (18,57 % en moyenne nationale) et à égalité avec Jean-Marie Le Pen qui fait aussi 15,89 % sur la commune (10,44 % en moyenne nationale). Lors du second tour, Nicolas Sarkozy, élu président de la République avec 53,06 % des suffrages nationaux, en recueille 63,78 % à Villeloin-Coulangé. Son opposante, Ségolène Royal, qui totalise quant à elle 46,94 % des voix au niveau national en obtient 36,22 % à Villeloin-Coulangé[35].

Au premier tour, les votes se ventilaient ainsi :

Candidat Nicolas Sarkozy Ségolène Royal François Bayrou Jean-Marie Le Pen Frédéric Nihous Philippe de Villiers Olivier Besancenot José Bové Marie-George Buffet Arlette Laguiller
A Villeloin-Coulangé : Voix 126 65 80 65 8 24 12 5 7 6
% 30,81 15,89 19,56 15,89 1,96 5,87 2,93 1,22 1,71 1,47
Dans le département d'Indre-et-Loire : Voix 104 125 84 345 68 641 30 865 3 791 10 391 15 480 4 180 5 714 4 772
% 30,70 24,87 20,24 9,10 1,12 3,06 4,56 1,23 1,68 1,41
Source : Ministère de l'Intérieur

L'ancrage à droite s'est également exprimé en 2009 lorsque, au premier tour des élections européennes, Jean-Pierre Audy (listes de la majorité) arrive en tête avec 32,43 % (27,88 au niveau national). Loin derrière, on trouve à égalité, avec 10,36 % des voix : Henri Weber (listes du Parti socialiste - 16,48 % au niveau national), Véronique Goncalvès (listes divers droite - 6,74 % au niveau national) et Jean-Paul Besset (listes des Verts - 16,28 % au niveau national)[36]. L'abstention est moindre qu'au niveau national : 50,83 % dans la commune contre 59,37 dans l'ensemble du territoire.

Les élections de 2010 pour les conseillers régionaux, ont vu au niveau national la quasi-totalité des régions de métropole (Alsace mise à part) élire des conseillers de gauche. À Villeloin-Coulangé, c'est Hervé Novelli (listes de la majorité) qui est arrivé en tête avec 35,06 %, suivi par François Bonneau (listes du Parti socialiste) avec 19,05 %, Philippe Loiseau (listes du Front National) avec 13,42 %, Marie-France Beaufils (listes du Parti communiste et du Parti de gauche) avec 10,39 % et Jean Delavergne (listes des Verts) avec 10,82 %[37].

Les élections municipales sont traditionnellement sans liste de parti. Le fait que Villeloin-Coulangé soit sous le seuil des 3 500 habitants explique que les listes ne sont pas obligatoires. Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et le panachage est autorisé. Dans les communes de moins de 2 500 habitants, les candidatures isolées et les listes incomplètes sont autorisées. De 1965 à 2008, Jean Lévèque (Divers droite) était le maire de la commune (43 ans de mandat consécutif). Il ne s'est pas représenté en 2008. Le scrutin porte une nouvelle équipe, sans étiquette, à la mairie. Maryse Garnier, ancienne adjointe de Jean Lévèque, est maire de la commune depuis cette date. La participation a été de 80,25 %[38].

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Villeloin-Coulangé est située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire et dans l'arrondissement de Loches. Elle fait partie du canton de Loches.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Membre d'un SIVOM (Syndicat intercommunal à vocations multiples) qui existait depuis 1974, Villeloin-Coulangé a adhéré à la communauté de communes de Montrésor qui regroupe les dix communes de l'ancien canton de Montrésor. On y trouve, outre Villeloin-Coulangé et Montrésor, les communes de Beaumont-Village, Chemillé-sur-Indrois, Genillé, Le Liège, Loché-sur-Indrois, Nouans-les-Fontaines, Orbigny et Villedômain.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Cette liste ne prend pas en compte les maires de Coulangé avant la fusion avec Villeloin le 19 août 1831.

Liste des maires de Villeloin, puis de Villeloin-Coulangé, depuis 1793
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1792 septembre 1797 Charles Bougrier   Serrurier
octobre 1797 septembre 1799 Dominique-Pierre Cazan   Foulonnier
septembre 1799 septembre 1800 Louis-Jean Mabilleau   Notaire
septembre 1800 avril 1816 Alexandre Haincque-Lahoussaye   Propriétaire foncier
juin 1816 juin 1840 Jean-Pierre Mabilleau-Giraud   Notaire, propriétaire foncier
septembre 1840 juillet 1843 Emmanuel Martin   Propriétaire foncier, châtelain
septembre 1843 avril 1848 Louis-Joseph Burland   Notaire
avril 1848 décembre 1858 Augustin Jacquet-Delahaye   Notaire, Conseiller général (1848-1861)
décembre 1858 décembre 1869 Louis-Joseph Burland   Notaire
décembre 1869 septembre 1870 Eugène Arrault   Meunier
septembre 1870 juin 1871 Anselme Palisseau   Médecin
juin 1871 mai 1888 Louis Mondin   Propriétaire foncier
septembre 1876 mai 1884 Eugène Arrault   Meunier
mai 1884 mai 1888 Léon Bernier   Propriétaire foncier
mai 1889 mai 1896 Louis Mondin   Propriétaire foncier
mai 1896 novembre 1919 Léon Bernier   Propriétaire foncier
novembre 1919 mai 1925 Louis Crosse   Médecin
mai 1925 janvier 1937 René Palisseau   Pharmacien
février 1937 mars 1940 Michel Monpoint   Propriétaire foncier
mai 1940 juillet 1945 carence    
juillet 1945 mai 1953 Alfred Orillard   Charron
mai 1953 mars 1965 Pierre Gautron   Agriculteur
mars 1965 mars 2008 Jean Lévèque DVD-UDF Vétérinaire, Conseiller général (1979-2011)
mars 2008 En cours Maryse Garnier DVD[39] Infirmière

Jean Lévèque, dont le mandat a pris fin en 2008 fait partie des doyens des maires de France, avec 43 ans de mandats consécutifs.

Fiscalité communale[modifier | modifier le code]

Taux de fiscalité directe en 2009

Taxe Taux moyen de la strate Taux voté à Villeloin-Coulangé
d'habitation 8,83 % 9,06 %
foncière sur le bâti 12,98 % 10,51 %
foncière sur le non-bâti 34,15 % 25,73 %
professionnelle 8,99 % 6,84 %
Sources des données : Les comptes des communes - Villeloin-Coulangé[40].

Taxes en pourcentage de la valeur locative cadastrale

En 2009, l'annuité de la dette représentait 33 euros par habitant. Le taux d'endettement est donc modeste, et pour comparaison l'endettement moyen des villes de la même strate s'élève à 90 euros par habitant. Après une baisse régulière entre 2001 et 2008, l'endettement tend à repartir à la hausse. Le budget pour l'année 2009 est de 355 000 euros pour le fonctionnement et de 65 000 euros pour l'investissement[40].

Analyse des équilibres financiers - Villeloin-Coulangé - 2009
En euros En euros par habitant Moyenne de la strate
Opérations de fonctionnement
Total des produits de fonctionnement = A 403 000 617 750
Dont : Impôts Locaux 147 000 226 296
Autres impôts et taxes 0 0 38
Dotation globale de fonctionnement 133 000 204 210
Total des charges de fonctionnement = B 351 000 537 593
Dont : Charges de personnel 139 000 213 232
Achats et charges externes 98 000 150 180
Charges financières 7 000 11 25
Contingents 65 000 99 51
Subventions versées 3 000 5 31
Résultat comptable = R (A-B) 53 000 80 157
Opérations d'investissement
Total des ressources d'investissement = C 209 000 320 420
Dont : Emprunts bancaires et dettes assimilées 130 000 199 77
Subventions reçues 21 000 32 84
FCTVA 9 000 14 66
Retour de biens affectés, concédés, etc. 0 0 0
Total des emplois d'investissement = D 175 000 268 422
Dont : Dépenses d'équipement 161 000 246 335
Remboursement d'emprunt et dettes assimilées 14 000 22 66
Charges à répartir 0 0 0
Immobilisation affectées, concédées, etc. 0 0 0
Besoin ou capacité de financement résiduel de la section d'investissement = E (D-C) -34 000 -52 -2
Résultat d'ensemble = R-E 87 000 133 155
Autofinancement
Excédent brut de fonctionnement 60 000 91 182
Capacité d'autofinancement (CAF) 53 000 80 162
CAF nette du remboursement en capital des emprunts 38 000 59 96
Endettement
Encours de la dette au 31/12 248 000 380 599
Annuité de la dette 21 000 33 90
Avance du Trésor au 31/12 0 0 0
Fonds de roulement
214 000 327 289
Source : Les comptes des communes - Villeloin-Coulangé[40].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 12 janvier 2013, Villeloin-Coulangé n'est jumelée avec aucune autre commune[41].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2016, la commune comptait 615 habitants[Note 4], en diminution de 4,8 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
252247244238256951873847847
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8259269319289609721 0011 0061 030
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0251 0609889721 0111 0071 1111 066978
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
926830681573571618636638643
2016 - - - - - - - -
615--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la commune de Villeloin en 2007[46] en pourcentage.
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ans et plus
6,5 
12,9 
75 à 89 ans
17 
22,5 
60 à 74 ans
19,6 
21,5 
45 à 59 ans
19,6 
16,9 
30 à 44 ans
16,1 
10,3 
15 à 29 ans
7,7 
15,2 
0 à 4 ans
13,4 
Pyramide des âges du département d'Indre-et-Loire en 2007 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans et plus
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
9,8 
13,1 
60 à 74 ans
13,9 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
19,6 
15 à 29 ans
19,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,4 

En 2007, la population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (39,8 %) est en effet largement supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (22,8 %). Comme au niveau national et départemental, la population masculine de la commune (47,3 % pour 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental) est inférieure à la population féminine.

État matrimonial et composition des ménages[modifier | modifier le code]

Marié(e) Veuf(veuve) Divorcé(e) Célibataire
49 % 17 % 7,3 % 26,7 %
Source : Chiffres clés de l'INSEE 2007

Le nombre moyen de personnes par ménage est passé de 3,4 à 2,2 entre 1968 et 2007.

Mobilité résidentielle sur cinq ans[modifier | modifier le code]

Depuis 2002, 26 % de la population nouvellement installée provient d'une autre région de France métropolitaine. 67,3 % des résidents n'ont pas déménagé tandis que 6,5 % des résidents ont changé de logement tout en restant au sein de la commune. Ainsi, alors que sur les plans départemental et régional les migrations résidentielles auraient globalement tendance à renforcer le vieillissement des populations[48] (notamment avec une part plus importante de départs chez les jeunes adultes), les dynamiques de mobilité qui animent la commune semblent suivre une tendance pour partie différente. Les mécanismes locaux de la mobilité résidentielle sont fondés, certes, sur le départ de populations fraîchement diplômées, mais ces départs sont numériquement compensés par l'installation de foyers de néoruraux — actifs ou retraités — fuyant les désagréments des villes à la recherche d'une qualité de vie moins stressante[49].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie d'Orléans-Tours, la ville administre une école, à la fois école maternelle et école élémentaire d'environ 50 élèves. Celle-ci fait partie du Regroupement pédagogique communal incluant les écoles de Loché-sur-Indrois et Montrésor pour les enfants (141 au total en 2009, dont 55 de Villeloin-Coulangé) des communes de Villeloin-Coulangé, Montrésor, Loché-sur-Indrois, Chemillé-sur-Indrois, Beaumont-Village et Villedômain[50].

Le collège le plus proche est situé à Montrésor et le lycée le plus proche à Loches.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas d'office de tourisme sur son territoire, elle dépend de l'office de tourisme du Val d'Indrois[51] situé à Montrésor. On y retrouve toutes les communes de la Communauté de communes de Montrésor avec les communes de Beaumont-Village, Chemillé-sur-Indrois, Genillé, Le Liège, Loché-sur-Indrois, Montrésor, Nouans-les-Fontaines, Orbigny, Villedômain.

Toutefois, le syndicat d'initiative de Villeloin-Coulangé, présidé en 2010 par Didier Béguin organise des événements toute l'année. Grâce aux bénéfices réalisés lors des manifestations qu'il organise, ce syndicat d'initiative a financé en 2009 l'installation d'une nouvelle aire de jeux pour les enfants au bord de l'Indrois et de l'ancienne gare. Parmi les manifestations organisées, on compte :

  • en avril : une randonnée pédestre d'une dizaine de kilomètres ;
  • en juillet : la fête des fleurs. Plus de 500 repas sont servis pendant la soirée qui se termine par un bal et un feu d'artifice ;
  • le 15 août : la brocante. Elle réunit plus de 300 exposants et accueille plusieurs milliers de visiteurs depuis plus de vingt ans et reste l'une des plus importantes de la région. Elle a droit à un reportage télévisé tous les ans[52],[53] ;
  • en décembre : l'arbre de Noël. Un spectacle est organisé pour la centaine d'enfants du village chaque année avec un goûter traditionnel et l'arrivée du père Noël avec les cadeaux offerts par la commune.

Communication et équipements[modifier | modifier le code]

Villeloin-Coulangé bénéficie d'une agence postale / point multiservice.

La commune dispose d'une salle des fêtes polyvalente, qui peut être mise à la disposition des associations et des habitants.

La liste des équipements présents sur la commune est complétée par une bibliothèque municipale, située au sein de l'école, intégrée au réseau de bibliothèques du territoire du lochois[54], un cimetière, et un columbarium.

L'ensemble du territoire de la commune est desservi par l'ADSL. Toutefois, les villages et hameaux éloignés de plus de 3 km des centraux (situés à Montrésor et Nouans-les-Fontaines) sont affectés par une réduction des performances de l'internet haut débit.

Villeloin-Coulangé met à disposition des habitants des sacs et des conteneurs permettant de faire un tri sélectif. La commune ne possède pas de centre de traitement des déchets ; les déchèteries du SMICTOM du Val d'Indrois, situées sur les communes de Genillé et Nouans-les-Fontaines, sont à proximité[55].

Santé[modifier | modifier le code]

Une pharmacie et plusieurs professionnels libéraux de santé sont présents sur la commune. Une maison médicale regroupant l'ensemble de ceux-ci est en chantier ; son ouverture est prévue pour 2012.

Le centre hospitalier le plus proche est le centre hospitalier Paul Martinais à Loches, le centre de convalescence et de réadaptation est celui de « Puygibault » situé route de Bourrais à la périphérie de la ville de Loches, le centre hospitalier universitaire est à Tours.

Depuis 1970, Villeloin-Coulangé dispose d'une maison de retraite médicalisée de 82 places, « Les Baraquins », qui est également un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)[56].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un terrain de football qui est (rarement) utilisé par l'ECF (entente des clubs de football du pays montrésorois) (95 licenciés en 2010-2011)[55]. Les joueurs sont répartis en six équipes de « moins de 7 ans » à « moins de 18 ans ». Les terrains principaux utilisés par l'ECF sont ceux des communes de Genillé, Nouans-les-Fontaines, Orbigny et Loché-sur-Indrois[57].

Le club de pétanque de Villeloin-Coulangé a été créé en 1989. En 2010, le club fonctionne bien malgré un nombre réduit d'adhérents : 5 seulement[55].

Depuis septembre 2010, un cours de gymnastique, mis en place par une association intercommunale (L'entente communale de gymnastique volontaire - ECGV) déploie l’activité gymnique sur trois communes : Villeloin-Coulangé, Nouans-les-Fontaines et Villedômain[55].

Cultes[modifier | modifier le code]

vue de l'église avec le monument au mort au premier plan
L'église Saint-Michel et le monument aux morts.
gros plan d'une sculpture visible à l'entrée de l'église
Saint Michel terrassant le dragon (fronton de l'église de Villeloin-Coulangé).

La commune de Villeloin-Coulangé relève de la paroisse catholique Saint-Jean-Baptiste[58], qui est une subdivision du diocèse de Tours[58], lequel relève de la Province ecclésiastique de Tours. La paroisse Saint-Jean Baptiste regroupe huit communes et huit clochers dont celui de Saint-Michel à Villeloin-Coulangé.

Une communauté de l'ordre de Grandmont (qui suit la règle de Saint Étienne de Muret) est présente depuis 1979 dans la commune au prieuré de Grandmont Villiers. Dans un ancien ermitage grandmontain fondé par Henri II Plantagenêt, trois frères vivent de « l'évangile et de la croix » en communion avec toute l'Église.

La messe n'est dite dans l'église Saint-Michel qu'à de rares occasions et pour les baptêmes, mariages et enterrements[50].

Économie[modifier | modifier le code]

Villeloin-Coulangé est classée en zone de revitalisation rurale par arrêté du [59].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 15 116 , ce qui plaçait Villeloin-Coulangé au 25 993e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[60].

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[61].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Villeloin-Coulangé est un village avec assez peu d'entreprises : au 1er janvier 2008 la commune en comptait 26 (hors agriculture)[62]. En 2007, ces établissements étaient répartis, pour 6,9 % dans l'industrie, 17,2 % dans la construction, 27,6 % dans le commerce et 48,3 % dans les services. À titre de comparaison, dans le département d'Indre-et-Loire on trouve 15,3 % des emplois dans l'industrie, 7,9 % dans la construction, 41,9 % dans le commerce et 31,5 % dans les services[63].

La principale entreprise industrielle est Leroux SA spécialisée dans le profilage à froid et le cintrage de tous métaux. Le premier employeur de la commune est la maison de retraite des Baraquins, qui en 2010 comptait 63 postes.

En 2007, l'activité agricole restait importante, bien qu'entre 1988 et 2000 le nombre d'exploitations agricoles soit passé de 42 à 27 (de 33 à 20 pour les professionnels). La surface agricole utile atteignait 2 646 hectares (dont 1 392 ha en céréales). Le cheptel bovin dépassait 600 têtes[62]. En 2010, la commune comptait neuf exploitations en polyculture, onze élevages viande et un élevage laitier[64].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2007, le taux de chômage à Villeloin-Coulangé était de 8,8 % contre 11,4 % en 1999.

Structure des emplois à Villeloin-Coulangé, selon le recensement de 1999

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Villeloin-Coulangé 13,2 % 3,8 % 13,2 % 11,3 % 30,2 % 28,3 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : Insee[65]

Commerce[modifier | modifier le code]

Si certains commerces ont disparu (boulangerie, boucherie, café, restaurant), il subsiste sur la commune une épicerie (qui assure les livraisons à domicile) qui propose du pain, du poisson et a mis en place des partenariats avec les producteurs locaux[66] ; un tabac - presse qui, depuis sa reprise en 2005, propose, en plus, de la papeterie, des produits informatiques, des cadeaux[67] ; un salon de coiffure ; une pharmacie[68]. Par ailleurs, un boucher ambulant dessert le village une fois par semaine.

De nombreux artisans sont aussi présents sur la commune : menuisier, plombier, peintre, peintre d'intérieur, charpentier, électricien, maçon, couvreur, scierie[55].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin[modifier | modifier le code]

photo ancienne de la porte principale de l'abbaye
Abbaye de Villeloin - porte d'entrée fortifiée sud - XVe siècle - photo de 1923.
Article détaillé : Abbaye Saint-Sauveur de Villeloin.
Article connexe : Michel de Marolles.

Fondée au IXe siècle par deux chevaliers, l'abbaye bénédictine Saint-Sauveur de Villeloin est dévastée par les troupes anglaises pendant la guerre de Cent Ans en 1360 puis en 1412. L'abbaye était située à la frontière entre les possessions anglaises (sous Édouard III d'Angleterre) et le royaume de France de Philippe VI de France.

Le monastère devient prospère grâce à de nombreux dons. On sait que l'abbaye de Villeloin était importante par son nombre de moines et les terres possédées[Note 5]. Le , lors de son voyage à Loches, Philippe le Bel séjourna dans l'abbaye[26].

Par ailleurs, deux crosses épiscopales furent découvertes lors de fouilles en 1921 (voir ci-dessous). La présence de ces deux crosses dans l'environnement de l'abbaye de Villeloin donne une indication sur la place réelle de cet établissement, fondé dès le IXe siècle, à la période médiévale. Ces deux objets, en particulier la crosse émaillée, étaient précieux et très coûteux, et semblent indiquer que leurs possesseurs étaient des abbés d'un certain renom.

L'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin fait l'objet en 1927 de quatre inscriptions au titre des monuments historiques[69] : l'église datant du XIIe siècle est fut inscrite par arrêté du ). L'ancien prieuré, le pavillon Renaissance et les tours sont du XVIe siècle. L'ancien couvent est du XVIIe siècle. Sa façade et son portail du XVIIe siècle, ainsi que la porte de l'ancienne chapelle ont été inscrits par arrêté du . L'ancien prieuré avec pavillon et tourelle Renaissance, le grand portail d'entrée, les deux tours du pont-levis et la tour à l'Est du pont-levis ont été inscrits par arrêté du . Enfin, le pavillon Renaissance et la grande tour carrée ont été inscrits par arrêté du .

Les crosses de l'abbaye de Villeloin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crosse de l'abbaye de Villeloin.

Lors de travaux réalisés dans la commune de Villeloin-Coulangé au début des années 1920, deux crosses abbatiales ont été trouvées.

Une crosse pastorale du XIIIe siècle fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [70]. Elle a été mise au jour par Charles Paillaud le . Elle se trouvait dans un tombeau, sous le pavage d'une salle qui fut à l'époque identifiée comme l'ancienne salle capitulaire de l'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin. Cette crosse en ivoire de 0,16 m (0 6) est datée des environs de l'an 1200. Elle fut trouvée associée à la bouterolle (ou cuspes) de bronze qui terminait sa hampe. Le musée de Cluny put acquérir cette rare pièce en . Elle est exposée au musée dans la salle des ivoires.

Une seconde crosse a été mise au jour dans la même salle que la première, le . C'est un travail d'émaillerie limousine. Réalisée vers 1220-1235, elle est faite de cuivre embouti, champlevé, gravé, émaillé bleu moyen et doré. Elle est haute de 32,7 cm et large de 18 cm. On y voit le Couronnement de la Vierge dans la volute et l'Annonciation sur la douille. Elle est visible au musée de l'hôtel Goüin à Tours[71].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le prieuré de Grandmont Villiers[modifier | modifier le code]

L'ancien cloître du prieuré.

Vers 1157, Henri II Plantagenêt fonde la maison de Grandmont-Villiers pour les ermites de Grandmont, disciples de saint Étienne de Muret, mort en 1124. La charte de sa fondation établie en 1162 est confirmée par son fils Richard Ier en 1189. En 1295, vingt ermites vivent dans l'établissement. La maison devient prieuré conventuel en 1317 et compte alors quarante ermites. Sont notamment hôtes de ce prieuré Charles IV le Bel en 1324, et Louis XI en 1462 et 1472. En 1358, les Anglo-Navarrais incendient le prieuré. La « commende » y est introduite en 1495. La communauté compte trois frères à sa suppression par la Commission des réguliers en 1772. En 1780, l’église et les bâtiments du monastère sont rasés par Louis-Jacques de Baraudin. La partie sud est conservée comme résidence de campagne. Le sanctuaire de l’église est lui aussi démoli et transformé en grange. Il démolit et mure la façade du chapitre. La maison est vendue comme bien national en 1792. Elle est rachetée par François-Xavier Branicki, propriétaire du château de Montrésor, en mai 1851. Le reste du domaine est racheté par Constantin-Grégoire Branicki en 1878. Le prieuré est utilisé comme ferme et rendez-vous de chasse jusqu’en 1963. Occupé quelques années par des tapissières, il est ensuite abandonné à la ruine[72].

Depuis 1979, trois ermites occupent de nouveau les lieux[73].

Le prieuré Notre-Dame et Saint-Étienne de Villiers fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [74].

Églises[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Églises de Villeloin-Coulangé.

La commune de Villeloin-Coulangé, en plus de l'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin et du prieuré de Grandmont Villiers, compte trois églises :

  • l'ancienne église Saint-Sulpice de Coulangé (XIIe siècle) ;
  • l'ancienne église Saint-Michel de Villeloin (XIIe siècle) ;
  • l'église actuelle de Villeloin-Coulangé qui date de 1872 (XIXe siècle).

Cette dernière accueille plusieurs objets classés au titre objet des monuments historiques :

  1. Une œuvre de Jean Boucher qui date de 1626 : L'Adoration des bergers. Cette œuvre fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [75].
  2. Un tableau qui date du XVIIe siècle : La Vierge à l'Enfant, Vierge apparaissant à un religieux. Il fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [76].
  3. Une sculpture qui date du XVIIe siècle : Christ en croix. Cette statue en bois fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [77].
  4. Une sculpture qui date du XVe siècle : Vierge de pitié. Ce groupe sculpté en pierre fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [78].
  5. Une sculpture qui date du XVe siècle : Saint Michel. Cette statue de pierre fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [79].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le moulin Charreau[modifier | modifier le code]

vue de l'ancien moulin avec une haie au premier plan
Le moulin Charreau, ancien moulin à eau.

Le moulin de Charreau a probablement vu le jour lors de la fondation de l'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin au IXe siècle. C'est vers 1830 qu'a été érigé le bâtiment actuel. Aujourd'hui propriété privée, ce moulin à eau n'a plus aucune activité. Toutefois subsistent, avec le bâtiment, la roue à aubes positionnée directement sur la rivière, la vanne motrice, la rotonde en pierre dure et le système de tamisage[80]. Les anciennes écuries, fenils, hangars et préaux peuvent également être visités.

Les fours à chaux à Villeloin-Coulangé[modifier | modifier le code]

vue de la tour de l'ancien four à chaux et de la maison attenante
Four à chaux du XIXe siècle situé au gué de Coulangé

Les établissements chaufourniers sont souvent méconnus bien qu'ils soient l'une des composantes du patrimoine. Ils étaient primordiaux au XIXe siècle en Touraine.

La commune de Villeloin-Coulangé a compté jusqu'à cinq fours à chaux :

  • un à Villiers au sein du Prieuré de Grandmont Villiers, qui a disparu ;
  • un au gué de Coulangé[81] ;
  • un à Villebaslin qui a disparu ;
  • un à la Villatte[82] ;
  • un à Montiange[83].

Autres monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

vue d'une allée bordée de chênes avec un le château des Genêts au fond
Le château des Genêts (XIXe siècle).
  • Château de Bel-Air XIXe siècle, aujourd'hui propriété privée.
  • Château des Genêts XIXe siècle :

Le château des Genêts, entre Villeloin et Nouans-les-Fontaines, était un fief relevant de Coulommiers, qui appartenait en 1503 à André de Percy. Il était encore en 1731 aux mains de la famille de Maussabré (seigneurs d'Heugnes), qui l'avait hérité, par mariage, des de Percy et qui le céda aux Guillemot de l'Espinasse[84]. Ce château appartient à la famille Lamazière dont est issue Simonne Calary de Lamazière, épouse du maréchal Jean de Lattre de Tassigny, maréchal de France, et mère de Bernard de Lattre (voir ci-dessous).

  • Logis ancien de Navas :

Ce logis est en fait une maison bourgeoise de 1880. L'une des particularités de ce domaine est de posséder une chapelle du XIXe siècle toujours consacrée et possédant des vitraux de l'atelier Lobin et des peintures retraçant son histoire. C'est aujourd'hui une propriété privée qui accueille des gîtes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Robert de Lenoncourt[modifier | modifier le code]

Robert de Lenoncourt (né en 1510 et mort le ), qui fut abbé de Villeloin entre 1551 et 1557 fut aussi comte-évêque de Châlons-en-Champagne et de Metz, archevêque d'Embrun, d'Auxerre, de Sabine, d'Arles et de Toulouse. Il était déjà cardinal depuis 1538.

Achille de Harlay de Sancy[modifier | modifier le code]

Achille de Harlay de Sancy (né à Paris en 1581 - mort à Saint-Malo le 26 novembre 1646), baron de Sancy, avant d'être évêque de Saint-Malo fut abbé de Villeloin.

Michel de Marolles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Michel de Marolles.
portrait gravé de Michel de Marolles en tenue d'abbé
Michel de Marolles - Abbé de Villeloin.

L'abbé Michel de Marolles a publié un grand nombre d'ouvrages, et lorsque la mort est venue le surprendre, à Paris le 6 mars 1681, il tenait prêtes encore beaucoup de notes qu'il se proposait de faire imprimer.

On se souvient surtout de Michel de Marolles, abbé de Villeloin, pour la collection d'estampes qu'il amassa : de plus de 120 000 gravures (dont plus de 200 de Rembrandt) que Colbert lui acheta pour le roi Louis XIV. Il rédigea une Histoire des Roys de France et des choses plus mémorables qui se sont passées sous leur règne[85] paru en 1663 « avec privilège de sa majesté », une série de discours où sont évoqués les cabinets de curiosités de la ville de Paris et un dénombrement des personnes qui lui ont offert de leurs livres. Il traduisit un grand nombre d'ouvrages latins.

« J'ai perdu des amis par un rare caprice, quand je leur ai donné des livres que j'ai faits, comme gens offensez, sans pardonner jamais, Bien qu'on n'ait point blessé leur méchant artifice[86]. »

Ses écrits qui relatent l'histoire villaloupéenne sont les Mémoires de Michel de Marolles abbé de Villeloin avec des notes historiques et critiques[87] qui parurent en 1657. Car, s'il est né à Genillé le 22 juillet 1600, Michel de Marolles a surtout été Abbé de Villeloin entre 1626 et 1674. Mais l'époque n'était pas à la description des mœurs paysannes et Michel de Marolles décrit principalement ses voyages, la cour et les nobles qui l'entouraient.

Toutefois, dans cet ouvrage un paragraphe évoque Villeloin et Coulangé :

« Nous allions nous mêler parmi les moissonneurs & prenant même leurs faucilles, nous essayons de couper les bleds, comme eux.
Je me souviens qu'un jour m'échauffant peut-être un peu trop à cet exercice, une Demoiselle m'ayant demandé si M. l'Abbé de Villeloin faisait cela ? je lui répondis que « oui », comme si j'eusse regardé l'avenir par un esprit prophétique & quand elle m'eut répliqué, comme je l'entendais ? Je ne sais, lui dis-je ; mais quand cela sera, celui que vous dites ne se ferait point de tort, parce qu'autrefois d'aussi honnêtes gens que lui n'en auraient pas rougi (j'avais appris cela, sans doute, dans la vie de quelque illustre Romain) & sans savoir ce que je disais, elle se prit à rire & m'arracha la faucille de la main, de peur que je m'en fisse mal.
Après la moisson, les Paysans choisirent un jour de Fête, pour s'assembler & faire un petit festin, qu'ils appelaient l'Oifon de Métive[Note 6], à quoi ils conviaient non seulement leurs amis, mais encore leurs Maîtres, qui les comblaient de joie, s'ils se donnaient la peine d'y aller[87]. »

Daniel Wilson[modifier | modifier le code]

Daniel Wilson, qui fut propriétaire d'un four à chaux situé au lieu-dit Montiange, est un homme politique français. Il est resté célèbre pour son implication dans le scandale des décorations, qui amène son beau-père, le président de la République française Jules Grévy à démissionner.

Famille de Lattre de Tassigny et Calary de Lamazière[modifier | modifier le code]

Jean de Lattre de Tassigny, maréchal de France, et Bernard de Lattre ont souvent séjourné à Villeloin-Coulangé car l'épouse du maréchal, Simonne Calary de Lamazière, avait une maison de famille : le château des Genêts sur la route de Nouans-les-Fontaines. Son père Raoul Calary de Lamazière en fut même conseiller municipal. C'est Madame la maréchale qui a dévoilé la plaque commémorant le souvenir de son fils dans la rue principale du bourg, qui porte aujourd'hui son nom[88].

Elle évoque un passage en 1945, après la victoire (mais avant l'armistice), qui l'a beaucoup émue dans le livre qu'elle a consacré au maréchal : Jean de Lattre, mon mari.

« Guidés par Tudert, nous devions gagner ce soir même les Genêts, où étaient prévues d'autres festivités. Par Châtellerault, Loches et Montrésor, nous parvînmes, sans trop de retard, à Villeloin. Le conseil municipal, les notables, les enfants des écoles, réunis sur la place de l'église, nous attendaient. Il y avait le docteur et Mme Amat, les Badinet, beaucoup de visages tous connus...
De part et d'autre du monument aux morts, un détachement en armes rendit les honneurs — Jean avait été ému à Mouilleron et à Poitiers, je le fus à mon tour lors du « Présentez armes » et de la minute de silence dans « mon village » ; je le fus encore au hameau de Coulangé, où nous dûmes mettre pied à terre sous une banderole : « gloire au Libérateur de l'Alsace. Honneur aux héros. » Une table avait été dressée au carrefour de la route de Loché, il fallut trinquer. Bernard et son oncle Raoul étaient enchantés de retrouver tous les bons amis tourangeaux !
Aux Genêts enfin, grand-mère heureuse et fière présida le dîner aux nombreux convives. Le général était d'excellente humeur [...][89]. »

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Michel de Marolles

La commune n'a pas de blason. Les armes de Michel de Marolles abbé de Villeloin, personnalité qui a le plus marqué l'histoire de la ville, se blasonnent ainsi :

D'azur à une épée d'argent, la poignée d'or, posée en pal, la pointe en bas, entre deux pennes, d'argent, aussi posées en pal.[90]


Blason de Michel de Marolles

Le blasonnement de l'abbaye de Villeloin se libelle ainsi :

D'azur, à une Notre-Dame d'or.[91]

Alias du Blason de l'Abbaye Saint Sauveur de Villeloin

Et celui de l'Alias de l'abbaye :

De gueules, à une croix engrêlée d'or, accompagnée de quatre fleurs de lis d'argent.[91]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Le Patrimoine des Communes d'Indre et Loire : Centre, Flohic éditions, , 1405 p. (ISBN 2-84234-115-5).
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Bernard Briais, Loches et la Touraine du sud, Association pour la promotion du tourisme en pays Lochois/C.L.D., , 158 p. (ISBN 9782854430769).
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article R. Ranjard, La touraine archéologique : Guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Joseph Floch, , 735 p. (ISBN 2-85554-072-0).
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Michel De Marolles, Mémoires de Michel de Marolles abbé de Villeloin avec des notes historiques et critiques, Paris, , 396 p. (lire en ligne).
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Simmone de Lattre, Jean de Lattre, mon mari : 25 septembre 1926 – 8 mai 1945, t. 1, Paris, Presses de la Cité, , 507 p.
  • Simmone de Lattre, Jean de Lattre, mon mari : 8 mai 1945 – 11 janvier 1952, t. 2, Paris, Presses de la Cité, , 417 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Villeloin-Coulangé.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  2. La source ne fournit pas de détail précis des dégâts.
  3. Nous n'avons pas de détail de ces demandes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  5. Voir article détaillé sur l'abbaye.
  6. Métive vient de « metere » qui signifie « moissonner ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance orthodromique entre Villeloin-Coulangé et Loches », sur le site de Lion 1906, (consulté le 21 juin 2010).
  2. « InfoTerre, Le visualiseur des données géo-scientifiques », sur le portail géomatique d’accès aux données géo-scientifiques du BRGM, (consulté le 10 janvier 2011)
  3. a et b « Tours Saint Symphorien, Indre-et-Loire(37), 108m - [1965-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le 10 septembre 2009)
  4. « L'Indrois à Genillé (Synthèse) », sur la « banque Hydro » du ministère de l'écologie et du développement durable, (consulté le 10 janvier 2011)
  5. Arrêté no 2010-O6-0224 du 23 juin 2010 définissant les seuils d'alerte et de crise des cours d'eau du département de l'Indre et les mesures de limitation ou suspension provisoire des prélèvements d'eau, [lire en ligne]
  6. « La Tourmente à Villeloin (Synthèse) », sur la « banque Hydro » du ministère de l'écologie et du développement durable, (consulté le 10 janvier 2011)
  7. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  8. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  9. a et b « ZNIEFF240031220 - MASSIF FORESTIER DE LOCHES », sur l'inventaire national du patrimoine naturel, édité par le muséum national d’histoire naturelle, (consulté le 19 octobre 2010).
  10. TER SNCF – Centre - Informations pratiques sur la gare de Loches
  11. « Touraine Fil Vert - Secteur de Montrésor », sur le site de Touraine Fil Vert, le réseau des transports interurbains d'Indre et Loire, (consulté le 10 janvier 2010)
  12. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine : Tome VI, Tours, impr. de Rouillé-Ladevèze, 1878-1884 (lire en ligne)
  13. « Insee - Résultats du recensement de la population - 2007 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), (consulté le 19 décembre 2010)
  14. « Insee - Les chiffres clés de Villeloin-Coulangé », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), (consulté le 22 juin 2010)
  15. Société archéologique de Touraine, Mémoires de la Société archéologique de Touraine. Série in-8, Tours, [S.n.], 1842-1899, 220 p. (ISSN 1149-4689, lire en ligne), p. 34
  16. Le Patrimoine des Communes d'Indre-et-Loire : Tome II, Paris, Flohic éditions, , 1405 p. (ISBN 9782842341152)
  17. Carré de Busserolle, Jacques-Xavier (1823-1904), Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine : Tome VI, t. VI, Tours, impr. de Rouillé-Ladevèze, 1878-1884, 447 p. (lire en ligne), p. 419
  18. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 721b
  19. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  20. Carré de Busserolle, Jacques-Xavier (1823-1904), Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine : Tome II, t. II, Tours, impr. de Rouillé-Ladevèze, 1878-1884, 492 p. (lire en ligne), p. 383
  21. Gérard Cordier, « Matériel néolithique tourangeau de mouture et de broyage », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 30, no 30,‎ , p. 57 (lire en ligne)
  22. Gérard Cordier, « Le site chasséen du plateau des Châtelliers à Amboise (Indre-et-Loire). Découverte et fouilles A. et S. Hogstrom (1954-1957) », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 34, no 34,‎ , p. 144 (lire en ligne)
  23. Bernard Briais, Loches et la Touraine du sud, Association pour la promotion du tourisme en pays Lochois/C.L.D., , 158 p. (ISBN 9782854430769)
  24. Le Patrimoine des Communes d'Indre et Loire : Centre, Paris, Flohic éditions, , 1405 p. (ISBN 2-84234-115-5), p. 1006
  25. Société archéologique de Touraine, Mémoires de la Société archéologique de Touraine. Série in-8 (1842), [S.n.] (Tours), 1842-1899, 390 p. (lire en ligne), p. 358
  26. a b et c Société archéologique de Touraine, Mémoires de la Société archéologique de Touraine. Série in-8 (1842), [S.n.] (Tours), 1842-1899, 220 p. (lire en ligne), p. 39
  27. a b c et d Société archéologique de Touraine, Mémoires de la Société archéologique de Touraine. Série in-8 (1842), t. Tome VI, [S.n.] (Tours), 1842-1899, 447 p. (lire en ligne), p. 419
  28. a b c et d Philippe Chapu, Bulletin de la société des amis du Pays Lochois - décembre 1991 : L'Abbaye de Villeloin, visite guidée, t. n°7, Loches, , 197 p., p. 169
  29. Carré de Busserolle, Jacques-Xavier (1823-1904), Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine : Tome VI, t. VI, Tours, impr. de Rouillé-Ladevèze, 1878-1884, 447 p. (lire en ligne), p. 421
  30. Georges Duplessis, Le livre des peintres et graveurs : par Michel de Marolles, abbé de Villeloin, nouvelle édition revue par, P. Jannet, , 111 p. (lire en ligne), p. 8
  31. a et b Guy Béguin, « L'Abbaye Saint Sauveur », Bulletin municipal,‎ , p. 9
  32. Guy Béguin, « Hommage au Maquis Césario », Bulletin municipal,‎ , p. 7
  33. Alexis Boddaert, « La découverte des planques d'Action directe Un travail de fourmi de la gendarmerie », Le Monde,‎
  34. Laurent Greilsamer, « Au palais de justice de Paris Les quatre dirigeants d'Action directe comparaissent devant une cour d'assises spéciale », Le Monde,‎
  35. « Scrutin de l'élection présidentielle de 2007, résultats à Villeloin-Coulangé », sur le site du ministère de l'Intérieur, (consulté le 10 janvier 2011)
  36. « Résultat des élections européennes 2009, résultats à Villeloin-Coulangé », sur le site du ministère de l'Intérieur, (consulté le 10 janvier 2011)
  37. « Résultat des élections régionales 2010, résultats à Villeloin-Coulangé », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 10 janvier 2011)
  38. « Résultat des élections municipales 2008, résultats à Villeloin-Coulangé », sur L'internaute, (consulté le 10 janvier 2011)
  39. https://www.lemonde.fr/centre-val-de-loire/indre-et-loire,37/villeloin-coulange,37277/
  40. a b et c Données mises en ligne sur le site de la direction de la comptabilité publique au sein du ministère des finances
  41. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le 12 janvier 2013)
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  46. « Population par sexe et âge en 2007 », sur site de l'Insee (consulté le 10 janvier 2011)
  47. « Résultats du recensement de la population d'Indre-et-Loire en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 décembre 2010)
  48. Laurent Toulemon de l'Institut national d’études démographiques, Projections démographiques pour la France et ses régions : vieillissement de la population et stabilisation de la population active, dans « Économie et statistique », Paris, Dossier Projections de population, no 408-409, 2007, p. 81-94, p. 90, [lire en ligne]
  49. J.-D. Urbain, Paradis verts : Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot & Rivages éd., coll. « Petite bibliothèque Payot », Paris, 2008, no 677, 2e éd., 413 pages
  50. a et b Bulletin municipal 2010
  51. « page d'accueil », sur le site officiel de l'office de tourisme du Val d'Indrois (consulté le 10 janvier 2011).
  52. « Les Français amoureux des brocantes. Exemple à Villeloin Coulangé en Indre et Loire. », sur le site de TF1, (consulté le 10 janvier 2011).
  53. « C'est la saison des vide-greniers. A Villeloin-Coulangé, dans l'Indre-et-Loire, la brocante est une véritable institution depuis plus de 20 ans. Vendeurs, acheteurs, tout le monde y trouve son compte. », sur le site de TF1, (consulté le 10 janvier 2011).
  54. « Réseau de Bibliothèques en Indre et Loire », sur le site du conseil général d'Indre-et-Loire, (consulté le 10 janvier 2011)
  55. a b c d et e Bulletin municipal 2011
  56. « Ehpad Les Baraquins », sur le site de la fédération hospitalière de France, (consulté le 10 janvier 2011)
  57. « 4 terrains », sur le site de l'entente des clubs de football du pays montrésorois (consulté le 10 janvier 2011)
  58. a et b « Paroisse Saint-Jean Baptiste », sur le site du diocèse de Tours, (consulté le 30 juin 2010)
  59. « Arrêté du 16 mars 2017 constatant le classement de communes en zone de revitalisation rurale », sur Legifrance.gouv.fr (consulté le 19 janvier 2018).
  60. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)
  61. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  62. a et b « Villeloin-Coulangé, Évolution et structure de la population », sur le site de l'Insee, (consulté le 10 janvier 2011)
  63. « Recensement 2007 - Emplois selon le secteur d'activité en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 décembre 2010)
  64. Maryse Garnier, « 638 habitants, 3460 ha », La Renaissance lochoise, no 3326,‎ , p. 7
  65. « L'encyclopédie des villes de France, Villeloin-Coulangé », sur le site de L'Internaute Magazine (consulté le 10 janvier 2011)
  66. « Bienvenue à ... », Bulletin municipal,‎ , p. 30
  67. « Les brèves... », Bulletin municipal,‎ 2005-2006, p. 27
  68. « Les brèves », Bulletin municipal,‎ , p. 27
  69. Notice no PA00098293, base Mérimée, ministère français de la Culture
  70. Notice no PM37000613, base Palissy, ministère français de la Culture
  71. Note de Guy du Chazaud, conservateur des antiquités et objets d'art d'Indre-et-Loire. 29 juillet 1998.
  72. waechter, « L'ermitage de Grandmont » (consulté le 29 janvier 2010)
  73. Michel Fougerat, « Les ordres religieux et monastiques », (consulté le 28 janvier 2010)
  74. Notice no PA00098294, base Mérimée, ministère français de la Culture
  75. Notice no PM37000608, base Palissy, ministère français de la Culture
  76. Notice no PM37000610, base Palissy, ministère français de la Culture
  77. Notice no PM37000609, base Palissy, ministère français de la Culture
  78. Notice no PM37000612, base Palissy, ministère français de la Culture
  79. Notice no PM37000611, base Palissy, ministère français de la Culture
  80. « Le Moulin Charreau », Bulletin municipal,‎ , p. 14
  81. Service régional de l'inventaire d'Indre-et-Loire, Notice no IA37001611, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. Service régional de l'inventaire d'Indre-et-Loire, Notice no IA37001613, base Mérimée, ministère français de la Culture
  83. Service régional de l'inventaire d'Indre-et-Loire, Notice no IA37001612, base Mérimée, ministère français de la Culture
  84. Robert Ranjard, La Touraine archéologique : Guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Joseph Floch, , 735 p. (ISBN 2-85554-072-0), p. 694
  85. Histoire des Roys de France et des choses plus mémorables qui se sont passées sous leur règne : par l'abbé de Marolles, Paris, (lire en ligne)
  86. Michel de Marolles, Le Livre des peintres & Graveurs, Paris, 1667. p. 8.
  87. a et b Mémoires de Michel de Marolles abbé de Villeloin avec des notes historiques et critiques, Paris, , 396 p. (lire en ligne)
  88. « À Villeloin-Coulangé. Mme la maréchale de Lattre a dévoilé la plaque commémorant le souvenir de son fils », Nouvelle République,‎ .
  89. Simone de Lattre, Jean de Lattre, mon mari : 25 septembre 1926 – 8 mai 1945, t. 1, Paris, Presses de la Cité, , 507 p., p. 482.
  90. Société archéologique de Touraine, Armorial général de la Touraine ; précédé d'une notice sur les ordonnances, édits, déclarations et règlements relatifs aux armoiries avant 1789., t. 19, Tours, [S.n.], 1866-1867, 1208 p. (ISSN 1149-4689, lire en ligne), p. 628
  91. a et b Société archéologique de Touraine, Armorial général de la Touraine ; précédé d'une notice sur les ordonnances, édits, déclarations et règlements relatifs aux armoiries avant 1789., t. 19, Tours, [S.n.], 1866-1867, 1208 p. (ISSN 1149-4689, lire en ligne), p. 1028
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 12 février 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 12 février 2011 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.