Mésange à longue queue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aegithalos caudatus • Orite à longue queue

Aegithalos caudatus
Description de cette image, également commentée ci-après
Mésange à longue queue
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Aegithalidae
Genre Aegithalos

Espèce

Aegithalos caudatus
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Mésange à longue queue, Aegithalos caudatus, aussi nommée Orite à longue queue et anciennement tupinet, est une espèce de passereaux de la famille des Aegithalidae (et non des Paridae comme la plupart des autres mésanges). On la trouve presque partout en Europe où elle est sédentaire et occupe presque tous les habitats : bois, parcs, jardins, etc.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau mesure 13 à 14,5 cm (dont 8 à 9 pour la queue) pour une envergure de 17 à 18 cm et une masse de 6 à 10 g.

C'est un minuscule oiseau avec une très longue queue et des petites ailes rondes, au ventre blanc légèrement rosé, à la tête blanche et grise avec, chez la grande majorité des individus vivant au Benelux, en France et en Suisse, une bande noire du front à la nuque passant au-dessus de l'œil.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

L'espèce est présente dans presque toute l'Europe, hormis en Islande, dans le nord de la Finlande et de la Norvège ainsi que dans les Alpes scandinaves et quelques îles méditerranéennes (Sardaigne, Crète, Chypre). Son aire de répartition s'étend également en Asie : en Turquie et en Iran et dans le Caucase, ainsi que dans le nord du Kazakhstan et de la Mongolie, et à travers toute la Russie et la Sibérie jusqu'au Japon, en Chine et en péninsule coréenne (voir la carte des sous-espèces).

Comportement[modifier | modifier le code]

En dehors de la période de nidification, la mésange à longue queue vit en bandes familiales ou petits groupes d'une dizaine à une trentaine d'oiseaux, volant d'un arbre à l'autre.

Chant[modifier | modifier le code]

Rare et insignifiant, composé de cris. Cris fins et aigus, répétés : si-si, tititi

Dickcissel d'Amérique mâle perché sur un poteau métallique, chantant cou tendu et bec ouvert.

Chants et appels

Enregistrement 1 :

Écouter la mésange à longue queue
sur xeno-canto

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Quatre mésanges à longue queue sur une boule de graisse en hiver.

Elle se nourrit essentiellement d'insectes, de quelques graines et de bourgeons à la mauvaise saison. Elle ne dédaigne pas les mangeoires en hiver.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Huit jeunes à l'envol et deux parents de sous-espèce des Îles Britanniques, Aegithalos caudatus rosaceus

Une à deux couvées par an de 6 à 12 œufs blancs, la première entre mi-avril et mi-mai, la seconde en juin. Contrairement aux paridés (les autres mésanges), elle ne construit pas son nid dans des cavités mais dans un endroit dégagé. Il est de forme ovoïde, d'une hauteur de 20 cm, et est complètement fermé avec un petit orifice latéral dans la partie supérieure. Il est composé à l'extérieur de mousse, de fibres végétales et de morceaux d'écorce ; l'intérieur est garni de plumes et de poils. Sa construction dure entre 15 et 20 jours. Les œufs sont couvés par la femelle 13 ou 14 jours. Les petits restent au nid entre 15 et 20 jours après l'éclosion.

Protection[modifier | modifier le code]

La mésange à longue queue bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire[14]. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

Classification[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1758 par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avec Parus caudatus comme protonyme, puis recomposée dans le genre Aegithalos créé en 1804 par Hermann.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Aristote décrit dans son ouvrage Histoire des animaux plusieurs oiseaux sous le terme Aegithalos (en latin aegithus) qui se traduit probablement par « petit oiseau », peut-être même par « mésange »[15]. L'épithète caudatus, issu du latin cauda signifie qu'il a une queue ou qu'il traîne[16].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Distribution des différentes sous-espèces de mésange à longue queue.
Aegithalos caudatus caudatus à Berlin.

D'après Alan P. Peterson, il existe dix-sept sous-espèces :

  • Aegithalos caudatus alpinus (Hablizl) 1783 ;
  • Aegithalos caudatus aremoricus Whistler 1929 ;
  • Aegithalos caudatus caudatus (Linnaeus) 1758 ;
  • Aegithalos caudatus europaeus (Hermann) 1804 ;
  • Aegithalos caudatus irbii (Sharpe & Dresser) 1871 ;
  • Aegithalos caudatus italiae Jourdain 1910 ;
  • Aegithalos caudatus kiusiuensis Kuroda 1923 ;
  • Aegithalos caudatus macedonicus (Dresser) 1892 ;
  • Aegithalos caudatus magnus (Clark, AH) 1907 ;
  • Aegithalos caudatus major (Radde) 1884 ;
  • Aegithalos caudatus passekii (Zarudny) 1904 ;
  • Aegithalos caudatus rosaceus Mathews 1938 ;
  • Aegithalos caudatus siculus (Whitaker) 1901 ;
  • Aegithalos caudatus taiti Ingram 1913 ;
  • Aegithalos caudatus tauricus (Menzbier) 1903 ;
  • Aegithalos caudatus tephronotus (Gunther) 1865 ;
  • Aegithalos caudatus trivirgatus (Temminck & Schlegel) 1848.

Références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 31 décembre 2019
  2. « cinfo », sur www.digimages.info, Éd. MultiMondes Inc., Sainte-Foy, Québec & Éd. Chabaud, Bayonne, France, 1993, 1re éd. (ISBN 2-87749035-1), (consulté le 31 décembre 2019)
  3. a b c et d « Aegithalidae », sur www.digimages.info (consulté le 11 février 2020)
  4. a et b « Mésange à longue queue », sur champagne-ardenne.lpo.fr (consulté le 31 décembre 2019)
  5. Nom en français d'après Dictionary of Common (Vernacular) Names sur Nomen. [lire en ligne]
  6. Meyer C., ed. sc., 2015, Dictionnaire des Sciences Animales. [lire en ligne]. Montpellier, France, Cirad.
  7. Nom en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  8. Nom en français d'après l'Inventaire National du Patrimoine Naturel, sur le site Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN). Lire en ligne.
  9. « Aegithalos caudatus (Orite à longue queue) Avibase », sur https://avibase.bsc-eoc.org/avibase.jsp?lang=FR (consulté le 2 juin 2019)
  10. « Long-tailed Tit (Aegithalos caudatus) HBW Alive », sur www.hbw.com/ (consulté le 2 juin 2019)
  11. Henri Moreau, L'amateur d'oiseaux de volière, J.-B, Baillière et Fils, (lire en ligne), page 383
  12. Bory de Saint-Vincent (Jean Baptiste Geneviève Marcellin M.), Dictionnaire classique d'histoire naturelle, Rey et Gravier, (lire en ligne)
  13. Angelika lang, Le petit guide Hachette des oiseaux, Hachette Pratique, , p. 84.
  14. Le statut juridique des oiseaux sauvages en France, Ligue pour la protection des oiseaux
  15. (en) W. Geoffrey Arnott, Birds in the Ancient World from A to Z, Routledge, , p. 5.
  16. (en) James A. Jobling, Helm Dictionary of Scientific Bird Names, Bloomsbury Publishing, , p. 94.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :