Sainte-maure-de-touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Maure (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le fromage. Pour la commune, voir Sainte-Maure-de-Touraine.
Sainte-maure-de-touraine
Sainte-Maure de touraine 01.jpg
Pays d’origine
Région
Lait
Chèvre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pâte
Appellation
Nommé en référence à
Volume commercialisé
1 409 t ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Aire de production
1 000 000 ha ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Sainte-maure-de-touraine est un fromage de chèvre[1] de la région Centre-Val de Loire, en France. Cette appellation d'origine doit son existence à la commune homonyme Sainte-Maure-de-Touraine.

L'appellation Sainte-maure-de-touraine est protégée par un label régional depuis 1978, puis depuis le [2], par une appellation d'origine protégée[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Basée sur le mot d'ancien français « maure » qui signifie « noire », sainte maure, la sainte noire était, avant de perdre son statut probable de divinité des moissons et des récoltes à la fois picte et celte, responsable des cycles de transformation de la vie[4]. Elle peut présider, dans l'esprit de ses anciens croyants, à la fermentation bactérienne et à la décomposition des végétaux en noire fumure dans la terre. Elle favorise aussi la richesse des hommes, notamment le mûrissement spécifique des fromages et en conséquence assure leur conservation alors que les simples caillés de lait de chèvres restent si facilement altérables[5].

Une légende rapporte que des femmes arabes, abandonnées à la suite de la défaite à la bataille de Poitiers, auraient appris aux habitants de la région à fabriquer ce fromage. Cette légende explique à sa façon l'emploi de l'appellation Sainte-maure-de-touraine. Prouvés par les données archéologiques, les petits élevages caprins sont présents en Touraine bien avant le VIIIe siècle.

Terroirs d'élaboration[modifier | modifier le code]

Communes[modifier | modifier le code]

Indre[modifier | modifier le code]

Indre-et-Loire[modifier | modifier le code]

Toutes les communes

Loir-et-Cher[modifier | modifier le code]

Vienne[modifier | modifier le code]

Appellation d'origine protégée[modifier | modifier le code]

Commissions[modifier | modifier le code]

Pour utiliser commercialement l’appellation d'origine « Sainte-maure-de-touraine », des critères de qualités précis devant être respectés, les fromages passent tous les deux mois devant une commission qui vérifie notamment le goût, la texture, la croûte, la forme et la tenue.

La commission, mise en place par l'Institut national de l'origine et de la qualité, réunit les fromages : des producteurs fermiers et des transformateurs laitiers industriels et artisanaux, la direction des services vétérinaires et la délégation départementale de la consommation, du commerce et de la répression des fraudes[6].

Élevage caprins[modifier | modifier le code]

Pour produire le lait qui servira à la fabrication du fromage de Sainte-maure-de-touraine, des chèvres de race alpine, poitevine et saanen sont utilisées[7].

Le fromage[modifier | modifier le code]

En forme de bûche tronconique, le Sainte-maure-de-touraine est un fromage de chèvre élaboré avec du lait entier. Sa pâte molle est obtenue par coagulation principalement lactique avec un faible addition de présure. L'égouttage est spontané. Le fromage est salé et cendré en surface, à moisissures superficielles.

Il présente une flore de surface allant du gris clair au gris bleuté. Sa coupe est franche et lisse, sa flaveur équilibrée est acidulée et noisettée quand il est jeune, devenant plus caprique et corsé avec le temps. Sa texture onctueuse et fondante devient plus sèche et plus cassante[2].

Le Sainte-maure-de-touraine est une bûche tronconique de 16 à 18 cm de long[2], le grand diamètre est de 5,5 cm[2], le petit diamètre de 4,5 cm[2]. Son poids est d'environ 250 g[2].

L'affinage dure au moins 10 jours à compter de la date d'emprésurage, à une température de 10 à 15°C et une hygrométrie de 90 %.

  • Matière grasse : > 45 % de la matière sèche[2] ;
  • Extrait sec : > 100 g par fromage[2].

Paille[modifier | modifier le code]

L'établissement et service d'aide par le travail de Bridoré, cultive, récolte les six millions de pailles de seigle. La récolte se fait par des moissonneuses-lieuses des années 40-50 qui permettent une meilleure préservation de la paille. Enfin les brins de pailles sont coupés à 16 cm et gravés du nom du producteur[8].

Chiffres de production[modifier | modifier le code]

L'aire de production s’étend sur 1 000 000 hectares[2]. Le nombre d'opérateurs est de 241, dont 232[2] producteurs de lait, 66[2] transformateurs (56 producteurs fermiers, 3 coopérative et 5 industries) et 67[2] affineurs.

En 2005, le volume de production en AOC était de 1 000 t[2] dont l'essentiel fabriqué par l'usine Eurial Poitouraine de Tournon-Saint-Martin[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sainte-maure-de-touraine » [PDF], sur le site des Fromages AOP, consulté le 19 février 2018.
  2. a b c d e f g h i j k l et m « Sainte-maure-de-touraine », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité, consulté le 19 février 2018.
  3. « AOP Sainte-maure-de-touraine », sur le site de la Commission européenne, consulté le 19 février 2018.
  4. Notons que la graphie commune d'ancien français « mor » a aussi été influencée par le bas latin « maurius ». Les deux termes signifient tout à la fois au XIIIe siècle « brun », « noir », « de couleur sombre » ou « mate ». L'élevage du petit bétail est très antérieur à l'élevage du gros bétail. Cette divinité proche des déesses-mères, parfois tardivement virginisées, n'est pas indo-européenne. Elle sort tout droit des puissantes civilisations néolithiques des rivages, inconnues bâtisseuses de mégalithes. Un culte monacal peut parfois l'éclipser tout en douceur en lui substituant saint Maurice, brave guerrier noir commandant la légion thébaine.
  5. « Une histoire », sur le site de l'AOP Sainte-maure-de-touraine, consulté le 19 février 2018.
  6. « Décret du 29 juin 1990 relatif à l'appellation d'origine <<Sainte-Maure de Touraine>> », sur le site de Legifrance.gouv.fr, consulté le 27 octobre 2018.
  7. « Des chèvres au lait pur », sur le site de l'AOP Sainte-maure-de-touraine, consulté le 19 février 2018.
  8. « La paille », sur le site de l'AOP Sainte-maure-de-touraine, consulté le 19 février 2018.
  9. « La coopérative Poitouraine regroupe ses forces », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]