Loché-sur-Indrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loché-sur-Indrois
La mairie de Loché-sur-Indrois.
La mairie de Loché-sur-Indrois.
Blason de Loché-sur-Indrois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Loches
Intercommunalité C.C. de Montrésor
Maire
Mandat
Nisl Jensch
2014-2020
Code postal 37460
Code commune 37133
Démographie
Population
municipale
550 hab. (2013)
Densité 7,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 36″ N 1° 13′ 12″ E / 47.0933333333, 1.2247° 05′ 36″ Nord 1° 13′ 12″ Est / 47.0933333333, 1.22
Altitude Min. 98 m – Max. 152 m
Superficie 74,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Loché-sur-Indrois

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Loché-sur-Indrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loché-sur-Indrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loché-sur-Indrois

Loché-sur-Indrois (prononcé /lɔ.ʃe sy.ʁɛ̃d.ʁwa/) est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire. Avec une superficie de 7 413 hectares, elle est la commune la plus étendue du département depuis qu'elle a absorbé la commune voisine d'Aubigny en 1823. Sa population n'est pourtant en 2013 que de 550 habitants, valeur sensiblement stabilisée depuis une dizaine d'années, alors qu'elle était forte de plus de 1 200 âmes jusque dans les années 1950. Son économie reste très largement orientée vers l'agriculture où l'élevage tient une part non négligeable, même si une petite industrie d'une trentaine de salariés est implantée sur son territoire.

La présence de l'Homme est attestée sur le territoire de Loché depuis le Paléolithique. Cependant, pendant le premier millénaire de notre ère, l'histoire du site est très mal documentée. Ce n'est qu'au Moyen Âge que la fondation de l'abbaye cistercienne de Beaugerais dans la paroisse fait réapparaître le nom de Loché dans les chartes et les chroniques. C'est à partir de cette époque que, sous l'impulsion des moines, ont lieu d'importants défrichements qui permettent la mise en culture d'une partie du territoire, les bois et les forêts étant, à l'époque contemporaine, repoussés aux confins nord-ouest et sud-ouest de la commune. L'histoire de l'abbaye de Beaugerais, fondée au début des années 1150 sous la forme d'un simple ermitage et dirigée à partir de 1609 par Michel de Marolles (1600-1681), rythme celle de Loché, jusqu'à sa disparition en 1792.

Le patrimoine architectural de la commune est assez diversifié, mais seuls l'église et les vestiges de l'abbaye de Beaugerais sont portés à l'inventaire des monuments historiques. L'extrémité sud-est de la forêt de Loches s'avance sur les terres de Loché, ce qui permet à la commune de disposer sur son territoire de deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF).

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Loché-sur-Indrois, commune rattachée au canton de Loches, est située dans l'extrême sud-est de la Touraine à environ 52,5 km au sud-est de Tours[1], préfecture du département d'Indre-et-Loire. Elle est également implantée à 17,4 km l'est-sud-est de Loches[2], sous-préfecture et chef-lieu du canton de Loches et à 11,9 km au nord de Châtillon-sur-Indre[3], dans le département voisin de l'Indre[Note 1]. Loché-sur-Indrois, bien que rattachée au département d'Indre-et-Loire, fait partie du bassin de vie de Châtillon-sur-Indre[Insee 1].

En raison de l'étendue de son territoire communal et de sa position géographique, Loché-sur-Indrois est limitrophe de neuf autres communes dont deux, au sud, qui appartiennent au département de l'Indre.

Vue d'une carte de l'Indre-et-Loire indiquant l'emplacement de Loché-sur-Indrois.
Loché-sur-Indrois en Indre-et-Loire.
Vue d'une carte dessinant des limites territoriales communales
Limites administratives de Loché-sur-Indrois.
Communes limitrophes de Loché-sur-Indrois
Sennevières et Chemillé-sur-Indrois Villeloin-Coulangé
Saint-Jean-Saint-Germain Loché-sur-Indrois Nouans-les-Fontaines
Saint-Hippolyte Châtillon-sur-Indre et Saint-Cyran-du-Jambot (Indre) Villedômain

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue d'une carte répartissant un territoire communal en grandes zones géologiques de couleurs différentes.
Carte géologique simplifiée de Loché-sur-Indrois.
  •      Bourg et limites communales
  •      Craie de Blois (CB)
  •      Argiles à silex cénozoïques (AS)
  •      Limons des plateaux quaternaires (LP)
  •      Éboulis de pente (EP)
  •      Alluvions fluviatiles (All)

Rattaché au bassin parisien géologique, qui s'étend vers le sud jusqu'au Massif central, le territoire de la commune repose, comme tout le sud-est de l'Indre-et-Loire, sur un socle de formations calcaires du Cénomanien et du Turonien déposées par des avancées et des retraits maritimes successifs. Sur le plateau, ces dépôts sont masqués par des couches sénoniennes, craie blanche à silex (craie de Blois) puis argile à silex issue de la dégradation des dépôts antérieurs, elles-mêmes recouvertes localement par des limons des plateaux quaternaires[4],[5]. Les sols lessivés qui en résultent, appelés bournais[6], sont peu fertiles, lourds et difficiles à travailler, même si des drainages récents en ont facilité l'exploitation agricole. Les formations calcaires crayeuses (craie de Blois) n'affleurent que là où les cours d'eau (Indrois et ses ruisseaux affluents), par érosion, les ont mises à nu. Les vallées de ces cours d'eau sont recouvertes d'alluvions fluviatiles et le fond de la vallée de l'Indrois est soumis au risque de remontée de la nappe phréatique sous-fluviale, souvent présente à très faible profondeur. Des éboulis, les perruches selon la dénomination régionale[7], recouvrent les pentes, en général faibles, qui relient la vallée au plateau[Dico 1].

L'aire du territoire de Loché-sur-Indrois est de 7 413 hectares au , quand la superficie moyenne d'une commune de France métropolitaine s'établit à 1 510,2 hectares[Insee 2],[Insee 3]. Elle est ainsi la plus grande commune d'Indre-et-Loire et occupe le 320e rang au classement des communes de France métropolitaine les plus étendues[8].

Son altitude varie entre 98 et 152 m[9]. L'altitude minimale est observée au niveau du lit aval de l'Indrois, au nord, en limite communale de Villeloin-Coulangé tandis que le plateau se développe à une altitude supérieure à 130 m, les points culminant à 152 m se rencontrant en plusieurs endroits du territoire, au sud ou au sud-ouest, dans la forêt de Loches[Dico 2]. Le chef-lieu communal, pour sa part, est établi à l'altitude moyenne de 105 m[4].

Hydrographie et hydrologie[modifier | modifier le code]

photo en couleur d'un cours d'eau aux rives aménagées et maçonnées.
L'Indrois à Loché, vu vers l'aval.

L'Indrois, principal cours d'eau irriguant Loché, coule du sud vers le nord en partageant le territoire communal en deux parties inégales, environ trois quarts à l'ouest et un quart à l'est. Contrairement à la situation observée sur les communes en aval, le cours de la rivière est presque rectiligne, sans présenter de vastes méandres. Il reçoit, sur ses deux rives, plusieurs ruisseaux dont l'un des plus importants, le Calais, qui rejoint l'Indrois en amont du bourg. Néanmoins, certains de ces ruisseaux sont temporaires. L'extrême sud de la commune est irrigué par plusieurs petits ruisseaux qui confluent pour rejoindre l'Indre au niveau de la commune de Saint-Hippolyte. Le nord-ouest du territoire est parcouru par le ruisseau d'Aubigny, coulant vers le nord et tributaire de l'Indrois dans lequel il se jette à Chemillé-sur-Indrois. De nombreux étangs, artificiels ou retenues naturelles aménagées, ponctuent ces ruisseaux[Dico 2],[10]. Ce système hydrographique dense se prête de longue date à la construction de moulins, puisque l'un d'eux, sur le ruisseau d'Aubigny, est mentionné dès le Moyen Âge central[Lor 1] et que celui de Nointeau, — ce fief est déjà mentionné sur des chartes du XIIIe siècle[11] — sur l'Indrois, en amont du bourg, était important sous l'Ancien Régime[Fl 1].

L'Indrois est une rivière dont le débit peut être sujet à d'importantes variations pouvant occasionner des inondations de plaine[Note 2], mais cet aléa est surtout à craindre dans la partie aval de son cours, lorsqu'elle a reçu le tribut de plusieurs affluents importants. Au niveau de Loché, l'Indrois n'a encore parcouru que 15 km depuis sa source[10],[12] et le risque est moindre, même si en 1872 le bourg a été inondé sous les effets conjugués de la crue de l'Indrois et du Calais[Dico 2].

Paysages naturels[modifier | modifier le code]

Une bonne partie du territoire communal a été longtemps recouvert de forêts, dont les derniers massifs de la forêt de Loches et les bois de Beaugerais sont des vestiges. La relative médiocrité des sols agricoles a fait que les défrichements ont été tardifs[Dico 1], ne se développant qu'au Moyen Âge sous l'impulsion des moines de Beaugerais et de Villeloin, qui possédaient une grande partie des terres[Lor 2]. Par ailleurs, les terres de l'ancienne paroisse d'Aubigny relèvent certainement d'une évolution semblable vers la même époque, car elles forment comme une immense clairière au milieu de massifs forestiers aujourd'hui morcelés[Lor 3]. D'autres défrichements, encore plus récents, puis les remembrements de la seconde moitié du XXe siècle ont contribué à créer sur le plateau de grandes étendues dédiées à l'agriculture, même si de nombreuses petites parcelles boisées dispersées subsistent. Les îlots forestiers importants sont désormais cantonnés au sud-ouest (bois de Beaugerais) et au nord-ouest (derniers massifs de la forêt de Loches)[Dico 1].

La vallée de l'Indrois offre un paysage constitué d'une alternance de prairies naturelles ou artificielles, de peupleraies au plus près du cours d'eau et de champs de maïs[Dico 1] ou, plus récemment de sorgho, dont les exigences hydriques sont moindres[13].

Les pentes, en général peu abruptes, des coteaux, sont elles aussi dévolues à la céréaliculture, avec quelques parcelles de vigne résiduelles[Dico 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de l'Indre.

Les données météorologiques du tableau ci-dessous sont celles de la station Météo-France de Châteauroux - Déols, dans l'Indre, station de référence la plus proche de Loché-sur-Indrois à près de 48 km[14].

Relevés météorologiques Châteauroux - Déols.
Moyennes trentennales pour la période 1981 - 2010.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 4,2 5 8,1 10,5 14,4 17,8 20,3 20 16,6 12,8 7,6 4,7 11,9
Précipitations (mm) 59,2 48,8 52,2 65,8 74,3 54,9 55,4 55,9 64,3 73,8 64,9 67,3 735,9
Source : Météo Centre : Châteauroux[15]

Loché-sur-Indrois est soumise, comme toutes les communes de la même zone, à un climat tempéré océanique dit dégradé[16] ; le rivage atlantique le plus proche, au niveau de la Rochelle, est à 200 km « à vol d'oiseau ». Ce type de climat, soumis à un flux d'ouest dominant sur l'année, se caractérise par des températures clémentes, les moyennes mensuelles minimales n'étant jamais négatives, même en hiver, alors qu'en été il est fréquent d'observer un épisode caniculaire de quelques jours, comme le où un record inégalé de température instantanée a été enregistré à 40,5 °C[17]. Les précipitations mensuelles moyennes sont toujours supérieures à 50 mm. Les reliefs, même modestes, du sud-est du département — point culminant à 187 m sur Céré-la-Ronde — semblent suffisants pour créer un obstacle aux masses d'air atlantiques, ce qui confère à cette partie de l'Indre-et-Loire une pluviométrie un peu plus importante que celle enregistrée dans le reste de la Touraine[18].

Transport et voies de communication[modifier | modifier le code]

Vue d'une carte en couleur représentant les principales routes d'une commune ; en médaillon, le bourg agrandi.
Voies de communication et développement urbain de Loché-sur-Indrois.
  •      « Vieux bourg »
  •      Extensions modernes

Aucune liaison avec un aéroport n'est possible à moins d'une heure de trajet routier depuis Loché-sur-Indrois.

Infrastructure routière[modifier | modifier le code]

Le territoire de Loché-sur-Indrois est traversé par deux routes départementales se croisant dans le centre urbain ; la D 9, d'ouest en est, relie Loches à Écueillé ; de moindre importance, la D 11, du nord au sud, assure la liaison entre Montrésor et Châtillon-sur-Indre. À partir du centre de Loché et longeant la vallée de l'Indrois vers le sud-est, la D 90 permet de rejoindre la commune voisine de Villedômain. Enfin, ne traversant que l'extrême est de la commune, la D 675 (ancienne route nationale 675) est une partie d'un itinéraire nord-sud important qui relie Blois à Limoges ; il est possible de l'emprunter depuis le centre de Loché-sur-Indrois via la D 9 ou la D 90.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

La commune de Loché-sur-Indrois n'est desservie par aucun réseau de transport en commun. Il est possible de gagner Châtillon-sur-Indre pour emprunter la ligne Tours-Châteauroux du TER-Centre Val de Loire, desservie par autocar ou train selon les horaires[19]. Une liaison par autocar depuis Écueillé au sud-est sur une ligne du réseau de l'Aile bleue permet de rejoindre Châteauroux[20]. À Genillé, une ligne du réseau routier Fil Vert géré par le conseil départemental d'Indre-et-Loire conduit jusqu'à Loches[21]. Ces trois itinéraires sont accessibles depuis Loché-sur-Indrois au bout d'un trajet d'un quart d'heure environ en voiture.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Photo en couleurs représentant des pavillons modernes alignés le long d'une rue.
Lotissement à la sortie ouest du bourg.

Le bourg de Loché s'est, dans un premier temps, construit autour de son église, dans la vallée de l'Indrois resserrée à cet endroit ; en cas de menace, les habitants pouvaient se réfugier dans l'enceinte du château, tout proche. Les extensions se sont faites sous forme de constructions isolées le long des rues qui rayonnent à partir du centre, d'abord sur la rive gauche, puis sur la rive droite de la rivière. Dans un dernier temps, un petit lotissement est venu s'adjoindre au bâti à l'ouest, sur la D 9. Ce bourg se situait, jusqu'au XIXe siècle, vers le nord du territoire communal mais à peu près à égale distance de ses limites Est et Ouest. Depuis le rattachement à Loché de la commune d'Aubigny, l'aire communale s'est fortement étendue vers le nord-ouest et le chef-lieu communal se trouve maintenant repoussé dans la moitié est de Loché.

Aucun hameau important n'est présent, les écarts étant constitués de fermes (logement et ses dépendances) isolées ou groupées par deux ou trois disséminées sur le territoire communal, exception faite des parties boisées au nord-ouest et au sud-ouest, qui en sont dépourvues[Dico 1]. Même l'ancienne commune d'Aubigny, composée elle aussi de plusieurs petits hameaux et d'habitations isolées, ne semblait pas disposer d'un noyau bâti important.

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Loché-sur-Indrois et l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2012[Insee 4],[Insee 5] :

Le logement à Loché-sur-Indrois (37) en 2012.
Loché Indre-et-Loire
Part des résidences principales (en %) 72,2 88,2
Part des logements vacants (en %) 6,0 7,4
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 75,1 58,9

Le taux élevé de résidences secondaires ou occasionnelles est un élément marquant de l'habitat à Loché. Elles représentent en effet 21,9 % des habitations (plus d'une habitation sur cinq), alors que la moyenne de l'Indre-et-Loire s'établit à 4,4 % ; en contrepartie, la part des résidences principales se trouve fortement réduite[Insee 4],[Insee 5].

La très grande majorité des ménages (72,1 %) sont propriétaires de leur habitation, valeur très supérieure à la moyenne départementale mais presque stable sur 6 ans ; le logement locatif ne représente que 20,8 % des résidences principales. En 2012, 57,1 % des ménages résidaient dans la commune depuis plus de 10 ans. Entre 1991 et 2009, 21 résidences principales ont été construites (exclusivement des maisons individuelles), représentant 9 % du parc. Le taux de logements vacants, supérieur de deux points à la moyenne départementale en 2012, est resté presque stable depuis 2007 (l'augmentation de ce même taux, au niveau départemental, est de plus d'un point sur la même période)[Insee 4],[Note 3].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune de Loché-sur-Indrois n'a été concernée que par un seul arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle portant sur des risques « d'inondations, coulées de boue et mouvements de terrain », publié le 30 décembre 1999[22]. Ce type de risque naturel est lié au régime potentiellement torrentiel des affluents de l'Indrois, à la suite d'épisodes pluvieux importants sur la partie amont de son bassin versant. Pourtant, la prise en compte de ce risque ne fait pas l'objet d'un plan de prévention des risques[23].

La nature argilo-siliceuse des sols du plateau l'expose, après des périodes de sécheresse prolongée, à des phases successives de retrait et de gonflement des argiles pouvant fragiliser les fondations des bâtiments[24]. La carte de risque, établie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), est calquée sur le zonage géologique du territoire. Elle montre que tout le plateau de Loché, de chaque côté de la rivière, est soumis à un aléa moyen face à ce risque alors que les vallées et leurs pentes de raccordement au plateau ne sont pas concernées (aléa « faible » ou « a priori nul »)[25]. Un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle, couvrant des dégâts potentiels liés à ce risque survenus en 2011, a été pris[26].

Loché-sur-Indrois est située en zone de sismicité faible de niveau 2 sur une échelle de 1 à 5[27] ; le risque sismique en Indre-et-Loire augmente de très faible (niveau 1) au nord-est du département à modéré (niveau 3) au sud-ouest, où les tremblements de terre les plus significatifs de ces derniers siècles se sont produits ; les chroniques mentionnent plusieurs séismes notables dans le sud-est de la Touraine dont l'un, survenu le 14 septembre 1866, « [...] d’une intensité de V à VI ébranla une grande partie de la Touraine et fit se détacher des pierres du château de Montrésor »[28], le plus récemment mentionné dans cette partie du département s'étant produit en 1999[29].

Toponymie et hydronymie[modifier | modifier le code]

Formes successives du nom attestées pour les paroisses puis les communes[30],[31],[Note 4] :


Représentation en couleurs d'une carte ancienne.
Loché-sur-Indrois sur la carte de Cassini

Loché-sur-Indrois apparaît pour la première sous la forme latinisée Locheium dans une charte de l'archevêque de Tours en 1150. Le toponyme est mentionné avec pour élément constant un radical Luch- / Loch- qui se retrouve au fil des siècles jusqu'à ce qu'un décret du fixe l'appellation définitive de la commune en Loché-sur-Indrois[32], par adjonction d'un déterminant complémentaire pour éviter la confusion avec d'autres Loché.

L'élément Loch- et la terminaison résulteraient d'une évolution phonétique à partir d'un type toponymique *Loppiacum ou *Lupiacus qui signifient respectivement « domaine de Loppius » et « domaine de Lupius », Loppius et Lupius étant des anthroponymes gallo-romains[31], d'origine latine[33]. Bien que les communes de Loché-sur-Indrois et de Loches soient géographiquement proches, il semble n'y avoir aucun rapport entre ces deux noms de lieux : l'origine du toponyme Loches, en 2015, reste inexpliqué. Le suffixe -(i)acus généralement noté par la plupart des spécialistes au genre neutre -(i)acum est d'origine gauloise -aco(n) (proto-celtique *-āko), il a plus souvent abouti à la terminaison dans l'ouest. La forme -iacum a acquis un caractère autonome, de sorte qu'il n'est pas possible de savoir si la forme primitive était Lupi(us) + -acum ou Lup(us)+ -iacum, dans ce dernier cas, il pourrait s'agir de la « propriété de Lupus » ou encore d'un « endroit où il y a des loups », -(i)acum ayant un caractère locatif à l'origine, ce qui en ferait un équivalent des types romans Louvières, La Louvière, plus tardifs.

Concernant Aubigny, commune rattachée à Loché-sur-Indrois en 1823, il est possible d'invoquer également une formation en -(i)acus / -(i)acum comme pour Loché, c'est-à-dire *Albiniacus « domaine d’Albinius »[30] ; selon Gérard Taverdet, Aubigny pourrait être basé sur un radical gaulois albu- qui signifie « terre blanche »[34], le suffixe s'analysant à ce moment là comme une forme allongée de -(i)acum, à savoir -iniacum. On attendrait Aubigné comme le montrent la mention de 1290, forme de l'ouest cf. (Aubigné), mais la terminaison -y, plus commune dans l'ensemble du domaine d'oïl, a cependant prévalu.

Le boisement ancien et les défrichages progressifs de Loché-sur-Indrois semblent avoir laissé leur empreinte dans la microtoponymie avec la Haute- et la Basse-Lande, les Bruyères de la Rennerie, la Touche (petit bois, bosquet) ou la Maison-Neuve[35]. L'Alleu, toponyme reprenant le substantif sans en changer le sens, indique la présence d'un domaine libre de tous droits féodaux. Plusieurs microtoponymes rappellent l'ancienneté de l'activité sidérurgique dans le sud-est de la Touraine, dont Loché-sur-Indrois avec le Mâchefer, le Carroi des Forges, la Minée ou le Champ du Noir[36].

Le nom de l'Indrois est un dérivé en -iscus du nom de l'Indre, mentionné dans un cartulaire de l'abbaye de Cormery en 850 (Andriscus)[31]. Grégoire de Tours est le premier à citer l'Indre au VIe siècle sous le nom de fluvium Angerem dans La Vie des Pères (chap. XVIII)[37]. Ce nom est souvent attribué à une évolution du francique anger (prairie herbeuse) d'après la racine ang- ou angr-[38].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Photo en couleurs d'un outil préhistorique en pierre.
Lame magdalénienne comparable à certaines de celles retrouvées à Loché (Muséum de Toulouse).

Des vestiges archéologiques répartis sur plusieurs sites du territoire communal témoignent d'une implantation durable de l'Homme à Loché depuis le Paléolithique supérieur[Dico 3]. Un petit campement magdalénien (17 000 à 10 000 BP — before present —), a livré environ 230 outils et fragments de silex ; la concentration de ces vestiges dans un rayon de 10 m suggère l'existence d'un petit enclos ou d'une hutte[39]. Une très importante station tardenoisienne (7 000 à 4 000 BP) a été identifiée au sud-est de la commune dans les années 1930 puis fouillée une vingtaine d'années plus tard ; pas moins de 11 750 outils et fragments bruts ou retouchés y ont été retrouvés ; comme précédemment, l'hypothèse d'un groupe de huttes est posée[40]. Succédant directement à la culture tardenoisienne, l'industrie campignienne est représentée à Loché-sur-Indrois par une station sur laquelle ont été retrouvés près de 850 éléments, la moitié étant composée par des outils façonnés, le reste par des déchets de taille plus ou moins retouchés[41].

Des scories et des déchets de forges ont été retrouvés en plusieurs endroits de la commune, souvent en lien avec des toponymes évoquant cette activité sidérurgique. Non datés avec précision, ces vestiges pourraient être liés à la présence d'enceintes protohistoriques[42] et se rattacher aux époques hallstattienne ou laténienne, comme c'est le cas pour d'autres sites géographiquement proches[43].

Les indices d'occupation antique sont rares et fragiles : quelques tegulae et quelques tessons de céramique sigillée sur deux sites[43].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Exception faite des livres de Grégoire de Tours au VIe siècle, l'histoire de la Touraine est mal documentée par des sources écrites avant la rédaction des premières chartes des grandes abbayes au XIe siècle[44] ; c'est le cas à Loché-sur-Indrois dont l'histoire pendant le haut Moyen Âge est très peu connue.

Images externes
Charte d'Henri II (1177-1189) rattachant l'abbaye de Beaugerais à l'ordre cistercien, British Museum.

Dans la seconde moitié du XIe siècle, Loché est le théâtre de batailles entre Sulpice Ier d'Amboise et le seigneur Bouchard de Montrésor, son beau-frère, dans le jeu compliqué des alliances et des oppositions des maisons d'Anjou et de Blois[Lor 4]. La mention la plus ancienne de Loché date de 1150 et le territoire semble érigé en paroisse dès cette époque[31]. L’événement marquant de ce milieu du XIIe siècle est la fondation de l'abbaye de Beaugerais au début des années 1150 sous la forme d'un ermitage qui se mue en petit monastère augustin[B84 1]. Cet établissement devient très vite cistercien — il n'en a existé que trois en Touraine[45] — ; il se développe rapidement dès le début du XIIIe siècle et il étend ses possessions territoriales[B84 2]. Ses moines sont à l'origine des premiers défrichements conséquents du territoire de Loché[Lor 2]. La Guerre de Cent Ans cause d'importants dommages à l'abbaye de Beaugerais dont les bâtiments sont pillés et incendiés à plusieurs reprises mais le reste de la paroisse semble plutôt épargné[Dico 3]. Les relations ne sont pas toujours faciles entre les moines de Beaugerais et le clergé séculier de la paroisse de Loché ; les différends portant le plus souvent sur les prérogatives religieuses des uns et des autres[B84 3]. Dès le Moyen Âge, le territoire paroissial de Loché est réparti entre deux châtellenies : la « sergentise fieffée de Loché » qui couvre la plus grande partie de la paroisse et déborde même largement sur les paroisses environnantes[46] et le petit fief de Loché, rattaché aux châteaux de Montrésor et Sennevières. Cette situation perdure jusqu'à la Révolution française[47].

Presque aussi ancienne que celle Loché, la paroisse d'Aubigny, mentionnée dès le début du XIIIe siècle, était alors l'une des nombreuses possessions de Dreux de Mello dans le Lochois[48], tout comme Orsay, au nord-du bourg de Loché, ferme attestée dans un acte de 1248[Lor 5].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Portrait en noir et blanc d'un homme en costume ecclésiastique.
Michel de Marolles, estampe de Robert Nanteuil.

Les guerres de religion ne semblent pas évoquées dans les chroniques relatives à Loché, et leur impact sur la paroisse a dû être réduit[Fl 2] même si Claude de la Rue, abbé commendataire de Beaugerais nommé en 1552, s'est converti au protestantisme en 1560 et a abandonné sa charge à ce moment ou peu après[B84 4]. Le XVIIe siècle est marqué par la personnalité de Michel de Marolles qui devient abbé commendataire de Beaugerais en 1609, à l'âge de neuf ans seulement. Devenu adulte, il exerce pleinement cette charge et fait reconstruire une partie des bâtiments de cette abbaye mais, progressivement, son attention se tourne davantage vers l'abbaye de Villeloin dont il est également abbé à partir de 1626[B84 5].

La lecture des Cahiers de Doléances révèle la précarité de la situation des habitants à la fin du XVIIIe siècle, la très grande majorité d'entre eux n'étant pas propriétaires de leur logement[49], tout comme le poids écrasant des impôts dont seule une faible part parvient jusqu'aux caisses royales après qu'ils soient passés « par trop de mains pleines de glue »[50]. La Révolution française marque un tournant dans l'histoire des deux paroisses d'Aubigny et de Loché qui sont érigées en communes. Le château est vendu comme bien national alors que son premier étage, depuis plusieurs années, sert de grenier à blé dont le poids a endommagé la charpente[47]. L'abbaye de Beaugerais est également démembrée ; il n'y demeurait plus que deux moines. En 1792, l'abbaye est mise en vente, rachetée par son ancien prieur qui meurt peu après. Les bâtiments sont détruits, semble-t-il volontairement, par le nouvel acheteur et leurs pierres réutilisées dans les constructions alentour ; l'église est fouillée à la recherche d'un hypothétique trésor[B84 6].

La création des communes en 1789 et des départements en 1790 ramène la limite séparant l'Indre de l'Indre-et-Loire entre Loché d'une part et Châtillon-sur-Indre et Saint-Cyran-du-Jambot d'autre part ; cette limite est approximativement celle des diocèses de Bourges et de Tours créés vers le IVe siècle, elle-même héritée des civitates antiques[51]. Ce n'était qu'à partir du Moyen Âge que les droits coutumiers issus de la féodalité avaient progressivement abouti à la création d'un province de Touraine élargie — Châtillon et Saint-Cyran en faisant partie — aux dépens de celle du Berry[52].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Photo en couleurs d'un monument aux morts en forme de pyramide.
Monument aux morts de Loché-sur-Indrois.
Vue d'une carte en couleur représentant le territoire d'une commune disparue.
L'ancienne commune d'Aubigny[53].
  •      Bourg et limites communales de Loché
  •      Territoire communal d'Aubigny
  •      Village d'Aubigny

En 1823, Loché-sur-Indrois annexe la commune d'Aubigny par ordonnance royale du 25 juin[54], devenant ainsi la plus étendue des communes d'Indre-et-Loire. À l'occasion de cette réunification et de la suppression de la paroisse d'Aubigny qui l'accompagne, la conseil municipal et le conseil de fabrique de Loché s'affrontent, réclamant l'un et l'autre le produit de la vente de l'église d'Aubigny, ainsi que son mobilier et sa cloche[55] ; le conseil de fabrique obtient, au moins partiellement, gain de cause puisque la cloche est installée dans l'église de Loché. Il ne reste plus de trace de l'église paroissiale d'Aubigny mais la cour de l'ancien presbytère occupe l'emplacement du cimetière[Dico 3]. En 1897, la commune prend le nom de Loché-sur-Indrois.

La première Guerre mondiale se révèle particulièrement meurtrière pour Loché-sur-Indrois puisque 72 soldats trouvent la mort lors des combats, dans le Nord de la France et en Belgique, soit un habitant sur 19 sur la base du recensement de 1911[56],[Note 5].

Le maquis Césario, du surnom de son chef, le lieutenant Édouard Bretegnier, dans la clandestinité, se rattache à l'organisation de résistance de l'Armée (ORA). Il opère dès le printemps 1944 dans le sud de la Touraine puis recrute une partie de ses membres sur Loché et se cantonne quelque temps dans les bois de Beaugerais[57]. Le , les troupes d'occupation refluent vers le nord ; des escarmouches ont lieu sur leur passage et un habitant de Loché-sur-Indrois est abattu sur la commune voisine de Nouans-les-Fontaines[58]. Cinq autres habitants de la commune perdent la vie au cours de la seconde Guerre mondiale[56].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

À la suite du redécoupage cantonal de 2014 et la disparition du canton de Montrésor, la commune de Loché-sur-Indrois est rattachée au canton de Loches qui compte 29 communes[59]. À l'issue du second tour des élections départementales de 2015, Valérie Gervès (LR) et Pierre Louault (UDI, conseiller général sortant) sont élus conseillers départementaux du canton de Loches[60].

Loché-sur-Indrois est rattachée à l'arrondissement de Loches et à la 3e cironscription de l'Indre-et-Loire. La députée de cette circonscription, réélue le 17 juin 2012, était Marisol Touraine (PS)[61]. Appelée à siéger au gouvernement le 21 juillet 2012[62], elle abandonne son siège au profit de son suppléant, Jean-Marie Beffara (PS)[63].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les électeurs de Loché-sur-Indrois ont toujours accordé la majorité de leurs suffrages à un candidat de droite lors des scrutins des deux dernières décennies, la seule exception étant l'élection cantonale de 2011 où le candidat du parti communiste est arrivé en tête[Note 6].

Élection présidentielle la plus récente[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections présidentielles de 2012, François Hollande (PS), élu, a recueilli 39,23 % des suffrages et Nicolas Sarkozy (UMP), 60,37 % des suffrages ; le taux de participation était de 86,27 %[86].

Élection municipale la plus récente[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 15[87].

Lors des élections municipales de 2014, 13 des 15 conseillers municipaux ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 73,76 %. Les deux derniers conseillers municipaux, n'ayant pas obtenu au premier tour un nombre de voix suffisant, ont été élus à l'issue du second tour pour lequel la participation était de 62,68 %[88].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis janvier 1791[89],[90],[91]
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1791 septembre 1796 Estienne Gibert    
septembre 1796 mars 1798 Joseph Renaud    
avril 1798 novembre 1800 Jacques Berthon    
novembre 1800 février 1811 Jacques Roger    
mars 1811 août 1811 Estienne Gibert    
août 1811 avril 1816 Charles Tourmeau    
mai 1816 1828 François Bonamy    
1828 mai 1840 François Turmeau-Appert    
juin 1840 décembre 1848 Louis-Auguste Boutet    
janvier 1849 juillet 1860 Pierre-Auguste Berthon    
août 1860 septembre 1865 Bonnamy-Faucher    
octobre 1865 novembre 1868 Charles Richard    
décembre 1868 septembre 1870 Auguste Berthon    
octobre 1870 mai 1871 Charles Richard    
juin 1871 octobre 1876 Lucas Palisseau[Note 7]    
octobre 1876 1879 Charles Richard    
1879 1880 Jules Ledoux    
1881 mars 1887 Eugène Boutet    
avril 1887 mai 1892 Albert Bonamy    
mai 1892 mai 1896 Hippolyte Boutron    
mai 1896 mai 1904 Albert Bonamy    
mai 1904   Louis Ledoux    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 2014 Hubert Livonnet    
2014 en cours
(au 4 avril 2014[92])
Nisl Jensch   Enseignant retraité

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin 2009, Loché-sur-Indrois se trouvait dans la juridiction du tribunal d'instance de Loches. La réforme de la carte judiciaire mise en place le 1er janvier 2010 a supprimé cette structure et c'est désormais le tribunal d'instance de Tours qui est compétent pour l'ensemble du département. Ainsi, toutes les juridictions intéressant Loché-sur-Indrois sont regroupées à Tours, à l'exception du tribunal administratif et de la cour d'appel qui continuent de siéger à Orléans[93], préfecture de la région Centre-Val de Loire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Loché-sur-Indrois fait partie de la communauté de communes de Montrésor (CCM)[94], organisme intercommunal dont les compétences s'exercent sur les dix communes constituant l'ancien canton de Montrésor. Se substituant à partir du 13 décembre 2000 à l'ancien SIVOM du canton de Montrésor, elle intervient dans de nombreux domaines : adduction d'eau potable et traitement des eaux usées en régie directe, gestion de la collecte des déchets en remplacement de l'ancien syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères (SMITCOM) du Val d'Indrois[95], entretien de la voirie, développement économique, etc.

Le syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (SIEIL), fondé en 1937 mais dont les missions et les moyens ont largement évolué, assure le contrôle et la coordination de l'ensemble des concessionnaires opérant sur l'Indre-et-Loire dans le domaine de la distribution de gaz et d'électricité ; il intervient également sur le renforcement des réseaux de distribution d'électricité[96]. Pour toutes les communes d'Indre-et-Loire, Tours exceptée, l'adhésion au service « Électricité » du SIEIL à titre individuel est rendue obligatoire par arrêté préfectoral en date du 23 avril 2008. L'adhésion au service « Gaz », facultative, n'a pas été choisie par Loché-sur-Indrois[97].

Un syndicat intercommunal à vocation unique (SIVU), le syndicat intercommunal de transport scolaire du Lochois, auquel adhère la commune de Loché-sur-Indrois au même titre que 48 autres communes du Lochois, prend en charge le transport des collégiens et lycéens entre leurs communes respectives et les établissements d'enseignement secondaire, publics comme privés, ouverts dans le périmètre de compétences de ce SIVU. Il opère en convention avec un transporteur professionnel[98].

Le syndicat mixte Touraine propre, regroupe neuf communautés de communes ou syndicats mixtes intercommunaux d'Indre-et-Loire. Il a pour rôle de favoriser et fédérer les actions en matière de réduction et de valorisation des déchets ménagers. La communauté de communes de Montrésor y participe pour le compte des dix communes qu'elle regroupe, dont Loché-sur-Indrois[99].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Ce domaine de compétence est du ressort de la communauté de communes de Montrésor pour l'ensemble de son territoire.

Eau potable et assainissement[modifier | modifier le code]

Quatre forages exploitant des nappes du Cénomanien ou du Turonien et deux stations de traitement assurent l'alimentation en eau potable de Loché-sur-Indrois et des neuf autres communes de la communauté de communes de Montrésor dans le cadre d'un dispositif entièrement mutualisé. L'un de ces points de captages se trouve sur le territoire de Loché[100]. À la fin de 2013, plus de 3 700 foyers étaient raccordés à ce réseau sur l'ensemble de la communauté de communes[101].

L'assainissement des eaux usées de Loché-sur-Indrois est assuré, de manière collective, par une station d'épuration à boues activées, d'une capacité de 220 EH (équivalent-habitant), avec rejet des eaux épurées dans l'Indrois en aval du centre-bourg[102].

Déchets ménagers[modifier | modifier le code]

Deux déchèteries, sur le territoire des communes de Genillé et de Nouans-les-Fontaines, sont accessibles aux habitants de Loché-sur-Indrois[103]. Les déchets ménagers recyclables ou non, sont collectés en porte-à-porte de manière hebdomadaire et des conteneurs pour la collecte du verre, du papier ou des vêtements sont répartis sur le territoire communal[104].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'évolution de la capacité d'autofinancement, un des indicateurs des finances locales de Loché-sur-Indrois, sur une période de dix ans[105] :

Capacité d'autofinancement (CAF) à Loché-sur-Indrois de 2005 à 2014
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 500 à 2 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Loché 199 180 185 267 358 128 306 337 236 144
Moyenne de la strate 150 161 167 166 162 173 194 194 187 188


CAF de Loché CAF moyenne de la strate

Au cours des dix dernières années, la capacité d'autofinancement de la commune[Note 8], a toujours évolué, à deux exceptions près, au-dessus de la valeur moyenne de la strate[Note 3]. Le fonds de roulement[Note 9] est toujours positif et toujours supérieur à la moyenne de la strate[105].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les plus anciens registres paroissiaux datent de 1539 pour Loché, 1681 pour Aubigny[Dico 1]. En 1789, date du dernier recensement familial avant l'instauration du recensement individuel, la paroisse de Loché comptait 207 feux et celle d'Aubigny 38[108].

En 2013, la commune comptait 550 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 10],[Note 11].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 105 1 102 1 152 1 145 1 387 1 222 1 203 1 112 1 120
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 101 1 151 1 171 1 129 1 146 1 210 1 157 1 164 1 219
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 253 1 280 1 272 1 159 1 169 1 205 1 222 1 223 1 136
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
968 872 721 582 556 532 512 550 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[109] puis Insee à partir de 2004[110].)
Histogramme de l'évolution démographique
Soldes de variation annuelle de la population de Loché-sur-Indrois
exprimés en pourcentages.
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2006 2006 - 2012
Taux de variation annuel de la population Baisse - 2,7 % Baisse - 3,0 % Baisse - 0,6 % Baisse - 0,5 % Baisse - 0,4 % Augmentation + 0,8 %
Solde naturel + 0,3 % + 0,5 % - 0,8 % - 0,4 % - 0,4 % 0,0 %
Solde migratoire - 3,0 % - 2,5 % + 0,3 % - 0,1 % 0,0 % + 0,8 %

L'augmentation de la population observée entre 1821 et 1831 (242 habitants supplémentaires) est en partie liée à l'absorption par Loché de la commune d'Aubigny en 1823. Aubigny comptait, en 1820, 227 habitants[54]. Jusqu'à 1850, la population a tendance à diminuer mais l'expansion démographique reprend jusqu'au début du XXe siècle où la première Guerre mondiale marque une cassure nette. Une légère reprise se manifeste ensuite mais dès 1946 une baisse très importante et durable de la population s'amorce — la commune perd près de 60 % de ses habitants en 80 ans — qui n'est jugulée qu'à la fin des années 2000. Sur les dernières décennies, la baisse de la population est surtout liée à un solde migratoire négatif qui traduit la réalité d'un exode rural[Note 3].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Loché-sur-Indrois en 2012 en pourcentage[Insee 6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
8,1 
75 à 89 ans
13,5 
20,5 
60 à 74 ans
20,2 
21,2 
45 à 59 ans
22,5 
15,2 
30 à 44 ans
16,1 
13,4 
15 à 29 ans
15,0 
21,2 
0 à 14 ans
12,7 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2012 en pourcentage[Insee 7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,1 
7,6 
75 à 89 ans
10,6 
14,8 
60 à 74 ans
15,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,6 
19,2 
30 à 44 ans
18,1 
19,1 
15 à 29 ans
18,2 
18,6 
0 à 14 ans
16,6 

La population de Loché-sur-Indrois se révèle plus âgée que le moyenne départementale, avec 53,1 % des habitants âgés de 45 ans et plus, contre 45,2 % en Indre-et-Loire[Insee 8],[Insee 9]. La forte surreprésentation des garçons de moins de quinze ans par rapport aux filles dans la population communale n'est pas explicable au regard des données disponibles[Note 3].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les communes de Beaumont-Village, Chemillé-sur-Indrois, Loché-sur-Indrois, Montrésor, Villeloin-Coulangé et Villedômain ont mutualisé leurs ressources pour assurer la scolarisation de leurs enfants dans le cycle d'enseignement primaire, au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI)[111]. Dans ce cadre, la commune de Villeloin-Coulangé accueille, à la rentrée 2015, 51 élèves de maternelle[112] alors que les élèves du cours élémentaire sont scolarisés à Loché-sur-Indrois[113] (49 élèves) et Montrésor (44 élèves)[114].

Les temps d'activité périscolaire (TAP) sont organisés au sein du RPI dans les trois communes disposant de classes [115].

Le collège de Montrésor accueille les élèves de l'enseignement secondaire[116] mais les lycées les plus proches se trouvent à Loches, avec deux lycées d'enseignement général, l'un public et l'autre privé, et un lycée public d'enseignement professionnel[117].

Le transport des écoliers au sein du RPI ainsi que celui des lycéens entre Montrésor et Loches est assuré par un service de cars.

Les établissements d'enseignement supérieur sont tous situés à Tours ou dans sa proche périphérie. Parmi eux, l'université pluridisciplinaire François-Rabelais propose, au sein d'une école polytechnique universitaire et de deux instituts universitaires de technologie s'appuyant sur une quarantaine de laboratoires de recherche, sept unités de formation et de recherche ; l'école supérieure de commerce et de management de Tours-Poitiers offre sur ses deux sites des formations Bac+3 ou Bac+5 ; l'école Brassart de Tours est spécialisée dans les arts graphiques[118]. Dans le domaine agricole, le lycée agricole de Tours-Fondettes prépare au diplôme du brevet de technicien supérieur (BTS, Bac+2)[119].

Vie culturelle et sportive[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Huit associations actives ont leur siège social sur la commune de Loché-sur-Indrois. L'une d'entre elles intervient dans le secteur sportif, trois dans le domaine culturel, deux dans le secteur social, les deux dernières sont des groupements d'employeurs[120].

Équipements sportifs, culturels et de loisir[modifier | modifier le code]

Loché-sur-Indrois dispose d'une salle des fêtes[121] et d'un terrain de sport[122].

Une bibliothèque municipale est à la disposition des habitants. Elle est intégrée au réseau départemental des bibliothèques gérées par le conseil départemental d'Indre-et-Loire, dans le cadre de la direction de la lecture publique et du livre de Touraine[123].

Santé et services d'urgence[modifier | modifier le code]

Si aucun médecin n'est installé à Loché-sur-Indrois et que le médecin généraliste le plus proche exerce à Villeloin-Coulangé, un cabinet dentaire est installé à Loché[124].

L'hôpital le plus proche est le centre hospitalier de Châtillon-sur-Indre[125].

Un centre de première intervention des sapeurs-pompiers de Touraine est basé à Loché-sur-Indrois[126].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest consacre quelques pages de son édition papier Indre-et-Loire, Touraine Est, à l’actualité du canton de Loches, également disponible en ligne. La Renaissance lochoise, « l'hebdomadaire de la Touraine du Sud »[127] est un hebdomadaire d’informations locales sur les cantons du sud de la Touraine.

Parmi les chaînes de télévision de télévision numérique terrestre (TNT) accessibles à tous les habitants de Loché-sur-Indrois, France 3 Centre-Val de Loire et TV Tours Val de Loire relaient, entre autres, les informations locales.

Culte[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse de Montrésor au sein du doyenné de Loches, lui-même partie de l'archidiocèse de Tours, au même titre que cinq autres doyennés[128]. En 2015, l'église Saint-Barthélémy-et-Saint-Laurent de Loché-sur-Indrois est l'un des huit lieux de culte de cette paroisse ; des offices y sont célébrés en alternance avec les autres églises paroissiales[129].

Monseigneur Bernard-Nicolas Aubertin est à la tête de l'archidiocèse de Tours depuis 2005[130].

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du schéma directeur territorial d'aménagement numérique (SDTAN) d'Indre-et-Loire, un rapport rendu en octobre 2011 souligne que la nécessaire implantation d'un pylône-relais pour améliorer les communications de téléphonie mobile sur plusieurs communes du sud-est du département, dont Loché-sur-Indrois a été effectuée[131]. En 2014, l'internet haut débit via la technique ADSL 2+ est possible pour tous les abonnés à un réseau de téléphonie fixe[132].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 22 625 €, ce qui plaçait alors Loché-sur-Indrois au 22 375e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[Insee 10]. En 2010, la commune ne comptait aucun foyer assujetti à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF)[133].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres-clés de l'emploi à Loché-sur-Indrois et leur évolution de 2007 à 2012[Insee 11],[Insee 12] :

Structure de la population active de Loché-sur-Indrois (37)
entre 2007 et 2012.
Loché 2007 Loché 2012 Évolution
Population de 15 à 64 ans 315 326 Augemntation + 3,5 %
Actifs (en %) 74,5 68,7 Baisse - 7,7  %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 70,4 59,4 Baisse - 15,6 %
Chômeurs (en %) 4,1 9,3 Augmentation + 126 %
Évolution de l'emploi à Loché-sur-Indrois (37) en 2007 et 2012.
Loché 2007 Loché 2012 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 109 102 Baisse -6,4 %
Indicateur de concentration d'emploi 48,8 50,8 Augmentation + 4,1 %

Entre 2007 et 2012, la population active de Loché-sur Indrois a légèrement augmenté, mais son taux d'emploi s'est fortement réduit. Le taux de chômage, au sens de l'Insee, a plus que doublé sur la même période. Le nombre d'emplois proposé dans la zone est en baisse, mais de manière moins importante que le nombre d'actifs ; il en résulte une légère augmentation mathématique de l'indicateur de concentration d'emploi, qui reste malgré tout à un niveau très faible : seul un emploi est proposé localement pour deux actifs[Note 3].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'entreprises implantées à Loché-sur-Indrois selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[Insee 13] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2013.
Total  % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 63 100 50 12 0 1 0
Agriculture, sylviculture et pêche 32 50,8 25 7 0 0 0
Industrie 9 14,3 7 1 0 1 0
Construction 3 4,8 3 0 0 0 0
Commerce, transports, services divers 16 25,4 14 2 0 0 0
dont commerce et réparation automobile 2 3,2 2 0 0 0 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 3 4,8 1 2 0 0 0
Champ : ensemble des activités.

Les entreprises implantées à Loché-sur-Indrois sont toutes de petite taille. L'une d'entre elles représente 30 des 53 emplois salariés proposés sur la commune en 2013. Les douze autres entreprises ayant recours à la main d'œuvre salariale n'emploient au total que 20 personnes[Insee 14].

En 2014, huit nouvelles entreprises se sont créées à Loché-sur-Indrois, deux dans le domaine de l'industrie et six dans le secteur du commerce, des transports et des services ; toutes ces créations sont des entreprises individuelles[Insee 15].

Fin 2013, les trois quarts des établissements de Loché-sur-Indrois appartiennent à la sphère productive[Insee 16], c'est-à-dire qu'ils « produisent des biens majoritairement consommés hors de la zone [commune] et des activités de services tournées principalement vers les entreprises correspondantes »[Insee 17].

Agriculture et pisciculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Loché-sur-Indrois, observées sur une période de 22 ans[134] :

Évolution de l’agriculture à Loché-sur-Indrois (37)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 76 44 36
Équivalent Unité de travail annuel 78 69 50
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 5 125 4 678 4 355
Cheptel (nombre de têtes) 1 911 2 015 2 468
Terres labourables (ha) 4 655 4 553 4 203
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 65,7 67,8 87,1

Même si le nombre des exploitations agricoles a été divisé par deux entre 1988 et 2010[Note 12],[135], Loché-sur-Indrois reste une commune agricole puisque cette activité représente encore, en 2013, plus de la moitié des exploitations et offre encore 10 emplois, à raison d'un salarié par exploitation employant du personnel. L'activité des exploitations reste orientée, sur toute cette période, vers la polyculture mais aussi vers l'élevage, comme en témoigne un cheptel en nette augmentation[Note 3]. La production laitière a longtemps été une activité agricole importante dans le commune, au point qu'une laiterie importante au plan départemental y a installé une station d'écrémage de 1909 à 1972[136]. Un élevage piscicole [137] et une brasserie artisanale[138] sont par ailleurs implantés sur la commune.

Industrie[modifier | modifier le code]

Une entreprise spécialisée dans l'installation de structures métalliques est, avec 30 salariés en 2013 et 25 en 2014, le plus important employeur de la commune[Insee 14],[139].

Artisanat, commerces et services[modifier | modifier le code]

Quelques artisans sont installés à Loché-sur-Indrois, entreprise de peinture, chauffagiste, atelier de couture, ébéniste[140].

2013 a vu la réouverture à Loché d'un commerce de proximité (boulangerie, crèmerie, épicerie)[141]. Une agence postale communale est ouverte dans la commune[142]. Il n'est toutefois pas facile, pour un territoire aussi étendu, de maintenir dans le chef-lieu communal un réseau de services de proximité, dans la mesure où les hameaux du nord de la commune sont aussi proches des bourgs de Villeloin-Coulangé ou de Montrésor que du centre de Loché et que, pour les habitants du sud, il est plus aisé d'aller s'approvisionner à Chatillon-sur-Indre. Bien qu'un peu plus éloignée, la ville de Loches offre des services très diversifiés[Dico 1]. Un marché est toutefois organisé chaque jeudi[143].

Plusieurs entreprises, généralement individuelles, proposent leurs services à Loché dans des domaines divers : traiteur, vente à distance, commerce itinérant, surveillance et entretien, couture[140], ainsi que deux assistantes maternelles[144].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Si Loché-sur-Indrois ne dispose pas d'hôtel ni de camping[Insee 18], des possibilités d'hébergement temporaires sont cependant offertes sous la forme de gîtes ruraux ou de chambres d'hôte[140].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Photo en couleurs de la nef et du clocher d'une église.
Vue générale de l'église.

L'église paroissiale Saint-Barthélémy-et-Saint-Laurent est un édifice majoritairement daté du XIIe siècle, mais sur la façade ouest des ouvertures plus anciennes qui témoignent d'un édifice antérieur, peut-être du Xe siècle ; cette façade, sur laquelle prenait appui un auvent en bois supprimé au XIXe siècle[145], est inscrite au titre des monuments historiques en 1952[146]. Le chœur à chevet plat est du XIIIe siècle. Une cloche provenant de l'église d'Aubigny (classée le )[147], un tabernacle des XVIIe et XVIIIe siècles (inscrit le )[148], une statue en bois du XVIIe siècle représentant le Christ en croix (inscrit le )[149] et un calice du XVIIe siècle (inscrit le )[150] sont recensés dans la base Palissy des objets protégés. Deux statues en bois du XVe siècle qui décoraient l'église et qui provenaient de l'église d'Aubigny détruite ont été vendues [Dico 3] ; l'une d'entre elles, représentant saint Jean au calvaire, se trouve au musée du Louvre[151], l'autre (Mater dolorosa) au Metropolitan Museum de New York[152].

Photo en couleurs de la nef d'une ancienne église reconvertie en habitation.
Vue de l'ancienne église abbatiale de Beaugerais.

L'ancienne abbaye de Beaugerais, fondée au début des années 1150 sur des terrains offerts à des ermites par quatre chevaliers partant en croisade, appartient d'abord à l'ordre bénédictin avant de passer sous le contrôle des cisterciens[153] ; cette modification de tutelle s'accompagne peut-être d'un déplacement de l'emprise de l'abbaye, initialement construite au bord du ruisseau[Lor 6]. Très puissante et disposant de vastes territoires au Moyen Âge bien que le nombre de moines qui y résident n'ait probablement jamais dépassé la dizaine, Michel de Marolles en est nommé abbé commendataire en 1609, alors qu'il n'a que 9 ans ; c'est certainement sa famille qui assure de fait la gestion de l'abbaye pendant l'enfance de Michel. L'église subit au fil des siècles de profonds remaniements qui, mal documentés, en rendent l'histoire difficile à restituer. L'abbaye a déjà perdu beaucoup de son importante lorsque survient le Révolution française. Vendue comme bien national en 1792, beaucoup de ses bâtiments sont rapidement détruits. Il n'en reste aujourd'hui que la nef du XII siècle de l'ancienne église et quelques vestiges du cloître. Ces éléments sont inscrits au titre des monuments historiques en 1938[154].

Autres monuments et sites[modifier | modifier le code]

La pyramide de Saint-Hubert.

Le château de Loché, près du bourg, était le siège d'une châtellenie attestée dès 1212 ; il servait alors de maison forte[Fl 3]. Cette châtellenie fut à la fin du XVe siècle propriété d'Imbert de Batarnay. C'est au XXIe siècle une bâtisse construite à la Renaissance flanquée d'une tour couverte d'un lanternon jusqu'en 1928. Des douves, mentionnées sur un plan de 1830, ne sont plus que partiellement visibles ; une enceinte fortifiée qui l'entourait n'existe plus que par quelques rares vestiges mal attestés[47]. Le seigneur de Loché, qui détenait le droit de haute justice, siégeait pour cette occasion dans une maison spécialement affectée du bourg mais devait faire appel, pour les exécutions, au bourreau de Loches à défaut d'en disposer sur place[Fl 4].

Roches fut une seigneurie de Loché attestée dès 1218. La maison qui en occupe le centre a été construite à partir de 1564, comme en témoigne une pierre enchâssée dans ses fondations ; elle appartenait alors à R. Boutillon, « capitaine au régiment de Piémont gouverneur du château de Loches »[Fl 5].

La pyramide de Saint-Hubert fut édifiée dans les bois de Beaugerais par le comte Ksawery Władysław Branicki sur le modèle des pyramides de la forêt de Loches. Construite en l'honneur de Władysław, un des fils du comte mort en 1913 à l'âge de vingt ans lors d'un accident de chasse en Pologne[155], elle a été commencée en 1914 et terminée en 1922 après une interruption des travaux pendant la première Guerre mondiale[Fl 6]. Elle est creusée d'un niche renfermant une statue de saint Hubert et porte la mention « SAINT HUBERT - PRIEZ POUR NOUS ».

L'argile du sol de Loché-sur-Indrois se prête bien à la fabrication de briques et de tuiles. Deux tuileries et briqueteries (équipements courants dans le Lochois, avec les fours à chaux à vocation agricole) ont fonctionné à Loché. La première fabrique a fonctionné de 1857 à 1924 d'abord comme four à chaux, puis comme tuilerie ; les aménagements ont disparu dès la fin de l'exploitation, remplacés par des habitations, sauf peut-être un vestige du four lui-même, mais le toponyme du Four à Chaux demeure. Ses éventuels vestiges sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel[156]. La seconde tuilerie a fonctionné de 1789 à 1987 au lieu-dit le Coudray ; les bâtiments et équipements sont conservés, mais à l'abandon[157]. Le four du Coudray est lui aussi inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel[158].

La ferme de Gratte-Paille, à 2,5 km au sud de Beaugerais, fut une grange cistercienne rattachée à l'abbaye probablement peu de temps après sa fondation ;c'est la seule grange cistercienne identifiée dans le sud du département[Lor 7].

Jusqu'à 21 croix de mission et calvaires ont été implantées sur le territoire de Loché ; au début du XXIe siècle, il n'en subsiste que neuf[Fl 7].

Patrimoine naturel et environnemental[modifier | modifier le code]

Vue d'une carte matérialisant en couleurs les zones environnementales protégées.
Les ZNIEFF de Loché-sur-Indrois.
  •      Bourg et limites communales
  •      ZNIEFF des landes de la Motterie
  •      ZNIEFF du massif forestier de Loches

Le territoire communal de Loché-sur-Indrois est partiellement inclus dans l'aire de deux zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF).

La ZNIEFF des landes de la Motterie (seconde génération, type 1[Note 13]), en bordure de la forêt de Loches, est une petite zone de 10,50 ha constituée de trois entités séparées, sur les communes de Loché et de Villeloin-Coulangé. C'est un milieu extrêmement fragile menacé de fermeture en raison de sa petite taille et de son éclatement. Les populations de bruyères à balais (Erica scoparia) qui y subsistent témoignent d'une aire de répartition jadis plus large ; la Gentiane des marais (Gentiana pneumonanthe) s'y rencontre également[159].

La ZNIEFF, de deuxième génération et de type 2[Note 14], dite du massif forestier de Loches, s'étend sur une superficie de 5 066 hectares sur le territoire de 10 communes. C'est la partie nord-ouest de l'aire communale de Loché qui est y est rattachée, et elle y intègre la ZNIEFF des landes de la Motterie. La forêt de Loches est considérée comme l’un des massifs boisés les plus riches d’Indre-et-Loire. De nombreuses espèces remarquables de la flore et de la faune y sont rencontrées : la scolopendre (Asplenium scolopendrium var. scolopendrium) est une fougère qui prospère sur le bord des talus humides de la forêt, la Myrtille (Vaccinium myrtillus) y est commune ; six espèces de chiroptères (toutes protégées), dont le Vespertilion de Daubenton (Myotis daubentonii), chassent dans ses clairières ; des insectes saproxyliques dépendants du renouvellement naturel du boisement comme Akimerus schaefferi accélèrent la décomposition des arbres morts ; de nombreux oiseaux y nichent, tels l'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus) ou le Pic cendré (Picus canus)[160].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

La commune de Loché-sur-Indrois se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage des fromages Sainte-Maure de Touraine[161] et Valençay[162] ces deux produits bénéficiant d'une appellation d'origine protégée (AOP) au niveau européen et d'une appellation d'origine contrôlée (AOC) au niveau national. Onze types de vins tranquilles ou effervescents (crémants) bénéficient des mêmes appellations[163].

Rillettes de Tours[164], bœuf du Maine, volailles du Berry et vingt-deux types de vins tranquilles bénéficient d'une indication géographique protégée (IGP) s'ils sont produits sur le territoire de Loché-sur-Indrois[163].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Michel de Marolles (1600-1681), homme d'église, traducteur et historien français, mais aussi personnage mondain, également connu pour sa collection d'estampes, fut abbé de Beaugerais à partir de 1609.

Henri Varenne (1860-1933), sculpteur, a résidé plusieurs années à Loché-sur-Indrois et y a laissé de ses œuvres, dont certaines décorent un jardin de curé qu'il aménagea près de son domicile[165] alors que d'autres sont exposées dans la salle des fêtes communale.

Simone Bonamy, née à Loché-sur-Indrois en 1888, fut la première femme avocate inscrite au barreau de Tours en 1913[166].

Michel Bourderioux (1902-1991), né à Luçay-le-Mâle (Indre) et mort à Tours, curé de Loché-sur-Indrois — où il est inhumé — de 1942 à 1990, historien qui consacra de nombreuses publications à Loché-sur-Indrois, fut également conservateur des antiquités et objets d'art du département d'Indre-et-Loire[167]. Une plaque, à l'intérieur de l'église de Loché, rappelle son souvenir[145].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Loché-sur-Indrois

Les armes de Loché-sur-Indrois se blasonnent ainsi :

De gueules à une crosse contournée d'or, aux deux loches contournées d'argent nageant l'une sur l'autre brochant en cœur sur le tout[Note 15].

Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes. La Loche de rivière est un poisson d'eau douce.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Bourderioux, « L'abbaye de Baugerais (Loché-sur-Indrois) », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XL,‎ , p. 961-1001 (lire en ligne).
  • Bernard Briais (ill. Denise Labouyrie), Vagabondages en Val d'Indrois, Monts, Séria,‎ , 127 p. (ISSN 1151-3012).
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D.,‎ , 967 p. (ISBN 2 85443 136 7).
  • Claude Croubois (dir.), L'Indre-et-Loire – La Touraine, des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angely, Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents »,‎ , 470 p. (ISBN 2 90350 409 1).
  • Jean-Luc Flohic (dir.), Patrimoine des communes de France, t. 2, Flohic,‎ , 1406 p. (ISBN 2-84234-115-5).
  • Stéphane Gendron, Les noms de lieux du Centre, Paris, éditions Bonneton,‎ , 232 p. (ISBN 978 2 862 53226 4).
  • Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire, Paris, CNRS,‎ , 480 p. (ISBN 978-2-222-03681-4).
  • Élisabeth Lorans, Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle - territoires, habitats et paysages, Tours, Publication de l'Université de Tours,‎ , 289 p. (ISBN 2-86906-092-0).
  • Guy-Marie Oury, « L'érémitisme dans l'ancien diocèse de Tours au XIIe siècle », Revue Mabillon, t. LVIII, no 244,‎ , p. 65-92 (lire en ligne).
  • Robert Ranjard, La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Imprimerie de la Manutention,‎ , 9e éd. (1re éd. 1930), 733 p. (ISBN 2 855 54017 8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces distances sont calculées de chef-lieu communal à chef-lieu communal.
  2. On parle d'inondation de plaine lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte lentement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue.
  3. a, b, c, d, e et f Ces remarques ne résultent pas d'une analyse statistique des données présentées ; elles n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  4. Cette liste, non exhaustive, vise à illustrer l'évolution toponymique et les premières mentions des paroisses.
  5. Compte tenu de la répartition de la population en part à peu près égales entre hommes et femmes, c'est plus de 10 % de la population masculine de Loché qui disparaît lors de cette guerre.
  6. L'élection municipale de 2014, en raison du mode particulier de constitution de listes pour les petites communes, n'est pas prise en compte dans ce commentaire.
  7. Lucas Palisseau, adjoint, est maire par délégation.
  8. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[106].
  9. Le « fonds de roulement », différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[107].
  10. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  11. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  12. La différence entre les données fournies par l'Insee et par le ministère de l'Agriculture est explicable par une définition plus restrictive de l'exploitation agricole par le ministère de l'Agriculture (attribution obligatoire d'un numéro de SIRET).
  13. Les ZNIEFF de type 1 sont des espaces homogènes d’un point de vue écologique et qui abritent au moins une espèce et/ou un habitat rares ou menacés, d’intérêt aussi bien local que régional, national ou communautaire.
  14. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  15. Le blason de Loché-sur-Indrois est une création de l'abbé Michel Bourderioux en 1942[168].

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de l'Insee :
  1. « Fiche communale » (consulté le 28 septembre 2015).
  2. « Code officiel géographique - présentation » (consulté le 29 novembre 2015).
  3. « Population, superficie et densité des principaux pays du Monde en 2013 » (consulté le 29 novembre 2915).
  4. a, b et c « Chiffres clés - Logement en 2012 à Loché-sur-Indrois » (consulté le 1er décembre 2015).
  5. a et b « Chiffres clés - Logement en 2012 en Indre-et-Loire » (consulté en 1er décembre2015).
  6. « Population par sexe et âge à Loché-sur-Indrois en 2012 » (consulté le 30 novembre 2015).
  7. « Population par sexe et âge en Indre-et-Loire en 2012 » (consulté le 30 novembre 2015).
  8. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges à Loché-sur-Indrois en 2012 » (consulté le 27 décembre 2015).
  9. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges en Indre-et-Loire en 2012 » (consulté le 27 décembre 2015).
  10. [zip] « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 » (consulté le 19 décembre 2015).
  11. « EMP T1 - Population de 14 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 21 décembre 2015).
  12. « EMP T5 - Population Emploi et activité. » (consulté le 21 décembre 2015).
  13. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Loché-sur-Indrois (37) au 31 décembre 2013 » (consulté le 19 décembre 2015).
  14. a et b « CEN T2 - Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2013 » (consulté le 21 décembre 2015).
  15. « DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2014 » (consulté le 22 décembre 2015).
  16. « CEN T3 - Établissements selon les sphères de l'économie au 31 décembre 2013 » (consulté le 22 décembre 2015).
  17. « Sphères présentielle et productive de 1975 à 2012 ; mise à jour 25 juin 2015 » (consulté le 7 novembre 2015).
  18. « Chiffres-clés du tourisme à Loché-sur-Indrois en 2014 » (consulté le 27 décembre 2015).
  • Michel Bourderioux, L'abbaye de Baugerais (Loché-sur-Indrois), 1984 :
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, 1987 :
  1. a, b, c, d, e, f, g et h p. 478.
  2. a, b et c p. 477.
  3. a, b, c et d p. 479.
  • Jean-Luc-Flohic, Patrimoine des communes de France, 2001 :
  • Elisabeth Lorans, Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle - territoires, habitats et paysages, 1996 :
  • Autres références :
  1. « Orthodromie entre "Loché-sur-Indrois" et "Tours" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 septembre 2015).
  2. « Orthodromie entre "Loché-sur-Indrois" et "Loches" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 septembre 2015).
  3. « Orthodromie entre "Loché-sur-Indrois" et "Châtillon-sur-Indre" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 septembre 2015).
  4. a et b Carte géologique de Loché-sur-Indrois sur Géoportail (consulté le 28 septembre 2015).
  5. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - notice Châtillon-sur-Indre » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM.
  6. « Les sols », sur le site de la chambre départementale d'agriculture d'Indre-et-Loire (consulté le 30 novembre 2015).
  7. Régis Maury, « Les vignobles de la Touraine », Norois, no 95 ter,‎ , p. 146 (DOI 10.3406/noroi.1977.3644).
  8. Répertoire géographique des communes : fichier texte, Institut national de l'information géographique et forestière,‎ (lire en ligne).
  9. « Répertoire géographique des communes », sur le site de l'Institut national de l'information géographique et forestière (consulté le 29 novembre 2015).
  10. a et b Carte hydrologique de Loché-sur-Indrois sur Géoportail (consulté le 30 novembre 2015).
  11. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. IV, Société archéologique de Touraine,‎ , 430 p. (lire en ligne), p. 386.
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - l'Indrois (K74-0300) ».
  13. Vincent Nouyrigat, « Agriculture : le sorgho à la place du maïs », Science et Vie, no 1178,‎ , p. 111.
  14. « Orthodromie entre "Loché-sur-Indrois" et "Châteauroux" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 30 novembre 2015).
  15. « Normes météorologiques pour Tours », sur le site de l'association Météo-Centre (consulté le 30 novembre 2015).
  16. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le 27 avril 2015).
  17. « Records météo : Châteaurouc », sur le site lameteo.org de Frédéric Decker (consulté le 30 novembre 2015).
  18. Pierre Leveel, Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD,‎ , 991 p. (ISBN 978-2-85443-157-5), p. 20.
  19. « Fiche horaire de la ligne Tours-Châteauroux pour la période du 13 décembre 2015 au 10 décembre 2016 » [PDF], sur le site TER Centre-Val de Loire (consulté le 2 janvier 2016).
  20. « Fiche horaire de la ligne S Luçay-le-Mâle - Châteauroux à partir du 14 décembre 2014 » [PDF], sur le site de l'Aile bleue, le réseau des transports interurbains de l'Indre (consulté le 30 novembre 2015).
  21. « Fiche horaire de la ligne TC Genillé-Descartes à partir du 21er septembre 2015 » [PDF], sur le site de Fil Vert, le réseau des transports interurbains d'Indre-et-Loire (consulté le 3 juillet 2015).
  22. « Arrêté préfectoral relatif à l'information [...] biens immobiliers » [PDF], sur le site de la préfecture d'Indre-et-Loire (consulté le 3 décembre 2015).
  23. « Recueil des actes administratifs de la préfecture  : numéro spécial Prévention des risques - 4e partie » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 3 décembre 2015), p. 16.
  24. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 3 décembre 2015).
  25. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Loché-sur-Indrois », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 3 décembre 2015).
  26. « Arrêté du 11 juillet 2012 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur le site de Légifrance (consulté le 3 mai 2015).
  27. « Didacticiel de la règlementation parasismique pour Loché-sur-Indrois (37) », sur planseisme.fr, le site internet de prévention du risque sismique du BRGM (consulté le 4 décembre 2015).
  28. Jean-Mary Couderc, La Touraine insolite : série 3, Chambray-lès-Tours, CLD,‎ , 237 p. (ISBN 2 85443 287 8), p. 11-18.
  29. Bernard Briais, « Tremblements de terre en Touraine », Le magazine de la Touraine, no 89,‎ , p. 63.
  30. a et b Christophe Gendron, Noms de lieux du Centre, Paris, Françoise Bonneton,‎ , 232 p., p. 46.
  31. a, b, c et d Stéphane Gendron, L'origine des noms de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Éditions Hugues de Chivré,‎ , 304 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 138.
  32. Gorry 1985, p. 292.
  33. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ (ISBN 2-85023-076-6), p. 407b
  34. Gérard Taverdet, Les noms de lieux de la Bourgogne : La Côte-d’Or, Fontaine-lès-Dijon, ADDO,‎ , p. 6.
  35. Gendron 1998, p. 156.
  36. Gérard Cordier, « Toponymie paléosidérurgique de la Touraine », Norois, vol. 119, no 1,‎ , p. 431 ([www.persee.fr/doc/noroi_0029-182x_1983_num_119_1_4132 lire en ligne]).
  37. (la) Georgius Florentius Gregorius, Ex vitis patrum (lire en ligne), p. 328.
  38. Christophe Gendron, Noms de lieux du Centre, Paris, Françoise Bonneton,‎ , 232 p., p. 37.
  39. Gérard Cordier, « Le campement magdalénien de la Perrotière, commune de Loché-sur-Indrois (Indre-et-Loire) : Note no 13 », Bulletin de la Société préhistorique française, t. LVI, no 7 et 8,‎ , p. 385-390 (DOI 10.3406/bspf.1959.3586).
  40. Gérard Cordier, « La station tardenoisienne de la Roche, commune de Loché-sur-Indrois (Indre-et-Loire) : Note no 7 », Bulletin de la Société préhistorique française, t. LII, no 9,‎ , p. 620-631 (DOI 10.3406/bspf.1955.3269).
  41. Gérard Cordier, « La station campignienne des Hugueries, commune de Loché-sur-Indrois (Indre-et-Loire) : Note no 10 », Bulletin de la Société préhistorique française, t. LV, no 7-8,‎ , p. 403-411 (DOI 10.3406/bspf.1958.3678).
  42. Michel Bourderioux et Gérard Cordier, « Communication orale sur la découverte d'enceintes anciennes dans le Lochois », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXX,‎ , p. 90-91 (lire en ligne).
  43. a et b Michel Provost, Carte archéologique de la Gaule - l'Indre-et Loire-37, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres,‎ , 141 p. (ISBN 2 87754 002 2), p. 35.
  44. Croubois 1986, p. 133.
  45. Franck Tournadre, Les vestiges de trois abbayes cisterciennes dans le diocèse de Tours : Baugerais, Fontaines-les-Blanches, La Clarté-Dieu ; étude archéologique : Mémoire de maîtrise de l'Histoire de l'Art et d'Archéologie du Moyen-Âge, vol. I (136 p.) et II (n.p.), Tours, Université François-Rabelais,‎ , p. 1.
  46. Michel Bourderioux, « Les sergentises fieffées du Lochois (communication en séance) », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXXII,‎ , p. 125 (lire en ligne).
  47. a, b et c André Montoux, Vieux logis de Touraine, t. 1, CLD-Normand,‎ , 239 p., p. 98-99.
  48. Ranjard 1986, p. 421.
  49. T. Masseron, « Cahier de doléances de la paroisse d'Aubigny », dans Recueil des cahiers de doléances des bailliages de Tours et de Loches, et cahier général du bailliage de Chinon aux États Généraux de 1789, t. VIII, Orléans, Imprimerie moderne,‎ , 639 p., p. 514.
  50. Jean-Michel Gorry, « L'opinion du Tiers état d'Indre-et-Loire en 1789 d'après les cahiers de doléances », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 1942,‎ , p. 243 (lire en ligne).
  51. Christèle Hervé, « De la cité des Turons au diocèse de Tours », dans Élizabeth Zadora-Rio (dir.), Atlas Archéologique de Touraine : 53e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours, FERACF,‎ (lire en ligne [PDF]).
  52. Pierre Leveel, « Les limites de la Touraine et du Berry », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLVI,‎ , p. 209-224 (lire en ligne).
  53. Pierre Audin, « Aubigny, commune rattachée à Loché-sur-Indrois en 1823 », Le Val de l'Indre,‎ , p. 60.
  54. a et b Gorry 1985, p. 293.
  55. L'Ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, t. 109, A. Le Clère,‎ , 652 p. (lire en ligne), p. 74.
  56. a et b « Loché-sur-Indrois : plaque commémorative (relevé n°31353) », sur MemorialGenWeb.org (consulté le 14 décembre 2015).
  57. Pierre Calmeilles, « Avec les derniers du maquis Césario », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  58. « Commémoration aux quatre stèles », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  59. Décret no 2014-179 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département d'Indre-et-Loire.
  60. « Élections départementales 2015 - Département d'Indre-et-Loire - Canton de Loches (09) - Résultats du second tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 3 décembre 2015).
  61. « Résultats des élections législatives 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 3 décembre 2015).
  62. « Marisol Touraine », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 29 mars 2015).
  63. « Jean-Marie Beffara », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 3 décembre 2015).
  64. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  65. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  66. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  67. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  68. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  69. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  70. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  71. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  72. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  73. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  74. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  75. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  76. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  77. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  78. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  79. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  80. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  81. Résultats des élections municipales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  82. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  83. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  84. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  85. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  86. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 10 décembre 2015).
  87. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  88. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 17 février 2015).
  89. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. IV, Société archéologique de Touraine,‎ , 430 p. (lire en ligne), p. 79.
  90. « Liste des maires de Loché-sur-Indrois », sur le site de FranceGenWeb (consulté le 10 décembre 2015).
  91. « Archives départementales d'Indre-et-Loire - Collection des registres d'état civil numérisés », sur le site du conseil départemental d'Indre-et-Loire (consulté le 12 décembre 2015).
  92. « Nisl Jensch succède à Hubert Livonnet », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  93. « Les juridictions », sur le site du conseil départemental de l'accès aux droits d'Indre-et-Loire,‎ 2010 (consulté le 3 décembre 2015).
  94. « La communauté de communes », sur le site de Montrésor (consulté le 17 février 2015).
  95. « La fin du Smitcom du Val d'Indrois », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  96. « Missions et compétences », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 3 décembre 2015).
  97. « Communes adhérentes : Gaz », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté en 43 décembre 2015).
  98. « Compte rendu de la réunion du SI de transport scolaire du Lochois du 24 novembre 2008 » [PDF], sur le site de la mairie de Beaulieu-les-Loches (consulté le 22 décembre 2105).
  99. « Les missions », sur le site de Touraine Propre (consulté le 21 décembre 2015).
  100. « Fiche d'identité d'un service - communauté de communes de Montrésor -eau potable », sur le site de Services Eau France (consulté le 22 mars 2015).
  101. « Commerce de Loché : ça avance », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  102. « Communauté des communes de Montrésor - assainissement collectif », sur le portail de l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 22 décembre 2015).
  103. « Ordures ménagères et tri sélectif », sur le site de la commune d'Orbigny (consulté le 22 décembre 2015).
  104. « CC de Montrésor », sur le site de Touraine Propre (consulté le 22 décembre 2015).
  105. a et b « Comptes de la commune de Loché-sur-Indrois », sur le site du ministère des Finances (consulté le 19 décembre 2015).
  106. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  107. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 36, [lire en ligne].
  108. Gorry 1985, p. 292-293.
  109. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  110. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  111. « Vie pratique », sur le site de Chemillé-sur-Indrois (consulté le 3 décembre 2015).
  112. « Indre-et-Loire (37), Villeloin-Coulangé, école », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 3 décembre 2015).
  113. « Indre-et-Loire (37), Loché-sur-Indrois, école », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 3 décembre 2015).
  114. « Indre-et-Loire (37), Montrésor, école », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 3 décembre 2015).
  115. « Temps périscolaire : la difficulté maximale », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne)
  116. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Collège de Montrésor », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 3 décembre 2015).
  117. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Lycées de Loches », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 3 décembre 2015).
  118. « Découverte du territoire / Enseignement supérieur et recherche », sur le site de la communauté d'agglomération Tour(s) Plus (consulté le 3 décembre 2015).
  119. « Tours-Fondettes agrocampus », sur le site du ministère de l'Agriculture) (consulté le 3 décembre 2015).
  120. « Associations de Chemillé-sur-Indrois », sur le site de l'annuaire des associations françaises (Asso1901.com) (consulté le 22 décembre 2015).
  121. « Séries de travaux en cours », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  122. « Stade des billes », sur SportEnFrance.fr (consulté le 21 décembre 2015).
  123. « Bibliothèque de Loché-sur-Indrois », sur Lire en Touraine, le site des bibliothèques d'Indre-et-Loire,‎ 2012 (consulté le 22 décembre 2015).
  124. (fr) « Hélène Anciaux Henry de Faveaux », sur infogreffe.fr (consulté le 27 décembre 2015).
  125. « page d'accueil » (consulté le 22 décembre 2015).
  126. « Local des pompiers : en 2015 ? », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  127. « Page d’accueil », sur le site de « La Renaissance lochoise » (consulté le 17 février 2015).
  128. « La paroisse de Montrésor », sur le site de l'archidiocèse de Tours (consulté le 1er mai 2015).
  129. « Église Saint-Barthélemy de Loché-sur-Indrois », sur le sité Église-Info de la conférence des évêques de France.
  130. « L'archevêque », sur le site de l'archidiocèse de Tours (consulté le 23 mars 2015).
  131. Ceris consulting, « SDTAN 37 - V1 » [PDF], sur Le site de l'ARCEP (consulté le 2 janvier 2016), p. 15.
  132. « Commune de Loché-sur-Indrois », sur le site de la société Ariase SARL (consulté le 2 janvier 2016).
  133. « Ce qu'il faut savoir sur Loché-sur-Indrois », sur le site de Francetv Info (consulté le 5 janvier 2016).
  134. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 21 décembre 2015).
  135. Recensement agricole 2010 - Méthodologie, instructions aux enquêteurs, p. 5-8,[lire en ligne][PDF].
  136. « Notre histoire centenaire », sur le site de la laiterie de Verneuil-sur-Indre (consulté le 7 janvier 2015).
  137. « Pisciculture du Val-d'Indrois », sur le site Pêcher et chasser.com (consulté le 22 décembre 2015).
  138. « Une micro-brasserie bio à La Gironnerie », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  139. (fr) « Mondelo », sur infogreffe.fr (consulté le 22 décembre 2015).
  140. a, b et c « Entreprises - Loché-sur-Indrois (Indre-et-Loire) », sur le site de Kompass (consulté le 27 décembre 2015).
  141. « Commerce : la bonne nouvelle », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  142. « Loché-sur-indrois AP », sur le site de La Poste (consulté le 26 décembre 2015).
  143. « Le Père Noël en quad », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  144. « Recherche par commune : Loché-sur-Indrois », sur le site « Assistantes maternelles 37 » du conseil départemental d'Indre-et-Loire (consulté le 1er janvier 2015).
  145. a et b Briais 2001, p. 18.
  146. « Notice no PA00097819 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  147. « Cloche », base Palissy, ministère français de la Culture.
  148. « Tabernacle », base Palissy, ministère français de la Culture.
  149. « Christ en croix », base Palissy, ministère français de la Culture.
  150. « Calice », base Palissy, ministère français de la Culture.
  151. « Saint Jean au calvaire », sur le site du musée du Louvre (consulté le 8 septembre 2105).
  152. (en) « Mater dolorosa », sur le site du Metropolitan Museum of Art de New York (consulté le 8 septembre 2015).
  153. Oury 1971, p. 75-76.
  154. « Notice no PA00097818 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  155. (pl) « Władysław Stanisław Branicki », sur Genealogia dynastyczna (consulté le 3 janvier 2016).
  156. « Notice no IA37001599 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  157. Jacques Thomas, « Fours à chaux, tuileries et briqueteries du Lochois », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLV,‎ , p. 574 (lire en ligne).
  158. « Notice no IA37001597 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  159. « ZNIEFF 240006261 - Landes de la Motterie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 8 décembre 2015).
  160. « ZNIEFF 240031220 - Massif forestier de Loches », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 8 décembre 2015).
  161. « Sainte-Maure de Touraine », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (consulté le 21 décembre 2015).
  162. « Valençay », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (consulté le 21 décembre 2015).
  163. a et b « Cartes des signes officiels de la qualité et de l'origine », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (consulté le 1er janvier 2016).
  164. « Rillettes de Tours », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (consulté le 21 décembre 2015).
  165. Bernard Briais, Le pays lochois et la Touraine côté sud, Chambourg-sur-Indre, PBCO,‎ (ISBN 978-2-35042-014-1), p. 82.
  166. « L'almanach de la Touraine », sur le site des archives départementales d'Indre-et-Loire,‎ (consulté le 2 février 2014).
  167. Pierre Leveel, « L'abbé Michel Bourderioux (1909-1991) », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXXXIII,‎ , p. 71-76 (lire en ligne).
  168. « Le blason de Loché-sur-Indrois », sur le site de la banque du blason (consulté le 19 décembre 2015).