Cormery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes, voir Colméry et Cormeray.

Cormery

De gauche à droite et de haut en bas :
tour Saint-Paul, lanterne des morts ;
cimetière et église, roue à aubes de l'ancien moulin.
Photographie en couleurs du clocher découronné d'une église. Photographie en couleurs d'une colonne en pierre dans un cimetière.
Photographie en couleurs d'une église en arrière-plan d'un cimetière. Photographie en couleurs d'une roue en bois sous une arche en maçonnerie.
Blason de Cormery
Blason
Cormery
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Bléré
Intercommunalité Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Antoine Campagne
2014-2020
Code postal 37320
Code commune 37083
Démographie
Gentilé Cormeriens
Population
municipale
1 770 hab. (2015 en augmentation de 7,08 % par rapport à 2010)
Densité 292 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 05″ nord, 0° 50′ 14″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 94 m
Superficie 6,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Cormery

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Cormery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cormery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cormery
Liens
Site web cormery.fr

Cormery (prononcé /kɔʁməʁi/) est une commune française de la vallée de l'Indre située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Le bourg se crée peu à peu dans les deux derniers siècles du premier millénaire au contact de l'abbaye bénédictine Saint-Paul, fondée en 791 au bord de l'Indre. L'un des artisans de cette fondation monastique est Alcuin, chancelier de Charlemagne. Cormery bénéficie dès lors des privilèges économiques (foires, marchés) accordés à l'abbaye et grandit peu à peu jusqu'à atteindre plus de 1 000 habitants au début du XIXe siècle. Sa population connaît toutefois par la suite une érosion et il faut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour que la proximité de Tours permette à la démographie cormerienne de repartir à la hausse. En 2015, la commune compte 1 770 habitants.

Cormery est une commune d'assez petite taille où l'agriculture, même si elle n'a pas totalement disparu, n'est plus depuis longtemps une composante majeure de l'activité locale. Au XXIe siècle, son économie repose sur les secteurs secondaire mais surtout tertiaire et bénéficie de la présence d'une importante zone d'activités, le « Node Park Touraine » qu'elle partage avec sa voisine Tauxigny-Saint-Bauld.

Bien que démembrée à la Révolution française, l'abbaye de Cormery a laissé d'importants vestiges au cœur de la ville ; ils constituent la plus grande part du patrimoine bâti remarquable de la commune et font toujours l'objet d'études et de restaurations. L'église paroissiale et, dans le cimetière, un monument à la fonction controversée (lanterne des morts ou croix hosannière) font partie, comme l'abbaye, des édifices protégés au titre des monuments historiques. Cormery partage avec des communes voisines deux ZNIEFF et deux sites naturels inscrits. Le « macaron de Cormery », dont plusieurs légendes et traditions évoquent l'origine, est la spécialité pâtissière locale.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Commune de la vallée de l'Indre, Cormery se trouve à 18,2 km au sud-est de Tours[1]. Elle se situe à l'extrême ouest du canton de Bléré et 13,6 km la séparent de cette ville[2]. Les distances sont exprimées « à vol d'oiseau », de chef-lieu communal à chef-lieu communal. Cormery est rattachée à l'aire urbaine et au bassin d'emploi de Tours, mais à l'unité urbaine et au bassin de vie d'Esvres, commune limitrophe[Insee 1].

Communes limitrophes de Cormery
Truyes
Esvres Cormery Courçay
Saint-Branchs Tauxigny-Saint-Bauld

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs représentant les couches géologiques affleurantes d'un territoire.
Carte géologique de Cormery[3],[4].
  •      Bourg
  •       Limites communales
  •       c4-6S : argiles à silex (Sénonien)
  •       e7 : calcaire lacustre de Touraine (Ludien)
  •       Rm3-p : sables argileux et graviers (Tertiaire)
  •       N : sables éoliens (Quaternaire)
  •       LP : limon des plateaux (Quaternaire)
  •       CF-N : colluvions sablo-limoneuses (Quaternaire)
  •       Fw-x : alluvions fluviatiles anciennes (Quaternaire)
  •       Fy-z : alluvions fluviatiles récentes (Quaternaire)

L'histoire géologique de Cormery, comme celle de la Touraine plus généralement, est marquée par une succession de phases de sédimentation. L'avance marine sur le territoire a déposé le calcaire sénonien et les argiles à silex (c4-6S) issues de sa dégradation, mais ce faciès n'apparaît pas sur la commune. Il est en effet recouvert au Ludien par le calcaire d'origine lacustre de Touraine (e7) caractéristique des sols de la Champeigne tourangelle, souvent meuliérisé. Des poches, dans lesquelles le carbonate de calcium se trouve concentré, ont été exploitées jusqu'à la fin du XXe siècle. Un complexe de sables argileux et de graviers grossiers (Rm-3p) de la fin du Tertiaire recouvre par places cet ensemble, mais la formation affleurante qui domine est constituée de limons éoliens quaternaires, en faible épaisseur (LP). L'Indre et ses ruisseaux affluents ont creusé leur vallée dans cette succession de strates, déposant des alluvions anciennes à mi-hauteur de la vallée actuelle (Fw-x) puis, s'enfonçant un peu plus dans le substrat, des alluvions modernes en fond de vallée (Fy-z). Des colluvions de pente (CF-N) formées d'éléments détritiques, sables ou graviers, descendus du plateau tapissent une grande partie du versant sud de la vallée[4],[5].

Photographie en couleurs d'un pan de roches blanches au flanc d'une falaise.
Ancienne carrière de carbonate de calcium.

Le territoire communal de Cormery se développe sur la rive gauche de l'Indre, la rivière servant de limite communale du sud-est au nord-ouest. Sa superficie réduite (607 ha, quand la surface moyenne d'une commune française est de 1 488 ha en 2016[6]) est probablement due au fait que la commune, et avant elle la paroisse, s'est constituée assez tardivement sur les marges des grandes exploitations agricoles du plateau de la Champeigne au sud-ouest[5]. Le procès-verbal de délimitation du territoire communal date de 1819 et aucune modification n'y a été apportée depuis[7].

La commune est installée pour partie sur le flanc de la rive gauche de l'Indre et dans la vallée de la rivière, une portion importante de son territoire, au sud-est, s'étendant toutefois jusque sur le plateau. Le point le plus bas de la commune, à une altitude de 57 m, se situe dans la vallée de l'Indre, au nord-ouest, en limite de Truyes et d'Esvres, alors que le point culminant à 94 m se trouve sur le plateau, en limite d'Esvres et de Saint-Branchs[8].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une rivière entre deux rives arborées avec un massif de maçonnerie affleurant l'eau.
Vue de l'Indre vers l'amont, depuis le pont de Cormery[Note 1].

Le territoire de la commune est arrosé par la rivière Indre, seul cours d'eau permanent. Elle forme plusieurs bras au niveau du chef-lieu communal et décrit deux courbes successives — vers la gauche puis vers la droite dans le sens du courant —, dessinant un « S » et constitue la limite du territoire, du sud-est au nord-ouest[5]. Le ruisseau temporaire des Riaux sur la rive gauche, qui prend sa source à la limite de Courçay et de Cormery, complète ce réseau hydrographique ; très encaissé à son approche de la vallée, il est aménagé dans sa partie terminale par les moines pour irriguer les jardins et alimenter les viviers de l'abbaye[A 2]. Des sources karstiques sont drainées par les strates de calcaire lacustre[9],[10].

La pente moyenne de la rivière, dans sa traversée de Cormery n'est que de 0,29 m/km, alors qu'elle est d'environ 0,70 m/km sur l'ensemble de son cours[11]. Les crues de l'Indre sont le plus souvent de type inondation de plaine[Note 2], menaçant les secteurs de Cormery bâtis au plus près du cours d'eau et identifiés comme particulièrement exposés dans le plan local d'urbanisme[13],[Site 1].

Une station de mesures du service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau est implantée sur l'Indre à Cormery[14].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat d'Indre-et-Loire.

Comme l'ensemble des communes d'Indre-et-Loire, Cormery bénéficie d'un climat tempéré océanique dit dégradé[15], caractérisé par des températures clémentes, même en hiver. Aucun mois n'est véritablement sec, les précipitations mensuelles moyennes étant toujours supérieures à 40 mm[16].

La Champeigne — dont fait partie Cormery — subit toutefois moins de gelées, avec une moyenne de 55 jours de gel entre octobre et avril, que l'est du département (60 jours), mais davantage que les confins de l'Anjou (50 jours)[17]. Cormery connaît une moyenne annuelle de 160 jours de précipitations, pour une pluviométrie comprise entre 550 et 600 mm ; le taux d'ensoleillement moyen est de 1 780 heures par an[A 3].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un champ cultivé avec un bois à l'horizon.
Paysage de Champeigne : plateau de Cormery avec « le Bois Curé » à droite de la photo.

En amont du bourg, l'érosion de l'Indre dans la concavité d'un de ses méandres a entamé le coteau de calcaire lacustre en formant des falaises abruptes avec, comme sur la commune voisine de Courçay, quelques phénomènes de surplomb (rocher de la Pinone). Ce site, qui présentait jusqu'au début du XXe siècle un certain attrait touristique et qui était pourvu d'une petit belvédère, est désormais entièrement envahi par la végétation en raison de l'abandon de la pratique régulière du pastoralisme[A 4],[18]. Le plateau, au sud-est, présente les caractéristiques paysagères habituelles de la Champeigne : grands champs aux formes régulières et à vocation céréalière, avec quelques unités boisées aux noms évocateurs : « le Bois Curé », « la Taille des Pères », « la Taille Haute » ; ce type de paysage naturel occupe près de 60 % du territoire communal[A 5]. La vallée de l'Indre, en amont du bourg, est composée de prairies bordées par des arbustes et des bois le plus souvent naturels, mais qui sont localement dénaturés par l'implantation de peupleraies[A 6] dont l'entretien n'est pas toujours suivi[A 3] ; au niveau de l'agglomération et en aval, elle est occupée par des jardins, fréquemment inondés par les crues de la rivière même lorsqu'elles sont faibles[19].

Carte représentant en couleurs les zones de patrimoine protégé d'un territoire.
Carte du patrimoine naturel de Cormery.

Deux secteurs géographiques, aux marges du territoire communal, sont répertoriés au plan européen comme présentant un intérêt en matière de faune et/ou de flore remarquables. La zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique continentale de type I des « prairies et coteaux de l'Indre au moulin de Vontes » se développe en majorité sur les communes d'Esvres et de Truyes, mais elle intéresse également la pointe nord-ouest du finage cormerien. Elle est remarquable par la diversité de ses habitats, prairies à flore des lieux humides comme le Pigamon jaune (Thalictrum flavum), grottes à chiropères comme le Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum), pelouses sèches à orchidées comme la Limodore à feuilles avortées (Limodorum abortivum)[20].

Depuis 2006, Cormery est intégrée pour la partie de son territoire située au sud-ouest de la D 943 — ce qui ne représente qu'une faible superficie communale —, au réseau Natura 2000. La zone de protection spéciale (ZPS) ainsi constituée, dite « site Natura 2000 Champeigne », vise à la préservation des espèces d'oiseaux rencontrées dans son périmètre, dont l'Outarde canepetière (Tetrax tetrax) est la plus emblématique[21], grâce à des mesures agroenvironnementales appropriées imposées aux parcelles de culture concernées[22] en application de la directive oiseaux du édictée par l'Union européenne.

En outre, deux sites de Cormery sont inscrits dans le cadre de la loi du  : « l'Indre aux ponts de Cormery » (1943)[23] et le « Rocher de la Pinone, l'Indre, ses rives et l'île » (1942)[24]. Pour ce dernier site, l'environnement des falaises karstiques de la rive gauche de l'Indre, en amont du bourg, est favorable à l'installation de certaines espèces botaniques plus couramment rencontrées en régions montagneuses, comme l'Hutchinsie des rochers (Hornungia petraea)[19].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Cormery et l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2014[Insee 2],[Insee 3].

Le logement à Cormery en 2014.
Cormery Indre-et-Loire
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 782 273 348
Part des résidences principales (en %) 91,9 87,7
Part des logements vacants (en %) 6,5 7,9
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 72,3 59,1

Cormery ne compte que très peu de résidences secondaires ou occasionnelles (1,6 % du parc total). Le taux de logements vacants est plus faible que dans l'ensemble du département, mais il s'est accru sur les cinq dernières années, passant de 4,3 à 6,5 % du parc[Insee 4]. Les ménages sont, pour près de 75 % d'entre eux, propriétaires de leur résidence principale. Entre 1971 et 2012, le parc s'est accru de 371 nouvelles résidences principales (les appartements ne constituent qu'une faible part du total) : il a plus que doublé sur cette période[Insee 5].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Carte représentant en couleurs les étapes d'expansion urbaine d'une ville.
Évolution de l'urbanisation constatée depuis 1950 et envisagée[Site 2].

La création d'un noyau urbain à Cormery n'est pas antérieure à la fondation de l'abbaye en 791. Il est même probable que les habitants laïcs ne viennent bâtir des maisons au plus près de l'abbaye qu'après 845, date à laquelle des privilèges commerciaux sont accordés aux moines, faisant de Cormery un site économiquement intéressant pour ceux qui y vivent[25],[26]. Limitée au nord par l'Indre et les prairies inondables qui la borde, la zone urbanisée se développe vers le sud au flanc du coteau qu'elle colonise progressivement au fil des siècles. Ce phénomène s'amplifie à partir de 1766, lorsque la route du Berry vers Châteauroux est percée. Différentes unités ou zones, discernables dans le paysage urbain, portent témoignage de ces phases successives de développement. L'ancien enclos monastique mêle constructions et espaces libres hérités des jardins de l'abbaye. Le bourg médiéval qui enveloppe l'enclos à l'ouest et au sud, à l'habitat très concentré, se caractérise par un nombre important de rues étroites et de petites places. L'aménagement du mail à l'emplacement de l'ancien champ de foire[A 7], à l'est du bourg médiéval le long de la rue de Montrésor, dessine un espace libre de grandes dimensions ; cette terrasse plantée d'arbres est limitée à l'est par la mairie, ancienne école de garçons construite en 1840[A 8]. La rectification de l'itinéraire de la route du Berry au XIXe siècle dans la ville se constitue aux dépens du bourg médiéval. Les faubourgs, au caractère semi-rural, font alterner habitations parfois troglodytiques (rue des Caves) et grands jardins[A 9].

Photographie en couleurs d'une rue bordée de pavillons.
Lotissement du Champ-Rigault (vue partielle).

À partir de 1950 et plus encore de 1970, un nouveau type de construction apparaît : le lotissement. C'est ainsi que se construisent les secteurs de la Varenne au sud-ouest et du Champ-Rigault au sud-est du bourg historique, ce dernier lotissement étant borné sur son flanc est par le vallon du ruisseau des Riaux. Au sud, toutefois, les constructions à caractère résidentiel n'ont jamais franchi la voie de chemin de fer Tours-Loches. Le plan local d'urbanisme (PLU) de Cormery interdit d'ailleurs, depuis 2006, la construction de bâtiments à destination d'habitat dans toute cette partie du territoire communal qui est classée comme agricole, naturelle, forestière, ou destinée à accueillir des activités industrielles, commerciales ou de services[Site 3]. Le PLU délimite également les zones dans lesquelles des constructions à vocation d'habitat peuvent s'implanter ; ces zones sont, soit strictement réservées à l'habitat, soit « mixtes » (habitat et activités). Elles n'agrandissent pas le périmètre urbain, mais s'insèrent entre des îlots déjà construits[Site 4].

En raison de l'exiguïté relative du territoire communal, les hameaux ruraux sont peu nombreux : les Hauts-Quarts et les Bas-Quarts ainsi que la Closerie, situés tous trois aux franges sud-est du finage, ainsi que la Maison Brûlée, à l'ouest, dans la vallée de l'Indre[27].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une carte avec à mi-hauteur la mention « niveau de la crue de 1770 ».
Niveau de la crue de 1770.

La commune, et plus spécialement la partie la plus ancienne de son bourg, est exposée aux risques de crue de l'Indre ; le plan de prévention du risque inondation pour le val de l'Indre adopté en 2005 s'applique donc à Cormery[28]. La configuration particulière de la vallée, resserrée en amont du bourg vers Courçay, mais qui s'élargit ensuite au niveau du territoire communal pour se resserrer à nouveau au niveau du pont reliant Cormery à Truyes, en est responsable. En cas de crue de l'Indre, les eaux s'accumulent en amont mais, lorsqu'elles franchissent le défilé naturel de Courçay, elles envahissent tout le lit majeur de la rivière avant d'être à nouveau ralenties à la hauteur du pont de Cormery ; de leur côté, les eaux pluviales issues du plateau s'écoulent directement par ruissellement dans la vallée. Sous ces deux effets conjugués, la hauteur de submersion dans la partie basse de la ville peut atteindre 4,20 m, niveau estimé de la crue de , la plus forte jamais enregistrée[29].

Le plateau de la partie sud du territoire communal est exposé à un aléa « élevé » ou, très localement, « moyen », face à un risque lié au retrait-gonflement des argiles. Dans la vallée de l'Indre, cet aléa est considéré comme « faible »[30]. Ce risque, lié à la nature argilo-siliceuse des sols, expose les fondations des bâtiments à une fragilisation après des périodes de sécheresse prolongée[31].

Cormery est soumise à un risque sismique faible (niveau 2 sur une échelle de 1 à 5)[32]. Pour autant, deux séismes sont mentionnés dans les chroniques cormeriennes[33],[34], le (intensité V ou VI, épicentre en limite du Poitou et de la Touraine)[35] et le (intensité V, épicentre en Touraine)[36].

Aménagements prévus[modifier | modifier le code]

Le conseil départemental d'Indre-et-Loire présente en 2017 plusieurs projets d'aménagement et sécurisation de la D 943 entre le bourg de Cormery et Loches. Le choix définitif interviendra en 2018 pour une mise en service en 2020[37].

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une maison longée par une voie ferrée.
Gare SNCF.

Réseau routier et autoroutier[modifier | modifier le code]

La D 943, ancienne N 143 déclassée, route royale du Berry percée dans le dernier quart du XVIIIe siècle, relie Chambray-lès-Tours à Riom, traverse Cormery du nord au sud en passant par le chef-lieu communal ; c'est la rue Nationale. Elle permet aux Cormeriens d'accéder directement à Tours au nord et à Loches au sud. La D 17 longe l'Indre sur sa rive gauche d'Azay-le-Rideau à Chambourg-sur-Indre ; elle porte le nom de rue de Montrésor dans sa traversée du bourg de Cormery.

L'accès no 10 à l'autoroute A 85 (Angers-Vierzon) se trouve à un peu plus de 5 km au nord de Cormery sur la D 943.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Cormery se trouve sur la ligne TER qui, de Tours à Loches, propose des dessertes entre ces deux villes, soit par train, soit par autocar[38].

Itinéraires touristiques[modifier | modifier le code]

L'« Indre à vélo » est un itinéraire touristique permettant aux cyclistes de découvrir le patrimoine des communes qui bordent la rivière, de Jeu-les-Bois à Azay-le-Rideau. Il emprunte notamment la route qui longe la rive droite de l'Indre depuis Courçay, traverse la rivière à Cormery pour poursuivre en aval sur la rive gauche[39].

Le « sentier de grande randonnée 46 » qui relie Toulouse à Tours parcourt notamment la vallée de l'Indre. Entre Courçay et Cormery, il emprunte la rive droite de la rivière, qu'il franchit sur le pont de Cormery après avoir traversé le faubourg de Truyes pour continuer, sur la rive gauche, vers Esvres[40].

Toponymie et hydronymie[modifier | modifier le code]

Extrait d'une carte ancienne.
Cormery sur la carte de Cassini en 1764. Les limites communales modernes figurent en jaune.

Onomastique partielle du toponyme Cormery[41],[Note 3] :


  • Cormaricus : 791, cartulaire de Cormery ;
  • Cormarius : 843, acte de Charles II le Chauve ;
  • Cormaricensis ecclesia : 944, charte de l'abbaye Saint-Julien ;
  • Sancti Pauli de Cormeriaco : 1139, cartulaire de Cormery ;
  • villa Cormaricense : 1165, cartulaire de l'abbaye Saint-Julien ;
  • Sainct-Pol de Cormery : 1372, cartulaire de Cormery ;
  • Cormery : 1764, carte de Cassini.

L'origine du nom de Cormery (Cormaricus en 791) n'est pas connue avec certitude. Si le recours au suffixe -acum ou -acus, qui indique une localisation ou une propriété et qui évolue souvent en -y dans l'ensemble du domaine d'oïl, est assez généralement admis, il n'en est pas de même pour le radical Cormar- ; trois hypothèses au moins sont avancées[41]. Albert Dauzat et Charles Rostaing pensent que Cormery aurait pu être, à l'origine, le « lieu du cormier » en référence à un arbre remarquable situé à l'emplacement de monastère primitif[42] — d'anciennes armes parlantes de la paroisse (de sable à un cormier d'or) illustrent d'ailleurs cette proposition[43]. Selon Ernest Nègre, *Curmeriacum serait le domaine de Curmerus, anthroponyme d'origine germanique[44]. Annick Chupin, pour sa part, évoque un autre nom germanique, celui de Cormaricus, tout en reconnaissant la fragilité de son hypothèse[45].

Certains auteurs anciens rapportent une tradition voulant qu'Ithier soit venu se retirer en pénitence en ce lieu, le « cœur marri » (cor moerens)[46]. Jean-Jacques Bourassé, qui publie en 1861 une histoire de l'abbaye de Cormery ainsi que le cartulaire de l'abbaye, écarte cette possibilité[47], tout comme les linguistes modernes[41].

Dès le XIVe siècle, le toponyme est francisé sous le nom de « Cormery » et n'évolue plus ultérieurement.

« Les Quarts » (Hauts et Bas) pourraient devoir leur nom de la numérotation (quartum, « quatrième ») d'une borne milliaire implantée sur une voie antique passant non loin de là[48]. « La Closerie » est, à l'origine, un nom commun qui désigne une exploitation agricole de petites dimensions, peut-être plantée en vignes par le passé, mais aussi l'enclos qui la délimite alors[49]. Bien que cela ne soit pas attesté dans le cas de Cormery, la plupart des lieux-dits appelés « la Maison Brûlée » tirent leur nom d'un ancien bâtiment incendié[50]. À l'écart du bourg médiéval, vers l'ouest, « le Sanitas » (santé, en latin), simple lieu-dit dépourvu de constructions, perpétue le souvenir d'un hospice dépendant de l'abbaye. Il accueillait au Moyen Âge les malades, mais aussi les pèlerins et les voyageurs[M 2], et il était doté, à une époque non précisée, d'une chapelle dédiée à saint Pierre[51].

La dénomination « ruisseau des Riaux » constitue une tautologie, un « riau », dérivé du latin rivus, désignant un ruisseau[52].

Histoire[modifier | modifier le code]

De la Préhistoire à l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une rivière et de l'emplacement possible d'un pont ou gué antique.
Hypothèse de franchissement antique de l'Indre.

L'histoire de Cormery avant le Moyen Âge est assez mal documentée.

De rares vestiges d'occupation néolithique sont retrouvés dans les années 1930 au lieu-dit « le Chesneau », sur la rive gauche de l'Indre à l'est du cimetière[53] ; il s'agit d'un petit atelier de polissage de la pierre[A 10],[54].

Les vestiges protohistoriques, difficiles à dater, se rencontrent surtout sur le plateau au sud de l’Indre. Ce sont principalement des traces d'enceintes et de bâtiments, peut-être gaulois, révélés par la prospection aérienne[55]. C'est ainsi que deux enceintes dont l'une, rectangulaire, est limitée sur un de ses côtés par une construction non identifiée, sont mises en évidence en 1976[56] ; une troisième est découverte en 1978[57].

Dans l'Antiquité, une voie relie Caesarodunum (Tours) à Argentomagus (Saint-Marcel, dans l'Indre). Elle longe l'Indre sur sa rive droite et passe à Evena (Esvres) puis Truyes. Un chemin secondaire s'y embranche, traverse l'Indre (pont ou gué) peut-être en aval du pont moderne et du lavoir puis rejoint Loches par la rive sud. À ce niveau passe également l'un des itinéraires d'Amboise à Poitiers. Ces voies sont identifiées par leur survivance dans le réseau routier moderne qui reprend ponctuellement leur tracé, ou mises en évidence par prospection aérienne[58],[A 10]. Aucun indice d'habitat pouvant être attribué avec certitude à cette époque n'est retrouvé sur le territoire communal[A 2].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Naissance et développement du bourg[modifier | modifier le code]

À partir de la fin du VIIIe siècle et jusqu'à la Révolution française, l'histoire de Cormery est intimement liée à celle de son abbaye. En 791, un établissement religieux est fondé par Ithier, abbé de Saint-Martin de Tours et chancelier de Charlemagne. Il vient y faire retraite avec quelques moines. Ce n'est alors qu'un modeste prieuré appelé la « celle Saint-Paul ». Alcuin qui succède à Ithier donne à Cormery un véritable essor spirituel et, sur le plan matériel, transforme le prieuré en abbaye importante en le dotant d'importants domaines. Il s'agit de rendre ce lieu de recueillement et de prière plus respectueux de la règle de saint Benoît. Cela permet à son successeur, Frédegis, de réaliser de grands travaux. Dès le VIIIe siècle également, les moines édifient un moulin sur l'Indre[A 11], mais sa localisation exacte n'est pas connue[59]. Autour de l'abbaye se construisent de nombreuses habitations et un bourg se forme qui devient un centre commercial important : depuis 845 un marché s'y tient chaque jeudi, sur l'autorisation de l'abbé Audacher qui a succédé à Frédegis[26] et deux foires annuelles ont lieu, les et le , à l'occasion de la Saint-Paul[A 12].

En 853, les Normands remontent la Loire et menacent Tours. Les moines de Saint-Martin mettent, dans un premier temps, les reliques de leur saint en sûreté à Cormery mais quittent l'abbaye peu après. Faute de pouvoir s'emparer des reliques qui ne sont déjà plus à Cormery lorsqu'ils y parviennent, les Normands saccagent en représailles l'abbaye et le bourg, mais les textes n'apportent pas de précision sur l'ampleur de ces dégâts[60].

Photographie en couleurs du clocher d'une église.
Clocher de l'église Notre-Dame-de-Fougeray.

Vers 994, Foulques Nerra construit, sans autorisation, la forteresse de Montbazon sur des terres appartenant à l'abbaye Saint-Paul. L'arbitraire du procédé choque ses moines, en même temps que le château et son belliqueux propriétaire constituent une menace pour la sécurité de Cormery. Au terme d'une difficile négociation sanctionnée par une charte du roi Robert II le Pieux, l'abbaye abandonne toute prétention sur le terrain disputé ; en contrepartie, Foulques Nerra s'abstient de toute autre opération aux dépens de l'abbaye[M 3],[61]. Probablement dès la fin du premier millénaire, le fief de Cormery, situation peu courante, ne dépend d'aucune seigneurie ; seul l'abbé de Saint-Paul en exerce l'autorité administrative comme judiciaire[62].

Les bâtiments de l'abbaye sont en ruine au début du XIe siècle et une nouvelle abbatiale est consacrée en 1054. Au XIIe siècle, l'église Notre-Dame-de-Fougeray est construite en dehors de l'enclos monastique ; elle est destinée plus spécifiquement aux habitants de Cormery, les moines se réservant l'usage de l'abbatiale. Elle s'accompagne au sud d'un cimetière dont l'emprise dépasse alors son périmètre moderne[A 10],[63]. Le « bourg » de Cormery est cité pour la première fois en 1120 à propos d'un différend de droit coutumier qui l'oppose à l'abbaye[64]. Une enceinte protégeant ce bourg, distincte de celle de l'enclos monastique, est attestée en 1271 mais l'acte qui la mentionne ne fournit aucun détail sur son tracé[65].

Épreuves de la guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

Si le début du XIVe siècle semble être une période de prospérité pour l'abbaye et de calme pour le bourg[M 4], la guerre de Cent Ans a de graves conséquences sur Cormery. En 1358 notamment, la ville est prise par une bande de mercenaires conduits par Basquin du Poncet, un Français se réclamant du parti des Anglais. Certains habitants sont massacrés, d'autres déportés à La Roche-Posay d'où les mercenaires sont arrivés, d'autres encore pourchassés jusque dans l'église abbatiale où ils se sont réfugiés. Cette troupe finit par installer son quartier général dans l'abbaye qu'elle saccage et où elle reste un an, ne quittant les lieux que contre le paiement par les moines d'une forte rançon[M 5]. En 1412 les Anglais menacent Cormery après avoir pillé l'abbaye de Beaulieu-lès-Loches ; les moines de Cormery proposent alors d'acheter leur sécurité et celle de la ville, négociée auprès de Thomas Beaufort. Malgré tout, l'abbaye de Cormery est sur le point d'être assiégée quand elle est délivrée par Jean IV de Bueil[66]. En 1443, les habitants entreprennent la construction d'une nouvelle enceinte flanquée de tours et doublée de fossés destinée à protéger la ville. Elle s'appuie du sud à l'ouest sur l'enclos monastique dont les défenses sont elles aussi améliorées[A 12]. Il n'est pas possible, au regard des sources disponibles, de préciser si elle reprend en tout ou partie le tracé de la muraille du XIIIe siècle[65].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Épidémies et conflit[modifier | modifier le code]

Vue cavalière en couleurs d'une ville et de son abbaye.
Cormery au XVIIe siècle (collection Gaignières).

En 1523, une épidémie de peste sévissant à Cormery emporte 500 personnes, soit au moins la moitié de la population de la paroisse[67]. La maladie est probablement rapportée de Tours par un voyageur[M 6],[Note 4]. En 1562, l'abbaye de Cormery est pillée par les huguenots, la ville elle-même semblant avoir moins directement souffert des cent jours pendant lesquels les protestants tiennent la place. Par la suite pourtant et pendant une trentaine d'années, des troupes armées, de part et d'autre, profitent de leur passage à Cormery pour piller et rançonner les habitants. La paix enfin revenue, Cormery continue toutefois à perdre des habitants et son économie se ralentit à la fin du XVIe siècle et durant les premières décennies du siècle suivant car le dynamisme de la cité est intimement lié à celui de l'abbaye, durement éprouvée par la guerre. Par ailleurs, les effets de l'épidémie de peste sont encore ressentis dans la ville très sévèrement dépeuplée[M 7].

En 1662, la congrégation de Saint-Maur reprend la direction matérielle (gestion plus rigoureuse des biens de l'abbaye, recrutement de nouveaux moines) et spirituelle (rétablissement de la stricte règle de saint Benoît) de l'abbaye qui n'a jamais retrouvé son importance et son rayonnement après les guerres de Religion, mais les moyens financiers font défaut, les réalisations ne sont pas à la hauteur des projets et la population de Cormery ne profite en rien de ce changement[M 8].

Percement de la « route du Berry »[modifier | modifier le code]

Carte ancienne représentant le tracé d'une route sur le plan d'une ville.
Ancien tracé de la route du Berry sur l'atlas de Trudaine (le nord est à gauche de la carte).

Un événement important modifie profondément la physionomie de la commune en 1766. La nouvelle route de Tours à Châteauroux dite « du Berry », qui deviendra par la suite la N 143 puis la D 943 après son déclassement, est ouverte. Elle s'inscrit dans le vaste plan d'aménagement routier initié par Louis XV et mis en œuvre par Jean-Rodolphe Perronet[69]. Venant au nord du faubourg de Truyes, elle traverse l'Indre sur un pont immédiatement en amont de l'ouvrage du XIXe siècle, longe l'enclos abbatial dont les douves ont été comblées dans ce secteur puis s'engage vers le sud par la rue des Caves, rejoignant sur le plateau son itinéraire définitif[A 14]. Un relais de poste est installé non loin de l'actuelle gare SNCF[70].

Cette nouvelle route, si elle draine vers les nombreux hôtels et auberges un grand nombre de voyageurs, s'accompagne de l'obligation pour les habitants de loger les soldats empruntant l'itinéraire, servitude très contraignante. La municipalité décide donc, moins de quatre ans plus tard, d'attribuer aux troupes de passage un bâtiment dédié géré par un étapier ; c'est l'ancien logis du prieur[Note 5], près de la tour Saint-Paul[M 9],[A 8]. La main d’œuvre nécessaire à la construction de cette route est réquisitionnée localement par le biais de la corvée royale, imposée aux seuls habitants les plus modestes, ce qui suscite des protestations (discrètes par crainte de représailles) parmi la population[M 10].

Crue de l'Indre en 1770[modifier | modifier le code]

L'année 1770 est marquée par une crue dévastatrice de l'Indre, qui survient dans la nuit du au [Note 6]. Plus de trente heures de pluie continue sur le bassin versant de l'Indrois, qui se jette dans l'Indre à une quinzaine de kilomètres en amont de Cormery, provoquent une montée importante et brutale des eaux. La crue noie trente-huit personnes à Truyes et quatre à Cormery, surprises dans leur sommeil ; certains corps ne sont repêchés que plusieurs mois plus tard à Artannes-sur-Indre, plus de 20 km en aval, et une vingtaine d'autres n'ont jamais été retrouvés[74]. Les eaux se retirent rapidement mais les dégâts matériels sont immenses (moulins, maisons et commerces détruits, rues dévastées, tablier du pont emporté) ; il faut plusieurs années pour les réparer, ce qui est d'autant plus difficile et long que la décennie qui suit connaît une succession de phénomènes climatiques extrêmes, graves sécheresses ou au contraire pluies incessantes, grêles, hivers rigoureux qui perturbent les chantiers et affaiblissent encore la population[M 11]. Après la crue, Louis XVI accorde, à titre de compensation, une modeste indemnité et une exemption de taille pendant un an[75].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution française et exode rural[modifier | modifier le code]

Dessin en noir et blanc d'un bâtiment avec un clocher à l'arrière-plan ; personnages et charrettes au premier plan.
Vestiges de l'abbaye (c. 1820) ; lithographie de Karl Girardet[76].

Les cahiers de doléances du tiers état rédigés à l'occasion des états généraux de 1789 ne proposent pas, à Cormery, de dispositions très différentes de ceux des autres communes : simplification du système des impositions — dont la disparition de la gabelle — et des multiples juridictions. Cormery tient toutefois à conserver son système de justice seigneuriale. Les habitants ne réclament pas non plus la suppression des couvents et des abbayes, le rôle de Saint-Paul dans la vie de Cormery restant important dans les traditions, sinon dans les faits[M 12]. En 1790, lors de la création des nouvelles structures territoriales administratives, la commune de Cormery devient chef-lieu de canton, mais doit abandonner cette prérogative à Montbazon en 1801[7].

La Révolution française provoque la fermeture définitive de l'abbaye, dont le nombre des moines diminuait inexorablement depuis plus d'un siècle. Les biens mobiliers sont dispersés ; ceux qui échappent au pillage sont vendus. Il en est de même pour les bâtiments. Laissés à l'abandon, des pierres et des éléments de leurs charpentes sont prélevés[Note 7] ; déclarés biens nationaux, ils sont vendus sur une période de plus de vingt ans, en raison de leur importance[77].

La route du Berry est parachevée entre 1843 et 1845 par la construction d'un pont suspendu[78] (remplacé en 1902 par le pont actuel[M 13]) en aval du précédent, dans le prolongement d'une tranchée dans le coteau au nord de l'Indre qui permet d'adoucir la pente ; au sud, le percement d'une rue rectiligne dans le vieux bâti redresse le tracé de la route. Outre qu'elle modifie profondément la topographie de la ville, cette percée s'accompagne d'un recentrage des pôles commerçants autour de l'ancien « carroi » (actuelle place du Marché), où passait la route auparavant et au débouché sud du pont, ce dernier site profitant pleinement de la circulation sur la route nouvelle[M 1]. Les électeurs de Cormery approuvent sans réserve le retour au régime impérial, les deux plébiscites de 1851 et 1852 recueillant respectivement 237 et 203 voix « pour » mais seulement 39 et 8 « contre ». En 1870, la situation est très différente : les voix « pour » ne représentent plus que 158 des 291 suffrages exprimés[M 14]. Pendant la guerre de 1870, du jusqu'à la fin du mois, Cormery doit loger un important détachement de soldats prussiens. En 1878, les communications entre Cormery et les communes voisines, mais surtout les deux « grandes villes » que sont Tours et Loches deviennent encore plus faciles : la ligne ferroviaire de Joué-lès-Tours à Châteauroux est ouverte — elle passe sur le plateau, au sud du bourg — et elle est parcourue par cinq trains de voyageurs dans chaque sens par jour[Note 8] . Pourtant, le dernier quart du XIXe siècle est marqué par une baisse de la population, conséquence d'un exode rural qui voit les populations se rapprocher des grands centres urbains et de leurs industries pourvoyeuses d'emploi[M 15].

Guerres mondiales et reprise démographique[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une stèle commémorative.
Monument aux morts.

La Première Guerre mondiale coûte la vie à 30 soldats originaires de Cormery, morts au combat en France, en Belgique mais aussi dans les rangs de l'armée française d'Orient[80]. Dans l'entre-deux-guerres, la population cormerienne continue à baisser, sous les effets conjugués d'un exode rural qui se poursuit et des pertes dues au premier conflit mondial ; la ville s'appauvrit et son activité économique ralentit[M 16]. Du au , Cormery accueille les employés du ministère de la Marine, le gouvernement français s'étant temporairement replié en Touraine avant de partir pour Bordeaux. Le , le pont sur l'Indre est dynamité pour tenter, sans succès, d'entraver l'avancée des troupes ennemies. L'armistice signé, Cormery se retrouve en zone occupée ; une garnison et une administration allemandes s'installent en ville. La relative proximité de la ligne de démarcation, qui passe à Dolus-le-Sec, fait que les candidats au passage de la ligne se pressent. Le tenancier d'un bar de Cormery, avec ses deux fils, son frère et de son neveu, aide au passage de 5 000 personnes et favorise l'évasion de prisonniers peut-être deux fois plus nombreux[81]. Les réquisitions de denrées alimentaires sont très difficiles à honorer par la ville, qui dispose de peu de surface agricole ; c'est pourquoi le maire Ernest Clément est interné pendant plusieurs semaines en 1942, accusé d'être un « saboteur »[M 17]. Fin , les Allemands évacuent Cormery, détruisant le pont qu'ils avaient sommairement réparé dès leur arrivée, quatre ans plus tôt[M 18]. Huit Cormeriens meurent dans les combats de la Seconde Guerre mondiale[80].

Carte matérialisant l'emprise d'une zone industrielle dans un territoire.
Emprise du Node Park Touraine en 2017.

Les Trente Glorieuses qui voient la ville de Tours reprendre son développement économique ont, par contrecoup mais avec un certain retard, une incidence bénéfique sur la démographie de Cormery. Proche de la métropole départementale et bien desservie (route et chemin de fer), la commune accueille des personnes travaillant à Tours ou sa banlieue mais habitant Cormery dont la population augmente à partir des années 1960, avec tous les effets positifs que cela induit sur l'économie locale[19].

En 2001, le projet d'une grande zone d'activités, le « Node Park Touraine », est lancé avec la communauté de communes pour maître d'ouvrage et le partenariat financier d'ERDF, majoritairement sur le territoire de Tauxigny-Saint-Bauld, mais, aussi, dans une moindre mesure, sur Cormery, au sud-est du bourg. Le projet initial prévoit l'installation d'une vingtaine d'entreprises sur 25 ha, mais aussi l'implantation de services à destination des personnes travaillant sur le site : restaurant inter-entreprises et crèche. Une première phase d'agrandissement porte la superficie totale à un peu plus de 40 ha[82]. Une nouvelle extension (douze hectares) est prévue pour 2018[83].

Début 2018, les maires de Cormery et Truyes évoquent la nécessité d'une collaboration plus étroite entre les deux communes, qui pourrait prendre la forme d'une fusion ; à cette date, le projet est encore au stade des déclarations d'intention[84].

Quelques dates de l'histoire de Cormery.

Quelques dates de l'histoire de France et de la Touraine
Histoire politique et religieuse de Cormery Histoire architecturale et urbaine de Cormery

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un bâtiment portant le mot « mairie » et des drapeaux sur sa façade.
Mairie.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Depuis le redécoupage cantonal de 2014, Cormery est l'une des 17 communes qui composent le canton de Bléré[85]. Elle est également rattachée à l'arrondissement de Loches[86] et à la 2e circonscription de l'Indre-et-Loire[87].

Depuis le et la suppression du tribunal d'instance de Loches, le tribunal d'instance de Tours est compétent pour l'ensemble du département. Toutes les juridictions intéressant Cormery sont ainsi regroupées à Tours, à l'exception du tribunal administratif et de la cour d'appel qui siègent à Orléans[88], préfecture de la région Centre-Val de Loire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Cormery est rattachée à la communauté de communes Loches Sud Touraine.

Le « syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire » (SIEIL), fondé en 1937, assure le contrôle et la coordination de l'ensemble des concessionnaires opérant sur l'Indre-et-Loire dans le domaine de la distribution de gaz et d'électricité ; il intervient également sur le renforcement des réseaux de distribution d'électricité[89]. Pour toutes les communes d'Indre-et-Loire, Tours exceptée, l'adhésion au service « Électricité » du SIEIL à titre individuel est rendue obligatoire par arrêté préfectoral en date du [90]. Cormery bénéficie également du service « Gaz » du SIEIL[91].

La commune de Cormery adhère à titre individuel au « syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre », chargé de surveiller, entretenir et aménager les rives de l'Indre[92].

Le « syndicat d'assistance technique pour l'épuration et le suivi des eaux », établissement public de coopération intercommunale, assure le contrôle technique des équipements d'assainissement des eaux usées, collectifs ou individuels, de la commune[93].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle la plus récente[modifier | modifier le code]

En 2017, au deuxième tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron (La République en marche), élu, a obtenu 69,18 % des voix et Marine Le Pen (FN), 30,82 %. Le taux de participation s'est élevé à 78,50 %[94].

Élection municipale la plus récente[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 1 500 et 2 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 19[95].

Lors des élections municipales de 2014, les 19 conseillers municipaux ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 71,63 %[96]. Ont obtenu :

Suffrages exprimés 647 19 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Tendance politique Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Tous ensemble pour Cormery Mme Dominique Stefanini UDI 266 41,11 %
4 / 19
Bien vivre à Cormery Mme Marie-Anne Vivanco LDIV 0 0 %
0 / 19
Cormery, l'élan continue Antoine Campagne DVD 381 58,89 %
15 / 19

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Cormery.
Liste des maires successifs depuis la Libération[97].
Période Identité Étiquette Qualité
30 octobre 1944 1954 Alfred Chanzy    
10 septembre 1954 1957 Marceau Camus    
21 août 1957 Mars 1971 Michel Dupont    
Mars 1971 Mars 1989 Jacques Dupuy    
Mars 1989 Juin 1995 Bernard Boutet    
Juin 1995 Mars 2001 Pierre Gargaud    
Mars 2001 Mars 2008 Jean-Marie Doublé    
Mars 2008 en cours Antoine Campagne DVD Médecin

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune s'est engagée dans une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[98]. Elle publie sur son site des informations sur les bonnes pratiques de jardinage (limitation voire suppression de l'emploi des pesticides chimiques). Elle se fait l'écho des travaux sur la qualité de l'air; elle a accueilli en 2011 une station de mesure de la qualité de l'air mobile[99]. En 2018, l'éclairage public est rénové pour consommer moins d'énergie[84].

Eau potable et assainissement[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un ensemble de bassins et de citernes.
Station d'épuration communale.

La gestion de l'approvisionnement d'eau potable et de la collecte et du traitement des eaux usées est assurée par la communauté de communes Loches Sud Touraine.

En 2016, le service d'adduction d'eau potable dessert 956 foyers abonnés à Cormery. L'eau est prélevée dans trois forages proches de la commune, exploitant la nappe du séno-turonien sur le territoire de Reignac-sur-Indre. Après déferrisation et traitement UV, l'eau est distribuée ou envoyée dans un réservoir de stockage. Un complément est fourni par l'achat d'eaux traitées provenant de forages à Truyes, dans le périmètre de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre[100].

Une station de traitement des eaux usées par boues activées, d'une capacité de 1 800 EH (équivalent-habitant), avec rejet des eaux épurées dans l'Indre, est implantée en aval du chef-lieu communal au lieu-dit « Le Sanitas »[101]. Les boues d'épuration qui en sont issues sont valorisées par épandage agricole. En 2016, ce service d’assainissement collectif compte 897 foyers abonnés sur le territoire de la commune[102].

Collecte des déchets[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets est assurée par la communauté de communes. Déchets ménagers non recyclables et déchets recyclables sont collectés en porte-à-porte de manière hebdomadaire. Papier et verre font l’objet d'apports volontaires de la part des usagers dans des conteneurs disposés en différents points du territoire. Une collecte des encombrants est organisée annuellement. La déchèterie de Tauxigny-Saint-Bauld est à la disposition des habitants de Cormery[Site 5].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'évolution de la capacité d'autofinancement, un des indicateurs des finances locales de Cormery, sur une période de dix ans[103] :

Capacité d'autofinancement (CAF) à Cormery de 2007 à 2016
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 500 à 2 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Cormery 64 85 141 136 116 153 141 145 69 129
Moyenne de la strate 152 151 147 150 168 168 156 149 149 147


CAF de Cormery CAF moyenne de la strate

Au cours des dix dernières années, la capacité d'autofinancement de la commune[Note 9] est toujours positive mais elle se révèle, pour chaque exercice, inférieure à celle de la moyenne des communes comparables[Note 10]. Le fonds de roulement[Note 11], positif, est cependant inférieur à la moyenne de la strate sur les premières années de la période considérée ; il devient supérieur pour les derniers exercices. Le résultat comptable[Note 12], bien que toujours positif, n'est jamais supérieur à la moyenne[103],[Note 10].

Jumelage[modifier | modifier le code]

À la date du , Cormery n'est jumelée avec aucune commune[106].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Cormery sont appelés les Cormeriens[41].

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Le registres paroissiaux sont disponibles à partir de 1562 et de manière plus précise (baptêmes, mariages et sépultures) à partir de 1632. La population de la paroisse augmente assez régulièrement : de 122 feux en 1687, elle passe à 172 feux en 1726[7].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[107]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[108].

En 2015, la commune comptait 1 770 habitants[Note 13], en augmentation de 7,08 % par rapport à 2010 (Indre-et-Loire : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9387918611 1191 0451 0349851 0481 043
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0281 0391 0469861 023934909851822
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
826792803775729783832863829
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9681 0321 1061 1691 3231 5421 6311 6431 656
2013 2015 - - - - - - -
1 7331 770-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[109] puis Insee à partir de 2006[110].)
Histogramme de l'évolution démographique
Soldes de variation annuelle de la population de Cormery
exprimés en pourcentages[Insee 6].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2009 2009 - 2014
Taux de variation annuel de la population Augmentation. + 1,0 % Augmentation. + 0,8 % Augmentation. + 1,6 % Augmentation. + 1,7 % Augmentation. + 0,8 % Augmentation. + 1,3 %
Solde naturel - 0,1 % - 0,2 % 0,0 % 0,0 % + 0,3 % - 0,1 %
Solde migratoire + 1,1 % + 1,0 % + 1,5 % + 1,7 % + 0,4 % + 1,4 %

De 1831 à 1876, le nombre d'habitants est relativement stable. S'amorce ensuite une baisse continue jusqu'en 1926, où l'effectif minimal de 729 habitants est observé. La population remonte par la suite, principalement sous l'effet du développement économique de Tours[19]. Entre 1926 et 2015, Cormery a plus que doublé sa population, l'accroissement étant presque linéaire depuis la fin des années 1950 avec un gain d'environ 15 habitants par an. La croissance démographique, depuis la fin des années 1960, est principalement due à un solde migratoire constamment positif sur les périodes de référence considérées alors que le solde naturel est fluctuant.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Cormery en 2014 en pourcentage[Insee 7].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ans ou +
3,9 
8,6 
75 à 89 ans
8,7 
12,0 
60 à 74 ans
13,9 
16,8 
45 à 59 ans
18,9 
22,3 
30 à 44 ans
18,3 
18,5 
15 à 29 ans
17,9 
20,9 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2014 en pourcentage[Insee 8].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
1,9 
7,5 
75 à 89 ans
10,3 
15,3 
60 à 74 ans
16,1 
19,9 
45 à 59 ans
19,2 
19,0 
30 à 44 ans
17,9 
18,8 
15 à 29 ans
17,9 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

La population de Cormery est un peu plus jeune que la moyenne départementale : les moins de 45 ans représentent 58,1 % des Cormeriens[Insee 9], alors qu'ils ne sont que 54,3 % à l'échelon départemental[Insee 10].

Petite enfance, prévention et protection de l'enfance[modifier | modifier le code]

Quatorze assistantes maternelles sont installées à Cormery, proposant une capacité d'accueil totale de 48 enfants[111].

La commune met en place des structures d'accueil et d'activités pour les enfants, aussi bien pour le temps périscolaire qu'en période de vacances[Site 6].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire Jacques-Prévert accueille les enfants en maternelle et en cycle élémentaire (169 élèves inscrits pour la rentrée 2017)[112].

La scolarisation des collégiens de Cormery, comme ceux des communes avoisinantes, ainsi que le prévoit la carte scolaire, s'effectue à Cormery au collège Alcuin[113]. La carte scolaire mentionne également que Cormery se trouve dans la zone de recrutement du lycée Alfred-de-Vigny de Loches[114]. Pour faciliter l'acheminement des collégiens et lycéens vers leur établissement respectif, certaines dessertes de Cormery par autocar TER voient leur itinéraire et leur horaire adaptés[38].

Autonomie et personnes âgées[modifier | modifier le code]

Regroupés au sein d'un même établissement de droit privé, une maison de retraite et un EHPAD sont implantés dans le centre historique de Cormery[115], occupant des terrains situés à l'est immédiat de l'enclos abbatial.

Vie culturelle et sportive[modifier | modifier le code]

Photographie d'un bâtiment portant l'inscription « Cinéma Palace » sur sa façade.
Ancien cinéma.

Équipements collectifs[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie de Cormery accueille, dans une partie de ses locaux, la bibliothèque municipale, gérée par la direction déléguée du livre et de la lecture publique du conseil départemental d'Indre-et-Loire[116].

Cormery dispose de plusieurs salles pouvant accueillir des manifestations, dont une salle polyvalente, ancien cinéma près de l'abbaye[A 15], ainsi que d'un cinéma récent exploité par la commune[Site 7].

Le complexe sportif Pierre-Bourbon est doté d'un stade dans la vallée de l'Indre comportant deux terrains de sports, une piste d'athlétisme et deux courts de tennis. Un gymnase intercommunal, près du collège, accueille les manifestations sportives organisées par Cormery, mais aussi par Truyes et Tauxigny-Saint-Bauld. Un terrain multisports est ouvert en 2017.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Depuis 2014, l'association des amis d'Alcuin et la mairie organisent, dans et autour de l'abbaye, le Festival des vents, ensemble de manifestations et de concerts musicaux consacrés des instruments à vent. Ce festival annuel se déroule sur plusieurs jours, à l'occasion des journées européennes du patrimoine[Site 8].

Tissu associatif[modifier | modifier le code]

Un guide publié par la ville en 2017 recense trente-quatre associations ayant leur siège social à Cormery et intervenant dans les domaines de l'accompagnement social, de la culture, du sport ou des loisirs[Site 9].

Santé, sécurité et services d'urgence[modifier | modifier le code]

Une quinzaine de professionnels du domaine de la santé sont installés à Cormery en 2017 : médecins généralistes ou spécialistes, dentiste, infirmières, pharmacien. La moitié d'entre eux ont regroupé leurs cabinets dans une maison médicale[Site 10].

L'hôpital le plus proche est le centre hospitalier régional universitaire de Tours, à Chambray-lès-Tours, à environ un quart d'heure de trajet automobile de Cormery[117].

Un centre de secours des sapeurs-pompiers est implanté à Cormery[118] qui dispose également d'une brigade de proximité de la Gendarmerie nationale[119].

Médias et numérique[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest consacre quelques pages de son édition Indre-et-Loire, Touraine Est, à l’actualité du canton de Bléré. La commune de Cormery édite un bulletin municipal bimensuel. La chaîne de télévision TV Tours Val de Loire et la station de radio France Bleu Touraine relaient les informations locales.

La commune ne possède pas en 2017 de réseau à haut débit par fibre optique[120].

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse Saint-Brice au sein du doyenné de Loches lui-même partie de l'archidiocèse de Tours, au même titre que six autres doyennés[121]. L'église Notre-Dame-de-Fougeray de Cormery accueille, en alternance avec d'autres églises de la paroisse, des offices dominicaux[122].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 30 527 €, ce qui plaçait alors Cormery au 13 893e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[Insee 11]. En 2014, le revenu disponible par ménage était de 20 890 € dans la commune[Insee 12] contre une moyenne de 20 561 € au niveau départemental[Insee 13].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres-clés de l'emploi à Cormery et leur évolution de 2009 à 2014[Insee 14],[Insee 15] :

Structure de la population active de Cormery (37)
entre 2009 et 2014.
Cormery 2009 Cormery 2014 Évolution
Population de 15 à 64 ans 1 016 1 090 Augmentation. + 7,2 %
Actifs (en %) 76,0 76,9 Augmentation. + 1,2 %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 70,9 71,1 Augmentation. + 2,8 %
Chômeurs (en %) 5,1 5,8 Augmentation. + 13,7 %
Évolution de l'emploi à Cormery (37) en 2009 et 2014.
Cormery 2009 Cormery 2014 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 333 347 Augmentation. + 4,2 %
Indicateur de concentration d'emploi 45,8 44,8 Baisse. - 2,2 %

Sur la période considérée, le nombre d'actifs ayant un emploi a progressé plus vite que le nombre d'emplois proposés sur la commune ; il en résulte une baisse mathématique de l'indicateur de concentration d'emploi[Note 10].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'entreprises implantées à Cormery selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[Insee 16] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 130 100,0 98 26 3 2 1
Agriculture, sylviculture et pêche 2 1,5 2 0 0 0 0
Industrie 13 10,0 8 5 0 0 0
Construction 12 9,2 11 1 0 0 0
Commerce, transports, services divers 81 62,3 62 17 1 1 0
dont commerce et réparation automobile 30 23,1 20 10 0 0 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 22 16,9 15 3 2 1 1
Champ : ensemble des activités.

Dix nouveaux établissements sont créés en 2016, dans le domaine des services aux particuliers ou aux entreprises[Insee 17].

La commune elle-même et l'établissement pour personnes âgées sont les deux plus importants employeurs de main d’œuvre, regroupant à eux deux 88 postes salariés à la fin de l'année 2015[Insee 18]. L'économie communale demeure pour autant fragile, ce qui vaut à Cormery d'être classée en zone de revitalisation rurale par arrêté du [123].

L'économie de Cormery est majoritairement tournée vers la « sphère présentielle » — les biens et service produits sur la commune répondent à la demande des habitants, sédentaires ou de passage, de cette commune[124] —, cette dernière concentrant près des deux tiers des entreprises et les trois quarts des salariés travaillant à Cormery[Insee 19].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Cormery a connu par le passé une activité agricole, notamment au travers de la culture de la vigne, bien visible sur la carte de l'atlas de Trudaine et mentionnée au milieu du XIXe siècle[125], mais qui a pratiquement disparu dans les années 1980[5]. Début 2018, le site Infogreffe, reprenant les données du registre du commerce et des sociétés, ne recense plus aucune exploitation agricole ayant son siège à Cormery[126] alors que le recensement général agricole effectué en 2010 indiquait que trois exploitations se trouvaient dans cette situation[127].

Industrie, commerces et services[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un bâtiment de style néo-classique.
Agence postale.

Les secteurs de l'agro-industrie et de l'industrie agroalimentaire sont représentés par une coopérative agricole[128] et une brasserie[Site 11].

Le « Node Park Touraine » regroupe, en 2015, 32 entreprises sur une superficie de près de 41 hectares sur les communes de Cormery et Tauxigny-Saint-Bauld[129], dont un supermarché, une station-service et un atelier de réparation automobile[82].

La taille et le nombre d'habitants de la commune permettent le maintien de nombreux commerces et services de proximité dans les domaines les plus divers dont plusieurs restaurants[Site 12], une étude notariale, une agence bancaire, une agence immobilière, ainsi qu'une agence postale[130], située dans les locaux de l'ancienne mairie, qu'elle partage avec la bibliothèque municipale[A 16]. Ces commerces, depuis le milieu du XIXe siècle, se trouvent concentrés dans leur grande majorité sur deux pôles, autour de la place du Marché, dans le centre-ville, et à l'entrée de la rue Nationale, au débouché du pont[A 17]. Un marché se tient chaque jeudi[131] sur le mail, perpétuant la tradition depuis le IXe siècle[26].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Un camping est implanté sur la commune, en bordure de l'Indre ; Cormery offre également les services d'un hôtel[Site 13],[Insee 20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

En , la municipalité de Cormery envisage la création d'une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine de la commune qui doit tenir compte des contraintes du plan local d'urbanisme. L'étude est stoppée en janvier 2015, à l'issue de la phase de diagnostic[132].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Abbaye Saint-Paul de Cormery[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye Saint-Paul de Cormery.

L'abbaye est fondée en 791, mais elle est reconstruite peu de temps après pour être plus conforme au plan des monastères bénédictins. Vers le milieu du XIe siècle, une nouvelle abbatiale romane est édifiée. L'abbaye, sous le vocable de Saint-Paul, est alors à son apogée, forte de 50 moines et riche de nombreux domaines dans plusieurs provinces françaises. De nouvelles constructions, au XIIIe siècle, l'embellissent et l'agrandissent encore. Durement éprouvée pendant la guerre de Cent Ans, elle se relève pourtant mais les guerres de Religion lui portent un coup décisif. À partir de ce moment, passée sous le régime de la commende, le nombre de ses moines ne cesse de décroître et ce n'est pas l'intervention des mauristes à partir de 1662 qui parvient à inverser la tendance, malgré un programme de reconstruction des bâtiments et de restauration de la règle de saint Benoît. Lorsque la Révolution française survient, il ne reste plus qu'une demi-douzaine de moines. Les bâtiments sont vendus comme biens nationaux entre 1799 et 1820.

Il subsiste pourtant de nombreux vestiges de cette abbaye, tous classés ou inscrits comme monuments historiques[133],[134]. La tour Saint-Paul, clocher-porche de l'abbatiale, le réfectoire aux voûtes gothiques, une partie du cloître, une chapelle du chœur reconstruite à la fin du XVe siècle ainsi que les logis de l'abbé et du prieur témoignent encore de l'importance et de la richesse passées de l'abbaye.

Église Notre-Dame-de-Fougeray[modifier | modifier le code]

Photographie représentant un cimetière, colonne au premier plan et église en arrière-plan.
Lanterne des morts (premier plan) et église Notre-Dame-de-Fougeray (arrière-plan).

À l'attention de la population laïque, l'église est construite au XIIe siècle à l'initiative des moines de l'abbaye sur des terres leur appartenant, mais hors de la clôture monastique afin de respecter l'isolement des religieux. C'est le plus vaste édifice religieux de la vallée de l'Indre tourangelle. Le mur nord est complètement aveugle et le mur sud n'est percé que d'une porte en arc brisé et de baies en plein cintre, très dépouillées. La voûte sommaire en charpente lui donne un aspect inachevé. La nef est entièrement couverte d'une voûte en berceau brisé et la coupole, sur laquelle s'élève le clocher, comporte des pendentifs. L'intérieur a été décoré de fresques au XIIIe siècle. De la même époque date une cuve baptismale en pierre installée à l'entrée de la nef. L'église et plusieurs éléments de son décor ou de son mobilier sont protégés[135].

Lanterne des morts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lanterne des morts de Cormery.

Une colonne de maçonnerie, pleine, montée sur des gradins circulaires dans le cimetière de Cormery est classée comme monument historique le en tant que lanterne des morts[136] ; il semblerait que ce soit en fait une croix hosannière[A 1],[137].

Moulin de l'abbaye[modifier | modifier le code]

Un moulin sur l'Indre, à proximité immédiate de l'abbaye, est probablement l'une des premières constructions des moines lors de la fondation du monastère, puisqu'il est attesté dès le VIIIe siècle[A 11]. Il est reconstruit à plusieurs reprises, notamment après la crue de 1770[A 8],[M 11]. Incendié en 1908, il est rebâti l'année suivante mais il sert alors d'usine de fabrication de peintures. Un nouvel incendie se déclare en 1962 ; totalement ruiné, le moulin n'est pas remis en état. Seuls subsistent la maison du meunier, la roue à aubes en bois dans l'Indre sous l'édifice ainsi que les quatre murs principaux du moulin ; sa toiture, ses planchers et son cloisonnement interne ont disparu[M 13],[A 18]. Des traces de peinture sur les murs, provoquées par l'incendie de 1962, témoignent encore de son activité passée. La réutilisation des structures de ce moulin comme support d'une batterie de panneaux photovoltaïques est évoquée[A 19].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tuilerie[modifier | modifier le code]

Les bâtiments d'une tuilerie (four, halle de stockage, habitation) sont construits en 1856 sur la rive gauche de l'Indre en aval du bourg pour exploiter des gisements d'argile situés à quelques centaines de mètres mais l'activité semble prendre fin en 1909, après plusieurs changements de propriétaires, avec le remaniement des installations. Face au stade de Cormery, l'ancien four délabré et sa voûte en berceau n'existent plus qu'à l'état de vestiges, intégrés à une construction moderne, et sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel[138]. La voie la plus proche porte le nom de « rue de la Tuilerie ».

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de petits biscuits troués en leur centre.
Macarons de Cormery.

Le macaron de Cormery est une pâtisserie confectionnée à base de poudre d'amande, de sucre et de blanc d'œuf. Plusieurs pâtissiers possèdent leur propre recette, tenue secrète, mais dont ces mêmes ingrédients forment la base. La particularité des macarons de Cormery réside dans leur forme : circulaires, ils sont percés en leur centre[139]. La tradition qui fait remonter à la fondation de l'abbaye Saint-Paul la création des macarons de Cormery n'est pas vérifiée[140], pas plus que les légendes expliquant la forme particulière de ces gâteaux[139]. Le macaron de Cormery pourrait trouver son origine dans une pâtisserie italienne importée en France à la Renaissance[141].

Cormery est intégrée à l'aire de production du fromage Sainte-maure-de-touraine, appellation d'origine protégée au plan européen et appellation d'origine contrôlée au niveau national. Bœufs du Maine, rillettes de Tours et 120 types de vins tranquilles ou effervescents peuvent bénéficier d'une indication géographique protégée s'ils sont produits sur le territoire communal[142].

Cormery dans les arts[modifier | modifier le code]

En 1877, J. Blancheton consacre plusieurs poèmes de son recueil Fleurs et pleurs, souvenirs de jeunesse à Cormery[143].

En 2015 et 2017, Marie-Ange Leurent publie chez Chanteloup-Musique deux recueils de petites pièces pour grand orgue intitulés Petit livre d'orgue de Cormery, vol I et vol II.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ithier (†796), abbé de Saint-Martin, a créé la première communauté monastique de Cormery. Il a donné son nom à une rue du centre-bourg.

Alcuin (c. 730-804), abbé de Saint-Martin et chancelier de Charlemagne, a conforté les statuts et le rôle de l'abbaye Saint-Paul. Une rue et le collège de Cormery portent son nom.

Joachim Périon (1498 ou 1499-1559), prieur de l'abbaye Saint-Paul, humaniste, philologue et traducteur, est né et mort à Cormery. Il a compilé le cartulaire de l'abbaye, permettant de retracer précisément son histoire.

Paul Boyer (1864-1949), linguiste, est né à Cormery où il a habité une partie de l'ancienne abbaye (les anciennes cuisines, désormais « logis Paul-Boyer »).

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Ancien blason de Cormery.

Les anciennes armes de Cormery se blasonnaient ainsi[43] :

De sable à un cormier d'or.

Ces armes parlantes sont restées en vigueur jusqu'à l'adoption du nouveau blason retenu au XVIIe siècle par Denis Briçonnet pour l'abbaye.

Blason actuel de Cormery

Les armes de Cormery se blasonnent ainsi :

Mi-parti : au premier d'or à l'aigle bicéphale de sable, au second d'azur aux trois fleurs de lys d'or ; à l'épée basse d'argent, garnie d'or, brochant sur la partition.

Ces armes reprennent celles de l'abbaye[M 2].

Logotype[modifier | modifier le code]

Logocormery-1.png

Les couleurs vert-jaune et brun chocolat du logotype symbolisent la nature et l'environnement d'une part, la terre et la pierre d'autre part. Quant à la lettre « O », elle rappelle la forme spécifique des macarons de Cormery[Site 14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Agence Bailly-Leblanc et Thalweg Paysage, « Commune de Cormery - élaboration d'une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine - diagnostic AVAP - Partie 1 » [PDF] et « Partie 2 » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, 2015, p. 1-167 Document utilisé pour la rédaction de l’article .
  • Jean-Martial Besse (dom), Abbayes et prieurés de l'ancienne France, t. III, Paris, Picard, , 368 p.
  • Jean-Jacques Bourassé, « Cartulaire de Cormery, précédé de l'histoire de l'abbaye et de la ville de Cormery, d'après les chartes », Mémoire de la Société archéologique de Touraine, Tours, t. XII,‎ , p. 1-325 (lire en ligne).
  • Bernard Briais (ill. Brigitte Champion), Découvrir la Touraine : la vallée de l’Indre, Chambray-lès-Tours, CLD, , 205 p.
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 967 p. (ISBN 978-2-85443-136-0).
  • Élisabeth Lorans, Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle - territoires, habitats et paysages, Tours, Publication de l'Université de Tours, , 289 p. (ISBN 2-86906-092-0).
  • Jacques Maurice, Histoire de la vallée verte : synthèse sur Cormery, Courçay, Esvres et Truyes, Joué-lès-Tours, Société d'étude de la rivière Indre et de ses affluents, , 157 p. (ISBN 978-2-85443-342-5). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Robert Ranjard, La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, (réimpr. 1986), 3e éd., 733 p. (ISBN 2-855-54017-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le massif de maçonnerie hexagonal au milieu du lit est un vestige d'une des piles et de ses becs provenant d'un ancien pont en maçonnerie à cinq arches[M 1] présent au XVIIe siècle[A 1].
  2. Une inondation de plaine se produit lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte progressivement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue[12].
  3. Cette liste, non exhaustive, vise à illustrer l'évolution toponymique et les premières mentions des paroisses.
  4. La fin du XVe siècle et les premières décennies du XVIe siècle sont marquées en Touraine par une succession d’épidémies de peste[68].
  5. L'abbé commendataire de Cormery ne réside pas sur place et son logis, vacant, est occupé par le prieur qui laisse ainsi libre le bâtiment qui est lui normalement affecté[71].
  6. Cet évènement, d'une ampleur exceptionnelle, se fait ressentir sur l'ensemble du bassin de la Loire moyenne[72].,[73].
  7. Des bases de piliers de l'abbatiale seraient remployés dans la construction de l'ancienne mairie (désormais bureau de poste et bibliothèque)[A 8].
  8. La ligne est à cette date directement administrée par l'État, après la faillite de la compagnie des chemins de fer de la Vendée, concessionnaire initial[79].
  9. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[104].
  10. a, b et c Ces commentaires, ne résultant pas d'une analyse statistique des données présentées, n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  11. Le « fonds de roulement », différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[105].
  12. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement.
  13. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  14. Des traces de peinture bleue sont encore visibles le long du mur sous le balcon, témoignage de l'incendie de 1962.

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de l'Insee :
  1. « Fiche communale » (consulté le 27 octobre 2017).
  2. « Chiffres clés - Logement en 2014 à Cormery » (consulté le 28 octobre 2017).
  3. « Chiffres clés - Logement en 2014 en Indre-et-Loire » (consulté le 28 octobre 2017).
  4. « LOG T2 - Catégories et types de logements » (consulté le 28 octobre 2017).
  5. « LOG T5 - Résidences principales en 2014 selon la période d'achèvement » (consulté le 28 octobre 2017).
  6. « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le 6 novembre 2017).
  7. « Population par sexe et âge à Cormery en 2014 » (consulté le 5 novembre 2017).
  8. « Population par sexe et âge en Indre-et-Loire en 2014 » (consulté le 5 novembre 2017).
  9. « Population par grandes tranches d'âge à Cormery en 2014 » (consulté le 5 novembre 2017).
  10. « Population par grandes tranches d'âge en Indre-et-Loire en 2014 » (consulté le 25 novembre 2017).
  11. [zip] « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 » (consulté le 7 novembre 2017).
  12. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2014 à Cormery » (consulté le 4 août 2017).
  13. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2014 en Indre-et-Loire » (consulté le 7 novembre 2017).
  14. « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 7 août 2017).
  15. « EMP T5 - Population Emploi et activité. » (consulté le 7 août 2017).
  16. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Cormery (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le 5 novembre 2017).
  17. « DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2016 » (consulté le 24 novembre 2017).
  18. « CEN T2 - Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2015 » (consulté le 28 novembre 2017).
  19. « CEN T3 - Établissements selon les sphères de l'économie à Cormery (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le 5 février 2018).
  20. « Tourisme en 2017 » (consulté le 23 novembre 2017).
  • Site de la mairie :
  1. « Urbanisme et PLU » [PDF] (consulté le 27 octobre 2017), p. 6.
  2. « Urbanisme et PLU » [PDF] (consulté le 16 janvier 2017), Zonage du plan local d'urbanisme.
  3. « Urbanisme et PLU » [PDF] (consulté le 29 octobre 2017), p. 59, 78 et 87.
  4. « Urbanisme et PLU » [PDF] (consulté le 21 novembre 2017), p. 18 et 48.
  5. « Collectes et tris » (consulté le 8 novembre 2017).
  6. « ALSH, Centre de Loisirs » (consulté le 25 novembre 2017).
  7. « Location de salles et de matériels » (consulté le 5 février 2018).
  8. « Festival des vents » [PDF] (consulté le 9 janvier 2018).
  9. « Guide des associations » (consulté le 25 novembre 2017).
  10. « Santé » (consulté le 21 novembre 2017).
  11. « Brasserie de l'Aurore » [PDF] (consulté le 26 janvier 2018), p. 6.
  12. « Commerces » (consulté le 23 novembre 2017).
  13. « Camping » (consulté le 23 novembre 2017).
  14. « L'identité Cormery » (consulté le 9 novembre 2017).
  • Commune de Cormery - élaboration d'une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine - diagnostic AVAP, 2015 :
  1. a et b AVAP, 2015, p. 23 et 28.
  2. a et b AVAP, 2015, p. 19.
  3. a et b AVAP, 2015, p. 158.
  4. AVAP, 2015, p. 138.
  5. AVAP, 2015, p. 76.
  6. AVAP, 2015, p. 73.
  7. AVAP, 2015, p. 18.
  8. a, b, c et d AVAP, 2015, p. 57.
  9. AVAP, 2015, p. 37.
  10. a, b et c AVAP, 2015, p. 49.
  11. a et b AVAP, 2015, p. 7.
  12. a et b AVAP, 2015, p. 21.
  13. AVAP, 2015, p. 22.
  14. AVAP, 2015, p. 18 et 22.
  15. AVAP, 2015, p. 23.
  16. AVAP, 2015, p. 59.
  17. AVAP, 2015, p. 89.
  18. AVAP, 2015, p. 92.
  19. AVAP, 2015, p. 161.
  • Histoire de la vallée verte : synthèse sur Cormery, Courçay, Esvres et Truyes, Société d'étude de la rivière Indre et de ses affluents, 1990 :
  1. a et b Maurice 1990, p. 135-136.
  2. a et b Maurice 1990, p. 52.
  3. Maurice 1990, p. 47-48.
  4. Maurice 1990, p. 62.
  5. Maurice 1990, p. 64-65.
  6. Maurice 1990, p. 72.
  7. Maurice 1990, p. 77-81.
  8. Maurice 1990, p. 85.
  9. Maurice 1990, p. 90-95.
  10. Maurice 1990, p. 90-92.
  11. a et b Maurice 1990, p. 93-94.
  12. Maurice 1990, p. 97-100.
  13. a et b Maurice 1990, p. 144.
  14. Maurice 1990, p. 139-140.
  15. Maurice 1990, p. 141-142.
  16. Maurice 1990, p. 149.
  17. Maurice 1990, p. 150-157.
  18. Maurice 1990, p. 160-161.
  • Autres sources :
  1. « Orthodromie entre Cormery et Tours », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 octobre 2017).
  2. « Orthodromie entre Cormery et Bléré », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 octobre 2017).
  3. « Carte géologique de Cormery », sur Géoportail (consulté le 26 octobre 2017).
  4. a et b « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Bléré » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 26 octobre 2017).
  5. a, b, c et d Couderc 1987, p. 340.
  6. Christophe Meunier, Géographie - Professeur des écoles - Oral, admission - CRPE 2017, Dunod, , 256 p. (ISBN 978-210075-579-0, lire en ligne), p. 73.
  7. a, b et c Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire, Paris, CNRS, , 480 p. (ISBN 978-2-222-03681-4), p. 229.
  8. « Carte topographique de Cormery », sur Géoportail (consulté le 27 octobre 2017).
  9. Jean-Mary Couderc, « Les phénomènes d'hydrologie karstique en Touraine », Norois, no 58,‎ , p. 230 (DOI 10.3406/noroi.1968.1623).
  10. Pierre George, « Notes de Géographie physique sur la Champeigne tourangelle », Bulletin de l'Association de géographes Français, nos 153-154,‎ , p. 59 (DOI 10.3406/bagf.1943.7149).
  11. André Dupuis et Émile Millet, Nouvelle géographie du département d'Indre-et-Loire, Tours, Arrault, , 48 p., p. 6.
  12. « Les inondations lentes », sur Observatoire régional de Risques majeurs en Provence-Alpes Côte d'Azur (consulté le 5 septembre 2017).
  13. « Notice informative sur le risque inondation » [PDF], sur le site des Services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 27 octobre 2017).
  14. « L'Indre à Cormery », sur le site du SANDRE (consulté le 11 janvier 2018).
  15. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le 15 mars 2017).
  16. Pierre Leveel, Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, , 991 p. (ISBN 978-2-85443-157-5), p. 20.
  17. « Étude climatologique de l’Indre-et-Loire (37) » [PDF], sur Meteo Centre (consulté le 27 janvier 2018).
  18. Couderc 1987, p. 345.
  19. a, b, c et d Couderc 1987, p. 341.
  20. « Prairies et coteaux de l'Indre au moulin de Vontes (240030978) » [PDF], sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 6 novembre 2017).
  21. « Page d'accueil », sur le site de Natura 2000 - Champeigne (consulté le 6 novembre 2017).
  22. « Les mesures agri-environnementales territorialisées », sur le site de l'Atelier technique des espaces naturels du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 6 novembre 2017).
  23. « Site inscrit - L'Indre aux ponts de Cormery » [PDF], sur DREAL région Centre Val-de-Loire (consulté le 3 février 2018).
  24. « Site inscrit - Rocher de la Pinone, l'Indre, ses rives et l'île » [PDF], sur DREAL région Centre Val-de-Loire (consulté en 03/0:).
  25. Bourassé 1861, p. XXVI.
  26. a, b et c Ranjard 1986, p. 326.
  27. Couderc 1987, p. 340-341.
  28. « Règlement du Plan de prévention des risques naturels prévisibles d'inondation - Val de l'Indre » [PDF], sur le site de la commune de Beaulieu-lès-Loches (consulté le 31 octobre 2017).
  29. « Arrêté préfectoral relatif à l'information […] sur les risques naturels et technologiques majeurs dans la commune de Cormery » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 31 octobre 2017).
  30. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Cormery », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie (consulté le 31 octobre 2017).
  31. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie (consulté le 31 octobre 2017).
  32. « Nouveau zonage sismique en Indre-et-Loire » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 31 octobre 2017).
  33. Jean-Mary Couderc, La Touraine insolite : série 3, Chambray-lès-Tours, CLD, , 237 p. (ISBN 2 85443 287 8), p. 17.
  34. Paul Lemoine, « Les tremblements de terre du bassin de Paris », Revue générale des sciences pures et appliquées, t. XXIV,‎ , p. 57 (lire en ligne).
  35. Jean Vogt, « Sur le séisme poitevin de 1749 », Norois, no 136,‎ , p. 483-486 (DOI 10.3406/noroi.1987.4365).
  36. « Séisme du 13/09/1855 (Touraine) », sur planseisme.fr, un site du BRGM (consulté le 4 février 2018).
  37. François Bluteau, « D 943 Cormery-Loches : vers une route plus sûre », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  38. a et b « Halte ferroviaire de Cormery », sur TER Centre-Val de Loire (consulté le 28 octobre 2017).
  39. « les étapes de l'itinéraire », sur l'Indre à vélo (consulté le 24 novembre 2017).
  40. « Randonnée de Artannes-sur-Indre (Indre et Loire) à Buzançais (Indre) », sur le site du GR46 (consulté le 24 novembre 2017).
  41. a, b, c et d Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 101.
  42. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, , 738 p., p. 212.
  43. a et b Léon Vaïsse (ill. Henri Traversier), Armorial général de France, Paris, Challamel, , 84 p. (lire en ligne), p. 13.
  44. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2 : Formations non-romanes, Genève, Librairie Droz, , 671 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne), p. 762
  45. Annick Chupin, « Cormery, nom de personne et nom de lieu », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLV,‎ (lire en ligne).
  46. Anton Friedrich Büsching, Nouveau traité de géographie, La Haye, Pierre Gosse jr. et Daniel Pine, , 638 p. (lire en ligne), p. 540.
  47. Bourassé 1861, p. IX.
  48. Stéphane Gendron, La toponymie des voies romaines et médiévales, Errance, , 196 p. (ISBN 978-2-87772-332-9), p. 58.
  49. « Closerie », sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 23 janvier 2018).
  50. Stéphane Gendron, Les noms de lieux du Centre, Paris, éditions Bonneton, , 232 p. (ISBN 978 2 862 53226 4), p. 182-183.
  51. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. II, Société archéologique de Touraine, , 489 p. (lire en ligne), p. 360.
  52. Stéphane Gendron, Les noms de lieux du Centre, Paris, éditions Bonneton, , 232 p. (ISBN 978 2 862 53226 4), p. 111.
  53. « L'énigme de la lanterne des morts », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ 19 avril 1991.
  54. Pierre-Louis Fréon, « Station du Chesneau à Cormery », bulletin de la Société préhistorique française, t. XXXII, no 11,‎ , p. 540 (lire en ligne).
  55. Michel Provost, Carte archéologique de la Gaule - l'Indre-et Loire-37, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, , 141 p. (ISBN 2 87754 002 2), p. 68.
  56. Jacques Dubois, « archéologie aérienne : prospections 1976 en Touraine », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXXVIII,‎ , p. 100 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  57. Jacques Dubois, « archéologie aérienne : prospections 1978 en Touraine », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXXIX,‎ , p. 168 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  58. Pierre-Marie Danquigny et Jacky Duvigneau, Voies romaines au pays des Turons, Chinon, [les auteurs], , 173 p., p. 78-79.
  59. Raoul Guichané, « Les moulins et l'exploitation de l'énergie hydraulique », dans Élizabeth Zadora-Rio (dir.), Atlas Archéologique de Touraine : 53e Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, Tours, FERACF, (ISSN 1760-5709, lire en ligne).
  60. Bourassé 1861, p. XL.
  61. Bourassé 1861, p. L-LII.
  62. Michel-J. Peutin, Cormery : mille ans d'histoire d'une abbaye, Truyes, Cadic, , 18 p., p. 4.
  63. Lorans 1996, p. 193.
  64. Lorans 1996, p. 144.
  65. a et b Lorans 1996, p. 188.
  66. Bourassé 1861, p. LXXXII-LXXXVI.
  67. Briais 1980, p. 108.
  68. Annie Schumacher, « La peste à Loches au début du XVIe siècle », Le Magazine de la Touraine, no 9,‎ , p. 45-50.
  69. Guy Arbellot, « La grande mutation des routes de France au XVIIIe siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 3,‎ , p. 765-791 (DOI 10.3406/ahess.1973.293381).
  70. « De la poste aux chevaux au télégraphe » [PDF], sur le site des archives départementales d'Indre-et-Loire (consulté le 21 septembre 2017).
  71. Philippe Chapu, « L'abbaye de Cormery, visite guidée », Bulletin de la société des amis du pays lochois,‎ , p. 132 (ISSN 1244-3816, OCLC 473577837).
  72. Michel Lang (dir.) et Denis Cœur (dir.), Les inondations remarquables en France : Inventaire 2011 pour la directive Inondation, Quae, , 640 p. (ISBN 978-2-75922-261-2, lire en ligne), p. 200.
  73. « Évaluation préliminaire du risque d'inondation sur le district Loire-Bretagne » [PDF], sur le site de l'AELB (consulté le 8 février 2018), p. 43.
  74. Pierre Audin, Un affluent méconnu de la Loire : l'Indre en Touraine, capricieuse et secrète, SERIA, , 132 p., p. 31.
  75. Pierre Audin, Un affluent méconnu de la Loire : l'Indre en Touraine, capricieuse et secrète, SERIA, , 132 p., p. 33.
  76. Casimir Chevalier (ill. Karl Girardet), Promenades pittoresques en Touraine : Histoire, légendes, monuments, paysages, Tours, Mame, , 592 p. (lire en ligne), p. 359.
  77. Annick Chupin, « Cormery 1791-1820. Le dépeçage d'une abbaye millénaire. », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLIV,‎ , p. 537-550 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  78. Ministère des Travaux publics - France, Situation des travaux au 31 décembre 1844, Paris, Imprimerie royale, , 560 p. (lire en ligne), p. 71.
  79. Annuaire des Chemins de fer et des Tramways, Paris, Édition des réseaux français, , 43e éd., 1334 p., p. 95.
  80. a et b « Cormery - monument aux morts (relevé no 18630) », sur le site MémorialGenWeb (consulté le 5 novembre 2017).
  81. Bernard Briais, Le Lochois pendant la guerre 1939-1945 : la Touraine de la zone libre, Chambray-lès-Tours, CLD, , 191 p., p. 45.
  82. a et b (en) « Touraine Node Park », sur le site de le Commission européenne (consulté le 9 janvier 2018).
  83. Pierre Calmeilles, « Derrière la tête de pont économique du Node Park », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  84. a et b « Cormery-Truyes : un avenir commun ? », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  85. Décret no 2014-179 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département d'Indre-et-Loire.
  86. « Les nouveaux arrondissements », sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le 1er août 2017).
  87. « Les circonscriptions législatives d'Indre-et-Loire », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 1er août 2017).
  88. « Les juridictions », sur le site du conseil départemental de l'accès aux droits d'Indre-et-Loire, (consulté le 23 mai 2016).
  89. « Électricité : activités », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 9 novembre 2017).
  90. « Présentation », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 9 novembre 2017).
  91. « Gaz », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 9 novembre 2017).
  92. « Territoire », sur le site du SAVI (consulté le 25 novembre 2017).
  93. « Nos adhérents » (consulté le 25 novembre 2017).
  94. « Commune de Cormery - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 3 novembre 2017).
  95. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  96. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 5 novembre 2017).
  97. « Les maires de Cormery », sur le site FranceGenWeb (consulté le 10 septembre 2017).
  98. « Cormery », sur le site de l'Agenda 21 de Territoires, Comité 21 (consulté le 27 octobre 2017).
  99. « Le rapport d'activité 2011 », sur le site de Lig'Air (consulté le 23 novembre 2017).
  100. « Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l’eau potable » [PDF], sur le site de Loches-Sud Touraine (consulté le 9 novembre 2017), p. 5-7.
  101. « Cormery, Le Sanitas », sur Sandre (consulté le 20 janvier 2018).
  102. « Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l’assainissement collectif - exercice 2016 » [PDF], sur Le site de Loches-Sud Touraine (consulté le 9 novembre 2017), p. 6 et 10.
  103. a et b « Les comptes des communes », sur un site du ministère de l'Action et des Comptes publics (consulté le 9 novembre 2017).
  104. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  105. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 36, [lire en ligne].
  106. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 3 novembre 2017).
  107. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  108. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  109. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  110. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  111. « Commune : Cormery », sur Assistantes maternelles 37, Conseil départemental d'Indre-et-Loire (consulté le 25 novembre 2017).
  112. « École primaire publique Jacques-Prévert à Cormery », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 4 novembre 2017).
  113. « Collège Alcuin à Cormery », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 4 novembre 2017).
  114. « Zones de recrutement des collèges et des lycées - département d'Indre-et-Loire » [PDF], sur le site de l'académie d'Orléans-Tours (consulté le 4 novembre 2017), p. 22.
  115. « Présentation », sur le site de l'Abbatiale - Cormery (consulté le 25 novembre 2017).
  116. « Bibliothèque de Cormery », sur Lire en Touraine, Conseil départemental d'Indre-et-Loire (consulté le 25 novembre 2017).
  117. « Cormery-hôpital Trousseau (Chambray-lès-Tours) », sur le site du ViaMichelin (consulté le 5 février 2018).
  118. « Les centres d'incendie et de secours en Indre-et-Loire », sur le site du SDIS 37 (consulté le 21 novembre 2017).
  119. « Cormery », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 27 janvier 2018).
  120. « Couverture internet de Cormery », sur Ariase (consulté le 1er février 2018).
  121. « La paroisse », sur le site de la paroisse Saint-Brice de la vallée de l'Indre (consulté le 25 juillet 2017).
  122. « Nouveaux horaires des messes à la paroisse. », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  123. « Arrêté du 16 mars 2017 constatant le classement de communes en zone de revitalisation rurale », sur Legifrance.gouv.fr (consulté le 19 janvier 2018).
  124. « Le nouvel espace rural français », sur le site du Sénat (consulté le 5 février 2018).
  125. Louis-Pierre Rouillé-Courbe, Soufrage de la vigne en Touraine et dans les départements voisins, Tours, Ladevèze, , 56 p. (lire en ligne), p. 5.
  126. « Liste d'entreprises - famille d'activités : culture et production animale, chasse et services annexes à Cormery (37) », sur Infogreffe (consulté le 26 janvier 2018).
  127. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 5 février 2018).
  128. « Société coopérative agricole et agro-alimentaire Agrial - Cormery », sur kompass.com (consulté le 26 janvier 2018).
  129. « Zone d'activité « Node Park Touraine » à Tauxigny et Cormery », sur Sud Touraine active.com (consulté le 9 janvier 2018).
  130. « Agence postale de Cormery », sur le site de La Poste (consulté le 22 janvier 2018).
  131. « Liste des marchés hebdomadaires » [PDF], sur le site de l'Observatoire de l'économie et des territoires de Touraine (consulté le 28 novembre 2017).
  132. Document cité en bibliographie.
  133. « Ancienne abbaye bénédictine », notice no PA00097710, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  134. « Abbaye de bénédictins Saint-Paul », notice no IA37000001, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  135. « Église Notre-Dame-de-Fougeray », notice no PA00097711, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  136. « Lanterne des morts », notice no PA00097712, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  137. Annick Chupin, « Plusieurs « idées reçues » mises à l'épreuve des textes », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLIV,‎ , p. 553 (lire en ligne).
  138. « Tuilerie-briqueterie », notice no IA37001375, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  139. a et b « Les macarons, un délice de gâteau ! Découvrez les macarons de Cormery Recettes et légendes », sur le site de RégionFrance (consulté le 18 septembre 2017).
  140. Alexandra Michot, « Génération macaron », Madame Figaro,‎ (lire en ligne).
  141. Jacques Féneant et Maryse Leveel, Le Folklore de la Touraine : dictionnaire des rites et coutumes, Chambray-lès-Tours, CLD, , 466 p. (ISBN 2-85443-179-0), p. 269.
  142. « Commune : Cormery (37) », sur le site de l'INAO (consulté le 29 novembre 2017).
  143. J. Blancheton, Fleurs et pleurs, souvenirs de jeunesse, La Charité-sur-Loire, A. Demontoy, , 48 p. (lire en ligne).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 23 février 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 23 février 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.