Saint-Hippolyte (Indre-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hippolyte.

Saint-Hippolyte
Saint-Hippolyte (Indre-et-Loire)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Loches
Intercommunalité Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Patrick Pasquier
2014-2020
Code postal 37600
Code commune 37221
Démographie
Gentilé Hippolytains
Population
municipale
641 hab. (2016 en augmentation de 7,55 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 39″ nord, 1° 06′ 03″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 152 m
Superficie 32,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Hippolyte

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Hippolyte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hippolyte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hippolyte

Saint-Hippolyte est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et paysages[modifier | modifier le code]

Saint-Hippolyte est situé sur le versant est de la vallée de l'Indre à la limite entre les départements d'Indre-et-Loire et de l'Indre.

La commune est composée d'un bourg principal et d'une série de hameaux (Bourg-Neuf, Rigny, Ballon, la Consonnière, le Grand-Village, Braud, la Gallicherie…). Le territoire communal est arrosé par la rivière Indre.

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Saint-Hippolyte.

La commune est traversée du sud au nord par l'Indre (7,09 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 34,09 km, comprend un autre cours d'eau notable, le Ballon et le Vitray (6,526 km), et divers petits cours d'eau dont le Bois Tué (0,007 km)[2],[3].

L'Indre, d'une longueur totale de 279,4 km, prend sa source à une altitude de 453 m sur le territoire de Saint-Priest-la-Marche dans le département du Cher et se jette dans la Loire à Avoine, après avoir traversé 58 communes[4]. Les crues de l'Indre sont le plus souvent de type inondation de plaine[Note 1]. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de l'Indre tourangelle[6], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Perrusson. La hauteur maximale historique a été atteinte en novembre 1770. La hauteur maximale mesurée s'établit à 3,30 et a été observée le 21 décembre 1982 [7]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 2] et 2[Note 3] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [8],[9]. Sur le plan piscicole, l'Indre est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[10].

Le Ballon et le Vitray, d'une longueur totale de 10,5 km, prend sa source dans la commune de Loché-sur-Indrois et se jette dans l'Indre à l'ouest du territoire communal, non loin du hameau de la Jucherie[11]. Sur le plan piscicole, le Ballon et le Vitray est également classé en deuxième catégorie piscicole[10].

Trois zones humides[Note 4] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de l'Indre : de la la prairie d'Oizay aux Anglées », « la vallée des Ruisseaux de Ballon et de Vitray », « du Bois et de Beaugerais » et « l'étang des Bourdines »[12],[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le cartulaire de l'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin fait état en 1243 de Capellam Sancti Ypoliti. Le nom d'Hippolyte est dérivé de deux mots grecs : ippos (cheval) et lytos (déliant) ; Hippolyte est donc celui qui délie (libère) les chevaux. Hippolyte de Rome est un martyr au IIIe siècle[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée La Chapelle-Saint-Hippolyte, porta provisoirement le nom d'Hippolyte[15] puis adopta le nom de Saint-Hippolyte[16].

En 1827, Saint-Hippolyte a annexé la commune de Vitray[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Patrick Pasquier DVD Salarié agricole

Lors des élections municipales de mars 2008, trois listes étaient en compétition :

  • la liste d'Entente Communale conduite par le maire sortant ;
  • une équipe pour une vraie commune avec le maintien de son identité dans un développement actif et concerté au service de toutes les générations ;
  • la Liste pour la défense des intérêts des habitants.

À l'issue du premier tour, la liste emmenée par le maire sortant a remporté la majorité absolue permettant l'élection de tous les candidats. Le maire sortant, Patrick Pasquier, a été reconduit dans ses fonctions de premier magistrat de la commune.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2016, la commune comptait 641 habitants[Note 5], en augmentation de 7,55 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7626778167961 053917932943930
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
883918967985977951952990999
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0001 0341 0371 0041 016969972918838
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
832782634636627567559580631
2016 - - - - - - - -
641--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Hippolyte se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Loches.

L'école maternelle accueille les élèves de la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François Pottier est né à Saint-Hippolyte le 9 mars 1726. Elevé au séminaire du Saint-Esprit à Paris, il part de Lorient pour les missions des Grandes-Indes en 1753 et sera nommé évêque du Sichuan en Chine en 1767. Celui qui se surnomme « le petit évêque du Sichuan » est fait prisonnier en 1762 et subit la torture aux pieds, dont il portera les traces jusqu’à sa mort le 28 septembre 1792.

Le livre "Le Tourangeau François Pottier, évêque en Chine" de James Derouet retrace la vie de cet illustre personnage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une inondation de plaine se produit lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte progressivement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue[5].
  2. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  3. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  4. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  2. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 4 février 2019)
  3. « Carte hydrologique de Saint-Hippolyte », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  4. « Fiche Sandre - l'Indre », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  5. « Les inondations lentes », sur Observatoire régional de Risques majeurs en Provence-Alpes Côte d'Azur (consulté le 5 septembre 2017).
  6. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19
  7. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 62
  8. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 février 2019)
  9. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 février 2019)
  10. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  11. « Fiche Sandre - le Ballon et le Vitray », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  12. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  13. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  14. Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 208.
  15. La Chapelle-Saint-Hippolyte sur Noms révolutionnaires des communes de France, p. 30, consulté le 12 décembre 2012.
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Hippolyte », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 décembre 2012)
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.