Antoine de Bourbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (février 2017).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Antoine de Bourbon
Antoine de Bourbon, par François Clouet, 1560, château de Pau.
Antoine de Bourbon, par François Clouet, 1560, château de Pau.
Titre
Roi consort de Navarre

(7 ans 5 mois et 23 jours)
Avec Jeanne III (1548-1562)
Prédécesseur Henri II
Successeur Jeanne III (seule)
Duc de Vendôme

(25 ans 7 mois et 23 jours)
Prédécesseur Charles Ier
Successeur Henri Ier
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Date de naissance
Lieu de naissance La Fère (France)
Date de décès (à 44 ans)
Lieu de décès Les Andelys (France)
Sépulture Collégiale Saint-Georges, Vendôme
Père Charles de Bourbon,
duc de Vendôme
Mère Françoise d'Alençon
Conjoint Jeanne d'Albret (1548-1562)
Enfants Henri de Bourbon,
duc de Beaumont
Henri IV Red crown.png
Louis-Charles de Bourbon,
comte de Marle
Madeleine de Bourbon
Catherine de Bourbon,
duchesse d'Albret

Antoine de Bourbon
Monarques de Navarre

Antoine de Bourbon au château de La Fère[1] - † aux Andelys) est un prince du sang de la maison capétienne de Bourbon, membre de la branche cadette de Bourbon-Vendôme, qui vécut sous les règnes des rois Henri II, François II et Charles IX. Il est le Premier prince du sang.

Duc de Vendôme, roi consort de Navarre par son mariage avec Jeanne d'Albret, sa vie est marquée par son oscillation entre le catholicisme et la réforme protestante. Finalement, il reste fidèle à la religion catholique, alors que sa femme devient une huguenote convaincue, et participe aux affrontements durant la première guerre de religion, en tant que chef de l'armée royale. Il trouve la mort au siège de Rouen en 1562. Il est le père du roi Henri IV, grand-père du roi Louis XIII et arrière grand-père du roi Louis XIV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lettre d'Anne de Montmorency demandant des renforts au duc Antoine de Vendôme contre Charles Quint, 26 septembre 1552. Archives nationales.

Antoine est né au château de La Fère. Il est le fils de Charles, duc de Vendôme et de son épouse Françoise d'Alençon. Antoine de Bourbon porta d'abord les titres de comte de Marle puis de duc de Beaumont. Le 25 mars 1537, à la mort de son père il lui succéda comme duc de Vendôme.

Il épousa à Moulins le 20 octobre 1548 Jeanne d'Albret, fille du roi de Navarre Henri II de Navarre et de Marguerite d'Angoulême, elle-même sœur du roi de France François Ier. Ils eurent cinq enfants dont deux survivront : Catherine et le futur roi Henri IV.

À la mort de son beau-père le 25 mai 1555, il devint, du chef de sa femme, roi consort de Navarre. Après l'extinction de toutes les branches collatérales de la maison de Valois entre 1477 et 1526, sa position d'aîné des Bourbons (acquise dès son père Charles à la mort du connétable duc de Bourbon en 1527) faisait de lui le premier prince de sang. À ces deux titres, il avait donc une position éminente à la cour de France. Il passa sa vie à guerroyer pour le roi de France. Pierre de Ronsard, dans Les Hymnes (Hymne de Henri II, v. 427) le cite parmi les « Mars » qui sont au service d’Henri II.

Proche de la Réforme, il favorisa l'introduction du calvinisme dans son gouvernement et participa lui-même aux prêches protestants, mais sans jamais abandonner la messe. Sans véritables convictions religieuses, il oscilla plusieurs fois entre catholicisme et protestantisme. L'appel du pouvoir à la cour de France devait progressivement l'amener à choisir le camp catholique (1561) et à entrer en conflit avec sa propre épouse Jeanne d'Albret, devenue une fidèle huguenote, convaincue de la religion réformée. Il intrigue alors pour répudier sa femme sous prétexte d'hérésie tout en conservant la principauté du Béarn, et espère que Philippe II lui permettra de réunifier la Haute-Navarre et la Basse-Navarre[2].

Son frère cadet Louis de Bourbon, prince de Condé devint le chef du parti protestant, tandis que Catherine de Médicis, régente au nom de son fils Charles IX, le nomma lieutenant général du royaume (1561) et gouverneur du Dauphiné[3].

Circonstances sur sa mort[modifier | modifier le code]

En 1562, durant la première guerre de religion, il participe dans le rang des catholiques au siège de Rouen, ville tenue par les protestants. Le 16 octobre, il profite d'une tournée d'inspection pour aller uriner contre les remparts de la ville. Un coup d'arquebuse le blesse grièvement. Il mourut peu après, le 17 novembre 1562, aux Andelys des suites de cette blessure. Ce fait inspira à Voltaire cet épitaphe : « Ami François, le prince ici gissant vécut sans gloire, et mourut en pissant. »

Titres[modifier | modifier le code]

Ascendances[modifier | modifier le code]

Enfants[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Jeanne d'Albret, il eut :

De sa maîtresse Louise de La Béraudière du Rouhet, il eut :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recueil des lettres missives de Henri IV, tome 1, page 1, note 1 (lien wikisource).
  2. Thierry Wanegffelen, Le Pouvoir contesté : Souveraines d'Europe à la Renaissance, Payot 2008, p. 170.
  3. Chanoine Jules Chevalier, Essai historique sur la ville et l'église de Die, t. III, 1909, p. 167.
  4. culture.gouv.fr.
  5. books.google.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]