Ligueil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligueil
Ligueil
La mairie.
Blason de Ligueil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Descartes
Intercommunalité Communauté de communes Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Michel Guignaudeau
2014-2020
Code postal 37240
Code commune 37130
Démographie
Gentilé Ligoliens, ligoliennes
Population
municipale
2 200 hab. (2016 en diminution de 2,27 % par rapport à 2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 37″ nord, 0° 49′ 11″ est
Altitude Min. 66 m
Max. 128 m
Superficie 29,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ligueil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ligueil
Liens
Site web www.ville-ligueil.fr/

Ligueil est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ligueil est située dans le département d'Indre-et-Loire, à 45 km au sud de Tours et à proximité de la Vienne et de l'Indre. Poitiers est à 70 km au sud-ouest et Paris à 270 km au nord-est.

Ligueil est desservie par la route départementale 50 venant de Tours et la route départementale 31 venant d'Amboise et Loches. L'autoroute A 10 est à 20 minutes par Sainte-Maure-de-Touraine, à 40 minutes par Tours et à 50 minutes par Amboise.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Ligueil.
L'Esves.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 29,6 km, comprend deux cours d'eau notables, l'Esves (7,461 km) et la Ligoire (5,11 km), et divers petits cours d'eau pour certains temporaires[1],[2].

L'Esves, d'une longueur totale de 39,3 km, prend sa source à 135 m d'altitude à Betz-le-Château[3]. et se jette dans la Creuse à Descartes, à 44 mètres d'altitude[4], après avoir traversé 12 communes[5]. Sur le plan piscicole, l'Esves est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[6].

La Ligoire, d'une longueur totale de 20,9 km, prend sa source dans la commune de Varennes et se jette dans l'Esves à Sepmes, après avoir traversé 8 communes[7]. Sur le plan piscicole, la Ligoire est également classée en deuxième catégorie piscicole[6].

Deux zones humides[Note 1] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de l'Esves aux Grands Foulons » et « la vallée de l'Esves aux Prés Challes »[8],[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Ligueil apparaît pour la première fois en 775, sous la formule de Liggogalus.

Les martyrs de Ligueil d’août 1944[modifier | modifier le code]

Plaque à la mémoire des maquisards fusillés le 27 août 1944.
Plaque à la mémoire de la famille Praud, fusillée le 28 août 1944.

Le 27 août 1944, l’armée allemande fusille trois maquisards faits prisonniers : Roger Fontenas, Raymond Foulques et René Michenet. Le lendemain, elle décime la famille Praud : le père, Albert Praud, 42 ans, maquisard arrêté la veille, son épouse Angelina Praud, 35 ans, la fille Marcelle, 15 ans, les fils Daniel, 14 ans et Yannik, 11 ans. Angelina Praud était originaire de Maillé, un autre village de la région, devenu martyr après le massacre de ses habitants le 25 août. On trouve deux plaques commémoratives de ces exécutions sur l’avenue des Martyrs à Ligueil sur la route de Cussay[10].

Le 20 août 1944, des soldats allemands fuyant vers l'est ont pris en otage à Ligueil trois personnes membres de la Croix Rouge : Aimé Papillault, Albert Bertrand et Jean Poulin pour protéger leur fuite. Ils ont été accrochés par le maquis au lieu-dit « la Blanchardière », en bordure d'un petit bois, sur la route de Loches. Les trois otages ont été tués.

Par ailleurs un monument est dédié aux combattants du maquis Épernon formant le 32e régiment d'infanterie[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1947 mars 1977 Maurice Joubert Sans étiquette  
mars 1977 mars 1989 Michel Guignaudeau PRG Enseignant
Conseiller général (1979-1992)
mars 1989 mars 2001 Jacques Raymond SE Géomètre expert
mars 2001 mars 2008 Michel Giraudeau DVD puis PCD Directeur d'un CAT
Conseiller général (1992-2011)
mars 2008 mars 2014 Christian Grellet PS Agriculteur
mars 2014 En cours Michel Guignaudeau DVG Conseiller général (2011-2015)

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[12].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2016, la commune comptait 2 200 habitants[Note 2], en diminution de 2,27 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6601 9621 4661 7511 7671 8871 9291 9442 044
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9421 9992 0582 0142 1422 0482 0482 1922 119
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0832 1942 1791 9811 9882 0172 0282 1172 023
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 1102 2452 3792 4132 2012 1662 1802 2122 237
2016 - - - - - - - -
2 200--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Ligueil se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Loches.

La commune compte trois établissements scolaires : une école maternelle publique, une école élémentaire publique et l'école primaire privée Sainte Marie.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fin septembre : la Fête du lait.
  • 3e dimanche de mai : concert de l'Entente Musicale du Sud-Lochois Betz-le Château/Saint-Flovier/Ligueil.
  • Ligueil accueille tous les 6 ans le comice agricole de l'arrondissement de Loches.
  • Festival "les Percufolies" (rendant hommage à Albert Bergerault, musicien et inventeur).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin fondée au XIIe siècle. De l'édifice primitif, il ne reste que des vestiges. Le chœur reconstruit au XIIIe siècle et repris au XVe siècle. Le maître-autel avec tabernacle décoré et retable classé date du XVIIe siècle.
  • La seigneurie qui sert de mairie depuis 1921, est un ensemble de bâtiments du XVIIe siècle. La place de la mairie a été rénovée en 2007. À quelques pas se trouve la chancellerie du XVIIIe siècle.
  • Moulin d'Edmaine du XIXe siècle.
  • Vieux logis de Péagu du XVe siècle.
  • Château de la Tourmelière du XVIIe siècle.
  • Château d'Epigny du XVIIIe siècle.
  • Chapelle Notre-Dame-de- Anges du XIXe siècle.
  • Lavoir en bois découpé sur la rivière l'Esves à l'entrée de l'hospice.
  • Hospice de la fin du XIXe siècle, maintenant Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (E.H.P.A.D)[17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ligueil

Les armes de Ligueil se blasonnent ainsi :

D'azur à un œil d'argent à la pupille de sable [18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 4 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Ligueil », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  3. « Source de l'Esves » sur Géoportail (consulté le 24 janvier 2019).
  4. « Confluence de l'Esves avec la Cruese » sur Géoportail (consulté le 28 novembre 2015).
  5. « Fiche Sandre - l'Esves », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  6. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  7. « Fiche Sandre - la Ligoire », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  8. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  9. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  10. La Nouvelle République
  11. Les monuments aux morts - Ligueil
  12. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. E.H.P.A.D. Balthazar Besnard de Ligueil
  18. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=3771

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :