Esvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d’aide sur l’homonymie Esvres-sur-Indre redirige ici.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Èvres.

Esvres

De gauche à droite et de haut en bas :
place Georges-Lhermitte ;
les escaliers du château, le pont Girault ;
le ruisseau de l'Échandon, un verre de touraine-noble-joué.
Photographie en couleurs d'un centre d'une commune avec une église en arrière-plan.
Photographie en couleurs d'un escalier extérieur en pierre entre deux hauts murs. Photographie en couleurs de l'arche d'un pont en pierre au-dessus d'un cours d'eau.
Photogtaphie en couleurs d'un ruisseau entre deux rives arborées. Photographie en couleurs d'un verre de vin rosé.
Blason de Esvres
Blason
Esvres
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Monts
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre
Maire
Mandat
Jean-Christophe Gassot
2014-2020
Code postal 37320
Code commune 37104
Démographie
Gentilé Esvriens / Esvriennes
Population
municipale
5 849 hab. (2016 en augmentation de 23,55 % par rapport à 2011)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 06″ nord, 0° 47′ 13″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 96 m
Superficie 35,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Esvres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Esvres
Liens
Site web www.ville-esvres.fr

Esvres (prononcé [ɛvʁ]), appelée également Esvres-sur-Indre, est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Le territoire d'Esvres porte des traces d'occupation humaine depuis le Paléolithique. C'est surtout au IIe siècle av. J.-C. que les indices s'accumulent (nécropoles, établissements ruraux, habitat groupé) pour suggérer l'existence d'une agglomération protohistorique dont l'importance et les contours restent cependant à définir, mais qui semble rester active jusqu'au Bas-Empire. Esvres, que cite déjà Grégoire de Tours, devient au VIIIe siècle le siège d'une viguerie, puis celui d'une seigneurie au Moyen Âge central. Au XIXe siècle, la commune ne connaît qu'une faible baisse de sa population, et le nombre de ses habitants augmente sans cesse depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, épisode par ailleurs marqué au plan local par plusieurs figures de la Résistance. Aux XXe et XXIe siècles, outre sa forte croissance démographique — la commune compte 5 849 habitants en 2016 et le nombre de ses résidences principales a presque quintuplé depuis 1945 —, Esvres connaît un important développement économique avec notamment la création d'une zone industrielle très active le long de la D 943, principal axe routier entre Tours et Loches. La vocation agricole d'Esvres se maintient pourtant ; la céréaliculture domine largement mais les vignes de l'appellation touraine-noble-joué sont bien présentes et la surface qui leur est consacrée augmente même légèrement.

L'église d'Esvres, dédiée à saint Médard, semble construite à partir du XIIe siècle mais elle garde des vestiges d'édifices plus anciens, comme une partie de sa façade et de ses fondations. Le château de Montchenin est, du XVIe siècle à la Révolution, la villégiature des abbés de Saint-Paul de Cormery. Plusieurs châteaux ou manoirs, souvent médiévaux à l'origine mais reconstruits à la Renaissance et remaniés après la Révolution, constituent une part importante du patrimoine bâti d'Esvres. L'un d'eux, le château de la Dorée, qui a appartenu au XVIIIe siècle à Alexandre-Pierre Odart, maire d'Esvres et savant ampélographe, accueille le troisième plus grand site français du groupe AG2R La Mondiale ; l'entreprise y emploie en 2016 plus de 500 personnes. Le patrimoine naturel est constitué de quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) liées aux vallées de l'Indre ou de ses affluents, ou aux massifs boisés encore très présents dans le nord du territoire communal.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Esvres est une commune de la vallée de l'Indre, le bourg se trouvant au niveau du confluent de cette rivière et de l'Échandon, l'un de ses affluents. La localité se trouve à environ 14,3 km au sud-est de Tours[1], distance exprimée à vol d'oiseau. Dans la partie nord-est du canton de Monts (12,1 km séparent Esvres du bureau centralisateur[2]), Esvres est rattachée à l'aire urbaine et au bassin d'emploi de Tours alors qu'elle est le siège d'une unité urbaine et d'un bassin de vie[I 1].

Communes limitrophes d’Esvres
Chambray-lès-Tours Larçay / Véretz Azay-sur-Cher
Veigné Esvres Truyes
Saint-Branchs Cormery

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs représentant les strates géologiques affleurantes d'un territoire.
Carte géologique simplifiée d'Esvres[3].
  • Bourg
  • Limites communales
  • e7 : calcaire lacustre de Touraine (Ludien)
  • m3-p : sables et graviers du (Miocène)
  • Rm3-p : sables argileux et graviers (Tertiaire)
  • N : sables éoliens (Quaternaire)
  • LP : limon des plateaux (Quaternaire)
  • Fw-z : alluvions fluviatiles (Quaternaire)

Au sud du Bassin parisien géologique, le territoire d'Esvres est centré sur une légère cuvette (synclinal de Courçay) remplie du calcaire lacustre de Touraine déposé à l'Éocène (e7) sur les strates calcaires crétacées ; la plus récente de ces dernières est celle de la Craie de Blois, blanche avec des inclusions de silex[4]. En périphérie de cette cuvette se retrouvent des dépôts sableux du Miocène, intacts au nord (m3-p) mais parfois dégradés au sud (Rm3-p), sableux (E) ou limoneux quaternaires (LP). Les vallées du ruisseau de Nantilly et de l'Échandon ont creusé leur lit dans ce substrat de calcaire lacustre sans jamais atteindre le tuffeau turonien sous-jacent ; l'Indre, par contre, a érodé le plateau jusqu'à entamer cette strate. Des alluvions d'âge variable, témoignant de l'érosion progressive par les cours d'eau, couvrent le fond de leurs vallées (Fw-z)[4],[5]. Le calcaire lacustre, souvent meuliérisé, est utilisé dans la construction sous le nom de « pierre d'Esvres » mais depuis 2003, les carrières ne sont plus en exploitation[6].

Le territoire communal affecte sensiblement la forme d'un rectangle légèrement allongé du nord au sud et séparé en deux parties inégales par la vallée de l'Indre, environ deux tiers de la superficie de la commune au nord, un tiers au sud[4]. Avec une superficie communale de 3 585 ha quand la moyenne nationale s'établit à 1 488 ha[7], Esvres est une commune de grande taille.

L'altitude moyenne du plateau varie autour de 85 m, avec un maximum de 96 m au nord-ouest et au nord-est de la commune. L'Indre coule dans une vallée dont l'altitude évolue de 60 m vers l'est à 55 m vers l'ouest[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie d'une source s'écoulant dans un bassin sous un double escalier.
Source de la mairie.
Carte matérialisant le tracé des cours d'eau sur un territoire.
Réseau hydrographique d'Esvres.

L'Indre traverse le territoire communal d'est en ouest sur une longueur de 5,602 km[8] et sa vallée, parfois marécageuse, est jalonnée de plusieurs bras morts dont l'emplacement et le tracé ont varié au fil des siècles. Son principal affluent est, sur la rive gauche, l'Échandon qui se jette dans l'Indre à l'entrée du bourg[4]. Sur la rive droite, plus en aval, le ruisseau de Nantilly alimente également l'Indre[M 1],[9]. Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 16,02 km, comprend deux autres petits cours d'eau[8].

L'Indre, d'une longueur totale de 279,4 km, prend sa source à une altitude de 453 m sur le territoire de Saint-Priest-la-Marche dans le département du Cher et se jette dans la Loire à Avoine, après avoir traversé 58 communes[10]. Les crues de l'Indre sont le plus souvent de type inondation de plaine[Note 1]. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de l'Indre tourangelle[12], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Cormery. La hauteur maximale historique a été atteinte en novembre 1770 avec 4,90 m[13]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 2] et 2[Note 3] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [14],[15]. Sur le plan piscicole, l'Indre est classée en deuxième catégorie piscicole. Les espèces biologiques dominantes sont constituées essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[16].

L'Échandon, d'une longueur totale de 25,7 km, prend sa source dans la commune de Manthelan et se jette dans l'Indre à Esvres, en limite sud du bourg, au droit du pont supportant la RD 62, après avoir traversé six communes[17]. La station hydrométrique de Saint-Branchs permet de caractériser les paramètres hydrométriques de l'Échandon. Le débit mensuel moyen (calculé sur 51 ans pour cette station) varie de 0,15 m3/s au mois d'août à 1,41 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 55 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 3,01 m ce même jour[18],[19]. Ce cours d'eau est classé dans la liste 1 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne[14] et en deuxième catégorie piscicole sur le plan piscicole[16]. Pour ce qui est des carnassiers, on note la présence d’anguilles, de brochets et de perches communes qui dominent[20].

L'ensemble des cours d'eau de la commune est géré en 2019 par le Syndicat d’aménagement de la Vallée de l’Indre[20] qui a en particulier entrepris en 2017 des travaux de restauration de l’Échandon[21].

La vaste nappe phréatique du Séno-Turonien du bassin versant de l'Indre s'étend en sous-sol sur l'ensemble de la commune[9].

Les vallées servent de réceptacle à de nombreuses exsurgences de sources karstiques issues d'infiltrations dans le plateau de calcaire lacustre par le biais de dolines ; c'est par exemple le cas des sources d'Avon à la limite de Truyes[4]. Vingt-deux de ces sources sont recensées sur le territoire communal[M 2]. Plusieurs d'entre elles s'accompagnent de dépôts de tuf au niveau de leur exsurgence[22],[23], une autre, canalisée en sous-sol, contourne le chevet de l'église puis passe sous la mairie dans le mur de laquelle se trouve son exutoire[24].

Les cressonnières installées aux sources d'Avon et sur le ruisseau de Nantilly et dont la nature des eaux convenait bien à leur culture[25] cessent leur activité dans les années 2000[26].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat d'Indre-et-Loire.

Comme l'ensemble des communes d'Indre-et-Loire, Esvres bénéficie d'un climat tempéré océanique dit dégradé[27], caractérisé par des températures clémentes, même en hiver. Aucun mois n'est véritablement sec, les précipitations mensuelles moyennes étant toujours supérieures à 40 mm[28].

La Champeigne, dont fait partie Esvres, subit toutefois moins de gelées, avec une moyenne de 55 jours de gel entre octobre et avril, que l'est du département (60 jours), mais davantage que les confins de l'Anjou (50 jours)[29]. Cormery, commune limitrophe, connaît une moyenne annuelle de 160 jours de précipitations, pour une pluviométrie comprise entre 550 et 600 mm ; le taux d'ensoleillement moyen y est de 1 780 heures par an[30].

Paysages naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs matérialisant l'emprise des différents types de paysages naturels ou agricoles sur un territoire.
Zonage paysager communal[CP 1].

La partie septentrionale de la commune, principalement au nord-est de la D 943, reste très boisée ainsi que, dans une moindre mesure, les vallées des cours d'eau ; les bois représentent un tiers de la superficie communale[9]. Le reste du territoire de part et d'autre de l'Indre est occupé par des cultures (céréales au sud de l'Indre et cultures plus variées incluant des prairies, avec une implantation nette de la vigne dans un secteur bien délimité au nord), ou bien construit (habitat et activités commerciales ou industrielles)[4],[CP 2].

Quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) intéressent, à des degrés divers, le territoire de la commune.

Carte en couleurs matérialisant les secteurs naturels remarquables d'un territoire.
Cartographie des ZNIEFF d'Esvres.

La ZNIEFF continentale de type I des « prairies et coteaux de l'Indre au moulin de Vontes » (identifiant national 240030978) intéresse Esvres et Truyes, mais également, et dans une moindre mesure, Cormery. Elle est remarquable par la diversité de ses habitats, prairies à flore des lieux humides comme le Pigamon jaune (Thalictrum flavum), grottes à chiroptères comme le Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum), pelouses sèches à orchidées comme la Limodore à feuilles avortées (Limodorum abortivum)[31].

La ZNIEFF continentale de type I des « landes de la Petite Bamboche » (identifiant national : 240006216), d'une superficie un peu supérieure à 4 ha, est intégralement située au nord du territoire esvrien, en limite d'un cimetière communal. La Cicendie filiforme, plante protégée au niveau national, fait partie des espèces recensées sur cette ZNIEFF[32].

Photographie en couleurs d'une source sortant d'une fente dans un rocher.
Sources tufeuses de l'Échandon.

La ZNIEFF continentale de type I des « sources tufeuses de l'Échandon, moulin Perrion » (identifiant national : 240009609) ne couvre que 4 ha ; elle est incluse dans la ZNIEFF de la vallée de l'Échandon. Séparée de cette rivière par une route qui est un facteur de fragmentation, elle se caractérise par la présence de sources calcaires abritant des bryophytes[33].

La ZNIEFF continentale de type II de la « vallée de l'Échandon » (identifiant national 240031562) se développe sur sept communes, dont Esvres, et sur une superficie de plus de 860 ha le long de la rivière. Sur le territoire communal esvrien elle inclut la ZNIEFF des « sources tufeuses de l'Échandon, moulin Perrion ». Dans des habitats très variés (pelouses calcicoles sur les coteaux, forêts sur les pentes et prairies humides dans le fond de la vallée), de très nombreuses espèces animales ou végétales sont recensées, dont sept sont protégées à l'échelon régional[34].

Outre ces sites remarquables, la diversité floristique d'Esvres se traduit par la présence de nombreux massifs de buis dans les vallées[35]. Cependant, cet arbuste est fortement menacé depuis 2014 à la suite de l'invasion de la Pyrale du buis en Indre-et-Loire[36].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme d'Esvres est déposé en 2006. Il est modifié en 2011, 2014, 2016 et 2018[CP 3].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Esvres et l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2015[I 2],[I 3].

Le logement à Esvres en 2015.
Esvres Indre-et-Loire
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 2 411 315 335
Part des résidences principales (en %) 92,0 87,3
Part des logements vacants (en %) 5,7 8,2
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 78,3 59,1

Seuls 2,3 % des habitations d'Esvres sont des résidences secondaires, sans changement depuis 2010. Les occupants des résidences principales en sont à plus de 78 % propriétaires. Le parc immobilier communal s'est fortement accru depuis 1970 puisque 1406 des 2090 résidences principales que compte la commune en 2015 sont construites après cette date. Les maisons individuelles représentent près de 92 % du parc des résidences principales[I 2]. Ces résidences principales comptent en moyenne 5 pièces au plan communal[I 2], soit une de plus que la moyenne départementale[I 3].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs représentant les phases successives d'urbanisation d'un bourg.
Urbanisation progressive du bourg d'Esvres.

Le bourg s'est développé sur le flanc de la rive droite de l'Indre, le long de la rivière. La partie la plus ancienne, de forme ovalaire et peut-être primitivement close d'une enceinte, est ramassée à l'est de l'église et au pied du château. Le centre-bourg qui s'est ensuite peu à peu agrandi est redessiné au XIXe siècle, avec un élargissement des voies, un alignement des façades et une surélévation des immeubles. Des extensions sous forme de lotissements pavillonnaires se construisent à partir de la fin des années 1950 au nord de ce noyau sur le plateau lui-même, phénomène très sensible à partir de 1980[4]. Dans les années 1970 se constitue un second pôle à vocation industrielle et commerciale de part et d'autre de la D 943, distinct du centre historique d'Esvres. Au cours des deux décennies suivantes, le périmètre urbanisé ne s'agrandit pas de manière importante, les nouvelles constructions s'insérant des les espaces laissés libres entre les plus anciennes par comblement des dents creuses[CP 4]. Par contre, au XXIe siècle, le bourg s'étend de nouveau par construction d'une couronne[CP 5].

En-dehors de l'agglomération esvrienne, l'habitat est composé, comme souvent dans la Champeigne, de hameaux centrés sur une route ou un carrefour, le maillage du territoire étant complété par quelques grosses fermes isolées[CP 6]. Ces hameaux se trouvent dans leur très grande majorité dans la partie du territoire située au sud-ouest de la D 943[CP 7], les fermes isolées vers le nord[CP 6]. Même si l'habitat rural est en partie composé de longères bâties en moellons enduits et couvertes d'ardoise, complétées par des dépendances, il est difficile d'y retrouver une identité architecturale forte entre les Gâtines de Loches au sud et le Val de Loire au nord[37].

Risques naturels et industriels[modifier | modifier le code]

Même si les habitations du bourg sont pour la plupart construites hors d'atteinte des crues de l'Indre, la commune est exposée à cet aléa, comme en novembre 1770 lorsque de nombreux bâtiments et équipements sont emportés[M 3]. Le plan de prévention du risque inondation pour le val de l'Indre adopté en 2005 s'applique donc à Esvres[38]. Il stipule que les habitations et équipements du bourg situés de part et d'autre de la D 17 sont soumis à un risque « fort » d'inondation. Ce secteur n'est toutefois pas interdit à la construction. Au plus près de l'Indre, l'aléa est qualifié de « très fort » et les constructions sont interdites[CP 8].

L'aléa lié au phénomène de retrait-gonflement des argiles est lié à la nature des terrains affleurants : il est estimé fort sur le plateau où le calcaire lacustre prédomine ; il est plus faible dans les autres secteurs de la commune, là où d'autres formations géologiques de surface sont observées (limons, alluvions)[39].

Esvres est soumise à un risque sismique faible (niveau 2 sur une échelle de 1 à 5)[40] ; les chroniques locales mentionnent toutefois deux séismes[41],[42], le (intensité V ou VI, épicentre en limite du Poitou et de la Touraine)[43] et le (intensité V, épicentre en Touraine)[44].

De 1982 à 2011, douze phénomènes naturels ont abouti au placement de la commune en état de catastrophe naturelle : inondations et coulées de boue, mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse, effondrement de terrain[45].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseaux routier et autoroutier[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé du nord-ouest au sud-est par la D 943 (ancienne N 143 déclassée) qui passe très largement à l'est du centre urbain. L'aménagement en deux fois deux voies de cet axe a pour conséquence de supprimer certains des accès qui le reliaient directement à la commune[CP 9]. Longeant l'Indre sur sa rive droite depuis Azay-le-Rideau à l'ouest, la D 17 traverse le centre d'Esvres pour rejoindre à l'est la D 943.

L'accès no 10 à l'autoroute A 85 (Angers-Vierzon) se trouve à un peu plus de 4 km au nord-est du centre d'Esvres sur la D 943.

Réseaux de transport en commun[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un bâtiment le long d'une voie ferrée.
Gare SNCF d'Esvres.

Gérés par la Société nationale des chemins de fer français, les trains et autocars TER Centre-Val de Loire assurent la desserte de la commune, via la gare d'Esvres, grâce à la liaison régulière entre les gares de Tours et Loches[46].

Géré par la région Centre-Val de Loire et exploité par Transdev Touraine, le réseau Rémi, Réseau de Mobilité Interurbaine assure via la ligne F, la liaison Esvres ↔ VeignéTours[47].

Géré par Tours Métropole Val de Loire et exploité par Keolis Tours, le réseau Fil bleu assure via la ligne 114, la liaison Tours Centre - Gare de Tours ↔ Esvres-sur-Indre - Nécropole Esvres[48].

Itinéraires pédestres et cyclistes[modifier | modifier le code]

L'« Indre à vélo » est un itinéraire touristique permettant aux cyclistes de découvrir le patrimoine des communes qui bordent la rivière, de Jeu-les-Bois à Azay-le-Rideau. Il emprunte notamment la route qui longe la rive droite de l'Indre, franchit la rivière à Cormery pour poursuivre en aval sur la rive gauche puis encore sur la rive droite à partir d'Esvres[49].

Le « sentier de grande randonnée 46 » qui relie Toulouse à Tours parcourt notamment la vallée de l'Indre. Entre Courçay et Cormery, il emprunte la rive droite de la rivière, qu'il franchit sur le pont de Cormery et continue sur la rive gauche avant de traverser à nouveau au niveau d'Esvres[50].

Toponymie et hydronymie[modifier | modifier le code]

Extrait d'une carte ancienne.
Esvres (limites communales modernes en jaune) sur la carte de Cassini.

Onomastique partielle du toponyme Esvres[51],[Note 4] :


À la fin de l'Antiquité le site d'Esvres est connu sous le nom d'Evena comme l'indique Grégoire de Tours[Z 1]. Ce toponyme semble bien être issu de la racine prélatine *avara (*av- : eau) comme en témoignent plusieurs dénominations (monnaie, cartulaires du XIIe siècle et postérieurs). Dans ces conditions, la graphie Evena mentionnée par Grégoire de Tours ne s'explique pas[51].

Bien que couramment utilisée à l'époque contemporaine, la dénomination « Esvres-sur-Indre » n'est pas la forme officielle[51],[I 4].

Photographie en couleurs d'un bassin d'eau naturel entouré de végétation.
Les sources d'Avon.

Les toponymes composés avec Avon ont souvent pour origine Abonnis (villa), « domaine d'Abon », anthroponyme d'origine germanique fréquent. Dans le cas des « sources d'Avon », il pourrait plutôt s'agir d'une référence au gaulois abon (rivière)[52]. Plusieurs toponymes dérivent directement du patronyme de l'un de leurs anciens propriétaires, comme « la Caillaudière » (domaine de Caillaud) ou « la Duporterie » (domaine de Duport)[M 4]. D'autres lieux évoquent la topographie locale, comme « Nantilly », issu du prélatin nanto (vallée) et du suffixe -ialo (clairière) ou « le Peu » (parfois orthographié « Peux »), du latin podium (lieu élevé), ou encore la végétation naturelle avec « les Buis »[53]. La « Haute-Cour » garde peut-être le souvenir d'une ancienne cour (curtis) carolingienne, ensemble de bâtiments clos pour un riche propriétaire et ses domestiques[54].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de trois silex taillés.
Livres de beurre.

De l'outillage en pierre (dont des bifaces[M 5]) témoigne d'occupations sur le territoire communal, notamment aux lieux-dits La Haute-Cour et Vaugrignon, dès le Paléolithique ancien[55],[56] ; ces différents outils semblent de fabrication locale[57]. Des nucléus de débitage laminaire (« livres de beurre ») attribuables à la culture pressignienne sont également retrouvés sur les mêmes sites[58]. Il s'agit peut-être de groupes « nomades » ayant fait de simples haltes sur le territoire[59].

Des meules néolithiques en grès sont retrouvées à la Haute-Cour[60]. Le site de Nantilly a livré des grattoirs, des haches polies, des pointes de flèches et des fragments de céramique[61]. La nature des artéfacts suggèrent que les populations néolithiques esvriennes sont plus sédentarisées que les précédentes[59]. L'ancienne dénomination cadastrale « la Pierre-à-Vinaigre » sur le territoire communal évoque le souvenir d'un mégalithe (menhir probablement) disparu servant de réceptacle à des offrandes de vin[M 6],[62]. Un dolmen ruiné est également mentionné[M 6].

Protohistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Un dépôt métallique de la fin de l'âge du bronze (950-) est découvert dans le secteur de la Dorée en 1906[63]. Constitué d'une cinquantaine d'objets ou fragments d'objets, dont certains proviennent des îles Britanniques, il est longtemps interprété comme une « cachette de fondeur »[M 7]. Les chercheurs considèrent maintenant que cette hypothèse est erronée et que ces stocks ont été enfouis dans un cadre rituel[Z 2].

icône image Image externe
Le site des Billettes (Esvres) (photo Nicolas Fouillet) sur le site de Citeres
Photographie en couleurs d'une amphore en terre cuite.
Amphore gauloise provenant de la nécropole de Vaugrignon.

Le village d’Esvres est occupé depuis le deuxième siècle avant Jésus-Christ. Les nécropoles de Vaugrignon[55] et de La Haute-Cour[64],[65] ont été utilisées de La Tène finale jusqu'au Haut-Empire, les abandons les plus tardifs ayant lieu au IIe siècle. Elles peuvent constituer un même espace funéraire, composé de plusieurs ensembles[66]. Un habitat a été reconnu sur le rebord du plateau et sous le village actuel sur plus de 2 ha grâce aux recherches archéologiques ; il pourrait s'agir d'un site routier bordant les routes qui suivent l'Indre ainsi qu'une éventuelle voie reliant Caesarodunum (Tours) à Augustoritum (Limoges) par Mantalomagus (Manthelan)[Z 1] mais il semble prématuré de relier directement ce site aux nécropoles esvriennes[66]. Les recherches archéologiques[67],[68],[69], font apparaître plusieurs établissements ruraux de La Tène finale et l'Antiquité sur le territoire communal dont celui des Billettes[70] et celui du Bois de la Duporterie, situé à proximité[71] (opération d'archéologie préventive préalable à la construction de l'autoroute A 85 en 2005).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'une monnaie ancienne, pile et face.
Monnaie mérovingienne d'Esvres[72].

Le site est un vicus (Evena vicus) de la fin de l'Antiquité. Grégoire de Tours indique (Histoire des Francs, X, 31, VI) qu'une église y a été fondée au Ve siècle par l'évêque Perpet et la tradition rapporte que Monégonde de Chartres y accomplit un miracle. Dès cette époque, l'église abrite des reliques de saint Médard[L 1] mais elle est peut-être alors dédiée à l'archange Gabriel[73]. Des monnaies sont frappées au nom du vicus d'Esvres durant les VIe et VIIe siècles[Z 3].

Extrait d'une carte ancienne.
Extrait du cadastre napoléonien.
Carte en couleurs matérialisant l'emplacement d'anciens moulins sur le cours de rivières.
Moulins médiévaux à Esvres[M 8].

Du VIIIe au Xe siècle Esvres est le chef-lieu d'une des 21 vigueries de Touraine[Z 4]. Le nombre et la localisation des villas qui la composent restent imprécis, et le territoire de cette viguerie peut s'étendre soit au sud, soit de part et d'autre de l'Indre[L 2]. L'abbaye Saint-Paul de Cormery, fondée à la fin du VIIIe siècle, s'enrichit de plusieurs biens ou territoires provenant de la viguerie[L 3]. Les découvertes archéologiques témoignent de la persistance de l'occupation du bourg : la présence de sarcophages et les bas reliefs en remploi dans le chevet de l'église renforcent l'hypothèse d'un lieu de culte du haut Moyen Âge à l'emplacement de l'édifice actuel dont les plus anciennes structures peuvent remonter au XIe ou au XIIe siècle[74]. Hormis le château et l'église aucun vestige ne se rapporte pourtant à l'occupation médiévale. Quelques observations de terrain confortent l'hypothèse d'une enceinte pour interpréter l'anomalie parcellaire qui marque la morphologie du bourg ancien au parcellaire extrêmement morcelé, encore très visible sur le cadastre napoléonien (1832)[L 4], mais elle n'est ni datée ni caractérisée[Z 1]. Des actes du IXe siècle mentionnent que de nouvelles terres sont devenues cultivables sur le territoire d'Esvres, mais elles peuvent résulter de défrichements forestiers ou de gains sur des parcelles inondables de la vallée de l'Indre[L 5].

Selon le cartulaire de l'abbaye de Cormery, un ermite de cette abbaye nommé Léothéric fonde vers la fin du XIe siècle le prieuré Saint-Pierre de Vontes où il s'établit[M 9],[75] sur cette terre donnée à l'abbaye par Foulques le Réchin.

De nombreux moulins sont établis sur l'Indre, mais aussi sur l'Échandon et le ruisseau de Nantilly[M 10], les plus anciens, à Vontes sur l'Indre[L 6], étant mentionnés dès 1070[76].

Une charte de l'abbaye de Cormery de 1338 permet d'imaginer un bourg groupé près de l'église et indique la présence de vignes et chènevières sur le territoire paroissial[77]. En 1358, pendant la guerre de Cent Ans, une bande armée opérant en marge des troupes anglaises, commandée par le Français Basquin du Poncet et basée à La Roche-Posay, commet plusieurs méfaits dans la région. Elle s'installe à l'abbaye de Cormery, dévaste et pille le prieuré Saint-Pierre de Vontes qui dépend de ce monastère[M 11]. Elle détruit également la grange du domaine de Montchenin[78].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un hameau traversé par une route.
Montchenin. À gauche de la route, le hameau (Saint-Branchs). À droite, le château et ses dépendances (Esvres).

Le renouveau architectural de la Renaissance française se manifeste à Esvres où les propriétaires de la Dorée, Vaugrignon, la Roche-Farou font reconstruire leurs châteaux médiévaux[M 12]. Denis Briçonnet, premier abbé commendataire de Saint-Paul de Cormery fait édifier en 1521 le château de Montchenin (ou Montchenain), à la limite d'Esvres et de Saint-Branchs[M 13] — l'édifice est entièrement reconstruit en 1850 en style néo-Renaissance[79].

La propriétaire de la Roche-Farou, cité en 1672, est Martin Sain. À partir de cette date, la famille Sain de Bois-le-Comte marque durablement l'histoire d'Esvres jusqu'au milieu du XIXe siècle[80].

En 1709, la rigueur de l'hiver occasionne un nombre de décès double d'une année « moyenne », tant par mort directe due au froid que par la famine qui s'en suit, en raison de la destruction des cultures[M 14]. La crue de l'Indre dans la nuit du 26 au , occasionnée par de fortes pluies sur son bassin versant, cause d'importants dégâts à Esvres. Aucune victime n'est à déplorer dans la paroisse, mais le corps d'un habitant de Truyes y est retrouvé au niveau d'un moulin cinq mois après. Ces catastrophes naturelles, dont les conséquences se font durement ressentir sur la population esvrienne, attisent certainement les mécontentements à l'approche de la Révolution[M 15]. En 1781, Claude Sain de Bois-le-Comte est cité comme seigneur de Saint-Médard d'Esvres[81], un vaste domaine qui comprend une grande partie de la commune actuelle d'Esvres au nord et à l'est de la D 943[82].

De la Révolution à la fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le cahier de doléances rédigé par le tiers état pour les États généraux de 1789 témoigne d'un profond sentiment antireligieux dans la population puisque les habitants réclament la « suppression des abbayes et couvents de tous ordres » ; comme beaucoup d'autres, ce document dénonce également l'inégalité face à l'impôt[M 16]. La Révolution est marquée en 1792 par le transfert symbolique de la gestion de l'état-civil d'Esvres de la paroisse à la commune[M 17]. En 1793, à l'occasion de la levée en masse, la commune d'Esvres doit fournir un contingent de 54 soldats[83]. Les domaines de nombreux nobles, le château, la Vilaine et la Roche-Farou qui en dépendent, Vaugrignon et les moulins des Poulineries, Sauquet, Vaugrenier, Bellevue sont saisis comme biens d'émigrés[M 18]. C'est ainsi que tous les biens et domaines de la famille Sain de Bois-le-Comte sont saisis[84] bien que certains de ses membres n'aient pas semblé hostiles aux idées révolutionnaires[85] et que le propriétaire du château ait pu fournir un certificat de non émigration[86].

En 1802, une erreur administrative dans les relevés parcellaires attribue à la commune de Veigné un territoire dépendant d'Esvres. L'erreur n'est partiellement réparée qu'en 1834, Esvres perdant 22 ha dans l'opération[87]. Alexandre-Pierre Odart, maire de la commune en 1825, se livre sur son domaine de la Dorée à de nombreuses expériences sur la culture de la vigne[88],[M 19]. Les trois plébiscites organisés en 1851 par Louis-Napoléon Bonaparte, puis en 1852 et 1870 quand il est devenu empereur témoignent d'une grande constance dans l'opinion des Esvriens : pour chacun d'eux, le « oui » l'emporte avec plus de 90 %. Lors de son passage à Tours le , le prince-président est accueilli par des délégations communales et celle d'Esvres brandit une bannière portant « Au Sauveur de la France »[89]. Les habitants sont donc très majoritairement favorables à l'empereur mais une opposition, même très minoritaire, existe, et elle se manifeste à chaque scrutin[M 20]. Le , le premier tronçon de la ligne de Joué-lès-Tours à Châteauroux, allant jusqu'à Loches, est inauguré ; il comporte une gare à Esvres. Onze ans plus tard, il est complété par une ligne du réseau des chemins de fer départementaux du Sud de l'Indre-et-Loire qui relie Esvres au Grand Pressigny[M 21] mais cette seconde ligne, à voie métrique, ne survit pas au-delà de 1949[M 22]. Les fours à chaux et les briqueteries, répandus en Touraine, sont peu nombreux à Esvres où seuls deux fours sont recensés ; l'un est connu par une mention sur un plan cadastral et l'autre n'a fonctionné que de 1868 à 1876[90].

XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Les deux guerres mondiales[modifier | modifier le code]

Cinquante-deux Esvriens meurent au combat pendant la Première Guerre mondiale[91],[M 22].

Pour tenter de freiner l'avancée allemande, le pont d'Esvres est détruit le en fin de nuit par les troupes du Génie[M 23]. Après l'armistice du , 200 soldats allemands prennent leurs quartiers au château de Vaugrignon[M 23]. Esvres se trouve en zone occupée mais à quelques kilomètres seulement de la ligne de démarcation. Cette situation favorise les tentatives de passages clandestins de cette ligne. Des passeurs esvriens viennent en aide aux clandestins ; parmi eux, l'abbé Georges Lhermitte qui est arrêté, relâché, arrêté à nouveau puis déporté à Buchenwald où il meurt en 1944[M 24]. Le maire Auguste Noyant est arrêté par la Gestapo, probablement le  ; il est déporté au camp de Buchenwald du jusqu'au  ; il meurt le au cours de son transfert vers Cham[92]. À la mi-juillet 1944, des mouvements de Résistance cachent dans les caves du château de Vaux des armes parachutées. Après une dénonciation, la Gestapo procède à 26 arrestations du au au château, à Esvres et dans les environs ; quatre personnes sont fusillées sur l'aérodrome de Saint-Symphorien, les autres sont déportées et dix-huit meurent dans les camps de concentration nazis[93]. Parmi ces victimes figure l'instituteur Joseph Bourreau, mort le à Ravensbrück[94]. Fin , pour couvrir leur retraite, les troupes allemandes détruisent à leur tour le pont sur l'Indre[M 25]. La guerre de 1939-1945 fait au total 25 victimes dans la population communale, six d'entre elles mourant dans les camps de concentration[91].

Le développement urbain à partir des Trente Glorieuses[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un alignement de pavillons en arrière-plan d'un champ labouré.
Lotissement moderne du Peu.

La commune se développe de manière importante à partir des années 1950, profitant de sa proximité avec la ville de Tours et de la présence de la D 943 de part et d'autre de laquelle se déploie la zone industrielle[59]. En 1981, pour faire face à la menace de saturation de ses cimetières, tous situés au nord de la Loire, la ville de Tours installe à Esvres, sur une surface de 33 hectares, un nouveau cimetière. Il est doté d'un crématorium pour accompagner l'évolution des pratiques funéraires[95]. En 1983, le dernier moulin esvrien, sur l'Échandon, cesse de fonctionner[96]. La croissance démographique s’accélère nettement entre 2010 et 2015, avec 26 % d'habitants en plus, la troisième plus forte du département d'Indre-et-Loire sur cette période. La municipalité encourage alors les constructions, délivrant jusqu'à 200 permis de construire par an. En 2014, la ville décide de revenir sur cette politique afin d'éviter « de basculer en grosse cité-dortoir, sans vie »[97]. Les modifications apportées au plan local d'urbanisme en 2016[CP 10] et 2018[CP 11] ainsi que le projet d'aménagement et de développement durables[CP 12] témoignent de cette nouvelle orientation.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Photographie d'un bâtiment dont la façade est ornée de drapeaux français.
Façade de la mairie d'Esvres.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Depuis le redécoupage cantonal de 2014, Esvres est l'une des 10 communes qui composent le canton de Monts[98]. Elle est également rattachée à l'arrondissement de Tours[99] et à la 3e circonscription de l'Indre-et-Loire[100].

Depuis le et la suppression du tribunal d'instance de Loches, le tribunal d'instance de Tours est compétent pour l'ensemble du département. Toutes les juridictions intéressant Esvres sont ainsi regroupées à Tours, à l'exception du tribunal administratif et de la cour d'appel qui siègent à Orléans[101], préfecture de la région Centre-Val de Loire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Esvres et vingt-et-une autres communes composent la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre[102]. Jusqu'au , elle relevait de la communauté de communes du Val de l'Indre. Cette situation lui confère en outre un rattachement de fait au « Pays Indre et Cher », qui a pour mission de « coordonner diverses missions transversales confiées par les collectivités, dans les domaines de l’aménagement du territoire, de l’environnement, de l’économie et du patrimoine »[103].

Le « syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire » (SIEIL), fondé en 1937, assure le contrôle et la coordination de l'ensemble des concessionnaires opérant en Indre-et-Loire dans le domaine de la distribution de gaz et d'électricité ; il intervient également sur le renforcement des réseaux de distribution d'électricité[104]. Pour toutes les communes d'Indre-et-Loire, Tours exceptée, l'adhésion au service « Électricité » du SIEIL à titre individuel est rendue obligatoire par arrêté préfectoral en date du [105]. Esvres a en outre choisi de bénéficier du service « Gaz » du SIEIL ; le syndicat en organise la distribution sur le périmètre de ses communes adhérentes[106].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Comme en témoignent les résultats d'élections publiés sur le site du ministère de l'Intérieur[107], l'électorat d'Esvres, lors des consultations au suffrage universel direct qui se sont déroulées depuis 2002, a rigoureusement réparti sa préférence entre les listes ou les candidats présentés par la gauche ou la droite, 50 % pour chacune[Note 5].

Élection présidentielle la plus récente[modifier | modifier le code]

En 2017, au deuxième tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron (La République en marche), élu, a obtenu 72,78 % des voix et Marine Le Pen (FN), 27,28 %. Le taux de participation s'est élevé à 80,92 %[108].

Élection municipale la plus récente[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 et 4 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 27[109].

Lors des élections municipales de 2014, les 27 conseillers municipaux ont été élus à l'issue du second tour ; le taux de participation était de 68,86 %[110]. Ont obtenu :

Suffrages exprimés 2 541 27 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Tendance politique Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Esvres 2014 - responsable et solidaire Jean-Christophe Gassot LUD 1 316 51,79 %
21 / 27
 
Esvres sources d'avenir Jean-Yves Brassé LDVG 744 29,28 %
4 / 27
 
Ensemble pour Esvres Francis Cousteau LDVG 481 18,93 %
2 / 27
 

Les listes Esvres 2014 - responsable et solidaire et Esvres sources d'avenir obtiennent respectivement trois et un sièges au conseil communautaire.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires d'Esvres.
Liste des maires depuis la Libération[111],[112]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Henri Perreau[Note 6]   cultivateur
1945 1946 Louis Vergne[Note 6]   cultivateur
1946 1947 Ernest Lejeau[Note 6]   charpentier
1947 1965 Louis Germain   cultivateur
1965 1971 Pierre-Louis Le Gall    
1971 1977 Roger Vergne    
1977 1985 Michel Turco DVD  
1985 1995 Pierre Godel DVD  
1995 2008 Michel Turco DVD  
2008 2014 Lucie Degail DVG  
2014 En cours Jean-Christophe Gassot UMP-LR Entrepreneur en bâtiment

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

En , la commune présente un projet d'aménagement et de développement durables. Ce document fixe comme objectifs la préservation et la valorisation du cadre de vie, l'amélioration de l'accès aux services pour l'ensemble de la population, notamment en facilitant les déplacements en « modes doux », le renforcement du développement économique et la maîtrise d'une croissance urbaine qui doit privilégier le centre-bourg[CP 12].

Déchets ménagers[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Esvres ont accès à une déchèterie installée sur le territoire communal[113]. La communauté de communes organise la collecte en porte-à-porte des déchets ménagers et recyclables.

Eau potable et assainissement[modifier | modifier le code]

Cette compétence est du ressort de la communauté de communes ; elle en délègue la gestion à Veolia pour la période 2017-2021.

L'eau potable provient de quatre forages regroupés sur deux sites et situés à Esvres. Trois de ces forages puisent dans les ressources hydrologiques du calcaire lacustre ; le dernier, plus profond, exploite la nappe profonde des sables du Cénomanien[114]. Deux équipements de stockage d'une capacité totale de 1 600 m3 complètent ce dispositif[CP 13].

L'assainissement des eaux usées se fait grâce à quatre stations d'épuration (trois fonctionnant avec des filtres à sable, la quatrième par boues activées) d'un capacité totale 3 730 EH (équivalent-habitant) qui traitent les effluents d'Esvres avec rejet des eaux épurées dans l'Indre[115]. En 2005, 1 028 foyers soit environ 2 570 habitants sont raccordés à ce dispositif. Les autres bénéficient de structures individuelles ou, dans la mesure du possible, d'installations collectives de petite dimension[CP 14].

Fleurissement et aménagement paysager[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2018, le Conseil national des villes et villages fleuris de France attribue deux fleurs à la commune au concours des villes et villages fleuris[116],[117].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'évolution de la capacité d'autofinancement, un des indicateurs des finances locales d'Esvres, sur une période de dix ans[118] :

Capacité d'autofinancement (CAF) à Esvres de 2008 à 2017
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 3 500 à 5 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé de 2008 à 2014, communes de 5 000 à 10 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé de 2015 à 2017.
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Esvres 228 169 188 162 162 159 121 28 189 156
Moyenne de la strate 152 155 166 181 181 177 165 171 179 179

CAF d'Esvres CAF moyenne de la strate

Depuis 2008, la capacité d'autofinancement de la commune[Note 7], toujours positive, évolue aux alentours de la moyenne de la strate avec deux exceptions, en 2008 où elle est très supérieure et 2015 où elle est très inférieure[Note 5]. Le fonds de roulement[Note 8], positif, évolue autour de la moyenne de la strate de 2008 à 2013 alors qu'il est régulièrement supérieur de 2014 à 2017. Le résultat comptable[Note 9], toujours positif sauf en 2015 où il est légèrement négatif, se démarque peu de celui de la moyenne de la strate[118],[Note 5].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au , Esvres est jumelée avec :

Le partenariat, noué en 2006 avec la ville camerounaise de Messaména, est suspendu en 2017 faute de contacts réguliers[121].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Esvres se nomment les « Esvriens »[51].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les registres paroissiaux sont disponibles à partir de 1574 pour ce qui concerne les baptêmes. En 1691, la population de la paroisse atteint un maximum de 432 feux ; elle diminue progressivement jusqu'en 1789, dernière année où ce mode de recensement familial est en vigueur[87].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[122]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[123].

En 2016, la commune comptait 5 849 habitants[Note 10], en augmentation de 23,55 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5881 5881 7791 7511 7391 8011 8201 8181 833
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8591 8711 8131 7761 8671 8081 8621 7701 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7651 6811 6371 6251 5431 6611 6811 7651 955
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 0812 4733 0504 1604 2344 2784 4034 5235 702
2016 - - - - - - - -
5 849--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[124] puis Insee à partir de 2006[125].)
Histogramme de l'évolution démographique
Soldes de variation annuelle de la population d'Esvres
exprimés en pourcentages[I 5],[Note 11].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2010 2010 - 2015
Taux de variation annuel de la population Augmentation. + 3,1 % Augmentation. + 4,5 % Augmentation. + 0,2 % Augmentation. + 0,1 % Augmentation. + 0,5 % Augmentation. + 4,7 %
Solde naturel + 0,5 % + 0,6 % + 0,4 % + 0,5 % + 0,4 % + 0,7 %
Solde migratoire + 2,6 % + 3,9 % - 0,2 % - 0,3 % + 0,1 % + 4,1 %

Depuis le Révolution française et l'instauration d'un recensement individuel, la population communale n'a pas connu de baisse importante ou brutale. À compter de la fin de la Seconde Guerre mondiale, le nombre d'habitants ne cesse de s'accroître dans la commune. Depuis les années 1960, époque à partir de laquelle des données plus détaillées sont disponibles, l'augmentation de la population esvrienne s'opère par paliers, au gré de l'évolution du solde migratoire. L'accroissement démographique communal est fort de 1968 à 1982, très faible de 1982 à 2010, puis à nouveau important depuis 2010[Note 5].

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la Commune d'Esvres en 2015 en pourcentage[I 6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,7 
5,8 
75 à 89 ans
6,3 
16,8 
60 à 74 ans
16,4 
20,3 
45 à 59 ans
20,9 
22,4 
30 à 44 ans
21,6 
13,5 
15 à 29 ans
13,6 
21,0 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2015 en pourcentage[I 7].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
2,0 
7,6 
75 à 89 ans
10,3 
15,8 
60 à 74 ans
16,5 
19,9 
45 à 59 ans
19,2 
18,7 
30 à 44 ans
17,8 
18,8 
15 à 29 ans
17,7 
18,8 
0 à 14 ans
16,6 

Petite enfance, enseignement et jeunesse[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un établissement scolaire dont le nom est indiqué sur la façade : collège Georges-Brassens.
Collège Georges-Brassens.

La commune propose les services d'une crèche et d'un accueil de loisirs sans hébergement[C 1]. En outre, 57 assistantes maternelles sont installées sur la commune[126].

Esvres accueille trois écoles primaires. Deux sont publiques, l'école maternelle « Les Sources » (198 élèves à la rentrée 2018) et l'école élémentaire « Joseph-Bourreau » (382 élèves) ; l'école primaire « Sainte-Thérèse », regroupant maternelle et élémentaire, relève de l'enseignement privé (174 élèves)[127]. Le collège « Georges-Brassens » accueille les enfants de la sixième à la troisième[128]. La carte scolaire prévoit qu'Esvres se trouve dans la zone de recrutement du lycée Grandmont de Tours[129]. Un service de transport scolaire est mis en place par la communauté de communes[130].

Santé, sécurité et services d'urgence[modifier | modifier le code]

Esvres est une commune dotée de nombreux professionnels de santé dont des médecins généralistes ou spécialistes et deux pharmacies[C 2]. L'hôpital le plus proche est le centre hospitalier régional universitaire de Tours, à Chambray-lès-Tours, à environ un quart d'heure de trajet automobile d'Esvres[131].

La brigade de gendarmerie la plus proche d'Esvres est celle de Cormery[132].

Cormery, Courçay, Esvres et Truyes ont mutualisé leurs ressources pour construire en 2013 sur cette dernière commune un centre de secours intercommunal des sapeurs pompiers[133].

Sport et culture[modifier | modifier le code]

Équipements collectifs[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un bâtiment moderne avec une large entrée vitére.
Salle des fêtes Pierre-Louis-Le-Gall.

Esvres dispose de plusieurs équipements sportifs : aires multisports, courts de tennis, piscine découverte, dojo, gymnase, salle de danse, stades de football et de rugby[C 3].

La commune propose également une salle polyvalente et une médiathèque intercommunale regroupées avec d'autres équipements collectifs au sud de la mairie[CP 15] — la médiathèque fait partie du réseau des bibliothèques gérées par le conseil départemental d'Indre-et-Loire[134] —, une maison des jeunes, une salle de musique et plusieurs salles de réunion de quartier[C 4].

Vie associative[modifier | modifier le code]

Le site internet de la commune recense 48 associations ayant leur siège à Esvres et intervenant dans le domaine du sport (19 d'entre elles), de la culture ou des loisirs (20) ou de l'action sociale (9)[C 5].

Manifestations sportives et culturelles[modifier | modifier le code]

Depuis plus de quinze ans, les Foulées du noble-joué sont un trail parcourant, au mois de juin, le vignoble de l'appellation, au départ et à l'arrivée d'Esvres[135]. Un marché de Noël[136] et un forum des associations sont également organisés[C 6].

Médias et numérique[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest consacre quelques pages de son édition Indre-et-Loire, Touraine Est, à l’actualité du canton de Monts. La commune d'Esvres édite un bulletin municipal annuel. La chaîne de télévision TV Tours Val de Loire et la station de radio France Bleu Touraine relaient les informations locales.

La commune ne possède pas en 2017 de réseau à haut débit par fibre optique[137].

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse Saint-Brice au sein du doyenné de Loches lui-même partie de l'archidiocèse de Tours, au même titre que six autres doyennés[138]. L'église Saint-Médard accueille, en alternance avec d'autres églises de la paroisse, des offices dominicaux[139].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2015, le revenu fiscal médian par ménage est de 38 864 €, alors que la moyenne départementale s'établit à 32 011 € et que celle de la France métropolitaine est de 32 409 €[I 8]. En 2014, le revenu disponible par ménage était de 22 807 € dans la commune[I 9] contre une moyenne de 20 710 € au niveau départemental[I 10]. Le taux de pauvreté est de 6,5 % des ménages fiscaux à Esvres[I 11] alors qu'il s'établit à 12,5 % au niveau départemental[I 12].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres-clés de l'emploi à Esvres et leur évolution de 2010 à 2015[I 13],[I 14] :

Structure de la population active de Esvres (37)
en 2010 et 2015.
Esvres 2010 Esvres 2015 Évolution
Population de 15 à 64 ans 2 999 3 575 Augmentation. + 19,2 %
Actifs (en %) 72,8 78,5 Augmentation. + 7,8 %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 68,3 72,0 Augmentation. + 5,4 %
Chômeurs (en %) 4,5 6,5 Augmentation. + 42,2 %
Évolution de l'emploi à Esvres (37) en 2010 et 2015.
Esvres 2010 Esvres 2015 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 2 063 2 326 Augmentation. + 12,7 %
Indicateur de concentration d'emploi 100,3 89,3 Baisse. - 11,0 %

De 2010 à 2015, la physionomie de l'emploi à Esvres s'est profondément modifiée. La population active progresse, son taux d'emploi s'améliore. Les emplois proposés sur la commune sont plus nombreux, mais cette dernière progression, un peu moins rapide que celle de la population active, induit une légère diminution de l'indicateur de concentration d'emploi. Toutefois, le taux de chômage, selon les critères définis lors du recensement, a augmenté de près de 50 % et touche principalement les jeunes de 15 à 24 ans[I 14]. Sur les 2 603 Esvriens pourvus d'un emploi, seuls 607 travaillent dans la commune elle-même[I 15],[Note 5]. À la fin des années 1990, la ville de Tours est le lieu de travail de plus de 22 % des actifs esvriens ; à l'inverse, près de 9 % des personnes travaillant à Esvres viennent de Tours[CP 16].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'entreprises implantées à Esvres selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[I 16] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 477 100,0 325 120 14 14 4
Agriculture, sylviculture et pêche 27 5,7 19 8 0 0 0
Industrie 32 6,7 12 16 1 2 1
Construction 70 14,7 38 26 2 3 1
Commerce, transports, services divers 290 60,8 211 66 8 4 1
dont commerce et réparation automobile 86 18,0 56 25 4 1 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 58 12,2 45 4 3 5 1
Champ : ensemble des activités.

En 2016, 42 entreprises nouvelles sont créées, dont plus de la moitié sont consacrées aux services aux entreprises ou aux particuliers[I 17].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles d'Esvres, observées sur une période de 22 ans[140] :

Évolution de l'agriculture à Esvres (37) entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 50 25 22
Équivalent unité de travail annuel 70 39 37
Surface agricole utile (SAU) (ha) 1 566 1 412 1 769
Cheptel (nombre de têtes) 1 069 969 613
Terres labourables (ha) 1 460 1 326 1 631
Cultures permanentes (ha) 30 36 39
Surfaces toujours en herbe (ha) 73 42 93
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 31,3 56,5 80,4

L'évolution de l'agriculture esvrienne depuis 1988 est marquée par la diminution du nombre d'exploitations, compensée par l'augmentation de superficie de celle qui subsistent, puisque la surface agricole utile n'a pas tendance à diminuer, au contraire. Les cultures permanentes, qui gagnent un peu de terrain, sont essentiellement constitués par des vignes de l'appellation touraine-noble-joué, d'implantation assez récente sur le territoire communal[4]. La vigne couvre environ 40 ha dans le secteur du château de la Dorée, loin des 300 ha qu'elle occupait au début du XIXe siècle et jusqu'à l'invasion du Phylloxéra dans les années 1880[141] ; elle concerne toutefois dix des vingt-trois exploitations agricoles communales[CP 17]. L'agriculture communale reste majoritairement tournée vers la polyculture et l'élevage[Note 5].

Industrie, artisanat et services[modifier | modifier le code]

Installé au château de la Dorée, le site d'AG2R La Mondiale emploie en 2016 près de 550 salariés ; c'est le troisième plus important site du groupe en France[142] et le premier employeur de la commune devant un site du groupe Eiffage situé en bordure de la D 943 (101 salariés au )[I 18]. C'est près de cette dernière entreprise qu'est installée depuis 1976 la communauté Emmaüs d'Indre-et-Loire[143]. La commune elle-même est un important employeur (91 salariés au )[144],[I 18].

La taille de la commune permet le maintien d'un nombre important de commerces locaux variés, permettant de répondre sur place aux besoins des habitants[C 7]. Un supermarché est implanté dans le bourg, deux autres dans la zone industrielle en bordure de la D 943. Un marché hebdomadaire est organisé dans le bourg[C 8].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Esvres ne compte ni hôtel ni camping, ni établissements dédiés à l'hébergement collectif[I 19]. Des possibilité d'hébergement touristique sont toutefois proposées par le biais de plusieurs gîtes ruraux et chambres d'hôtes[C 9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Carte montrant par des repères de couleurs l'emplacement de lieux remarquables d'un territoire.
Carte simplifiée du patrimoine d'Esvres.

Les emplacements des lieux et monuments cités dans cette section sont reportés sur la « carte simplifiée du patrimoine d'Esvres ».

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Du prieuré Saint-Pierre de Vontes, (I) construit à partir du XIe siècle et rattaché à l'abbaye Saint-Paul de Cormery, subsistent la porte fortifiée et la chapelle inscrite au titre des monuments historiques en 2001[145]. Des travaux de restauration conduits dans les années 2000 révèlent la présence de peintures murales du XIIe au XVe siècle, remises en état à cette occasion ; l'une d'elles représente certainement saint Éloi[146].

L'église dédiée à saint Médard (II) remplace très certainement un édifice plus ancien, dont la partie septentrionale de la façade garde la trace. Cette façade, dans sa partie méridionale cette fois, réutilise des fragments de sarcophages médiévaux. Dans les années 2000, elle fait l'objet, par tranches successives, de la restauration de la presque totalité de ses maçonneries[147]. Trois bas-reliefs attribués aux XIIe et XIIIe siècles, enchâssés dans le pignon oriental de nef au-dessus de l'abside, sont répertoriés depuis 1907 comme objets classés dans la base Palissy. Ils représentent le Christ en gloire, le Christ bénissant deux apôtres ainsi qu'un animal[148].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Châteaux et manoirs[modifier | modifier le code]

Le château d'Esvres (1) est construit du XIIIe au XVIIIe siècle. Il est le siège de la seigneurie d'Esvres depuis au moins le XVIIIe siècle. Il est partiellement inscrit comme monument historique en 1963[149] mais, au XXIe siècle, les bâtiments sont partagés entre plusieurs propriétaires.

Le domaine agricole appelé Mons Caninus, plus tard Montchenin (2), est cédé par le seigneur de Nouâtre à l'abbaye de Cormery au terme de négociations débutées sous Foulques Nerra et conclues sous Foulques le Réchin, près de 80 ans plus tard[150],[151]. Pendant la guerre de Cent Ans, les moines de Cormery, qui doivent verser une forte rançon aux Anglais en échange de leur liberté, ne peuvent entretenir Montchenin qui est laissé à l'abandon. Le domaine est à nouveau entretenu sous l'abbatiat de Jean du Puy mais c'est Denis Briçonnet, premier abbé commendataire de Saint-Paul de Cormery, qui reconstruit le château sur ses fonds propres[152]. La même famille en est propriétaire jusqu'à la Révolution[153]. Vendu comme bien national, il est détruit puis reconstruit vers 1850 mais la grange dîmière est sauvegardée[154].

Le logis seigneurial de la Roche-Farou (3), dont les plus anciens éléments datent du XVIe siècle, est remanié par ses propriétaires successifs, dont la famille Sain de Bois-le-Comte, qui possède le domaine de la fin du XVIIe au début du XIXe siècle. Une chapelle[155], une fuie cylindrique tronquée à la Révolution[M 26],[Note 12] et une tour d’escalier carrée sont les éléments les plus remarquables de son architecture[156].

Proche de la Roche-Farou, les bâtiments du manoir de la Baudellière (4) sont certainement plus anciens que la date de 1668 gravée sur un des murs ne le laisse penser, puisque le fief est déjà mentionné en 1639. Le corps de bâtiment principal s'accompagne d'une tour d'escalier carrée. La Baudellière est, au début du XVIIIe siècle, une autre propriété de la famille Sain de Bois-le-Comte[157].

La château de la Dorée (5), construit et remanié par étapes du XVIe au XVIIIe siècle, est plus remarquable par ses propriétaires que par son architecture : il a appartenu à la famille de Lucien Bonaparte avant d'être la propriété du comte Odart, agronome et maire d'Esvres au XIXe siècle[158]. En 1910-1911 le banquier Xavier Rousseau loue le château pour y séjourner avec son amante Mata Hari[35].

Au sud du territoire communal, les bâtiments de ferme de la Brosse (6), datant peut-être du début du XVIIe siècle, sont organisés autour d'une cour fermée. Dans le courant du XVIIe siècle, il s'agit probablement d'une métairie du couvent des minimes qui existe alors au château de Plessis-lèz-Tours, ce qui vaut à la Brosse d'être saisie et vendue comme bien national à la Révolution[159].

Le château de Vaugrignon (7) est construit au XVe siècle. Dans le dernier quart du XIXe siècle, ses propriétaires le restaurent, notamment en plaquant sur l'ancienne une nouvelle façade néo-gothique. Deux tourelles prenaient place aux extrémités du corps de logis principal. L'une est arasée au niveau du sol, l'autre, couverte d'une toiture conique, est aménagée en oratoire[160]. Côté est, une aile en retour est couverte en terrasse[155].

Le fief de la Vilaine est mentionné dès 1260 mais son château (8) est entièrement reconstruit au XIXe siècle[161].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Aménagements remarquables[modifier | modifier le code]

Les moulins de Vontes (A), sur l'Indre, existent depuis au moins 1070, date à laquelle deux roues sont mentionnées. Un troisième mécanisme est construit au début du XIXe siècle. Vendus à des propriétaires différents en 1813, ils cessent leur activité entre la fin des années 1910 et 1964[76].

Le pont Girault (B) sur l'Échandon, propriété commune d'Esvres et de Saint-Branchs, date du XIIIe ou du XVe siècle mais il est parfois faussement appelé pont « gallo-romain »[35]. La tradition veut que Jeanne d'Arc l'ait emprunté sur son trajet de Domrémy à Chinon en 1429[162]. Cette tradition n'est cependant pas vérifiable, l'itinéraire précis de Jeanne d'Arc entre Gien et Sainte-Catherine-de-Fierbois où elle arrive le [163], étapes attestées sur le chemin de Chinon, n'est pas connu[164],[M 27]. Ce pont piétonnier construit en moellons de calcaire lacustre — les véhicules empruntent un gué en aval immédiat — sur la route médiévale d'Amboise à Poitiers aurait été construit pour faciliter la traversée de l'Échandon par les pèlerins tourangeaux se rendant à Sainte-Catherine-de-Fierbois puis, de là, à Saint-Jacques-de-Compostelle[165].

À la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle le château de Vilaine disposait d'une éolienne Bollée (C) actionnant une pompe l'alimentant en eau. Trop endommagée, elle est démontée et remplacée par une autre, restaurée au début du XXIe siècle[166].

Le lavoir dit « de la rue de Tours » (D) date du XIXe siècle. Il est immédiatement longé, à l'ouest, par l'ancien chemin de Tours qui passe en contrebas de la route moderne[C 10].

Un four à chaux, au lieu-dit « le Fourneau » (E), est construit en 1877 mais son activité semble cesser dès 1891. Construit en moellons avec un chaînage de pierre de taille, il se compose de deux cuves accolées. Sur la terrasse surmontant les fours une salle à manger est bâtie en 1987[167].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une vigne avec des bois en arrière-plan.
Vignoble de touraine-noble-joué à Esvres.

La commune est située dans les aires d'appellation d'origine contrôlée du touraine-noble-joué, de dix autres vins ainsi que du fromage sainte-maure-de-touraine. Bœufs du Maine, rillettes de Tours et 120 types de vins peuvent prétendre à une indication géographique protégée s'ils sont produits sur le territoire communal[168].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une plaque d'ardoise représentant un visage, des mains enchaînées et un texte.
Stèle à la mémoire de Noël Carlotti.

Alexandre-Pierre Odart (1778-1866), polytechnicien, ampélographe, est maire de la commune de 1818 à 1826. Une rue d'Esvres porte son nom.

Mata Hari (1876-1917), danseuse et courtisane, séjourne en 1910-1911 au Château de la Dorée, loué à la Comtesse de La Taille-Trétinville par son amant le banquier Xavier Rousseau.

Auguste Noyant (1877-1945) est maire d'Esvres de 1929 à 1944. Résistant, il meurt en déportation[92]. Une place d'Esvres à son nom rappelle sa mémoire.

Georges Lhermitte (1884-1944) est curé d'Esvres de 1934 à 1944; résistant, il meurt en déportation à Buchenwald[M 24]. La place d'Esvres qui se trouve au chevet de l'église porte son nom.

Noël Carlotti (1900 à Pietroso-1966 à Tours), résistant, est curé de la commune de 1945 à 1966. Déporté, il devient l'aumônier « officieux »[Note 13] du camp de concentration de Watenstedt (satellite de Neuengamme). Il est président national de la Fédération des amicales de réseaux « Renseignement et évasion », Commandeur de la Légion d'honneur (décret du [169]) et titulaire de la médaille de la Résistance française[170]. Une stèle à l'entrée de l'église Saint-Médard et une rue à son nom célèbrent sa mémoire.

Joseph Bourreau (1910-1944) est instituteur à Esvres. Résistant, il est arrêté le et déporté. Il meurt à Ravensbrück le [94]. Une place et l'école élémentaire de la ville portent son nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Esvres-

Les armes d'Esvres se blasonnent ainsi :

D'or à une roue dentée de sable encerclée de deux tiges de blé de sinople, à trois tours couvertes de gueules, soutenues d'une grappe de raisin fruitée du même, tigée et feuillée aussi de sinople, brochant sur le tout[C 11].

Le blason symbolise la double vocation agricole (tiges de blé et grappe de raisin) et industrielle (roue dentée) de la commune, ainsi que son château (trois tours)[C 11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Cettour-Baron, Esvres 1940-1945, les Esvriens, la ligne de démarcation et le STO, Jason éditions, , 267 p.
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 967 p. (ISBN 978-2-85443-136-0).
  • Annick Chupin, « Montchenin », Mémoires de l'Académie des Sciences, arts et Belles-Lettres de Touraine,‎ , p. 53-62 (ISSN 1153-1118).
  • Jean-Luc Flohic (dir.), Patrimoine des communes d'Indre-et-Loire, t. 1, Flohic, , 704 p. (ISBN 2-84234-115-5).
  • Alain Jacquet, Les Sain de Bois-le-Comte : derniers seigneurs d'Esvres, Patrimoine vivant en Claise tourangelle, , 77 p.
  • Élisabeth Lorans, Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle - territoires, habitats et paysages, Tours, Publications de l'Université de Tours, , 289 p. (ISBN 2-86906-092-0).
  • Jacques Maurice, Histoire de la vallée verte : synthèse sur Cormery, Courçay, Esvres et Truyes, Joué-lès-Tours, Société d'étude de la rivière Indre et de ses affluents, , 157 p. (ISBN 978-2-85443-342-5).
  • Virginie Nicolas, Biographie du chanoine Noël Carlotti (1900-1966) : mémoire de maîtrise d'histoire contemporaine, Université de Tours, , 196 p.
  • Élizabeth Zadora-Rio (dir.), Atlas archéologique de Touraine : 53e Supplément à la revue archéologique du Centre de la France, Tours, FERACF, (lire en ligne [PDF]).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une inondation de plaine se produit lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte progressivement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue[11].
  2. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  3. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  4. Cette liste, non exhaustive, vise à illustrer l'évolution toponymique et les premières mentions de la paroisse.
  5. a b c d e et f Ces commentaires, ne résultant pas d'une analyse statistique des données présentées, n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  6. a b et c Adjoint faisant fonction de maire pendant la déportation en Allemagne du maire en exercice Auguste Noyant.
  7. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[119].
  8. Le « fonds de roulement », différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[120].
  9. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  11. En raison des valeurs arrondies à la première décimale fournies par l'Insee, les totaux peuvent paraître inexacts.
  12. Les pigeons, dont le nombre dans un pigeonnier était proportionnel à la puissance du seigneur et à l'étendue de son domaine, étaient à la Révolution un symbole féodal à détruire[M 26].
  13. La pratique religieuse était officiellement interdite dans les camps de concentration, même si les autorités allemandes se montraient parfois tolérantes à ce sujet.

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de l'Insee :
  1. « Fiche communale » (consulté le 2 octobre 2018).
  2. a b et c « Chiffres clés - Logement en 2015 à Esvres » (consulté le 30 juin 2018).
  3. a et b « Chiffres clés - Logement en 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 30 juin 2018).
  4. Code officiel géographique sur le site de l'Insee, (consulté le 3 janvier 2014).
  5. « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le 8 octobre 2018).
  6. Données Insee Commune d'Esvres 2015 (consulté le 28/12/2017).
  7. Données Insee Indre-et-Loire 2015 (consulté le 28/12/2017).
  8. « Fichier FILO_DEC_COM Revenus déclarés par communes en 2015 » (consulté le 8 décembre 2018).
  9. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2015 à Esvres (37) » (consulté le 19 octobre 2018).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 19 octobre 2018).
  11. « REV G1 - Taux de pauvreté par tranche d'âge du référent fiscal en 2015 à Esvres (37) » (consulté le 5 novembre 2018).
  12. « REV G1 - Taux de pauvreté par tranche d'âge du référent fiscal en 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 5 novembre 2018).
  13. « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 15 octobre 2018).
  14. a et b « EMP T5 - Population Emploi et activité. » (consulté le 15 octobre 2018).
  15. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone. » (consulté le 15 octobre 2018).
  16. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Esvres (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le 6 octobre 2018).
  17. « DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2016 » (consulté le 23 octobre 2018).
  18. a et b « CEN T2 - Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2015 » (consulté le 23 octobre 2018).
  19. « TOU T1, T2 et T3 - Tourisme en 2018 » (consulté le 25 octobre 2018).
  • Site de la ville :
  1. « Jeunesse » (consulté le 10 décembre 2018).
  2. « Services de santé » (consulté le 10 décembre 2018).
  3. « Sport » (consulté le 10 décembre 2018).
  4. « Culture » (consulté le 10 décembre 2018).
  5. « Vie associative » (consulté le 30 octobre 2018).
  6. « Infos pratiques » (consulté le 30 octobre 2018).
  7. « Commerces » (consulté le 5 novembre 2018).
  8. « Le marché du samedi » (consulté le 5 novembre 2018).
  9. « Chambres d'hôtes et gîtes » (consulté le 25 octobre 2018).
  10. « Les vieilles pierres » [PDF] (consulté le 21 janvier 2019).
  11. a et b « Accueil » (consulté le 24 octobre 2018).
  • Plan local d'urbanisme :
  1. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 30 octobre 2018), p. 43 et 50.
  2. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 30 octobre 2018), p. 38.
  3. « Urbanisme » (consulté le 2 novembre 2018).
  4. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 12 octobre 2018), p. 49-53.
  5. « Orientations d'aménagement » [PDF] (consulté le 4 novembre 2018), p. 3.
  6. a et b « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 30 octobre 2018), p. 55.
  7. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 30 octobre 2018), p. 57.
  8. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 30 octobre 2018), p. 12-14.
  9. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 21 janvier 2019), p. 66.
  10. « Modification simplifiée no 2 » [PDF] (consulté le 10 décembre 2018).
  11. « Déclaration de projet no 1 » [PDF] (consulté le 10 décembre 2018), p. 43 et 50.
  12. a et b « Projet d'aménagement et de développement durables » [PDF] (consulté le 3 novembre 2018).
  13. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 4 novembre 2018), p. 27.
  14. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 4 novembre 2018), p. 28 et 29.
  15. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 30 octobre 2018), p. 59.
  16. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 30 octobre 2018), p. 62.
  17. « Rapport de présentation : diagnostic » [PDF] (consulté le 30 octobre 2018), p. 44.
  • Histoire de la vallée verte : synthèse sur Cormery, Courçay, Esvres et Truyes, SERIA, 1990 :
  1. Maurice, Aspects statistiques, p. 12.
  2. Maurice, Temps géologiques, p. 18.
  3. Maurice, La monarchie absolue, p. 93.
  4. Maurice, La paix du roi, p. 58.
  5. Maurice, Temps préhistoriques, p. 21.
  6. a et b Maurice, Temps préhistoriques, p. 24.
  7. Maurice, Temps préhistoriques, p. 25.
  8. Maurice, La paix du roi, p. 61.
  9. Maurice, Fondation de Cormery, p. 45.
  10. Maurice, La paix du roi, p. 60-61.
  11. Maurice, La Guerre de Cent Ans, p. 65.
  12. Maurice, La Renaissance, p. 69.
  13. Maurice, La Renaissance, p. 74-76.
  14. Maurice, La monarchie absolue, p. 88-89.
  15. Maurice, La monarchie absolue, p. 93-94.
  16. Maurice, La Révolution au jour le jour, p. 98.
  17. Maurice, La Révolution au jour le jour, p. 104.
  18. Maurice, Conséquences de la Révolution, p. 116.
  19. Maurice, Cent ans de progrès, p. 132.
  20. Maurice, Cent ans de progrès, p. 139.
  21. Maurice, Cent ans de progrès, p. 141-142.
  22. a et b Maurice, Notre temps, p. 149.
  23. a et b Maurice, Notre temps, p. 152.
  24. a et b Maurice, Notre temps, p. 154 et 159.
  25. Maurice, Notre temps, p. 161.
  26. a et b Maurice, La Révolution au jour le jour, p. 106.
  27. Maurice, La Guerre de Cent Ans, p. 67-68.
  • Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle - territoires, habitats et paysages, Publications de l'Université de Tours, 1996 :
  1. Lorans 1996, p. 58 et 59.
  2. Lorans 1996, p. 34.
  3. Lorans 1996, p. 112.
  4. Lorans 1996, p. 184.
  5. Lorans 1996, p. 47.
  6. Lorans 1996, p. 48.
  • Atlas archéologique de Touraine, FERACF, 2014 :
  1. a b et c Jean-Philippe Chimier, Jacques Dubois, Nicolas Fouillet et Thomas Pouyet, « Esvres » [lire en ligne (page consultée le 20 janvier 2018)] [PDF].
  2. Pierre-Yves Milcent, « Les dépôts métalliques de la fin de l'âge du Bronze (1150-800 av. J.-C.) : une fonction rituelle ? » [lire en ligne (page consultée le 28/10/2018)] [PDF].
  3. Élizabeth Zadora-Rio , « Les ateliers monétaires mérovingiens (VIe et VIIe siècles) » [lire en ligne (page consultée le 28/10/2018)] [PDF].
  4. Élizabeth Zadora-Rio, « Les ressorts administratifs du haut Moyen Âge : conditae et vicariae (VIIIe et Xe siècles) » [lire en ligne (page consultée le 20/10/2018)] [PDF].
  • Autres références :
  1. « Orthodromie entre Esvres et Tours », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 2 octobre 2018).
  2. « Orthodromie entre Esvres et Monts », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 9 novembre 2018).
  3. « Carte géologique d'Esvres », sur Géoportail (consulté le 24 juillet 2018).
  4. a b c d e f g h et i Couderc 1987, p. 394.
  5. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Langeais » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 27 janvier 2019).
  6. D. Dessandier, D. Giot, D. Haas et P.-M. Thibaut, « Mémento des pierres du patrimoine bâti de la région Centre » [PDF], sur le site Infoterre du BRGM, , p. 23 et 148.
  7. Christophe Meunier, Géographie - Professeur des écoles - Oral, admission - CRPE 2017, Dunod, , 256 p. (ISBN 978-210075-579-0, lire en ligne), p. 73.
  8. a et b « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 29 janvier 2019).
  9. a b et c « Esvres », sur SIGES Centre-VAl de Loire (consulté le 25 janvier 2019).
  10. « Fiche Sandre - l'Indre », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 29 janvier 2019).
  11. « Les inondations lentes », sur Observatoire régional de Risques majeurs en Provence-Alpes Côte d'Azur (consulté le 5 septembre 2017).
  12. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19.
  13. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 62.
  14. a et b « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 29 janvier 2019).
  15. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 29 janvier 2019).
  16. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 29 janvier 2019).
  17. « Fiche Sandre - l'Échandon », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 29 janvier 2019).
  18. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/.
  19. « Station hydrométrique K7514010, l'Échandon à Saint-Branchs », sur le site de la banque Hydro (consulté le 29 janvier 2019).
  20. a et b « L'Échandon », sur http://www.fedepeche37.fr/ (consulté le 29 janvier 2019).
  21. « Le Savi entretient le ruisseau de l'Échandon », sur https://www.lanouvellerepublique.fr/, (consulté le 29 janvier 2019).
  22. Jean-Mary Couderc, « Les tufs de Touraine », Norois, no 95 bis,‎ , p. 50 (DOI 10.3406/noroi.1977.3607).
  23. Martine Hubert-Pellier, « Les sources tuffeuses de Perrion », Le Val de l'Indre, no 2,‎ , p. 56.
  24. Béatrice Ledet, « Dans le bourg d'Esvres, une source inconnue », Le Val de L'Indre, no 6,‎ , p. 22.
  25. « Visites au fil de l'eau », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ .
  26. « Ils font renaître la culture tourangelle du cresson », sur 37degrés-mag.fr (consulté le 18 décembre 2018).
  27. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le 30 juin 2018).
  28. Pierre Leveel, Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, , 991 p. (ISBN 978-2-85443-157-5), p. 20.
  29. « Étude climatologique de l’Indre-et-Loire (37) » [PDF], sur Meteo Centre (consulté le 27 janvier 2018).
  30. Agence Bailly-Leblanc et Thalweg Paysage, « Commune de Cormery - élaboration d'une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine - diagnostic AVAP - Partie 2 » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, , p. 158.
  31. « Prairies et coteaux de l'Indre au moulin de Vontes » [PDF], sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 6 octobre 2018).
  32. « Landes de la Petite Bamboche » [PDF], sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 6 octobre 2018).
  33. « Sources tufeuses de l'Échandon, moulin Perrion » [PDF], sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 6 octobre 2018).
  34. « Vallée de l'Échandon » [PDF], sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 6 octobre 2018).
  35. a b et c Couderc 1987, p. 396.
  36. Mariella Esvant, « La pyrale, cette chenille qui fait beaucoup de dégâts », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  37. « Diagnostic sur l'architecture et les paysages ruraux d'Indre-et-Loire » [PDF], sur le site de la DREAL Centre-Val de Loire (consulté le 17 décembre 2018).
  38. « Règlement du Plan de prévention des risques naturels prévisibles d'inondation - Val de l'Indre » [PDF], sur le site de la commune de Beaulieu-lès-Loches (consulté le 6 octobre 2018).
  39. « Carté d'aléa pour Esvres », sur georisques.gouv (consulté le 6 octobre 2018).
  40. « Nouveau zonage sismique en Indre-et-Loire » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 6 octobre 2018).
  41. Jean-Mary Couderc, La Touraine insolite : série 3, Chambray-lès-Tours, CLD, , 237 p. (ISBN 2 85443 287 8), p. 17.
  42. Paul Lemoine, « Les tremblements de terre du bassin de Paris », Revue générale des sciences pures et appliquées, t. XXIV,‎ , p. 57 (lire en ligne).
  43. Jean Vogt, « Sur le séisme poitevin de 1749 », Norois, no 136,‎ , p. 483-486 (DOI 10.3406/noroi.1987.4365).
  44. « Séisme du 13/09/1855 (Touraine) », sur planseisme.fr, un site du BRGM (consulté le 6 octobre 2018).
  45. « Arrêté préfectoral relatif à l'information des acquéreurs [...] sur les risques naturels et technologiques majeurs dans la commune d'Esvres », sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 6 octobre 2018).
  46. « Tours-Loches » [PDF], sur TER Centre-Val de Loire (consulté le 12 octobre 2018).
  47. « Esvres-Veigné-Tours » [PDF], sur le site de Rémi (consulté le 2 juillet 2018).
  48. « Bus 114 » [PDF], sur Le site de Fil Bleu (consulté le 2 juillet 2018).
  49. « les étapes de l'itinéraire », sur l'Indre à vélo (consulté le 21 octobre 2018).
  50. « Randonnée de Artannes-sur-Indre (Indre et Loire) à Buzançais (Indre) », sur le site du GR46 (consulté le 21 octobre 2018).
  51. a b c et d Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 118-119.
  52. Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 42-43.
  53. Stéphane Gendron, Noms de lieux du Centre, Paris, Françoise Bonneton, , 232 p., p. 44 et 133.
  54. Pierre Audin, « La Touraine de l’an mil : inventaire des sources historiques et archéologiques », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, La Simarre, t. LXIX,‎ , p. 18-20.
  55. a et b Sandrine Riquier, « La nécropole gauloise de « Vaugrignon » à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France,‎ (lire en ligne).
  56. P. Guérineau et Gilbert Bastien, « La station de la Haute-Cour à Esvres au Paléolithique », Bulletin des amis du Grand-Pressigny, no 42,‎ , p. 10-11.
  57. Octave Bobeau, « Fouilles dans un cimetière gallo-romain à Esvres (Indre-et-Loire) », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques,‎ , p. 217 (lire en ligne).
  58. P. Guérineau et Gilbert Bastien, « La station de la Haute-Cour à Esvres au Paléolithique », Bulletin des amis du Grand-Pressigny, no 41,‎ , p. 20-21.
  59. a b et c Couderc 1987, p. 395.
  60. Gérard Cordier, « Matériel néolithique tourangeau de mouture et de broyage », Revue archéologique du Centre de la France, t. XXX,‎ , p. 52 (DOI 10.3406/racf.1991.2645).
  61. Gilbert Bastien et Jean-Claude Yvard, « La station néolithique de Nantilly à Esvres (Indre-et-Loire) », Bulletin des amis du Grand-Pressigny,‎ , p. 20-23.
  62. Jean-Mary Couderc, La Touraine insolite – série 3, Chambray-lès-Tours, C.L.D., , 319 p. (ISBN 2-85443-253-3), p. 71.
  63. Gérard Cordier et Jean-Pierre Millotte, « Inventaire des trouvailles de l'âge du Bronze en Indre-et-Loire », Gallia Préhistoire,‎ , p. 143-163 (DOI 10.3406/galip.1961.1185).
  64. « S.109, « La Haute Cour », Esvres-sur-Indre (37) », sur gaaf11.hypotheses.org, (consulté le 18 septembre 2018).
  65. « La Haute Cour - ensemble1 », sur inrap.fr, .
  66. a et b Jean-Philippe Chimier et Sandrine Riquier, « L’organisation spatiale des espaces funéraires d’Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire). Etat de la question sur les hypothèses de topographie funéraire et sur l’organisation territoriale des occupations protohistoriques et antiques », Revue Archéologique de Picardie, no N° 3/4 « Actes de la table ronde « Les gestuelles funéraires au second âge du Fer » tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008 sous la direction d'Estelle Pinard et Sophie Desenne »,‎ , p. 85-95 (lire en ligne).
  67. « EVENA : évaluation archéologique d’une agglomération d’origine protohistorique », sur http://citeres.univ-tours.fr (consulté le 28 décembre 2018).
  68. « Archéologie d'un village de Touraine », sur www.dayofarchaeology.com, (consulté le 6 janvier 2019).
  69. Jean-Philippe Chimier, Jacques Dubois et Damien Leroy, « 1997-2007 : 10 années d'archéologie préventives à Esvres (Indre-et-Loire) », Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, no 53,‎ , p. 95-98 (lire en ligne).
  70. Nicolas Fouillet, « L'établissement rural protohistorique et antique « Les Billettes » découvert à Esvres sur le tracé de l'autoroute A85 », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LVII,‎ , p. 69-76 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  71. Émilie Trébuchet, « Un établissement rural protohistorique et antique au « Bois de la Duporterie », à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire) », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LVII,‎ , p. 77-81 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  72. Maurice Prou, Catalogue des monnaies françaises de la Bibliothèque nationale, Paris, Rollin et Feuardent, , CXVIII et 630 p. (lire en ligne), pl. VI.
  73. Pierre Audin, La Touraine autour de l'an mil : inventaire des sources historiques et archéologiques, t. LXIX, Tours, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, , 151 p. (ISSN 1149-4670), p. 95.
  74. « L'église Saint-Médard a révélé ses secrets », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  75. Jean-Jacques Bourassé, « Cartulaire de Cormery, précédé de l'histoire de l'abbaye et de la ville de Cormery, d'après les chartes », Mémoire de la Société archéologique de Touraine, Tours, t. XII,‎ , p. LXIV-LXV (lire en ligne).
  76. a et b Flohic 2001, p. 301.
  77. Pierre Audin, « Esvres au XIVe siècle d'après une charte de la abbaye de Cormery, 1338 », Le Val de l'Indre, no 22,‎ , p. 17-18.
  78. Pierre Audin, La Touraine dans la Guerre de Cent Ans, Descartes, Antya, , 251 p. (ISBN 978-2-37499-089-7), p. 30.
  79. Guy-Marie Oury (ill. Georges Pons), Le pays de Loches, Chambray-lès-Tours, CLD, coll. « La Touraine au fil des siècles », , 221 p., p. 75.
  80. Jacquet 1998, p. 59-69.
  81. Jacquet 1998, p. 15.
  82. Jacquet 1998, p. 18.
  83. M. et H. Guénand, « La terreur à Esvres (1793-1794) », Le Val de l'Indre, no 13,‎ , p. 58-59.
  84. Jacquet 1998, p. 29-38.
  85. Jacquet 1998, p. 24.
  86. Jacquet 1998, p. 39.
  87. a et b Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire, Paris, CNRS, , 480 p. (ISBN 978-2-222-03681-4), p. 256.
  88. Pierre Desbons, « Le comte Odart, ampélographe tourangeau », Mémoires de l'Académie des Sciences, arts et Belles-Lettres de Touraine, vol. XXVI « Les scientifiques tourangeaux »,‎ , p. 293 (lire en ligne [PDF]).
  89. Louis-Pierre Rouillé-Courbe,  : réception de S.A.I Le prince Louis-Napoléon dans le département d'Indre-et-Loire, Imprimerie Ladevèze, , 168 p. (lire en ligne), p. 71.
  90. Jacques Thomas, Fours à chaux, tuileries, briqueteries de Touraine, [l'auteur], , 289 p., p. 160.
  91. a et b « Monument aux Morts (Relevé n° 17188) », sur Mémorial GenWeb (consulté le 23 octobre 2018).
  92. a et b Cettour-Baron 2015, p. 189-190.
  93. Jack Vivier et Thierry Vivier, « Drames aériens en Touraine », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LII,‎ , p. 304-306 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  94. a et b « Plus de 147 nouveaux prisonniers incarcérés à Tours montent dans le convoi le 10 août 1944 à La-Ville-Aux-Dames, en direction de Belfort », sur le site Mémoires de guerre (consulté le 19 janvier 2019).
  95. « Cimetière de Tours-Sud : le repos éternel dans un espace paysager », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  96. Pierre Audin, « Il y a douze ans s'arrêtait le dernier moulin de l'Échandon », Le Val de l'Indre, no 7,‎ , p. 43.
  97. « Un bond démographique qui fait peur aux maires », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  98. Décret no 2014-179 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département d'Indre-et-Loire.
  99. « Les nouveaux arrondissements », sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le 12 octobre 2018).
  100. « Les circonscriptions législatives d'Indre-et-Loire », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 12 octobre 2018).
  101. « Les juridictions », sur le site du conseil départemental de l'accès aux droits d'Indre-et-Loire, (consulté le 12 octobre 2018).
  102. « Accueil », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le 13 octobre 2018).
  103. « Le Pays Indre et Cher vote son budget », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  104. « Électricité : activités » [html], sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 13 octobre 2018).
  105. « Présentation » [html], sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 13 octobre 2018).
  106. « Le SIEIL et le gaz », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 13 octobre 2018).
  107. « Les résultats d'élections », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 20 février 2018).
  108. « Commune d'Esvres - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 7 octobre 2018).
  109. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  110. « Esvres - Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 7 octobre 2018).
  111. « Liste des maires d’Esvres de 1790 à 1950, des adjoints au maire de 1830 à 1950 des 2e adjoints au maire de 1925 à 1950 » [PDF], sur le site de l'Association pour la sauvegarde du patrimoine esvrien (consulté le 3 juillet 2018).
  112. Liste des maires d'Esvres affichée à la mairie de la commune.
  113. « Déchèteries », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le 13 octobre 2018).
  114. « Syndicat de production d'eau de Truyes, Esvres et Cormery », sur Services Eau France (consulté le 13 mars 2018).
  115. « CC du Val de l'Indre - Assainissement collectif », sur Services Eau France (consulté le 13 octobre 2018).
  116. « Esvres », sur le site des villes et villages fleuris (consulté le 29 octobre 2018).
  117. « Esvres : une seconde fleur pour la cité », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  118. a et b « Les comptes des communes - Esvres », sur un site du ministère de l'Action et des Comptes publics (consulté le 7 octobre 2018).
  119. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  120. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 36, [lire en ligne].
  121. « Comité de jumelage d'Esvres », Infos-magazine Esvres-sur-Indre, no 3,‎ , p. 3 (lire en ligne [PDF]).
  122. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  123. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  124. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  125. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  126. « Commune : Esvres », sur Assistantes maternelles 37, Conseil départemental d'Indre-et-Loire (consulté le 10 décembre 2018).
  127. « Indre-et-Loire (37), Esvres, écoles », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 25 octobre 2018).
  128. « Indre-et-Loire (37), Esvres, collège », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 25 octobre 2018).
  129. « Zones de recrutement des collèges et des lycées - département d'Indre-et-Loire » [PDF], sur le site de l'académie d'Orléans-Tours (consulté le 25 juin 2018), p. 22.
  130. « Transport scolaire », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le 18 décembre 2018).
  131. « Esvres-hôpital Trousseau (Chambray-lès-Tours) », sur le site du ViaMichelin (consulté le 14 octobre 2018).
  132. « Contacter une brigade de gendarmerie ou un commissariat de police/Esvres », sur le site de la Gendarmerie nationale (consulté le 10 décembre 2018).
  133. « Un centre de secours bien portant », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  134. « Médiathèque intercommunale d'Esvres-sur-Indre », sur Lire en Touraine, Conseil départemental d'Indre-et-Loire (consulté le 10 décembre 2018).
  135. « Accueil », sur Les foulées du noble-joué (consulté le 30 octobre 2018).
  136. « Féerie de Noël dans une parade colorée », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  137. « Couverture internet d'Esvres », sur Ariase (consulté le 13 octobre 2018).
  138. « La paroisse », sur le site de la paroisse Saint-Brice de la vallée de l'Indre (consulté le 25 juin 2018).
  139. « Esvres », sur messe.info (consulté le 17 janvier 2019).
  140. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 24 octobre 2018).
  141. Pierre Desbons, « Le comte Odart, ampélographe tourangeau », Mémoires de l'Académie des Sciences, arts et Belles-Lettres de Touraine, vol. XXVI « Les scientifiques tourangeaux »,‎ , p. 292 (lire en ligne [PDF]).
  142. « AG2R : débrayage massif à Esvres », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  143. « Emmaüs en Touraine depuis 1971 », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  144. « Commune d'Esvres (mairie) », sur societe.com (consulté le 5 novembre 2018).
  145. Notice no PA37000012, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  146. « Le prieuré de Vontes ouvert au public », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ .
  147. Alain Jacquet, « L'église d'Esvres », Bulletin des amis du pays lochois, t. XIX,‎ , p. 146.
  148. Notice no PM37000202, base Palissy, ministère français de la Culture.
  149. Notice no PA00097748, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  150. Jean-Jacques Bourassé, « Cartulaire de Cormery, précédé de l'histoire de l'abbaye et de la ville de Cormery, d'après les chartes », Mémoire de la Société archéologique de Touraine, Tours, t. XII,‎ , p. 70-75 (lire en ligne).
  151. Annick Chupin, « Montchenin (Esvres), acquisition du domaine au XIe siècle par l'abbaye de Cormery », Bulletin des amis du pays lochois, no 16,‎ , p. 36 et 39-42 (traduction de la charte XXXVI).
  152. Chupin 1995, p. 59.
  153. Chupin 1995, p. 58-59.
  154. Chupin 1995, p. 61.
  155. a et b Flohic 2001, p. 304.
  156. André Montoux, Vieux logis de Touraine, t. II, C.L.D. Normand et Cie, , 223 p., p. 82-84.
  157. André Montoux, Vieux logis de Touraine, t. II, C.L.D. Normand et Cie, , 223 p., p. 84-85.
  158. Flohic 2001, p. 305.
  159. André Montoux, Vieux logis de Touraine, t. III, CLD, , 254 p., p. 105-107.
  160. André Montoux, Vieux logis de Touraine, t. VII, CLD, , 217 p. (ISBN 2-85443-134-0), p. 82-84.
  161. Flohic 2001, p. 305-306.
  162. Flohic 2001, p. 302-303.
  163. Comte de Motey, Jeanne d'Arc à Chinon et Robert de Rouvres, Paris, Librairie Champion, , 168 p., p. 8.
  164. Bernard Briais, Sur les pas de Jeanne d'Arc en Touraine : L'atout du roi, Chambourg-sur-Indre, PBCO, , 95 p. (ISBN 978-2-35042-019-6), p. 19.
  165. Jean-Mary Couderc, La Touraine insolite : série 3, Chambray-lès-Tours, CLD, , 237 p. (ISBN 2 85443 287 8), p. 122.
  166. Jean-Claude Pestel, « Les éoliennes « Bollée et Lebert » de la Touraine », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LVI,‎ , p. 241 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  167. Notice no IA37001379, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  168. « Esvres », sur le site de l'INAO (consulté le 6 octobre 2018).
  169. « Noël Carlotti », base Léonore, ministère français de la Culture.
  170. « Histoire », Bulletin communal de Channay-sur-Lathan, no 27,‎ , p. 8 (lire en ligne [PDF]).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 12 février 2019 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 12 février 2019 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.