Maurice Prou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prou.
Maurice Prou
Maurice Prou 1925.jpg

Maurice Prou en 1925

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Maurice Prou est un historien du droit et des institutions et un numismate français, né le à Sens et mort le à Néris-les-Bains (Allier)[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Héritier d'une famille d'érudits originaires de Sens, Maurice Prou devient élève de l’École des chartes où il rédige une thèse consacrée à l'édition et l’étude de la charte de franchise de Lorris-en-Gâtinais (1884). Après un passage par l'École française de Rome(1884-1885), il est nommé au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale puis professeur de diplomatique à l'École des chartes à la mort d'Arthur Giry en 1899. Il s'était déjà distingué par la publication d'un Manuel de paléographie conçu en complémentarité avec la Manuel de diplomatique de son prédécesseur et qui eut une extraordinaire influence. Manuel élémentaire dans ses deux premières éditions, cet ouvrage devient un important traité faisant la synthèse des recherches, notamment celles de l'école allemande de paléographie[2].

À la mort de Paul Viollet, en 1916, il est chargé des cours d'histoire des institutions de l'École des chartes, jusqu'à ce que la chaire soit pourvue, en 1919. Il devient directeur de l'École des chartes dès 1916, et le demeure jusqu'en 1930.

Il joue un grand rôle dans le renouveau de l’histoire du droit et des institutions à la fin du XIXe siècle. Il a longtemps été membre du comité de rédaction de la Revue historique de droit et de la Société d’histoire du droit.

Il est élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres le 11 février 1910.

Maurice Prou a par ailleurs présidé la Société archéologique de Sens, suivant ainsi l'exemple de son grand-père, Jean-Louis Prou.

Œuvres (monographies)[modifier | modifier le code]

Cette liste n’est pas exhaustive. De plus, la plus grande partie de la réflexion historique de Maurice Prou est passée par de très nombreux articles dans des revues scientifiques

  • édition de Raoul Glaber, Les cinq livres de ses histoires (900-1044), Paris : A. Picard, 1886
  • Manuel de paléographie latine et française (du VIe au XVIIe siècle), Paris, 1889 ; 2e éd., Paris, 1892 ; 3e éd. entièrement refondue, Paris, 1910 ; 4e éd., revue par Alain de Boüard, Paris 1924
  • Catalogue des monnaies françaises de la Bibliothèque nationale. Les monnaies carolingiennes, Paris : C. Rollin et Feuardent, 1892
  • La Gaule mérovingienne, Paris : L.-H. May, 1897
  • édition de Recueil des chartes de l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, Paris : A. Picard et fils, 1900-1912
  • Recueil des actes de Philippe 1er, roi de France, Imprimerie nationale (Paris) - 1908

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche autorité de la BnF.
  2. Denis Muzerelle, « Un siècle de paléographie latine en France », dans Armando Petrucci et Alessandro Pratesi, Un Secolo di paleografia e diplomatica (1887-1986), per il centenario dell’Istituto di paleografia dell’Università di Roma, Roma, Gela, 1988, p. 131-158, aux p. 140-141

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Maurice Prou », Bibliothèque de l'école des chartes, 91 (1930), p. 381-389 en ligne
  • Roger Grand, « Maurice Prou » dans Revue historique de droit français et étranger, 1930, p. 843-850.
  • Georges Rougeron, Les Bourbonnais à l'Institut de France (An IV - 1965), Moulins, Imprimeries réunies, , p. 29-30.
  • Bertrand Hamelin, "Une expérience de l'Ecole française de Rome: Maurice Prou", in Michel Gras, Olivier Poncet (dir.), Construire l'institution, L'Ecole française de Rome, 1873-1895, Rome, Publications de l'Ecole française de Rome, 2014.http://books.openedition.org/efr/2634?lang=fr