Thalictrum flavum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thalictrum flavum est connu sous le nom vernaculaire de Pigamon jaune ou Pigamon noircissant[1].

C'est une plante à fleurs de la famille des Ranunculaceae, originaire des montagnes à forte hygrométrie du Caucase et de Sibérie.

Sa taille peut atteindre 100 cm de hauteur pour 45 cm de largeur. C'est une plante vivace à la tige haute érigée et robuste, dont les fleurs mousseuses jaunes odoriférantes s'épanouissent en été.

Description[modifier | modifier le code]

La fleur a un périanthe à quatre ou cinq segments, blanc-verdâtre, membraneux. Nombreuses étamines, environ deux fois la longueur des segments du périanthe. Filaments érigés, 3–5 mm de long, jaunes. Six à neuf carpelles, libres et non pédonculés, même pendant la fructification. Inflorescence : corymbe multiple[2].

La tige souterraine a de nombreuses racines adventives ; les feuilles sont alternes, engainantes, bi à tri-pennées, à limbe plus long que large.

Habitat[modifier | modifier le code]

Prairies alluviales régulièrement fauchées, les fossés.

Distribution[modifier | modifier le code]

Elle est présente dans presque toute l'Europe et sur le territoire français à part les montagnes, le sud-ouest, la Bretagne et la Corse.
C'est une plante en régression, principalement dans le sud de la France : elle est menacée par la dégradation des bords de cours d'eau ou des milieux marécageux.

Le pigamon jaune est sur la liste des espèces végétales protégées du Nord-Pas-de-Calais et au sud en Midi-Pyrénées, Aquitaine et dans le Centre.

Il est signalé dans plusieurs réserves naturelles :

Étymologie[modifier | modifier le code]

Du grec thalleïn verdir et ictar vite, par allusion à sa rapidité de végétation[3].

Pharmacopée[modifier | modifier le code]

C'est une espèce végétale à berbérine dont l'effet anti-inflammatoire est utilisé par la pharmacopée asiatique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire National du Patrimoine Naturel, « Thalictrum flavum L., 1753 », sur INPN (consulté le 3 août 2016).
  2. A. Lombard, « Pigamon jaune, Pigamon noircissant », sur Conservatoire botanique national du bassin parisien, (consulté le 3 août 2016).
  3. Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion et Gérard Dumé, Flore forestière française : guide écologique illustré, t. 2 : Montagnes, Paris, Institut pour le développement forestier, , 2434 p. (ISBN 2 904740 41 4), p. 2108-2109

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :