Prieuré Saint-Jean-du-Grais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ce prieuré n'est pas situé au Grais, une commune du département de l'Orne

Prieuré Saint-Jean-du-Grais
Image illustrative de l’article Prieuré Saint-Jean-du-Grais
Vue d'ensemble des bâtiments
Présentation
Nom local Prieuré de Saint-Jean-du-Gray
Culte Catholique
Type Prieuré
Rattachement Diocèse de Tours
Début de la construction 1163
Autres campagnes de travaux XIVe et XVe siècles
Style dominant Roman
Nombre de flèches 1
Protection Logo monument historique Classé MH (1928, Restes du prieuré)[1]
Logo monument historique Classé MH (1928, Peinture murale)[2]
Site web Prieuré Saint Jean du Grais
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Commune Azay-sur-Cher
Coordonnées 47° 19′ 08″ nord, 0° 50′ 40″ est[3]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Prieuré Saint-Jean-du-Grais

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Prieuré Saint-Jean-du-Grais

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

(Voir situation sur carte : Indre-et-Loire)
Prieuré Saint-Jean-du-Grais

Le prieuré Saint-Jean-du-Grais, ou prieuré de Saint-Jean-du-Gray et prieuré Saint Jean du Grais, est un ancien monastère situé dans la forêt de Bréchenay, sur la commune d'Azay-sur-Cher.

Le prieuré, qui a été dépendant de l'abbaye Saint-Paul de Cormery[4], est fondé dans la première moitié du XIIe siècle par deux ermites après une donation de Foulques V d'Anjou, roi de Jérusalem en 1120[5].

D'abord cistercien, le prieuré devient ensuite augustinien du début du XVIIe jusque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Durant cette période, comme pendant l'époque précédente, les prieurs se succèdent et Victor Le Bouthillier, archevêque de Tours, est élu à tête de l'établissement monastique dans les années 1660. Saint-Jean-du-Grais est administré par les oratoriens en 1771, et ce jusqu'aux événements révolutionnaires aux cours desquels le prieuré est vendu comme bien national.

Un clocher, vestige de l'église démantelée au XIXe siècle, un dortoir, une salle capitulaire, un réfectoire et un puits sont les seules structures demeurées intactes de ce prieuré de style roman construit au Moyen Âge[4],[6].

Les bâtiments du prieuré, et une peinture murale représentant un christ en majesté font l'objet d'un classement au titre de monument historique en 1928. Au début des années 2000, les fenêtres du réfectoire, du dortoir et de la salle capitulaire ont été aménagées de vitraux monochromatiques, pièces d'art contemporain exécutées par le sculpteur d'espace Sarkis.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le prieuré est localisé sur la commune d'Azay-sur-Cher à 3,5 km de son centre-bourg[7], dans la partie centre-est du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire[3].

Le monastère tourangeau, situé dans la forêt de Brechenay, se trouve à la limite nord-ouest de la Champeigne tourangelle. Il repose sur un plateau entre le Cher et l'Indre[8]. L'établissement prieural, qui est distant de 5 km de la ville de Cormery, se trouve à proximité de l'Échandon, une rivière tributaire de l'Indre[9].

À l'instar de la tour du Brandon, l'emplacement du prieuré médiéval pourrait marquer le tracé d'une ancienne via Romana secondaire allant du gué de Reignac-sur-Indre, au sud-est, jusqu'à Tours, au nord-ouest[8].

Les bâtiments monastiques de Saint-Jean-du-Grais sont accessibles via la route départementale 82[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution chronologique des mentions du prieuré[Note 1] :


  • Ecclesiœ de Gressu, Prioratus de Gressio : 1146, charte de fondation[11],[5]
  • Monasterium de Gressio : 1205[12] ;
  • Convenius de Gressus : 1234[12] ;
  • Couvent de Saint-Jean-dou-Grès : 1277[12] ;
  • Prioratus S. Joanis Gressio : 1396[12] ;
  • Prieuré de Grays : 1639, Fonds Châtre de Cangé[13] ;
  • Prieuré Saint-Jean-du-Grès : 1740, état du domaine d’Amboise[13] ;
  • Prieuré du Grais : carte de Cassini XVIIIe siècle[12] ;
  • Prieuré Saint-Jean-du-Grec : carte de Cassini, seconde moitié du XVIIIe siècle[12] ;
  • Prieuré Saint Jean du Grais : carte d'état-major, entre 1820 et 1866[14] ;
  • Prieuré Saint Jean du Grais : carte au 1/50 000 de 1950[15].

Le prieuré sur un extrait de la carte de Cassini (seconde moitié du XVIIIe siècle). Le toponyme du monastère apparaît sous la forme Saint-Jean du Grec[16],[17].

Le toponyme Grais est un terme issu de l'ancien français et qui fait référence à la notion de "silex", de "grès[18]. Le mot "Grais", qui renvoie à un « lieu rocailleux », est décliné des formes latines Gressius et Gresium[19],[20]. En outre, le nom du prieuré est également composé du vocable "Jean", mot renvoyant au nom du saint patron sous lequel le monastère a été placé[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Pour Jean-Louis Chalmel le prieuré aurait été fondé en 1017. Il attribue la fondation du Grais à Foulques Nerra[7],[17]. Ultérieurement, Amédée De La Ponce, puis Charles de Grandmaison reprennent Chalmel, tandis que Casimir Chevalier et Jacques-Xavier Carré de Busserolle nuancent ce constat et proposent une date plus récente[19],[7],[17],[21]. De fait, comme le souligne Guy-Marie Oury, deux cartulaires, complétés par les textes de la Grande Chronique de Touraine, réunis par André Salmon, mettent en évidence que la première mention du monastère est datée de 1127 par la charte de confirmation de donation par Foulques V d'Anjou et la seconde faite en 1146, à la mort d'un clerc, Jean Joscelin[5]. Le texte de la charte de 1146 est le suivant : « Anno Domini MCXLVIO et Conradi imperatoris ixa, et Ludovici regis ix°, obiit Joscelinus fundator ecclesiœ de Gressu in Turonia sitse, et tune primo ibi institutus est prioratus. »[11] [...] « Prioratus de Gressu fundatur. Ecclesia Tornacensis primo recipit episcopum »[11]. Pour autant, selon Jean-Martial Besse, à proximité de Saint-Jean-du-Grais, un bâtiment ecclésiastique, une église, datée de 1017, aurait été fondée par Foulques Nerra[22].

Foulques V d'Anjou, donateur des terres du Grais.

À l'origine de la fondation du monastère, très problement datée de 1146, se trouve une communauté érémitique venue s'installer au début du XIIe siècle dans la forêt de Bréchenay, à mi-chemin d'Azay et de Cormery[Note 2],[5]. Pour autant, les lieux se révèlent alors peu propices à l'implantation d'un prieuré[24]. La communauté s'est formée autour de deux ermites, connus sous les noms Renaud Frémaud et Geoffroi Paissonel. Les ermites bénéficient d'un don terrien octroyé par le comte d'Anjou Foulques V en 1120 — avant son départ pour la Palestine[7] — et confirmé par écrit en 1127[5],[7]. L'acte de donation du roi de Jérusalem se fait alors en présence de deux témoins, deux prêtres dénommés Raymond et Geoffroy[25]. Le fondateur et premier maître de l'ordre du Temple Hugues de Payns aurait également assisté à cet acte de don[25],[26]. La donation de Foulques V consiste en trois propriétés terriennes : la chapelle Paissonnel (antérieurement connue sous le nom de chapelle « Meginay »), le « Petit-Grais » et le « Marchais-Saint-Jean »[5]. L'acte de donation est confirmé quelque temps après par Geoffroy V d'Anjou, le fils de Foulques[26].

Le groupe de la forêt de Bréchenay comprenait également Jean Joscelin, un ancien moine issu de l'abbaye Saint-Paul de Cormery. Après l'acte de donation des années 1120, à la mort de Frémaud et Paissonel, Joscelin prend rapidement la tête de la communauté érémitique. C'est en la personne Joscelin que la communauté du Grais passe alors sous la tutelle de l'abbatiat de Cormery[5],[27]

Constructions des bâtiments et indépendance de la communauté du Grais[modifier | modifier le code]

Les terres du Grais relèvent ensuite de la tutelle de la collégiale de Saint-Martin[28]. La communauté érémitique se retire dans une chapelle connue sous le nom de « Chapelle-Paissoniel » (ou de « Paissonneau ») et située non-loin du Grais[28],[5],[17]. Le domaine du Grais est remis aux mains des ermites de la forêt de Bréchenay par le doyen Barthélémy en 1163[28],[5],[17]. Pour autant cette donation est conditionnée : Barthélémy souhaite que les ermites y représentent le siège de son ordre (celui de Saint Martin)[5]. Pour G. Oury, il est probable que le chapitre de Saint-Martin ait voulu ériger un deuxième établissement monastique régulier postérieurement à la construction du prieuré de Saint-Cosme[5]. La même année, les travaux de construction d'un monastère régulier commencent[29],[5]. Les bâtiments sont alors conçus dans un « style roman plantagenêt »[29].

Lucius III, pape ayant officialisé l'indépendance du Grais en 1189.

Dans un cartulaire daté de 1182, l'abbé de Cormery Gérard 1er (ou Géraud) renonce aux droits de propriété de l'abbaye sur Saint-Jean-du-Grais[30]. Après cette date et après l'intervention d'Étienne de Marsay auprès d'Henri II, sous la demande de la communauté érémétique, Saint-Jean-du-Grais cesse d'être du ressort de l'abbaye Saint-Paul de Cormery[5],[31]. Deux ans plus tard, en date du , l'indépendance du Grais vis-à-vis de Cormery devient officielle, avec une bulle pontificale émise par le pape Lucius III[5].

Au début du XIIIe siècle, Philippe de Ramefort, le fils d'Étienne Marsay, remet à la communauté du Grais le droit de patronnage d'une chapelle, construite au sein de la nécropole de Vou, bien qu'il en ait fait acte de donnation à l'abbaye de Saint-Sauveur quelque temps plus tôt, en 1206[32]. En 1255, le seigneur de Montbazon renonce à son droit de ségréage sur le massif du Brandon en faveur du prieuré. En 1277, ce sont les droits de panage et de pâturage de sur les bois de Marigny de Forges, également situés dans la forêt de Bréchenay, que le duc de Montbazon remet aux mains de Saint-Jean-du-Grais[33].

Au cours du XVe siècle, le monastère tourangeau est adjoint d'une structure destinée à loger le prieur et l'un des bâtiments conventuel fait l'objet d'une seconde phase de construction[34],[35]. Dans son testament daté du , Aymar de la Rochefoucauld, alors seigneur de Sainte-Maure octroie des rentes au prieur de Saint-Jean-du-Grais[Note 3],[36].

Époques moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Prieuré augustinien puis oratorien[modifier | modifier le code]

Victor Le Bouthillier, prieur de Saint-Jean-du-Grais dans les années 1660 (gravure de Robert Nanteuil).

Les structures conventuelles sont ravagés une première fois par les ligueurs en 1562, puis définitivement détruits lors des événements de révolution[7].

En 1603, l'établissement prieural, jusqu'alors administré par des cisterciens[37], revient à des chanoines appartenant à la l'ordre de Saint-Augustin[17],[38]. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Saint-Jean-du-Grais comptait alors parmi les quatre prieurés conventuels établis au sein du diocèse de Tours, avec la Chartreuse du Liget, la Bourdillière, érigé en 1662 et Saint-Cosme[39]. En 1664, l'archevêque de Tours Victor Le Bouthillier devient le prieur du Grais[17].

En date du , l'établissement prieural est adjoint aux possessions au collège royal de Tours[17],[38]. Au XVIIIe siècle, les structures de Saint-Jean-du-Grais font l'objet de deux campagnes de restaurations : une première entre 1728 et 1748, période durant laquelle les fossés ceignant les massifs boisés sont également réparés ; puis une deuxième entre 1747 et 1767, où des travaux sont réalisés sur le chœur et le clocher de l'église[40]. En 1771, Saint-Jean-du-Grais passe sous l'administration de la Congrégation de l'Oratoire[41]. En date du , le prieuré fait l'objet d'une vente en tant que bien national pour une somme totale s'élevant à 60 000 livres[42]. Un homme dénommé Victor Petit, un exploitant agricole, s'en porte alors acquéreur[42],[41].

Vers le milieu du XIXe siècle, en 1850, à l'exception de son clocher[43], l'église prieurale fait l'objet d'une destruction[44],[Note 4]. La même année, un ecclésiaste, l'abbé Guillot, exécute deux sculptures pour l'église paroissiale d'Azay-sur-Cher, dont l'une représente Saint Jean, le patron du prieuré[46].

Vers la fin du XIXe siècle, en 1889, Auguste Rodin se rend en Touraine. Il passe par la ville d'Amboise, réalise un croquis de l'Aile Charles-VIII, puis se dirige vers Azay-sur-Cher et se rend au Grais. De son passage à Saint-Jean-du-Grais, le sculpteur exécute une esquisse du clocher, seule structure subsistante de l'ancienne église romane[47],[48],[49],[Note 5].

Restauration des bâtiments et mise en valeur du site[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble du prieuré dans son état actuel.

Au tout début du XXe siècle, en 1901, l'ancien prieuré médiéval fait l'objet d'un rachat par la famille Darasse. Les Darasse entreprennent des travaux de restauration du Grais au cours des années 1920[29]. Les bâtiments et les vestiges du monastère bénéficient d'un classement au titre de monument historique par arrêté ministériel daté du [4]. Vers la fin des années 1940, dans le cadre du 106e congrès archéologiques de France, à Tours, l'archéologue Robert Ranjard effectue une étude des bâtiments et des vestiges du prieuré[50],[51].

En 2000, pour donner un nouvel élan à Saint-Jean-du-Grais, une association de sauvegarde des lieux effectue la commande d'une œuvre d'art contemporain[29]. L'association fait alors appel à la Fondation de France[29]. Pour l'exécution de l'œuvre, dans le cadre du programme appelé Nouveaux Commanditaires, le choix se porte sur sculpteur d'art contemporain turco-arménien Sarkis[29]. Sarkis réalise alors une série de 39 vitraux[44], et, en 2004, l'œuvre du sculpteur, intitulée « L'Éveil », est inaugurée[52],[29],[Note 6].

Dans les années 2010, — chant, concert et danses classiques —[54],[55],[56] et des visites guidées, notamment lors de journées portes ouvertes, sont régulièrement organisés au sein des bâtiments monastiques[57],[58],[59].

Possessions et revenus du prieuré[modifier | modifier le code]

Deux monastères de petite taille, probablement des ermitages, ont été les propriétés de Saint-Jean-du-Grais[5]. Le premier, connu sous le vocable de « Sainte-Apolline-du-Rocher », était établi au sein des terres paroissiales de Chambray-lès-Tours et distant de quelques kilomètres en axe ouest du Grais. Sainte-Apolline-du-Rocher aurait été fondé par des ermites faisaient partie de la communauté réunie dans la forêt de Bréchenay[5]. Le deuxième ermitage, connu sous le vocable de « Saint-Aubin-des-Bois », était installé aux environs de Restigné. L'ermitage de Saint-Aubin, fondé avant 1252, se dressait à proximité d'un étang, le Saint-Aubin, une étendue d'eau située sur la paroisse de Continvoir[5]. Aux environs de 1250, Saint-Jean-du-Grais bénéficie de la donation d'une propriété, un domus, connue sous le nom de Burgulium[60]. D'autres bâtiments, tel qu'un moulin et un pressoir, ont été octroyés au monastère tourangeau[40].

Les revenus du prieuré étaient en partie assurés par l'exploitation d'un vignoble, par des donation de seigneurs locaux — Philippe d'Esvres, André de Chauvigny, Jean de Thaïs, etc... —, ainsi que par la perception de dîmes et d'aumône. Les rentes du Grais, en 1670, ont été estimées à environ 1 200 livres. Pour l'exercice de l'année 1762, ses revenus s'élevaient à un total de 3 700 livres. Le prieuré possédait alors 200 arpents de terres[17],[40].

Prieurs de Saint-Jean-du-Grais[modifier | modifier le code]

Liste des prieurs[modifier | modifier le code]

La liste suivante, non exhaustive, a pour objectif de recenser les prieurs qui se sont succédé à la tête de Saint-Jean-du-Grais :

   
Liste des prieurs de Saint-Jean-du-Grais[Note 7],[17].
Début du priorat Fin du priorat Nom du prieur
1 1182 - Alain
2 1205 - Regnaud
3 1225 - Guillaume
4 1244 - Philippe
5 1435 - N. Pernac
6 1473 1508 Philippe d'Argouges
7 1528 - Jacques Chambellan
8 1534 - Jean Miron
9 1591 - Claude Belot
10 1620 1630 Roger de Coningham
11 1664 - Victor Le Bouthillier, archevêque de Tours
12 1670 - Christophe Roulin

Prieurs remarquables[modifier | modifier le code]

Architecture et description[modifier | modifier le code]

Bien que de l'église prieurale il ne demeure plus que le clocher et que d'autres structures soient ruinées, la vocation initiale de chacun des bâtiments peut être toujours identifiée[43]. Le plan au sol de l'ensemble des bâtiments s'organise sous la forme d'un quadrilatère[37].

Réfectoire[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
La salle du réfectoire Le site du prieuré Saint Jean du Grais.

Le bâtiment abritant le réfectoire se présente sous la forme d'une longue structure[35] qui occupe la majeure partie de l'aile sud du prieuré[64],[65]. Le réfectoire, aussi vaste que celui du prieuré Notre-Dame et Saint-Étienne de Villiers, se développe sur une longueur de 20 m[37]. La lumière pénètre au sud par 7 fenêtres cintrées hautes et étroites[37],[35]. Le côté sud comporte également les vestiges de la chaire du lecteur surmontée d'une petite voûte[35]. Cette tribune est percée de 3 ouvertures[35]. L'escalier menant à la chaire subsiste également[4]. Les cuisines, aménagées au rez-de-chaussée du bâtiment, ont été détruites[64]. La couverture du réfectoire repose sur une charpente construite au cours du XIIe siècle[66], comme le reste du bâtiment[35].

Les vestiges d'une fresque, datée du XIVe siècle, sont encore visibles sur le mur sud[35],[4]. La peinture murale, qui recouvre un faux appareil de couleur rouge sous-couché d'un enduit en plâtre[67], représente probablement un Christ en gloire accompagné des quatre évangélistes[68],[35]. Le trompe l'œil sur lequel a été apposé l'enduit se compose d'une seule ligne pour représenter les joints horizontaux de l'appareil et de deux lignes pour figurer les joints verticaux[67]. Ce type de faux appareil se retrouve au prieuré Saint-Christophe-en-Halatte, dans l'église Saint-Étienne de Cambronne-lès-Clermont ainsi que dans l'abbaye Notre-Dame de Boschaud[67]. L'ensemble de l'œuvre présente d'importantes analogies avec la peinture murale d'un christ en majesté visible sur la voûte du chœur de l'église Saint-Pierre de Parçay-sur-Vienne[69]. La fresque a bénéficié d'un classement au titre de monument historique en 1928[68].

Salle capitulaire et dortoir[modifier | modifier le code]

Salle capitulaire (détail des baies).

La salle consacrée aux réunions du chapitre est aménagée dans un bâtiment occupant l'aile est du prieuré[65]. La salle capitulaire est pourvue d'un plafond voûté. Cette voûte prend appui sur deux colonnes monocylindriques disposées au centre de la salle. La salle est aménagée de trois baies se trouvant côté cour, chacune pourvue de petites fenêtres en plein-cintre. Ces huisseries sont chacune encadrées par une arcade cintrée. Deux colonnettes géminées, couronnées par un chapiteau, viennent partager les fenestrelles de chacune des baies[7],[70]. Le colonnettes reposent sur mur-bahut (une sorte de muret). La paire de demi-colonnes comprises dans l'ouverture disposée au centre, demantelée lors du remaniement de la salle capitulaire en entrepôt agricole, a été reconstituée dans son état d'origine[53].

La salle du chapitre comporte deux nefs disposant chacune de trois travées[53],[70]. Les travées sont voûtées sur croisées d'ogives. Celles-ci sont affectées d'un aspect sensiblement bombé[53],[70]. Les ogives, les arcs-doubleaux ainsi que les arcs formerets présentent des moulures sous forme de tore. La totalité de ces reliefs pleins et arrondis disposent d'une épaisseur identique, donnant ainsi à l'ensemble de la voûte une importante homogénéité[53]. Chaque travée est supportée par deux colonnes. Ces colonnes sont composées d'un fût de forme cylindrique prenant appui sur une base carrée, le tout couronné par un chapiteau à corbeille et abaques décorés de motifs végétaux[53],[70].

Salle capitulaire et dortoir.

La voûte, le long des murs, est soutenue par des colonnettes munies de chapiteaux à corbeille et abaques chanfrênés. Les abaques, relativement massifs, s'étendent au-delà des retombées des arcs-boutants et présentent des décors composés motifs végétatifs disposés à chaque angle, de bandes plissées et de circonvolutions en forme de perle. Ce type de chapiteau, typiquement roman est précurseur des chapiteaux « à crochets » qui font leur apparition au cours du XIIIe siècle[53]. Les demi-colonnes reposent elles-mêmes sur des dosserets[53].

Les restes d'un décors polychrome subsistent sur quelques parties des murs[53],[70].

La salle d'assemblée est surmontée d'un étage comportant la pièce de dortoir[53],[70]. Le dortoir est accessible par un escalier droit maçonné et disposé dans la partie gauche de la salle du chapitre[53]. La pièce, relativement vaste, présente un plan rectangulaire[70]. Elle est pourvue d'un plancher pavé par des carreaux en céramique et de couleur rouge[53],[70]. Les murs sont aménagés de 19 meurtrières, dont onze réparties sur le côté levant et huit du côté couchant[53]. Ces fenêtres sont affectées d'une forme rectangulaire[53]. Elles sont soutenues par un linteau monolithe[37]. Au premier étage se trouve également une pièce dont les murs sont adjacents à l'église et au dortoir[37]. Une toiture à chapente vient recouvrir l'ensemble du bâtiment[70].

Clocher et église[modifier | modifier le code]

Vue panoramique (clocher et toits des bâtiments).
Le clocher et sa flèche.

Le monastère dispose d'un clocher de style roman qui se dresse sensiblement en retrait de la cour[53]. Le clocher se compose d'une tour carrée épaulée sur chacun de ses côtés par deux contreforts[53],[71],[7]. La tour est coiffée par une fèche, appareillée de pierres de taille[53]. Cette flèche présente un plan octogonale en pierre et affecte la forme d'une mitre (« à pans brisés ») similaire au clocher de l'ancienne église Notre-Dame à Yzeures-sur-Creuse et celui de l'Église Saint-Urbain, à Courçay[53],[72],[17]. Le beffroi, qui ne présente aucun ornement, est aménagé de deux baies en plein-cintre sur ses côtés nord et sud et d'une ouverture unique sur ses côtés est et ouest[53],[6].

L'église devait être probablement contemporaine des autres bâtiments formant le monastère[17],[38]. Selon Robert Ranjard, la nef ne présentait pas un plan au sol strictement rectangulaire[73]. Le vaisseau de la nef n'était pas exactement parallèle au bâtiment abritant le réfectoire et les deux structures formaient un très léger angle[73].

Autres structures[modifier | modifier le code]

Le puits (dessin de Casimir Chevalier).
Le puits à eau coiffé d'un toit charpenté.

Disposés à l'ouest du réfectoire, se dressent les vestiges d'un bâtiment partiellement construit au cours du XVe siècle. Cette structure comprend une cave pourvue d'une voûte en berceau et affectée d'une forme brisée[35]. Situées au niveau de l'avant-cour, au nord de la salle de réfectoire, se tiennent les ruines d'un bâtiment probablement destiné à loger prieur. Ce bâtiment est daté du XVe siècle[35].

Placé dans la partie centrale du prieuré, se trouve un puits coiffé d'une toiture à charpente[6].

Les galeries du cloître, construites en bois, étaient ceintes par l'église, et les structures abritant salle du chapitre et réfectoire[70]. Avant la destruction de l'église, l'accès à la cour de l'établissement monastique, fermée sur chaque côté, s'effectuait par un couloir couronné d'une voûte et qui s'acheminait transversalement[64]. Au niveau de la cour, ce passage se terminait par une arcade cintrée[64]. Le couloir était précédé d'une pièce, possiblement la salle abritant le cellier[64]. Cette pièce, grâce à une porte aménagée du côté sud, s'ouvrait sur l'extérieur du monastère[64].

Au sud, se tenaient les structures abritant très probablement l'infirmerie et l'« hospitalité »[37].

Mobilier d'art contemporain[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Vitraux du dortoir Le site du prieuré Saint Jean du Grais.

Les 39 vitraux exécutés par Sarkis, aux verres sobres et monochromes, ont été encastrés dans les fenêtres de la salle capitulaire, du dortoir et du réfectoire[74]. Les étroites huisseries du dortoir abritent des vitraux de couleur bleu, tandis que ceux aménagés dans les fenêtres du réfectoire sont de couleur jaune, la salle capitulaire disposant de verreries de couleur rouge[75],[74].

icône image Image externe
Vitraux de la salle capitulaire Le site du prieuré Saint Jean du Grais.

Chaque vitrail est ornementé d'un décors peint se présentant sous la forme d'un nom d'une grande ville du monde, tel que Bagdad, Barcelone, Bethléem, Beyrouth, Gaza, Gênes Jérusalem, Marseille Palerme Tours, ou encore Tyr ou le nom d'un édifice religieux tel que l'Abbaye de Clairvaux[74],[29].

Associées aux trente-neuf vitraux et suspendues à la charpente du dortoir, 20 sculptures textiles, évoquant les habits de style oriental des croisés, ont été exécutées par Domenika Kaesdorf[29],[76]. Après avoir décoré la charpente, les sculptures ont été décrochées puis couchées au sol[53]. Enfin, la sculpture d'une cloche conçue en cristal est venue compléter le mobilier d'art contemporain de Saint-Jean-du-Grais[53].

Le prieuré dans la littérature[modifier | modifier le code]

Bien que la nouvelle d'Honoré de Balzac Une ténébreuse affaire se déroule dans l'Aube, l'abbaye disparue du Val-des-Preux qui y est évoquée pourrait avoir été inspirée à l'auteur par le prieuré Saint-Jean-du-Grais, proche du château de Beauvais à Azay-sur-Cher où résidait le sénateur Dominique Clément de Ris dont l'enlèvement en 1800 est romancé par Balzac dans cette nouvelle[77].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce récapitulatif, non exhaustif, a pour objet de montrer les différentes étapes chronologiques du toponyme du prieuré.
  2. La forêt de Bréchenay a été mentionnée sous plusieurs toponymes : Brussegneium Nemus, Brunissiacum Nemus, nemus de Bruse- naio et de Bruseneyo. Dans la charte du Grais, elle est citée ainsi : In foresta qua? Brunessiacum nuncupatur... inter Cormaricum. et Azaium.[23].
  3. L'extrait du testament se rapportant à ces rentes est le suivant : « Item, je veux et ordonne que le prieur du Grais soit récompensé à perpétuité de 4 sextiers de froment de rente ou de la somme de 20 escus d'or une foys paies pour l'interest que le prieur prétendoit avoir en l'estang du Rochier »[36].
  4. Jean-Jacques Bourassé, dans son recueil La Touraine, histoire et monuments, publié en 1856, remarque déjà : « Où trouvera t-on de débris plus imposants que ceux du Boisaubry et de Saint-Jean-du-Grès [...] »[45].
  5. Après le Grais, Rodin s'est également rendu à Beaulieu-lès-Loches ainsi qu'à Tours et exécuta, à la suite de ces excursions, d'autres esquisses : l'une représantant le clocher de l'église de Beaulieu, une autre un cromlech et une figurant la tour Charlemagne[47],[48],[49].
  6. Les 39 vitraux exécutés par Sarkis font actuellement partie du Fonds national d'art contemporain (Fnac)[53].
  7. Liste établie d'après Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine de Jacques-Xavier Carré de Busserolle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ancien prieuré de Saint-Jean-du-Gray », notice no PA00097554, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « peintures monumentales du réfectoire : Christ en majesté », notice no PA00097554, base Palissy, ministère français de la Culture.
  3. a et b « Ancien prieuré de Saint-Jean-du-Gray (206691867) », sur le site OpenStreetMap (consulté le 7 juillet 2018).
  4. a b c d et e Charles Hurault, « Ancien prieuré de Saint-Jean-du-Gray », sur la Base Mérimée du Ministère de la Culture, (consulté le 22 novembre 2017).
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Guy-Marie Oury, « L'érémitisme au XIIe siècle dans le diocèse de Tours : Le Grais », Revue Mabillon, t. LVIII, no 244,‎ (lire en ligne).
  6. a b et c « Prieuré Saint Jean du Grais », sur le site de la commune d'Azay-sur-Cher (consulté le 4 juillet 2018).
  7. a b c d e f g et h Casimir Chevalier, « La vallée du Cher : De Tours à Chenonceau », dans Casimir Chevalier, Promenades pittoresques en Touraine: Histoire, légendes, monuments, paysages, Mame, , 592 p. (lire en ligne).
  8. a et b Jean-Claude Yvard, « Délimitation de la Champeigne tourangelle historique. », Norois, no 167,‎ , pages 551 et 552 (DOI https://doi.org/10.3406/noroi.1995.6653, lire en ligne).
  9. J-F Allard, D. Chigot et J-P Chevrier, Bassin versant de l'Échandon - Eaux souterraines et eaux superficielles (37), Bureau de recherches géologiques et minières, (lire en ligne [PDF]), chap. 83, p. 143.
  10. « Les journées du patrimoine 2017 - dans le diocèse », sur le site du Diocèse de Tours (consulté le 5 juillet 2018).
  11. a b et c André Salmon, Grande Chronique de Touraine, Société archéologique de Touraine, (lire en ligne), pages 134, 135, 191 et 458.
  12. a b c d e et f Carré de Busserolle 1880, p. 224.
  13. a et b Denis Jeanson, « Prieuré suivi du nom de saint Jean - Saint Jean Baptiste : Le Prieuré-Saint-Jean-du-Grais. », sur Toponymie (consulté le 7 juillet 2018).
  14. « saint-jean du grais, 37270 Azay-sur-Cher », sur le site Remonter le temps de l'Institut national de l'information géographique et forestière (consulté le 8 juillet 2018).
  15. « saint-jean du grais, 37270 Azay-sur-Cher », sur le site Remonter le temps de l'Institut national de l'information géographique et forestière (consulté le 8 juillet 2018).
  16. « Azay sur Cher », sur le site de la Carte de Cassini - Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 8 juillet 2018).
  17. a b c d e f g h i j k l et m Jacques-Xavier Carré de Busserolle, « Grais », dans Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. III, Société archéologique de Touraine, , 419 p. (lire en ligne).
  18. André Pégorier, Les noms de lieux en France : Glossaire de termes dialectaux, Institut national de l'information géographique et forestière, , 3e éd. (lire en ligne [PDF]), p. 26.
  19. a b et c Amédée de La Ponce, « Recueil de documents destinés à faciliter la rédaction d'une Géographie ecclésiastique et politique de l'ancienne province de Touraine : Troisième Lyonnaise », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. IX,‎ (lire en ligne).
  20. Jacques Boisgontier, « Sur deux appellatifs topographiques occitans des lieux rocailleux : Gres et Crès. », Nouvelle revue d'onomastique, nos 25 et 26,‎ , p. 189-199 (DOI https://doi.org/10.3406/onoma.1995.1225).
  21. Charles Loiseau de Grandmaison, « Préface », dans Charles Loiseau de Grandmaison, Archives ecclésiastiques antérieures à 1790 : inventaire sommaire de la série H - Clergé régulier - H1 987, Archives départementales de Tours, , 358 p. (lire en ligne [PDF]), page 24.
  22. Jean-Martial Besse, chap. I « Diocèse de Tours », dans Abbayes et prieurés de l'ancienne France : Province ecclésiastique de Tours, vol. 19, t. 8, Abbaye de Ligugé - Picard et fils, coll. « Archives de la France monastique », (lire en ligne [PDF]), p. 43.
  23. Émile Mabille, « Notice sur les divisions territoriales et la topographie de l'ancienne province de Touraine [cinquième article]. », Bibliothèque de l'école des chartes, t. 26,‎ , p. 321 (DOI https://doi.org/10.3406/bec.1865.446002).
  24. Guy-Marie Oury, « Recherches sur quelques monastères non-identifiés de la Touraine septentrionale », Revue Mabillon : archives de la France monastique, Abbaye Saint-Martin de Ligugé, no 4,‎ , page 57 (lire en ligne).
  25. a et b Alain Jacquet, Templiers et hospitaliers en Touraine : sur les traces des moines chevaliers, 1193-2001, Éditions Sutton, (lire en ligne), p. 10 à 18.
  26. a et b Jean-Jacques Bourassé, « Chevaliers Bannerets », dans Jean-Jacques Bourassé, La Touraine, son histoire et ses monuments., A. Mame, , 610 p. (lire en ligne), p. 364.
  27. Jean-Mary Couderc, « Pouvoir féodal et pouvoir religieux en Touraine au XIe siècle », dans Histoire de la Touraine, t. 22, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine, (lire en ligne [PDF]).
  28. a b et c Ranjard 1949, p. 206.
  29. a b c d e f g h et i Jean-François Lagier (dir.), Jean-Paul Deremble, Paul-Louis Runy et al., « Prieuré de Saint-Jean-du-Grais - Azay-sur-Cher Indre-et-Loire 2004 », dans Lumières contemporaines - Vitraux du XXIe siècle et architecture du sacré, Chartres, Éditions Gaud, (lire en ligne [PDF]).
  30. Henri Martin, « Aux confins de Touraine et de Berry : Prétentions seigeuriales et politique royale durant deux siècles (1205-1408) - II - Le déclin du baronnage », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 37,‎ , p. 128 (lire en ligne).
  31. Jean-Jacques Bourassé, Le cartulaire de Cormery, t. 12, coll. « Mémoires de la Société archéologique de Touraine », (lire en ligne), p. 72.
  32. Élisabeth Lorans, Le Lochois du haut Moyen-Age au XVIIIe siècle : territoires, habitats et paysages, Université de Tours, , 289 p. (lire en ligne).
  33. Gaëlle Jacquet-Cavalli, « L'exploitation de la forêt de Bréchenay au Moyen-Âge », Bulletin de la Société archéologique de Touraine,‎ , p. 101 à 108 (lire en ligne).
  34. Antoine Selosse, Martine Campangne, Christophe Bonté (dir.) et al., « Le patrimoine Saint-Martin dans le sud-ouest tourangeau », dans Antoine Selosse, Martine Campangne et Christophe Bonté (directeur d'ouvrage), Les chemins de randonnée culturels Saint Martin : le chemin de l’Été de la Saint Martin., Tours, Conseil départemental d'Indre-et-Loire - Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours, (1re éd. novembre 2014), 88 p. (lire en ligne [PDF]), p. 68.
  35. a b c d e f g h i et j « Réfectoire (prieuré St Jean de Grais) », sur le site de la commune d'Azay-sur-Cher (consulté le 4 juillet 2018).
  36. a et b E. Montrot, « Les seigneurs de Sainte-Maure (suite) », bulletin des Amis du vieux Chinon, Société d'histoire de Chinon Vienne & Loire, t. 5, no 5,‎ , p. 181 et 184 (lire en ligne).
  37. a b c d e f et g Michel Bourderioux, « Vestiges Grandmontains tourangeaux », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 32,‎ , pages 223 et 224 (lire en ligne).
  38. a b et c Jean-Paul Ragot, « Deux dépendances de l'abbaye de Marmoutier : Le Louroux et Meslay... et deux dépendances de Saint-Martin de Tours : Saint-Epain et Saint-Jean-du-Grais », dans Jean-Paul Ragot, Légendes et patrimoine de Touraine, Éditions CPE, (lire en ligne).
  39. Émile Mabille, « Notice sur les divisions territoriales et la topographie de l'ancienne province de Touraine [cinquième et dernier article]. », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 27,‎ , page 342 (DOI https://doi.org/10.3406/bec.1866.446064, lire en ligne).
  40. a b et c Charles Loiseau de Grandmaison, « Prieuré du Grais », dans Charles Loiseau de Grandmaison, Archives ecclésiastiques antérieures à 1790 : inventaire sommaire de la série H - Clergé régulier - H1 987, Archives départementales de Tours, , 358 p. (lire en ligne [PDF]), pages 240 à 242.
  41. a et b Georges Collon, « Séance du 28 décembre 1927 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXIII,‎ , page 292.
  42. a et b Ranjard 1949, p. 207.
  43. a et b Christian Gilbert, « Une abbaye tironienne en Touraine : Saint-Michel de Bois-Aubry au XIIe siècle. », Bulletin Monumental, t. 151, no 1,‎ , page 163 (DOI https://doi.org/10.3406/bulmo.1993.3333, lire en ligne).
  44. a et b Syndicat Mixte du Pays Loire Touraine, « Les autres édifices religieux : Le prieuré de Saint-Jean-du-Grais à Azay-sur-Cher », dans Pour un Pays d’art et d’histoire - Dossier de candidature novembre 2008, (lire en ligne [PDF]).
  45. Jean-Jacques Bourassé, « Établissements monastiques », dans Jean-Jacques Bourassé, La Touraine, son histoire et ses monuments., A. Mame, , 610 p. (lire en ligne), p. 315.
  46. Pierre Duchemin, « Le décors néo-gothique intérieur de l'église d'Azay-sur-Cher (Indre-et-Loire) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 46,‎ (lire en ligne).
  47. a et b Paul-Jacques Lévêque-Mingam, Rodin & la Loire : dessins, plume et encre brune, mine de plomb, estompes sur papier crème, (lire en ligne), p. 52-57.
  48. a et b « Clochers de Saint-Jean-du-Gray à Athée-sur-Cher et de Beaulieu-lès-Loches (Cromlec de Beaulieu), tour Charlemagne à Tours (Indre-et-Loire) (recto) ; Clocher (verso) », sur la base de données Joconde, Ministère de la culture (consulté le 11 juillet 2018).
  49. a et b « Clocher de Saint-Jean-du-Gray à Azay-sur-Cher et de », sur le site du Musée Rodin (consulté le 11 juillet 2018).
  50. Henri-Paul Eydoux, « Monuments méconnus, Pays de la Loire. », Bulletin Monumental, t. 141, no 4,‎ , p. 441.
  51. Collectif, « Séance du 23 février 1950 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 30,‎ , page 85 (lire en ligne).
  52. Gérard Bardin, « La rentrée du club : du vin et de la culture ! », Média Loire, no 1,‎ (lire en ligne [PDF]).
  53. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u Martine Lainé et Myriam Guérid, « L'architecture religieuse et le mobilier des églises : Azay-sur-Cher Prieuré Saint-Jean-du-Grais », dans Martine Lainé et Myriam Guérid, Bléré en vallée du Cher : Chenonceau et ses environs, Lieux dits, coll. « Collection Images du patrimoine » (no 300), , 144 p. (ISBN 9782362191442, lire en ligne [PDF]).
  54. « Cris, chuchotements et danse au prieuré de Saint Jean du Grais », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  55. « Samedi, piano à Saint-Jean-du-Grais », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  56. « Saint Jean du Grais : Carrefour des cultures », sur le site de l'association de Saint Jean du Grais (consulté le 22 novembre 2017).
  57. « Saint-Jean-du-Grais lieu historique et religieux », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  58. « Saint-Jean-du-Grais, précieux patrimoine », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  59. « Saint-Jean-du-Grais : incontournable », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  60. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. I, Société archéologique de Touraine, , 480 p. (lire en ligne).
  61. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, « Larçay », dans Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. IV, Société archéologique de Touraine, (lire en ligne), p. 26.
  62. « Les annates du diocèse de Tours : 1421-1521 », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 16, no 1,‎ , p. 118 (lire en ligne).
  63. Jean-Jacques Bourassé, « Chateaux », dans Jean-Jacques Bourassé, La Touraine, son histoire et ses monuments., A. Mame, , 610 p. (lire en ligne).
  64. a b c d e et f Ranjard 1949, p. 211.
  65. a et b Ranjard 1949, p. 209.
  66. « Les journées du patrimoine à Saint-Jean-du-Grais », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  67. a b et c Marcel Aubert, « Les enduits dans les constructions du Moyen Age. », Bulletin Monumental, Société française d'archéologie, t. 115, no 2,‎ , page 116 (DOI https://doi.org/10.3406/bulmo.1957.3805, lire en ligne).
  68. a et b « peintures monumentales du réfectoire : Christ en majesté », sur la Base Palissy, Ministère de la Culture - Direction de l'Architecture et du Patrimoine, (consulté le 4 juillet 2018).
  69. Chantal Ciret, « L'église Saint-Pierre », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 53,‎ , p. 28 (lire en ligne).
  70. a b c d e f g h i et j « Salle capitulaire », sur le site de la commune d'Azay-sur-Cher (consulté le 4 juillet 2018).
  71. Ranjard 1949.
  72. Pierre Leveel, « L'ancienne église Notre-Dame d'Yzeures », dans Pierre Leveel, La Touraine disparue : Et ses abords immédiats., CLD, (lire en ligne), page 110.
  73. a et b Ranjard 1949, p. 208.
  74. a b et c François Bousquet, « Art du vitrail et espaces de la foi : le croisement de deux infinis », dans Jean-François Lagier et alii., Lumières contemporaines - Vitraux du XXIe siècle et architecture du sacré, Chartres, Éditions Gaud, (lire en ligne [PDF]), p. 18.
  75. « Sarkis illumine le prieuré de Saint Jean du Grais », Détours en France, no 14,‎ (lire en ligne [PDF]).
  76. « L’Éveil - Sarkis », sur le site de l'Eternal Network (consulté le 8 juillet 2018).
  77. Honoré de Balzac, La Comédie humaine : Une ténébreuse affaire, t. VII, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 29), , 1872 p. (ISBN 978-2-07010-866-4), note p. 551.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :