Ardentes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ardentes
Ardentes
La mairie en 2013.
Blason de Ardentes
Blason
Ardentes
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement Châteauroux
Canton Ardentes
(chef-lieu)
Intercommunalité Châteauroux Métropole
Maire
Mandat
Didier Barachet
2014-2020
Code postal 36120
Code commune 36005
Démographie
Gentilé Ardentais
Population
municipale
3 872 hab. (2015 en augmentation de 2,6 % par rapport à 2010)
Densité 62 hab./km2
Population
aire urbaine
85 674 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 35″ nord, 1° 49′ 54″ est
Altitude Min. 150 m
Max. 208 m
Superficie 62,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte administrative de l'Indre
City locator 14.svg
Ardentes

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Ardentes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ardentes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ardentes
Liens
Site web mairie-ardentes.com

ArdentesÉcouter est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ardentes est située dans l'est[1] du département, dans la région naturelle du Boischaut Sud. Elle appartient à l'aire urbaine de Châteauroux et est constituée de deux villages, Ardentes, qui constitue la majeure partie et où se trouvent les administrations, et Clavières.

Les communes limitrophes[1] sont : Sassierges-Saint-Germain (5 km), Étrechet (6 km), Mâron (8 km), Jeu-les-Bois (8 km), Le Poinçonnet (9 km) et Mers-sur-Indre (10 km).

Les services préfectoraux[1] sont situés à Châteauroux (13 km), La Châtre (21 km), Issoudun (26 km) et Le Blanc (60 km).

Localisation de la commune d'Ardentes

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux et lieux-dits de la commune sont : Clavières, les Loges de Dressais, le Breuil, Villebommiers, Dressais, la Cueille, Bellat, le Plessis, Sanguille, la Boisfarderie et Buxerolle[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Indre[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé observé de 1961 à 1990, à la station météorologique de Châteauroux - Déols (36)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,5 1,2 2,6 4,9 8,2 11,2 13,2 13,1 10,9 7,6 3,5 1,1 6,5
Température moyenne (°C) 3,4 4,7 6,9 9,7 13,2 16,5 19,1 18,7 16,3 12,1 6,9 4 11
Température maximale moyenne (°C) 6,3 8,2 11,2 14,5 18,2 21,8 25 24,3 21,6 16,7 10,3 6,9 15,4
Record de froid (°C)
date du record
−22,8
16/01/1985
−15
05/02/1963
−10
03/03/1965
−3,9
12/04/1986
−0,2
08/05/1974
3
05/06/1969
5,8
02/07/1975
4,5
06/08/1967
1,1
19/09/1962
−2,8
25/10/1964
−6,3
23/11/1988
−17
10/12/1967
−22,8
16/01/1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18,3
30/01/1967
22,9
24/02/1990
24,3
28/03/1989
26,9
20/04/1968
31,1
27/05/1967
35,6
28/06/1986
36,8
21/07/1990
37,3
16/08/1974
34
17/09/1987
29,5
02/10/1985
21,6
01/11/1984
20,5
16/12/1989
37,3
16/08/1974
Nombre de jours avec gel 13,4 11,6 9,1 2,5 0,1 0 0 0 0 0,8 6,8 12,9 57,2
Ensoleillement (h) 47 76 121 150 181 201 235 203 165 123 63 48 1 613
Record de vent (km/h)
date du record
101
30/01/1983
115
03/02/1990
126
10/03/1982
83
11/04/1985
87
02/05/1988
97
07/06/1987
94
26/07/1983
72
26/08/1986
97
22/09/1987
94
16/10/1987
101
08/11/1982
97
30/12/1981
126
10/03/1982
Précipitations (mm) 61,7 63,2 63,8 56,6 75,3 53,4 51,5 50,6 60,9 59,9 65,7 65,7 728,3
dont pluie (mm) 29,5 28,2 32,4 42,6 39,7 39,7 48,3 43 58,6 43 35,2 35 58,6
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
29,5
12/01/1962
28,2
13/02/1990
32,4
29/03/1978
42,6
18/04/1964
39,7
06/05/1985
39,7
20/06/1977
48,3
22/07/1963
43
29/08/1968
58,6
17/09/1975
43
29/10/1981
35,2
05/11/1962
35
14/12/1979
58,6
17/09/1975
Nombre de jours avec précipitations 11 10,4 11,1 10,3 11,9 8,1 6,6 7,7 7,5 9,1 11 11,1 115,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 4,1 4,1 4,5 3,8 5,2 3,7 3,2 2,9 3,6 4,1 4,8 4,5 48,5
Humidité relative (%) 88 85 79 75 76 74 69 70 76 84 88 88 79,33
Nombre de jours avec neige 3,3 3,4 1,9 0,8 0 0 0 0 0 0 1,3 2,7 13,4
Nombre de jours d'orage 0,1 0,2 0,4 1,1 3,4 3,3 0 0 2,1 0,9 0,3 0,3 12,1
Nombre de jours avec brouillard 5,7 4,4 2,3 1,4 1,2 1,1 0 0 2,8 5,9 5,8 6,4 37
Source : Infoclimat.fr
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
6,3
0,5
61,7
 
 
 
8,2
1,2
63,2
 
 
 
11,2
2,6
63,8
 
 
 
14,5
4,9
56,6
 
 
 
18,2
8,2
75,3
 
 
 
21,8
11,2
53,4
 
 
 
25
13,2
51,5
 
 
 
24,3
13,1
50,6
 
 
 
21,6
10,9
60,9
 
 
 
16,7
7,6
59,9
 
 
 
10,3
3,5
65,7
 
 
 
6,9
1,1
65,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales : 12, 12C, 12D, 14, 19, 41, 102, 105 et 943[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Transports[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Châteauroux[4], à 13 km.

Ardentes est desservie par la ligne 15 du réseau de bus Horizon[5].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[4], à 16 km.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée 46[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[6] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 1 925
Résidences principales 86.2 %
Résidences secondaires 5,2 %
Logements vacants 8,6 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 76,3 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution française, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune de Saint-Martin-d’Ardentes change de nom pour Ardentes-les-Bois[7]. Ardentes fut créée par les Romains sous le nom d'Alerta.

Ses habitants sont appelés les Ardentais[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ardentes existait déjà à l'époque romaine et s'étendait sur les deux parties de l'Indre sous les noms d'Alerta et d'Aléréa. Elle est mentionné sur la table de Peutinger sous le nom d'Alerta puisque Ardentes était située sur la voie romaine menant d’Argentomagus (Argenton-sur-Creuse) à Avaricum (Bourges).

L'emplacement de l'église Saint-Martin fut d'ailleurs celui d'un temple romain.

La paroisse d'Ardentes dépendait de l'abbaye de Déols.

On sait l'existence d'une place forte aujourd'hui disparue dans le bourg Saint-Martin au XVe siècle.

De 1666 à 1874, des forges firent la richesse de la ville, elles étaient concentrées à « Clavières » mais s'étendaient depuis le lieu-dit « Forge-Haute » à Ardentes, jusqu'au lieu-dit « La Forge de l'Isle » au Poinçonnet. Les restes de ses constructions permettant de dévier l'eau et de faire barrage sont encore visibles dans ces trois lieux.

Ardentes, jusqu'en 1839, était en fait deux communes séparées par l'Indre qui sont maintenant des quartiers : Saint-Martin et Saint-Vincent qui correspondaient à deux paroisses : Saint-Martin-d’Ardentes au sud de la rivière Indre et Saint-Vincent-d’Ardentes au Nord.

Depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu'en 2012, Ardentes comptait un terrain militaire situé à « Forge-haute ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement de Châteauroux, du canton d'Ardentes, de la deuxième circonscription de l'Indre et de Châteauroux Métropole.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1971 René Wissocq Radical Conseiller général de l'Indre (1949-1976)
mars 1977 mars 1983 Alain Berthier de Grandry[9] ? ?
juin 1989 juin 1995 Alain Berthier de Grandry ? ?
juin 1995 mars 2001 Pierre Desseigne PCF Conseiller général du canton d'Ardentes (2001-2008)
mars 2001 en cours Didier Barachet[10],[11],[12] UMP-LR Expert comptable

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune dispose des services suivants :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2015, la commune comptait 3 872 habitants[Note 1], en augmentation de 2,6 % par rapport à 2010 (Indre : -3,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0561 0029091 1791 1441 0892 1622 2972 480
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5462 5612 6812 4492 6172 6822 6472 6772 665
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6552 6792 7252 5042 3272 2372 2472 7102 725
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 8522 7202 7803 2693 5113 3233 5823 6163 799
2015 - - - - - - - -
3 872--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieux d'enseignements : une école maternelle publique (Antoine-Fée[20]) ; deux écoles élémentaires publiques (Saint-Martin[20] et Saint-Vincent[20]) et un collège public (Stanislas-Limousin[20]).

Les lycées publics de secteur se trouvent à Châteauroux (lycée polyvalent Pierre-et-Marie-Curie[21] et lycée polyvalent Blaise-Pascal[21]).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans, depuis 1534, le premier week-end de septembre se tient la fête de Saint-Leu.

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

  • une médiathèque
  • Agora (salle des fêtes)
  • une maison des associations
  • treize associations culturelles

Santé[modifier | modifier le code]

  • une pharmacie
  • un orthophoniste
  • un médecin
  • sept infirmières
  • un dentiste
  • deux prothésistes
  • trois masseurs et kinésithérapeutes
  • une sage-femme
  • un hypnothérapeute
  • une maison de santé pluridisciplinaire.

L'hôpital le plus proche est celui de Châteauroux.

La commune est équipée de 4 défibrillateurs cardiaques.

Sports[modifier | modifier le code]

  • gymnase Grands-Buissons
  • gymnase Aléréa
  • un stade
  • un dojo
  • un terrain de tennis
  • une piscine
  • un parcours de santé
  • un terrain de pétanque

La commune compte 20 associations sportives.

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, L'Écho du Berry, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La commune d'Ardentes dépend de l'archidiocèse de Bourges, du doyenné de Châteauroux[22] et de la paroisse de Saint-Vincent. Les lieux de culte sont les églises Saint-Vincent et Saint-Martin.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[23].

Elle fut le siège des forges de Clavières créées en 1666, par les princes de Condé, avec l'aide de financiers bretons. En 1670, les forges sous la direction de Claude Charles François Leblanc de Marnaval sont donc parmi les plus importantes du royaume, avec une activité florissante liée en particulier à celle de la fonderie de canon d'Étrechet[24] et le monopole de la fourniture de l'arsenal de Rochefort, mais elles déclinent au long du XIXe siècle, pour fermer en 1874.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Clavières
  • Église Saint-Martin (XIe et XIIe siècles) : rattachée à l’abbaye de Déols en 1117, de style roman comme cette dernière, son architecture est influencée par l’art bourguignon qui se propage sous l’effet du rayonnement de l’abbaye de Cluny ainsi que par l'architecture saintongeaise.
  • Église Saint-Vincent (XIIe siècle) : elle a été presque entièrement refaite au XVe siècle. Le clocher est du XIXe siècle. Seules les deux petites têtes de lions dans le chœur datent de l'époque romane.
  • Atelier des Gachons
  • Monument aux morts

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Labels et distinctions[modifier | modifier le code]

Ardentes a obtenu au concours des villes et villages fleuris :

  • une fleur en 2008[25] ;
  • deux fleurs en 2011[26], 2013, 2014, 2015 et 2016[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Ardentes Blason D'or aux trois fasces ondées de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
logo Ardentes Logotype de la commune d'Ardentes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Indre », sur le site de Lion 1906, consulté le 3 septembre 2018.
  2. a, b et c « Carte IGN - Ardentes », sur le site du Géoportail, consulté le 17 septembre 2018.
  3. « Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre », sur le site de la Prévention du risque sismique, consulté le 3 septembre 2018.
  4. a, b et c « Ardentes », sur le site de ViaMichelin, consulté le 3 septembre 2018.
  5. « Plans », sur le site de Horizon, consulté le 19 février 2018.
  6. Site de l'Insee : Ardentes, consulté le 6 septembre 2016.
  7. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne, (lire en ligne).
  8. « Nom des habitants des communes françaises, Ardentes », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 11 février 2012).
  9. « Alain Berthier de Grandry n'est plus », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne).
  10. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  11. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  12. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  13. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  14. Site de Région de Gendarmerie du Centre : Groupement de l'Indre, consulté le 23 août 2012.
  15. Site du conseil départemental de l'Indre : Avec le Département, des routes encore plus sûres !, consulté le 9 mars 2016.
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  20. a, b, c et d [PDF] Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 29 janvier 2017.
  21. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 29 janvier 2017.
  22. Site de l'archidiocèse de Bourges : Doyenné de Châteauroux, consulté le 4 mai 2013.
  23. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  24. Château de Bouges, Patrimoine, , p. 7.
  25. [PDF] 49e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2008, consulté le 23 septembre 2009.
  26. [PDF] 52e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2011, consulté le 23 septembre 2011.
  27. Site des villes et villages fleuris : Toutes les communes fleuries, consulté le 22 décembre 2016.