Saint-Branchs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Branchs
Saint-Branchs
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Monts
Intercommunalité Touraine Vallée de l'Indre
Maire
Mandat
Patrick NATHIE
2018-2020
Code postal 37320
Code commune 37211
Démographie
Gentilé Saint-branchois
Population
municipale
2 601 hab. (2016 en augmentation de 4,37 % par rapport à 2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 36″ nord, 0° 46′ 23″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 125 m
Superficie 51,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Branchs

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Branchs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Branchs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Branchs
Liens
Site web http://www.saint-branchs.fr/

Saint-Branchs est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants sont appelés les Saint-branchois et Saint-branchoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le plateau de Sainte-Maure.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Saint-Branchs.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 41,54 km, comprend trois cours d'eau notables, l'Échandon (4,099 km) et le Bourdin (6,437 km) et le Saint-Branchs (7,593 km), et divers petits cours d'eau[1],[2].

L'Échandon a longueur totale de 25,7 km. Il prend sa source dans la commune de Manthelan et se jette dans l'Indre à Esvres, après avoir traversé 6 communes[3]. Dans la commune, il irrigue l'extrême nord-est du territoire en entrant au droit du hameau de Richène et sortant aux abords du château de Montchenain. Ce cours d'eau est classé dans la liste 1[Note 1] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux[4]. Sur le plan piscicole, l'Échandon est classé en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[5].

Le Bourdin, d'une longueur totale de 14,8 km, prend sa source dans la commune de Louans et se jette dans l'Indre à Veigné, après avoir traversé 5 communes[6]. Il pénètre le territoire communal au droit de la RD 21 près du hameau du Réau des Champs puis s'écoule du sud vers le nord en traversant l'étang des Bimes puis constitue la limite communale nord-ouest[7]. Sur le plan piscicole, le Bourdin est également classé en deuxième catégorie piscicole[5].

Le Saint-Branchs, qui porte le nom de ruisseau du Taffoneau sur le territoire communal, à partir du hameau de Ré[7], a une longueur totale de 18,3 km. Il prend sa source dans la commune du Louroux, traverse la commune du sud vers le nord et se jette dans l'Indre à Veigné, après avoir traversé 5 communes[8]. Sur le plan piscicole, le Saint-Branchs est également classé en deuxième catégorie piscicole[5].

En 2019, la commune est membre de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre qui est elle-même adhérente au syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre. Créé par arrêté préfectoral du suite aux crues historiques de décembre 1982 et janvier 1983, ce syndicat a pour vocation d'une part l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau par des actions de restauration de zones humides et des cours d'eau, et d'autre part de participer à la lutte contre les inondations par des opérations de sensibilisation de la population ou de restauration et d'entretien sur le lit mineur, et sur les fossés situés dans le lit majeur de l'Indre appelés localement « boires », et de l'ensemble des cours d'eau du bassin versant de l'Indre[9].

Quatre zones humides ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le Conseil départemental d'Indre-et-Loire[10],[11] : la vallée de l'Échandon de Saint-Bauld à la confluence, la vallée du Ruisseau de Saint-Branchs, la vallée du Ruisseau de Taffoneau et la vallée du Ruisseau du Bourdin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  juin 1995 Jeannine Saulnier    
juin 1995 mars 2008 Daniel Balanger PS Cadre
mars 2008 mars 2014 Didier Ageorges DVG  
mars 2014 septembre 2017 Daniel Balanger PS Cadre
Février 2018 En cours Patrick Nathié   Cadre

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2016, la commune comptait 2 601 habitants[Note 2], en augmentation de 4,37 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3611 9201 8371 9362 0102 0432 0031 8861 941
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9311 8351 8021 7801 7401 7441 7471 6851 610
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6121 5641 5351 4281 4681 4161 4331 3661 429
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 3611 6211 5481 7072 1032 2112 3242 3402 356
2013 2016 - - - - - - -
2 5882 601-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Branchs se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Saint-Avertin.

L'école primaire accueille les élèves de la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Peu de monuments historiques sur la commune. La chapelle de Beauchêne (1862) et un bénitier du XIIIe siècle dans une église du XIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Aimé Besnard (1821-?), installé à Saint-Branchs comme maréchal des forges, y fonda en 1859 les ateliers de mécanique agricole qui inventèrent et brevetèrent une machine à battre, la première du département d'Indre-et-Loire et toujours vue comme l'aïeule des "moissonneuses-batteuses". Par son fils Lucien qui épousa Bathilde Fortin, René Aimé Besnard est le grand-père de l'artiste peintre de Montparnasse Jeanne Besnard-Fortin (1892-1978).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le classement en liste 1 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 31 janvier 2019)
  2. « Saint-Branchs sur Geoportail », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 31 janvier 2019)
  3. « Fiche Sandre - l'Échandon », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 31 janvier 2019)
  4. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 31 janvier 2019)
  5. a b et c (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 31 janvier 2019)
  6. « Fiche Sandre - le Bourdin », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 31 janvier 2019)
  7. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Geoport-Avoine
  8. « Fiche Sandre - le Saint-Branchs », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 31 janvier 2019)
  9. « Objectifs du SAVI », sur http://www.savi37.fr/ (consulté le 31 janvier 2019)
  10. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 30 janvier 2019)
  11. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 30 janvier 2019)
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.