Monts (Indre-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monts.

Monts
Monts (Indre-et-Loire)
Vue du bourg depuis le pont sur l'Indre.
Blason de Monts
Blason
Monts (Indre-et-Loire)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Monts
Intercommunalité Touraine Vallée de l'Indre
Maire
Mandat
Laurent Richard
2018-2020
Code postal 37260
Code commune 37159
Démographie
Gentilé Montois
Population
municipale
7 774 hab. (2016 en augmentation de 11,14 % par rapport à 2011)
Densité 285 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 41″ nord, 0° 37′ 31″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 99 m
Superficie 27,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Monts

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Monts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monts
Liens
Site web www.monts.fr

Monts (prononcé [mɔ̃]) est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Le patrimoine de la commune est historique avec le château de Candé, demeure Renaissance très agrandie au XIXe siècle par la famille Drake del Castillo et qui accueille, le le mariage du duc de Windsor et de Wallis Simpson. Il est aussi industriel avec la poudrerie nationale du Ripault, fondée peu avant la Révolution française et reprise au tout début des années 1960 par le commissariat à l'énergie atomique.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Monts se situe sur l'Indre à un peu plus de treize kilomètres au sud-sud-ouest de Tours[1], distance exprimée à vol d'oiseau. Dans la partie nord-ouest du canton de Monts, elle est rattachée à l'unité urbaine et au bassin de vie de Monts, mais à l'aire urbaine et à la zone d'emploi de Tours[I 1].

Communes limitrophes de Veigné
Joué-lès-Tours Veigné
Artannes-sur-Indre Veigné Montbazon
Thilouze Sorigny

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte représentant en couleurs le zonage géologique d'un territoire.
Carte géologique simplifiée de Monts[2].
  • Bourg
  • Limites communales
  • c4-6B : craie blanche (Turonien)
  • c4-6S : argiles à silex (Sénonien)
  • g1 : calcaire lacustre de Touraine (Sannoisien)
  • eP : grès à conglomérats (Tertiaire)
  • m3-p : sables et graviers du (Miocène)
  • Fx-y : alluvions de terrasses (Quaternaire)
  • Fz : alluvions récentes (Quaternaire)
  • Failles

Une succession de strates sédimentaires crétacées caractérise le sud du Bassin Parisien. À Monts, Ces formations géologiques n'affleurent que dans certaines vallées de cours d'eau où l'érosion les a mises à jour ; il s'agit alors de craie blanche dite « de Blois » (C4-6B) du Turonien ou d'argiles à silex sénoniennes (C4-6S). Plus généralement, ces strates se dégradent en grès à conglomérats siliceux (eP) sur les plateaux. Un peu plus tard, au Sannoisien, c'est cette fois du calcaire lacustre (g1) qui se dépose et qui donne son unité géologique à cette partie de la Touraine, la Champeigne, dont Monts occupe la partie ouest. Le calcaire lacustre présente à Monts des faciès très divers, allant de la meulière à la marne et intéresse surtout la partie est de la commune. Très localement, des placages de sables graveleux miocènes (m3-p) viennent recouvrir le calcaire lacustre. L'Indre dépose au Quaternaire de très larges zones d'alluvions, plus anciennes en terrasses (Fx-y) ou plus récentes en fond de vallée (Fz) en fonction de l'évolution de son cours. Au sud-est du chef-lieu communal, deux failles limitent une zone effondrée où le calcaire lacustre se retrouve à l'altitude des strates crétacées sous-jacentes[3],[4].

Le territoire affecte sensiblement la forme d'un triangle isocèle dont la pointe serait tournée vers le sud ; le chef-lieu communal « historique » est fortement décalé vers le nord-ouest par rapport au centre géométrique de ce triangle, que l'Indre traverse dans sa moitié nord. La superficie communale est de 2 728 ha, bien supérieure à la moyenne des communes de France qui s'établit en 2016 à 1 488 ha[5].

La commune de Monts repose sur un plateau entaillé par l'Indre et ses affluents. L'altitude maximale de ce plateau s'établit à 99 m au nord et au sud, alors que la vallée de l'Indre ne dépasse pas l'altitude de 50 m. Les pentes du plateau sont relativement douces, exception faite de deux éperons de confluence de l'Indre et de deux ruisseaux où la rupture de pente est importante[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

carte en couleurs représentant le réseau des cours d'eau d'un territoire.
Réseau hydrographique de Monts.

La commune est traversée d'est en ouest par l'Indre (8,329 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 25,02 km, comprend un autre cours d'eau notable, le Montison (1,791 km), et sept petits cours d'eau pour certains temporaires[6],[7].

Photographie en couleurs d'un cours d'eau coulant entre deux rives arborées.
L'Indre à Monts.

L'Indre, d'une longueur totale de 279,4 km, prend sa source à une altitude de 453 m sur le territoire de Saint-Priest-la-Marche dans le département du Cher et se jette dans la Loire à Avoine, après avoir traversé 58 communes[8]. Les crues de l'Indre sont le plus souvent de type inondation de plaine[Note 1]. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de l'Indre tourangelle[10], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Monts. Le débit mensuel moyen (calculé sur 14 ans pour cette station) varie de 4,51 m3/s au mois de septembre à 34 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 236 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 5,56 m ce même jour[11],[12]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 2] et 2[Note 3] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [13],[14]. Sur le plan piscicole, l'Indre est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[15].

Le Montison, d'une longueur totale de 14,1 km, prend sa source dans la commune de Villeperdue et se jette dans l'Indre à Artannes-sur-Indre, après avoir traversé 5 communes[16]. Sur le plan piscicole, le Montison est également classé en deuxième catégorie piscicole[15].

En 2019, la commune est membre de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre qui est elle-même adhérente au syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre. Créé par arrêté préfectoral du suite aux crues historiques de décembre 1982 et janvier 1983, ce syndicat a pour vocation d'une part l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau par des actions de restauration de zones humides et des cours d'eau, et d'autre part de participer à la lutte contre les inondations par des opérations de sensibilisation de la population ou de restauration et d'entretien sur le lit mineur, et sur les fossés situés dans le lit majeur de l'Indre appelés localement « boires », et de l'ensemble des cours d'eau du bassin versant de l'Indre[17].

Sept zones humides[Note 4] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de l'Indre : de Monts à la prairie du Breuil », « la vallée de l'Indre : du Viaduc TGV à la RD 86 », « les mares de Nétilly », « l'étang et la prairie du Petit Moulin », « la vallée de l'Indre : bourg et environs d'Artannes-sur-Indre », « la vallée du Ruisseau du Saint-Laurent » et « la vallée du Bois de Longue Plaine »[18],[19].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat d'Indre-et-Loire.

Comme l'ensemble des communes d'Indre-et-Loire, Monts bénéficie d'un climat tempéré océanique dit dégradé[20], caractérisé par des températures clémentes, même en hiver. Aucun mois n'est véritablement sec, les précipitations mensuelles moyennes étant toujours supérieures à 40 mm[21].

Les données météorologiques recueillies sur plusieurs années à Joué-lès-Tours, commune limitrophe de Monts, montrent une pluviométrie moyenne annuelle de l'ordre de 665 mm (entre 49 et 65 mm par mois) pour 165 jours de précipitations. La durée moyenne annuelle d'insolation s'établit à 1 821 heures (de 54 en décembre à 244 en juillet). La moyenne des températures minimales mensuelles n'est jamais négative et seuls 49 jours de gel par an sont enregistrés. La moyenne des températures maximales mensuelles reste modérée avec 24,7 °C en juillet. Les vents dominants soufflent du sud-ouest ou du nord-est[P 1].

Paysages naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le contexte géologique (extrémité occidentale du plateau de la Champeigne) et topographique (vallées de cours d'eau qui ont laissé de grandes terrasses alluvionnaires et dont les confluents dessinent des éperons) de Monts est favorable à une grande diversité des paysages naturels. C'est ainsi que de larges secteurs boisés occupent les terrasses ponctuées de pelouses sèches, mais que plus près des cours d'eau, dans les vallées, la fore peut être très spécifique des zones humides (Fritillaire pintade)[22].

La ZNIEFF de type I de la « pelouse du bois de la Bruère » abrite, sur une superficie d'un peu plus de cinq hectares une flore spécifique à ce biotope de pelouse calcaire sèche, dont des Orchidées sauvages. Ce type d'habitat tend à se raréfier dans ce secteur en raison d'un boisement naturel qui progresse[23].

Le site classé du « château et du domaine du Breuil », sur les communes d'Artannes-sur-Indre et de Monts, occupe entièrement le méandre de l'Indre au nord-ouest du bourg, sur la rive gauche, avec quelques extensions sur la rive droite. Il correspond en grande partie au parc du château du Breuil, vaste propriété boisée avec une alternance de peupleraies et de prairies au bord de la rivière[24]. Le site classé de la vallée de l'Indre, bien plus vaste que le précédent qu'il recouvre, est remarquable par ses paysages naturels de bois, de prairies et de pelouses, mais aussi par son patrimoine bâti composé de nombreux châteaux[25]. Ces deux sites sont classés depuis le .

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Monts et l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2016[I 2],[I 3].

Le logement à Monts en 2016.
Monts Indre-et-Loire
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 3 221 318 933
Part des résidences principales (en %) 95,5 86,9
Part des logements vacants (en %) 3,4 8,5
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 77,8 59,2

Les résidences principales prennent une place grandissante dans le parc global de logement sur la commune, au détriment des résidences secondaires et des logements vacants, ce qui conduit à une forte tension sur le marché de l'immobilier montois et peut aboutir à une forte augmentation du prix de l'immobilier[P 2]. Les logements anciens (construits avant 1949) ne représentent que 18 % du parc immobilier contre 34,5 % au niveau départemental[P 3]. Les logements sont de grande taille (type T4 et T5 à plus de 80 %), ce qui constitue un obstacle à l'installation à Monts de jeunes ménages[P 4]. Le rythme de construction de nouveaux logements, très élevé entre 1971 et 1990 avec plus de 55 logements par an, se ralentit nettement jusqu'en 2005 avant de repartir à la hausse dans la période 2006-2013. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le nombre de logements à Monts a été multiplié par sept[I 2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Carte représentant par un jeu de couleurs l'extension des zones bâties d'un territoire.
Évolution de l'urbanisation du bourg de Monts de 1958 à 2015.

Si le noyau urbanisé de Monts se trouve autour de l'église, au niveau de l'éperon rocheux de confluence entre l'Indre et d'un ruisseau affluent, plusieurs zones plus densément construites, sous la forme de villages-rue, s'étalent le long de la D 17 jusqu'aux années 1960. C'est ensuite que les constructions, gagnant progressivement le sommet du coteau, assurent la jonction de ces noyaux plus anciens au sein d'une zone bâtie pourtant hétérogène et sans réelle unité. C'est ainsi, par exemple, que l'implantation de la nouvelle mairie dans un secteur nouveau ne traduit pas une continuité dans l'organisation urbanistique de la ville.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

L'aléa relatif au phénomène de retrait-gonflement des argiles est directement lié à la nature des terrains affleurants : il est estimé fort au sud-est et à l'extrême nord plateau, ainsi que dans le fossé d'effondrement au sud-ouest de la ville, où le calcaire lacustre prédomine ; il est moyen voire faible dans les autres secteurs de la commune, là où d'autres formations géologiques de surface sont observées (respectivement limons et alluvions)[26] La commune de Monts est soumise à un risque sismique faible (niveau 2 sur une échelle de 1 à 5)[27] ; les chroniques locales mentionnent toutefois plusieurs séismes ressentis dans la vallée de l'Indre[28],[29], le (intensité V ou VI, épicentre en limite du Poitou et de la Touraine)[30] et le (intensité V, épicentre en Touraine)[31].

La présence de l'unité du CEA, qui n'est pas concernée par la directive Seveso, ne se traduit pas par l'adoption d'un plan de prévention des risques technologiques pour Monts et les communes limitrophes[32]. S'appliquent toutefois les dispositions générales relatives au transport de matières dangereuses[33]. Le plan local d'urbanisme de Monts stipule que, dans les secteurs constructibles proches du Ripault (secteurs UB5 et sous-secteurs rattachés), sont spécifiquement interdits « les constructions et installations permettant le rassemblement de personnes » et « les immeubles de grande hauteur ou formant rideau »[34]. Le site du Ripault, traversé par l'Indre, est partiellement inondable ; le plan de prévention du risque inondation de la vallée de l'Indre laisse au CEA la responsabilité d'édicter et mettre en place sur son site les mesures nécessaires pour éviter les effets de graves inondations sur la « sécurité des biens et des personnes »[35].

Pour des raisons de sécurité interne, le site du Ripault n'est pas accessible au public. En outre, il est frappé d'une interdiction de survol par tout aéronef évoluant à une altitude inférieure à 3 500 pieds, sauf exceptions listées dans un arrêté ministériel[36].

Planification et projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Carte représentant le tracé des principales voies de communication d'un territoire.
Routes et voies ferrées de Monts.

Réseau routier et autoroutier[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'autoroute A 10 Paris-Bordeaux ; la sortie no 24.1 Montbazon ou Sorigny est accessible par la D 84. En outre, au nord-est de Monts, un échangeur A10-A85 permet de rejoindre Angers à l'ouest ou Vierzon à l'est.

La D 84 suit la vallée de l'Indre d'Azay-le-Rideau jusqu'à Cormery et au-delà. La D 84, vers le sud-est, permet de rejoindre Sorigny et la D 910. La D 84, vers le nord-est, gagne directement Joué-lès-Tours et l'agglomération tourangelle.

Réseaux de transports en commun[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un bâtiment le long de voies ferrées.
Gare de Monts.

La gare de Monts est située sur la Ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean via Tours et Poitiers. Elle est desservie par les TER Centre-Val de Loire, sous la marque Rémi depuis 2019.

Géré par la région Centre-Val de Loire et exploité par Transdev Touraine, le réseau Rémi, Réseau de Mobilité Interurbaine assure la desserte de la commune en autocars via la ligne I (Saché ↔ Monts ↔ Tours)[37].

Itinéraires cyclistes et pédestres[modifier | modifier le code]

L'« Indre à vélo » est un itinéraire touristique permettant aux cyclistes de découvrir le patrimoine des communes qui bordent la rivière, de Jeu-les-Bois à Azay-le-Rideau. Il traverse le territoire de Monts en empruntant le D 17[38].

Le « sentier de grande randonnée 46 » qui relie Toulouse à Tours parcourt notamment la vallée de l'Indre. Sur la commune de Monts, il emprunte un chemin courant sur le plateau nettement au sud de la vallée[39].

Toponymie et hydronymie[modifier | modifier le code]

Extrait d'une carte ancienne en couleurs avec délimitation d'un territoire communal.
Monts (limites communales modernes en jaune) sur la carte de Cassini.

Onomastique partielle du toponyme Monts[40] :


La première mention du lieu apparaît dans le cartulaire de l'abbaye Saint-Paul de Cormery sous le terme De Monte et désigne un ensemble de hauteurs, dont certainement l'éperon de confluence proche du bourg[40].

Le Puits (ou Puy) de Monts, nom de l'éperon qui domine l'Indre et sur les pentes duquel est bâti le noyau le plus ancien de la ville, dérive directement du latin podium signifiant « lieu élevé »[42]. Le nom du domaine du « Breuil », qui désigne en ancien français un « bois enclos constituant une réserve de chasse », est dérivé du gaulois bro -gilo[43]. Le toponyme de « Ripault », plus anciennement orthographié « Ripaux », semble provenir du latin ripoe, lui-même issu de rip(a, ae) : « rive d'un cours d'eau » (l'Indre en l'occurrence)[44]. La « Gagneraie » est certainement un territoire défriché, gagné sur la forêt au Moyen Âge tandis que « Paisse-Oison » désigne un pré où venaient paître les oies[M 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

De la Préhistoire à l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Les vestiges préhistoriques et protohistoriques sont peu nombreux[45] ; une présence humaine (silex taillés trouvés sur des terrasses sableuses de l'Indre[C 1]) est attestée au Paléolithique inférieur, de la céramique du Néolithique est retrouvée sur un site[46]. Aucun mégalithe n'est signalé à Monts, et aucun toponyme n'en évoque le souvenir[M 2]. Une hache bipenne en pierre polie, datée de la charnière entre le Néolithique et l'âge du bronze, est découverte dans une carrière au début du XXe siècle. Cet outil, qui a depuis disparu, semble provenir d'un atelier breton. La prospection aérienne et le diagnostic archéologique au sol mettent en évidence deux enclos protohistoriques[M 3].

Cinq sites antiques sont attestés : trois présentent d'importantes concentrations de céramique et sur les deux autres des bâtiments, constituant peut-être villa sur l'un de ces sites, sont mises en évidence[46],[M 4]. Plusieurs chemins anciens, voire antiques, traversent le territoire montois, dont l'un suit la rive gauche de l'Indre mais son tracé reste partiellement à identifier. Une autre continue à matérialiser la limite communale entre Monts et Sorigny[47],[M 5]. Il est possible que des moulins soient établis sur l'Indre dès l'Antiquité. Ces aménagements, modifiant de manière profonde et durable le cours et le régime de la rivière, accroissent les risques et l'impact des crues[M 6].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le creusement d'un souterrain-refuge, à l'aménagement sommaire, à la base du coteau sur la rive gauche de l'Indre, est peut-être consécutif aux invasions barbares du Haut Moyen Âge ; il constituerait alors le plus vieux vestige médiéval de Monts[M 7]. Des sarcophages, trouvés place Jacques-Drake, au sud de l'église, mais nom précisément datés, semblent indiquer la présence d'un cimetière lié à l'édifice cultuel à la charnière du premier et du deuxième millénaire[M 8]. Si, au Moyen Âge, le plateau au sud de l'Indre apparaît déjà mis en culture, la partie septentrionale du territoire semble encore dévolue à la forêt (partie occidentale de la forêt de Bréchenay)[M 9],[48]. Une charte de l'abbaye de Saint-Julien de 1007 mentionne le don fait à cette abbaye par Hugues Ier de Châteaudun, archevêque de Tours, de la terre de Rançay pour y fonder un prieuré, le seul implanté dans la paroisse[49],[M 10]. Un ou deux moines y demeurent jusqu'en 1738, après quoi le prieuré est abandonné[M 11].

Il est très probable que, dans le cadre de la guerre de Cent Ans, Monts ait eu à subir les exactions de bandes armées installées alentour, comme au château de la Carte à Ballan ; ce fut le cas pour de nombreuses paroisses du sud-ouest de la Touraine, mais les sources manquent pour l'attester à Monts[M 12].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs figurant les agrandissements successifs d'une usine.
Évolution de l'emprise de la poudrerie au fil des ans.

L'installation des rois de France dans le Val de Loire, de Charles VII à François Ier, est l'occasion pour leurs proches de se constituer un patrimoine foncier dans la région. C'est ainsi que vers la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle, le fief de l'Ortière fait partie des nombreuses possessions de Jacques de Beaune, surintendant des finances de François Ier[C 2].

Comme pour la période de la guerre de Cent Ans, les sources manquent pour évaluer l'impact des guerres de Religion dans la paroisse de Monts ; peut-être cet impact est-il limité, aucun établissement religieux d'envergure (abbaye ou riche prieuré) n'étant installé à Monts. Il est toutefois attesté que Gabriel de Lorges, comte de Montgommery et seigneur de la Fresnaye, est capturé et torturé à mort sur ordre de Marie de Médicis pour avoir combattu dans les rangs protestants[M 13].

La famille Brodeau, détient le domaine de Candé de 1564 à 1712 ; vers 1700, Victor Brodeau, secrétaire d'État aux finances de Charles IX, Henri III et Henri IV[50], envisage de demander l'érection de Candé au rang de paroisse mais il y renonce face à l'opposition des habitants de Monts[51].

La crue de l'Indre des 26 et , la plus dévastatrice enregistrée pour cette rivière, ne fait pas de victime humaine à Monts, les personnes habitant les secteurs bas du bourg ayant pu se réfugier à temps sur les hauteurs[52]. Par contre, tous les moulins établis sur le cours de l'Indre, excepté celui de Beaumer, sont détruits ou gravement endommagés[M 14]. En 1776, l'archevêque de Tours Joachim François Mamert de Conzié interdit, pour des motifs de salubrité publique, les sépultures dans les églises de son diocèse. À Monts, les inhumations publiques sont désormais réalisées au sud de l'église (place Jacques-Drake)[M 11]. Le , Lavoisier, commissaire du roi, signe l'acte d'acquisition pour sa Majesté d'une ancienne tréfilerie qui venait de faire faillite au Ripault. Une poudrerie s'installe à la place sous la direction de Jean Riffault et, pendant cent cinquante ans, prenant de l'ampleur, fournit aux armées françaises de la poudre noire, puis de la poudre sans fumée, puis du pyroxyle.

Le cahier de doléances présenté par les représentants du tiers état à Monts lors des États généraux de 1789 mentionne de nombreux souhaits rencontrés dans la plupart des documents analogues : égalité devant l'impôt, réforme de la justice, suppression de la gabelle. Il évoque aussi des revendications propres à la paroisse de Monts : réparation ou reconstruction du pont sur l'Indre dont la vétusté interdit des relations faciles avec Tours, révision du statut des employés du Ripault qui sont jusque là exemptés de taxes[M 15].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

De la Révolution française au Second Empire[modifier | modifier le code]

Dessin en noir et blanc d'un viaduc avec ses nombreuses arches.
Le viaduc de Monts vers 1880.

En 1790 et 1791, environ 220 ha de terres confisquées au clergé ou aux nobles sont vendues au titre des biens nationaux[M 16]. Début 1791, l'assemblée constituante ouvre la voie à des redécoupages communaux ; à ce titre, Artannes manifeste la volonté de récupérer, entre autres, toute la partie de Monts située à l'ouest de l'actuelle ligne de chemin de fer de Paris-Austerlitz à Bordeaux, soit les deux tiers du territoire. Les décrets relatifs à ce projet de loi ne sont jamais publiés et l'affaire en reste là[M 17]. La période où l'on considère « la Patrie en danger », augmentant les besoins d'armement de la France, est très favorable à l'activité de la poudrerie du Ripault, qui renforce son implantation et se développe[M 18]. Une poudrerie reste pourtant, quelles que soient les mesures prises, exposée aux risques d'explosion et, le , a lieu le premier des accidents graves qui jalonnent l'histoire du Ripault : l'explosion tue douze ouvriers[M 19].

Après le retraite de Russie, il faut reconstruire l'armée impériale, grâce à des recrutements massifs. Les employés du Ripault sont exemptés de conscription, à condition d'être mariés : c'est très certainement la raison pour laquelle le nombre de mariages enregistrés à la mairie de Monts s'élève à 23 en 1813, contre 4 à 8 pour une année moyenne[M 20]. C'est sous le mandat du maire Armand Chapelain (1834-1846) qu'est prise une importante mesure d'hygiène publique : un cimetière est aménagé (c'est au XIXe siècle le « vieux cimetière ») qui éloigne encore un peu plus les lieux d'inhumation du centre du bourg[M 21]. La construction de la ligne ferroviaire de Paris à Bordeaux est un chantier gigantesque matérialisé par l'imposant viaduc de l'Indre enjambant la vallée sur 752 m. Les travaux commencent en 1845, les maçonneries de cet ouvrage d'art sont terminées fin 1848 et les rampes d'accès en terre en 1850. La construction est marquée par plusieurs grèves des ouvriers montois réclamant de meilleures conditions de travail, voire le paiement de leur solde, ou exigeant le renvoi des ouvriers belges engagés à leurs côtés[M 22]. Le viaduc est inauguré le par le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte[53].

Des années 1870 à la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, les moulins du Pont, des Fleuriaux et de Beaumer sont temporairement aménagés pour fournier du courant électrique à la commune, mais les équipements fonctionnent mal, ne desservent qu'une faible partie de la commune (en priorité des installations publiques ou les châteaux des riches propriétaires) et ces expériences ne durent pas[54]. Le téléphone fait également une timide apparition : cinq abonnés desservis exclusivement dans la journée[M 23]. Sans commune mesure avec celle de 1770, une importante crue de l'Indre, en , entraîne l'évacuation de plusieurs hameaux, la coupure des routes qui longent l'Indre sur sa rive gauche en amont de Monts et sur sa rive droite en aval ; des installations de la poudrerie du Ripault sont également inondées[55].

La Première Guerre mondiale a des conséquences contrastées sur la commune. Le conflit fait 43 victimes dans les rangs des soldats montois[56]. Pendant cette guerre, le moulin du Pont, à l'initiative de la propriétaire du domaine du Breuil, est transformé en centre de la Croix-Rouge française ; c'est le premier du département. Les importants besoins en poudre liés aux opérations militaires nécessitent l'agrandissement de la poudrerie, qui s'étend désormais vers l'ouest jusqu'à la voie de chemin de fer et couvre 108 ha[57] ; un embranchement ferré depuis la gare de Monts jusqu'à la poudrerie est créé, des baraquements sont édifiés pour loger les ouvriers et la population de la commune dépasse alors, mais de façon très temporaire, le seuil de 5 000 habitants[M 24]. La paix une fois revenue, les transports en commun sur route se développent, ce qui aura une forte incidence sur l'avenir des voies ferrées d'intérêt local dans la décennie suivante ; Tours est ainsi reliée à Monts par une ligne régulière d'autocars vers 1930[C 3].

Des années 1930 aux années 1950[modifier | modifier le code]

Le , au château de Candé, le duc de Windsor, ex-Édouard VIII (1894-1972), épouse l'américaine Wallis Simpson pour laquelle il a renoncé au trône du Royaume-Uni le . C'est Charles Bedaux, propriétaire du domaine, qu l'a mis à la disposition du couple princier.

Photographie en couleurs d'une stèle commémorative devant des immeubles neufs.
Stèle commémorative installée à l'entrée de l'ancien camp de la Lande.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le camp de la Lande, l'un des camps construits à la fin de 1939 pour loger les ouvriers du Ripault et disposant de 26 bâtiments sur une superficie de 7,5 ha[58], est utilisé comme camp d'internement : il est occupé, à partir de 1940 alors qu'il est vide de ses occupants habituels, par des Juifs polonais évacués de Moselle puis refoulés de la région bordelaise. Ces derniers, transférés au camp de Drancy, puis vers Auschwitz en 1942 (14 survivants recensés pour 422 déportés), sont remplacés par plus de 300 femmes communistes de la région parisienne[C 4]. L’événement marquant de cette période est toutefois l'explosion accidentelle de la poudrerie le un peu après onze heures ; le bilan officiel de la catastrophe s'établit à 55 morts, 19 disparus et 345 blessés, mais il est possible qu'une centaine de personnes aient en en définitive péri[59]. Les bombardements alliés de 1944 sur les infrastructures ferroviaires, destinés à perturber les mouvements de l'armée allemande, occasionnent d'importants dégâts au viaduc de la Horaie[C 5].

Le retour de la paix et la mutation de l'industrie d'armement mettent la poudrerie du Ripault grande difficultés. Elle tente de se réorganiser dans les années 1950, de diversifier ses activités, mais elle est contrainte de se séparer d'une grande partie de son personnel et de céder certaines de ses installations[60].

Depuis les années 1960[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de l'entrée d'une usine avec le panneau CEA.
Entrée du CEA du Ripault.

L'année 1962 marque la croissance spectaculaire de la commune avec l'implantation de ses deux grandes structures industrielles : le commissariat à l'Énergie atomique sur le site de la poudrerie du Ripault et les laboratoires pharmaceutiques Roger Bellon[61]— ces derniers emploient 580 employés à la fin des années 1970[C 6] —, rachetés par Recipharm en 2007 après plusieurs changements de propriétaires[62].

En 2015, le Ripault emploie environ 540 personnes en contrat à durée indéterminée, sans compter les sous-traitants[63], ce qui représente une part importante des 2 397 emplois proposés la même année à Monts[64]. Le centre, menacé de fermeture jusqu'à l'automne 2017, reçoit l'année suivante la confirmation de la poursuite de son activité et le maintien de plus de 500 emplois jusqu'en 2025 au moins[65]. Les activités du Ripault sont amenées à se diversifier, notamment avec la recherche pour les applications civiles de la pile à combustible[66].

Aux XXe et XXIe siècles, le paysage montois se trouve fortement modifié par la percée des grands axes de communications nord-sud : tronçon Chambray-lès-Tours – Poitiers de l'A10 Paris – Bordeaux en 1977, tronçon DruyeSaint-Aignan-sur-Cher de l'A85 AngersTheillay en 2007[67] et ligne ferroviaire à grande vitesse Sud Europe Atlantique Paris-Montparnasse – Bordeaux-Saint-Jean en 2017[68].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un vaste bâtiment récent portant en façade l'inscription « Hôtel de ville ».
Hôtel de ville.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, Monts est rattachée à l'arrondissement de Tours[69].

Du point de vue électoral, Monts est rattachée à la 3e circonscription de l'Indre-et-Loire[70]. Depuis le redécoupage cantonal de 2014, Monts est l'une des dix communes qui composent le canton de Monts ; elle en est le bureau centralisateur. Elle faisait auparavant partie du canton de Montbazon[71].

Depuis le et la suppression du tribunal d'instance de Loches, le tribunal d'instance de Tours est compétent pour l'ensemble du département. Toutes les juridictions intéressant Monts sont ainsi regroupées à Tours, à l'exception du tribunal administratif et de la cour d'appel qui siègent à Orléans[72], préfecture de la région Centre-Val de Loire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Monts et vingt-et-une autres communes composent la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre[73]. Jusqu'au , elle relevait de la communauté de communes du Val de l'Indre. Cette situation lui confère en outre un rattachement de fait au « Pays Indre et Cher », qui a pour mission de « coordonner diverses missions transversales confiées par les collectivités, dans les domaines de l’aménagement du territoire, de l’environnement, de l’économie et du patrimoine »[74]. Monts est également l'une des trente-six communes adhérant au syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre[75].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle la plus récente[modifier | modifier le code]

En 2017, au deuxième tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron (La République en marche), élu, a obtenu 68,56 % des voix et Marine Le Pen (FN), 31,44 %. Le taux de participation s'est élevé à 77,81 %[76].

Élection municipale la plus récente[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 29[77]

Lors des élections municipales de 2014, les 29 conseillers municipaux ont été élus à l'issue du premier tour ; le taux de participation était de 58,26 % %[78]. Ont obtenu :

Suffrages exprimés 3 218 29 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Tendance politique Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Monts avec vous Jacques Durand LDVG 1 265 39,31 %
5 / 29
- 19
Ma ville, Monts atout Valérie Guillermic LDVG 1 953 60,69 %
24 / 29
NL[Note 5]

Les listes Monts avec vous et Ma ville, Monts atout obtiennent respectivement un et cinq sièges au conseil communautaire.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
février 1790 1794 Pierre Pichard   Notaire royal
juillet 1794 1800 Jean Lebougre   Officier municipal
septembre 1800 1803 Pierre Pichard   Notaire royal
février 1803 1807 Jacques Bailby   Minotier
décembre 1807 1809[Note 6] Robert David    
juillet 1809 1812 Charles Épron    
14 décembre 1812 3 mai 1815 Maxime Pouget de Monsoudun   Propriétaire
juin 1815 novembre 1815 Charles Augustin Mourruau   Fermier
novembre 1815 1821 Jacques Bailby (fils)   Minotier
août 1821 1830 Claude Robin   Directeur de la poudrerie du Ripault
mai 1830 1831 Honoré Besnard    
novembre 1831 1834 Joseph Delaville Le Roulx   Agent de change
octobre 1834 1846 Armand Chapelain    
juillet 1846 mai 1871 Aimé Mourruau-Vaslin    
mai 1871 17 décembre 1879[Note 7] Joseph Léon Delaville Le Roulx   Agent de change
23 février 1880 mai 1900 Jacques Drake del Castillo Droite Propriétaire, conseiller général (1883-1918), député (1893-1906)
20 mai 1900 20 mai 1904 Achille Rahard   Minotier
mai 1904 30 juin 1918[Note 8] Jacques Drake del Castillo URD Propriétaire, conseiller général (1883-1918), député (1893-1906)
décembre 1919 mai 1925 Jean Drake del Castillo URD Propriétaire, conseiller général (1919-1925)
mai 1925 mai 1929 Léon Habert    
mai 1929 1934 Julien Dubois    
août 1934 mai 1935 Léon Habert    
mai 1935 avril 1945 Charles Mercier   Médecin
avril 1945 mars 1959 Joseph Daumain    
mars 1959 juillet 1961 Léon Verseux   Officier du service des poudres
juillet 1961 mars 1989 Robert Prunier DVD Médecin, conseiller général (1970-1976)
mars 1989 mars 2008 Serge Viaud DVG Enseignant
mars 2008 mars 2014 Jacques Durand DVG Enseignant-chercheur
mars 2014 juin 2018 Valérie Guillermic DVG Employée
16 juin 2018[79] En cours Laurent Richard DVG Employé

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2018, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France attribue une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[80].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'évolution de la capacité d'autofinancement, un des indicateurs des finances locales de Monts, sur une période de dix ans[81] :

Capacité d'autofinancement (CAF) à Monts de 2008 à 2017
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 5 000 à 10 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Monts 148 146 163 157 179 201 137 149 183 187
Moyenne de la strate 155 163 184 200 190 177 165 171 179 179

CAF de Monts CAF moyenne de la strate

Depuis 2008, la capacité d'autofinancement de la commune[Note 9], toujours positive, est cependant inférieure à la moyenne de la strate pour sept exercices sur dix. Le fonds de roulement[Note 10], bien que positif, est presque toujours nettement inférieur à celui des autres communes de même taille et le résultat comptable[Note 11] s'écarte peu de la moyenne de la strate[81],[Note 12].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau des jumelages de Monts.

En 2019, la commune de Monts est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants de Monts sont appelé les « Montois »[40].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La population de la paroisse de Monts fluctue entre 230 et 270 feux entre 1687 et 1787, dernière année où cette méthode de recensement « familial » est utilisée[84].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[85]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[86].

En 2016, la commune comptait 7 774 habitants[Note 13], en augmentation de 11,14 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1021 1251 2741 3431 1551 1781 2121 2971 205
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2091 3171 4091 4341 6521 5511 5221 5031 514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4301 5021 5611 5821 4861 5151 6491 7842 129
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 0533 5064 4805 4216 2216 5146 9536 8957 697
2016 - - - - - - - -
7 774--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[87] puis Insee à partir de 2006[88].)
Histogramme de l'évolution démographique
Soldes de variation annuelle de la population de Monts
exprimés en pourcentages[I 4],[Note 14].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2010 2010 - 2015
Taux de variation annuel de la population en augmentation + 3,6 % en augmentation + 2,7 % en augmentation + 1,7 % en augmentation + 0,5 % en augmentation + 0,6 % en augmentation + 0,6 %
Solde naturel + 1,1 % + 0,3 % + 0,6 % + 0,5 % + 0,4 % + 0,4 %
Solde migratoire + 2,5 % + 2,5 % + 1,1 % + 0,0 % + 0,2 % + 1,7 %

Alors qu'elle n'augmente que très faiblement du début du XIXe siècle aux années 1960, la population montoise explose après cette date, quadruplant presque en l'espace d’un demi-siècle. La reprise d'une partie du site du Ripault par le CEA en 1961 et l'implantation de l'industrie pharmaceutique sur une autre partie sont largement responsables de cette situation. L'Insee publie des statistiques détaillées sur les composantes de l'évolution démographique depuis 1968 ; ces données indiquent que pour Monts la croissance démographique est due en grande partie au solde migratoire positif, bien que l'influence du solde naturel ne soit pas négligeable, surtout au début des années 1970 et depuis 2010[Note 12].

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Monts en 2015 en pourcentage[I 5].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,5 
6,0 
75 à 89 ans
7,9 
15,1 
60 à 74 ans
15,5 
22,7 
45 à 59 ans
21,8 
19,3 
30 à 44 ans
20,1 
15,1 
15 à 29 ans
13,8 
21,3 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2015 en pourcentage[I 6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
2,0 
7,6 
75 à 89 ans
10,3 
15,8 
60 à 74 ans
16,5 
19,9 
45 à 59 ans
19,2 
18,7 
30 à 44 ans
17,8 
18,8 
15 à 29 ans
17,7 
18,8 
0 à 14 ans
16,6 

Le pourcentage de la population communale âgée de plus de 45 ans s'établit en 2015 à 45,4 %, soit 1,1 point de plus que la moyenne départementale[I 7],[I 8]. La population montoise manifeste en outre une tendance au vieillissement, plus par un phénomène de « glissement » vers les tranches d'âge plus élevé des résidents de longue date que par l'arrivée de nouveaux habitants plus âgés[P 5].

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un ensemble de bâtiments avec une cours équipée de jeux pour enfants.
Groupe scolaire Joseph-Daumain.

La commune de Monts dispose de quatre écoles primaires : l'école maternelle Beaumer, l'école maternelle et l'école élémentaire Joseph-Daumain, regroupées dans un même groupe scolaire, et l'école élémentaire Pierre-et-Marie-Curie[89]. Le collège du Val de l'Indre, à Monts[90], accueille les collégiens de la commune, mais aussi ceux d'Artannes et Pont-de-Ruan. La carte scolaire départementale prévoit en outre que leur scolarité se poursuive au lycée Jean-Monnet de Joué-lès-Tours[91]. Un service de transport scolaire est mis en place par la communauté de communes[92].

  • A.L.S.H (Accueil de Loisirs Sans Hébergement)
  • Halte-garderie : la Maison de l'éveil (située 14 Rue des écoles 37260 Monts, pouvant accueillir 20 enfants à Monts.)
  • Multi Accueil : 1,2,3 soleil (située Rue de la Tête Noire 37260 Monts, capable d'accueillir jusqu'à 35 enfants à Monts.)
  • C.L.S.H ( Centre de loisirs sans hébergement)

Sports et culture[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un bâtiment carré à étage dont la façade s'orne d'un fronton triangulaire et d'une inscription « Médiathèque ».
Médiathèque.

Équipements collectifs[modifier | modifier le code]

  • Espace culturel Jean-Cocteau ;
  • Médiathèque intercommunale (ancienne mairie/école) ;
  • Stade des Griffonnes (terrain multi-sports et courts de tennis).

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Chaque début de juillet, la ville accueille l'un des plus grands festivals de musique du département, le festival Terres du Son.

Depuis 1997, la commune de Monts organise le Salon des Jeunes Inventeurs et Créateurs, des jeunes de 10 à 25 ans présentent leurs innovations et participent au concours lié au salon. Il a lieu lors d'un week-end de printemps.

Médias et numérique[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest consacre quelques pages de son édition Indre-et-Loire, Touraine Est, à l’actualité du canton de Monts. La commune de Monts édite annuellement un bulletin d'informations municipales. La chaîne de télévision TV Tours Val de Loire et la station de radio France Bleu Touraine relaient les informations locales.

La commune ne possède pas en 2019 de réseau à haut débit par fibre optique[93].

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse Saint-Brice au sein du doyenné de Loches lui-même partie de l'archidiocèse de Tours, au même titre que six autres doyennés[94]. L'église Saint-Pierre-aux-Liens accueille, en alternance avec d'autres églises de la paroisse, des offices dominicaux[95].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2015, le revenu fiscal médian par ménage est de 38 679 €, alors que la moyenne départementale s'établit à 32 011 € et que celle de la France métropolitaine est de 32 409 €[I 9]. En 2015, le revenu disponible par ménage était de 22 377 € dans la commune[I 10] contre une moyenne de 20 710 € au niveau départemental[I 11]. Le taux de pauvreté est de 6,0 % des ménages fiscaux à Monts[I 12] alors qu'il s'établit à 12,5 % au niveau départemental[I 13].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres-clés de l'emploi à Monts et leur évolution de 2010 à 2015[I 14],[I 15] :

Structure de la population active de Monts (37)
en 2010 et 2015.
Monts 2010 Monts 2015 Évolution
Population de 15 à 64 ans 4 521 4 808 en augmentation + 6,3 %
Actifs (en %) 73,6 77,6 en augmentation + 6,3 %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 69,5 71,9 en augmentation + 0,5 %
Chômeurs (en %) 5,7 5,1 Decrease Positive.svg -10,2 %
Évolution de l'emploi à Monts (37) en 2010 et 2015.
Monts 2010 Monts 2015 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 2 164 2 368 en augmentation + 9,4 %
Indicateur de concentration d'emploi 59,7 67,3 en diminution - 3,5 %

Sur la période 2010-2015, la situation de l'emploi semble en amélioration à Monts, ce que traduisent les différents paramètres : les actifs sont plus nombreux, davantage d'entre eux ont un emploi et le chômage au sens de l'Insee recule. Le nombre d'emplois sur la zone a fortement augmenté mais, cette progression étant toutefois moins importante que celle du nombre d'actifs, l'indicateur de concentration d'emploi diminue mathématiquement[Note 12].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'établissements[Note 15] implantés à Monts selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[I 16] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 421 100,0 303 93 13 4 8
Agriculture, sylviculture et pêche 7 1,7 4 3 0 0 0
Industrie 29 6,9 15 10 0 2 2
Construction 69 16,4 41 23 3 2 0
Commerce, transports, services divers 248 58,9 190 50 5 0 3
dont commerce et réparation automobile 62 14,7 46 15 0 0 1
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 68 16,2 53 7 5 0 3
Champ : ensemble des activités.

Au , huit établissements regroupent 1 349 des 1 971 emplois salariés que compte la commune[I 17].

En 2016, trente-et-une nouvelles entreprises se sont créées, puis quarante-huit autres en 2017. Les entreprises individuelles représentent respectivement 71,2 et 75,0 % de ces créations[I 18].


Agriculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Monts, observées sur une période de 22 ans[97].

Évolution de l'agriculture à Monts (37) entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 18 12 7
Équivalent unité de travail annuel 31 14 12
Surface agricole utile (SAU) (ha) 1 052 915 890
Cheptel (nombre de têtes) 546 682 8593
Terres labourables (ha) 871 894 872
Cultures permanentes (ha) 1 0 NC[Note 16]
Surfaces toujours en herbe (ha) 177 20 17
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 58,4 76,3 127,1

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-aux-Liens date du XIIe siècle. Elle est très largement reconstruite au XIXe siècle sur des plans de l'architecte Étienne Charles-Gustave Guérin et ne subsistent plus de l'ancien édifice que le chœur et son abside. Elle abrite plusieurs objets protégés au titre des monuments historiques : une représentation du Christ en gloire encadré par les évangélistes, peinture du XIIe siècle sous la voûte du chœur (classé en 1901)[98] ; un tableau anonyme de la fin du XVIIIe ou du début du XIXe siècle représentant saint Pierre délivré de la prison mamertine (inscrit en 2014)[99] ; une toile de Léonce Ricau, copie au XIXe siècle d'un tableau du Dominiquin représentant sainte Cécile (inscrit en 2014)[100] ; un portrait de saint Laurent réalisé par Jules-Claude Ziegler dans le deuxième quart du XIXe siècle (inscrit en 2014)[101]. Une fresque moderne, représentant le Jugement dernier, décore l'arc séparant la nef du chœur[102].

La chapelle de Candé, à l'ouest du parc, est construite par Emmanuel Drake del Castillo en 1854-55, en même temps qu'une école des filles qui forme une aile en retour sur le côté de cette chapelle tandis qu'une aile symétrique abrite un hospice. L'ensemble de ces bâtiments est désaffecté[103],[M 25].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Châteaux et manoirs[modifier | modifier le code]

Le manoir de l'Ortière, construit au XVe siècle mais largement remanié au XIXe siècle, est partiellement inscrit au titre des monuments historiques en 1978[104]. Il est ensuite restauré avant d'être abandonné.

Le château de Candé est au cœur d'un vaste domaine. Au XIXe siècle, il est l'une des propriétés de la famille Drake del Castillo par Santiago, son fils Jacques puis son petit-fils Jean. Ce dernier le vend en 1927 au milliardaire Charles Bedaux qui le met en 1937 à la disposition du duc de Windsor et de Wallis Simpson pour leur mariage. Depuis 1974, le domaine est la propriété du conseil départemental d'Indre-et-Loire.

Le château du Breuil, au sein d'un vaste parc privé de 125 ha dans un méandre de l'Indre, est construit à la fin des années 1870 dans le style néo-Renaissance après qu'un premier projet de reconstruction d'un manoir des XVe et XVIIe siècles, le Vieux-Breuil, a été abandonné en raison de la guerre de 1870. Dans le parc se trouvent, outre ce château et l'ancien manoir, deux moulins sur l'Indre et des communs. Le domaine est un site classé depuis 1965[105] et appartient à l'université de Tours[45].

Le château de la Roche est construit au XVIIIe siècle mais il est remanié (ajout d'un étage et d'une galerie vitrée en façade) au siècle suivant par son propriétaire, l'agent de change Joseph Delaville Le Roulx (1797-1866), père de l'archiviste paléographe homonyme[45].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Moulins[modifier | modifier le code]

Carte matérialisant l'emplacement de moulins sur un cours d'eau.
Les moulins de Monts au XVIIe siècle.

Au XVIIe siècle, huit moulins sont établis sur le cours de l'Indre à Monts, actionnant au total treize roues. Le moulin de l'île Baranger est détruit par une crue de l'Indre et n'est pas reconstruit. Ceux du Ripault sont également démolis dans les mêmes circonstances, mais reconstruits pour actionner une tréfilerie finalement intégrée à la poudrerie. Celui de la Fresnaye est démoli dans les années 1920 et celui d'Épiray abandonné[M 26]. Au XXIe siècle, seuls quatre d'entre eux subsistent, mais plus aucun n'est en fonctionnement.

Appelé « moulin Beaunier » en 1525[106], le « moulin de Beaumer » est totalement reconstruit en 1837 puis en 1867 pour actionner une minoterie, puis une centrale hydroélectrique en 1931 ; après avoir été intégré à la poudrerie du Ripault en 1939, il est revendu à un particulier en 1950[107].

Le « moulin des Fleuriaux », qui remonte peut-être à la fin du XIIIe siècle, est relié à la rive par un pont en pierre construit au milieu du XVIIIe siècle[108]. Il est, en 1904, utilisé pour produire du courant électrique mais rapidement désaffecté. Abandonné pendant de nombreuses années, il est restauré dans les années 1980[109].

Le « moulin du Breuil » fait les frais de la reconversion du moulin des Fleuriaux en centrale hydroélectrique : pour assurer une bonne alimentation en eau de ce dernier, établi en face sur l'autre rive de l'Indre, le moulin du Breuil cesse toute activité en 1904[110].

Cité comme moulin à foulon en 1733, le « moulin du Bourg » ou « moulin du Pont » est rebâti en 1833 puis remanié à plusieurs reprises. Sa façade est refaite avec une décoration en briques en 1914. Il prend l'appellation de « moulin de la Croix-Rouge » depuis la seconde Guerre mondiale pendant laquelle il accueille un centre administratif de cette organisation[111].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Édifices et aménagements remarquables[modifier | modifier le code]

La poudrerie nationale du Ripault est fondée en 1786. À son plus grand développement, en 1939, elle s'étend sur 120 hectares. En pleine mutation après la Seconde Guerre mondiale et une explosion accidentelle qui, en 1943, coûte la vie à peut-être une centaine de personnes, elle est reprise en 1961 par le commissariat à l'énergie atomique. Un musée privé consacré à son histoire est installé dans l'enceinte du site.

Le viaduc en pierre, sur la ligne ferroviaire de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, construit de 1845 à 1850, de 752 m de long, franchit la vallée de l'Indre par 59 arches de 9,80 m d'ouverture et de 20 m de hauteur en moyenne. Au moment de sa construction, c'est l'un des plus longs viaducs de France.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'aire d'appellation d'origine contrôlée du fromage Sainte-maure-de-touraine. Bœufs du Maine, rillettes de Tours et 120 types de vins peuvent prétendre à une indication géographique protégée s'ils sont produits sur le territoire communal[112].

Monts dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Honoré de Balzac, qui a eu l'opportunité de visiter le château de Candé, en fait le théâtre de l'un de ses Cent Contes drolatiques, rédigés à partir de 1831[113].

Le tournage de la troisième saison de le série télévisée française Lazy Company s'effectue partiellement au château de Candé, début 2015[114]. C'est également au château de Candé que se déroule, à l'automne de la même année, le tournage d'un épisode du documentaire Secrets d'histoire consacré au destin de Wallis Simpson[115].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Représentation d'un blason dont l'élément principal est un dragon.
Blason de la famille Drake del Castillo.

La famille Drake del Castillo marque pour trois générations l'histoire montoise. Santiago Drake del Castillo (1805-1871) est un riche planteur de canne à sucre anglo-espagnol de Cuba qui s'installe au château de Candé en 1853 ; il agrandit considérablement le château, développe sur ses terres la culture de la vigne ; il meurt dans son château de Candé. Jacques Drake del Castillo (1855-1918), fils du précédent dont il poursuit l'œuvre, héritier du château de Candé, est maire de Monts (1180-1900 et 1904-1918), conseiller général du canton de Montbazon (1883-1918) et député d'Indre-et-Loire (1893-1906) ; son nom est donné, de son vivant, à la place de Monts s'étendant au sud de l'église[116]. Son fils, Jean, est maire de Monts de 1919 à 1925 mais de graves difficultés financières le contraignent à vendre progressivement ses biens à la commune, dont le château de Candé.

Joseph Delaville Le Roulx (1775-1834), agent de change, et son fils Joseph Léon Delaville Le Roulx (1827-1879), exerçant le même métier, sont tous deux maires de Monts ; ils possèdent le château de la Roche. Joseph Marie Antoine (1855-1911), fils de Joseph Léon, archiviste paléographe spécialiste de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, n'exerce pas, pour sa part, de responsabilités municipales à Monts ; il meurt dans la propriété familiale montoise.

François Coty (1874-1934), industriel de la parfumerie et homme politique, est propriétaire de plusieurs domaines dans la région, dont le château d'Artigny à Montbazon[C 7] et le moulin de la Fresnaye, à Monts, qu'il achète en 1920 pour le raser huit ans plus tard et bâtir à son emplacement une résidence d'agrément[117].

Charles Bedaux (1886-1944), homme d'affaires franco-américain, devient en 1927 propriétaire du château de Candé que sa veuve conserve jusqu'à sa mort, survenue au château en 1972.

Le duc de Windsor (1894-1972) et Wallis Simpson (1896-1986) se marient le au château de Candé que Charles Bedaux a mis à leur disposition pour l'organisation de cette cérémonie.

George Messier (1896-1933), ingénieur et homme d'affaires qui met au point le système des trains d'atterrissage aéronautiques et développe cette industrie, naît à Monts le .

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Monts

Les armes de Monts se blasonnent ainsi :

D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au chef d'argent chargé d'une bordure dentelée de sable et d'une paire de ciseaux du même accostée des lettres M et R onciales aussi de sable [118].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une inondation de plaine se produit lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte progressivement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue[9].
  2. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  3. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  4. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  5. Nouvelle liste en 2014.
  6. Robert David démissionne de ses fonctions en 1809.
  7. Joseph Léon Delaville Le Roulx meurt en cours de mandat.
  8. Jacques Drake del Castillo meurt en cours de mandat.
  9. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[82].
  10. Le « fonds de roulement », différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[83].
  11. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement.
  12. a b et c Ces commentaires, ne résultant pas d'une analyse statistique des données présentées, n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  13. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  14. En raison des valeurs arrondies à la première décimale fournies par l'Insee, les totaux peuvent paraître inexacts.
  15. Selon la définition de l' Insee, « l'établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'entreprise[96]. »
  16. NC : donnée non communiquée, soumise au secret statistique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche communale » (consulté le 28 mai 2019).
  2. a et b « Chiffres clés - Logement en 2016 à Monts » (consulté le 5 juillet 2019).
  3. « Chiffres clés - Logement en 2016 en Indre-et-Loire » (consulté le 5 juillet 2019).
  4. « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le 15 février 2019).
  5. « POP T3 - Population par sexe et âge en 2015 à Monts » (consulté le 30 mai 2019).
  6. « POP T3 - Population par sexe et âge en 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 15 février 2019).
  7. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges à Monts en 2015 » (consulté le 8 juin 2019).
  8. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges en Indre-et-Loire en 2015 » (consulté le 8 juin 2019).
  9. « Fichier FILO_DEC_COM Revenus déclarés par communes en 2015 » (consulté le 3 juin 2019).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2015 à Monts (37) » (consulté le 3 juin 2019).
  11. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 3 juin 2019).
  12. « REV G1 - Taux de pauvreté par tranche d'âge du référent fiscal en 2015 à Monts (37) » (consulté le 3 juin 2019).
  13. « REV G1 - Taux de pauvreté par tranche d'âge du référent fiscal en 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 3 juin 2019).
  14. « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 22 février 2019).
  15. « EMP T5 - Population Emploi et activité. » (consulté le 22 février 2019).
  16. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Monts (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le 31 mai 2019).
  17. « CEN T2 - Postes salariés par secteur d'activité à Monts (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le 20 juin 2019).
  18. « DEN G1 - Évolution des créations d'entreprises » (consulté le 24 juin 2019).
  • Plan local d'urbanisme :
  1. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 28 mai 2019), p. 69.
  2. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 5 juillet 2019), p. 15.
  3. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 5 juillet 2019), p. 16.
  4. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 5 juillet 2019), p. 17.
  5. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 8 juin 2019), p. 12-13.
  • Monts et son passé. Synthèse historique, [l'auteur], 1980 :
  1. Maurice, Au temps de saint Louis, p. 32.
  2. Maurice, Nos origines, p. 13.
  3. Maurice, Nos origines, p. 14.
  4. Maurice, L'époque romaine, p. 18.
  5. Maurice, L'époque romaine, p. 17-18.
  6. Maurice, L'époque romaine, p. 19.
  7. Maurice, Les temps barbares, p. 24-25.
  8. Maurice, La féodalité, p. 27.
  9. Maurice, La féodalité, p. 28.
  10. Maurice, Au temps de saint Louis, p. 35.
  11. a et b Maurice, Sous la monarchie absolue, p. 50.
  12. Maurice, Au temps des Valois, p. 37.
  13. Maurice, Au temps des Valois, p. 40-43.
  14. Maurice, La monarchie absolue (suite), p. 60.
  15. Maurice, Un cahier de doléances, p. 66-68.
  16. Maurice, Monts sous la Révolution, p. 72-74.
  17. Maurice, Monts sous la Révolution, p. 74-76.
  18. Maurice, Monts sous la Révolution, p. 77.
  19. Maurice, De 1815 à 1848, p. 93-94.
  20. Maurice, Consulat et Empire, p. 84-86.
  21. Maurice, De 1815 à 1848, p. 94.
  22. Maurice, La construction du chemin de fer, p. 97-101.
  23. Maurice, Sous la Troisième, p. 122.
  24. Maurice, Sous la Troisième, p. 124.
  25. Maurice, Sous la Troisième, p. 120.
  26. Maurice, La monarchie absolue (suite), p. 54.
  • L’Indre-et-Loire : la Touraine, des origines à nos jours, Bordessoules, 1982 :
  1. Pierre Audin, L'âge de la pierre taillée et ses chasseurs, p. 21.
  2. Jean-Pierre Surrault, Au fil des siècles : essor, crises et mutations en Touraine, p. 269.
  3. Raymond Bailleul, Un département assoupi (1919-1939), p. 379.
  4. Raymond Bailleul, 1939-1945 : le temps des déchirements, p. 397.
  5. Raymond Bailleul, Renaissance et croissance (1944-1982), p. 407.
  6. Claude Croubois, Une industrialisation récente, p. 533.
  7. Raymond Bailleul, Un département assoupi (1919-1939), p. 382.
  • Autres références :
  1. « Orthodromie entre Monts et Tours », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 mai 2018).
  2. « Carte géologique de Monts », sur Géoportail (consulté le 28 mai 2019).
  3. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Langeais », sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 28 mai 2019).
  4. a et b Couderc 1987, p. 554.
  5. Christophe Meunier, Géographie - Professeur des écoles - Oral, admission - CRPE 2017, Dunod, , 256 p. (ISBN 978-21007-5579-0, lire en ligne), p. 73.
  6. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 4 février 2019)
  7. « Carte hydrologique de Monts », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  8. « Fiche Sandre - l'Indre », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  9. « Les inondations lentes », sur Observatoire régional de Risques majeurs en Provence-Alpes Côte d'Azur (consulté le 5 septembre 2017).
  10. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19
  11. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  12. « Station hydrométrique K7522620, l'Indre à Monts », sur le site de la banque Hydro (consulté le 4 février 2019)
  13. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 février 2019)
  14. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 février 2019)
  15. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  16. « Fiche Sandre - le Montison », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  17. « Objectifs du SAVI », sur http://www.savi37.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  18. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  19. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  20. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le 30 juin 2018).
  21. Pierre Leveel, Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, , 991 p. (ISBN 978-2-8544-3157-5), p. 20.
  22. Couderc 1987, p. 554 et 556.
  23. « ZNIEFF 240031490 - Pelouse du Bois de la Bruère » [PDF], sur le site de l'INPN (consulté le 8 juin 2019).
  24. « Site classé du château et du domaine du Breuil » [PDF], sur DIREN Centre (consulté le 6 juillet 2019).
  25. « Site classé de la vallée de l'Indre » [PDF], sur DIREN Centre (consulté le 6 juillet 2019).
  26. « Carté d'aléa pour Monts », sur georisques.gouv (consulté le 4 juin 2019).
  27. « Nouveau zonage sismique en Indre-et-Loire » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 4 juin 2019).
  28. Alain Schulé, « Les tremblements de terre à Perrusson et dans le val de l'Indre », Le Val de l'Indre, no 7,‎ , p. 56.
  29. Paul Lemoine, « Les tremblements de terre du bassin de Paris », Revue générale des sciences pures et appliquées, t. XXIV,‎ , p. 57 (lire en ligne).
  30. Jean Vogt, « Sur le séisme poitevin de 1749 », Norois, no 136,‎ , p. 483-486 (DOI 10.3406/noroi.1987.4365).
  31. « Séisme du 13/09/1855 (Touraine) », sur planseisme.fr, un site du BRGM (consulté le 4 juin 2019).
  32. « Annexe à l'arrêté préfectoral en date du 23 mai 2018 relatif à l'information des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers sur les risques naturels et technologiques majeurs » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 10 juillet 2018).
  33. « Quels sont les risques TMD/TMR dans le département ? » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 10 juillet 2018).
  34. « Règlement PLU » [PDF], sur le site de la ville de Monts (consulté le 10 juillet 2018), p. 20.
  35. « PPRI Vallée de l'Indre » [PDF], sur le site du syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre, p. 6.
  36. « Arrêté du 4 septembre 2013 portant création d'une zone interdite identifiée LF-P 29 dans la région du Ripault (Indre-et-Loire), dans la région d'information de vol de Paris », sur LégiFrance (consulté le 15 juillet 2018).
  37. « Rémi - plan du réseau d'Indre-et-Loire » [PDF], sur Rémi - réseau de mobilté urbaine Centre-Val de Loire.
  38. « les étapes de l'itinéraire », sur l'Indre à vélo (consulté le 26 février 2019).
  39. « Randonnée de Artannes-sur-Indre (Indre et Loire) à Buzançais (Indre) », sur le site du GR46 (consulté le 19 février 2019).
  40. a b et c Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978-2-9160-4345-6), p. 157.
  41. Jean-Jacques Bourassé, « Cartulaire de Cormery, précédé de l'histoire de l'abbaye et de la ville de Cormery, d'après les chartes », Mémoire de la Société archéologique de Touraine, Tours, t. XII,‎ , p. 50, charte no XXIII (lire en ligne).
  42. Stéphane Gendron, Les noms de lieux du Centre, Paris, C. Bonneton, , 232 p. (ISBN 978-2-8625-3226-4), p. 133.
  43. Stéphane Gendron, Les noms de lieux du Centre, Paris, C. Bonneton, , 232 p. (ISBN 978-2-8625-3226-4), p. 47.
  44. Jean Joseph Auguste Bottée et Jean René Riffault des Hêtres, Traité de l'art de fabriquer la poudre à canon, Paris, Leblanc, , 537 p., p. XCII.
  45. a b et c Couderc 1987, p. 555.
  46. a et b Guilhem de Mauraige (dir.), La Toulerie", Monts (37), Diagnostic archéologique, Tours, Conseil Général du département d'Indre-et-Loire, SADIL, , [n.p.].
  47. Pierre Audin, « Les gallo-romains dans la vallée de l'Indre, III - de Cormery à Monts », Le Val de l'Indre, no 5,‎ , p. 17.
  48. Gaëlle Jacquet-Cavalli, « Les variations de la superficie des forêts », dans Élizabeth Zadora-Rio (dir.), Atlas Archéologique de Touraine : 53e Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, Tours, FERACF, (ISSN 1760-5709, lire en ligne).
  49. Pierre Audin, Mémoire de la Société archéologique de Touraine : La Touraine autour de l'an mil : inventaire des sources historiques et archéologiques, t. LXIX, , 151 p., p. 106.
  50. Sassier 2005, p. 29.
  51. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. II, Société archéologique de Touraine, , 430 p. (lire en ligne), p. 11.
  52. Jacques Maurice, « La Grande crue de 1770 », Le Val de l'Indre, no 2,‎ , p. 6-7.
  53. Pierre Audin, « Registre des plaintes de la gare de Monts (1868-1946) », Le Val de l'Indre, no 20,‎ , p. 10.
  54. Pierre Audin, « Quand le moulin des Fleuriaux éclairait Monts (1904-v. 1910) », Le Val de l'Indre, no 12,‎ , p. 75-79.
  55. Bernard Briais, « À Loches, l'Indre en 1910 », Le Val de l'Indre, no 1,‎ , p. 27.
  56. « Monts - Monument aux Morts (Relevé n° 28921) », sur Mémorial GenWeb (consulté le 31 mai 219).
  57. Agathe Guénand, Le Ripault et les explosifs, 176 années d'histoires poudrières au bord de l'Indre, Saint-Syr-sur-Loire, Alan Sutton, , 288 p. (ISBN 978-2-8491-0288-6), p. 161.
  58. Sophie Paisot-Béal et Roger Prévost, Histoire des camps d'internement en Indre-et-Loire 1940-1944, autoédition, , 239 p. (ISBN 2-9025-5908-9), p. 67-69.
  59. Bernard Briais, Drames du passé en Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 189 p. (ISBN 978-2-4024-4271-8), p. 155.
  60. Agathe Guénand, Le Ripault et les explosifs, 176 années d'histoires poudrières au bord de l'Indre, Saint-Syr-sur-Loire, Alan Sutton, , 288 p. (ISBN 978-2-8491-0288-6), p. 264-270.
  61. « Notice biographique de Roger Bellon », sur le site du groupe scolaire Roger Bellon (consulté le 7 juin 2019).
  62. « site : Récipharm », sur la base BASOL du ministère chargé de l'Environnement (consulté le 31 mai 2019).
  63. Mathieu Giua, « La colère des salariés du CEA du Ripault », sur 37°, (consulté le 12 juillet 2018).
  64. « EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activités » (consulté le 7 juillet 2019).
  65. Pascal Denis, « CEA du Ripault : l’horizon est dégagé », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ .
  66. Nicolas Yohan, « La pérennité du CEA du Ripault à Monts plus que jamais conforté[e] », sur France Bleu, (consulté le 12 juillet 2018).
  67. Stéphane Frachet, « Nantes désormais reliée à Lyon par autoroute », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  68. Benoît Lasserre, « TGV : Paris et Bordeaux pour la première fois reliés en (presque) deux heures », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  69. « Les nouveaux arrondissements », sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le 12 octobre 2018).
  70. « Les circonscriptions législatives d'Indre-et-Loire », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 4 juin 2019).
  71. Décret no 2014-179 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département d'Indre-et-Loire.
  72. « Les juridictions », sur le site du conseil départemental de l'accès aux droits d'Indre-et-Loire, (consulté le 4 juin 2019).
  73. « Accueil », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le 13 octobre 2018).
  74. « Le Pays Indre et Cher vote son budget », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  75. « Territoire », sur le site du SAVI (consulté le 4 juin 2019).
  76. « Commune de Monts - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 30 mai 2019).
  77. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  78. « Monts - Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 30 mai 2019).
  79. « Laurent Richard élu maire », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  80. « Les communes labellisées », sur le site des Villes et villages fleuris (consulté le 14 juin 2019).
  81. a et b « Les comptes des communes - Monts », sur un site du ministère de l'Action et des Comptes publics (consulté le 7 juin 2019).
  82. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  83. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 36, [lire en ligne].
  84. Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire, Paris, CNRS, , 480 p. (ISBN 978-2-2220-3681-4), p. 327.
  85. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  86. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  87. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  88. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  89. « Indre-et-Loire (37), Monts, écoles », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 4 juin 2019).
  90. « Indre-et-Loire (37), Monts, collège », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 4 juin 2019).
  91. « Zones de recrutement des collèges et des lycées - département d'Indre-et-Loire » [PDF], sur le site de l'académie d'Orléans-Tours (consulté le 4 juin 2019), p. 22.
  92. « Transport scolaire », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le 18 décembre 2018).
  93. « Monts (37250) », sur Ariase (consulté le 3 juin 2019).
  94. « Monts - église saint-Pierre-aux-Liens », sur le site de la paroisse Saint-Brice de la vallée de l'Indre (consulté le 28 mai 2019).
  95. « Monts », sur messe.info (consulté le 8 mai 2019).
  96. « Établissement - Définition », sur INSEE (consulté le 12 avril 2019).
  97. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 22 février 2019).
  98. Notice no PM37000318, base Palissy, ministère français de la Culture.
  99. Notice no PM37001551, base Palissy, ministère français de la Culture.
  100. Notice no PM37001550, base Palissy, ministère français de la Culture.
  101. Notice no PM37001549, base Palissy, ministère français de la Culture.
  102. Flohic 2001, p. 914.
  103. Sassier 2005, p. 46.
  104. Notice no PA00097882, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  105. « Site classé du Château et domaine du Breuil » [PDF], sur DIREN Centre (consulté le 14 juin 2019).
  106. Ludovic Vieira, Monographie du moulin de Beaumer, Joué-lès-Tours, [l'auteur], , 31 p., p. 4.
  107. Pierre Audin, Moulins de l'Indre tourangelle : de Loches à Azay-le-Rideau, Monts, Séria, , 124 p., p. 50-52.
  108. Flohic 2001, p. 918.
  109. Pierre Audin, Moulins de l'Indre tourangelle : de Loches à Azay-le-Rideau, Monts, Séria, , 124 p., p. 59-60.
  110. Pierre Audin, Moulins de l'Indre tourangelle : de Loches à Azay-le-Rideau, Monts, Séria, , 124 p., p. 57-58.
  111. Pierre Audin, Moulins de l'Indre tourangelle : de Loches à Azay-le-Rideau, Monts, Séria, , 124 p., p. 53-56.
  112. « Commune : Monts (37) », sur le site de l'INAO (consulté le 4 juin 2019).
  113. Sassier 2005, p. 34.
  114. Pascal Landré, « Cinéma, émissions, docs : une année riche en tournages », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  115. « Télévision : Stéphane Bern en tournage au domaine de Candé », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  116. Ludovic Vieira, « Un grand bourgeois à Monts sous le Second Empire : Santiago Drake del Castillo », Le Val de l'Indre, no 14,‎ , p. 16.
  117. Pierre Audin, Moulins de l'Indre tourangelle : de Loches à Azay-le-Rideau, Monts, Séria, , 124 p., p. 47.
  118. « 37159 Monts - (Indre-et-Loire) », sur l'Armorial de France (consulté le 31 mai 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 967 p. (ISBN 978-2-8544-3136-0)
  • Claude Croubois (dir.), L’Indre-et-Loire : la Touraine, des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angely, Bordessoules, coll. « L’histoire par les documents », , 470 p. (ISBN 2 9035-0409-1).
  • Jean-Luc Flohic (dir.), Patrimoine des communes d'Indre-et-Loire, t. I et II, Flohic, , 1408 p. (ISBN 2-8423-4115-5).
  • Jacques Maurice, Monts et son passé. Synthèse historique, Monts, [l'auteur], , 149 p.
  • Marie-Françoise Sassier, Candé entre rêve et réalité, Tours, Service des monuments et musées départementaux, , 175 p. (ISBN 978-2-9164-3406-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :