Crématorium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crématorium du Père-Lachaise, plus ancien crématorium de France
Crématorium de Metz

La première fonctionnalité d'un crématorium est d'être un lieu où l'on incinère les défunts.

Cependant, il est proposé aux familles de rendre un dernier hommage au proche par le biais d'un moment de recueillement. La gestion d'un crématorium consiste donc à accueillir les familles, les accompagner dans cet instant difficile et mener à bien l'acte technique.

En France[modifier | modifier le code]

En 1887, une loi sur les libertés funérailles est votée. À partir de cette date, toute personne majeure ou émancipée peut choisir son mode de sépulture (crémation ou inhumation).

Cependant, les crématoriums ont connu des débuts difficiles car ce n'est qu'en 1963 que l'Église catholique autorise la crémation (pendant près de 80 ans la crémation était condamnée par le Vatican). Le privilège du monopole funéraire jusque janvier 1998 ne favorisa pas la construction de crématorium ni la promotion de ce choix, une cérémonie avec crémation étant d'un coût moins élevé d'environ 30 % que celui d'obsèques avec inhumation en cimetière...

Le premier crématorium français a été créé en 1889 à Paris, dénommé aujourd'hui crématorium du Père-Lachaise. D'autres crématoriums sont rapidement mis en service : Rouen (1899), Reims (1903), Marseille (1907), Lyon (1913) et Strasbourg (1922). Il faudra attendre 1972 pour qu'un autre crématorium soit mis en fonction à Cornebarrieu près de Toulouse. En 1980, la France compte 9 crématorium, 41 en 1990 et 147 à la fin 2012[1],[2]. Désormais, toutes les régions métropolitaines sont équipées de crématoriums.

Le nombre de recours à la crémation est en constante évolution. En effet, dans les années 1990, la crémation ne concernait que 5 % des décès et en 2006 ce taux s'élevait à 26 %.

Contrairement aux autres pays européens, les filtres ne sont pas obligatoires en France, à ce jour, pour limiter le rejet dans l’atmosphère de mercure, plomb, dioxine et autres substances nocives majeures. Un arrêté de janvier 2010 oblige les crématoriums français à s'équiper avant le 17 février 2018[2].

Un projet de loi vise à instaurer un Schéma régional des crématoriums[3]

Délégation de service public[modifier | modifier le code]

Depuis 1993, l'exploitation d'un crématorium peut se faire par le biais de la délégation de service public. Dans ce cas, la construction de l'établissement ne dépend que de la collectivité et le choix du délégataire se fait donc par appel d'offres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Caï PX (2006) Between Intensive Care and the Crematorium: Using the Standard of Review to Restore Balance to the WTO. Tul. J. Int'l & Comp. L., 15, 465 (présentation).
  • Davies DJ (1996) The sacred crematorium. Mortality, 1(1), 83-94 (www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/713685826 résumé]).
  • Dumme TJB, Dickinson HO & Parker L (2003) Adverse pregnancy outcomes around incinerators and crematoriums in Cumbria, north west England, 1956–93. Journal of epidemiology and community health, 57(6), 456-461.
  • Ekborg M (2005) Is heat generated from a crematorium an appropriate source for district heating? Student teachers' reasoning about a complex environmental issue. Environmental Education Research, 11(5), 557-573.
  • Faure P (2007) Le choix de la crémation ? Études, (2), 185-196.
  • Fischer N (2009) Passé et présent de la crémation en Allemagne Études sur la mort, (2), 125-129.
  • Hanus M (2006) Le cadavre crématisé. Études sur la mort, (1), 133-143.
  • Horner JS & Horner JW (1998) Do doctors read forms? A one-year audit of medical certificates submitted to a crematorium. Journal of the Royal Society of Medicine, 91(7), 371-376 (PDF, 6 pages)
  • Mayer M (2009) Crémation et religion dans notre monde sécularisé. Études sur la mort, (2), 111-115.
  • McKinley JI (1993) Bone fragment size and weights of bone from modern British cremations and the implications for the interpretation of archaeological cremations. International Journal of Osteoarchaeology, 3(4), 283-287 (extrait).
  • Odoux B (2009) Évolution des comportements vue par un conseiller funéraire. Études sur la mort, (2), 135-140.* Mills, A. (1990). Mercury and crematorium chimneys, Correspondance scientifique / Journal Nature Nature 346, 615 (16 aout 1990); doi:10.1038/346615a0
  • Picard H & Dumoulin M (2009) Le tout-petit et la crémation. Études sur la mort, (2), 55-64.
  • Redaelli M (2005) Évaluation de l'impact sanitaire lié aux rejets atmosphériques des crématoriums en France (méthode d'extrapolation de deux sites à l'ensemble du parc) ; thèse de doctorat en pharmacie, de l'Université de Paris-Sud, Faculté de pharmacie, Châtenay-Malabry, Hauts-de-Seine ; 1 vol., 153 p., Bibliogr. f. 100-103, Illustration  ; (résumé).
  • St-Pierre A (2004) L'architecture à la rencontre du sol: une exploration spatiale de l'expérience humaine sous le thème du crématorium (Doctoral dissertation, Université Laval).