Livradois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Livradois
Localisation du Livradois sur la carte du Massif central.
Localisation du Livradois sur la carte du Massif central.
Géographie
Altitude 1 218 m, Bois Noirs
Massif Massif central
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Départements Puy-de-Dôme, Haute-Loire
Géologie
Roches Granite

Le Livradois est une région naturelle française située au centre du Massif central, dans le département du Puy-de-Dôme. Elle est composée d'un massif montagneux, les monts du Livradois, et d'une plaine, la plaine du Livradois. Le tout forme un ensemble humain, culturel et économique cohérent et reconnu sans pour autant constituer une entité politique spécifique. Le Livradois fait partie du parc naturel régional Livradois-Forez.

Situation du Livradois (en vert clair) au sein de l'ancienne région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Livradois décrit en gros un losange allongé nord-sud, avec, au nord-ouest la vallée de l'Allier, au nord-est, la vallée de la Dore, au sud-est, la vallée de l'Arzon et au sud-ouest la vallée de la Senouire.

Les monts du Livradois sont entourés des régions naturelles suivantes :

Topographie[modifier | modifier le code]

Monts du Livradois[modifier | modifier le code]

Le Livradois comprend à l'ouest un massif montagneux et à l'est une plaine. Le massif montagneux est un horst granitique ou métamorphique qui comprend un plateau intérieur et trois versants, les deux premiers clairement coupés sur la Limagne d'Ambert et sur la Limagne d'Issoire, le troisième descendant en pente douce vers la Montagne bourbonnaise. Le plateau intérieur est lui-même parcouru de vallées profondes comme celle du Doulon, de la Dore ou de la Dolore dans leurs parcours initiaux.

Les sommets du Livradois (Bois Noirs et Chantelauze) possèdent la caractéristique d'être boisés, pratiquement plats et très difficiles à découvrir si l'on ne bénéficie pas, pour les atteindre, de coordonnées GPS.

Sommets principaux
  • Bois Noirs (1 218 mètres)
  • Bois de Chantelauze (1 205 mètres)
  • Bois de Combeneyre (1 157 mètres)
  • Suc de Genestoux (1 128 mètres)
  • Bois de Guérine (1 112 mètres)
  • Suc du mouton (1 027 mètres)
  • Suc de Saint-Diu (1 002 mètres)
  • Pic de la Garde (780 mètres)

Plaine du Livradois[modifier | modifier le code]

La plaine est un graben orienté dans le sens nord-sud, organisé autour des deux agglomérations d'Ambert et d'Arlanc, large de 3 ou 4 kilomètres et long de plus de 20 kilomètres. Elle se termine par des gorges profondes dans lesquelles coule la Dore et qui débouche ensuite sur la plaine de Thiers. Une légende veut qu'un lac marécageux ait existé dans cette vallée depuis le Quaternaire. Elle n'est plus retenue aujourd'hui car il n'y subsiste aucune trace observable de sédiments lacustres. La tradition orale répétait que les eaux du lac s'étaient retirées vers le nord, libérant des terres, rappelée jusqu'à nous selon l'expression latine liberatus ab acquis, « afin d'être livrées à ceux qui les attendaient », le mot latin Libratensis (pagus) étant effectivement employé jadis pour désigner le pays de Livradois.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Affluents directs de l’Allier La Dore et ses affluents Affluents de la Loire Lacs, Étangs et Plans d'eau

Géologie[modifier | modifier le code]

Démographie et économie[modifier | modifier le code]

À l'époque royale, le Livradois était la région la plus densément peuplée de France à égalité avec les Flandres[réf. nécessaire]. En moyenne montagne, il y avait parfois plus de foyers habités vers 1350, juste avant la peste noire, qu'en 1850, à l'époque reine pour les zones rurales. À ce sujet, il est particulièrement intéressant de relire les études menées par Lucien Gachon, écrivain et géographe du siècle dernier, originaire du Livradois, plus exactement de la commune de la Chapelle-Agnon. Le groupe de recherches archéologiques et historiques du Livradois-Forez (G.R.A.H.L.F.) a repris et complété récemment ces études. Aujourd'hui la densité est redescendue jusqu'à 3 ou 5 habitants au km2, par exemple sur la commune de Varennes-Saint-Honorat, notamment lorsque le relief s'accentue. Ambert et le bassin de la Dore souffrent enfin d'un réel phénomène d'enclavement, non seulement lié à la géographie physique (étant coincé entre les monts du Livradois et ceux du Forez) mais aussi culturelle, du fait notamment du changement de région au-delà du Forez. Cet enclavement se comprend d'autant moins que le centre de Lyon n'est qu'à quelques dizaines de kilomètres, à vol d'oiseau, du Livradois. L'impact économique de l'ancienne région Rhône-Alpes ne s'y ressentait pratiquement pas, ce qui n'était pas le cas à l'époque du papier, d'après les écrits du XVIIIe siècle.

Parc naturel régional[modifier | modifier le code]

logo du parc

Les monts du Livradois font partie du Parc naturel régional Livradois-Forez. En effet, dès les années 1960, l'idée a germé de créer un parc national sur le modèle du parc national des Cévennes. Afin qu'il puisse atteindre une taille suffisante, il fut suggéré d'associer les monts du Livradois à ceux du Forez. Le parc fut officiellement créé en 1986 ; il regroupe 162 communes.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :