Avion de combat futur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ACF.

Avion de combat futur
Super Mirage
Mirage G8A
Constructeur Drapeau : France Dassault
Rôle Avion de chasse
Mise en service Jamais mis en service
Date de retrait Abandonné en 1975
Coût unitaire 50 millions de francs[1],[2]
Nombre construits 2 prototypes
Équipage
1 ou 2 pilotes
Motorisation
Moteur Snecma M53-02
Nombre 2
Type turboréacteur
Puissance unitaire 54.4 kN sec, 83 kN avec post-combustion[3]
Dimensions
Envergure 11,20[3] m
Longueur ACF/DA[3] : 19,1 m
ACF/P : 19,3 m
Hauteur 5,80[3] m
Surface alaire 41[3] m2
Masses
À vide ACF/DA[3] : 14 187 kg
ACF/P : 14 143 kg
Carburant 10 100[3] kg
Maximale ACF/DA[3] : 29 000 kg
ACF/P : 29 050 kg

L'Avion de combat du futur (ACF) ou Super Mirage ou Mirage G8A est un projet d'avion de combat biréacteur à aile en flèche fixe, dérivé du Dassault Mirage G8. Il était prévu en deux versions, un monoplace d'interception et un biplace de frappe nucléaire. Le programme est abandonné en décembre 1975 pour des raisons de coût, peu avant l'achèvement du premier prototype.

Conception[modifier | modifier le code]

Phase de définition[4][modifier | modifier le code]

Dans la seconde moitié des années 1960, le constructeur aéronautique français Dassault reçoit la mission d'étudier plusieurs projets d'avions à géométrie variable, désignés sous le nom de Mirage G, destinés à équiper l'armée de l'air et l'aéronavale françaises en intercepteurs ou répondre au programme RAGEL (reconnaissance, attaque et guerre électronique lointaines). Quatre prototypes sont construits, mais aucun ne débouche sur une fabrication en série.

L'État-major de l'Armée de l'air (EMAA) définit le 1er juin 1972 un projet de fiche-programme pour un avion de combat monoplace et biréacteur, chargé des missions de défense aérienne, de couverture, d'attaque et de reconnaissance. Cet « avion de combat futur » est doté d'une aile fixe avec une flèche de 55°. Cet angle présente le meilleur compromis d'après l'expérience établie sur les mirages à géométrie variable, dont le mécanisme complexe est abandonné pour simplifier la structure et diminuer les coûts. L'avion est équipé de deux réacteurs Snecma M53[5], seul moteur récent disponible et pour obtenir une bonne sécurité d'utilisation. Enfin, le fuselage est de dimension suffisante pour recevoir une antenne radar de grand diamètre.

Le ministre de la Défense nationale demande le 28 juillet 1972 que soient établies les bases viables pour ce programme, au point de vue opérationnel, technique et financier. Un groupe composé de la Direction générale de l'armement, l'état-major des armées et l'état-major de l'Armée de l'air définit en août 1972 les objectifs d'une phase de définition, que le ministre lance le 14 novembre 1972.

Les premiers résultats de la phase de définition sont connus le 11 mai 1973 : la livraison des avions monoplaces de défense aérienne équipés d'un radar à impulsions à partir de mai 1980, des avions de pénétration à partir de mi-1983 et le remplacement du premier type de radar par un radar Doppler pulsé en 1985.

Prototypes[6][modifier | modifier le code]

Le contrat du premier prototype est notifié à Dassault le 5 décembre 1973, avec la réalisation d'un premier vol en juillet 1976, le programme prévoyant quatre avions de développement et une cellule d'essais statiques. La cellule est basée sur les études réalisées autour de la série des Mirages G et devient le Dassault G8A.

Des changements sont apportés en janvier 1974 avec un décalage des versions, le modèle de pénétration étant mis en service pour 1980 et celui de défense aérienne en 1983. Ces modifications tiennent aux enseignements de la campagne d'essais nucléaires en 1973 au Centre d'expérimentations du Pacifique (CEP). Ces essais montrent la possibilité de réaliser une tête nucléaire miniaturisée et un missile dédié (le futur Air-sol moyenne portée (ASMP)). Il germe aussi l'idée de passer directement à un radar doppler, pour éviter la solution temporaire d'un radar à impulsion. Ces décisions sont confirmées le 28 mars 1974 par le ministère, après le lancement du développement du missile air-sol à tête nucléaire en février 1974. La version « Pénétration et Attaque à basse altitude » sera opérationnelle avant le 1er janvier 1980 et le missile en 1981.

Après les élections présidentielles de 1974, le projet budgétaire de 1975 n'inclut pas les crédits pour une sortie de l'ACF avant janvier 1980, ce qui replace la date de mai 1980 comme objectif. La situation se dégrade en octobre 1974, puisque l'industrialisation ne peut plus débuter en 1975 et repousse la sortie de l'ACF à 1981. Toutefois, le programme se poursuit, le prototype ACF n° 02 est autorisé, les études des radars continuent, les choix techniques privilégiant la version de défense aérienne.

Le marché pour la commande du prototype no 02 (version Pénétration-biplaces) est notifié le 26 novembre 1974, avec un premier vol en juin 1977 ensuite repoussé à octobre 1977.

Fin du programme[modifier | modifier le code]

Difficultés financières[7][modifier | modifier le code]

Les difficultés financières deviennent prépondérantes en janvier 1975. Les travaux de préparation du budget 1976 mettent en évidence que le programme devra être revu, avec une réduction des crédits et un probable décalage des dates de mise en service de plusieurs années.

Le 2 juillet 1975, le ministre de la Défense entérine la continuité du développement des équipements (radars, missiles, réacteurs) et le ralentissement du programme, dont l'arrêt des travaux sur le prototype no 02.

Entre mai et septembre 1975, des variations du calendrier du programme, des versions alternatives de l'avion et le remplacement de l'ACF sont évalués.

Arrêt et conséquences[7],[8],[9][modifier | modifier le code]

L'arrêt du programme est décidé le 18 décembre 1975 par le Conseil de défense, avec l'arrêt de la fabrication du prototype et la résiliation du contrat. L'avion de combat futur est perçu comme trop ambitieux, trop grand et trop cher pour les prévisions budgétaires, selon le Centre de prospective et d'évaluation[10], ce qui ne permettrait pas à l'armée de l'Air de mettre en ligne un total de 450 avions de combat.

Marcel Dassault est reçu à sa demande par le Président de la République peu avant. Il lui propose que l'État continue à développer le programme ACF bimoteur et que sa firme conçoive sur fond propre un avion moins cher et équipé du même moteur en un seul exemplaire. Valéry Giscard d'Estaing inverse la proposition, ce qui marque la fin de l'ACF et permet la naissance d'un nouvel avion, le Mirage 2000.

Le prototype no 01 de l'ACF est démantelé dans les ateliers Dassault et aucun avion de série ne sera construit.

Variantes[modifier | modifier le code]

Le projet de l'ACF biréacteur Snecma M53 à aile en flèche fixe (55 degrés), de forme proche du Mirage G8, est prévu en deux versions pour un total de 200 exemplaires[2],[11] :

  • ACF/DA (Défense aérienne) : avion monoplace de 14 tonnes à vide, doté d'une vitesse maximale de Mach 2.5, jusqu'à 4 missiles Super 530 et 2 missiles R550 Magic ; livraison prévue avec un radar classique en mai 1980, remplacé par un radar doppler à impulsion à partir de 1985 ;
  • ACF/P (Pénétration/frappe nucléaire) : avion biplace de 14 tonnes à vide, doté d'une vitesse maximale de Mach 2.2 et du futur missile ASMP ; livraison prévue en 1983.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Flight, 7 février 1974
  2. a et b Flight, 14 février 1974
  3. a b c d e f g et h Rocher 2004
  4. Bonnet 2007, p. 290-293
  5. Lasserre 2005, p. 100 M53 et ACF/G8A
  6. Bonnet 2007, p. 293-294
  7. a et b Bonnet 2007, p. 295
  8. Lambert 1976, p. 293
  9. Flight, 25 décembre 1975
  10. Weber 2008, p. 19-20 histoire du Centre de prospective et d'évaluation
  11. Flight, 21 novembre 1974

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le "Super-Mirage" (A.C.F.) », Air et Cosmos, nos 541 à 557,‎ , p. 20.
  • (en) « France's aerospace industry », Flight International,‎ , p. 851.
  • (en) « Avion de combat futur plans », Flight International,‎ , p. 160.
  • (en) « Grigaut on the ACF », Flight International,‎ , p. 219.
  • (en) « French budget boosts ACF », Flight International,‎ , p. 462-463.
  • (en) « The Armee de l'Air matches punch with purse », Flight International,‎ , p. 721.
  • (en) « France reconsiders ACF », Flight International,‎ , p. 642.
  • (en) « Super Mirage cancelled », Flight International,‎ , p. 900.
  • « Du Mirage à l'ACF », Science & Vie, no 75 « Hors Série - Aviation »,‎ , p. 42-43.
  • (en) Mark Lambert, « Mirage accross the horizon », New Scientist,‎ , p. 293-295.
  • (en) Henry Kahn, « Arms and men », New Scientist,‎ , p. 821-822.
  • (en) M. P. Bohn, « Aerodynamics of the new generation of combat aircraft with delta wings », Translation of "Aérodynamique de la Nouvelle Generation d'Avions de Combat à Aile Delta", IN: AGARD Conference Proceedings No 241, Fighter Aircraft Design (Presented at the Multi-Panel, I, Symposium of Fighter Aircraft Design, Florence, Italy, Oct. 3-6, 1977), AGARD, Paris, France, juin 1978, pp 11-1 à 11-13, NASA TECHNICAL MEMORANDUM, NASA TM-75793, National Aeronautics and Space Administration, Washington, D.C. 20546, mars 1980.
  • (en) Tony Kausal, The Falcon and the Mirage: Managing for Combat Effectiveness, Diane Publishing, (ISBN 1428980725, EAN 9781428980723), p. 4-1.
  • Alexis Rocher, « Histoire d'un rêve, les Super Mirage, de l'ACF au 4000 - 1re partie », Le Fana de l'Aviation, no 416,‎ , p. 22-35.
  • Michel Lasserre (dir.), COMAERO, Comité pour l'histoire de l'aéronautique, Un demi-siècle d'aéronautique en France : Les moteurs, Centre des hautes études de l’armement – Division Histoire de l’armement, , 176 p. (lire en ligne).
  • Jacques Bonnet (dir.), COMAERO, Comité pour l'histoire de l'aéronautique, Un demi-siècle d'aéronautique en France : Les Avions militaires, t. II, Centre des hautes études de l’armement – Division Histoire de l’armement, , 259 p. (lire en ligne)
  • Jean-Marc Weber (dir.), COMAERO, Comité pour l'histoire de l'aéronautique, Un demi-siècle d'aéronautique en France : Études et recherches, t. I, Centre des hautes études de l’armement – Division Histoire de l’armement, , 224 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Aéronefs comparables

Ordre de désignation

Articles connexes

Liens externes[modifier | modifier le code]