Dassault Falcon 8X

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Falcon 8X
Présentation du premier Falcon 8X au salon du Bourget 2015
Présentation du premier Falcon 8X au salon du Bourget 2015

Constructeur Drapeau : France Dassault Aviation
Équipage 2
Premier vol
Mise en service
Dimensions
Longueur 24,46 m
Envergure 26,29 m
Hauteur 7,94 m
Masse et capacité d'emport
Max. au décollage 33,113 t
Max. à l'atterrissage 28,304 t
Passagers 19
Motorisation
Moteurs 3 Pratt & Whitney Canada PW307-D
Poussée unitaire 29,90 kN
Performances
Vitesse de croisière maximale 900 km/h
Vitesse maximale 953 km/h
Autonomie 11 945 km
Plafond 15 545 m

Le Falcon 8X est un avion d'affaires haut de gamme de la famille Falcon construit par Dassault Aviation, en service depuis 2016. Il s'agit d'un triréacteur dérivé du Falcon 7X avec un fuselage allongé, une nouvelle voilure et des équipements modernisés.

Conception[modifier | modifier le code]

Le Falcon 8X a été annoncé au salon EBACE en mai 2014[1]. Le nouveau jet de Dassault se présente comme un dérivé profondément modifié et modernisé du Falcon 7X, et doit devenir le vaisseau amiral du groupe.

Motorisé par une version améliorée du réacteur Pratt & Whitney PW307, le 8X dispose d'une nouvelle voilure en aluminium, de trains d'atterrissage renforcés, d'un fuselage et d'une cabine rallongés. Capable de transporter jusqu'à 19 passagers, l'appareil est un jet haut de gamme, à large cabine et très long rayon d'action. Il pourra franchir 11 945 km sans escale (945 km de plus que le 7X), avec huit passagers et trois membres d'équipage. Il s'agit du plus long rayon d'action de la gamme Falcon.

L'assemblage final et les tests du 8X se déroulent dans le hall Charles Lindbergh du site de Bordeaux-Mérignac. Alors que la campagne d'essais au sol s'est achevée en novembre, le premier vol, effectué le 6 février 2015[2], donne le coup d'envoi de la campagne d'essais en vol à laquelle ont participé trois appareils. Le 27 juin 2016, l'entreprise annonce par communiqué de presse que le 8X a été certifié par l'EASA[3]. La première livraison a eu lieu le 5 octobre 2016[4]. Le constructeur prévoit d'assembler alors trois appareils par mois d'ici à 2018.

Le Falcon 8X a été présenté pour la première au salon African Aerospace and Defence (AAD) Expo à Johannesburg (19-23 septembre 2018) afin de séduire le marché africain[5].

Durant le salon du Bourget 2019, il est annoncé qu'il servira de plate-forme au programme Dassault Falcon Epicure de renseignement électronique destiné à l’Armée de l’air française en 2025.

Le Falcon 8X se positionne en rival des Gulfstream 550 et Bombardier Global 6000.

Spécifications[modifier | modifier le code]

en vol

Données de Site Dassault Aviation[1]

Caractéristiques générales

Performances

  • Vitesse maximale : Mach 0,90
  • Distance franchissable : 11 945 km (6 450 NM) avec 8 passagers à Mach 0,8
  • Plafond : 15 500 m (51 000 ft)



Dassault Falcon Archange[modifier | modifier le code]

Le Dassault Falcon Archange est un avion de reconnaissance et de guerre électronique lancé en 2018 en vue de fournir trois avions à l'Armée de l'air française dans le cadre du programme « Capacité Universelle de Guerre Électronique » (CUGE) ; la charge utile étant fournis par Thales[6]. Basés sur un Falcon 8X selon les déclarations de juin 2019, ils doivent à terme remplacer les deux C-160G Gabriel[7] opérés par l'Escadron électronique aéroporté 1/54 Dunkerque depuis 1989.

Initialement connu sous le nom de Falcon Epicure, il prend son nom actuel d'Archange en [8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Falcon 8X », sur dassault-aviation.com (consulté le 12 octobre 2016)
  2. Le Falcon 8X a réussi son premier vol d'essai
  3. « Dassault Aviation : Le Falcon 8X certifié par l'EASA », Boursorama,‎ (lire en ligne)
  4. « Dassault Aviation : livre le premier Falcon 8X » (consulté le 5 octobre 2016)
  5. Première pour le Falcon 8X en Afrique du sud
  6. « Le Falcon Epicure au service de l’Armée de l’air », sur dassault-aviation.com, .
  7. Vincent Lamigeon, « Le Falcon Epicure, futur avion espion de l’Armée française », sur challenges.fr, .
  8. Thomas Schumacher, « Dix nouveaux Falcon pour les armées », sur paxaquitania.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]