Pilatus PC-21

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2007).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Pilatus PC-21
{{#if:
Un PC-21 au roulage
Un PC-21 au roulage

Constructeur Drapeau : Suisse Pilatus
Rôle Avion d'entraînement
Statut En service
Premier vol
Équipage
Un pilote et un instructeur
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney Canada PT6A-68B
Nombre 1
Type Turbopropulseur
Puissance unitaire 1 622 ch
Dimensions
Envergure 9 11 m
Longueur 11 23 m
Hauteur 4 05 m
Masses
À vide 2 270 kg
Avec armement 3 420 kg
Maximale 4 250 kg
Performances
Vitesse maximale 685 km/h
Plafond 11 600 m
Vitesse ascensionnelle 1 219 m/min
Rayon d'action 1 295 km
Armement
Externe 4 points d'attaches pour de l'armement conventionnel en mode avion d'attaque au sol

Le Pilatus PC-21 est un avion d'entraînement suisse construit par Pilatus Aircraft.

Conception[modifier | modifier le code]

Le PC-21 est, comme son illustre prédécesseur le Pilatus PC-7 et le moins connu PC-9, un avion d'entraînement destiné à la formation des pilotes. Beaucoup moins coûteux que les jets, il présente néanmoins de nombreuses qualités aéronautiques, ainsi qu'un cockpit moderne.

Le PC-21 ayant reçu les autorisations nécessaires, l'armée suisse a reçu et réceptionné les 4 premiers exemplaires en avril 2008[1]. Les forces aériennes suisses ont commandé 6 appareils, la république de Singapour en a commandé 19, les EAU 25 et l'Arabie saoudite 55[2].[réf. incomplète]

En 2013, l'armée de l’air française indique vouloir acquérir une vingtaine d'appareils à l'horizon 2016 pour former ses pilotes[3].

Développement[modifier | modifier le code]

Le développement du PC-21 a officiellement commencé en novembre 1997, lorsque Pilatus a fait voler pour la première fois son PC-7 Mk II évolution du PC-7 Turbo Trainer. Ce modèle comportait de nombreuses améliorations pouvant présager d'un prochain avion d'entraînement à turbopropulseur. Le premier prototype est sorti d'usine en avril 2002 et a volé pour la première fois le 1er juillet de la même année. Le second prototype a volé le 7 juin 2004. Un des prototypes s'est écrasé le 13 janvier 2005 à Buochs en Suisse à la suite d'une erreur de pilotage lors d'un entraînement en vue d'une démonstration aérienne. Le pilote d'essai est décédé et une personne au sol a été blessée[4].

Engagement[modifier | modifier le code]

Cet appareil est surtout utilisé pour la formation avancée des pilotes et leur perfectionnement.

Dispositifs[modifier | modifier le code]

Le PC-21 est équipé d'un habitacle ultra-moderne. Il est pressurisé, son cockpit affiche 3 écrans à cristaux liquides pour les informations des systèmes standards. Il dispose également d'un afficheur tête haute (HUD).

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kaj-Gunnar Sievert, « Réception des quatre premiers Pilatus PC-21 par armasuisse », sur Administration fédérale, Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports,‎ (consulté le 19 novembre 2015).
  2. « Opex 360 »,‎
  3. Jean-Dominique Merchet, « L'armée de l'air souhaite acquérir une vingtaine de Pilatus PC-21 »,‎ (consulté le 21 juin 2013)
  4. (en) « PC-21 flight ban lifted – Series production under way », Pilatus Aircraft (consulté le 20 décembre 2007)