Mikoyan-Gourevitch MiG-31

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mikoyan-Gourevitch MiG-31
{{#if:
Un MiG-31 de la force aérienne russe, en vol au-dessus de la Russie.
Un MiG-31 de la force aérienne russe, en vol au-dessus de la Russie.

Constructeur Drapeau : URSS Mikoyan-Gourevitch
Rôle Avion d'interception
Statut En service
Premier vol Septembre 1975
Mise en service 1981
Coût unitaire 42,1 millions d'euros[1]
Nombre construits environ 500
Équipage
1 pilote + 1 opérateur radar
Motorisation
Moteur Aviadvigatel/Soloviev D-30F-6
Nombre 2
Type Turboréacteur avec postcombustion
Poussée unitaire 152 kN (avec PC)
Dimensions
MiG-31.svg
Envergure 13,46 m
Longueur 22,69 m
Hauteur 6,15 m
Surface alaire 61,52 m2
Masses
À vide 21 820 kg
Carburant 15 905 kg
Avec armement 41 000 kg
Maximale 46 200 kg
Performances
Vitesse maximale 3 463 km/h (Mach 2,83)
Plafond 24 200 m
Vitesse ascensionnelle 12 480 m/min
Rayon d'action 1 200[2] km
Endurance 3 300 km
Armement
Interne un canon rotatif GSh-6-23 (6 tubes de 23 × 115 mm à 10 000 coups/min) avec 260 obus
Externe missiles air-air R-33 à guidage radar semi-actif
R-37 à longue portée
R-60 à auto-directeur infrarouge
R-40R semi-actif et R-40T infrarouge

Le Mikoyan-Gourevitch MiG-31 (code OTAN : « Foxhound ») est un intercepteur d'origine soviétique (actuellement russe). Il est dérivé du célèbre MiG-25 Foxbat, dont il conserve l'allure générale et les performances élevées, mais en diffère notamment par la présence d'un second membre d'équipage et d'un radar à capacité « look-down shoot-down » (détection et tir sur des cibles volant à une altitude inférieure).

Conception[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, devant l'apparition aux États-Unis de chasseurs de nouvelle génération et la situation alarmante dans laquelle se situaient les forces aériennes soviétiques (VVS), le gouvernement lança plusieurs programmes, dont ceux du Su-27 Flanker, du MiG-29 Fulcrum et du MiG-31.

Le bureau d'études Mikoyan-Gourevitch débuta les travaux du MiG-31 en 1967[3], à partir d'un avion destiné aux études sur le MiG-25 : le E-155M (« E » pour « Experimentalnyi », expérimental). Le Foxhound était construit à Nijni Novgorod. Initialement, l'avion portait le nom de MiG-25MP (projet 83 au sein de l'OKB MiG). Il était destiné à l'interception de tout type de cibles (chasseurs, bombardiers et missiles de croisières) à haute et basse altitude. Il reçut des turboréacteurs D-30F, version modernisée du D-30 qui équipait le Tu-134. Le prototype, désigné E-155M, fit son premier vol en et fut suivi par 8 avions de pré-production, dont le second, équipé de son radar, vola en 1976[3]. Le fabrication en série de l'avion débutera finalement en 1979[4]. En 1987, plus de 150 appareils étaient en service, répartis de la zone d'Arkhangelsk jusqu'à l'Extrême-Orient soviétique[5].

Les MiG-31 russes devraient rester en service « au-moins jusqu'en 2028 »[5], voire 5 ou 10 ans supplémentaires, si l'on en croit les dires prononcés le par le chef de la force aérienne, le général Viktor Bondarev. Il affirma que les Russes étaient « satisfaits de cet avion, qu'il remplissait ses fonctions à merveille », ajoutant que les missiles à longue portée de la prochaine génération étant alors en cours de développement, de nouvelles fonctions d'interception pourraient être attribuées à de nouveaux exemplaires de l'appareil (dont la production est arrêtée depuis 2003)[5].

À l'époque de ces déclarations, la force aérienne russe disposait de 121 MiG-31 en service, et beaucoup plus en réserve (sur un total de production d'environ 500 appareils)[5]. En 2013, une série de recherches menée par le parlement russe révéla qu'« un certain nombre » de MiG-31 stockés en réserve pouvaient être remis en état de vol et retourner au service opérationnel, tandis qu'une relance de la production pourrait être effectuée à Sokol, pour un coût de 25 milliards de roubles (environ 800 millions de dollars)[5]. Bien qu'aucun nouvel avion n'ait été produit depuis plus de dix ans, la Russie disposait encore de nombreuses structures partiellement achevées, qui furent terminées pour la livraison au Kazakhstan. Huit autres structures incomplètes sont disponibles, ces dernières étant initialement réservées à la Syrie mais la livraison ayant été annulée par les Russes[5],[6].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Structure et propulsion[modifier | modifier le code]

Le MiG-31 est un avion biplace, avec la présence d'un opérateur radar pour assister le pilote dans sa mission. Le train d'atterrissage principal comporte deux roues en tandem, légèrement décalées. Ses turboréacteurs, à double flux et dotés de postcombustion, produisent une poussée de 15 500 kgp, soit un tiers de plus que les moteurs qui équipaient le MiG-25[4].

C'est un avion de quatrième génération ressemblant au MiG-25, dont il diffère cependant sur plusieurs points :

  • Les becs de bord d'attaque sont constitués de quatre sections ;
  • L'aile possède une plus grande épaisseur à son emplanture et est également dotée d'apex ;
  • Le Foxhound est un des premiers chasseurs soviétiques possédant une perche de ravitaillement en vol dans le côté droit de l'avant du fuselage ;
  • Pour une meilleure résistance aux hautes vitesses supersoniques, la voilure a été dotée d'un troisième longeron ;
  • Déplacement des aérofreins vers le dessous des entrées d'air des turboréacteurs ;
  • La roulette de nez se replie vers l'arrière et comporte deux pneus à basse pression, mieux adaptés à un emploi sur un terrain peu préparé ;
  • Structure renforcée ;
  • Utilisation de nouveaux matériaux mieux adaptés aux vitesses avoisinant Mach 3.

Avionique[modifier | modifier le code]

Le MiG-31, qui est appelé à défendre l'espace aérien au-dessus de zones telles que la Sibérie, où il n'existe que peu de radars au sol, doit faire preuve d'une totale indépendance vis-à-vis des infrastructures au sol et doit offrir une résistance accrue aux conditions de guerre électronique.

Pour cela, il est le premier avion de chasse au monde à avoir adopté un radar à balayage électronique, en l'occurrence le SBI-16 Zaslon, capable de détecter 10 cibles et d'en engager 4 en même temps. L'antenne du Zaslon, désigné par l'OTAN « Flashdance », surveille l'espace compris entre ±70° en azimut et +70°/-60° en site. Une patrouille de quatre avions peut interconnecter ses radars pour surveiller une zone de 560 km de large, le leader de la patrouille pouvant assigner une cible à chaque équipier. Enfin, le MiG-31 peut être dirigé automatiquement vers sa cible depuis une station au sol ou un avion de type AWACS.

Le MiG-31 possède également un détecteur infrarouge rétractable. Le système de navigation installé à bord ainsi que la perche de ravitaillement en vol permirent par exemple à un Foxhound d'effectuer un vol d'essai Mourmansk-Pôle Nord-Tchoukotka de plus de 8 000 km, accompli en 8 heures et 49 minutes.

Le MIG-31 est capable d’intercepter et de détruire n'importe quelle cible : des satellites à basse altitude aux missiles de croisière[7].

Armement[modifier | modifier le code]

Le MiG-31, en tant qu'intercepteur pur, peut emporter de nombreux missiles air-air : R-33 à guidage radar semi-actif, R-37 à longue portée, R-60 à auto-directeur infrarouge, R-40R semi-actifs et R-40T infrarouges. Ils peuvent être semi-encastrés sous le fuselage, afin de diminuer la traînée produite à grande vitesse[4], et/ou emportés sous des pylônes sous les ailes.

L'avion possède également un canon rotatif à six tubes GSh-6-23 de 23 × 115 mm, pouvant tirer à une cadence de 10 000 coups/min et approvisionné de 260 obus.

Au combat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Vol 007 Korean Air Lines.

Le MiG-31 n'a jamais eu à affronter d'adversaire en combat, mais à la suite d'un incident aérien avec un Boeing 747 sud-coréen, en 1983, qui avait pénétré l'espace aérien soviétique au dessus de Sakhaline, une escadrille de Foxhounds fut envoyée en Extrême-Orient. Sa seule présence suffit à nettement réduire les activités de l'aviation américaine aux abords des frontières de l'URSS[3].

Le retrait du service, en 1989, des avions espions de reconnaissance à haute altitude américains SR-71 Blackbird semble pouvoir être directement liée à la mise en service du MiG-31[3]. En effet, cet avion extrêmement coûteux, dont les performances le rendaient intouchable pour les chasseurs et systèmes de DCA classiques, ne pouvait pourtant pas se protéger efficacement d'une attaque de MiG-31.

Versions[modifier | modifier le code]

MiG-31 de la 790e escadrille de chasse du 3e régiment d'aviation de chasse de Kutuzov, visible ici sur l'aérodrome de Khotilovo.
  • Mig-31A :
Version de base du MiG-31, produite à 325 exemplaires[3] ;
  • MiG-31B :
Version dotée d'une évolution du Zaslon, le Zaslon-A, et d'un système de navigation amélioré[8]. Également équipé d'une liaison de données dotée de nouveaux modes[8], il a été construit à environ 162 unités, depuis converties en MiG-31BM ;
  • MiG-31BS :
Identique au MiG-31B mais sans la perche de ravitaillement en vol de ce dernier[8] ;
  • MiG-31D :
Deux exemplaires de cette version spécialisée ont été produits en 1987[5]. Destinés à la lutte antisatellite, ils semblent avoir été la réponse contemporaine du programme ASAT américain, visant à équiper de missiles antisatellites des F-15 spécialement modifiés. Ces deux avions étaient dotés d'extrémités d'ailes triangulaires en forme de « patte d'oie »[5], identiques à celles déjà présentes sur certains prototypes du MiG-25, et destinées à améliorer la stabilité de l'avion à haute altitude pour le lancement des missiles. Un seul missile, de taille imposante, était fixé sous le fuselage, et un radar spécial orienté vers le haut était installé dans l'avion[5] ;
  • MiG-31E :
Version d'exportation, dont les capacités d'engagement en coopération ont été améliorées et pouvant communiquer par liaison de données avec 3 autres appareils. Le MiG-31E est destiné à l'interception et à la destruction de cibles aériennes volant à des altitudes comprises entre 50 et 28 000 m, dans le secteur avant ou arrière, et sous tous types de conditions météo, de jour comme de nuit[5]. Ces cibles, mêmes manœuvrantes, peuvent être détruites dans un environnement de contre-mesures actives ou passives sévères[5]. Présenté au salon de Berlin de 1992, il n'a été construit qu'à un seul exemplaire[8] ;
  • MiG-31F :
« F » pour « frontovy », signifiant « front » mais à entendre comme « tactique ». Présenté au salon du Bourget de 1995, le bureau présenta cette version multirôle du MiG-31B, équipé pour l'occasion d'armements air-surface destinés à l'attaque au sol, et particulièrement les missions SEAD[5] ;
  • MiG-31M :
En 1984, le bureau d'études MiG démarra une profonde modification du MiG-31. Extérieurement, l'appareil, désigné MiG-31M, se différenciait peu de la version de base. La verrière du pilote était faite d'une seule pièce, alors que les vitres latérales de l'opérateur étaient plus petites. La surface des apex avait été augmentée. À la place de l'ancien viseur infrarouge était installé un capteur optronique avec détecteur infrarouge et télémètre laser à l'avant du pare-brise. L'avionique était également améliorée, avec l'installation de la version modernisé du Zaslon, le Zaslon-M, qui peut détecter 24 cibles et en engager 6 en même temps à une distance de plus de 300 km. Son armement était élargi, avec l'adoption des missiles R-33S et R-37, alors que le canon interne avait été supprimé, étant jugé peu utile sur un avion d'interception à longue distance. Le premier MiG-31M effectua son premier vol le , six autres prototypes de cette version furent construits. Cependant, la chute de l'URSS et les réductions de budget militaire firent que le MiG-31M n'entra jamais en service ;
  • MiG-31BM :
En 1997, à cause des restrictions budgétaires de l'époque, et l'impossibilité pour l'armée de l'air russe d'acheter des MiG-31M, on décida de transformer les MiG-31B déjà existants en MiG-31BM avec des améliorations, entre autres, de l'habitacle (apparition de nouveaux écrans et d'un affichage tête haute) ainsi que d'un ordinateur plus puissant. Opérationnel depuis 2011, ce programme de modernisation s'est terminé en [3]. L'une des différences majeures entre le BM et ses prédécesseurs est la capacité de son radar à également engager des cibles au sol. Ce radar lui permet également de suivre simultanément 24 cibles[5],[8] ;
  • MiG-31S :
Cette version est un dérivé commercial du MiG-31, destiné à lancer de petits satellites grâce au missile Micron, fabriqué par l'OKB Fakel et capable de placer une charge utile de 100 kg sur une orbite à 200 km d'altitude ou 70 kg à une altitude de 500 km[5]. Cet avion est également capable de lancer le planeur suborbital propulsé par fusée d'Aerospace Rally System, pour l'entraînement des astronautes, les recherches en haute atmosphère ou le tourisme spatial[5].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

L'armée de l'air russe et celle du Kazakhstan sont actuellement les seuls utilisatrices du MiG-31.

  • Drapeau de la Russie Russie : En 2013, la force aérienne russe disposait de 121 MiG-31 en service[5] ;
  • Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan : 30 appareils, livrés après la chute du bloc soviétique[8]. Certains de ces appareils encore en service. Ils ont été assemblés à partir de structures inachevées disponibles en Russie ;
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : En 1992, les Chinois avaient obtenu l'accord de la fédération de Russie pour l'achat de 24 exemplaires du MiG-31[5]. Ces appareils auraient dû être assemblés à une toute-nouvelle usine installée à Shenyang, avec l'objectif d'atteindre une cadence de production de quatre appareils par mois vers l'année 2000[5]. D'après certaines sources, l'accord intégrait également la construction de près de 700 appareils, dont 200 auraient déjà été mis en service vers 2010[5]. La Chine a finalement opté pour des Soukhoï Su-27SK et Su-30MKK ;
  • Drapeau de la Syrie Syrie : En 2007, la Syrie signe un contrat portant sur la livraison d'une dizaine de MiG-31E neufs[9]. En , le contrat, qui s'élève à 400-500 millions de dollars, est gelé par la Russie, officieusement en raison de pressions israéliennes, selon une source proche de Rosoboronexport, l'agence russe d'export d'armes[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mikoyan MiG-31E », Find The Best (consulté le 3 février 2015)
  2. « Mikoyan-Gourevitch MiG-31 (OTAN : Foxhound) », Aviations légendaires (consulté le 3 février 2015)
  3. a, b, c, d, e et f « Encore une modernisation pour le MiG-31 ! », sur Avia News,‎ (consulté le 7 mai 2014)
  4. a, b et c « Le chasseur intercepteur MiG-31, histoire et fiche technique », Sputnik France,‎ (consulté le 3 février 2015)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s (en) John Pike, « MiG-31 Foxhound », Global Security,‎ (consulté le 3 février 2015)
  6. a et b « La Russie renonce aux livraisons de MiG-31E à la Syrie (Kommersant) », Sputnik France,‎ (consulté le 3 février 2015)
  7. Ekaterina Tourycheva, « Le MIG-31 : un chasseur en avance sur son temps », Russia Beyond the Headlines,‎ (consulté le 3 février 2015)
  8. a, b, c, d, e et f (en) « Mikoyan-Gurevich MiG-31 "Foxhound" », MILAVIA Aircraft (consulté le 3 février 2015)
  9. (en) « Syria's Russian Weapon Buys », Defense Industry Daily,‎ (consulté le 3 février 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

MiG-15 - MiG-17 - MiG-19 - MiG-21 - MiG-23 - MiG-25 - MiG-27 - MiG-29 - MiG-31 - MiG-35

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Paul Eden (éditeur), Encyclopedia of modern military aircraft, London (UK), Amber Books Ltd.,‎ , 512 p. (ISBN 978-1904687849), « Mikoyan MiG-25 'Foxbat' »
  • (en) Yefim Gordon, MiG-25 "Foxbat", MiG-31 "Foxhound" : Russia's defensive front line, Hinckley, UK, Midland Publishing,‎ (ISBN 1-85780-064-8)
  • (en) Mike Spick, The Great Book of Modern Warplanes : MiG-31 "Foxhound", St. Paul, Minnesota, MBI,‎ (ISBN 0-7603-0893-4)
  • (en) Stewart Wilson, Combat Aircraft since 1945, Fyshwick, Australia, Aerospace Publications,‎ (ISBN 1-875671-50-1)

Sources[modifier | modifier le code]

  • (ru) « Avions supersoniques du monde », par Valeri Bagratinov.