Mikoyan-Gourevitch MiG-31

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Mikoyan-Gourevitch MiG-31 Foxhound Su-27 silhouette.svg
Russian Air Force MiG-31 inflight Pichugin.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : URSS Mikoyan-Gourevitch
Rôle Avion d'interception
Statut En service
Premier vol Septembre 1975
Mise en service 1981
Nombre construits environ 500
Équipage
1 pilote + 1 opérateur radar
Motorisation
Moteur Aviadvigatel/Soloviev D-30F-6
Nombre 2
Type Turboréacteur avec postcombustion
Poussée unitaire 152 kN (avec PC)
Dimensions
MiG-31.svg
Envergure 13,46 m
Longueur 22,69 m
Hauteur 6,15 m
Surface alaire 61,52 m2
Masses
À vide 21 820 kg
Avec armement 41 000 kg
Maximale 46 200 kg
Performances
Vitesse maximale 3 250 km/h (Mach 2,65)
Plafond 24 200 m (record à 37 650, mais ne peut être considéré comme un plafond) m
Vitesse ascensionnelle 12 480 m/min
Rayon d'action 720 km
Endurance 3 300 km
Armement
Interne un canon rotatif GSh-6-23 (6 tubes de 23 × 115 mm à 10 000 coups/min) avec 260 obus
Externe missiles air-air R-33 à guidage radar semi-actif, R-37 à longue portée, R-60 à auto-directeur infrarouge, R-40R semi-actif et R-40T infrarouge

Le Mikoyan-Gourevitch MiG-31 (code OTAN : Foxhound) est un intercepteur russe. Il est dérivé du célèbre MiG-25 Foxbat dont il conserve l'allure générale et les performances élevées, mais en diffère notamment par la présence d'un second membre d'équipage et d'un radar à capacité « look-down shoot-down » (détection et tir sur des cibles volant à une altitude inférieure).

Conception[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, devant l'apparition aux États-Unis de chasseurs de nouvelle génération et la situation alarmante dans laquelle se situaient les forces aériennes soviétique (VVS), le gouvernement lança plusieurs programmes dont ceux du Su-27, du MiG-29 et du MiG-31.

Le bureau d'études Mikoyan-Gourevitch débuta les travaux du MiG-31 à partir d'un avion destiné aux études sur le MiG-25 : le E-155M (E=Experimentalnyi). Le Foxhound était construit à Nijni Novgorod[1]. Initialement, l'avion portait le nom de MiG-25MP (projet 83 au sein de l'OKB MiG). Il était destiné à l'interception de tout type de cibles (chasseurs, bombardiers et missiles de croisières) à haute et basse altitude. Il reçut des turboréacteurs D-30F, version modernisée du D-30 qui équipait le Tu-134. Le prototype désigné E-155M fit son premier vol en septembre 1975. Il fut suivi par 8 avions de pré-production avant le lancement de la fabrication en série au tout début des années 1980.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le MiG-31 est un avion biplace, avec la présence d'un opérateur radar pour assister le pilote dans sa mission. Le train d'atterrissage principal comporte deux roues en tandem, légèrement décalées. Les missiles air-air peuvent être semi-encastrés sous le fuselage et/ou emportés sur des pylônes sous les ailes. C'est un avion de quatrième génération ressemblant au MiG-25, dont il diffère cependant sur plusieurs points :

  • Les becs de bord d'attaque sont constitués de quatre sections.
  • L'aile possède une plus grande épaisseur à son emplanture et est également dotée d'apex.
  • Le 'Foxhound' est un des premiers chasseurs soviétiques possédant une perche de ravitaillement en vol dans le côté droit de l'avant du fuselage.
  • Pour une meilleure résistance aux hautes vitesses supersoniques, la voilure a été dotée d'un troisième longeron.
  • Déplacement des aérofreins vers le dessous des entrées d'air.
  • La roulette de nez se replie vers l'arrière et comporte deux pneus à basse pression.
  • Structure renforcée
  • Utilisation de nouveaux matériaux mieux adaptés aux vitesses avoisinant Mach 3.

Avionique[modifier | modifier le code]

Le MiG-31, qui est appelé à défendre l'espace aérien au-dessus de zones telles que la Sibérie, où il n'existe que peu de radars au sol, doit faire preuve d'une totale indépendance vis-à-vis des infrastructures au sol et une résistance accrue aux conditions de guerre électronique.

Pour cela, il est le premier avion de chasse au monde à avoir adopté un radar à balayage électronique, en l'occurrence le SBI-16 Zaslon, capable de détecter 10 cibles et d'en engager 4 en même temps. L'antenne du Zaslon surveille l'espace compris entre +/--70 ° en azimut et +70 ° --60 ° en site. Une patrouille de quatre avions peut interconnecter ses radars pour surveiller une zone de 560 km de large, le leader de la patrouille pouvant assigner une cible à chaque équipier. Enfin, le MiG-31 peut être dirigé automatiquement vers sa cible depuis une station au sol ou un avion de type AWACS.

Le MiG-31 possède également un détecteur infrarouge rétractable. Le système de navigation installé à bord ainsi que la perche de ravitaillement en vol permirent par exemple à un Foxhound d'effectuer un vol d'essai Mourmansk-Pôle Nord-Tchoukotka de plus de 8 000 km accompli en 8 heures et 49 minutes.

MiG-31 790 IAP Khotilovo
MiG-31 790 IAP Khotilovo

Variantes[modifier | modifier le code]

Le MiG-31M[modifier | modifier le code]

En 1984, le bureau d'étude MiG commença une profonde modification du MiG-31. L'appareil, désigné MiG-31M, se différencie peu de la version de base extérieurement. La verrière du pilote est faite d'une seule pièce alors que les vitres latérales de l'opérateur sont plus petites. La surface des apex a été augmentée. À la place de l'ancien viseur infrarouge est installé un capteur optronique avec détecteur infrarouge et télémètre laser à l'avant du pare-brise. L'avionique est également améliorée avec l'installation de la version modernisé du 'Zaslon' : le Zaslon-M qui détecte 24 cibles et en engage 6 à plus de 300 km. Son armement est élargi avec l'adoption des missiles R-33S et R-37, le canon interne a été supprimé.

Le premier MiG-31M a effectué son premier vol le 21 décembre 1985. Six prototypes de cette version furent construits, le premier d'entre eux effectuant son vol inaugural le 21 décembre 1985. Cependant, la chute de l'URSS et les réductions de budget militaire firent que le MiG-31M n'entra jamais en service.

Le MiG-31BM[modifier | modifier le code]

En 1997, à cause des restrictions budgétaires de l'époque, et l'impossibilité pour l'Armée de l'air russe d'acheter des MiG-31M, on décida de transformer les MiG-31B déjà existants en MiG-31BM avec des améliorations, entre autres, de l'habitacle (apparition de nouveaux écrans et d'un HUD).

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

L'armée de l'air russe et celle du Kazakhstan sont actuellement les seuls utilisateurs du MiG-31.

Après avoir envisagé l'achat de MiG-31 au début des années 1990, la Chine a finalement opté pour des Su-27 et Su-30.

En 2007, la Syrie signe un contrat portant sur la livraison d'une dizaine de MiG-31E neufs[2]. En mai 2009, le contrat qui s'élève à 400-500 millions de dollars est gelé par la Russie, officieusement en raison de pressions israéliennes, selon une source proche de Rosoboronexport, l'agence russe d'export d'armes[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

MiG-15 - MiG-17 - MiG-19 - MiG-21 - MiG-23 - MiG-25 - MiG-27 - MiG-29 - MiG-31

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Paul Eden (éditeur), Encyclopedia of modern military aircraft, London, Amber Books Ltd,‎ 1er juin 2006, 512 p. (ISBN 978-1904687849), « Mikoyan MiG-25 'Foxbat' ».
  • Gordon, Yefim. MiG-25 'Foxbat,' MiG-31 'Foxhound:" Russia's Defensive Front Line. Hinckley, UK: Midland Publishing, 1997. ISBN 1-85780-064-8.
  • Spick, Mike. "MiG-31 'Foxhound'". The Great Book of Modern Warplanes. St. Paul, Minnesota: MBI, 2000. ISBN 0-7603-0893-4.
  • Wilson, Stewart. Combat Aircraft since 1945. Fyshwick, Australia: Aerospace Publications, 2000. ISBN 1-875671-50-1.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (ru) Avions supersoniques du monde par Valeri Bagratinov