Dassault Mirage F2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dassault Mirage III F2
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : France Dassault Aviation
Équipage 2
Motorisation
Moteurs Pratt and Whitney TF 106 américain.
Performances
Vitesse maximale 2 333 km/h

L'origine du Mirage III F2 remonte à 1963. L'armée de l'air française planchait sur le concept d'un avion ayant des capacités de pénétration à basse altitude par tous temps, qui serait capable d'effectuer des interceptions à vitesse supersonique, qui serait également apte à utiliser de courtes pistes comportant des arrangements rudimentaires et qui aurait une vitesse d'approche égale à 140 nœuds (260 km/h).

C'est le 21 novembre 1963 que la société Générale Aéronautique Marcel Dassault signe le marché d'étude d'un avion prototype désigné Mirage III F et équipé d'un réacteur Pratt and Whitney TF 106 américain.

L'équipe de Jean-Jacques Samin va reprendre la structure du Dassault Mirage 5 et va mettre de côté la formule delta commune aux avions de chez Générale Aéronautique Marcel Dassault de l'époque au profit d'un nouveau type d'aile fortement hypersustentée en flèche d'inclinaison de 55° et en position haute. L'équipe adaptera aussi un empennage horizontal placé bas sur la cellule, une première pour la société Dassault. Cette combinaison aile et empennage offrait à l'armée les caractéristiques voulues pour leur avion à savoir :

  • Vol à grande vitesse
  • Distance d'atterrissage relativement courte.

L'équipe de Jean-Jacques Samin propose alors son avion, désormais désigné « Mirage III F2 », qui sera commandé le 21 novembre 1963.

C'est en 1965 que l'armée passe commande de trois prototypes biplaces rebaptisés désormais Mirage F2.