Bell P-59 Airacomet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bell P-59A Airacomet
{{#if:
Un Bell P-59B Airacomet au musée national de l'US Air Force.
Un Bell P-59B Airacomet au musée national de l'US Air Force.

Constructeur Drapeau : États-Unis Bell Aircraft Corporation
Rôle Avion de chasse
Premier vol
Nombre construits 57
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur General Electric J31-GE-5
Nombre 2
Type Turboréacteurs
Poussée unitaire 880 N
Dimensions
Airacomet P-59A.svg
Envergure 13,86 m
Longueur 11,83 m
Hauteur 3,76 m
Surface alaire 35,9 m2
Masses
À vide 3 609 kg
Avec armement 4 913 kg
Maximale 5 765 kg
Performances
Vitesse maximale 664 km/h
Rayon d'action 386 km
Armement
Interne 1 canon de 37 mm
3 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm
Externe 908 kg de charge (bombes, roquettes, réservoirs)

Le Bell P-59 Airacomet est le premier avion de chasse à réaction conçu par les États-Unis. Il a fait son premier vol en octobre 1942 mais, à cause de ses performances décevantes, n'a jamais été engagé pour des missions de combat. Moins de 60 exemplaires ont été construits.

Historique[modifier | modifier le code]

En avril 1941, les Américains sont informés des travaux anglais sur un avion à réaction, le Gloster E28/39. Quelques mois plus tard, ils décident d'obtenir une licence pour faire construire le réacteur par la société General Electric, tandis que la compagnie Bell se voit confier le développement d'un avion de chasse équipé de ce réacteur. Les travaux sont lancés dans le plus grand secret au point que, afin de tromper les éventuels espions allemands, tant l'avion que le réacteur reçoivent une désignation qui correspond à d'autres projets plus classiques en cours.

La construction d'un prototype commence dès le début de l'année 1942, et le premier vol a lieu le . Évidemment, de nombreux problèmes apparaissent lors des essais, mais ils sont résolus progressivement. Deux autres prototypes suivent en 1943, puis quatre avions de présérie avec des réacteurs plus puissants. Le dernier d'entre eux est doté de l'armement définitif : 3 mitrailleuses de 12,7 mm et un canon de 37 mm.

Fin 1943, un exemplaire de présérie est envoyé au Royaume-Uni en échange d'un Gloster Meteor. Les pilotes anglais le trouvent sous-motorisé, ce qui entraîne une faible accélération et une longueur de piste importante au décollage. Deux avions sont également prêtés à l'US Navy, qui les juge totalement inaptes à l'emploi sur un porte-avions.

Déçue par les faibles performances du P-59, lequel ne dépasse alors pas 658 km/h en pointe (ce qui est inférieur aux plus récents des avions à hélice alors utilisés) et souffre également d'une autonomie insuffisante, l'armée américaine abandonne tout espoir de l'utiliser comme avion de combat. Une commande de 100 avions est annulée fin 1943. Deux lots de 21 P-59A et 29 P-59B sont construits, avec l'adoption d'un réacteur plus puissant en cours de production. L'Airacomet est alors uniquement utilisé pour entraîner pilotes et mécaniciens à l'utilisation et la maintenance d'un avion à réaction.

Les ingénieurs de Bell avaient entamé des travaux sur un XP-59B monoréacteur. Ce dossier fut transmis fin 1942/début 1943 à la société Lockheed, qui s'en servit pour développer le premier avion de combat à réaction américain réellement opérationnel : le Lockheed P-80 Shooting Star.

Variantes[modifier | modifier le code]

XP-59
Projet de chasseur bipoutre en configuration propulsive basée sur le Bell XP-52. Aucun exemplaire construit.
XP-59A 
Prototype de chasseur à réaction (3 exemplaires).
YP-59A 
Version de présérie (4 exemplaires)
YF2L-1 
2 exemplaires YP-59A utilisés par l'US Navy pour des tests d'appontage.
P-59A 
Première version de série (21 exemplaires)
P-59B 
P-59A amélioré (capacité en carburant augmentée) . 80 appareils commandés mais seulement 30 exemplaires construits.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis

Survivants[modifier | modifier le code]

Six P-59 sont conservés.

  • P-59B Airacomet, s/n 44-22633 exposé à la base d'Edwards[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. "P-59 Airacomet/sn 42-108777." Planes of Fame Museum. Retrieved: 10 April 2012.
  2. "P-59 Airacomet/sn 42-108784." National Air and Space Museum. Retrieved: 14 December 2010.
  3. "P-59 Airacomet/sn 44-22614." March Field Air Museum. Retrieved: 10 April 2012.
  4. "P-59 Airacomet/sn 44-22633." John Weeks. Retrieved: 14 December 2010.
  5. "P-59 Airacomet/sn 44-22656." John Weeks. Retrieved: 14 December 2010.
  6. "P-59 Airacomet/sn 44-22650." National Museum of the United States Air Force. Retrieved: 10 April 2012.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aéronefs comparables

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en)"Airacomet... a jet pioneer by Bell". Air International, Vol. 18 No. 3, March 1980, p. 132, 139. Bromley, UK: Fine Scroll. (ISSN 0306-5634). .
  • (en) John Andrade, US military aircraft designations and serials since 1909, Leicester (24 The Hollow, Earl Shilton, Leicester LE9 7NA, Midland Counties Publications, , 252 p. (ISBN 978-0-904-59722-6, OCLC 60074605).
  • (en) Enzo Angelucci et Peter M. Bowers, The American fighter [« Il caccia americano dal 1917 ad oggi »], New York, N.Y, Orion, , 480 p. (ISBN 978-0-517-56588-9, OCLC 15016491).
  • (en)Baugher, Joe. "Bell P-59 Airacomet". USAAC/USAAF/USAF Fighter and Pursuit Aircraft: Original Fighter Series-1922 to 1962, 27 June 2002. Retrieved: 15 December 2010.
  • (en) David M Carpenter, Flame powered : the Bell XP-59A Airacomet and the General Electric I-A engine : the story of America's first jet-powered aircraft : the curtain rises, Massachusetts, Jet Pioneers of America, , 76 p. (ISBN 978-0-963-33870-9, OCLC 27726918).
  • (en) David Donald, American warplanes of World War II, London Westport, Conn, Aerospace Pub. AIRtime Pub, , 256 p. (ISBN 978-1-874-02372-2 et 978-1-880-58821-5, OCLC 918505484).
  • (en) William Green, War Planes of the Second World War, vol. 4 : Fighters, S.I., Macdonald & Co, (réimpr. 1969) (ISBN 978-0-356-01448-7, OCLC 655668939).
  • William Green, US Army Air Force fighters : Part 2, London, Macdonald and Jane's, coll. « World War 2 fact files », (ISBN 978-0-354-01072-6, OCLC 872696149).
  • (en) Dennis R. Jenkins et Tony R. Landis, Experimental & prototype U.S. Air Force jet fighters, North Branch, Minnesota, USA, Specialty Press, , 260 p. (ISBN 978-1580071116).
  • (en)United States Air Force Museum booklet. Dayton, Ohio: Air Force Museum Foundation, Wright-Patterson AFB, Ohio, 1975.