Soukhoï Su-33

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soukhoï Su-33
Image illustrative de l'article Soukhoï Su-33

Constructeur Drapeau : Russie Soukhoï
Rôle Avion de chasse
Premier vol
Date de retrait Toujours en service
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Saliut AL-31K
Nombre 2
Type turboréacteur à double flux avec postcombustion
Dimensions
Envergure 14,70 m
Longueur 21,19 m
Hauteur 5,85 m
Surface alaire 67,80 m2
Masses
À vide 18 500 kg
Carburant 9 400 kg
Avec armement 6 500 kg
Maximale 33 000 kg
Performances
Vitesse maximale 2 300 km/h
Plafond 17 000 m
Armement
Interne canon GH-301 de 30 mm
Externe jusqu'à 6500kg sur 12 points d'emports externes de bombes, roquettes

Le Soukhoï Su-33 (Code OTAN Flanker-D) initialement appelé Su-27K est un avion de chasse et de lutte anti-navire russe embarqué sur porte-avions et dérivé du Soukhoï Su-27 Flanker.

Contexte[modifier | modifier le code]

Des Soukhoï Su-33 de l'aviation navale russe à bord de l'Amiral Kouznetsov.

La période de la Seconde Guerre mondiale et de l'après-guerre montra les avantages que procurent les porte-avions, l'Union soviétique décida de se munir elle aussi d'une aéronavale et débuta les premiers projets dans les années 1970.

Conception[modifier | modifier le code]

Les bureaux d'études Soukhoi et MiG ainsi que le TsAGI (Institut aéro-hydrodynamique central) et le LII (Institut d'essais en vol), optèrent pour le décollage d'un tremplin et non par catapultage. Le projet fut prêt en 1978, les évaluations de décollages eurent lieu en 1983 et le projet final Su-27K fut retenu en 1985. La version navale, appelée Su-33, se différencie du Soukhoï Su-27 Flanker par l'ajout de plans canards, le renforcement du train d'atterrissage, l'ajout d'une perche de ravitaillement en vol, le raccourcissement du cône de queue (pour éviter qu'il ne touche le pont d'envol), des ailes et des empennages repliables et bien entendu, d'une crosse d'appontage.

Décollage et appontage[modifier | modifier le code]

Le premier appontage fut l'œuvre du pilote d'essai Valerii Pougatchev, le premier novembre 1989 sur le premier et unique porte-avions soviétique (aujourd'hui russe), l'Amiral Kouznetsov. Le décollage se fait de manière différente que sur les porte-avions occidentaux: l'avion est tout d'abord 'bloqué' par des cales sortant du pont, le pilote allume ses réacteurs, enclenche la postcombustion, une fois la bonne puissance atteinte, la machine est libérée et s'aide de la partie relevée du pont (tremplin) pour s'élever dans les airs. L'appontage se fait conventionnellement.

Missions et armement[modifier | modifier le code]

L'appareil peut être utilisé à la fois pour les missions d'interdiction aérienne et d'interception, mais également pour l'attaque au sol et la lutte anti-navire, par l'utilisation de roquettes et de bombes notamment. Il peut emporter une grande variété d'armes dont le missile anti-navire Kh-41 Moskit survolant les flots à Mach 2,5. À noter que son entrée en service actif tardive correspond à celle du seul porte-avions russe (l'Amiral Kouznetsov) en 1995.

Systèmes[modifier | modifier le code]

Le Su-33 possède un radar multimode à balayage électronique dans le nez et un autre dans le cône de queue. Le capteur optronique (caractéristique des Flanker) a été déplacé vers la droite.

Le Su-33KUB[modifier | modifier le code]

En 1998, Soukhoi décida d'améliorer le Su-33, notamment grâce à l'augmentation de ses capacités offensives. Les qualités aérodynamiques furent augmentées grâce notamment à l'adoption d'une aile dite 'intelligente' modifiant d'elle-même son profil, son bord d'attaque étant 'souple' (une première pour un chasseur). La surface de la voilure, des empennages et des plans canards a été augmentée. L'équipage se compose désormais de deux membres assis côte-à-côte, la capacité en carburant ayant augmenté, la distance franchissable a augmenté de 20 %. Les réacteurs sont désormais à poussée vectorielle. L'équipage bénéficie d'un système de retraitement de l'air et a à sa disposition divers systèmes d'acquisition des objectifs. Il a effectué son premier vol le 29 avril 1999 et a effectué son premier appontage le 6 octobre 1999.

J-15 Flying Shark chinois[modifier | modifier le code]

En 2011, l'armée populaire de libération a présenté le J-15 Flying Shark dérivé du Soukhoï Su-33. Sa mise en service à eu lieu le 24 septembre 2012 avec le premier porte-avion chinois, le Liaoning[1].

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Édouard Maire, « La Chine présente le J-15 Flying Skark », Info-aviation, (consulté le 24 juin 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M.Y.H Bangash, Shock, Impact and Explosion: Structural Analysis and Design, New York, (ISBN 3-540-77067-4, OCLC 314175998)
  • (en) Jerome M Conley, Indo-Russian Military and Nuclear Cooperation: Lessons and Options for U.S. policy in South Asia, Idaho Falls, Indianna, Lexington Books, (ISBN 0-7391-0217-6, OCLC 44818532)
  • (en) Paul Eden (éditeur), Encyclopedia of modern military aircraft, London, Amber Books Ltd, , 512 p. (ISBN 978-1904687849).
  • (en) Richard D Fisher, China's Military Modernization: Building for Regional and Global Reach, Westport, Connecticut, Greenwood Publishing Group, (ISBN 0-275-99486-4, OCLC 221153853)
  • (en) Yefim Gordon, Sukhoi Su-27 Flanker: Air Superiority Fighter, London, Airlife Publishing, (ISBN 1-84037-029-7, OCLC 40588052)
  • (en) Yefim Gordon et Peter Davison, Sukhoi Su-27 Flanker, North Branch, Minnesota, Specialty Press, (ISBN 1-58007-091-4, OCLC 70690625)
  • (en) Bill Gunston et Yefim Gordon, MiG Aircraft since 1937, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-541-1, OCLC 39646216)
  • (en) Williams Mel (éditeur), Superfighters: The Next Generation of Combat Aircraft, London, AIRtime Publishing Inc., 2002, 144 p. (ISBN 978-1880588536, LCCN 2006355469), « ukhoi 'Super Flankers' ».